Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 La légende de l'homme de fer, entre ouragan et coup d'éclat : « Celui qui était le plus fort au monde. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 1937

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 1 D
Monnaie: 180 両

MessageSujet: La légende de l'homme de fer, entre ouragan et coup d'éclat : « Celui qui était le plus fort au monde. »   Dim 26 Fév - 2:10

La légende de l'homme de fer, entre ouragan et coup d'éclat : « Celui qui était le plus fort au monde. »

Conciliabule
Spoiler:
 



Depuis ce jours funeste, où il avait perdu son sage compagnon le samouraï n'était plus le même homme. Et ce n'était que dire de la situation dans laquelle il se trouvait tant, mentalement il avait perdu en considération pour sa propre personne. A coté de ce fait marquant une chose avait un peu plus perturbé celui dont on pensait qu'il était inébranlable tel un roseau. Pour ainsi dire, le mal fait gratuitement par Futae et sa bande l'avait frappé de plein fouet, en plein cœur. Mais plus encore, c'est la perte de son sabre brisé qui avait quasiment achevée le guerrier bushi. Pour lui, c'était là le signe d'une désobéissance, d'un acte de traîtrise, ou pire d'un abandon conséquence d'une perte de confiance soudaine. S'était son âme qui volait en éclat, elle qui résonnait. Il aurai même juré entendre mille et une voix lui dire qu'il n'était plus compétent, que celui qui fut huitième Kazekage n'était plus qu'impuissant. Pour un samouraï perdre son âme équivaux bel et bien à perdre sa dignité, sa combativité, sa vie... Et le comble dans tout cela c'est que Soufuku n'eut même pas le courage de se faire hara-kiri. C'était évident et une fois n'est pas de trop : Il était alors une vrais loque qui ne valait pas mieux qu'une serpillière à foutre qui dégorgeait. Sans dessus, sans dessous, et sans un sous l'homme s'est donc exilé, loin de la torpeur que son statut sociale lui infligeait pour se retrouver dans une contrée perdu loin de tout et proche de rien à la fois. Là où la nature régnait et où la civilisation était en paix.

Cet endroit n'est connus que de ses ours. Inutile de refaire tout un topos sur ses habitants, les lignes qui précèdent celle-ci sont assez explicatives et bien fournies. Il s'est donc mis dans cette foret sous cette arbre, presque deux jours après son arrivé. Torse nue et balafré. Il entama alors une remise en question importante, affrontant de sa seule épiderme, pluie matinale et vent obscurantistes de minuit. Le monde tel qu'il le connaissait, l'histoire de ce monde. Au commencement les hommes n'était que des agriculteurs, et se divisaient déjà, entre différents groupes ethniques et culturels. Au nord vivait une tribut appelée : « Utari  (compagnon) » et plus au sud c'était celle des « Emishi  (ceux qui étaient poilus) » qui s'était établie. Puis aux centres et aux coins de la carte vivait les hommes tels qu'ils sont aujourd'hui. Certains étaient marchand d'autre guerrier. La péninsule qui est évoqué ici est celle qui donnera un jour naissance à une grande caste de guerrier, elle n'est autre que l'actuelle Tetsu no kuni ou pays du fer. Les deux tribus évoqués se firent vite massacrer par les autres hommes. Qui fort de leur développement militaire avaient une avance considérable en terme de combat.

Paradoxalement les autres hommes étaient établies en clan, et les guerres internes menèrent ces luttes antiques au chaos, comme-ci ces dernières n'avaient servies à rien. Fort de cela un homme qui devint le premier empereur du pays du fer unifia les clans et le Bushido en dépit des autres cultures, devint celle à la mode. Par rapport aux peuples des Utari qui avaient pour croyance l'amour de la nature et la paix. Celui des Emishi, avait des croyances populaire plus variés, oui il protégeaient la forêt et aimaient la nature. Mais une chose venait à les différencier de leurs homologues autochtones, en effet les poilus était un peuple avec bien des mystères. Les premiers cités avaient fuis et leur exode les avaient fait disparaître de la carte. Tandis que les autres se mélangèrent avec les grands gagnants et adeptes de la voie du samouraï. Leurs sang coulait encore dans les veines des habitants de Tetsu lorsque advenue la tentative de mutinerie formé par Shinsuke et ses hommes. Ces derniers reprochaient à l'Empeur Ieyasu de vouloir étendre son Pays à la culture qui faisait alors son apparition sur le Yuukan, le ninjutsu. Les extrémistes échouèrent et furent à leur tour bannis de l'histoire. A titre informatif, le pays du fer connu alors une grande vague de guerriers qui avaient développés grâce à l'apport du monde shinobi des facultés extraordinaire. Mais une fois n'est pas coutume les autres dirigeants plus ferme et extrémistes bannirent ces coutumes barbare de la civilisation bushi. Un samouraï ne devait qu’entraîner son corps, son esprit et sa maîtrise du sabre et de la culture de son pays. C'est dans cette optique que de nombreux ouvrage sur la guerre et autres traités virent le jour.

Bien-sur l'usage du chakra était toléré car il faisait partis de la vie de tous les jours. Mais il ne devait consister qu'a un prolongement de sa lame ou à une amélioration de son tranchant. Puis le temps passait comme une montre qui dont les aiguilles étaient incontrôlables. Et vint la quatrième grande guerre ninja où les hommes du bushido jouèrent un rôle assez important. La suite arriva vingt et quarante années plus tard avec un bon nombre de samouraï vivant au seins même des villages shinobi. Soufuku faible et ayant la pilosité de plus en plus longue pensait alors à qu'elle point, s'est diverses activités l'avaient poussées loin, très loin de la voie que prônait le bushido. C'est pour cela que venait fréquemment la question suivante : Était il encore un samouraï ? Ou était il devenu un être hybride mariant avec perfection la culture de son pays d'origine et son pays adoptif ? Pour dire vrais à ce moment là, la réponse était plus proche de la seconde question. Ses divers changement de corps lui avaient permis d'apprendre de multiples techniques et aujourd'hui, beaucoup pourraient penser qu'il était le guerrier parfait.

Mais la réalité était tout autre, la libération du plein potentiel que possédait son maléfice avait affecté son enveloppe corporelle à tel point qu'il en perdait ses pouvoirs. Il le savait pertinemment et souhaiter avant de partir, remédier à cela au plus vite. C'est ainsi qu'il opta pour un profond retour aux sources, sous la contrainte d'une erreur qui s’avérait lui être fatale, il fallait l'avouer. Il choisis alors cet endroit reculé pour pouvoir exercer ses sens et son corps. Les longues journées à méditer étaient intenses, voir insurmontable, ses muscles se tendaient et sa peau craquelait, durant les premiers de ce long entraînement il voulu mourir de douleurs une bonne quinzaine de fois. Autant de souffrance pour des résultats qui ne se voulait pas mirobolant. De plus, après un accords commun avec ceux qui l'avaient accueillis en ces terres, il ne pouvait se nourrir que de fruits. C'était vivre un cauchemar, plonger à pieds joints dans le Styx ou courir les pieds nues sur des fils barbelés . Mais il ne voulait abandonner la tâche aussi ardue soit-elle. De toute manière elle restait sa seule et unique option s'il voulait prendre sa revanche, s'il voulait accomplir son but et les plans qui fermentaient dans son esprit depuis vingt longues années.

Cette nuit là, il était essoufflé cela faisait bien quinze jour qu'il était là avec pour seul compagnie, oiseaux trouillards et renards craintifs. Il pouvait sentir son pouls ralentir et sa respiration de plus en plus lourde. Quelques mèches de ses cheveux moites collaient à son front. Il se remit en position, tel un lotus qui tentait d'éclore, mais la charge pesante qui martelait ses épaules étaient bien trop lourde. Il les pétales de son âme ne pouvaient venir et embrasser la lumière du soleil. Il essayait de sentir, de percevoir les différents être qui constituaient la faune de cet endroit merveilleux. Des jours passèrent, un oiseaux, un écureuil puis... Le néant total, brouillé, bafoué? Il ne pouvait les entendre. Il essayait de reconnaître chaque aliment à son goût, sa teneur en sucre, en acidité... Mais mise à part une banane avariée il n'avait reconnu grand chose... Soufuku Nitobe, émérite guerrier répétait ces séances chaque jours et chaque nuits insatiablement, sans renoncer, ni sourciller. Parfois son esprit divaguait et il subissait des sortes hallucinations. La faim le tourmentait et sa tête tournait s'était insupportable, son corps amaigris était si horrible que les gargouillements que provoquait son estomac étaient d'une faiblesse quasi effrayante. Et les résultats vinrent à faire leurs effets. Il pouvait ainsi deviner quel animal venait à lui, quelle était la teneur en sucre d'un des fruits qu'il mangeait et de déterminer alors un plat équilibrer à base de racine et de ce que pouvait lui offrir la foret. Il entama alors des séries d'exercice physique jusqu'à ce que son corps lui paraissent léger. Comme une nouvelle armure. La fleur de cerisier vient au bout d'un mois à étendre ses bras vers une lumière resplendissante. Un homme nouveau venait de naître... Un phénix ne pouvait mourir...

_ _ ___________________________________________ _ _

"Chaque chaton grandit pour devenir un chat. Ils paraissent inoffensifs au départ, petits, calmes, lapant leurs soucoupes de lait. Mais une fois que leurs griffes deviennent assez longues, ils vont jusqu'au sang. Parfois de la main qui les a nourri. Pour ceux d'entre-nous grimpant au sommet de la chaîne alimentaire, il ne peut y avoir de pitié, il y en a une, mais une seule règle : Chasser ou être chassé".
Franck Soufderwoord-Heiwa of cards- Yuukan- An 120.


Naemilia > All J'ai été forcé à le dire j'vous le jure !

"Pas si vite ! Puisque j'aime bien la gueule des Sunajins et qu'ils sont faibles, je donne 20 pts de plus à Suna no Kuni, et comme je suis accesoirement Kazekage je retire 10 pts aux autres villages." Soufbledore-Conseille du staff/Yuukan-An 120.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4530-bingo-book-de-soufuku-nitobe-hachidaime-kazekage http://sns-rp.forumgratuit.org/t4363-madaonitobe-soufuku-20-ans-plus-tard
 
La légende de l'homme de fer, entre ouragan et coup d'éclat : « Celui qui était le plus fort au monde. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COMPRENDRE LE DROIT
» Le gardien du culte
» #MATCH 3 : CHRISTIAN VS MARK HENRY
» Il y a deux types d'hommes : celui qui tient le blaster et celui qui creuse ... toi ... tu creuses. [ FB Kyrayc / Nyssa / Jilano ]
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Autres Pays :: Reste du monde-
Sauter vers: