Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Une étreinte méconnue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 133

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 10 両

MessageSujet: Une étreinte méconnue   Jeu 29 Déc - 3:33


Une étreinte méconnue


Pays de l'herbe, avril 110

Première mission en tant que membre de l'anbu, premier échec en tant que kunoichi. Murasaki, plus morte que vive sous les images emplissant encore son esprit, suivait docilement sa collègue la soutenant sur cette pente difficile. Les deux femmes s'étaient isolées et s'enfonçaient en silence dans les terres du pays de l'herbe. Pas grand chose de dangereux par ici, peut-être quelques herbes méconnues et animaux plus féroces que ceux bordant le territoire du pays du feu, mais pas de quoi inquiéter deux anbus au repos.

«  On y est bientôt, commença l'aînée, tu vas pouvoir oublier tout ça.

Pouvait-elle être sincère en prononçant ces mots ? La Namikaze posa son regard indéfectiblement éteint depuis cet incident sur Chizuru et le laissa peser longuement. Sa collègue se sentait coupable, au moins autant qu'elle, et quelque chose soufflait au cœur de la débutante que ce réconfort était un mensonge.

- Peut-on réellement oublier quelque chose comme ça ?

Le ton de sa voix déjà peu jovial d'ordinaire lui paraissait soudainement lourd, à la fois agressif et distant. L'anbu à côté d'elle en sursauta et croisa un court instant les prunelle grises qui la mirent mal à l'aise.

- Tu... Tu n'as pas à t'en vouloir pour ce qu'il s'est passé, répondit la jeune femme en reportant son regard sur l'horizon. Kin-kun a agi en connaissance de causes et je suis sûre que Katsu et Chidori ont pris soin de lui. Ils doivent nous attendre et tourner en rond comme des lions en cage en guettant notre retour.

Le discours s'était voulu rassurant, mais le silence et l'indifférence de la jeune fille y avaient répondu. Murasaki s'était replongée dans les souvenirs de ces dernières heures et l'image de son chef d'escouade frappé de plein fouet à sa place ne voulait pas quitter son esprit.

- On arrive, Mura-chan, annonça gaiement l'anbu en tirant radicalement la brune de ses pensées.

La kunoichi releva la tête sur cette auberge dont lui avait parlé sa collègue. Un endroit réputé paraissait-il.

- Tu es sûre que...

Chizuru éluda la question d'un geste de la main et sourit à pleines dents.

- Ne t'inquiète pas, dis simplement que tu es majeure et tu n'auras aucun soucis. De toute façon, tu ne fais pas tes dix-huit ans...

- Dix-sept, corrigea la raisonnée en coupant sa protectrice.

- Hum, évite ce genre d'intervention une fois à l'intérieur, tu nous attirerais des problèmes alors que tu n'es pas en état de poursuivre la route ou même dormir dehors, répondit sèchement celle qui était malgré tout sa supérieure.

- Bien.

Murasaki suivit docilement la femme à ses côtés et cette dernière laissa quelques instants son regard se perdre sur sa camarade. Elle semblait si apathique... Les dernières heures avaient eu raison de leur uniforme et du protocole entourant leur mission première. Dans leur périples, elles avaient troqué leurs vêtements abîmés contre des tenues civiles plus discrètes et la benjamine arborait assez élégamment cette tenue bleu pâle que Chizuru avait dégoté.

- Viens, un bain chaud, du repos et une forte dose d'alcool te remettront d'aplomb, lança la cheftaine en appuyant ces derniers mots d'un clin d’œil plus que suggestif. »

***

La nuit tombée et les corps un brin reposés, Murasaki fut tirée de son état méditatif par sa collègue fermement décidée à poursuivre sa « thérapie ». Du haut de ses dix-sept ans, la brune possédait un physique presque aussi avancé que son intellect le laissait croire, mais ce handicap qui l'avait coupé des gens de son âge la poussait encore maintenant à fuir ce genre de rituel étrange que lui présentait son aînée.

Bon gré mal gré, la Namikaze se retrouva elle ne sut trop comment assise à même le sol autour d'une de ces tables basses traditionnelles. Il était tard déjà, mais le réfectoire semblait encore animé et Chizuru disparut même un instant entre les clients attablés. La joie ne fut que de courte durée et ne laissa guère le temps à la future initiée de s'éclipser.

« Tatata, Mura, ça ne te fera que du bien, l'interrompit l'anbu empressée.

- Chizuru-san...

- Appelle-moi Chizuru. Voilà pour toi !

La brune réceptionna plus qu'elle ne saisit le verre qui venait de lui être servi. C'était clair, transparent, mais qu'est-ce que ça sentait fort.

- Qu'est-ce que c'est ?

- Rien de mal, cesse d'être si suspicieuse.

La mine de la brune ne se dérida pas pour autant et sa méfiance demeura intacte lorsqu'elle porta le breuvage à ses lèvres. Le liquide la piqua et lorsqu'elle voulut écarter la source d'un tel sentiment, Chizuru porta fermement sa main sous le gobelet pour le pousser dans le gosier de Murasaki. Cette dernière s'en étouffa, toussa, l'alcool lui brûlant la langue, la gorge, le ventre, la jeune kunoichi avait l'impression de prendre feu de l'intérieur.

- C'est quoi ce truc ?! S'exclama la Namikaze en risquant un œil presque agressif sur sa collègue.

- Quelque chose de bon pour toi, rit l'anbu à ses côtés. C'est toujours dur au début, mais le plaisir vient vite, ajouta-t-elle sur un sourire taquin en soulevant la bouteille. Enfin, je suppose que tu connais déjà ce genre d'adage ?

L'air d'incompréhension qui traversa l’œil de sa camarade lui apprit que non et Chizuru s'approcha excessivement près de Murasaki. Telle une amie ou une sœur, elle s'était mise en tête d'arracher quelques confidences à la glaciale kunoichi pourtant pas si vilaine.

- Allons, tu ne vas pas me faire croire que tu n'as jamais eu de petit ami à Konoha ?

Le silence et un regard vexé lui répondirent. Murasaki s'enferma vite dans ses pensées et se concentra malgré elle sur le verre à nouveau plein qui trônait entre ses mains. Elle le savait qu'il y avait quelque chose d'anormal avec elle, quelque chose qui repoussait les garçons de son âge... Ce phénomène s'était brutalement accentué avec le départ de son frère, mais la jeune kunoichi n'aimait pas y songer. Elle était douée dans son domaine, elle servait le village avec application, elle protégeait sa famille et son clan, puis l'échec cuisant de ses dernières heures lui vrilla l'esprit et elle engloutit le verre d'une traite.

- Je ne pensais pas tirer une corde sensible, s'amusa Chizuru avant d'affronter à nouveau le regard hostile et légèrement embué de la Namikaze. Il n'est pas trop tard pour bien faire, je suis sûre que tu trouvera ton bonheur.

L’œil morne et légèrement sombre de sa camarade face à ces mots la rendit mal à l'aise et Chizuru chercha une échappatoire. La brune n'avait pas vraiment la réputation d'être de bonne compagnie au village et si l'anbu appréciait sa collègue, elle douta soudainement de la justesse de son idée pour se rapprocher de cette dernière.

- Je vais aller nous chercher des provisions, on reparlera de tout ça après, Mura-chan. »

Murasaki regarda la silhouette disparaître et guetta un instant son retour. Chizuru n'allait pas revenir avant un bon moment, une petite voix le soufflait à la demoiselle qui profita de cet instant pour relâcher la pression. Son dos s'affaissa légèrement et elle laissa ses bras s'appuyer de tout leur soul contre le bois de la table. Que lui arrivait-il ? L'adolescente à peine adulte sentait son corps pris d'un étrange engourdissement, d'une chaleur viscérale et d'une sensation de flottement bien déroutante. Peu habituée à ces sensations qu'elle expérimentait pour la première fois, sa langue sèche la poussa fatalement à prendre une nouvelle gorgée de cet alcool dont elle ne connaissait pas le nom, mais qui commençait à devenir agréable en bouche. Murasaki commençait à se sentir...bien ? Détendue même, elle pouvait le penser, mais seule à sa table avec cette tentatrice bouteille, la kunoichi se sentait malgré tout exposée. Cependant, en l'instant présent, cela semblait ne plus vraiment compter tandis que l'alarme s'éteignait sous les embruns alcoolisés.




_ _ ___________________________________________ _ _



Dernière édition par Murasaki Namikaze le Ven 3 Mar - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5922-annales-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5518-bingo-book-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/f413-dossier-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5270-murasaki-namikaze-kunoichi-en-mutation
Soufuku Nitobe
Ancien Kage
Ancien Kage
avatar
Messages : 1254

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 1 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Une étreinte méconnue   Jeu 19 Jan - 18:40

La truite.

An 110, quelque part dans le trous-du-cul du monde shinobi, là où les odeurs nauséabondes et les personnes personæ non gratae subsistent cachés des yeux peux scrupuleux de la dite « élite ». Qui n'a réellement que de flamboyante toute l'auto-proclamation qu'elle ne peut que se donner. A quelques lettres, prêt d'un onsen, à quelques valses endiablés. Dans un endroit à l'apparence hasardeuses, se rencontrèrent deux âmes pieuses. Il l'a regardait depuis près d'une demi-heure, sans pouvoir compter d'avantage le temps était comme suspendu, figé ici et là, perdu dans l'immensité du pourquoi ? N'entendant plus aucuns bruits mêmes les voies graves de ces deux bonshommes qui s’adonnaient à une ardue parties de jeu de l'oie. Médusé, comme ensorcelé de ses yeux de guimauves, le fauve amadoué, enchaîné par une mélodie ne demandait qu'a l'amour, de faire battre ses tambours. Il chercha des mains ses plus belles plumes, tout en finissant sa coupelle d'amertume. Il rassemblait autant de son courage à la vue de son jeune âge. L'hardi voulait faire étalage de son talent, comme il le fit mainte fois. Roue avant et cabriole, maître de basse-court, noble d'étalage, Monsieur le¨Paon lui faisait la cour. Il était comme un corbeau, elle une ardente renarde, en tout bien, tout hommage il se disait bien qu'il lui donnerait plus qu'un bout de son fromage. Bombant le torse et se frayant un chemin à travers les pommes de pins. Il avançait partis les ronces prêt à cueillir dans son jardin, la fleur du mal...

Il est bien connu des hommes en valeureux marin, ce qui naviguent jusqu'à la brèche de combattre carte en mains et as en manche, au jeu de la pêche nombreux sont ceux qui tentent leurs chances, peux réussissent à en obtenir le fruit défendu. L'arbre et la pomme, succube qui vole les âmes. Elle est des plus grandes faiblesses, la force mes-estimée. Elle l'aube et il et la lune. Son regard se noyait dans l'intensité de sa chevelure brune. Il n'avait pas fait concours pour ne manger que des prunes. La couard était tantôt entrain de rêver de son abricot. Et c'était une aubaine tant l'abricotier cachait les cachottier, aux bords de la rivière bien loin de la guerre. Sur le champ de bataille, ses doigts allaient passer la grande muraille. Pris en tenaille, parla délicatesse et la chaleur éprouvante, le soldat expérimenté savait pertinemment quoi faire, pour sur sa rêne puisse prendre son fou. Et enfin lui passer les bras autours du coup. Était-ce là ce qu'on appelait coup de maître ? C'était dans tous les cas comme renaître à chaque fois. Sa bouteille d'eau de vie derrière lui. Coulant à flot, il attendait patiemment que la truite ne daigne à sortir de l'eau. Il la voyait enfin, de son œil valide,sa pipe à la main et son sabre à la ceinture. D'une approche aussi douce il l'approcha :

- Puis-je vous tenir compagnie ?

_ _ ___________________________________________ _ _



"Is demum miser est, cujus nobilitas miserias nobilitat"
LUCIUS ACCIUS-Télèphe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4530-bingo-book-de-soufuku-nitobe-hachidaime-kazekage http://sns-rp.forumgratuit.org/t4363-madaonitobe-soufuku-20-ans-plus-tard
Messages : 133

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 10 両

MessageSujet: Re: Une étreinte méconnue   Jeu 9 Mar - 20:44


Une étreinte méconnue

Alors qu'elle se dédiait à ses pensées, la jeunette avait fermé les yeux pour mieux expérimenter cet enivrement nouveau. Murasaki se découvrait soudainement légère, délivrée d'une contrainte dont son esprit semblait noyer l'origine entre les volutes embrumant ses sens.

Ses capacités d'analyses s'en trouvait amenuisées, émoussées, tandis que sa réactivité enfin débridée lui faisait découvrir un ressenti des plus grisants. Qui savait ? S'il n'y avait eu le contact du bois sous ses doigts, peut-être que la brune se serait laissée transportée par cette émotion ? Sous son intensité, elle se serait cru capable de voler, là, tout de suite, simplement par le biais de cette action si banale.

Face à ces pensées, les lèvres rosées s'étirèrent en un doux sourire. Ainsi immobile, indolente dans une posture allant en s’alanguissant, sa risette se dessina plus pour elle-même qu'à destination d'un éventuel observateur, mais son regard gris se dénudant à peine dédia à retardement cette attention à un bel audacieux.

Chassant la brume gênant son champ de vision de quelques lascifs battements de cils, l'anbu détailla méticuleusement cet homme se portant à ses côtés avec la grâce d'une plume s'échouant dans un cour d'eau. L'image plutôt plaisante arracha un nouveau sourire à la demoiselle qui voyait ses auto-contrôles perturbés par le liquide dansant encore une fois dans son verre.

De taille, il la dominait, de prestance aussi, car sitôt qu'il s'appropria l'aire visuelle de la kunoichi, cette dernière ne put se défaire de l'attention qu'il suscita soudainement en elle. Mentalement, elle se débarrassa de ces perturbations autour d'eux, faisant fi des sons ou même simplement des quelques couleurs se désaccordant avec le kimono de l'inconnu.

Murasaki se redressa légèrement en accrochant ses prunelles grises à l’œil unique, mais ô combien intense, de son interlocuteur. Cette iris verte était-elle la source des quelques picotements gagnant la nuque de la brune depuis quelques minutes ? Sous son chignon retenant ses longs cheveux noirs, sa gorge lui sembla soudainement bien exposée... La kunoichi baissa un instant les yeux, sentant une certaine chaleur la gêner avant de relever presque timidement son regard sincèrement troublé sur cet homme dont elle soupçonnait retenir tout autant l'attention.

Au même titre que son cou dénudé, le torse naissant entre les bordures sombres séparant le chatoyant tissu des lignes musculaires saillait insolemment sous l’œil indiscret de la demoiselle. Elle en avait même oublié son interrogation polie et le son grave se dilua entre des pensées lui échauffant l'esprit.

« Vous pouvez, oui, s'entendit-elle répondre d'une voix étonnamment chaude en retrouvant enfin le contact oculaire de son interlocuteur.

Murasaki, peu sociable d'ordinaire, voyait sa nature altérée et sa retenue lui échapper. Elle ne sentait plus l'habituel besoin impérieux de prévention face aux aléas d'une vie de kunoichi, même le sabre à la ceinture de l'épéiste ne réveilla pas ses alarmes intérieures. La benjamine laissa cet homme prendre place sans prêter attention à la distance les séparant, à vrai dire, le contact de leurs vêtements n'aurait pas su la troubler dans son état.

Continuant son observation par le biais d’œillades plus ou moins appuyées, sa gorge sèche se manifesta et lui fit poser les yeux sur la bouteille presque pleine attendant sur la table. L'odeur de l'alcool s'était effacé pour se laisser dominer par une autre plus froide et entêtante. Après quelques minutes de recherche, la brune avisa la pipe et cacha son avis sur l'incommodité de l'objet en se concentrant sur le récipient qui dansa gracieusement entre ses doigts.

Malgré le spiritueux engourdissant ses veines, la jeune fille s'astreignit à une posture plus convenable et tenta d'impulser à son anatomie une tension à laquelle son corps se refusa momentanément. Sa volonté n'était pas encore assez délitée pour gêner sa mobilité et ce fut de gestes rompus par l'habitude que la brune remplit les deux petits verres les entraînant dangereusement dans un jeu dont elle ignorait toutes les règles.

- Je m'appelle Murasaki, déclara-t-elle après un instant de réflexion qui lui avait paru plus long qu'à l’accoutumée. Namikaze Murasaki, précisa la jeune fille en relevant son visage vers celui de son éphémère compagnon de boisson.

Ce n'était qu'un nom à peine plus connu que d'autres, celui d'une kunoichi promue juunin à peine deux ans plus tôt et dont la réputation n'inondait pas encore les moindres recoins du monde shinobi. En serait-il autrement un jour ? Certainement pas.

Les doigts fins traînèrent sur la bouteille comme la demoiselle reprenait place. Ces extrémités soignées glissèrent ensuite jusqu'à effleurer la table pour saisir le minuscule récipient comme on cueillait une fleur.

- Et vous ? Quel est votre nom ? s'enquit-elle en plongeant ses prunelles sombres dans celle de l'illustre inconnu. »

A découvert, sous une lumière isolant les deux compères, l'innocente était désarmée et cette situation de proie facile ne semblait guère faire sens dans son esprit. Pour ainsi dire, elle était trop absorbée par l’œil unique de l'épéiste et se pendait à ses lèvres, attendant patiemment sa réponse pour partager ce verre en l'honneur de cette mise en bouche.




_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5922-annales-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5518-bingo-book-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/f413-dossier-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5270-murasaki-namikaze-kunoichi-en-mutation
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une étreinte méconnue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une étreinte méconnue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BARBARA
» L'Attaque du Wookie !!!! [Libre]
» Léona N'Illië [Aventurière & Mercenaire]
» Sigvald Lingwë Finwëth, l'elfe déchu.
» Présentation de Anae Salia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Autres Pays :: Kusagakure no Sato-
Sauter vers: