Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 500

MessageSujet: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Sam 9 Avr - 19:10

Vol et symbole

Uzumi Hibiki mène un trio de shinobis bien au dessus du niveau général de la bataille. Kotsumaru Tei'en, Drychda Yojimbo et la première nommée se retrouvent en un rien de temps en bas du bâtiment du Hokage prêt à voler les documents importants et à détruire le dernier monument d'une époque dont la révolution est entamée par les forces de Kiri. Un peu après, Haiko le ninja de cendre du village caché de Konoha arrive sur les lieux ayant perçu les émanations maléfiques et surpuissantes du trio de la brume. Un ultime courageux se joint à eux: Haiiro Soramaro. Les shinobis se font face et l'ambiance est annonciatrice d'un combat où seuls des ninjas de rang ont leur place. Pendant ce temps-là, aux portes de Konoha, le démon pieuvre à huit queues poursuit son carnage face à des soldats désabusés.


Message HRP du MDJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haiiro Soramaro
Grade Supérieur
Grade Supérieur
avatar
Messages : 84

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Sam 9 Avr - 19:54





    Pour Haiiro, les portes de Konohagakure no Sato se dessinaient au loin. Les affrontements faisaient rage, et à répétitions irrégulières, de nombreuses techniques de ninjutsu s'élevaient ; mais les cris d'agonies étaient plus forts que ceux engendrés par les explosions. Encore trop éloigné pour être repéré, il se concentra alors. Comme dans toute bataille, l'ennemi se devait de briser la défense dans le but de pénétrer à un point stratégique ; là où se trouvait le pouvoir, et la possibilité de le briser.
    Pour Haiiro, pénétrer au cœur du village était une priorité : il lui fallait devancer l'escouade exécutive dans leur tentative de percée jusqu'à la tour du Hokage. Pour se faire, il devait user d'une technique qu'il pu partiellement développer lors de son entraînement. Avec la peur au ventre, il s'initia à une nouvelle pratique de concentration du chakra. Partant avec un handicap qu'était celui de craindre un échec, il expira profondément tout en se débarrassant de son long manteau afin de bénéficier d'une meilleure foulée et d'une plus grande agilité. Pour la première fois, il allait user du Supido Ryoku : une aura lui permettant de considérablement augmenter sa rapidité. Néanmoins, s'il n'avait pu qu'invoquer cette aura sans l'utiliser, il lui faudra réunir bien plus que du chakra afin de concrétiser son plan. La seule chance qu'il avait à saisir pour devancer l'escouade du Mizukage était de passer au travers des portes de Konoha après avoir atteint un seuil de vitesse suffisant pour les traverser. Pour se faire, il fallait engendrer une réaction physique délicate : si au repos le corps d'Haiiro n'était pas chargé électriquement, il lui faudra passer par un stade lui permettant de faire vibrer ses molécules à une fréquence dépassant celle du bois des enceintes de Konoha. A cause des forces de répulsion entre le corps et la matière, il lui faudra atteindre une vitesse jamais pratiquée -et probablement risquait-il de mourir en cas d'échec.

    Si la lumière était au cœur d'un phénomène physique transportant l'énergie sans transport de matière, alors Haiiro devait user du Supido Ryoku pour lier la métaphysique à sa dangereuse tentative. Dans son acceptation générale, la lumière visible est constituée d'ondes électromagnétiques perceptibles par l'homme. Par un effet d'adaptation des corps vivants à leur environnement, le spectre électromagnétique recoupe l'éclairement énergétique solaire. Avant de recourir à l'Hikariton, Haiiro devait encore une fois réfléchir sur la matière qu'il devait affronter. Si il lui fallait désormais surmonté une phase de crispation qui rendait impossible toute concentration de chakra, ses raisonnements semblaient lui offrir des certitudes qui l’apaisait.
    Si Haiiro comptait manipuler la lumière, il devait être capable d'énoncer la conception de ses ondes ondulatoires, ainsi que d'expliquer les phénomènes de polarisation en comprenant la nature des ondes lumineuses. Il devait ainsi s'éveiller au pouvoir qu'il n'avait jusque là qu'utiliser de manière superficielle, après avoir réussi à façonner une sphère de lumière. Autour de lui, il devait pouvoir déterminer la vitesse de propagation de la lumière ; car avant de la manipuler, il fallait la saisir, la quantifier, et comprendre sa nature. Il ne s'agissait plus de donner une forme au chakra, mais de l'utiliser pour engendrer des phénomènes et rompre certaines lois.

    Grâce à un raisonnement ingénieux et à l'émergence d'un nouveau moyen de perception qui lui permit d'atteindre le premier stade du Supido Ryoku, Haiiro parvînt à déduire que chaque particule de lumière était associée à une onde, et celles-ci devaient être vouées à des vibrations plus élevées que leurs fréquences de dimensions physique. En considérant le déplacement d'une particule unique, il pouvait à présent déduire des points d'arrivée possibles sous forme de probabilité par l'onde associée. Sur un très grand nombre de particules, chaque ligne d'arrivée était illuminée avec une intensité proportionnelle à la probabilité. Peu à peu, le Supido Ryoku, qui s'était manifesté comme une aura similaire à celle du Raiton no Yoroi, se dissipa, sa nature se complétant au moyen d'une concentration supplémentaire d'énergie. Alors, la forme basique de la technique ne se manifestait plus en tant qu'aura distincte et agressive, mais comme une lumière invisible, se déplaçant au gré d'une contrainte que désormais Haiiro devait connaître. Il lui fallait se concentrer d'avantage afin de déterminer l'ensemble de toutes ces réactions, jusqu'à pouvoir s'approprier des capacités qu'offraient cette nouvelle technique.

    Engendrant un phénomène de dépolarisation, la différence de vitesse de propagation de la lumière était désormais suffisamment intense pour créer un phénomène de réfraction parfaite. Dès lors où l'aura du Supido Ryoku pouvait permettre à Haiiro de dévier le front d'onde liée à une vitesse plus faible par rapport aux ondes émises, il se mit en position de course. Le corps d'onde était désormais sans aucun doute plus solide que le bois qu'il devait traverser. Néanmoins, cette forme, sans être stimulée par la vélocité, ne pouvait être maintenue ni renforcée trop longtemps.

    Lorsque Haiiro plaqua ses deux paumes au sol, l'aura répondit un court instant à un phénomène de contact : la poussière et les cailloux à très grande proximité s'étaient instantanément chargés en électricité, et gravitait à quelques millimètres au-dessus de la surface du sol. L'aura invisible qui entourait le jeune homme s'intensifia à son paroxysme ; il lui fallait partir. Alors, au moment où dans sa cornée s'écoula de brefs éclairs, il s'élança de toutes ses forces en direction des remparts de Konoha. Si les portes étaient assaillies par de trop nombreux ninjas, sa course l'élançait en direction de la muraille de gauche. A quatre-vingt-dix kilomètres par heure, le champs de vision d'Haiiro avait diminué de moitié. Il lui était possible, grâce à une forte concentration et grâce à sa rapidité, de se frayer un chemin parmi les hordes. Ses impulsions étaient grandes, mais il lui fallait consommer encore bien trop de chakra pour espérer maintenir l'aura qui le protégeait des frottements de l'air.

    Haiiro, dans un effort de concentration supplémentaire, voyait peu à peu sa vue se réduire. Plus il prenait de vitesse, plus son champ de vision rétrécissait. Cependant, il accélérait : sa foulée ordonnée lui permettait de maintenir un rythme, qui se précipitait au gré de son aura, alimentée par l'énergie engendrée par son élan. Néanmoins, ce ne fut pas simplement grâce à son élan que le garde d'élite parvînt à passer au travers du rempart, mais également grâce à un état de volonté, et grâce à l'absence de toute appréhension vis-à-vis de la confrontation entre l'aura et la matière. Soudainement déconcentré par un grand sentiment de satisfaction mêlé à une fatigue évidente, il éprouva un terrible mal à se stopper : d'abord tentant de bloquer sa course au moyen d'un légère inclinaison de son corps vers l'arrière, sa trop grande rapidité le fit tout de même perdre appui, et basculer en avant. Allongé dos au sol, il y dérapa douloureusement sur plusieurs mètres.

    Epuisé par une pareille prouesse, le jeune homme, presque à court de chakra, recouvrait peu à peu la vue. Ses muscles fatigués, pendant quelques secondes atrophiés, l'obligeait à rester encore coucher. Peu à peu, l'aura du Supido Ryoku s'était résorbée, ainsi que ses contre-coups. Haiiro, privé d'une grande partie de son chakra, se releva toutefois pour aussitôt se cacher derrière la façade d'un immeuble délabré en retrait de l'allée principale occupée par les kirijins. L'écoulement subsonique qui l'avait élancé dans sa course témoignait de son franchissement d'un seuil de vitesse incroyablement élevé, mais qui n'était pas sans conséquence : car si l'utilisateur de l'Hikariton comptait encore se battre, son chakra quant à lui allait mettre du temps à se restaurer.

    Il y avait aujourd'hui ce même ciel cendré, sans astre. Haiiro l'avait déjà vu, et son regard n'était plus le même que d'antan : si la tristesse avait un jour obscurci ses sens, la colère s'emparait cette fois-ci de ses os. Sa mâchoire serrée retenait un cri de fureur ; cette même fureur qui l'avait incité à ne pardonner aucun acte de ceux avec qui il pu s'allier pour vaincre Hachibi. Qu'importait la raison de cette attaque, des innocents furent emportés. Dans les décombres gisaient des corps meurtris, frappés par de puissants jutsus, ou transpercés par des projectiles perdus. Ces visions d'horreur faisaient croître l'aura du jeune garde d'élite, couvert de terre. S'avançant lentement en enjambant les débris, il entendit sangloter. Fermant les yeux un instant pour espérer s'accaparer de suffisamment de concentration pour recourir à ses capacités sensorielles dans le but de pouvoir repérer la personne en détresse, il n'y parvînt pas. Cette haine latente qui ne demandait qu'à sortir ne lui laissait aucune possibilité de trouver ne serait-ce qu'un peu de répit pour accéder à des capacités métaphysiques.

    Né à Hi no Kuni, l'adulte au milieu des maisons délabrées des ruelles de Konoha fut autrefois, comme ses semblables, un jeune artisan au service de cette ville attaquée par les ninjas de Mizu no Kuni. Ce fut dans ce même village qu'il avait grandi, et fourni en bô de nombreux ninjas entraînés ici. A la fin de sa rencontre avec l'ermite Belgarath, le garde d'élite s'était aperçu du fracas causé par le passage de plus de quarante-mille soldats parcourant les sentiers d'Hi no Kuni. Si Hataro Soramaro fut à une époque un Juunin de Konoha, alors son fils se devait de défendre la capitale. Pour le village d'Hibana, Konoha représentait tout : l'argent pour le travail, la sécurité pour l'amour.

    Haiiro avait réussi à trouver le blessé qui souffrait : il s'agissait d'un shinobi plus jeune que lui ; un enfant dont les jambes étaient écrasées sous une poutre en bois. Son visage sanguinolent troublait sa vue. Le fils Soramaro souleva le débris, et le jeta derrière lui. Il se pencha ensuite vers le genin. Si celui-ci ne sentait plus ses jambes, de multiples blessures lacéraient également son corps.

    _ Je ne sens plus mes jambes... !

    _ Désolé, petit. Des secours arriveront.

    _ Mes amis ! Ma famille ! Ils sont tous morts ! Le village est à feu et à sang !

    Haiiro fut pris d'un haut le cœur. Si son visage n'était marqué que par la colère, d'autres sentiments tout aussi négatifs s'étaient saisi de tout son être. Une force insoupçonnée restaurait peu à peu son chakra. La volonté d'agir le transformait peu à peu en un véritable guerrier. Plus rien d'autre ne semblait compter ; il n'y avait seulement que le vengeance. Son ton râpeux, désaccordé et agressif le trahissait. Ses os continuaient de vibré, et le contrôle de son énergie lui échappait. Si la force tranquille qui caractérisait tant Haiiro pu lui permettre d'atteindre des états de méditations poussés, la fureur semblait créer un effet similaire: car l'on ne pousse seulement l'homme au-delà de ses retranchements lorsque l'on s'en prend à ce qu'il a de plus précieux.

    _ Comment tu t'appelles ?

    _ Eichiro... gémit l'enfant, agonisant.

    _ Eichiro, tu es un ninja de Konoha. La Flamme de la Volonté t'habite. Tu t'en sortiras. Tu seras un survivant. Tu auras combattu de toutes tes forces pour ton village. Tu dois survivre en attendant que les médecins arrivent. Ne baisse pas les bras. Ce n'est pas encore terminé.

    Haiiro se releva, et orienta son regard en direction de la tour du Hokage qui se hissait au loin, l'un des seuls bâtiment encore debout. Il serra les poings, et ses dents grincèrent. Si le Supido Ryoku lui avait coûté énormément de chakra, celui-ci semblait peu à peu se restaurer, comme stimulé par des ressentiments extrêmes, fracturant l'ensemble de sa conscience. Il n'y avait plus à raisonner -rien ne pouvait excuser le carnage- ni à aimer -plus rien n'existait-. Il s'agissait d'un champs de bataille au milieu duquel Haiiro, statufié, s'était rendu compte que son corps ne lui appartenait plus.

    I'm sorry brothers,
    So sorry lover,
    Forgive me father,
    I love you mother.

    Un suc virulent et corrosif emprisonna toutes les autres émotions. La haine devint annulation et assassinat virtuel. La haine assassinait sans relâche le moindre doute et la moindre volonté de comprendre les raisons de l'assaut de Mizu no Kuni sur Konoha. Haiiro rompu son Fuinka no Bosou pour s'emparer de son bô. Aussitôt saisi, celui-ci tapa brutalement le sol. La terre sèche s'était fracturée, et tourbillonnait autour d'une aura survoltée. Le regard bleu acier du jeune homme s'illumina d'éclairs cachant ses rétines. Mais lorsque l'aura se dissipa, exerçant une onde de répulsion écartant la poussière et les gravas, ce même regard affronta ce ciel cendré, sans astres. Si l'amas énergétique avait disparu, la tension était toujours présente, et troublait la silhouette d'Haiiro. L'air qui circulait à proximité de lui, chargé en électrons, tonna d'un bruit sourd mais puissant. Reposant son regard froid et froncé en direction de la tour du Hokage, Haiiro prit une position favorable à une forte concentration d'énergie. S'il n'allait pas recourir au Supido Ryoku, sa maîtrise de l'élément Raiton lui avait permis à l'instant d'électrifier son corps, afin de le rendre plus tonique et plus rapide. L'électricité allait encore une fois lui permettre une grande vélocité en agissant sur ses nerfs et ses muscles.

    Et si un enfant rêvait de devenir autre chose que ce à quoi la société le destinait ?
    Haiiro doit partir, et Issa doit l'accompagner. Ils ne sont plus des artisans, je les aient formés à l'art du combat, et leurs esprits rêvent de découvrir le monde. Issa deviendra une puissante kunoichi, mais Haiiro est destiné à accomplir quelque chose de plus grand. J'ignore quoi, mais je doute que ses facilités d'apprentissage découlent de mon héritage. Son esprit n'est pas celui d'une personne ordinaire ; et je crois que sa voie est toute tracée. Il est jeune et inexpérimenté. Il commettra des erreurs, et l'une d'entre elles est prévisible.
    Mais à terme de ce voyage, il reviendra, et plus tard, il leur donnera un idéal à atteindre. Ils se rueront sur ses pas. Ils trébucheront, ils tomberont. Mais le moment venu, il les aidera.

    L'existence d'Issa lui servira d'inspiration. Il vivra grâce à son amour, et grandira en sa mémoire.

    Un autre bruit sourd d'une fréquence bien plus basse annonça un nouveau seuil de concentration : celui qui permit à Haiiro de regagner son esprit. Celui-ci était devenu claire, et s'ouvrait à de nouvelles perspectives : il sentait son corps gorgé de chakra converti en énergie électrique, et son cœur répondre à son nindo. Pour arrêter les guerres, il lui fallait dépasser la condition humaine ; pour satisfaire une aspiration des plus réalistes qui était d’œuvrer pour le bien des communautés d'un point de vue moral. Si nul n'était à l’abri de l'imprévisible événement pouvant réorienter du tout au tout un chemin d'existence, alors Haiiro n'avait plus à se cacher : si avant de rejoindre Iwa il s'était déjà imposé comme un individu rassurant, incarnant une certaine stabilité au sein d'un monde en crise, il allait aujourd'hui reprendre le nom de Premier à Rêver. Si il fut le premier depuis vingt ans à répondre aux rêves prononcés par le Rikudo Sennin et l'Ermite Jiraya, son alliance avec Iwa ne semblait pas l'avoir influencé. D'ailleurs, sur sa tenue, rien ne pouvait prouver son appartenance à la nation de Tsuchi. Son shihakusho bleu foncé, esquinté et couvert de terre, n'était brodé d'aucun kanji, ni d'aucun symbole.

    La guerre apporte son lot de morts, de blessures et de souffrances dans les deux camps. Ainsi, quelle que soit l'issue du combat, nous nous retrouvons tous victimes. La perte d'un être cher est toujours difficile à accepter et à surmonter. On se dit que cette personne ne peut pas nous quitter si brusquement, on se persuade que tout va bien finir. Le jour où Haiiro parviendra à accepter la mort d'Issa, il deviendra quelqu'un d'autre. Il sera réellement revenu de son long voyage, et probablement s'apprêtera-t-il à combattre. Il saura que l'Homme n'est qu'un pion sur le damier du jeu irrationnel du temps, et saura se nourrir du futur tout en approfondissant la richesse du présent.
    Comment je le sais ? Car il s'agit de mon fils. Il a mes cheveux, mon visage, mon corps, mais il a le regard de sa mère. C'est un bohème dans l'âme. Il n'est négligent qu'en dehors de ses objectifs, et c'est un médiocre mangeur. La deuxième assiette qu'il se sert est toujours et uniquement celle de son plat favori. C'est un mélomane et un excellent joueur d'échec. Il est souple, et sera un excellent guerrier. Il méprise l'argent, et ne travaille que pour rendre service. Et pour lui, il n'existe qu'une femme : Issa. Son esprit lucide et admirablement équilibré ne laisse que très peu de place à ses émotions. Mais lorsqu'il parle d'Issa, il dit qu'il l'aime ; à un point qu'on ne saurait imaginer. Le destin voudra qu'elle meurt pour lui permettre de devenir autre chose. Il en est ainsi, dans ce monde.

    Les larges manches du shihakusho d'Haiiro s'élevaient, vouées à une tension qui désormais avait atteinte son paroxysme. S'étant dès lors aperçu que sa longue méditation avait pu lui redonner suffisamment de chakra dans le but de l'utiliser dans une nouvelle course, il se mit en position de départ. Au contact du sol, les gravas proches de lui lévitaient à quelques millimètres au-dessus du sol. Le phénomène prit fin lorsque le regard du garde d'élite se fronça, témoignant d'une volonté de se réapproprier de toute l'énergie concentrée autour de son corps, pour invoquer le Raiton no Yoroi.

    J'aimerais que vous vous souveniez tous de lui. Haiiro Soramaro, fils d'Hataro Soramaro, grand de 6 pieds, de corpulence mince. Souvenez-vous de son visage étroit et anguleux et de ses cheveux noirs. De ses sourcils fins et sombres. Souvenez-vous de son nez fin, de ses lèvres minces et fermes, et de son sourire rare. Souvenez-vous de ses yeux bleus, vifs et perçants, et de son regard introspectif. Souvenez-vous de son débit rapide, et de son élégance stricte. Souvenez-vous des nuances de sa voix.

    Haiiro s'élança finalement à toute vitesse dans sa course pour rejoindre au plus vite la tour du Kage. Bien qu'il était loin d'atteindre une vitesse se rapprochant de celle conférée par le Supido Ryoku, sa foulée l'aidait à surmonter rapidement de nombreux obstacles, tout en le préservant d'une trop grande perte de visibilité. Le plus dur n'était donc pas de pouvoir changer de trajectoire, mais de ne pas dévier le regard vers le chaos absolu : à chaque pas, de nouveaux cadavres jonchaient, tandis que des ninjas grièvement blessés assistaient à une course effrénée d'un homme qu'ils ne connaissaient pas, et qu'ils ne pouvaient pas clairement distingués. S'agissait-il encore d'un ennemi, ou d'un allié, venu pour les soutenir ? Alors que les sentiments d'Haiiro se vivifiaient à mesure de chaque vision d'horreur, ses résolutions quant à elle, était entièrement tournée vers un objectif simple : repousser l'ennemi hors du village. Si pendant un moment la vengeance fut son intention, il demeurait désormais pleinement ouvert à la situation, qu'il devait considérer comme un fait en soi, et non comme un fait condamnable. Il lui fallait comprendre ses ennemis, mais également les affronter pour les repousser. Une fois suffisamment lancé, le Raiton no Yoroi fut rompu, et Haiiro continuait sa course, surmontant les obstacles, et tenant fermement son arme.

    Souvenez-vous de ce garçon introverti, solitaire et scientifique. Souvenez-vous de sa patience et de son optimisme. Souvenez-vous de sa bienveillance. Souvenez-vous de sa veine artistique et de sa curiosité avide, de sa sensibilité à la flatterie, de son excentricité et de son anticonformisme. Souvenez-vous de ses séances de lecture, du moment où il taillait des bô.

    A l'approche de la tour du Hokage, Haiiro avait bondit en hauteur ; car il lui sera beaucoup plus facile de se stabiliser en impactant à pieds joint sur le sol, plutôt que de tenter de bloquer sa course grâce à un dérapage. Tandis que face aux Kirijins un nuage de fumée s'était soulevé à l’atterrissage brutal, Haiiro, tapis derrière cet épais voile brun, découpa net l'amas brumeux, qui se propageait alors aux alentours. Il faisait dès présent face aux kirijins, son regard bleu acier, pour la première fois effroyable, substituait à tous discours. Il n'était pas simplement celui d'un homme en colère: il reflétait la révolte, l'espoir d'un enfant, et l'envie de comprendre d'avantage ce pourquoi il avait longtemps voyagé. Silencieusement, comme un fauve cernant sa proie, il marcha assurément, tournant lentement autour des kirijins. Seul un léger murmure annonçant l'activation du Kagura Shingan avait pendant un instant, rompu ce silence pesant, rappelant à chaque seconde les milliers de guerriers ayant succombé à la bataille. Le poignet souple et rigide du Premier à Rêver faisait habilement tournoyer son arme, se dessinant alors comme un faisceau trouble suivi d'une traînée d'éclairs. Sa voix tremblotante et étonnement grave surpassa le bruit de l'air fendu, et du crépitement des éclairs.


    _ Je me souviens de l'un d'entre vous. Nous avions combattu Hachibi. J'aurais aimé vous retrouver dans d'autres circonstances. Qu'importe vos intentions, nous sommes aujourd'hui ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 867

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Dim 10 Avr - 20:22

La cible était donnée. La mission du trio était de détruire le dernier symbole de la puissance de Konoha encore debout ; la tour du Hokage. Cependant, un puissant Konohajin ne semblait pas décidé a les laisser faire. Celui ci, après avoir débarqué sur le champ de bataille, avait instantanément lancé un jutsu Haiton. Les cendres s'étaient rapidement répandues au sol pendant que quatre clones de même matière se matérialisait prés de leur propriétaire. Malheureusement pour Haiko - car tel était le nom de l'arriviste - Drychda en avait décidé autrement. Au seul contact de son épée, les particules précédemment d'un beau gris virent leur couleur se ternir. Les quatre apparitions, subissant la même privation de chakra, retombèrent instantanément en poussière. D'un simple geste de la main, la kunoichi venait sans doute de sauver de très nombreux Kirijin. Après ce bon repas, Samehada, toujours camouflée sous ses bandages, frémis comme a son habitude.

Le trio du pays de la brume prit la route sans plus tarder en direction de leur cible, décidant d'ignorer leur adversaire et de s'éloigner des affrontements. Hachibi venant d'arriver sur les lieux, leur présence n'était plus indispensable. Dans leur dos, Drychda pouvait sentir que Haiko n'était pas décidé a les laisser filer sans rien faire. Tout comme eux, il avançait au pas de course vers son propre objectif ; ses trois adversaires. Alors que les ninjas étaient presque arrivés sur place, quelque chose d'autre fut porté a l'attention de Drychda. Usant de télépathie la jeune femme fit un rapport de la situation a ses camarades.


* Continuez de courir. A partir de maintenant, on utilisera ce moyen de communication. On ne peut pas se permettre de laisser nos ennemis entendre nos plans. L’utilisateur de l'Haiton est toujours sur notre dos, On pourrait continuer de foncer tout droit mais on a un autre problème. Un hostile se dirige droit vers nous, et il est rapide. Très rapide. Contact dans quelques secondes. Si on continues comme ça, on va se faire tirer comme des lapins. On va devoir s’arrêter et combattre. *

Si Uzumi était en charge de l'opération, c'était Drychda est ses habilités particulières qui était la mieux placée pour s'occuper de l'aspect stratégique. La chef d'équipe avait identifié l'ANBU des son arrivée, utilisant même son nom de code. Elle avait forcément été briefée par ses supérieurs. Sans doute connaissait elle l'aptitude de son soldat a établir les plus brillantes des stratégies et validerait ses propositions comme des ordres.

* Lava-Boy, ton pouvoir devrait nous donner l'avantage face au type aux cendres. Uzumi, on dirait que tu vas devoir te frotter au sprinteur. Je vais utiliser un genjutsu pour nous plonger dans le noir au moins le temps d'identifier leurs capacités. Utilisez la technique de transformation pour prendre l'apparence de votre ennemi. Si mon illusion tombe, ça créera le doute dans leurs esprits. Je serais derrière vous tout le long pour vous supporter. Frappez fort, et frappez juste. *

Le trio arriva finalement au pied de la tour. Dans les environs, les soldats avaient déserté les lieux en faveur du champ de bataille a la frontière du village. A peine s'étaient ils arrêtés dans leur course folle que Haiiro les avait rejoint dans un nuage de fumée brune. L'ennemi ne portait aucun signe d'appartenance a un village et sa tenue simple ne donnait pas d'indice a Drychda sur sa provenance. Cependant, les éclairs crépitant autour de lui en disait déjà long sur ses capacités.

_ Je me souviens de l'un d'entre vous. dit le nouvel arrivant d'une voix grave et tremblotante. Nous avions combattu Hachibi. J'aurais aimé vous retrouver dans d'autres circonstances. Qu'importe vos intentions, nous sommes aujourd'hui ennemis.

Sans plus attendre, Drychda lança son genjutsu. Autour des opposants, la zone prit une teinte des plus sombres, bloquant la vue des ennemis autant que celle des alliés.

* C'est le moment. Transformez vous en votre opposant et profitez de l'effet de surprise pour frapper un grand coup ! *

Yojimbo se mit a décrire les moindres mouvements adverse a ses alliés, mettant toutes les chances de leur coté.


HRP:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


"A genoux devant ma lame !" Drychda Yojimbo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5238-annales-de-drychda-yojimbo http://sns-rp.forumgratuit.org/t4941-bingo-book-de-drychda-yojimbo http://sns-rp.forumgratuit.org/t4939-drychda-yojimbo
Messages : 125

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées:
Monnaie: 10 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Lun 11 Avr - 20:03


Uzumi avait la confiance d’Aizen, et c’est pour cela qu’aujourd’hui elle avait été a la tête de millier d’Hommes. Elle avait tué pour son compte un nombre incalculable de fois. Elle était une femme de terrain et non de pensées. Son intelligence s’arrêtait a son esprit vif mais limité, dont la malice dominait pleinement son plein potentiel. C’était une première pour elle de diriger, et cela se ressentait. Malgré la connaissance du déroulement des opérations prévues par le divin Samidare - qui prévoyait tout ce qui se passait et se passerait -  la Jônin de Kiri se trouvait vite dépassée par les compétences de nom de code Lilith.

Sans rien dire, elle cédait son commandement dans le silence, tout en préservant son autorité. L'épéiste avait absorbés les cendres ambiantes avant de prévenir l'arrivée d’un autre adversaire. Alors qu’un ninja arrivait dans leurs directions a grande vitesse, L’ANBU exposait déjà une stratégie réfléchie et pensée. Néanmoins l’idée d’être dépossédée de sa vue, étouffée dans la plus obscure des pénombres déplaisait fortement à Uzumi. Elle était une combattante vétéran pour les combats aux corps à corps, et son style rapide et mortel reposait sur sa capacité a vite réagir selon une situation.

Soudainement, le ninja attendu fit son apparition. Uzumi attachait son regard sur cet homme qu’elle reconnaissait. Ensemble, ils avaient affronté Hachibi, même si la jeune femme ne voyait pas en quoi des renforts supplémentaires en plus de ceux de Kiri avait été nécessaire. Elle se souvenait de sa rapidité. Peu de personne pouvait prétendre la dépasser, mais lui, bien que ses mouvements soient hésitant et chancelant, le pouvait. La guerrière, l’assassine fut tentée de savoir desquels des deux avaient la meilleure fugacité. De plus, l’Iwajin dégageait aujourd’hui une aura qui éveillait plus encore les instincts de survie et de domination de l’ex-esclave. Tel un défi qui avait été accepté, elle lui répondit :


Le rapide là, j'me l'prends. Aménes toi.

La zone de combat fut soudainement projetée dans une purée de pois aussi noir que du charbon. Comme elle s’y attendait, le stratagème adopté ne lui sied pas. Elle ne voyait ni ses propres jutsu, ni même ceux qui pourrait arriver. Pire encore, elle qui voulait se confronter dans un duel de vitesse, faisant briller la lumière et résonner le sons, était désormais bien déçue. Sans même se transformer sous Henge, la Jônin effectuait un coup de poing en la dernière direction connue de ce qu’elle admettait être un rival. Le coup déchirait l’air, et un fantôme sonore qu’elle pouvait contrôler se dirigeait vers Haiiro. Pour ne pas louper la cible, elle demandait par voie mentale, simplement et purement :

*Où ?*  
Spoiler:
 


Dernière édition par Uzumi Hibiki le Mar 30 Aoû - 0:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4451-uzumi-hibiki http://sns-rp.forumgratuit.org/f359-dossier-uzumi-hibiki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4798-uzumi-hibiki En ligne
Messages : 53

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 20 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Mer 13 Avr - 23:50
















 ------
~ Un combat de titans ~




Kotsumaru avait réussit à bluffer les espèce de chats qui ont essayé de lui faire subir sensiblement la même chose qu'il a fait subir à ces pauvres Naras, c'est à dire le réduire en cendres. Heureusement, l'épéiste avait des alliés utilisateurs du suiton qui ont quelque peu réussis à mettre les deux boules de poil en déroute. Si la tactique n'aurait pas fonctionné, il serait certainement encore en train de les affronter. D'ailleurs, il se demandait bien qui avait appelé ces deux invocations, car leur niveau était très haut malgré leur petite taille et leur air mignon. Peut-être le Hokage lui-même, qui sait? C'est avec cette idée en tête qu'il décida de retrouver les deux donzelles qui avaient le commandement. Enfin, seulement l'une d'elle l'avait mais...peu importe, le jeune homme choisit de ne pas trop se poser de questions. Il reprit donc le chemin du rendez-vous pour ensuite les rejoindre et décidant de ne pas se compliquer la vie, demanda simplement des instructions à voix haute sans réellement s'adresser à l'une ou l'autre.

Le plan n'avait pas changé et la tour était toujours l'objectif. Les trois foncèrent vers leur cible, mais un adversaire vint les gêner. Ses jutsus étaient complètement inconnus de l'épéiste, mais alors qu'il allait agir contre l'individu, celle qui possédait l'épée requin vint tout simplement annuler ses jutsus. Devant cette ouverture, Kotsumaru et Uzumi continuèrent leur chemin pour être ensuite rejoint par Yojimbo, mais leur assaillant les poursuivait toujours. L'épéiste allait dire quelque chose, quand une voix résonna dans sa tête, lui disant que ce serait leur moyen de communication, désormais. Pas question que qui que ce soit puisse suivre leur conversation. Plutôt impressionné, l'épéiste se sentait légèrement dépassé avec tous ces pouvoirs spéciaux qui les siens, mais il resta concentré, car apparemment, un autre ennemi leur ferait face, très bientôt. Il n'y avait plus d'issue désormais, il fallait combattre.

La télépathe expliqua brièvement les ordres pour le combat: Kotsumaru...ou Lava-boy, comme elle l'a nommé elle-même, allait affronter le ninja qui les poursuivait depuis le début. La lave allait certainement être un atout, mais l'épéiste voulait en découdre au corps à corps avant d'utiliser la moindre parcelle de chakra, mais il se contenta d'écouter sans dire un mot. Quelque minutes après le ''briefing'', le trio arriva finalement à la tour du Hokage, symbole de la puissance de Konoha. Il fallait la détruire, mais avant, il fallait se débarrasser de deux petits téméraires. Celui que Kots allait affronter ne ressemblait pas à un chuunin ou un genin, il semblait plus fort et surtout, plus avisé que tous ceux qu'il a affronté depuis le début de cette attaque. Il va falloir être très prudent.


Le deuxième ninja, lui, était d'un toute autre niveau. La majesté de sa démarche, sa stature de prédateur, la puissance qui semblait émaner de son être et son apparence globale ne laissaient rien présager de bon. Intimidant et calme, le seul regard de cet individu donnait froid dans le dos. L'aura meurtrière qu'il dégageait aurait fait fuir bon nombre de ninjas, mais l'honneur et la mission passaient avant tout pour l'épéiste, même sa propre sécurité, tel était son code d'honneur : Une mission, un objectif: La victoire. Dût-il en mourir, il accomplira sa mission, peu importe ce qu'il lui en coûtera, même s'il doit affronter des ennemis bien au-delà de son imagination. Celui-là ne fera aucune exception. Cependant, pour cette mission, Lava-boy n'était pas seul: Son alliée balança alors un genjutsu puissant qui plongea l'espace dans de pures ténèbres. Fermant lentement les yeux, Kotsumaru dégaina son épée en utilisant le Henge et marcha d'un pas décidé vers Haiko dans le genjutsu, laissant la télépathe guider ses pas...et sa lame. Voulant prendre son ennemi par surprise et l'empêcher d'effectuer un Kai, Kotsumaru utilisa alors une technique à l'épée qui, à l'aide de quelque pas excessivement rapides, permettait de trancher l'ennemi au flanc en l'espace de quelque secondes. Ensuite, il se retourna pour asséner un coup latéral au même ennemi auquel il faisait face.



Spoiler:
 






Dernière édition par Kotsumaru Tei'en le Jeu 14 Avr - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haiiro Soramaro
Grade Supérieur
Grade Supérieur
avatar
Messages : 84

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Jeu 14 Avr - 14:19


    _ Le rapide là, je me le prends. Amènes toi.

    Haiiro interrompit sa lente marche animale face à Uzumi. Si les éclairs qui gravitaient encore autour de lui s'estompaient, une autre aura bien plus opaque semblait lentement se manifester. Les poings serrés, voyant peu à peu son environnement disparaître, il parvînt rapidement à une certitude : si son aura devait éclairer les éléments ici-et-là, un genjutsu semblait complètement les dissimuler. S'il ne s'agissait donc ni d'un Ninpo, ni d'un Ninjutsu, alors il lui fallait agir vite, car cette illusion servait certainement de stratégie pour le déstabiliser. Seul contre des ninjas coordonnant leurs efforts, le jeune homme s'éveilla à un sentiment de détresse, et relâcha finalement la pression de son chakra pour le transformer en l'armure Raiton qui pourra durant un premier échange, lui permettre de résister à des attaques qu'il ne pourra peut-être pas esquiver, mais surtout d'augmenter sa vitesse.

    Fermant les yeux et comprenant rapidement le rôle de la jeune kirijin aux cheveux rouges durant cette première phase, il n'avait qu'à craindre l'assaut de son alliée, Uzumi Hibiki. Et, durant cette étape de concentration orchestrée par l'habituel sens de la déduction du jeune homme, celui-ci vînt à deviner la stratégie et le rôle que remplissait chaque adversaire : celle venant de générer le genjutsu était certainement la seule kunoichi du trio douée de capacités sensorielles, si bien que l'illusion ne pouvait être qu'une gêne pour ses ennemis, puisqu'elle devait pouvoir guider ses alliés par télépathies. Là n'aurait qu'été l'objectif d'une illusion capable de dissimuler derrière une ombre parfaite l'ensemble des matériaux et des corps biologiques aux alentours.

    Uzumi Hibiki ne pouvait qu'être une experte en taijutsu : car si l'utilisation du ninjutsu pouvait se révéler trop peu judicieuse sans connaître la position exacte de sa cible, au risque d'user d'une trop grande quantité de chakra et de blesser un équipier, un maître en taijutsu pouvait être guidé, et pouvait user de sa rapidité pour se hisser à vive allure face à son ennemi, et lui porter un coup puissant.

    Pour Haiiro, la priorité était d'échapper le plus vite possible au contrôle de l'illusion qui bloquait sa vue, et de pouvoir user de ses arcanes contre son assaillante. Néanmoins, en tant que logicien et qu'adepte des techniques nécessitant une importante vitesse pour être exécutées, le Premier à Rêver compris la résonance qui se répercutait dans l'air : son adversaire, en usant d'une grande rapidité, avait généré une succession de zones de suppressions et de dépressions dans l'air, ces zones ondulant ensuite entre elles pour engendrer une onde de choc. Néanmoins, aussitôt le bang fut perceptible, son émanation avait frappée l'abdomen d'Haiiro, cependant protégé par le Raiton no Yoroi. Là fut son plan : là où il sentait la distorsion peser contre son armure, il lâcha son bô et s'en empara, pour la compresser entre ses deux mains. Ses pieds dérapaient sur le sol, et ses mains tremblaient sous la tension de la technique.

    Une onde de choc se voulait être un champ où se situait une transition spatiale discontinue, constamment en mouvement. La discontinuité spatiale qui s'écoulait à présent entre la poigne fragile et prête à céder du Premier à Rêver avait certainement résultée d'une action de contact ; Uzumi Hibiki était donc capable, avec la force et la vitesse de ses poings, de créer ce type de phénomène au travers l'utilisation d'un jutsu lui permettant d'accélérer sa vitesse. Haiiro, sentant ses mains partir et la pression de l'onde avoir raison de lui, hurla : un cri lui permettant de réunir d'avantage de chakra et de force, et de maintenir le contrôle de son armure. Son corps, toujours voué à reculer suite à la pression qu'exerçait la décharge contre lui, pu néanmoins obtenir à nouveau appui dès lors où l'armure pu se fortifier, et lui offrir la résistance dont il avait besoin pour s'incliner légèrement de côté, et laisser l'amas filer derrière lui. Empoignant aussitôt son bô, il le prit à ses extrémités pour le fendre en deux grâce à un puissant coup de genou: les deux morceaux de bois brisés formaient deux pics affûtés, désormais chargés en électricité grâce au Kagura Shingan. Si Haiiro savait que toutes entités rythmées par une vitesse supersonique ne pouvaient être déviées de leurs trajectoires lors de leur déplacement, alors il jeta l'un des fragments de son bô en direction d'Uzumi, qui devait se trouver à une dizaine de mètres face à lui.

    Ce moyen de diversion permit alors à Haiiro de rompre le Raiton no Yoroi sans risquer de contre-attaque ; car il était à ce moment vulnérable face à une riposte éventuelle. Il lui fallait désormais trouver la solution pour échapper au genjutsu généré par l'autre kirijin cachée dans l'ombre. Cependant, dans un bref accès de fatigue et incapable de trouver ses repaires pour s'élancer dans une course dont il pouvait connaître la fin, il hésita. Si désormais ses Tenketsu regorgeaient d'un chakra pouvant lui permettre d'accélérer sa course sans accumuler une fatigue comme celle résultant de l'utilisation du Supido Ryoku, son incapacité à voir dans l'espace le dissuada : il pourrait être attaqué, et ses assaillants auraient pu très bien apposer des pièges risquant de le priver de son élan.

    Au diable le doute. Il lui fallait agir sous peine d'être grièvement blessé, car il était coincé dans une zone où ses adversaires avaient l'avantage tactique et opérationnel. Il lui fallait courir, et oser surmonter la cécité.
    Une aura discrète se dessina donc autour des pieds d'Haiiro. Les jambes fléchies, il expira fortement, et se pencha légèrement en avant. Son talon droit se décolla du sol, et son pieds gauche s'y plaqua, faisant se soulever la poussière autour de son tibias. Un léger sourire vînt à balayer son visage éprit de doute : il était prêt à user du Sukārettomasu afin d'échapper au genjutsu, et pour affronter Uzumi Hibiki en combat singulier. L'affrontement semblait réjouir le jeune homme : si contrairement à elle aucune envie de tuer ne se manifestait au travers de ses coups, le frisson d'un combat entre deux spécialistes en taijutsu à haute vitesse éveillait en lui une certaine curiosité, et également une certaine joie : s'était-il trouvé une rivale, qui pourrait lui permettre de prendre connaissance de l'étendue d'un potentiel qu'il connaissait, mais ne maîtrisait pas ? Au-delà de ce fait attestant d'un caractère guerrier émergeant peu à peu en lui, Haiiro se souvînt tout de même de ses responsabilités : s'il ne parvenait pas à protéger Konoha, jamais il ne pourra protéger Hibana, et résister à la sœur qui voulait ses pouvoirs et plus que tout, sa mort.

    FLASH BACK :
    RUN - MY SON - RUN


    Ce fut un jour comme celui avant son départ. Alors qu'Haiiro venait d'apprendre que Konoha était attaquée, il voyait une nouvelle fois son père assis sur la chaise qu'il empruntait souvent pour bouquiner. Les bougies qui illuminaient la pièce demeurant dans la pénombre des stores dissimulait un visage grave et emprunt à de tristes souvenirs. Bien plus tristes que ceux qu'il pu déjà expliquer. Ceux qu'Haiiro ignoraient encore, et se devait désormais de connaître. Ceux qui allaient l'aider à garder espoir, et à grandir au travers de ses affrontements. Assis lui aussi sur une chaise faisant face à la place de son père, Haiiro, discrètement et sérieusement, murmura:

    _ Otousan... ? Je dois partir.

    _ Je sais, Haiiro. Reste assis, s'il te plaît.

    Si auparavant il avait pu se montrer inquiet et dans l'incompréhension, Haiiro n'affichait que sur son visage une volonté issue d'une certaine empathie, ainsi qu'un regard ayant déjà tout observé et tout compris. Il se souvenait des nombreuses fois où son père s'était déjà trahi, en ayant voulu l'empêcher d'accéder à la motivation de s'approprier de nouveaux pouvoirs, et à comprendre en quoi ceux-ci lui étaient prédestinés.

    _ Je t'avais dis que ta mère fut décédée lors d'une mission, mais il faut que tu saches en quoi cette mission consistait...

    _ Otousan, je...  Le vétéran interrompit brusquement son fils, et céda précipitamment : _ Tu as une sœur. Mera. Pendant ton entraînement ici, je t'ai vu utiliser le Supido Ryoku, je t'ai vu t'entraîner en usant de l'Hikariton, il faut donc que tu saches qu'autrefois, les Soramaro étaient les membres d'un clan. Le clan Soramaro est né de mon union avec Meïa, ta mère. Elle était une jeune Kunoichi au service des forces spéciales. Comme toi, je pouvais utiliser le Katon et le Raiton pour créer l'Hikariton ; et je fus le premier homme de Konoha à parfaire à sa maîtrise. J'étais l'Eclair Ecarlate. Ton grand-père, ta mère et moi voulions alors faire de ce talent un symbole, et Mera est arrivée. Comme toi, elle pu rapidement comprendre le potentiel inscrit dans son sang, et elle devînt la première Soramaro à dompter le Supido Ryoku. Conscient de la puissance et des facilités de compréhension de ma propre fille, je fus épris de fierté : elle était ce que nous voulions : une personne capable de faire d'une famille de classe moyenne un clan puissant un reconnu. Cependant, Mera vînt à nous mépriser : elle ne supporta pas la pression de ton grand père, et encore moins la mienne. Elle devint obsédée par le minutage et la perfection, et quitta le village. Ton arrivée prochaine n'arrangea rien. Sa trop grande fierté la fit nous haïr...

    Le regard d'Haiiro s'était soudainement raffermi. Il venait d'apprendre l'existence de sa sœur et de son clan. Lui-même venait à mépriser son père, et semblait soudainement s'attacher à l'existence de Mera, qu'il ne pu en revanche jamais connaître. Voyant son fils se renfermer sur lui-même, Hataro continua tout aussi rapidement :

    _ Elle a abandonnée le village. Elle se savait plus puissante que nous, et elle revînt à Konoha grâce au Supido Ryoku pour enlever ta mère. Je me suis mis aussitôt à sa poursuite, et nous nous sommes affrontés. C'est là que j'ai deviné que son but était de voler ma vitesse, et de tous nous tuer. J'ai réussi à la vaincre, mais ta mère était trop affaiblie après t'avoir mise au monde. Je n'ai pas pu la sauver, mais j'ai pu te sauver toi...

    Haiiro se leva violemment de sa chaise, qui tomba à la renverse, fracassant le parquet de la pièce à vivre. Furieux de ne pas avoir pu connaître cette histoire avant, qu'il estimait comme étant la preuve de l'irresponsabilité de son père, il cria :

    _ Pourquoi m'avoir caché tout cela ?! Toi et grand-père avez faits de Mera un monstre ! Vous auriez dû lui laisser le libre arbitre, vous n'auriez pas dû vouloir faire d'elle une arme de clan ! Tu m'as caché l'existence d'une sœur qui pourrait être raisonnée !

    Hataro baissa les yeux face à un fils en colère, et qui soulignait ses terribles défauts qui avaient marqués son passé au fer rouge. Il se leva, s'avança et se mit nez-à-nez à lui. Son regard emplit de regrets mais également de sincérité perça celui d'Haiiro, qui regagnait peu à peu de sa sérénité.

    _ Tu as raison, Haiiro. Je suis responsable de cette situation. Il y a eu tellement de gens qui ont été blessés à cause de moi que quand je te regardais je ne voyais qu'une autre victime potentielle de mon orgueil et de ma démesure à avoir voulu créer un clan puissant. Oui, j'ai engendré cette folie et la mort de ta mère, j'ai mentis et je t'ai caché l'existence d'une sœur et de ta lignée, mais toi Haiiro, tu as les moyens d'y mettre un terme ! Tu es de taille pour y arriver ! J'en suis sûr... Je n'ai pas pu prendre soin de notre fille et par ma faute, elle est devenue le contraire de ce dont à quoi elle aurait dû aspirer. J'ai scellé sa destinée, et elle veut maintenant décimé le clan qui lui a fait tant de mal. Mais toi, Haiiro, dès que tu as ouvert les yeux, j'ai deviné que tu étais différent. Pas seulement différent d'elle, mais de nous tous.

    Hataro se déplaça assurément jusqu'à la porte d'entrée de sa maison; le hall ouvert sur la pièce à vivre. Il l'ouvrit, et conclu en même temps qu'Haiiro s'avançait silencieusement jusqu'à lui, les poings serrés et le regard électrique.

    _ Tu te souviens, lorsque à tes seize ans tu m'avais accompagné à Konoha, en compagnie d'Issa ? Je ne voulais pas que tu livres des bô avec moi...

    Haiiro se pencha en avant, prêt à partir, convaincu par son nindo enrichi par de multiples souvenirs de son passé. Sa rencontre avec Issa, ses services à Hibana, ses entraînements, son voyage, ses nombreux pèlerinages, tout paressait concorder à aujourd'hui.

    _ Je voulais que tu puisses voir par toi-même ce que tu allais devoir protéger. Pas seulement Konoha, mais ce monde. C'est ce qu'un Soramaro doit faire. Alors maintenant cours, mon fils, cours !!!

    FLASH BACK :
    RUN - MY SON - RUN
    FIN.

    … Un regard électrique qui se retrouvait au milieu de l'ombre. Ces mêmes doigts puissants qui se fermaient sur des paumes qui contenaient le poids d'une volonté sans faille. Ces mêmes souvenirs désormais présents à ce moment où Haiiro se trouvait au cœur de la bataille. La cécité n'était plus un handicap, mais une épreuve à surmonter.

    Toute ma vie, je n'ai fais que courir après les bâtons.
    Un petit artisan qui rêvait de découvrir le monde,
    Et qui sculptait le bois pour ceux qui le connaissait déjà.
    Mais j'étais toujours en retard.
    Issa se croyait derrière moi, tout le temps.
    Mais elle était en faite toujours devant,
    Elle qui prenait le temps de contempler ce qu'elle avait déjà.
    Elle est morte parce que je n'ai pas été assez rapide pour la sauver.
    Aujourd'hui, je le jure, je ne trébucherais pas.


    _ C'est moi que tu veux ?! Viens !

    Le jeune homme jeta son autre morceau de bô à terre, détourna aussitôt les talons et se mit à courir tout en usant du talent conféré par sa lignée : si pendant ce temps il était incapable de recourir au ninjutsu étant donné qu'il venait de répartir son chakra dans les tenketsu de ses jambes pour repousser les limites de son corps, sa vélocité se retrouvait démultipliée. Il lui fallu parcourir plus d'une centaine de mètres avant d'échapper au contrôle du Kokuangyou, qui se matérialisait au loin comme un immense dôme noir opaque.

    Ici, comme au milieu d'un no man's land, aucune illusion ne pouvait cacher les affres de la guerre : des corps jonchaient ; il y avait eu de nombreuses pertes. Comme ramener à la réalité par ces visions macabres et par la vue du sang, Haiiro bénéficiait d'un peu d'avance, et ne pu que se perdre un instant face aux cadavres ensanglantés, coincés sous les poutres et les métaux des bâtiments effondrés. Si plus aucune émanation d'énergie ne le contournait, le calme et le contrôle de ses ressentiments le conduisait à s'agenouiller auprès de la dépouille d'un ninja de Konoha. Il y détacha lentement son bandeau frontal, tâché de son sang, pour le porter à son tour. Il se releva alors, s'éloigna de plusieurs pas, et tira deux kunai de son Fuinka no Bosou. A ce moment, Uzumi Hibiki lui faisait face. Il se mit en position évoquant celles des adeptes du Kali Arnis Eskrima. Son regard prudent fut précédé de sa voix la plus calme:

    _ On n'en était où ?

    Si son objectif était désormais d'économiser suffisamment de chakra pour pouvoir recourir à différentes arcanes, alors Haiiro se jeta sur Hibiki en usant de sa souplesse, afin d'user d'un taijutsu variant sur l'utilisation de ses armes et sur de multiples techniques d'arts martiaux simples. Les deux spécialistes en taijutsu se faisaient désormais face, et combattaient à vive allure.



Résumé:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


" J'ai l'intégral des vinyls de Clauclau. "
Jean-Maurice Ravel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 867

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Jeu 14 Avr - 23:47

Dans les ténèbres, les combattants se faisaient face au pied de la tour du Hokage.

_ Le rapide là, je me le prends. Amènes toi. annonça Uzumi d'un ton provoquant.

"Quel intérêt d'établir des stratégies en silence si c'est pour qu'elle les répète a haute voix...? Et elle n'a même pas été capable d'utiliser son Henge !" pensa Drychda pour elle même.

Même si Uzumi n'avait pas émis d'objection lorsque la sensitive avait proposé sa stratégie, elle ne semblait pas s'y plier non plus. C'est a contre cœur qu'elle écoutait les indications de sa partenaire en ce qui concernait le positionnement de ses ennemis. Sans autre choix, elle demanda tout de même ou viser en utilisant une onde de choc Onkyoton.

L'anbu d'Iwa, pris pour cible, fit preuve d'un courage énorme en attrapant le jutsu a mains nues, protégé par son armure raiton. Privé de sa vue, il devait recourir a des techniques puissantes et a des actions aussi risquées pour tenter de se sortir de ce pétrin. Après s’être débarrassé du projectile, l'homme brisa le baton qui lui servait d'arme d'un coup de genou, injecta une bonne dose de chakra électrique dans les débris, et s'en servit de javelots, visant la dernière position connue de son adversaire.

Avant même que les projectiles n'aient été infusés, Drychda, en bon support, prévenait déjà son alliée a la tête dure.


*Uzu, contre attaque en court*

Puis lorsque le projectile quitta rapidement la main de l'Iwajin :

*Bouges !*

La manieur de raiton provoqua alors son adversaire avant de prendre la fuite :

_ C'est moi que tu veux ?! Viens !

*Uzumi non !* cria Drychda dans la tête de la juunin.

Mais il était déjà trop tard. Se laissant emporter par son envie de combattre - ou peut être par fierté comme le pensait Drychda, voulant prouver qu'elle était la plus rapide - l'ancienne esclave se rua sur les pas de son ennemi.

"Quelle idiote ! Elle ne respecte absolument pas la stratégie et elle court tout droit dans un piège. On aurait pu se débarrasser du mec aux cendres a trois et compléter la mission ! Qu'elle perde le combat, qu'elle soit blessée aux jambes, ou qu'elle meure même !"

Tout en rageant au sujet de son alliée des moins prudente, Drychda utilisa tout de même une technique pour la soutenir dans son duel. Un clone masqué apparut et embraya le pas a la poursuite des deux sprinteurs.

Pendant ce temps, Kotsumaru avait engagé les hostilités avec le manipulateur des cendres. Profitant de la cécité de celui ci, il avait saisi son sabre et avait commencé a porter des coups dans sa direction. Soucieux de la victoire de son équipier - qui lui avait été capable d'utiliser la technique de métamorphose comme demandé - Drychda le rejoint au corps a corps, laissant pour seule aide a la chef d'équipe une diversion des plus basiques.

Un premier coup de Samehada fut porté au niveau de la tête d'Haiko, puis un deuxième au niveau de ses jambes, toujours tout en guidant son allié dans le noir. A tout moment, Drychda était prête a absorber un éventuel jutsu grâce a sa gigantesque épée.




HRP:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


"A genoux devant ma lame !" Drychda Yojimbo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5238-annales-de-drychda-yojimbo http://sns-rp.forumgratuit.org/t4941-bingo-book-de-drychda-yojimbo http://sns-rp.forumgratuit.org/t4939-drychda-yojimbo
Messages : 125

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées:
Monnaie: 10 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Dim 17 Avr - 18:12


Grâce aux indications de Lilith, Uzumi parvint à ajuster la trajectoire de ses ondes sonores qui toucha de plein fouet Haiiro. Pourtant la kunoichi sentit une résistance face à son offensive. L’iwajin semblait bloquer le coup, se faisant repousser par la violence de l’impact et la puissance du Kata qu’avait naturellement développé la meurtrière. Pourtant, le recul du Premier a Rêver s'amenuisât, jusqu’à ce que ses pieds se plantent dans le sol, stoppant définitivement sa course. Uzumi ne pouvait voir par quel moyen le ninja s’était défait de son Kata, mais semblait considérer cela comme un simple obstacle a écraser.

Lilith envahit à nouveau le crâne de la Jônin de Kiri, résonnant pour l’avertir d’une contre-offensive, avant de conseiller de simplement esquiver. Instinctivement le corps de l’assassine se mouvait, sans même s'inquiéter de ses deux compagnons. Les jets - qu’elle ne percevait pas dans le noir - avaient une précision très discutable. La position d’Haiiro avait changée avec ses repères, néanmoins le trio de Kiri s’étalait et une des deux lances improvisées passaient entre les guerriers de la brume. La dernière dénichait Uzumi, qui esquivait sous les instructions de l’ANBU.

L’Iwajin appâtait l’assassine avant de disparaître. C’est ce qu’en conclu l’ex-exclave n’entendant ni sa voix ni de pas fouler le sol. Pour une deuxième et dernière fois, elle demandait a l'illusionniste :


*Où*

Celle-ci la renseignait que l’homme de lumière quittait la zone. Uzumi ayant prit pour cible Haiiro dans son viseur ne pouvait désormais plus s’en détacher, et c’est quasi-instantanément après l’avoir apprit qu’elle s’élançait à sa poursuite. La bruyante et puissante voix de Lilith résonnait atrocement dans l’esprit de la tueuse, en vain. S’arrêtant a quelques mètres de Haiiro, retrouvant enfin sa si précieuse vue, celle née fermière se mit deux vifs coups de paume contre sa tempe, comme pour chasser sa comparse de sa tête.

L’homme aussi lumineux que son Raiton et son Hikariton, dévoila le symbole de Konoha sur son front. S’éloignant du corps sur lequel il s’était servit, il se mit en garde, prêt a en découdre. Son calme faisait contraste avec le sourire carnassier de l’ex-exclave. Passant sa langue sur sa lèvre supérieure, léchant une goutte de sang qui s’était faufilé depuis sa joue, elle répondait de façon inquiétante :


On n’en était.. A combien d'temps t'allais survivre.

Avalant la gouttelette rouge dont le goût ferreux s'agrippait à sa gorge, l’esprit combatif et barbare dégageait une aura malsaine dont le Premier a Rêver fit face avec bravoure. Plus encore, il s’élançait, défiant la folie de la Kunoichi à l’aide de deux kunais. Dans des gestes précis a l'exécution incroyablement rapide, les deux savants du corps à corps se jetaient à corps perdu dans une lutte furieuse et virulente. Les coups d’Uzumi n’étaient pas spécialement munit d’une grande force, mais sa vitesse de réaction comblait sa différence de gabarit. Assurant parade et riposte dans le même geste, elle pu mettre à mal son opposant, réussissant à le toucher à l’épaule, le déséquilibrant. S’apprêtant à pouvoir le frapper comme elle le souhaitait, Haiiro eut un éclair de génie en utilisant ses genoux, pour venir heurter le coude de la guerrière. Se saisissant du bras qui avait été dévié en l’air, le Premier a Rêver portait le premier assaut qui pouvait être dévastateur.

Le poignet armé, la pointe de son kunai se dirigeait vers le ventre de l’assassine. Le bras bloqué d’Uzumi aurait été utile à la parade, contrairement à celui qui restait qui avait le mauvais angle et le mauvais côté. Dans un réflexe surhumain, dévoilant toute l’expérience qu’elle avait obtenue lors de la “Brume Sanglante”, elle prenait appuis sur son bras en l’air, le faisait inévitablement chuter vers le sol, tout en prenant une impulsion pour venir piéger cette main dangereuse entre ses deux pieds, son dernier bras verrouillé sur le sol. Haiiro comprenant qu’il aurait bientôt une main au sol lui aussi, assurant un meilleur équilibre d’Uzumi et une possible contre-attaque avec de violent coup de genoux sur son crâne, il décida d’agir en premier. Assénant sa rotule, s’enfonçait dans le ventre de l’ex-exclave qui suffoqua sous le coup, il enchaîna avec un front-push kick qui projeta la femme en l’air, tête en bas, pendant plusieurs mètres.

Atterrissant avec fracas sur le sol, la préoccupation immédiate d’Uzumi fut de machinalement contrôler son recul. Se redressant, en secouant la poussière de ses avant-bras égratignés, elle riait.


Et si on commençait ?    

D’un air plus sérieux encore, mais encore plus rieur, la poussière fut chassé de ses pieds, les cailloux sautaient sur eux-mêmes, et le sol vibrait. Puis, elle chargea. De front, sans subtilité ni feux d’artifice. Elle s’approchait le plus possible avant que soudainement, son poing vienne se coller a ses côtes avant de brutalement apparaître comme tendu. D’un coup à la vitesse du son, une onde de choc partait balayer la position du Premier A Rêver. Ses capacités étaient impressionnantes, et pourtant elle n’avait encore rien montré, attendant le moment où il ne lui suffirait que d’un mouvement pour venir saisir sa supériorité.
Techniques:
 


Dernière édition par Uzumi Hibiki le Mar 30 Aoû - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4451-uzumi-hibiki http://sns-rp.forumgratuit.org/f359-dossier-uzumi-hibiki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4798-uzumi-hibiki En ligne
Messages : 53

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 20 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Lun 18 Avr - 0:05
















 ------
~ Un combat de titans ~




Les coups de Kotsumaru avaient touché leur adversaire et franchement, celui-ci ne semblait pas avoir eut le temps de se défendre, compte tenu du fait qu'il n'avait rien vu et que le coup rapide de son ennemi l'avait sûrement déstabilisé. Le coup dans le dos de l'épéiste semblait l'avoir sérieusement amoché, mais ce n'était pas tout, car la donzelle qui portait samehada se mit aussi de la partie en lui arrachant la moitié du masque en l'attaquant au niveau de la tête pour ensuite le mettre au tapis pour le compte d'un autre coup aux jambes, éclaboussant Kotsumaru de sang au passage. La façon d'attaquer de cette arme manquait cruellement de finesse selon lui, mais il ne dit rien. Voyant bien que le combat était déjà terminé, Kotsumaru voulut en faire un prisonnier, mais la donzelle qui était avec lui ne semblait pas de cet avis. Brisant le genjutsu, elle leva son épée géante pour couper ou arracher le cerveau de son ennemi, mais la lame de son allié bloqua le coup au dernier moment.

-Je suis désolé, mais je crois que cet homme nous serait plus utile vivant, que mort. Il semble être un haut gradé et il a peut-être des informations qui nous seraient utiles. Il n'est plus une menace et de toute façon, mon code d'honneur m'encourage à épargner tous ceux qui ne peuvent plus combattre ou ont déposé les armes. Je ne t'oblige pas à suivre cette voie, mais j'aimerais que tu m'accordes cette faveur pour cette fois, je t'en serai redevable.

En même temps, Kotsumaru avait aussi pensé à un petit stratagème. Cet homme serait un otage facile pour forcer l'autre ninja à se rendre et ainsi, éviter une effusion de sang inutile. Attachant l'homme presque inconscient, mais hors de danger immédiat, Kots et celle qu'il a réussit à convaincre rejoignirent le duel des deux autres. Kotsumaru déposa sa lame sur le cou de son otage et dit alors au ninja ennemi restant:

-Rends toi, et nous vous épargnerons. Ne tente rien de stupide, tu as vu de quoi nous sommes capable. Nous pouvons encore sauver celui-là...ou l'envoyer dans les abîmes...quelle est ta réponse?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 867

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Lun 18 Avr - 23:25

Haiko n'avait rien pu faire. Contre les deux sabreurs, il n'avait pu que subir les violents assauts acharnés de ses adversaires. Ses tentatives d'esquive n'avaient pas porté ses fruits, le condamnant a de graves blessures. Dans son dos, le coup de Kotsumaru avait laissé une plaie saignante, son masque avait été arraché de son visage par le coup de Samehada, et sa jambe était littéralement désossée.

Alors que Drychda se tenait au dessus de lui, prête a achever son ennemi, le sabre de Lava-Boy vient se mettre en travers de la route de sa gigantesque épée. Sous le coup de l'étonnement, elle fit les yeux rond, hésitant même a céder a la rage comme elle l'avait fait devant les actions de l'ANBU traître un peu plus tôt dans la journée. Heureusement pour lui, le juunin su trouver les mots pour calmer son début de fureur :


_ Je suis désolé, mais je crois que cet homme nous serait plus utile vivant, que mort. Il semble être un haut gradé et il a peut-être des informations qui nous seraient utiles. Il n'est plus une menace et de toute façon, mon code d'honneur m'encourage à épargner tous ceux qui ne peuvent plus combattre ou ont déposé les armes. Je ne t'oblige pas à suivre cette voie, mais j'aimerais que tu m'accordes cette faveur pour cette fois, je t'en serai redevable.

Drychda baissa son arme et s'approcha un peu plus de l'adversaire au sol. Devant l'air inquiet de son allié, elle se justifia :

_ Un prisonnier ne sert a rien mort non? Décidément, je me coltine des juunins bien étranges. Épargner l'ennemi... quel concept farfelu !

Une douce lumière verte sortit de la main de la kunoichi, arrêtant le saignement.

_ Ma paume mystique l’empêchera de se vider de son sang. N'oublies jamais tes paroles Lava-Boy... Tu as une dette envers moi désormais.

Alors que le konohajin commençait a s'agiter, la jeune femme lui asséna un coup de fourreau sur la tempe, l'envoyant dans les bras de Morphée. Kotsumaru expliqua alors son plan a sa camarade. Menacer un otage n'était pas du style de Drychda, mais elle appréciait l'initiative.

_ Mon clone t'attend a mi chemin dans la direction des deux sprinteurs. Si tu as tant confiance en ton plan, tu ne devrais pas avoir besoin de moi. L'illusion de ma présence aura un impact psychologique important. Pendant ce temps, je vais compléter la mission.

Sans prendre le temps d'observer son allié partir chargé de son otage, Drychda se mit a courir dans la tour du Hokage. Arpentant les couloirs en semant des notes explosives aux endroits stratégiques du bâtiment, elle chercha les archives avec sérieux. Malheureusement pour Kiri, toutes les salles avaient été vidées a l'annonce de l'attaque et les documents convoités étaient déjà loin.

Soudainement, alors que la jeune femme fouillait le bureau de la défunte Kage, la voix d'un des sensoriels de Kiri résonna dans la tète de l'agent spécial :


*Lilith? Le Mizukage a perdu un bras. Vos talents sont requis. Veuillez vous déplacer a l'emplacement Oméga en urgence.*

Sans même se donner la peine de répondre, Drychda sauta par la fenêtre dans une avalanche de verre brisé et mis le cap vers le point de rendez-vous. Derrière elle, la tour du Hogake, symbole de la puissance de Konoha, disparut dans une titanesque explosion.

"Mission accomplie." pensa Drychda.

_ _ ___________________________________________ _ _


"A genoux devant ma lame !" Drychda Yojimbo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5238-annales-de-drychda-yojimbo http://sns-rp.forumgratuit.org/t4941-bingo-book-de-drychda-yojimbo http://sns-rp.forumgratuit.org/t4939-drychda-yojimbo
Haiiro Soramaro
Grade Supérieur
Grade Supérieur
avatar
Messages : 84

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Mer 20 Avr - 13:33

    Légèrement blessé à terme de plusieurs échanges au corps à corps, Haiiro avait rapidement reprit son souffle, ainsi qu'une position de garde solide. Son regard évaluait son adversaire, qui revenait seulement de se relever. Uzumi Hibiki était toute aussi résistance que lui : les blessures qu'elles avaient encaissées ne semblaient qu'avoir amplifier son envie de combattre. Réciproquement, le jeune logicien accordait cependant bien plus d'importance aux aptitudes dissimulées derrière ce sourire carnassier face auquel il restait impassible. Il savait qu'Uzumi Hibiki était capable de projeter des ondes de choc grâce à la force et à la rapidité de ses poings ; cependant, comme il en était question pour chaque technique, il y avait des phénomènes qui trahissait la concentration imperceptible du chakra. Tandis que la kunoichi considérait cet affrontement comme un jeu, si bien qu'elle ne cessait de faire savoir sa ténacité, Haiiro, lui, ne pipait mot et restait concentré sur cet instant où ni lui, ni elle ne s'affrontaient, et se préparaient à réellement commencer le combat.

    Pour Haiiro Soramaro, savoir observer était essentiel en matière de créativité et de réactivité : son regard bleu et introspectif s'imprégnait de ce qui l'entourait : non pas de la tragédie des faits, mais des faits en eux-même et de leurs mouvements. Dans ce cas, Uzumi Hibiki semblait être sa seule préoccupation : comme l'acteur d'une situation ne se contentant pas de regarder passivement son adversaire, il l'observait avec des yeux aiguisés, qui déduisaient immédiatement de la moindre chose qui pourra lui permettre de comprendre le cheminement de quelconques pensées, même moindres. Il se devait, avant d'entamer de nouveaux échanges, d'éliminer toutes actions pouvant le surprendre après avoir parfaitement analyser, voire mettre en cage la kunoichi de Kirigakure no Sato. Pour un individu tel qu'Haiiro ayant passé sa vie à développer des habitudes de pleine conscience, un seul coup d’œil lui suffisait à tout comprendre.

    Il y avait tout ce domaine d'entraînement à la Pleine Conscience qui lui avait apprit à être attentif à soi, mais également à tout ce qui se déroulait dans un palais mental régit par la facilité de concentration et de de méditation : et si Haiiro pu sembler absent un instant, toute sa vivacité fut retrouvée dès lors où il pu acquérir toutes ses certitudes. Ses pensées critiques n'étaient pas simplement ancrées dans son esprit, mais nourrissaient deux simples questions : «  Pourquoi était-ce important ? » et « Comment cela se connectera avec le savoir déjà acquis ? »

    Uzumi Hibiki était une belle femme. Sa peau tannée, ses cheveux pourpres attachés et ses pupilles d'or laissaient présager d'une identité forte. Sa combinaison fine et étroite n'entravait en rien ses mouvements : elle était donc une kunoichi habituée à faire face au danger, et disposait d'une force lui permettant de compenser ses lacunes tactiques. Néanmoins, si elle évoquait immédiatement le profil d'une femme forte et confiante, le jeune logicien ne tarda pas à user de son imagination et de sens de la déduction dans le but de connaître ses pensées. Il s'agissait à ses yeux, d'une femme ayant dû inhiber ses faiblesses de ses actions quotidiennes -mais elles devaient être toujours là. Il était également évident pour Haiiro qu'une femme au sein du monde ninja dû un jour ressentir un complexe d'infériorité, la poussant aujourd'hui à prouver sa supériorité aux autres. Sa volonté de contrôle la poussait à défier, soumettre autrui en s'octroyant son droit de vie ou de mort -On n’en était... à combien de temps allais-tu survivre.

    Forte et rapide, Uzumi Hibiki voulut devenir insaisissable pour ne pas être touchée : sa fragilité originelle ayant donnée lieu à un événement post-traumatique. Alors, quel événement aurait pu faire d'elle la combattante cruelle qu'elle faisait mine d'être ? Haiiro, génie dans la compréhension de l'espace physique et social, ne tarda pas à le déduire. Seule la suppression de l'environnement dans la violence la plus totale pouvait engendrer des monstres ; et Uzumi Hibiki était en tous points semblable à Mera Soramaro : une femme en colère, indomptable tant elle méprisait ceux lui ayant tout enlevé. Seul le statut d'esclave pouvait renvoyer à de pareilles images ; et elle ne fut pas l'esclave d'un clan mais d'autres ninjas : car son instabilité ne laissait présager d'aucun amour, mais seulement de la vue perpétuelle du sang, et de la douleur émanant d'une violence sans nom.

    Après avoir pu comprendre le caractère de son assaillant, Haiiro revînt sur ses capacités : si ses poings pouvaient projetés de puissantes ondes de chocs, deux possibilités pouvaient se présenter lors du prochain assaut : sa prise de rapidité lui permettra d'en engendrer à distance, ou à bout portant. Dans quel cas, le jeune homme se devait d'user de ses facultés pour parvenir à devancer sa frappe, et à retourner le poids de son propre corps contre elle.

    Alors, au moment où le sol vibrait, Haiiro pu immédiatement comprendre le but du prochain assaut : user du taijutsu pour créer un effet de double-choc ; celui de la force du poing, et de l'onde résultant de l'impulsion prise. Amusé à l'idée de voir ses propres méthodes se présenter à lui, il déploya immédiatement le Supido Ryoku. Doué d'une plus bien plus grande rapidité qu'auparavant et conscient de l'inconvénient auquel s'exposait un déplacement rapide impossible à dévier, sa trajectoire se voulant toujours parfaitement droite, il pivota, laissant le bras d'Uzumi se déplier, son onde filer, avant de jeter l'un de ses kunaï face à son pied d'appui, pour finalement s'écarter d'elle à l'aide d'une impulsion imperceptible. A cinq mètres de la kirijin, Haiiro s'apprêtait à user de sa vitesse pour se lancer dans une nouvelle attaque. Cependant interpellé par la voix de l'épéiste ayant combattu le konohajin, il se stoppa, et conscient du danger, il fit se dissiper le Supido Ryoku. Kotsumaru Tei'en tenait son ennemi en otage, et promettait de le laisser en vie si le Premier à Rêver se rendait.

    Alors, le jeune homme leva les mains en l'air, et lâcha son autre kunai. Néanmoins, son regard ne quitta pas son agressivité : révolté et canalisant le désir de vengeance qui résultait de cette prise d'otage, il ne pu rester silencieux.

    _ Alors c'est comme ça que votre victoire se profile ?! Par du chantage ?! Et vous vous estimez être des shinobi ? Vous n'êtes pas plus valeureux que le plus bas des criminels. Si c'est ainsi que je dois perdre ce combat, d'accord. Partez ou restez, détruisez cette tour. Effectivement, j'ai vu de quoi vous êtes capable : capable de jeux fourbes et de paroles issues de vos traumatismes. Vous croyez servir ce monde, en usant de pareils jeux d'enfants ? Épargner cet homme ne dorera pas votre blason, car votre bassesse a déjà causer la mort de plus d'une centaine de familles. Si tel est le caractère d'un conquérant, pensez jour et nuit aux vies innocentes que vous avez emportés. Je souhaite que celles-ci vous hantent jusqu'à vous conduire au déshonneur.

    Tandis que la tour du Hokage volait en éclats, Haiiro s'était réapproprier de l'énergie du Supido Ryoku. Les larmes qui ruisselaient sur ses joues étaient balayées par le vent chaud de l'explosion. Sa mâchoire et ses poings serrés gardaient captifs toute sa tristesse et sa colère : désavantagé et voué à disparaître sans avoir pu sauver Konoha, son regard s'électrifia, et se tourna un instant vers Uzumi :

    _ Comment une ancienne esclave peut-elle avoir choisie une pareille voie ? Te crois-tu libre ? Tu es bien plus enchaînée que tu ne le fus : enchaînée par ta dévotion et tes ressentiments. Tu as vaincu, et je succombe, mais dorénavant, tu es morte aussi. Morte au monde et à l'espérance. Vois par cette image qui est la tienne, comme tu t'es radicalement assassinée toi-même.

    En usant de sa rapidité pour quitter Konoha, jamais Haiiro n'eut à courir si vite : comme si derrière lui, un spectre le talonnait. Dans sa course, l'herbe brûlait, et les feuilles s'arrachaient à leurs arbres. Il hurlait, et sa vue se déclinait. Aveugle, il continuait à courir jusqu'à l'épuisement. Il trébucha douloureusement, se foulant la cheville. Roulant douloureusement au sol, son dos frappa la terre, et avachi, il trouva encore la force de s'énerver face à son impuissance et son incapacité à maîtriser ses capacités. Il avait perdu, et tout ce qui le définissait fut à nouveau remis en question.

    Que devait-il être ? Que devait-il devenir pour parvenir à protéger ce qui lui était cher ?



[HRP: Voilà ! Post assez court mais manque évident de temps pour faire plus ! Cheers !]

_ _ ___________________________________________ _ _


" J'ai l'intégral des vinyls de Clauclau. "
Jean-Maurice Ravel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 125

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées:
Monnaie: 10 両

MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   Mer 4 Mai - 3:18


Haiiro avait chargé lui aussi, avec une vitesse plus importante que celle d’Uzumi. Toutefois, son poing incroyablement rapide frappait l’air en premier, déclenchant une onde de choc qui se propageait sur toute la zone devant la kunoichi. Un cône de surpression soufflait tout ce qui s’y trouvait, grandissant et s’élargissant, mais aussi s’affaiblissant. L’iwajin avait subitement changé de direction, sûrement touché par la technique, mais en avait également profité pour décrire un angle de contournement spécifique avec une vélocité qui n’aurait pas eut lieu d’être. L’homme avait laissé un kunai, qui avait été chassé par le couloir d’air généré.

Le combat commençait a devenir intéressant. Puis tout a coup, une voix récemment familière s’élevait, captivant l’attention de l’opposant d’Uzumi. Celui-ci désactivait même l’aura de puissance qu’il dégageait, à la grande déception de la guerrière. Pire, il mettait les mains en l’air et lâchait le kunai qu’il empoignait. A ce geste, un long soufflement sortait des poumons de l’ex-esclave. Uzumi regardait désormais Kotsumaru avec contrariété. Décidément, lui et nom de code Lilith enlevait tout plaisir. Haiiro lui, commençait un discours qui gonflait rapidement la meurtrière.


Eh, qu’est-ce que ça peut m'foutre ? T’es l'seul adversaire intéressant que j’ai croisé et t’es même pas de Konoha. Ce village… est rempli d'sous-merdes.

La tour de l’Hokage explosait, tandis que ces mots sans coeur ni pitié semblait atteindre celui de l’Iwajin. Rappelant a vif toutes les vies perdues et exterminées, son rival laissait échapper une larme. Une larme, qui s’annonçait d’une violence sans nom pour l’assassine. Une larme, qui lorsque le discours d’Haiiro reprit, touchait l’âme, le passé, les tourments et la cruauté de la femme. Son esprit se voilait. Le message n’avait pas été compris dans son entièreté, mais avait touché des cordes sensibles. Ses idées, confuses, ne retenait que quelques mots.

Esclave.
Liberté.
Enchaîner.

Une colère sans nom s’emparait du corps de la Jônin de Kiri. Instinctivement, elle suivait l’homme qui s’échappait, tel un taureau chargeant le rouge, dans un bruit assourdissant, dégageant une image et une aura effrayante. Dans un état second, ses pensées n’affluait plus, et celles qui avaient pu se hisser jusqu'à sa conscience, résonnait a l’infini, blessant, affaiblissant, aliénant et fortifiant en boucle la kunoichi. Ses yeux dorés devenaient livides, sa bouche remonté laissait dépasser ses dents, son front était plissé et ses joues contractées, les tendons de son cou dessinait sa peau, et sa course était chaotique. Dans le dos du Premier A Rêver, l’effroi d’une bête sauvage incontrôlable naissait. La distance se creusait indéniablement, pourtant, elle continuait a avancer, comme un fantôme qui hantait sa victime. Puis, avant que sa cible ne disparaisse, un hurlement retentissait, plus fort et puissant qu’Hachibi lui-même. Un hurlement de souffrance qui transperçait et poignardait tous ceux qui l’entendaient, dans une douleur inévitable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4451-uzumi-hibiki http://sns-rp.forumgratuit.org/f359-dossier-uzumi-hibiki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4798-uzumi-hibiki En ligne
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT TERMINE: INVASION KONOHA] Vol et symbole! (Haiko, Haiiro, Uzumi, Kotsumaru, Drychda)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EVENT TERMINE] Let's go camping
» [EVENT TERMINE] Soirée de rentrée de l'AWH
» [ÉVÉNEMENT: INVASION KONOHA] La Marche Sur Konoha - Partie 1
» [Event Konoha : Les petites têtes] Equipe Bleu
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Hi no Kuni :: Konohagakure no Sato :: Bâtiment du Hokage-
Sauter vers: