Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Double rendez vous !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashiro Ryuka
Ancien Kage
Ancien Kage
avatar
Messages : 996

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 2 S - 5 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 2 000 000 両

MessageSujet: Double rendez vous !   Dim 24 Avr - 20:53

Double rendez vous !
Nom du joueur 1
Ashiro RYUKA
« Godaime »
Nom du joueur 2
Sora Okinawa & Haiiro Soramaro
« Futur Assistant & Futur Iwajin »
Ashiro comme à son habitude réglait différentes choses, le projet ULTIMA avançait au ralentit. Iwa avait subit depuis lors de multiples coupures de courant. ULTIMA utilisait trop d'énergie et si la source était désormais intarissable, son flux n'était pas assez important. Ashiro vérifiait également les différents dossiers des patients admit dans son établissement de soin. Il devait vérifier que toute les causes de ces patients venant parfois de loin pour demander son aide étaient valables et qu'il ne s'agissait pas d'espions venu pour lui voler ses secrets. Ashiro visionnait également les enregistrements de son bureau fait lors de l'intrusion du mystérieux voleur qui avait cru bon de lui voler quelques parchemins sans aucune valeur. Son visage lui était totalement inconnu, et il ne savait visiblement pas qu'Ashiro stockait toutes ses données dans des cristaux serveurs. Une alarme se mit à vibrer puis sonner et une notification éclaira un peu plus son écran. Le Tsuchikage hocha la tête et lut : "Haiiro, proposition d'un nouveau poste d'assistant & Sora, intégration au village d'Iwa". Décidément sa secrétaire s'était encore trompée dans ses rendez vous, elle lui avait mis deux rendez vous simultanés pour deux raisons totalement différentes les unes des autres. Le système Cristalis O.S. était pourtant très intuitif mais certains de l'ancienne génération avaient du mal à s'adapter aux avancées technologiques du village.

Il vit alors la porte de son bureau s'allumer faiblement puis, dans le coin de l'écran sur son bureau, une tête familière fit son apparition :

Ashiro sama, vos rendez vous sont arrivés... Je suis désolé j'avais cru les avoir mis en décalé mais visiblement je me suis trompée. Qu'est ce que je fais ?

Je passe l'éponge pour cette fois ci Uzuka, mais la prochaine fois vous serez arrêtée pour obstruction à l'ordre et à la sérénité du gouvernement d'Iwa. Vous pouvez les faire entrer.

Comme par magie, un pan du mur recula légèrement puis coulissa sur le côté pour laisser apparaître une entrée dans le bureau d'Ashiro. Le bureau était plutôt simple bien que les murs, le sol, les vitres et le plafond de cristaux soient en eux même une décoration qui pouvait couper le souffle à plus d'un. En effet les nombreuses couleurs qui chatoyaient les transparences des textures des cristaux changeaient à mesure que les deux ninjas s'avançaient. Deux chaises sortir du sol pour se placer devant le bureau du Tsuchikage.

Haiiro, Sora, je vous en prie, prenez place. Je n'ai pas beaucoup de temps donc je serai bref. Haiiro, tu as accomplis plusieurs faits de guerre, et plusieurs missions qui se sont toutes soldées par une réussite. Tu travailles à mon service depuis plusieurs années déjà et j'aimerai que tu réfléchisses à la proposition que je vais te faire. La place d'assistant, mon bras droit, comme tu le sais, est vacante du à un petit désagrément. Accepterais tu de prendre cette place ?

Quant à toi Sora, cela fait maintenant plusieurs jours que tu es à Iwa. J'espère que ta suite et son confort te convienne. La Konoha que tu connaissais n'est plus, mais je peux t'assurer, après avoir lu ta mémoire, que tes parents seront ma priorité. Nous allons envoyer une équipe pour les sauver et les ramener à Iwa. Je vais te donner une accréditation pour que tu puisses accéder aux différents services d'Iwa à savoir, les transports en commun, les lieux de restauration, de logement, et le complexe militaire d'Iwa. Tu n'auras en revanche pas accès aux étages inférieurs ou aux étages réservé à la section U.T.O.P.I.E.. Le sérum de cristal qui est en toi est la clé de cette accréditation. J'aimerai savoir si tu es disposé à rejoindre ma nation le temps que Konoha puisse se stabiliser et être libéré de l'emprise de Kiri ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4447-bingo-book-du-godaime http://sns-rp.forumgratuit.org/t948-presentation-de-ashiro-ryuka-termine#36353
Haiiro Soramaro
Grade Supérieur
Grade Supérieur
avatar
Messages : 84

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Double rendez vous !   Dim 24 Avr - 22:35



    Cela faisait cinq jours qu'Haiiro était rentré à Iwagakure no Sato, après les événements de Konoha. Epuisé par les nombreux combats qu'il dû mener et également par la route qu'il dû encore parcourir pour regagner la ville qui l'avait accueilli, sa nuit de repos au sein de ses quartiers fut bien plus que reposante. Appréciant le calme et le confort, il s'était réveillé après plus de douze heures de sommeil ; au moment où le soleil, à son zénith, traversait les stores de sa chambre. Ouvrant lentement les yeux pour finalement s'étirer de tout son long en lâchant un immense bâillement, il se débarrassa de sa couverture, et se leva pour préparer son rendez-vous ; car aujourd'hui il allait retrouver Ashiro Ryuka pour un entretien. Ignorant le sujet qui allait être évoqué, le jeune garde d'élite se dirigea vers la salle de bain en traînant les pieds. En caleçon, il se confronta à son miroir : son visage était égratigné, et ses lèvres encore rouges de sang. Son corps bien plus musclé qu'il y a quelques mois présentait d'anciennes cicatrices, ainsi que de multiples blessures plus récentes qui commençaient à se résorbées.

    Après une douche revigorante, Haiiro s'habilla d'un luxueux peignoir, et nettoya encore son visage, simplement pour apprécier la sensation agréable de l'eau rafraîchissante éclaboussant son visage radieux. Bien qu'ayant connu la défaite lors des derniers instants du village caché du pays du Feu, sa mémoire semblait bien plus sereine. Si l'assaut de Kirigakure fut en soi un événement particulièrement tragique, autre chose semblait l'avoir réconforté. Une chose qu'il dû accomplir peu de temps après la bataille. Son regard introspectif se perdit dans son propre reflet, revivant une partie des faits les plus récents l'ayant à tout jamais changé.

    FLASH BACK :
    INTERNAL CANNON : PREMIERE PARTIE



    Les images violentes sont accusées
    de tous les maux. Mais l'image de la vertu
    ne rend pas vertueux tout comme celle
    du crime ne rend pas criminel.
    Marie-José Mondzain

    Il y avait cette ruelle aux allures de coupe gorge. Aucune vitre ne présentait d'intérieur où la lumière des lampes pouvaient projeter un peu d'éclat sur le sol gris et brisé de ce lieu secret et inquiétant. Seuls des murs solides et anciens guidaient les plus courageux vers un lieu sans enseigne. La lourde porte métallique qui s'ouvrait sur une taverne de fortune grinçait tout le temps, suscitant tous les regards vers le malchanceux. Il était impossible de pénétrer dans ce lieu sans être repéré par ces visages sales, aux dents jaunies, trop fragiles pour dissimuler des haleines nauséabondes mêlant l'alcool tiède au tabac froid. Le silence faisait loi à ce moment : car fallait-il encore oser s'avancer devant ces regards avides et emplit de cruels jugements.
    Yoru Hiru, jeune mercenaire maladroit, s'avançait calmement jusqu'au fond de la pièce ; là où tous les regards suivaient tout ceux qui s'y aventuraient. Car à cette partie du hall, aucune lumière ne brillait vivement, seule une ampoule vacillante laissait présager d'une présence dont tout les vauriens ici se méfiaient. Tous savaient que Yoru Hiru ressortira vivant avec une épée de Damoclès, ou mort. Pire encore, d'autres étaient ressortis fous ; comme si la foudre avait grillée leurs neurones, ou comme si la maladie les avaient frappés instantanément.

    Il était impossible de s'asseoir face à l'individu dissimulé dans la pénombre. Il fallait obligatoirement se tenir debout, et se manifester avec une voix claire. L'identité de cette mystérieuse personne toute vêtue  de noir était certainement tenue secrète par tout ceux qui fréquentaient souvent le lieu ; car elle ne cachait ni sa voix, ni ses intentions. Elle devait être crainte, ou dotée d'immenses ressources financières. Yoru Hiru gloussa, serra la ceinture qui soutenait son pantalon satiné, et s'exprima rapidement. Tout le monde l'entendait ; car tout ceux qui consultaient cette personne suscitait la curiosité malsaine de tous les pourris de ce lieu. Ils attendaient le résultat ; car qu'importait celui-ci, il était toujours hilarant.

    Le plus hilarant était de voir un corps inerte tomber soudainement sans vie, avec sur son visage, une déformation marquée par la peur et la surprise. Aucun de ces vauriens ne pouvaient s'empêcher de rire comme des immondices saoulent et cancéreuses, et derrière la pénombre, le rire discret et enfantin d'une femme les coupa. Seul ce bruit discret et sournois paressait pouvoir les apaiser, ou leur faire obtenir satisfaction. Puis le bruit d'une chaise grinçante, tirée en arrière, les força à se retourner, car eux-même ne voulaient pas croiser le regard de cette personne, à moins qu'elle ne le veuille. Ces yeux jaunes et corrosifs s'avançaient, et lorsqu'ils ressortirent de l'ombre, eux-même étaient devenus noirs. Comme une altération d'un portrait en mouvement, l'obscurité avait gagnée un regard appartenant à une femme sortie d'une pénombre macabre. Ses chaussures claquaient sur le vieux bois fracturé de la taverne, et il s'agissait là du seul bruit perceptible à ce moment. Cette femme s'accouda silencieusement sur le comptoir, écartant la longue cape noire qui couvrait son corps fin et légèrement musclé afin de dégager ses coudes, elle attendait le tavernier.

    Les voix bulleuses et éraillées des vauriens s'élevaient à nouveau, comme si rien ne s'était passé. On vînt déposer une pinte de bière japonaise devant ce visage couvert par de longs cheveux noirs. De profil, il était impossible d'apercevoir la moindre parcelle du visage de cette femme. Pas même le bout de son nez. Cependant, de face, le tavernier, un mastodonte de deux mètres à la peau rouge et aux rides déformant son visage comme un coulis de lave séchée, était frappé par l'émerveillement. La grâce se présentait à lui ; l'image parfaite qu'il se faisait d'une femme. Un rouge à lèvre vif déposait son emprunte sur le verre frais, et ce regard noir se couvrait lentement derrière des paupières aux cils délicats. Le visage à la fois ferme et raffiné de cette jeune femme d'un peu plus de vingt ans esquissait un léger sourire de plaisir ; car là était brassée, en toute inégalité, l'une des meilleures bières du pays, peut-être du continent.  Néanmoins, une mauvaise nouvelle semblait lui avoir gâché tout son plaisir. Sa mâchoire se crispa et son regard s’embrasa d'un puissant courroux.

    _ Il y a un type louche, à la table du fond, à droite du hall. Il est entré capuchonné, et a commandé une vingt-cinq centilitres sans montrer son visage. Si tu veux mon avis, c'est un infiltré.

    Prête à en découdre, la jeune femme se débarrassa promptement de son manteau, pour dévoiler une tenue de combat semblable à celle des ANBU. Probablement l'avait-elle volée, avant de la modifier à sa guise. Dans les bas fonds de Tanzaku, cette mystérieuse femme paressait être à la tête d'un réseau criminel solide : si dans ce lieu malfamé le jeu et le trafic illégal sévissait, il ne constituait qu'une partie de cette vaste organisation aussi discrète que redoutable. Ici, les intrus étaient rapidement repérés, et pris pour cible, sans qu'aucune juridiction étatique ne puisse intervenir. Haiiro le savait, et depuis son entrée, son plan fut déjà bien établi. Conscient du potentiel de la femme à la tête du réseau ainsi que de ses connaissances, le Premier à Rêver avait volontairement susciter un premier affrontement. Celle que l'on surnommait Kaede possédait de puissantes pupilles, un dôjutsu puissant capable de générer des illusions après un simple contact visuel. Les recherches ainsi que les déductions d'Haiiro au sujet de ceux qui fréquentaient cet endroit lui permit aussitôt d'agir efficacement : à peine Kaede s'était approchée de lui et avait agrippée son épaule, qu'il opéra à une prise rapide pour la plaquer violemment contre la table boisée qu'il avait occupé, tout en bloquant ses bras après usé du Fuinka no Bosou pour recourir son bô. Le nez de la criminelle s'écrasa contre la table, et saignait. Son front ayant rudement percuté le bois, lui donna une brève migraine. Forcée à garder le visage écrasé, elle ne pouvait recourir à son dojutsu.
    Dans son mouvement vif et rapide, la capuche d'Haiiro s'était baissée, et son regard n'était en rien celui qu'il avait exprimé durant la bataille à Konoha : il était celui d'une personne usée, violente, et déterminée à combattre le crime de la manière la plus efficace et peu orthodoxe possible. Sans doute le Premier à Rêver était-il encore sujet à un traumatisme qui avait éveillé en lui un profond sentiment d'impuissance et de frustration, donnant lieu à un comportement violent et à une volonté de faire ses preuves. Auparavant peu enclin à faire couler le sang, celui qui recouvrait la table ne l'affolait pas, et ne le sensibilisait pas.

    Les pourris les plus téméraires accouraient vers Haiiro ; et il fallait les mettre hors d'état. Au diable la volonté de compréhension de leurs pensées et l'empathie envers les criminels : d'une main, Le Premier à Rêver généra deux Raiton Kage Bunshin, tous recourant au Kangehika afin d'électriser leurs shuriken, et de tirer de puissantes salves. De l'autre main, il continuait à bloquer Kaede. Terrassés par l'effet de surprise, les corps des assaillants gisaient à terre. Ceux ayant pu résister s'étaient confrontés aux deux clones qui, une fois facilement vaincus, explosèrent et blessèrent d'autres malfrats. Ayant sentis la poigne d'Haiiro se fragiliser un bref instant, Kaede tenta de se relever, mais heurta à nouveau et tout aussi violemment la table. Son nez, déjà fracturé, l'empêchait d'ouvrir les yeux. Conscients de la supériorité d'Haiiro et impressionnés par ses moyens encourus, les autres clients de la taverne n'approchaient pas, mais demeuraient tout de même armés, attendant une occasion pour attaquer.

    _ Où est Mera Soramaro ?!! Hurla gravement le jeune homme, ayant alors électrifier son bô pour fortifier sa poigne, et pour blesser d'avantage sa cible. Kaede, peu impressionnée malgré ses graves blessures, riait de l'impulsivité de celui qu'elle pu reconnaître...

    FLASH BACK :
    INTERNAL CANNON : PREMIERE PARTIE
    FIN


    Après avoir refait ses bandages, Haiiro quitta la salle de bain. Ses pas étaient encore difficiles, car il était encore blessé et courbaturé. Ayant beaucoup trop usé du Supido Ryoku, il était encore sujet à de nombreuses séquelles ; si bien que pour s'habiller, il devait s'asseoir, car la fatigue physique lui venait encore rapidement. Vêtu d'un beau shihakusho bleu marine, il tira de son fuinka no bosou son bô, afin de s'en servir comme appui. A peine eut-il le temps de se vêtir que l'on toqua à sa porte. Il ouvrit à un Juunin, s'inclinant immédiatement face à lui.

    _ Soramaro-sama, désirez-vous une escorte jusqu'aux bureaux du Tsuchikage ? Proposa l'homme, avec respect et dévotion. Haiiro, étonné, écarquilla les yeux et afficha un léger sourire amusé. Si depuis de nombreuses semaines il fut rare de le voir sourire, quelque chose semblait lui avoir permis de se recentrer, et de retrouver une certaine joie, ainsi qu'une vivacité d'esprit bien moins sombre que celle qui le caractérisait depuis la disparition d'Issa. Son caractère guerrier ne semblait plus aussi omniprésent, si bien que son regard laissait transparaître une certaine naïveté. Le Premier à Rêver, génie de la compréhension et de l'observation, semblait avoir accepté son lourd passé, et avoir résolu plusieurs mystères, et son caractère nonchalant lui était revenu. Si beaucoup le savaient désormais courageux et dévoué, il n'apparaissait plus aussi fragile ; il se tenait droitement, mais simplement.

    _ Oh, non. Ca ira, je vais y aller seul. Arigato !

    Descendant les plusieurs étages de la tour dans laquelle se situait son penthouse, il voyait, par les fenêtres, différents panorama d'Iwa. Il pouvait voir les nombreux habitants circuler, le soleil briller et illuminer certaines structures taillées dans le cristal, et plus bas, sentir différentes odeurs se confondre. Le vent de ce matin était frais, et Haiiro, en sortant du bâtiment pour traverser une passerelle neuve en bois vernis passant au-dessus d'un charmant étang artificiel, prit une grande bouffée d'air. Ce recoin d'Iwa se voulait fleuri, calme et bien entretenu, et il adorait s'y attarder au moment où les sakura étaient fleuris, où toutes les fleurs ne bourgeonnaient plus, et rayonnaient de leurs couleurs. Il y avait également une vue parfaitement dégagée vers un ciel sans nuage.

    Il ne fallut que très peu de temps à Haiiro pour rejoindre le bureau d'Ashiro Ryuka, car les quartiers les plus riches d'Iwa n'en étaient pas très éloignés. Sans cesse impressionné par la technologie dont s'était approprié le représentant de la ville, il interrompait sa marche au moment où différents mécanismes s'actionnaient, comme si ceux-ci, tellement ingénieux, éveillaient en lui une certaine prudence, mêlé à une grande admiration. A côté de lui, un autre Shinobi marchait ; un jeune ninja qu'il ne connaissait pas. Peut-être fut-il convoqué en même temps que lui. Demeurant silencieux, il s'installa face au bureau du Kage, sur une chaise confortable qui venait juste de se dresser devant lui.

    _ Tsuchikage-sama... S'inclina-t-il, avant de prendre place. Sans préambule, son vis-à-vis débuta :

    _ Je n'ai pas beaucoup de temps donc je serai bref. Haiiro, tu as accomplis plusieurs faits de guerre, et plusieurs missions qui se sont toutes soldées par une réussite. Tu travailles à mon service depuis plusieurs années déjà et j'aimerai que tu réfléchisses à la proposition que je vais te faire. La place d'assistant, mon bras droit, comme tu le sais, est vacante du à un petit désagrément. Accepterais tu de prendre cette place ?

    La mâchoire d'Haiiro se décrocha dans un silence des plus complets. Un fait pour le moins drôle venant du logicien qui jusque là, s'était toujours présenté comme calme, sérieux et pensif. Ses yeux bleus, auparavant froncés, exprimaient cette fois une certaine joie. A peine avait-il été de retour qu'on lui proposait désormais un nouveau grade honorifique au sein de la Cour. Pensif, il ne pouvait que se remémorer du moment où il fut promu garde d'élite par dérogation. Lui, qui était autrefois un simple artisan en bô, pour finalement devenir un ninja de plus en plus expérimenté, s'étant cette fois éveillé à un esprit plus combatif, et également plus optimiste.

    Le jeune ninja présent dans la pièce était un ancien shinobi de Konoha, ayant sans doute été sauvé par Iwa. Haiiro, sujet à trop d'informations peu de temps après son réveil, hocha la tête. Il souri un bref moment au dénommé Sora, avant de se réorienter vers Ashiro, pour reprendre d'une voix claire :

    _ Ashiro-san ; -sama, je veux dire ! Je suis honoré. C'est avec honneur que j'accepte votre proposition. Je m'excuse de m'être séparé pendant quelques temps d'Iwagakure no Sato. J'avais beaucoup d'affaires personnelle à régler également... je suis heureux d'avoir pu retrouver un peu de confort, après de pareils combats. Je ne saurais comment vous remercier de la confiance que vous m'accordez. Permettez-moi de me proposer afin d'assurer l'intégration de ce jeune garçon, au sein de notre ville.

    FLASH BACK :
    INTERNAL CANNON : DEUXIEME PARTIE.


    _ Ahahah... ! Haiiro Soramaro, « l'Allié de Konoha ». Si je m'y attendais.

    Un choc électrique traversa le corps de Kaede, qui serrait les dents, mais refusait de faire preuve de faiblesse.

    _Parle, pendant que tu as encore un larynx !

    _ Tu cherches ta sœur, c'est bien ça ? Je n'ai jamais bossée avec elle. Je ne sais pas où elle est. Nous n'avons pas les mêmes priorités, ni les même cibles. Je me fiche pas mal de ton clan, du potentiel de l'instabilité de ta sœur. T'es sur une fausse piste, mon beau.

    Haiiro hésita. Alors que son regard ne faisait que d'évoquer une haine latente ne demandant qu'à sortir, une envie de tuer lacérait son corps, tandis que son code moral lui apparaissait comme un léger chuchotement. Finalement, lorsque Kaede évoqua l'instabilité de Mera, il prit conscience qu'elle la connaissait. Ainsi, fracturer quelques phalanges pourrait l'aider à acquérir d'avantage de précisions sur certains faits ayant pu les lier. D'un mouvement bref et rapide, Haiiro leva un instant son bô, dont l’une des deux extrémité impacta sur les doigts de la main droite de la criminelle : ceux-ci se fracturèrent sous le choc du puissant kangehika qui noyait l'arme d'électricité. Sujette à une véritable torture de la part de celui qu'elle croyait être un nouveau héros servant les plus nobles intentions ayant pu être évoquées par ses alliés, elle ne pu s'empêcher de crier de douleur, et d'éprouver de la peur. Incapable de voir ni de réagir tant l'attaque surprise fut efficace, elle comprit que la détermination de l'infiltré pouvait très bien le conduire à la tuer. Il n'y avait pas de lumière sans ombre, et le caractère inférieur, primitif et inadapté d'Haiiro ne semblait pas pour autant nuire à ses excellentes capacités mentales : car avant son assaut, il pu tout analyser, tout connaître au sujet de sa proie et de l'endroit qu'elle fréquentait. Parfaitement renseigné sur le réseau qu'il avait à affronter, son plan aussi sanglant que radical lui semblait nécessaire ; car après s'être efforcé de comprendre l'ensemble des idées qui définissaient les criminels du monde shinobi, le seul recours était de trancher le mal à sa racine. Aussi, le traumatisme de la vision de milliers de morts innocentes lors de la bataille opposant Kiri à Konoha semblait lui avoir donné des raisons de répondre au mal par ses propres méthodes. Tout ce qu'il pu entreprendre et raté alimentait son sentiment de culpabilité ; si il avait pu avant tout cela juger que le Mal se devait d'être vaincu par des forces toutes aussi radicales que celles qu'il employait, sans doute aurait-il pu sauver bien plus de personnes. Ainsi, le fait de projeter ce qu'il ne pouvait accepter de lui-même lui permettait de définir « l'ombre » de sa personne en tant que pôle complémentaire et négatif de sa conscience. Cette zone d'ombre qui s'illustrait auparavant de son inconscient personnel émergeait en ce moment, et complétait l'ensemble de ses analyses ainsi que de ses observations.

    _ Je vais parler ! Arrête ! Gémissait Kaede, dos à un Haiiro furieux et résolu.

    _ Je l'ai récemment payée pour tuer Jinsei Batamo, une pourriture qui me dérange, dans mon Tanzaku. On organise des combats, c'est comme ça qu'on sélectionne nos larbins. Plus ils nous correspondent, plus on les paye, plus on les force à combattre, et plus on gagne de l'argent. Quand on a les meilleurs, on se doit d'en tirer profit. On s'enrichit, et on améliore notre réputation. Vous ne voyez pas tout ça, vous. Vous vous imaginez que nous sommes faibles et peu organisés, mais tu sais comme moi que si tu me tues, quelqu'un me remplacera, et tu seras une cible. Cet enfoiré de Jinsei n'a pas joué le jeu, et il faut dire que Mera est une excellente meurtrière, comme je les aiment : rapide, propre et efficace...

    FLASH BACK :
    INTERNAL CANNON : DEUXIEME PARTIE.
    FIN


    Haiiro souri un bref instant à Ashiro, en zyeutant son bureau. Cela faisait plusieurs jours qu'il n'avait rien mangé, et ainsi, il fut particulièrement heureux de voir que trônait, sur le bureau du Kage, un panier à fruit encore bien garni. Prenant vivement une pomme en se hâtant de la croquer, son incivilité quelque peu inhabituelle témoignait ainsi de son manque de nourriture. La dévorant avant de viser une poubelle rangée à gauche du bureau pour y jeter son trognon, il essuyait ses mains collantes de jus sur son shihakusho en coton.

    _ Veuillez m'excuser, Ashiro-sama, mais je meurs de fin ! Lâcha-t-il, en s'appropriant aussitôt d'une autre pomme, pour finalement poursuivre aussitôt avait-il avaler une nouvelle portion:

    _ Je regrette tout ce qu'il s'est passé à Konoha. J'ai dû combattre trois Kirijins; Uzumi Hibiki, une ancienne esclave qui possède une grande vitesse tout comme moi, une femme douée de capacités sensorielles et recourant au Genjutsu, ainsi qu'un autre homme, dont je n'ai pas pu évaluer les capacités. J'ai été contraint de fuir pour sauver un otage. Ces ninjas de Kiri étaient très forts...

_ _ ___________________________________________ _ _


" J'ai l'intégral des vinyls de Clauclau. "
Jean-Maurice Ravel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 506

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 65 両

MessageSujet: Re: Double rendez vous !   Lun 25 Avr - 20:15

Cela faisait maintenant plusieurs jours que j'étais à Iwa. Ashiro m'avait ramené ici, et depuis j'étais resté au village caché de la pierre pour reprendre des forces. Je pensais sans cesse à Konoha et à Kiri. Kiri, ce village ne méritait plus que le surnom de village caché de la brume sanglante. Toutes les horreurs que les Kiri-jin ont faite à Konoha restera toujours gravé au fond de moi-même. Ce village peuplé de fous furieux dangereux et incontrôlables ne mérite que la destruction par le feu et le sang. Je sentais au plus profond de moi-même une haine naissante, mais qui allait s'intensifier au fil du temps pour au final causer la perte du village caché de la brume sanglante.

Repensant a tout ceci, à mes parents et à Konoha, je marchais en direction du bureau d'Ashiro Ryuka. Le Tsuchikage qui m'avait recueilli m'avait sortit d'une situation où je côtoyais la mort en tant que voisin, évanoui dans les décombres provoqués par une bataille sanguinaire. Me remémorant tout cela en marchant, je fut bien vite arrivé devant le bureau d'Ashiro. Il y avait la un homme plus vieux que moi qui marchait avec moi depuis un moment, sans doute un Iwa-jin d'origine. N'y prêtant pas plus d'attention que cela, j'attendis l'ouverture de la porte. Quand cela fut fait, nous entrâmes tous les deux dans la pièce.

Ashiro Ryuka lui même était derrière un bureau. Quand la porte se fut refermée il commença à parler :

- Haiiro, Sora, je vous en prie, prenez place. Je n'ai pas beaucoup de temps donc je serai bref. Haiiro, tu as accomplis plusieurs faits de guerre, et plusieurs missions qui se sont toutes soldées par une réussite. Tu travailles à mon service depuis plusieurs années déjà et j'aimerai que tu réfléchisses à la proposition que je vais te faire. La place d'assistant, mon bras droit, comme tu le sais, est vacante du à un petit désagrément. Accepterais tu de prendre cette place ?

Quant à toi Sora, cela fait maintenant plusieurs jours que tu es à Iwa. J'espère que ta suite et son confort te convienne. La Konoha que tu connaissais n'est plus, mais je peux t'assurer, après avoir lu ta mémoire, que tes parents seront ma priorité. Nous allons envoyer une équipe pour les sauver et les ramener à Iwa. Je vais te donner une accréditation pour que tu puisses accéder aux différents services d'Iwa à savoir, les transports en commun, les lieux de restauration, de logement, et le complexe militaire d'Iwa. Tu n'auras en revanche pas accès aux étages inférieurs ou aux étages réservé à la section U.T.O.P.I.E.. Le sérum de cristal qui est en toi est la clé de cette accréditation. J'aimerai savoir si tu es disposé à rejoindre ma nation le temps que Konoha puisse se stabiliser et être libéré de l'emprise de Kiri ?


Je ne pensais maintenant plus qu'a cela. Rejoindre Iwa me permettrait de prospérer en tant que Shinobi et d'évoluer dans la bonne voie, sans être seul. D'un autre côté j'avais peur que ce sérum de cristal soit quelque chose servant a Ashiro et lui permettant de contrôler celui qui s'en ai fait implanté, mais je ne savais pas vraiment comment. je réfléchis longuement, et quand ma réflexion fut finie ils avait finit de discuter. Je pris la parole :

- Je vous remercie, Tsuchikage-sama, de votre invitation. Je sais que vous n'avez pas beaucoup de temps et je ne voudrais pas vous déranger ou quoi que ce soit d'autre, mais j'aimerai en discuter plus longuement seuls à seuls, serait-ce possible ? Ce n'est pas que je ne veuille pas rejoindre Iwa, mais j'aurais besoin de plus amples informations sur certains points.

J'espérais que ma demande ne poserais pas de problème a l'ombre de pierre, car j'ai sincèrement besoin de savoir beaucoup de choses.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4548-sora-uchiha-bingo-book http://sns-rp.forumgratuit.org/f333-dossier-sora-okinawa-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/t4545-sora-okinawa-uchiha-survivant-uchiha
Ashiro Ryuka
Ancien Kage
Ancien Kage
avatar
Messages : 996

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 2 S - 5 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 2 000 000 両

MessageSujet: Re: Double rendez vous !   Lun 25 Avr - 21:32

Double rendez vous !
Nom du joueur 1
Ashiro RYUKA
« Godaime »
Nom du joueur 2
Sora Okinawa & Haiiro Soramaro
« Futur Assistant & Futur Iwajin »
Ashiro-san ; -sama, je veux dire ! Je suis honoré. C'est avec honneur que j'accepte votre proposition. Je m'excuse de m'être séparé pendant quelques temps d'Iwagakure no Sato. J'avais beaucoup d'affaires personnelle à régler également... je suis heureux d'avoir pu retrouver un peu de confort, après de pareils combats. Je ne saurais comment vous remercier de la confiance que vous m'accordez. Permettez-moi de me proposer afin d'assurer l'intégration de ce jeune garçon, au sein de notre ville.

Haiiro, te voici désormais mon assistant. Tu seras la voix d'Iwa en mon absence et la personne vers qui tout les Iwajin pourront se tourner pour que tu les guides vers une aube nouvelle. J'excuse ton absence, nous n'avons pas tous une vie facile et il est bon parfois de prendre des distances avec les siens. Oui ce serait une bonne idée pour Sora d'être intégré par un homme de savoir tel que toi.

Je vous remercie, Tsuchikage-sama, de votre invitation. Je sais que vous n'avez pas beaucoup de temps et je ne voudrais pas vous déranger ou quoi que ce soit d'autre, mais j'aimerai en discuter plus longuement seuls à seuls, serait-ce possible ? Ce n'est pas que je ne veuille pas rejoindre Iwa, mais j'aurais besoin de plus amples informations sur certains points.

Je suis désolé Sora mais j'ai des affaires préoccupantes qui sont en ce moment même ma priorité. Je m'assurerai de répondre à chacun de tes questions lors de mon retour à Iwa soit en certain. En attendant, je confie Iwa à Haiiro, il sera là pour répondre à tes besoins et il pourra sans doute répondre à la plupart de tes questions.

Ashiro fit mine de retenir son dégoût lorsqu'Haiiro se permit de manger une pomme car "il avait faim", puis de jeter le trognon dans sa poubelle de cristal pour enfin s'essuyer les doigts sur ses vêtements. Il y avait hélas des choses dans l'éducation de certaines personnes qui ne changerait jamais mais il est confiant en la valeur de ce ninja qui par plusieurs occasions avait pu briller.

Je regrette tout ce qu'il s'est passé à Konoha. J'ai dû combattre trois Kirijins; Uzumi Hibiki, une ancienne esclave qui possède une grande vitesse tout comme moi, une femme douée de capacités sensorielles et recourant au Genjutsu, ainsi qu'un autre homme, dont je n'ai pas pu évaluer les capacités. J'ai été contraint de fuir pour sauver un otage. Ces ninjas de Kiri étaient très forts...

Ashiro était compatissant, il avait lui même refusé d'engager une bataille contre le Mizukage. Il était essentiel que Mizu ne sache pas qu'Iwa était sur le point de renverser la balance de cet équilibre instable qu'avait instauré le pays de l'eau en envahissant Konoha.

Nous avons pu grâce au système CRISTALIS O.S. et au sérum cristallin visionner tout ton combat à Konoha. Tu as su faire preuve de courage, mais aussi d'intelligence lorsque tu as décidé de te retirer du combat. Nous ne pouvons pas toujours gagner une bataille mais cela ne voudra jamais dire que la guerre est perdue et connaître ses limites est le meilleur moyen pour s'adapter et gagner. Je dois t'avouer que depuis quelques années nos services de renseignement n'ont pas pu glaner autant d'information sur Kiri qu'ils auraient voulu et la méconnaissance de ces ninjas en est la preuve.

Ashiro se leva puis il se dirigea vers son miroir, un magnifique bloc d'adamantine et de diamant qui luisait doucement à mesure qu'il approchait.

Je suis désolé de ne pas pouvoir converser avec vous plus longtemps mais tout ces évènements sont bien trop grave, il faut que j'aille avertir les autres pays afin que nous puissions tous nous rencontrer et mettre à plat nos différents en espérant trouver une solution diplomatique à tout cela. Haiiro je compte sur toi en mon absence pour assurer la pérennité d'Iwa. Sora, à mon retour nous aurons une discussion sur ta "spécificité".

Sur ces mots Ashiro décida de traverser son miroir pour sortir plus vite de la ville d'Iwa, le temps était à présent compté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4447-bingo-book-du-godaime http://sns-rp.forumgratuit.org/t948-presentation-de-ashiro-ryuka-termine#36353
Haiiro Soramaro
Grade Supérieur
Grade Supérieur
avatar
Messages : 84

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Double rendez vous !   Mar 26 Avr - 17:18

    Le sourire d'Haiiro ne faisait que de s’élargir à mesure qu'Ashiro lui présentait ses nouvelles fonctions au sein de la ville. Il était dorénavant le bras droit d'un Kage ; et le voilà à la fin de son long parcours, car il avait réussi à accéder à un rang auquel peu de ninjas répondaient. Eprouvant une certaine fierté, il ne pouvait s'empêcher de se remémorer de tout ce qui pu le conduire jusqu'à là : chaque voyage, chaque apprentissage, chaque événement l'ayant forgé lui avait permis, il y a plusieurs années, de rejoindre Iwagakure no Sato, d'abord en tant que Garde d'élite. Dans l'exercice de ses fonctions, nombreuses furent ses missions périlleuses. Il dû après celles-ci, affronter Hachibi, puis les Kirijin à la solde du redoutable Aizen Samidare. Et enfin, il se sentait prêt. Loin de lui étaient toutes ces images qui purent obscurcir ses sens et ses émotions ; et s'il se montrait quelque peu excentrique et peu civilisé, peut-être s'était-il réconcilié avec son caractère nomade et détaché des traditions ; car sa vision objective et globale de tout ce qui constituait une population le plaçait au rang de logicien et d'analyste, et non en tant que principal acteur.
    En tant que bras droit d'Ashiro Ryuka, il était certain qu'Haiiro pourra en apprendre d'avantage sur les secrets des arcanes ninjas, mais également sur la manière dont un Kage pouvait diriger sa patrie. Alors, Le Premier à Rêver aurait atteint le point culminent de son ascension, son but étant d'être suffisamment vif et puissant pour répandre ses maximes au travers non pas de discours comme il pu en être question, mais d'actes héroïques et honorables.

    _ Nous ne pouvons pas toujours gagner une bataille mais cela ne voudra jamais dire que la guerre est perdue et connaître ses limites est le meilleur moyen pour s'adapter et gagner.

    Et tant mentalement que physiquement, Haiiro connaissait désormais ses limites. Le fait d'en avoir pris conscience paraissait l'avoir également aidé, en très peu de temps, à s'améliorer. Plus confiant en ses capacités, ses connaissances furent également enrichies par un certain vécu, et surtout par le fait d'avoir désormais réussi à connaître toutes les arcanes de son clan. Plus qu'avant, l'ensemble de ses voyages et des circonstances l'ayant auparavant affaibli, se voulaient être désormais une force en laquelle il comptait.

    FLASH BACK :
    INTERNAL CANNON
    TROISIEME PARTIE

    … Néanmoins, l'étreinte d'Haiiro ne faisait que de se fortifier : son bô exerça une plus grande pression sur la nuque de Kaede. Celle-ci, voyant sa mort approcher, ne cédait pas pour autant, et continuait :

    _ C'est comme ça qu'ils te surnomment, maintenant. « l'Allié de Konoha ». Je me croyais tellement différente du « Premier à Rêver », mais finalement, nous sommes pareils : deux jeunes prodiges qui représentent un nouveau départ. Tu devrais te joindre à ma croisade. Après tout, ce que nous faisons n'est pas plus différent que ce que font les grandes nations. Nous ne sommes pas différents, Haiiro Soramaro ; nous sommes même pareils... as-tu déjà songé à la nature de ton véritable ennemi ?

    _ Tu es à la tête d'une organisation criminelle qui saccage des villages, vol des innocents, fait du trafic d'armes... je ne suis pas comme toi... Grogna Haiiro, qui semblait à ce moment affronter ses propres peurs. Sans être un pacifiste, il s'était jusqu'à là refuser de tuer, et se battait quasiment qu'au corps-à-corps. S'il s'était toutefois autorisé quelques incartades, les nuances qu'il pu faire semblaient cette fois-ci absentes, mais la peur de l'échec était présente. Seule l'exécution paressait être l'unique recourt pour vaincre le mal qui gangrenait le pays du feu. Kaede, sujette à encore d'avantage de pression et comprenant que ses paroles ne pouvaient l'acheter, connaissait désormais sa mort.

    _ Tu ne sais pas à qui tu t'en prends. Les différentes bandes organisées sont peut-être ennemies, mais nous nous unissons toujours lorsqu'il s'agit de travailler pour une chose qui nous concerne tous. Si tu deviens une menace, ils te traqueront tous.

    _ Au contraire. Je le sais.

    A le suite d'un mouvement rapide et brutale, Kaede sombra finalement dans le comas, frappée au crâne par le bô recouvert d'une aura lumineuse qui peu à peu, se résorba. Se tournant ensuite face à la dizaine de criminels armés et prêts à en découdre, Haiiro s'entoura de son chakra. Bien plus rapide et habile que les sous-fifres, il usait également des objets à proximité pour venir à bout d'eux de la manière la plus radicale possible. Son style de combat se voulant normalement acrobatique et sophistiqué laissait cette fois-ci place à des enchaînements brefs et incroyablement brutaux : le premier malfrat à être venu vers lui fut balayé par un mouvement latéral de bô, le faisant basculer par dessus le comptoir de la taverne, et le faisant chuter la tête la première sur le sol. Profitant de son élan pour manœuvrer son arme, Haiiro frappa une pinte, dont les éclats vinrent à se planter dans le visage d'un autre assaillant. Blessé et surpris, celui-ci fut frappé au ventre par un puissant coup de pied, l'obligeant à percuter deux de ses pairs, tout juste situés derrière lui. Les trois hommes trébuchèrent au sol, et furent immédiatement attaqués par une salve de shuriken les blessant grièvement.
    Le reste des affrontements fut particulièrement bref, et seul le tavernier, bien plus grand qu'Haiiro, avait été mis très vite en difficulté, et se retrouvait désormais plaqué au sol, sous la pression d'un bô tâché du sang de ceux qu'il avait frappé.

    _ Où est Jinsei ?!

    Effrayé par la puissance d'Haiiro et par les moyens qu'il pu encourir, l'homme se hâta de parler. Néanmoins, connaissant les risques face auxquels le Premier à Rêver s'était exposé, sa confiance et son arrogance dissimulaient sa peur. Bien que son corps tremblait, il affichait un léger sourire à la fois angoissé et satisfait :

    _ C'est le propriétaire du plus grand casino de Tanzaku. Tu comptes vraiment tuer quelqu'un qui à priori n'a rien à se reprocher ? Tu as fait couler du sang, mon garçon. Les autorités t'en voudront. Tu sais comme nous que personne n'aime quand quelqu'un fait justice lui-même. Mera est sur le coup, alors si tu voulais retrouver ta sœur, le moment est bien choisi. Mais je sais que tu n'es pas comme nous : toi, t'es quelqu'un de bien. Tu as une morale, et malgré tes gros airs, tu obéis à un code d'honneur. Au final, peu importe ta colère, tu n'as tué personne. T'en est pas capable, mais je vois dans tes yeux à quel point tu aimerais tout détruire. Tu es furieux, et tu as peur de ta propre force. On sait tous que t'étais au milieu du no man's land, à Konoha. On te connais, « Soramaro Premier à Rêver ». J'ai vu des criminels et des mercenaires défiler dans ce bar, et tous avaient ce que toi tu n'as pas : le courage de faire ce qui est nécessaire. T'es Haiiro Soramaro, membre de la Haute d'Iwa, l'Allié de Konoha et le Premier à Rêver, tu dois faire des gros kilomètres avant de tomber sur quelqu'un qui ne sache pas qui tu es. Alors ne viens pas te la ramener, avec tes petites pensées négatives, en pensant pouvoir tout changer. Les gens ont peur de nous, et la peur, tu ne peux pas l'acheter. Jinsei Batamo est intouchable : il est propriétaire d'un casino fréquenté par des dirigeants, des politiciens, des personnes riches et influentes. Et celles qui savent ce qu'il fait ne disent rien. Tu sais pourquoi ? Parce qu'elles ont peur. Il n'hésiterait pas à te descendre au milieu de tout le monde, et ça, c'est un pouvoir que tu ne peux pas acheter. Tu penses que tu n'as rien à perdre ? Mais les gens comme toi ont tout à perdre ! T'as oublié ton père, ton petit village, et les promesses que tu avais faites à ta jolie copine. Les gens de ton monde ont beaucoup à perdre. Alors tu penses que parce ta mère et ta gonzesse sont morts, tu connais tout du mauvais côté de la vie ? Tu te trompe. Le désespoir, tu ne le connais pas. Tu es Haiiro Soramaro, le Premier à Rêver alors surtout, évite de croire que tu peux débarquer aussi simplement avec ta colère juste pour essayer de te prouver quelque chose.

    Haiiro s'énerva, et porta un puissant coup de poing sur le visage de son ennemi. Celui-ci l'avait encaissé, mais demeurait toujours confiant. Et si Haiiro, depuis tout ce temps, à terme d'une vie nomade, s'était perdu et n'avait jamais pu réellement voyager en lui ? Et si pour comprendre ce qu'était la peur, il devait se fondre elle ? Soramaro Premier à Rêver ne serait alors qu'une idée incomplète, dont la lumière qui éclairait sa vaillance devait également posséder sa part sombre. Si ses capacités de déduction et d'observation faisait de lui un être à part, un logicien et un détective d'exception, ses voyages n'auraient finalement servis qu'à son esprit scientifique, alimenté alors par des connaissances solides. Néanmoins, il n'avait fallu que très peu de temps à Haiiro pour lui permettre de comprendre ce qu'il lui manquait : son impulsivité et son incapacité à faire face au crime de manière efficace et objective résultait de sa peur ; celle d'être surpassé, et celle de succomber à sa propre force ainsi qu'à sa propre colère. Et si, pour combattre la peur, il se devait de la retourner contre ceux qui la semait ? Et si finalement, l'image qu'il devait renvoyer n'était autre que le reflet de ce que les criminels renvoyaient ? De ce fait, aucun sentiment négatif n'aurait besoin d'être mêlé à ses actions ; car elles ne seraient que des stratégies qui lui permettront de canaliser et d'annihiler l'ensemble des choses qu'il redoutait. Soramaro Premier à Rêver serait alors l'incarnation du Bien engendré par un Mal nécessaire qu'il devait combattre. Car rien ne pourrait vivre sans son contraire, si bien qu'il fallait vaincre les aberrations non pas en usant de la haine, mais en usant de ses arcanes pour faire le bien.

    _ Tu sais quoi ? Mera m'a racontée le moment où elle a tuée ta mère. Elle m'a dit que ta mère l'avait suppliée de l'épargner. Supplier. Comme une chienne.

    Le regard d'Haiiro s'était froncé, et son chakra avait disparu au moment où il avait assommé l'homme. Se relevant pour quitter la taverne, sa marche assurée le guidait jusqu'au casino que Jinsei Batamo tenait. En ce soir de nouvelle lune, le lieu était bondé de joueurs de différents âges et de différentes catégories socio-professionnelles. Il était particulièrement aisé pour Haiiro de repérer sa proie : elle était la plus extravertie, et la plus richement habillée de toutes. Entouré de deux femmes chacune suspendue à ses bras, Jinsei Batamo avait rapidement reconnu Le Premier à Rêver, qui se dirigeait vers lui avec témérité. Conscient de la force et des stratégies que le jeune homme pouvait mettre en œuvre, le malfrat se sépara promptement des deux donzelles, et se glissa dans la foule. Usant alors du sakurettomasu pour accélérer sa foulée et rattraper sa proie, celle-ci s'était finalement engouffrée dans les bas-fonds du casino. Les deux hommes descendaient de nombreux couloirs d'escaliers, jusqu'à arriver à l'entrée d'un vaste sous-sol ; là où se déroulaient lesdits combats. Courant pour aussitôt se couvrir derrière une bande de mercenaires armés de katanas, Jinsei Batamo ouvrit les bras en direction d'Haiiro :

    _ Bienvenue, Premier à Rêver. Ravis que tu te joigne à nous.

    FLASH BACK :
    INTERNAL CANNON
    TROISIEME PARTIE
    FIN



    Ashiro Ryuka usa d'un moyen de déplacement témoignant de ses vastes connaissances du Shoton. Seul Haiiro et Sora occupaient le bureau. Croquant dans sa pomme tout en prenant lourdement place sur le siège du Tsuchikage, le nouveau bras droit y pivota comme un enfant, avant de s'accouder au bureau, tout en sélectionnant quelques papelards. Tous récapitulaient de différents ordres de missions, ou de différents projets concernant la ville. Connaissant le tempérament de son supérieur, le Premier à Rêver se doutait qu'ici, aucun document confidentiel ne pouvait être trouvé ; car ceux-ci étaient sans doute scellés, de sorte à ce qu'Ashiro puisse y veiller seul. Levant le regard vers l'ancien konohajin, le jeune homme entama la discussion, d'un ton à la fois joyeux et paisible :

    _ Yosh, Sora. J'ai cru comprendre que tu avais besoin d'informations sur certaines choses. Tu es libre de poser toutes tes questions !

    Haiiro jeta son trognon dans la poubelle en cristal, et s'appuya sur son bô pour se relever. Un simple exercice de marche et de tonicité accompagnait ses paroles. S'étirant comme un gymnaste en usant de l'appui dont il bénéficiait grâce à son arme, ses efforts hachaient ses mots :

    _ Et je peux te proposer un entraînement. Ton potentiel semble intéressé Ashiro-san, alors peut-être devrions-nous te permettre de reprendre le pas sur tes capacités, après cette bataille !

    Haiiro posa son bô contre le bureau et sautilla, avant d'étirer ses jambes, puis ses bras. Enthousiaste et toujours aussi souriant, il espérait voir sur le visage du rescapé un peu d'espoir. Sans doute cette guerre avait-elle affectée beaucoup de personnes, et le temps était venu pour faire le nécessaire afin d'affronter la menace que représentait Kirigakure no Sato. L'Empire de Mizu no Kuni étendait son influence de manière malsaine, au point de déployer ses forces afin d'éliminer sans scrupule les occupants innocents de toute une nation. Résolu à combattre et à alimenter sa volonté de progresser, Haiiro semblait s'être par la même occasion éveillé à un esprit plus combatif.

    _ Ces ninjas de Kiri sont forts. Surtout ces deux femmes que j'ai affronté. Nous devrions nous entraîner plus durement pour ne plus être aussi malmenés. Il y a un véritable enjeu, et quelque chose qui se prépare.

    A la fin de son échauffement, Haiiro pu s'apercevoir que ses douleurs s'étaient pratiquement résorbées: toutes pouvaient être surmontées, et son corps devait dorénavant être stimulé pour parvenir à se reconstruire.

_ _ ___________________________________________ _ _


" J'ai l'intégral des vinyls de Clauclau. "
Jean-Maurice Ravel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 506

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 65 両

MessageSujet: Re: Double rendez vous !   Mar 26 Avr - 19:52










Bienvenue dans cette illusion !

Elle vous permettra de lire ce RP...

Bonne lecture !
- Je suis désolé Sora mais j'ai des affaires préoccupantes qui sont en ce moment même ma priorité. Je m'assurerai de répondre à chacun de tes questions lors de mon retour à Iwa soit en certain. En attendant, je confie Iwa à Haiiro, il sera là pour répondre à tes besoins et il pourra sans doute répondre à la plupart de tes questions.

Voila justement le genre de réponse que j’aurais préférer ne pas entendre, mais bon, Haiiro pourra certainement m’éclairer. Justement celui-ci pris la parole :

- Je regrette tout ce qu'il s'est passé à Konoha. J'ai dû combattre trois Kirijins; Uzumi Hibiki, une ancienne esclave qui possède une grande vitesse tout comme moi, une femme douée de capacités sensorielles et recourant au Genjutsu, ainsi qu'un autre homme, dont je n'ai pas pu évaluer les capacités. J'ai été contraint de fuir pour sauver un otage. Ces ninjas de Kiri étaient très forts...

Ashiro continua ensuite :

- Nous avons pu grâce au système CRISTALIS O.S. et au sérum cristallin visionner tout ton combat à Konoha. Tu as su faire preuve de courage, mais aussi d'intelligence lorsque tu as décidé de te retirer du combat. Nous ne pouvons pas toujours gagner une bataille mais cela ne voudra jamais dire que la guerre est perdue et connaître ses limites est le meilleur moyen pour s'adapter et gagner. Je dois t'avouer que depuis quelques années nos services de renseignement n'ont pas pu glaner autant d'information sur Kiri qu'ils auraient voulu et la méconnaissance de ces ninjas en est la preuve.

Il se leva puis marcha en direction d’un miroir que je n’avais pas remarqué a mon entrée dans la pièce. Il ajouta ensuite :

- Je suis désolé de ne pas pouvoir converser avec vous plus longtemps mais tout ces évènements sont bien trop grave, il faut que j'aille avertir les autres pays afin que nous puissions tous nous rencontrer et mettre à plat nos différents en espérant trouver une solution diplomatique à tout cela. Haiiro je compte sur toi en mon absence pour assurer la pérennité d'Iwa. Sora, à mon retour nous aurons une discussion sur ta "spécificité".

Ma spécificité ? Il ne parle quand même pas de mon sharingan et de mes vraies origines quand même ? Kuso !!!!!!! Je me doutais qu’en copiant ma conscience il pouvait faire ça, mais maintenant je commençais à comprendre pourquoi il voulait tant ramener ma famille a Iwa. Mieux vaut deux paires de sharingan qu’une, et j’avais maintenant peur de l’usage qu’il pouvait faire de moi, de Maman et de Papa. Je commençais sérieusement à stresser et m’inquiéter. Manquait plus que ça, maintenant je pouvais devenir une arme pour un gouvernement étrange. Kuso…

Maintenant qu’Ashiro était parti, j’étais seul avec le dénommé Haiiro. Il engagea la conversation calmement tout en faisant quelques étirements :

- Yosh, Sora. J'ai cru comprendre que tu avais besoin d'informations sur certaines choses. Tu es libre de poser toutes tes questions ! Et je peux te proposer un entraînement. Ton potentiel semble intéressé Ashiro-san, alors peut-être devrions-nous te permettre de reprendre le pas sur tes capacités, après cette bataille ! Ces ninjas de Kiri sont forts. Surtout ces deux femmes que j'ai affrontées. Nous devrions nous entraîner plus durement pour ne plus être aussi malmenés. Il y a un véritable enjeu, et quelque chose qui se prépare.

Je répondis rapidement :

- Yosh, Haiiro-san. Tout d’abord félicitation pour votre nomination. J’aurais voulu poser ces questions à Ashiro-sama lui-même, même si j’imagine que vous pourrez me répondre aussi bien, mis à part une seule question.

Marquant une pause, je repris :

- Les ninjas de Kiri sont tous des fous furieux dangereux et incontrôlables, des barbares assoiffés de sang. J’imagine que le surnom parfait pour ce village serait Le Village Caché de la Brume Sanglante. Kiri doit tout simplement être détruite. Avec un Kage sanglant comme Aizen Samidare, le monde ne pourra pas connaître une paix durable.

Laissant le soin à Haiiro d’analyser mes dires, je fis une pause avant de continuer :

- Hm, passons ce petit aparté. Je voulais savoir si je pouvais à tout moment quitter le village, avec ou sans autorisation, pour affaires personnelles ou pas ? Et aussi l’organisation générale et le fonctionnement du village. Je suis la depuis peu et si je veux devenir Iwa-jin il me faut mieux connaitre le village. Aussi je préfère préciser tout de suite que je ne souhaite pas finir ma vie à Iwa et qu’un jour je souhaiterais délivrer Konoha du joug de Kiri, mais que jusqu’à ce moment c’est avec joie que j’accepterais de servir Iwa. Cela pose-t-il un problème ?

J’espérais ne pas avoir été trop exigeant ou énervant sur mes propos, mais les faits sont la. Je jour où je serais prêt je délaisserais Iwa pour sortir Konoha du joug de Kiri et faire tomber le village de la brume sanglante.


Maintenant je vais fermer les yeux...

Merci d'avoir lu !

Et prenez garde, vous pourriez tomber dans mon illusion à n'importe quel moment...

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4548-sora-uchiha-bingo-book http://sns-rp.forumgratuit.org/f333-dossier-sora-okinawa-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/t4545-sora-okinawa-uchiha-survivant-uchiha
Haiiro Soramaro
Grade Supérieur
Grade Supérieur
avatar
Messages : 84

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Double rendez vous !   Mar 26 Avr - 21:59

    _ Eh ben, Sora... Souffla Haiiro entre deux étirements, avant de se redresser, et de s'emparer de son bô. Se doutant du sentiment qu'éprouvait à ce moment-là le natif de Konoha, le Premier à Rêver affichait un peu plus de sérieux. Son regard pétillait d'une bienveillance rare; car là où son Tsuchikage pouvait se montrer bien plus prudent, lui se voulait rassurant et simplement philanthrope. Comprenant la douleur de la perte de proches et la séparation de la famille, Haiiro s'approcha un peu plus du shinobi, et tapa amicalement son épaule. La menace que représentait Kirigakure no Sato était réelle, et bien que l'ancien artisan était peu enclin à penser à un seul chemin possible, les actes cruels perpétrés ne l'orientait vers qu'une seule pensée: celle de détruire cette menace, car des ninjas capable et voulant tout embraser se devaient d'être à jamais stoppés. N'était-ce pas néanmoins à travers une expérience similaire qu'Haiiro pu connaître le pardon, et réorienter quelqu'un vers de meilleures pensées ? Si au départ Mera Soramaro fut décidée à le tuer et suivre un parcours dans le crime, elle avait finalement pu être raisonnée.

    Ce fut alors durant ce bref instant où Haiiro fixait aimablement Sora qu'il pu se souvenir que savoir pardonner pouvait aider à user du mal pour faire le bien. Le rôle du Premier à Rêver serait de proliférer jusqu'au bout, les idées d'Hagoromo Ôtsutsuki, de faire d'une idée paressant naïve en temps de guerre, un nouvel idéal. Cette même naïveté se reflétait au travers de grands yeux bleus, débarrassés de tout le malheur qu'ils durent porter pendant un temps. Une naïveté qui s'était acquise après une réconciliation avec son passé.

    FLASH BACK
    INTERNAL CANNON
    QUATRIEME PARTIE

    ... Haiiro ne répondit pas, bien trop occupé à étudier l'espace : des lumières éclairaient le centre de la pièce, et dévoilaient uniquement la moitié des malfrats présents. Seul ce qui devait être l'espace qui servait aux combats illégaux se dévoilait, se distinguant du sol par une succession de grandes plaques métalliques jointes entre elles. Un tatami agressif, fait pour engendrer bien plus de blessures à ceux qui y chutaient. Le plafond était haut, et sans doute était-il descendu sous plus d'une vingtaine de mètres en dessous du casino. Un plafond assez haut pour permettre l'utilisation du ninjutsu. Si il était sans doute tombé dans une embuscade, alors Haiiro se devait de tirer profit de l'environnement en usant de l'ensemble de ses arcanes afin de se défaire de ses ennemis. Il savait par ailleurs que Mera devait être là ; car il était attendu.

    _ Je ne suis pas sans savoir que tu m'as débarrassé de cette peste de Kaede. Cette garce a achetée je ne sais quel Dojutsu au marché noir, et depuis, elle était devenue bien trop dangereuse. Puisque je te suis redevable, j'ai organisé une réunion de famille. J'ai bien conscience qu'aucun de mes hommes ne t'arrive à la cheville. En revanche, ta sœur serait très contente de te tuer, et je suis certain qu'elle en est parfaitement capable. Grâce à toi, je pourrais m'approprier des avantages de tout Tanzaku, et je suis sûr que ta tête vaux déjà bien chère.

    Mera sortit lentement de l'ombre, armée elle aussi d'un katana. Silencieusement, Haiiro s'avança jusqu'à elle, tous deux présents sur les tatamis métalliques de la pièce secrète. L'Iwajin se réappropria aussitôt de son bô. Le regard de Mera affichait tout son mépris pour son frère, comme Hataro pu le mentionner. Concentré et surtout résolu à éliminer Mera afin que celle-ci ne puisse nuire d'avantage à sa famille, Haiiro assouplissait ses poignets en exécutant quelques moulinets, tout comme elle.

    _ Il a fallu agir vite pour te coincer, frangin. Mais ce fut finalement plutôt facile. Tu vas mourir, tout comme notre père. Lança-t-elle, sous le ton de l'arrogance.

    _ Rien ne nous oblige à nous affronter, Mera. Je comprends ce que tu as vécu. Il n'est pas trop tard...

    _ Je te hais, toi et notre père. Lorsque j'ai su que tu viendrais au monde, j'ai tout fait pour te tuer, mais il était trop tard. Je t'ai vu naître, et notre père t'as sauvé. Tu as toujours été prédestiné à être ce fils prodige, qui avait tout l'amour dont il avait besoin. J'ai tuée notre mère, et j'ai tout fait pour devenir ce que les membres du clan Soramaro devaient devenir : les êtres les plus rapides et les plus rusés de ce merdier-monde. Tu as comme moi la capacité de tout comprendre et de tout observer. Tu es bien plus rapide que les autres, et que fais-tu ? Tu te laisse ralentir par des absurdités. C'est pour ça que je te hais, et que je hais notre père : aucun de vous ne sait à quel point nous sommes meilleurs, et nous pouvons être bien plus que de simples moutons au service des gentils fayots qui se reposent derrière leurs remparts. Je suis toutefois impressionnée que tu aies pu survivre à Konoha. Kirigakure no Sato nous permettra de faire évoluer notre organisation, et nous prendrons bientôt le contrôle de l'ensemble du pays. Sûrement un jour du continent.

    Haiiro développa aussitôt son Supido Ryoku. Mera fit de même, et les auras bien qu'intenses, étaient invisibles. Néanmoins, conscients de leur niveau, frère et sœur faisaient vibrer leurs molécules afin d'intensifier leurs énergies, jusqu'à ce que celles-ci s'électrifient. En position de combat, ils n'allaient pas tarder à s'affronter dans un duel à mort.

    _ Dans ce cas, je ne peux pas te laisser faire.

    _ Je suis la première à avoir développée le Supido Ryoku. Crois-tu vraiment que cela te servira ?!

    L'affrontement débuta aussitôt. Mera fut la première à être parvenue à finir de jauger la force de son adversaire, et prit rapidement l'avantage. Plus rapide et capable de franchir de haut seuil de rapidité sans perdre de sa vue, chacun de ses assauts furent particulièrement efficaces, et mirent rapidement Haiiro en désavantage. Combattant néanmoins de toutes ses forces, le Premier à Rêver demeurait attentif et semblait parvenir à s'adapter au rythme de sa sœur ; si bien que même voué à la cécité, il parvenait à parer et riposter, sans pour autant parvenir à la toucher. Aussi maligne que cruelle, Mera combattait habilement avec son katana, et sa souplesse ainsi que sa connaissance des arts martiaux lui permettait de changer fréquemment de styles de combats, réussissant au moment propice à projeter son frère à terre, pour le désarmer et s'apprêter à lui donner le coup de grâce. Néanmoins, Haiiro, ayant attendu ce moment de difficulté, associa le Supido Ryoku à l'exécution rapide d'un mudra lui permettant de générer, face à lui, un Hikari Bunshin. Aussitôt, la lame qui se dirigeait vers lui transperça son clone, disparaissant dans un flash aveuglant. Surprise et déstabilisée par la lumière qui l'avait éblouie, Mera fut sujette à un recul. Profitant de ce déséquilibre pour rompre le Supido Ryoku en projetant l'aura contre sa sœur ennemie, celle-ci en fut frappée de plein fouet. Heurtant douloureusement le métal du tatami, elle rouvrit les yeux au moment où son jeune frère la bloquait avec son arme de prédilection. Blessé et privé d'une grande partie de sa réserve de chakra, Haiiro était essoufflé et incapable de recourir à d'autres ninjutsu tout aussi puissants que ceux lui ayant permis ce revirement de situation. Blessé par de très nombreux coups, Mera quant à elle, souffrait d'une immense brûlure au ventre, résultant de la projection de l'énergie emmagasinée par le Supido Ryoku.

    _ Tu es beaucoup plus rapide que moi, mais aussi beaucoup trop confiante. J'ai compris que tu n'utilisais pas le Supido Ryoku de la même manière que moi : tu es capable de te servir de ton énergie afin d'amplifier tes capacités sensorielles de sorte à ne pas être gênée par la cécité. Tu savais que tu étais bien plus rapide, et tu as été négligente. J'ai consommé presque tout mon chakra pour te porter un seul coup décisif, et ça a fonctionné.

    _ Je te hais... Mera serra les dents, et retenait ses larmes. _ Pourquoi faut-il que tu sois plus fort que moi ? Pourquoi notre père s'intéressait tellement à toi ?! J'aurais dû réussir à voler ta force, j'aurais dû réussir à te tuer, mais je le savais au fond de moi, que tu étais comme ça. C'est pour ça, que je te hais... je savais exactement ce que mon frère était devenu.

    La main de Mera tremblait, et bloquée par le bô, elle ne pu que parvenir à tenir les phalanges de son frère qu'avec le bout de ses doigts.

    _ Parce que notre père nous a séparés, il m'a forcée à devenir ce que je suis. Contrairement à toi, je n'ai jamais été libre. Je devais être la fierté d'un clan, et non pas être la fille d'une famille aimante. Je te hais car tu es le petit frère que j'aurais voulu avoir, et que je n'ai pas. Je te hais car ils t'ont vus comme un fils, et non pas un symbole.

    _ Mera... Chuchota Haiiro, en relâchant son emprise. Aussitôt, sa sœur le serra dans ses bras, et pleurait.

    _ Et on haït que ceux que l'on aime... je suis désolée. Je te pensais comme lui. Tu lui ressemble tellement.

    Jinsei Batamo s'avança de quelques pas, avec à ses côtés cinq de ses hommes. Agacé et furieux de la situation, il intervînt. En entendant ses pas résonner, Mera se détacha d'Haiiro, et le tînt par les épaules.

    _ Tu dois t'en aller. On ne pourra jamais les vaincre. Il y en a d'autres qui restent cachés. Je vais les occuper. J'ai promis la tête de Jinsei, je tâcherais au moins de lui trancher la tête avant de mourir.

    _ Je ne peux pas te laisser...

    Mera arracha le bô des mains d'Haiiro, et se leva promptement, en position de garde. Fatigué mais capable de se relever également, le jeune homme, dos à sa sœur, voulait aussi combattre. Voyant sa mort arriver et recourant au supido ryoku, la jeune femme s'apprêtait à affronter Jinsei et ses hommes.

    _ Ne l'utilise pas encore, Mera ! Tu vas mourir d'épuisement !

    _ Je préfère mourir comme ça plutôt que de ses mains. Haiiro, toute ma vie j'ai été contrainte à faire des choix qui ne me revenaient pas. J'ai dû apprendre à vivre seule, et à devenir une criminelle par nécessité. Tu dois vivre. Tu as fais bien plus de bien que moi, et tu as encore des choses à accomplir...

    Haiiro, malgré les conseils de sa sœur, s'avança silencieusement, à côté d'elle, et se mit également en position de combat. Son regard emplit de volonté et de résolution se confronta à celui des malfrats qui les encerclaient.

    _ Je ne suis vraiment pas décidé à te laisser mourir. Comme tu l'as dis, je ne suis pas comme notre père. Tu es ma sœur. Et j'ai vu trop de gens mourir à cause de mon impuissance. Je vais utiliser une technique Hikariton pour nous permettre de fuir. A ce stade, je vais devoir exécuter les mudras un par un pour y recourir. J'ai besoin que tu me couvre.

    _ Jinsei ne représente qu'une partie du réseau criminel auquel tu t'es attaqué. Tu es déjà une cible prioritaire. Même si on s'en tire, des mercenaires bien plus puissants seront envoyés pour te tuer. Tu as frappé un grand coup, et tu les as effrayés. Attends-toi à ce qu'ils mettent à profit toutes leurs compétences contre toi.

    Jinsei commanda à ses hommes de se mettre en position de combat. L'homme, quant à lui, profitait de la protection d'autres de ses sbires pour prendre la fuite. Néanmoins, Mera, en usant de sa rapidité, était parvenue à le rattraper. Lui portant un puissant coup de pied le propulsant jusqu'à sa position d'antan, le baron se releva difficilement, et furieux.

    _ Attaquez-les ! Je les veux morts !

    Tandis qu'Haiiro se concentrait pour recourir à une technique qu'il ne semblait jamais avoir eu recours, Mera se battait seule contre plus d'une dizaine de criminels. Fatiguée, les effets du supido ryoku se dissipaient à mesure de chaque échange, et les blessures qu'elle reçue l'entraîna à terre. Mais le temps requis pour permettre à Haiiro de charger son chakra au milieu de ses deux mains jointes fut suffisant. Une sphère d'énergie éclairant l'ensemble de la pièce avait exercé une grande pression contre ses paumes, qui s'étaient alors séparées d'elles-même.

    « Je n'ai jamais recouru à une pareille technique. Après ça, il est certain que je ne pourrais plus combattre, ni même tenir debout. »

    _ Mera !! Barres-toi !

    Tous les regards s'étaient tournés en direction d'Haiiro et de l'impressionnant jutsu qu'il venait de générer : entre ses deux mains, la sphère chargée en hikariton s'était stabilisée, et de son intensité émanait un bruit strident. Profitant du manque d'attention de ses ennemis pour rejoindre son frère, Mera, grièvement blessée, restait agenouillée à terre.

    _ Hikariton, Taiyo no Namida !

    Lentement, le Premier à Rêver avançait ses mains devant lui, et de la sphère générée en sortit un puissant rayon d'un diamètre imposant. Ce canon de lumière fonçait en direction de Jinsei et de ses hommes, les emportant dans un puissant torrent. A bout de force, Haiiro chuta à côté de sa sœur, transpirant et regardant ses mains calcinées ; il ne pouvait pas les poser, tant celles-ci étaient couvertes de brûlures.

    _ … Quand as-tu appris une pareille technique ?

    _ Au moment où j'ai compris comment concentrer suffisamment d'énergie dans ma main pour pouvoir la projeter. C'est une technique dangereuse, qui requiert énormément d'énergie... Expliqua-t-il, essoufflé, au milieu d'une pièce qui dorénavant, n'appartenait plus à l'organisation de Jinsei Batamo.

    _ Je n'étais pas sûr de réussir à la projeter sciemment, ni même à la contenir. J'aurais pu en mourir... Ria-t-il, fier d'avoir accompli une pareille prouesse.

    Mera réalisait tout le génie de son jeune frère : lorsqu'elle l'avait combattu, celui-ci, moins puissant qu'elle, avait tout de même réussi à s'adapter à sa vitesse, jusqu'à pouvoir se servir d'un combo tout aussi puissant que redoutable. Et même lorsqu'il était épuisé, ses capacités d'analyse et de compréhension lui permettait de se préparer à générer de nouveaux jutsus. Peu à peu, l'admiration vînt à égayer les sens de la jeune femme, qui posa une main sur l'épaule de son frère cadet, pour ensuite l'aider à se relever. Elle qui croyait être une génie du combat, ne cessait de regarder, intimidée, le regard pétillant et le sourire rayonnant d'Haiiro. Si auparavant il pu se montrer cruel et emprunt à la peur, une toute autre personne, plus vraie, apparaissait ; une certaine naïveté émanait de ce sourire pur, sans doute car il était heureux d'avoir pu combattre aux côtés de sa sœur, avec qui il s'était désormais réconcilié. Tout comme il en fut question pour d'autres adversaires par le passé, l'une des grandes particularités d'Haiiro étant son potentiel rédempteur; Mera entamait alors une voie de transition, qui l'amènera sans doute par la suite à abandonner ses travers et à se ranger du côté d'une vie plus équilibrée.
    Quittant discrètement le bâtiment bras dessus-dessous, les deux Soramaro purent finalement trouver un peu de répit à l'extérieur de tanzaku, dans un plan d'herbe sur lequel ils s'étaient allongés. Mera couvrait de bandages les mains blessées d'Haiiro, et en profitait pour également nettoyer ses nombreuses plaies.

    FLASH BACK
    INTERNAL CANNON
    QUATRIEME PARTIE
    FIN

    Le regard vif d'Haiiro s'était un instant froncé, pour présenter à Sora une détermination sans faille. S'apercevant de la haine motrice guidant le jeune garçon, le Premier à Rêver ne pu qu'en faire mention, au profit de son vécu riche l'ayant aidé, aujourd'hui, à se hisser encore une fois au-delà de toutes ses hantises.

    _ Ashiro-san est absent, je suis donc libre de prendre n'importe quelle décision. Il te faut bien sûr une autorisation pour quitter le village, que je te donne. Néanmoins, sache que tu es lié à cette ville par le sang, désormais. Tout comme moi. Récemment, j'ai décidé la même chose que toi : me revoilà à Iwa après plus de deux semaines d'absences. Mais maintenant, plus rien ne sera pareil, pour aucun d'entre nous. Une guerre se prépare, et nous sommes tous concernés. Ce qui est arrivée à Konoha arrivera peut-être à d'autres villes. Si on ne sert pas les coudes, et si on ne s'entraînent pas, nous continuerons à perdre beaucoup. Tu n'es pas le seul à vouloir délivrer Konoha. Je suis natif d'Hi no Kuni. Seulement, je comprend bien ta haine, il ne s'agit plus de ton combat, maintenant. Il s'agit de notre combat, à tous. Tu es devenu un soldat dès lors où ton village a été attaqué; alors plutôt que de te laisser ronger par la haine, utilise-là pour décupler ta force, et t'entraîner durement. Tu n'es pas un Iwajin, et tu n'es plus un Konohajin, tu appartiens désormais à ce monde. Et ce monde a besoin de chacun de nous pour être protégé.

    Haiiro, souriant, leva son poing face à Sora. En gage de confiance, le jeune bras droit du Tsuchikage attendait à voir l'adolescent le heurter avec le sien. Il conclu alors, d'une voix cristalline:

    _ Iwa est prête à t’accueillir. Cette ville est immense et tu sauras t'y faire une place. Elle n'est pas sans défauts. Le coût de la vie est relativement élevé, et Ashiro-san fait tout pour qu'on s'y sente sans danger. Ses méthodes sont un peu radicales, mais il ne faut pas lui en vouloir. Je pense tout simplement qu'il cherche une solution pour se débarrasser des problèmes du monde extérieur.

_ _ ___________________________________________ _ _


" J'ai l'intégral des vinyls de Clauclau. "
Jean-Maurice Ravel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 506

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 65 両

MessageSujet: Re: Double rendez vous !   Sam 30 Avr - 18:10










Bienvenue dans cette illusion !

Elle vous permettra de lire ce RP...

Bonne lecture !
Haiiro-san continuait ses étirements. Il avait l’air étonné par ma réaction. Il avait l’air bienveillant, comme s’il comprenait ce que je ressentais. Comprendre l’étendu de la haine ancestrale d’un Uchiha n’est pas chose aisée, pour ne pas dire impossible. Et il allait très certainement le comprendre au bout d’un moment. La haine fait partie de l’histoire de notre clan. Elle est inscrite dans les gènes et se manifeste par ces yeux rouge sang tant convoités. Ces yeux offrant tant de pouvoir. Ces yeux Il commençait à me fixer, tantôt bienveillant, et après fronçant son regard pour montrer une immense détermination. Il continua :

- Ashiro-san est absent, je suis donc libre de prendre n'importe quelle décision. Il te faut bien sûr une autorisation pour quitter le village, que je te donne. Néanmoins, sache que tu es lié à cette ville par le sang, désormais. Tout comme moi. Récemment, j'ai décidé la même chose que toi : me revoilà à Iwa après plus de deux semaines d'absences. Mais maintenant, plus rien ne sera pareil, pour aucun d'entre nous. Une guerre se prépare, et nous sommes tous concernés. Ce qui est arrivée à Konoha arrivera peut-être à d'autres villes. Si on ne sert pas les coudes, et si on ne s'entraîne pas, nous continuerons à perdre beaucoup. Tu n'es pas le seul à vouloir délivrer Konoha. Je suis natif d'Hi no Kuni. Seulement, je comprends bien ta haine, il ne s'agit plus de ton combat, maintenant. Il s'agit de notre combat, à tous. Tu es devenu un soldat dès lors où ton village a été attaqué; alors plutôt que de te laisser ronger par la haine, utilise-là pour décupler ta force, et t'entraîner durement. Tu n'es pas un Iwajin, et tu n'es plus un Konohajin, tu appartiens désormais à ce monde. Et ce monde a besoin de chacun de nous pour être protégé.

Il sourit avant de lever son poing vers moi et de repartir :

- Iwa est prête à t’accueillir. Cette ville est immense et tu sauras t'y faire une place. Elle n'est pas sans défauts. Le coût de la vie est relativement élevé, et Ashiro-san fait tout pour qu'on s'y sente sans danger. Ses méthodes sont un peu radicales, mais il ne faut pas lui en vouloir. Je pense tout simplement qu'il cherche une solution pour se débarrasser des problèmes du monde extérieur.

Lui aussi est natif d’Hi no kuni ? Excellent. Les réponses qu’il m’a apportées m’ont satisfaite, et il avait l’air d’avoir foi en la solidarité pour sauver ce monde. Tout comme Ashiro-sama, il allait surement se révéler être un allié précieux dans cette quête contre Kiri. Content de ce discours et de connaître un peu plus mon interlocuteur, je frappa dans son poing comme pour signer un pacte.

- Merci, Haiiro-san !


Maintenant je vais fermer les yeux...

Merci d'avoir lu !

Et prenez garde, vous pourriez tomber dans mon illusion à n'importe quel moment...


_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4548-sora-uchiha-bingo-book http://sns-rp.forumgratuit.org/f333-dossier-sora-okinawa-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/t4545-sora-okinawa-uchiha-survivant-uchiha
Haiiro Soramaro
Grade Supérieur
Grade Supérieur
avatar
Messages : 84

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Double rendez vous !   Lun 2 Mai - 17:06

    Satisfait de la réaction de Sora, Haiiro retourna sur le siège d'Ashiro, pivota et s'était aussitôt saisi du rebord du bureau en cristal pour s'arrêter. S'apprêtant à donner à Sora l'autorisation de vaquer à ses occupations, la sonnerie du terminal posé sur le côté droit de l'espace de travail l'interrompit. L'apparition d'Uzuka à l'écran captiva son attention. Depuis son adhésion à Iwa, jamais le Premier à Rêver ne fut directement concerné par les nombreuses technologies qu'avaient créées Ashiro. Par ailleurs, en tant qu'excellent logicien et ingénieur, il ne lui sembla pas difficile d'en comprendre les mécanismes ainsi que leurs méthodes d'utilisations. Polie, la jeune standardiste annonça timidement, tout en ressassant les remontrances du Godaime:

    _ Soramaro-sama, pardonnez-moi de vous déranger. Un Conseiller demande à vous voir, à propos des examens Juunin qui auront lieux à Kumo. Il est en présence de deux Juunin.

    _ Faites-les monter, s'il vous plait.

    L'écran s'éteignit alors, et Haiiro recentra son attention autour de Sora:

    _ Je suis rattrapé par mes obligations. Sora, quoiqu'il en soit, j'aimerais conclure notre entretien en te rassurant sur le fait que désormais, tu n'es plus seul. Si ton pouvoir intéresse Ashiro-san, j'en déduis que celui-ci est très puissant, et que tu ne le maîtrise sûrement pas encore. Je peux entendre le fait que tu ressentes une haine profonde pour Kirigakure no Sato, mais tu n'es pas seul, dans ce combat. Entraîne-toi, et sois libre de prendre un peu de bon temps à Iwa. Le repos est tout aussi important que la persévérance. Tu es en sécurité, et n'hésite pas à demander de l'aide. Nous sommes tous plus forts une fois unis.

    Et durant ce bref moment d'introspection, Haiiro ne pu que se remémorer de ce qui avait tant changé son caractère. A la mort d'Issa, il s'était retrouvé abattu et emprunt à une haine sans mesure pour ceux qui l'avaient tuée. Sensible et pessimiste, il demeura discret et pensif pendant de longues années, s'entraînant sans relâche dans l'exercice de son corps et de son esprit en espérant trouver autant de force que de sérénité. Le potentiel intellectuel dont il pu faire preuve ne l'aida en aucun cas à se montrer comme un réel acteur; puisqu'il lui fallait encore tout apprendre et tout comprendre. Mais aujourd'hui, avec du recul et après de nombreux faits l'ayant aidé à se retrouver, l'ensemble de ses prédispositions ne répondaient plus à un caractère maussade, mais à une insatiable volonté de faire le bien, tout en donnant du sens à une évolution post-traumatique. Ainsi, en ayant accepté la mort de son aimée et celles de nombreux Konohajins, Haiiro pu trouver suffisamment de raisons et de motivation à user de son caractère philanthrope, ne connaissant que trop la douleur et ce qu'elle pouvait engendrée.
    Aussi, l'aura du Premier à Rêver changea du tout au tout dès lors où il apparu bien plus radieux: fort de ses un mètre quatre-vingt-huit et d'un physique tout en muscle, il était toujours apparu comme quelqu'un d'athlétique et d'imposant, détenant aussi une certaine prestance laissant présager de ses excellentes capacités de déduction. Son visage fin, ses cheveux noirs comme le jais et son regard bleu acier faisaient de lui quelqu'un de naturellement de calme et mystérieux. Néanmoins, son caractère rédempteur lui permit peu à peu d'éclaircir son portrait sérieux et très peu nuancé. Aux yeux des Iwajins, le nouveau bras droit du Godaime Tsuchikage apparaissait bien plus fidèle, raisonné et excentrique que son prédécesseur. Son sourire communicatif, sa bonne présentation ainsi que sa sympathie lui valait une renommée bien plus grande que celle créée précédemment à l'effigie du Premier à Rêver. Un fait qui allait une nouvelle fois se prouver face à un Conseiller venu pour saluer le second représentant de Tsuchi. Si certains ninjas plus âgés auraient cru à l'incompétence d'un jeune homme de vingt-trois ans assis derrière un bureau, il en était tout autre lorsqu'il s'agissait d'Haiiro.

    _ Haiiro Soramaro... S'inclina brièvement le Conseiller, précédé de ses deux gardes du corps. Haiiro se leva, pour s'incliner à son tour, avant de se rasseoir, d'ajuster la hauteur de son fauteuil, et d'avancer pour s'accouder au bureau.

    _ Conseiller. Que me vaux votre présence ? Demanda Haiiro d'un ton neutre, toutefois décontracté par son attitude ouverte à la discussion: ses bras n'étaient pas croisés, mais étalés sur la table, ses doigts de la main droite jouant habilement avec un stylo, l'autre main posée à plat sur la surface en cristal. Connaissant les rumeurs gravitant autour du Premier à Rêver, le Conseiller demeura sérieux, comme s'il était confronté au Tsuchikage lui-même.

    _ Je viens de la part de notre Raikage. Un examen Juunin aura lieu prochainement, et nous aimerions vous compter parmi nos spectateurs. Nous ne sommes pas sans connaître votre renommée ainsi que vos nombreux exploits. Ce type de manifestation nous permet souvent de réunir les nations autour de duels impliquant de jeunes ninjas prometteurs. Acceptez-vous ?

    Haiiro interrompit son jeu, posa son stylo, et poussa le dossier de son fauteuil. Ne réfléchissant pas plus longtemps à cette proposition, voyant en cela l'occasion de créer de nouveaux liens avec une autre grande puissance, il souri, et acquiesça:

    _ J'accepte. Nous nous verrons directement à Kumo. Je vous invite à prendre un peu de repos à Iwa avant votre retour.

    _ Je vous remercie.

    Haiiro appuya sur une touche pour réactiver l'écran le liant à l'accueil de la tour Cristallis. Uzuka répondit aussitôt.

    _ Uzuka-san, veillez à ce que notre invité puisse regagner la ville sans encombres.

    Un fois seul dans le bureau situé au deux-cent-dixième étage de la tour, Haiiro ne tarda pas à se saisir de son bô, et à quitter lui aussi la tour. L'accès au bureau était dorénavant scellé, et les deux ANBU rôdant à l'étage constituaient une excellente défense. Avant de quitter la bâtiment, il veilla à ce que la jeune femme puisse travailler dans de bonnes conditions. Sa bienveillance contrastant à la témérité et au caractère sévère d'Ashiro sembla alors inattendue.

    _ Tout se passe bien ?

    _ Oui, Soramaro-sama ! Certifia-t-elle comme un soldat, sous le regard quelque peu déconcerté d'Haiiro, ayant cru à une réaction plus spontanée.

    _ C'est Haiiro, et ajoutez " -san " derrière, ce sera suffisant. Avez-vous tout ce qu'il faut pour travailler ?

    _ Ca ira, merci... Souri Uzuka, quelque peu intimidée, mais également étonnée par la simplicité dont faisait preuve le nouveau bras droit du Tsuchikage. Beaucoup avaient encore probablement en tête la personne de Roku Uzumaki.

    _ Ashiro-san avait-il encore d'autres rendez-vous ?

    _ Non, Sorama...-Haiiro-san...

    _ Très bien. Ceux qui voudront me parler devront attendre jusqu'à demain. Je vais veiller à ce que tout se déroule bien dans la ville.

    Haiiro quitta nonchalamment le rez-de-chaussé de la tour cristallis, sa main gauche plongée dans la poche de son habit, l'autre tenant faiblement son bô.

_ _ ___________________________________________ _ _


" J'ai l'intégral des vinyls de Clauclau. "
Jean-Maurice Ravel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Double rendez vous !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Double rendez vous !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Tsuchi no Kuni :: Iwagakure no Sato :: Tour Cristalis :: 210eme étage : Bureau du Tsuchikage-
Sauter vers: