Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Un chapitre se fini, un autre débute [ Yu ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reiko Yuzu
Ancien Kage
Ancien Kage
avatar
Messages : 803

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 1 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Un chapitre se fini, un autre débute [ Yu ]    Mer 19 Fév - 17:46

J'étais furieuse et contrariée, j'allais faire une chose dont je n'avais aucunement l'envie mais dont je n'avais strictement pas le choix ! Avant de rejoindre les deux ninjas qui devaient surement servie de nounous au cas ou je décide de déraper et de trahir une nouvelle fois kiri. Je me dirigeais vers l'endroit me permettant d'embaucher quelques oiseaux messagers pour livrer mes messages. Ces mêmes messages avaient pour but de réunir ma petite armée de mercenaire à un même endroit. Cela faisait longtemps que j'avais écrit ces lettres, dans le cas ou la nécessité de réunir mon armée au plus vite se faisait ressentir. Avec mon armée réunis, j'allais pouvoir facilement les neutraliser. Je pris connaissance du temps d’envois de mes lettres et je déduisis que mon armée serait au grand complet dans trois jours au pays de Yu.

Reprenant ma route, je m'amusais à imaginer l'apparence des deux shinobis de kiri pour distraire mon esprit embrumé. En atteignant les portes du village, je pu apercevoir les deux hommes en question. Un était un blondinet avec un air d'abruti et l'autre était un brun ténébreux avec un air... ténébreux ? Le brun était un épéiste, cela se voyait amplement grâce à l'épée qu'il portait sur son dos. Quand au blond qui avait un visage qui m'agaçait déjà, il ne semblait pas avoir de signe particulier si ce n'était son air répugnant. Espérant ne pas devoir faire équipe avec eux, je feignais l'indifférence en passant entre eux. Malheureusement, même avec toute la discrétion du monde, les deux compères ne mirent pas beaucoup de temps à me repérer. Le blondinet m'appela de sa voix agaçante :

- Hey toi ! Je te reconnais ! Tu es celles qu'on doit aider ! T'es plus frêle que ce que je pouvais imaginer !


Ne pouvant m'échapper, je me résignais à cette solution et je me retournais en direction des deux shinobis. Je ne voulais pas créer de tension dans ce groupe éphémère, mais il était vrai que l'idée d'avoir deux incapables sur mon dos me fatiguait grandement. Je serrais la mains du brin qui avait l'avantage de ne pas parler, et en serrant la main du blondinet, je m'assurais de lui envoyer un coup de poing entre les cotes pour lui faire ravaler ses propos. Sa fierté n'ayant pas d'égal, il serra les dents pour ne pas sortir de juron et laisser sa douleur transparaitre. Au moins les choses étaient claires entre nous, et si il advenait à m’embêter, je pouvais lui assurer que mon poing viserait des parties beaucoup plus sensible. Présentations faites je leurs fit savoir rapidement mes plans de quelques paroles brèves :

- On va aller au pays de Yu, dans 3 jours tout mes mercenaires seront réunis. A partir de là j’aviserais, je laisserais une chance aux mercenaires d'embraser la cause de kiri et ceux qui cracheront sur cette chance mourront.


Je sortais cela avec un telle froideur que l'humeur taquine du blondinet semblait être totalement disparue. Les deux shinobis se jetèrent un regard mutuel et décidèrent de donner leurs accords sur mon plan. Mon plan ne devait surement pas leurs plaire, mais cela ne me plaisait pas du tout aussi. Balayer l'équivalent d'un an de sa vie était très difficile, de-plus que sachant le tempérament de mes recrues, j'allais à l'encontre d'un véritable massacre. Ne voulant pas montrer mon hésitation, je repris mon chemin sans prendre en considération leurs présences. Je pouvais alors voir leurs capacités qui m’impressionnèrent : si je n'avais pas su que ces types me suivaient, jamais je n'aurais pu le savoir. Ils se déplaçaient avec une discrétion équivalente à la mienne. Hayabuza n'avait pas hésité sur les moyens en ce qui concernait ma surveillance. Un fragment de sourire marqué sur mon visage de braise, je me dirigeais alors vers le grand pays de Yu. Cet endroit avait vu naitre ma quête et dans ce sens c'était en somme logique que c’était à cet endroit que ma quête se terminait.

Un jour passa, nous étions arrivé à Yu bien avant le regroupement de mon armée. J'avais choisis un terrain vaste pour pouvoir emmagasiner la troupe entière. Dans ma précipitation, j'avais commis l'erreur impardonnable d'oublier de prendre des vivres pour la mission. Heureusement pour mois, les deux shinobis avaient la tête mieux ancrée sur leurs épaules que la mienne. L'idée de passer les deux prochains jours en leurs compagnie se faisait de moins en moins redoutable. Plus le jour de la sentence approchait, plus je craignais ce qu'il allait se passer. Je ne voulais toujours par faire ça, je le faisais par contrainte. Je n'avais pas l'habitude de respecter des ordres contre ma logique mais je n'avais pas le choix. Ce type Hayabuza m'avait posé un dilemme bien plus ardu qu'une guerre ! Je pu en apprendre plus sur les deux compères qui partageaient ma mission. C'étaient de véritables soldats, à l'inverse de mes mercenaires, ils étaient dévoués à leurs taches et ceux même si la paye n'était pas grandiose. Même le blondinet qui m'avait agacé aux premiers abords, me paraissaient de plus en plus plaisant à mes yeux. Je me surpris même à penser qu'Hayabuza avait de la chance de posséder des shinobis de la sorte dans son armée. Durant l'espace de quelques instants je fus jaloux de ce qu'il avait eu tout naturellement. Les trois jours passèrent et la troupe était quasiment entière. Le jour tant crains par mon esprit venait de débuté...

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2131-bingo-book-de-reiko-fini http://sns-rp.forumgratuit.org/t2031-presentation-de-madame-sake
Reiko Yuzu
Ancien Kage
Ancien Kage
avatar
Messages : 803

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 1 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un chapitre se fini, un autre débute [ Yu ]    Jeu 20 Fév - 19:23

L'angoisse montée en mon seins. Je m'étais précipitée dans une situation dont je n'avais pas encore la solution. Je n'avais pas le choix, je devais neutraliser mes mercenaires. Même si Hayabuza n'avait aucunement précision les conditions de la mission, je voulais essayer de faire le moins de victimes possibles, mon but n'étant pas de faire une véritable boucherie. L'idée de me confronter à mes milliers de mercenaires m'était moins effrayante que celle de devoir tous les tuer. La troupe était réunie au complet, prenant mon courage à deux mains, je me dirigeais vers la tête du groupe pour que tous le monde puissent me voir. Le contraste était effroyable, lors de mon entrée en scène ont pu entendre des sifflements, des applaudissements de joie, une vrai excitation se formait aux seins de mon armée. Cependant, lors de l'arrivé des deux shinobis de Kiri, l'excitation se stoppa directement. Je pu entendre plusieurs chuchotements et je pouvais voir à l'intérieure des yeux des mercenaires, que l'incompréhension était chez eux la plus totale.

Avant que la situation ne dérape trop tôt, j'entamais alors un petit discours pour présenter la situation. Je lâchais un dernier regard envers les shinobis qui semblaient être sur leurs gardes et je commençais :

- Je vous est tous réunis ici pour vous demandez de vous rendre et de baisser les armes envers Kiri. Vous tous ici n'avez pas d'autre choix que d'accepter ma requête. Sachez que vous aurez une vie bien meilleurs en m'écoutant... ou du moins il vous restera là vie.

Je n'étais pas douée pour faire un discours que je n'approuvais pas. Mes mots sonnaient faux dans ma bouche et la colère commençait à monter dans l'armée. Je pouvais entendre plusieurs grognements, plusieurs plaintes envers mon égard. Je ne savais pas comme leurs faire comprendre, après tout, ils étaient tous des mercenaires et ils étaient tous persuader de pouvoir survivre si ils le souhaitaient. Je regardais impuissante mon armée qui était entrain de petit à petit se soulever contre moi. J'essayais désespérément de réinstaurer le calmer, mais, mes efforts étaient vain. Hormis quelques mercenaires, plus intelligents et plus soucieux de leurs vies qui s'étaient ralliés derrière moi en décidant de rendre les armes, j'avais à faire à une bande d'abrutis remplis d'orgueil. Un mercenaire plus balèze et beaucoup plus imposant que les autres pris là parole pour prononcer des dires insultants envers ma personne :

- Salope ! Tu nous as trahit ! Tu nous as tout piégé ! Sale petite peste ! Allez les gars, tuons là pour lui faire comprendre qu'on nous trahit pas !




Dans les faits, les mercenaires étaient tous concurrents entre eux mais l'espace de cette journée, ils avaient réussi à s'entendre pour mettre à mal mes plans. C'était une réaction virulente mais normale de la part des mercenaires. Même moi, je ne pouvais pas nier le fait que j'aurais réagi exactement de la même manière. Je pouvais sentir la tension des deux shinobis qui étaient prêt à se battre. Cependant ce n'était pas leur combat, c'était le mien et je devais me charger de cela moi même. J'étais séparé d'une centaine de mettre des mercenaires et comme je le pensais, ils s'étaient tous agglutinés au même endroit pour foncer vers moi. Joignant mes mains à l'arrière, je tentais alors un ultime coup de bluff. Le chakra et l'énergie que cela entrainait commençait alors à s'accumuler aux yeux de tous. J'étais entrain de préparer un Youganhameha, une de mes techniques fétiches. L'espace de quelques secondes l'avancé des mercenaires fut rompu par la vue de ma technique. Mes muscles se relâchèrent, à cet instant je pensais que mon coup de bluff avait suffisamment fait mouche pour arrêter les mercenaires. C'était une pensée absurde en somme mais je voulais plus que tout y croire. Cela aurait tellement été plus simple si mon bluff avait marché...  

La course folle de mon ex armée repris alors de plus belle. Mes muscles se raidirent de nouveaux, mais je ne fis aucunement attention à ma technique. Moi qui avait cru à la victoire, voila que le choc était terrible. Je n'avais jamais osé imaginer que ce scénario se fasse. Je ne voulais désespérément pas y croire ! Je ne voulais pas tous les tuer aussi mauvais pouvait il être ! Tous autant qu'ils étaient ils représentaient une étape de ma vie ! Si je décidais de les tuer, je reniais alors tous ce que j'avais pu accomplir ces derniers mois ! Quel être humain irait choisir cela ! Perdue devant cette vision horrible du carnage qui s'approchait à grand pas, je perdis le contrôle de ma technique. Mes sentiments avaient pris le dessus sur ma raison et la technique ne cessait de s’accroitre dans mes mains. Elle semblait n'en jamais finir, à tel point qu'une douleur horrible se propageait dans mes mains tel du venin. J'étais tétanisée, mon corps ne me répondait plus, non je ne voulais tous simplement pas bouger mon corps. Le combat ne se passait pas sur le champ de bataille mais bien dans ma tête. Je ne savais pas quoi choisir entre le fait de revenir à kiri et le fait de ne rien faire. Faire un aussi grand carnage n'était pas dans mes habitudes ! J'étais angoissée, j'étais stressée, des tonnes d'informations s'accumulaient. La distance nous séparant se réduisait comme neige au soleil et si je ne pouvais choisir dans la dizaine de seconde qui suivait, je finirais morte ! D'autant plus que la perte de contrôle de ma technique avait pour effet de me tétaniser encore plus ! Elle avait pris des proportions invraisemblable, je n'aurais jamais pu atteindre à tel stade si je l'avais voulu ! Le blond se mit alors à parler d'une voix pressé.  

- Bouge ton cul ! Si tu veux faire quelque chose fait le et vite !

A cet instant précis, je déversais alors tout le chakra que j'avais pu accumuler sur le groupe de mercenaire. Je n'avais pas fait cela consciemment, mon corps avait pris le dessus sur mon esprit tourmenté. Je ne contrôlais pas mes gestes, mon corps s'était mis en mode automatique pour que je puisse survivre. Ma technique incontrôlée eus nullement de mal à balayer les mercenaires. Comme les mercenaires, mes derniers mois de ma vie brulaient sous mes yeux. Je pouvais déjà sentir l'odeur de chaire grillée me montant à la tête. Tous les mercenaires s'étaient regroupés à un endroit et tous avaient été balayé d'un seul coup. Je voulais crier devant ce spectacle affreux, mais ma tête était l'unique endroit ou les cris retentissaient. J'étais l'auteur de cette effroyable carnage orchestré par Hayabuza. Mon visage n'exprimait aucune émotion, il n'en avait pas, seules quelques larmes glissaient le long de celui ci. La technique finis, il ne restait que chair grillée et souffrance devant mes yeux. Je me sentais légère et épuisée, mon youganhameha avait vidé mes réserves de techniques presque entièrement.

Les deux compères derrière moi relâchèrent leurs nerfs et se permettaient de se détendre l'espace d'un soupire. Je n'avais toujours pas repris contrôle de moi même, j'étais là, immobile devant cette atrocité que je venais de commettre. Le blondinet lâcha une boutade mal placée pour essayer de détendre l'atmosphère :

- Au moins, on se sera fait une belle grillade ! Ah ah ! ... Reiko ?

Je n'arrivais pas à lui répondre ni même à lui lâcher un regard de mépris. Au fond de mon être j'étais tétanisée et je n'arrivais pas à lutter face à mes actes. Le brun que je n'avais jamais entendu parler durant ces trois derniers jours prit pour la première fois la parole.

- Reiko est-ce que ça va ?


Comme si un son nouveau s'introduisant dans mes oreilles me réveilla, je pu reprendre la maitrise de mon corps. Mes bras étaient lourd et mes jambes se retenaient de trembler. Je me retournais alors pour essayer de les rassurer et leurs donner les dernières directives de la journée.

- Oui... Oui je vais bien... Occupez vous des mercenaires agonisants qui n'auraient pas périt. Et chargez vous des mercenaires s'étant rendus. Je vous rejoindrais à Kiri... j'ai besoin de faire le point...

Sans leur laisser le temps de me répondre, je partis le plus vite possible pour ne pas montrer mes larmes qui commençaèrent à rechuter à flot.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2131-bingo-book-de-reiko-fini http://sns-rp.forumgratuit.org/t2031-presentation-de-madame-sake
Reiko Yuzu
Ancien Kage
Ancien Kage
avatar
Messages : 803

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 1 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un chapitre se fini, un autre débute [ Yu ]    Sam 22 Fév - 21:54



J'étais de retour aux alentours de kiri, je me posais sur une petite colline non loin du village et je maudissais mon destin en cœur avec mes pleures. Mes mains étaient jointes sur mon visages pour espérer effacer les atrocités que mes yeux avaient pu voir. Mon souffle était décousu comme l'était mon esprit. Je ne pensais plus, je me laisser dériver dans un long et douloureux silence ne faisant que rendre apparent les échos de la mort. J'étais la victime d'un destin imposé dont je ne pouvais pas lutter. Un arbre se situait à coté de moi, je jetais des regards tristes envers cet arbre et je le comparais à ma personne. Nous étions si différent et ressemblant à la fois... Tous comme moi il était seul et il ne pouvait se mouvoir, il ne pouvait pas non plus esquiver les tempêtes de la vie. Et pourtant, il perdurait dans le temps à l'inverse de moi qui perdait mon feuillage à vue d’œil... J'avais enfreins une règle imposait par moi pour en respecter une autre imposait par un inconnu... J'avais fait une croix sur ma vie, sur ma façon d'être, sur ce que représentait Reiko... Je n'étais plus digne de porter ce nom... Je n'étais plus digne de vivre... Je n'étais rien de plus qu'une erreur désormais... un monstre autrefois humain mais, ayant été défiguré par le destin... Dans un élan de stresse, j'avais fait une croix ce que j'avais été et dans ce même élan j'avais fait une croix sur ma raison de vivre.

Signe de changement et de malêtre qui trônait en mon seins, le gout du saké me répugnait à cet instant. Je n'arrivais plus à me retrouver dans ce long tunnel qu'était la vie... Il n'y avait personne pour m'aider à cet instant, personne pour éclairer mes pas, personne pour m'aider à subsister. Je voulais me laisser dans ce lieu glacial qu'était ce tunnel... Jamais je ne pouvais trouver le bout après tout. J'avais coupé la corde qui me reliait à la sortie lorsque je tuais ces 2000 mercenaires. J'avais tout tenté pour me réconcilier avec moi même, je me disais qu'au fond c'était ma vie ou la leurs mais est-ce que ma vie justifiée le meurtre de 2000 vies humaines... ? J'essayais de me dire que j'avais tous simplement suivi les ordres, que je n'avais pas d'autre choix que de respecter les ordres mais, là encore, je faisais un trait sur ce qui m'animait. Je faisais un trait sur la Reiko fougueuse n'écoutant que ses propres ordres et défiant les obstacles ! Je n'avais plus que des brides de souvenir de mon voyage... De simple échos, de simple murmures qui trônaient dans ma tête. Ces simples bruits étaient les seules vestiges de mon aventure d'autrefois... J'avais tourné malgré moi une page que je n'avais pas fini d'écrire.

Je regardais encore une fois cet arbre si semblable à moi qui tenait bon face à la vie. Je n'arrivais pas à comprendre comment il arrivait à survire dans cette solitude. Lui aussi était contraint à encaisser les coups de la vie, lui aussi était seul et pourtant fidèle à lui même, il resplendissait de toute sa beauté. Je me surpris à être jalouse d'un arbre... Sa situation n'était pas plus envieuse que la mienne mais la détermination que dégageait cet arbre était aveuglante. J'étais surement entrain de devenir folle pour pouvoir ainsi personnifier ce qui n'était qu'un simple arbre.

<<- Tu n'es pas seule Reiko.>>


Je retournais alors brusquement ma tête en cherchant désespérément la source de cette voix féminine si douce. J'avais beau scruter le moindre détails de mes alentours, il n'y avait pas l'ombre d'un animal et encore moins d'une femme. Alors il en était ainsi... Je sombrais petit à petit dans la folie, moi qui croyait voir ma vie s'éteindre sur un champs de bataille, j'allais la voir s'éteindre à petit feu sur un incroyable échec. Une pluie fine et harmonieuse se jeta sur tout mon corps. Pendant que je me perdais dans mes sombres pensées, le ciel s'était serti de quelques nuages et lâchait désormais ses larmes en union avec les miennes. Le son des gouttes s'abattant sur le sol m'était salvateur... Je venais de trouver une mélodie qui pu me permettre de rythmée mes pensées désordonnées. Comme si les bienfaits de la pluie avait apaisé mon esprit, je pu réentendre cette voix harmonieuse et délicate :

<<- Tu n'es pas seule Reiko. Pense aux personnes qui t'aiment et que tu aimes. >>

Ces paroles se fondaient dans mon esprit. Je ne cherchais plus à savoir ou se trouvait la source de toutes ces paroles, je les acceptais sans lutter. Je regardais le ciel de toute sa splendeur... Je repensais alors à tous ce que j'avais omis de penser. L'envie de retourner à Kiri m'avait prit en pensant à ma famille, à mes amis, à toutes les personnes avec qui j'avais pu entretenir une relation. Le visage de mon père, l'homme que je maudissais chaque jour était aussi l'homme que j'avais pris comme exemple. Il était mon idéal à atteindre et ce même idéal se trouvait à kiri tous comme mes amis. Je regardais alors l'arbre à coté de moi ou je trouvais ma réponse tant cherché. Je venais de comprendre ce qui faisait tenir cet arbre et ce n'était autre que ses racines. Ces mêmes racines qui lui permettait de rester ancrer sur ses positions et de rester fidèles à lui même. Quant à mes racines, elles se trouvaient à kiri et c'étaient grâce à elles que j'allais subsister.  Je n'avais pas reniais mes idéaux, j'avais juste agis inconsciemment pour retrouver mes racines. Les mêmes racines que j'avais oublié lors de mon périple de quelques mois. Maintenant que je venais de retrouver mes raisons de vivre, je ne pouvais me laisser couler dans les méandres de l'enfer. Je me relevais péniblement avec mes jambes alourdis par l'incertitude désormais perdu dans le passé et je buvais alors d'une traite ma bouteille de saké qui venait de retrouver son gout si subtile. Je ne devais pas abandonner, la Reiko de toujours allait revenir et cette fois ci personne ne la détruira !

- Kiri ! Je suis de retour !

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2131-bingo-book-de-reiko-fini http://sns-rp.forumgratuit.org/t2031-presentation-de-madame-sake
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un chapitre se fini, un autre débute [ Yu ]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Un chapitre se fini, un autre débute [ Yu ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un chapitre se ferme et un autre s'ouvre. [solo]
» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: Monde Shinobi il y a 20 ans :: Autres Pays-
Sauter vers: