Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 [/!\ 16] Rp Flash Back 20 ans avec Sachi, 2. La paix de Kin?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sachi Nokoru
Juunin spécial : Ninja Scientifique
Juunin spécial : Ninja Scientifique
avatar
Messages : 479

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: [/! 16] Rp Flash Back 20 ans avec Sachi, 2. La paix de Kin?   Jeu 22 Oct - 15:23

<--- RP Précédant


Deux mois après avoir écrie c'est mémoire. Les problèmes de santé, et notamment de main de Sachi , étaient totalement guéris. Le nouveau légiste était bien formé et compétent. Sachi décida donc qu'il était temps. Elle se sentait à l'étroit au village. Cette expérience stagnait, aucune nouvelle de Botan, le projet de capture de Yonbi semblait avoir été annulé. Et puis ce n'est pas en restant à kiri qu'elle trouverait le secret de l'Edo Tensei et les dojutsus qui lui faisaient envie. Elle prit donc la décision de partir. Deux ans ou plus à chercher de nouvelles choses hors du village permettraient d'ouvrir son esprit est cette expérience à de nouveaux horizons.

Un matin, elle se rendit dans le bureau de la Mizukage. Elle lui lança de but en blanc qu'elle partait. Évidement la Mizukage n'était pas d'accord avec cela. Mais elle avait déjà pu voir la ténacité de Sachi.  Alors finalement, Sachi réussit à la convaincre et à partir. Bien que d'autres ninjas essayèrent de lui dire de rester, principalement les membres de son équipe mais, si elle voulait avancer, il ne fallait pas qu'elle les écoute.

Un matin de Mai, elle prit  ses valises,  ferma à clé sa maison, et partit  pour revenir dans longtemps. Elle passa les portes du village sans se retourner et marcha d'un pas motivé et volontaire. Elle s’intéressait aux études génétiques et aux expérimentations humaines. Dans ce domaine il y avait un nom qu'elle admirait, bien qu'il soit connu pour être maléfique : Oroshimaru. C'était un ninja originaire de Konoha. La logique qui accompagné Sachi la dirigea donc vers son premier objectif, le Pays du Feu.
Le voyage dans les terres du Pays de l'Eau ne présenta pas de difficulté particulière Étonnant tout de même pour un pays réputé autrefois comme sanglant. Bref, des semaines de marche et de bateau finirent par amener Sachi à l'île au Nord-Ouest de l'île principale du pays. Elle ne s'était jamais autant éloignée du village au paravent. Mais les premières fois n'allaient pas s’arrêter  car dans peu de temps ça allait être la première fois qu'elle quittait le Pays de l'Eau. Le jour où elle arriva au port était un jour sombre en matière de météo. Le ciel était rempli à ras bord de nuages noir et il pleuvait à verse. Seul l'orage semblait manquer à ce spectacle. Sachi pensa un instant que c'était sa terre natale qui pleurait a son départ. Mais aussi poétique que cela était, ce n'était bien sûr pas le cas. Le ciel et la nature se fichaient des mortels.
Le bateau partit finalement malgré le temps. Les navigateurs étaient sur d'eux et, après tout,  ils appartenaient au Pays de l'Eau. S’ils ne connaissaient pas leur métier où allait ce pays, la traversée commença donc et au même moment un pincement commença dans le cœur de Sachi. En quittant cette plage elle entamerait un voyage très loin de chez elle et pour longtemps. Elle avait beau avoir subi beaucoup, elle aimait sa patrie et son village.

La traversée était tumultueuse. La plupart des passagers maudissaient l'équipage qui était parti malgré la météo. Eux se concentraient sur la traversée et sur le fait qu'ils étaient sûrs qu'ils ne couleraient pas. Mais une petit partie des passagers était neutre dans cette histoire, Sachi en faisait partie. Oh non ! ce n'était pas parce qu'il s n'avaient pas d'avis sur la question ou, tout simplement, car  se disputer ne servait à rien. Non c'est par ce qu'ils avaient le mal de mer. La honte pour un habitant du Pays de l'''Eau''. Sachi  était autant dégoutté d'être malade que d'avoir honte d'être malade. Elle se jura qu'une fois descendue de ce bateau elle trouverait la solution au mal de mer.

Une semaine de traversée plus tard, et quelques heures sur la berge à essayer de ne pas finir d'agoniser. Sachi était arrivée au Pays des Vagues. Les marins étaient entrain de se vanter d'avoir eu raison mais Sachi les maudissait pour le mal de mer. Alors oui, ce n'était pas le chemin le plus court. Mais le village de Kin était moins surveillé que le village de Kiri. D'ailleurs, pour être plus discrète, Sachi dissimula sa plaque de ninja. C'est vrai que son look de jeune fillette gotique attirait l'attention mais moins qu'un Kirijin. Enfin bon elle marcha jusqu'à Kin justement. C'était le premier village depuis la côte, et puis des ragots devaient bien traîner sur le pays du feu.
Elle ne mit pas longtemps à arriver à destination. Mais la nuit commença à tomber. Elle chercha vite un coin où dormir. Une taverne fort accueillante était là pour les voyageurs. Sachi avait hâte de dormir dans un vrai lit sur un sol qui ne bougeait pas.
-Bonjour monsieur, je souhaiterais une chambre.
La première question que posa le tavernier à Sachi était …
-Ou sont donc vos parents jeune enfant ?
Après une lute intérieur où Sachi hésita entre castrer en public le tavernier ou simplement le décapiter,  Sachi prit son calme et répondit calmement et sur un ton très  sérieux.
-Je voyage seule.
-Oh tu sais ma petite ce n'est pas prudent de fuguer à ton âge.
clouer sa langue sur le bar ou lui arracher les yeux ? << non non >> pensa telle il ne fallait pas s’exaspérer pour si peu. Elle inspira puis expira un bon coup pour se calmer. Les clients autour commençaient as demandé ce qu'il se passait.
-Tu ferais mieux de retourner chez toi dès demain, surtout avec le tueur qui rode.
-Non mais sérieusement ! qu'elle âge pensez- vous que j'ai pour vous permettre de me faire ainsi la morale ?
-Oh, je dirais que vous avez … 7 ou 8 ans.
Sachi bouillonna de rage. Tentant tout de même de se maîtriser, elle attrapa le tavernier par le col, et lui hurla dessus
-J'AI 15 ANS, PRESQUE 16. ALORS TU ME LA DONNES CETTE CHAMBRE OUI OU MERDE.
Le poivrot assis sur le tabouret de bar à côté de Sachi se tourna vers elle et s'exprima avec déjà le son de qu'elle que verres un font de la voix
-Oh du calme jeune fille. A qui tu veux faire croire que tu es adolescente. Regarde t’es plus plate qu'une planche à pain.
Sachi lâcha le tavernier lentement le regarde caché derrière sa frange. Elle attrapa son poing dans la main gauche et concentra toute sa force dans un coup de coude visant l'entre jambe du poivrot. Le pauvre homme se plia en deux de douleur et roula par terre se tenant fermement la zone touchée.
-Rien de tel pour évacuer sa colère que de taper du poivrot. rétorqua Sachi
la réaction de la plupart des hommes de la salle étaient plus des marques d'empathie et des regards compatissants. L'homme, lui, finit par sortir en titubant.
-Bon, tu vas arrêter d’embêté cette cliente donne lui la chambre 17 elle est libre.
Cette voix venait de la pièce derrière le tavernier, vraisemblablement la cuisine. Une femme qui, a vue de nez,  devait bien avoir au moins 70 ans. Elle était toute courbée et semblait usée par le temps, aussi bien qu'elle devait être plus jeune qu'elle ne le semblait.

-Bon, vu qu'une place s'est libérée s’installant à la place laissée vide par le poivrot fraîchement émasculé je me permets, puis-je avoir à manger et la clé de ma chambre ?
L'homme s'exécuta. Bien qu'il était plutôt grand, la présence et l’aplomb de Sachi le tenait en respect, ce qui plaisait à Sachi. A moins que ce soit la peur de perdre sa virilité. Mais le résultat était le même. Le patron servit à Sachi la spécialité de la maison un dashi  pas mauvais à la foi de Sachi. Elle finit son bol en dépit de toute politesse et monta se couché. Elle chercha la chambre 17 le long du couloir et tomba dessus en arrivant au bout du couloir. Parfait parfait, la chambre était la plus isolée

Elle se coucha assez vite et s’endormit toute aussi vite. Contente d'être dans un lit, avec des draps et des couvertures. La jouissance.
Pendant plusieurs heures, il ne se passa rien dans la chambre. En même temps, c’était normal, nous étions de nuit. À cette heure... Bah, il ne se passait pas grand choses. Enfin jusqu’à un certain moment. Sachi sentit un courant d'air qui la réveilla à cette heure... Elle ouvrit les yeux et vit un ninja masqué et déguisé comme au carnaval, se tenir au-dessus d'elle, tenant à la main, un Kodachi qui descendait en direction de Sachi. Cette dernière fit apparaître un Kunaï grâce au Fuuinka no Bousu et réussi à dévier l'attaque. L'instant d'après elle sortit des draps par une pirouette et en profita pour donner un coup de talon au bas ventre de l'ennemi. Déstabilisé, ce dernier recula et s'enfuit directement par la fenêtre. Sachi attrapa son parchemin du Shitai no jutsu pour sortir l'un de ses cadavres. Mais quand elle regarda à la fenêtre, l’assaillant avait totalement disparu.

Pendant une bonne partie de la nuit Sachi chercha, à l'aide de Batto wa supai o ukabeta et Ningen no senshi, l’assaillant. Mais rien à faire. Elle finit à l'aube par retourner à l'auberge. Pour éviter tout problème elle piégea les portes et fenêtres avec des seaux explosifs et finit de se reposer.

Le matin venu, elle descendit à l'auberge prendre un petit déjeuner. L’aubergiste, en la voyant, s'écarta légèrement.
- Dis, hier tu m’as parlé d'un tueur en série. Tu pourrais développer ?
- Heu... oui. Depuis presque un an, des jeunes filles se font … je ne sais pas si je peux le dire devant une jeune fille.
- Tuer ? Violer? Torturer ?
- Heu... oui tout ça.
- Ces jeunes filles, quel âge avaient telles ?
- Elle n’avait pas plus de 15 ans à ce que j'en sais.
- Pourquoi tu veux en savoir plus gamine ? Ces événements sont assez horribles pour qu'ont veuillent les oublier.
Ces mots avaient été prononcés pas un homme assis à l’ écart, buvant seul son saké. Il était en armure, une armure qui semblait être traditionnelle et réglementaire. Sans doute un garde.
Sachi alla s'installer à sa table. L'homme semblait à bout de force et désespéré.
- Tu le pourchasses depuis longtemps ?
- Il vous l'a dit, presque un an.
- Tu as vu les corps. affirma-t-elle.
L'homme se retourna vers Sachi.
- Ça se voit à ton regard, tu as vu l'horreur de la mort.
- Comment vous savez ça ?
- Je l'ai vécu, cette horreur m'a explosé au vissage il y a quelques temps.
- Vous ?
- Je suis plus qu'une petite vagabonde dit-elle en commençant son sourire sadique.
- Pourquoi vous vous intéressez à cette histoire ?
- Cette nuit un homme masqué a essayé de me tuer. Je me suis dit que c'était peut-être lié.
L'homme bondit de sa chaise
- VOUS AVEZ SURVÉCU AU TUEUR ?
- Dis-le plus fort ! On n’a pas du t'entendre au sanctuaire du basilique. elle se frotta les yeux de son pouce et son index.
- Le quoi ?
- Juste le point connu le plus à l'Ouest du continent. Laisses tomber. Bon, tu vas m'aider à en savoir plus ou pas !?
L'homme toujours effaré répondit
- Pourquoi faire ?
- Pour l'arrêter évidement ! Pas pour prendre le thé avec !
Les quelques client déjà présent éclatèrent de rire. Sachi put entendre aux milieux des gloussements. ‘‘Elle ? mais comment le pourrait telle'' ou ''Il faut être fou pour se lancer à la poursuite d'un tel monstre'' ou encore ''Ca fait des mois que les gardes essayent, elle ne croit pas sérieusement qu'elle va réussir seule'' ! Le garde aussi s'y mettait.
- Écoutez, c'est gentil, mais vous allez vous mettre en danger et …
-Buffle-Chien-Dragon-Tigre-Chèvre-Rat-serpent. Kira Kasai, Technique du contre-feu.
Sachi leva sa main en direction du plafond et lança une tornade de flammes vers le ciel. Le feu ne brûla rien, mais éteignit toute les flammes de la pièce, un peu plus plongée dans l’obscurité. Sachi, sa technique terminée, baissa le bras et dit d'un ton calme.
- Je suis ‘’plus ‘’ qu'une petite vagabonde. répéta-t-elle avec un sourire.


Plus tard, dans la mâtiné, le garde emmena Sachi à l'hôpital. Ils avaient entreposé les corps là-bas. Le médecin légiste lui expliqua, non sans réticence, plus en détails l'affaire.
- Il y a 11 mois le premier meurtre a eu lieux. Nous avons pu noter que la jeune fille avait été éventrée est vidée de son sang après avoir été … violée.
- La cause de la mort est donc l'hémorragie ? Sachi avait un ton très sérieux. Elle entretenait cette discussion comme si elle était normale. Comme on parle du beau temps devant un étal au marché.
Le médecin finit par l'amener devant une table d'autopsie. Un corps s'y trouvait, couvert d'un drap blanc.
- Vous avez de la chance que le sous-chef de la garde vous ait à la bonne mais, même s'il me l'a demandé personnellement, je ne vous conseille pas de regarder le corps. Il est …
Sachi le coupa en levant le drap sans demander son reste. L'impudence de la jeune fille fit faire la grimace au médecin légiste. Sachi, elle, ne s'en souciait guère et commençait à examiner le corps.
- Pour répondre à votre question, il ne semble pas que ce soit l'hémorragie la cause de la mort. Le premier coup a été porté à la tête. Le cerveau a été directement attaqué. C'est cela la cause de la mort. Le reste, à l'exception du viol, a été fait après.
Sachi examina la jeune fille ouverte en deux. Elle avait été ouverte en deux, certes, mais pas par le légiste. La coupure n’était pas nette, pas régulière. Cependant les organes n’étaient pas touchés. Une petite coupure à l’intestin grêle, rien de plus. Cet élément amena Sachi à penser que la raison de l’ouverture était autre. Il restait donc le sang. Si le cadavre n’avait pas été plus vidé que cela. L’assassin avait fait un bon travail de vidage. Mais pourquoi récupérer autant de sang ? À moins de vouloir faire des expériences ?
- Combien de victimes ?
- Quatorze.
« Beaucoup trop, ce n'est pas ça non plus. »
- Au début une par mois. Puis il y a un mois ça s'est accéléré à une par semaine. On s’attend à une nouvelle victime cette semaine.
- Ne t’inquiète pas j’y ai échappé cette nuit.
Le médecin sursauta de surprise.
- VOUS AVAIT SURV…
- Au stop ! Ça va ! vous n’allez pas tous me faire ce coup là !
- Heu… pardon.
- Mais si nous ne voulons pas que moi ou une autre y passe, il vaut mieux l’arrêter dès ce soir.
/!\ -16:
 


Désormais percher au sommet d'un bâtiment. Sachi réfléchissait aux éléments en sa disposition pour résoudre ce problème. Une femme récupérait le sang de jeune fille soufrant d'un retard de puberté. Elle sembler maîtriser des connaissances et médecine non Iroujutsu, comme Sachi. Et une maîtrise du Kenjutsu. La plus grande question que se posait Sachi était, pourquoi tend de sang ? En médecine ou en science une telle quantité de sang était exagéré. Sachi s'assit et prit sa tête dans ses mains. Elle réfléchissait et ne voyait pas les motifs de ces meurtres. Ce n'était pas le sadisme, les victimes étaient tuées d'un coup dans leur sommeil. Sans souffrance. Qu'elle que choses ne coller pas. À une moyenne de 3 litre 530 par individu. Ce n'était pas le sadisme, les victimes étaient tuées d'un coup dans leur sommeil. . Non mais sérieusement, qu'est-ce que qu'elle qu'un ferait de 10 litres 550 de sang ? C'était franchement stupi…
Sachi se bloqua. Elle repensa à une vielle histoire de son pays. Elle sortit d'un de ses parchemins, un parchemin d’histoire (oui parcheminséption). Une Kunoichi qui se nommant Batori, ce beignet régulièrement dans des bains de sang de vierge. Pour garder à jamais sa jeunesse. Apparemment, celons les documents d'époque ça marchés, mais cela utiliser du Fuinjutsu.
Bien, Fuinjutsu a ajouté à la liste des compétences.

Plus tard, Sachi était de retour à la taverne, une nouvelle nuit aller commencer, elle ne voulait pas rater la tueuse. Sachi resta tout de même un peu au bar afin de se restaurer. Elle accompagna son repas d'un thé bien excitant qu'il l’aiderait à resté éveillé.
Elle a accompagna son repas d'un thé bien excitant qu'il l’aiderait à resté éveillé. Peu être avait-il était effrayé par l'annonce que le tueur de Kin. En fait même, le patron était absent. Bof cela avait peu d’importance. Vu son gabarit et son sexe, ce n'était pas le tueur. Seule la patronne était là, alors Sachi discuté un peu avec elle pour passer le temps. Au fil de la conversation Sachi dit.
- Dite ? Vous n'avez pas pris qu'elle que ride depuis hier ? oui Sachi ne m’était aucun filtre entre ce qu'elle pansait et ce qu'elle disait.
Le bruit de verre brisé se fit entendre. Entre la main de la tavernière, un verre avait était compressé si fort qu'il n'avait pas résisté.
- Désolé, je parle trop parfois s’excusa maladroitement Sachi. Ces vrais que s’excuser n'était VRAIMENT PAS dans ses habitudes.
- Non ce nés rien, le verre était fissuré, vous n'y êtes pour rien dit la vielle dame avec un air gentil et excuser.
Sachi décida après cela de souhaitait la bonne nuit à la femme et de monter a ça chambre.

Dans l'obscurité, Sachi attendait. Elle était prête à recevoir une invitée surprise si elle osait revenir.
Les heures passées et rien ne se passait. La tueuse n'aller pas attaquer n’importe comment. Sinon comment aurait telle échappé à la garde de Kin.
Mais un problème survint. Sachi sentait ses paupières lourdes. Elle avait pourtant pris ses précautions pour éviter de s’endormir. Les heures passées et rien ne se passait. Que se passait-il ? Ce n'était pas normal. Les effets étaient proches de ceux d'un somnifère. Mais elle n'avait rien avalé depuis son thé d'il y a 3 heures. Le sommeil était plus fort que sa volonté. Elle sombra peu à peu, mais ne lâcha pas le combat. Elle resterait éveillait quoi qu'il arrive.
Finalement, elle trouva une sorte d'équilibre dans un état de somnolence.

Et c'est quand elle ne sembla plus luttée que l’attaque survint. La tueuse ouvrir la fenêtre et se jeta sur Sachi. Cette dernière parvint in extremis à retrouvé conscience. Les bras '' écharpe '' de Ningen no senshi, qui était caché sous le lit, attrapèrent les membres de l'assaillante et la propulsèrent contre le mur. Raté puisqu’elle passa par la fenêtre. La femme tomba au sol dans la rue. Mais c’est là que Sachi avait caché un autre de ses cadavres, Kuma no senshi. Ce dernier, attaqua sans retenu l'ennemie. Il arracha même une palissade en bois dans la foulée. L’adversaire arriva à esquiver. Les attaques continuèrent, mais étaient très maladroites. La fatigue de Sachi ne démordait pas. Elle n'arriverait pas à se concentrer suffisamment pour réussir à contrôler ses cadavres et n’arrivait même pas à en contrôler deux à la fois. Exaspérée par cette situation, Sachi fit apparaître un Kunaï grâce au Fuuinka no Bousu et s’entailla profondément la peau au niveau de la clavicule, suivant l'os afin de provoquer une vive douleur. Cela marcha très bien, Sachi avait très mal… et était de nouveau pleinement éveillée. Pile à temps pour voir s'échapper la tueuse. Mais maintenant que ses capacités étaient retrouvées elle n’allait pas la laisser s'échapper. Elle la suivit en montant sur le dos de son cadavre humain. Celui-ci pouvant se déplacer aisément de toit en toit grâce à ses bras écharpe. C'est donc sur les toits de Kin que se passa la course poursuite. Sachi finit par la rattraper et s’en suivie un affrontement des plus ridicule.
Sachi sauta sur le toit. La tueuse tenta de lui donner un coup de sabre. Sachi esquiva, elle fut éclaboussée par quelque chose. Puis glissa sur une tuile et tomba dans la rue en dessous. Bien triste fin pour une course poursuite. Quand Sachi remonta, la tueuse s'était évaporée.


Raté, bon sang. Sachi n'avait pas envie de rester à courir derrière cette Kunoichi toute sa vie. Elle avait autre chose à faire. Puis elle remarqua un détail. Ce qui l'avait éclaboussée toute à l'heure était du sang. Vu qu'elle avait été éclaboussée, Sachi conclut que ce n'était pas le sien. Réfléchissant à l'événement elle en conclut que le sang devait venir de la main ou du bras dominant de l’escrimeuse. En effet, Sachi fut éclaboussée quand elle avait esquivé le coup d'épée, ça devait venir de là.
Sachi resta là à réfléchir aux divers éléments en sa possession.
Les meurtres était fait par une femme pour récupérer le sang des victimes.
L’endormissement étrange de Sachi devait être du à un somnifère, et il en existait un, assez rare, qui permettait d'avoir des effets à retardement. A ce sujet, Sachi se prit une dose d'antidote universelle. Peut-être aurait-t-elle dû utiliser ça plutôt que de se désosser la clavicule. Sachi n’y avait pas pensé, mais ça aurait mis plus de temps à agir de toute façon.
L’éclaboussure qui faisait dire qu'elle était blessée au niveau du bras ou main droits.
Donc en résumé, une vieille femme avec une blessure à la main qui aurait pu empoisonner Sachi.
- Je sais qui c’est. Erreur fatale d'avoir insisté sur ma personne.

Le matin venu, Sachi retourna à la taverne. Elle entra et stoppa devant le bar. Les clients habituels, et donc le chef en second de la garde, étaient là.
- Je sais qui et le fameux tueur de Kin !
Les clients, et donc le chef en second, se retournèrent, pendu à ses lèvres. Sachi leva son doigt en direction du tavernier.
- C’est cette personne !
- Le tavernier ? s’exclama le chef en second, pendant que le tavernier ouvrait de grands yeux surpris.
- Non, la personne qui est derrière lui…
A ces mots une lame apparu sous la gorge du tavernier
- MAIS CHÉRIE QU'EST CE QUE TU FAIS beugla ce dernier.
- … c’est sa femme.
- NE BOUGEZ PLUS OU JE L’ÉGORGE cria à son tour la tavernière.
La situation dégénérait plutôt vite. Sachi en avait marre, elle avait donc décidé d'abandonner la subtilité et d'y aller franco. Une erreur ? Peut être, mais ce ne serait ni la première ni la dernière.
- En tant que commandant en second des gardes protectrices des terres du Pays des Vagues, et en tant que capitaine général de la garde de la capitale Sachi se demanda si il était crétin ou si c'était normal qu'il parle autant dans une situation si tendue je vous ordonne de lâcher cet homme et de vous rendre sur le champ. Sinon je serai contraint d’utiliser la force !
La tavernière lança un Senbon et le lança sur les deux personnes qui lui faisaient face, qui étaient Sachi, qui l’esquiva sans trop forcer, et le chef qui se le pris en plein œil. Tellement que le Senbon traversa l’œil, atteignit le cerveau, et le tua.
Le pauvre homme tomba en arrière raide mort, sans même avoir eu le temps ''d'utiliser la force''. Bien triste fin, bien mauvaise mort, s'en était limite ridicule.
Les clients prirent leur jambe à leur coup et s’enfuirent tous dans un élan de panique. La taverne étant bien saccagée à présent. Les deux ennemies se faisaient face. Bon ! un otage bloquait un peu la vue, mais ce n'était pas grave.
-Rend-toi petite, ou je vous tues tous les deux !
Sachi commença à lever les mains.
- Ok ok, je me rends.
Elle passa les mains derrière la tête, sur sa nuque, là où se trouvait son parchemin de Fuuinka no Bousu spécial Kunaï. Il ne fallut pas un seconde à Sachi pour faire apparaître ledit Kunaï et de l'envoyer sur la clavicule de l'otage. L'ennemie, surprise, s'écarta de l'otage. Ce que désirait Sachi. Grâce à un autre parchemin de Fuuinka no Bousu, l'un de ceux se trouvant sous ses poignets et servant à invoquer des shuriken. Elle fit apparaître trois shuriken et visa directement le haut du visage de la tueuse. Deux Shuriken atteignirent leur cible, et lui crevèrent les yeux. La tueuse, devenue victime, surprise par la douleur et la cécité, donna des coups de sabre maladroits dans tout les sens. Manque de chance, elle coupa par accident l'artère fémorale de son mari.
- Il faudrait que je fasse plus attention avec ces Shuriken. Je pourrais blesser ‘’quelqu’un’’ dit Sachi d'un ton volontairement ironique.
-TU VAS CREVER SALOPE dit la vielle femme en se jetant sur Sachi. Enfin sur la position, où elle croyait trouver Sachi.
Mais cette dernière s'était décalée de quelques pas et jouait au chat et à la souris. Sauf que le chat était aveugle et la souris sadique. Finalement Sachi finit par se lasser de ce jeu et y mit fin. Elle fit une torsion du poignet à son adversaire et lui fit lâcher son arme. Puis Sachi la retourna contre son propriétaire en lui ouvrant le ventre. La pauvre meurtrière tomba à terre agonisent. Sachi, elle, se tenait au dessus et lui planta une première fois le sabre dans le dos.
- Ça c’est pour m'avoir embêté, alors que je cherchais juste à aller tranquillement au pays du feu.
Une deuxième fois.
- Ça c’est pour m'avoir droguée
Une troisième fois.
- Ça c'est pour m'avoir fait tomber du toit.
Une quatrième fois.
- Ça c'est pour le capitaine chef je sais plus quoi.
Une Cinquième fois.
- Ça c’est pour tes victimes innocentes.
Une sixième fois.
/!\ -16:
 

Une septième fois
- Ça c’est pour, le plaisir d’entendre des cris de douleur.
En effet chaque coup de poignard était accompagné par de délicieux cris de douleur.
Puis Sachi posa la pointe du sabre sur la nuque de la femme.
- Et pour finir, ça c'est parce que je suis sympa. Je t’achève sans te laisser plus souffrire.
Elle enfonça le sabre dans la moelle épinière. C'en était fini.


Des râles d’agonie ce faisaient entendre dans un coin. Le tavernier finissait de se vider de son sang. Sans vraiment savoir pourquoi, Sachi décida d'essayer de l'aidait. Sachi tenta d’arrêter l'hémorragie et commença même à recoudre le pauvre homme, mais c'était trop tard. Il était devenu plus blanc qu'un mort. Sa température corporelle baissait de manière perceptible. Sachi arrêta le travail, pas besoin d'insister. L'homme dans ses derniers souffles parla non sans peine pour demander.
- Co… Comment va… ma femme ?
Sachi décida de mentir.
- Elle va bien, je ne l'ai qu’assommée.
- Bien… bien, … merc… il rendit son dernier souffle.
Sachi lui ferma les yeux. Cela l’attristait un peu mais elle n’allait pas en faire une maladie.

A l’arrivée des gardes, il n'y avait plus personne de vivant dans l’établissement. Ils ne purent que constater la mort de leur chef et, du coup, du tavernier. Sur la tavernière, une note expliquant toute l’affaire. Dans l’arrière boutique, toutes les preuves pour confirmer les dires de la jeune fille qui avait laissé le mot. Ils peuvent tout de même remarquer la disparition de quelque objet, ou pas, mais ils avaient tout de même disparu. Le bandeau de Kin qui se trouvait sur le Chef, le masque du costume de tueur. La cape réglementaire du Chef, le thé soporifique, une bouteille de 2 litres de sang, le sabre de la tavernière. Les notes sur le Fuinjutsu servant à rajeunir et, bien sûr, toutes les affaires de Sachi.
Pendant ce temps cette dernière se trouvait à l’extérieur du village. Cachée, elle préparait un stratagème. Elle allait voyager des années de partout, montrer sa tête à tout bout de champ. Cela présentait un risque. Alors avec la cape et le masque, elle se fabriqua un déguisement pour cacher son visage et la majeure partie des points de son corps qui pourraient la trahir. Pour ce qui était de sa ceinture, au lieu de simplement enlever la plaque de Kiri, elle la remplaça par celle de Kin pour faire croire qu’elle venait en réalité de ce petit village et ainsi protéger Kiri de ses futures actions. Voilà, c'était désormais une Sachi déguisée d'une cape à capuche, d'un masque et d'une fausse plaque de bandeau, qui allait reprendre la route. Ou plutôt, c'était le ''Fantôme de Kin'' qui allait prendre la route.

Correction effectué à l'aide de ma prof de français.


_ _ ___________________________________________ _ _

theme of Sachi Nokoru

A TROP DÉSIRER LA MORT,ON Y BRÛLE SON ÂME.Maxime Chattam
              Oui...  ...j'ai bien grandit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2222-annale-de-sachi-nokoru http://sns-rp.forumgratuit.org/t6106-sachi-2-5 http://sns-rp.forumgratuit.org/t705-sombres-jours http://soulofeternity.forumactif.org/
 
[/!\ 16] Rp Flash Back 20 ans avec Sachi, 2. La paix de Kin?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]
» Un pti Flash Back...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: Monde Shinobi il y a 20 ans :: Autres Pays-
Sauter vers: