Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Butterfly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 30

MessageSujet: Butterfly    Dim 26 Fév - 22:54

Feat. Sho Akemi

Il était encore tôt le matin, et c’était le jour de la semaine le plus attendu, son préféré. Nul besoin de composer avec les directives du bureau de mission, aucune appréhension de tomber sur du farfelu ou de l’insupportable. Le temps consacré à l’hôpital était sans surprise, façon de parler. Ici, les heures filaient comme des secondes  et elle savait quoi faire, quand et pourquoi les faire. Les consultations générales n’étaient aussi plates qu’on le laissait entendre à l’école de médecine, elle composait un panel d’individus uniques en leur genre, de tous les genres en fait.

Le patient souriant, le faux malade pourtant persuadé, l’exagérateur, le courageux, le violent, l’impatient et ses favoris… Les névrosés.   L’hypocondriaque en ouverture, quelle aubaine. Il justifiait son énième visite et cette fois, sa consultante avait bien dans l’idée d’adopter une nouvelle stratégie, au diable la convention, d’autant plus qu’elle savait qu’un cerveau dans un corps saint, pouvait être atteint de troubles biens plus grands.

Il lui parlait de la fièvre, assise sur son tabouret, elle l’observait neutre, ses bras croisés et dans leur échange de regard, avec amusement, la fille jugeait son jeu d’acteur qui cherchait l’ouverture dans ses réactions. Il parlait de fièvre, elle relevait sa température, sans pour autant se prononcer, « autre chose ? », et il rajoutait ses migraines, des éventuellement écoulements ensanglantés nasales, un corps douloureux, ect… Au pire des cas, il aurait attrapé froid, comme toujours. Néanmoins, lassée de lui prodiguer des soins pour « rien », vu qu’il n’était pas vraiment souffrant et qu’en conséquence il lui bouffait de son temps pour… rien, d’une mine sévère après son examen, elle s’annonçait…

« Incurable. »  Ses lèvres se pinçaient sur un côté, son expression faussement désolé. « Je suis désolée. » Après quoi, elle lui tendait une boite de fiole avec le traitement pour le soulager. De l’eau et du sucre, du bicarbonate pour rendre ça terrible au goût et la satisfaction faussement cachée de son patient  virait vite au choc à l’écoute des stades, inventés bien sûr qui le tuerait.  La Nanare ne lâchait rien de son jeu de scène et quand elle réapparaissait en sa compagnie dans la salle d’attente, il était dans sa phase de dénie.

Ce qu’elle aurait aimé toutes pouvoir les observer, ça lui aurait fait des notes intéressantes pour son petit carnet, au lieu de cela, elle ne pouvait que présumer ce qui se passerait d’ici sa prochaine visite. Peut-être bien qu’elle le laisserait y croire pendant quelques semaines, le temps de finir son étude, après tout, peut-être même que ça le soignerait de son état névrotique par une prise de conscience. Sinon, restait toujours pour elle l’incompétence pour l’accabler. Ce n’était pas un problème, sa file d’attente débordante, elle en revanche…

Le problème d’un système gratuit, il était usé à l’accès pour tout et n’importe quoi, les passages s’enchaînaient, tous sans intérêt particulier au niveau médical, par contre niveau social, c’était une toute autre histoire. A croire que cette blouse blanche avait un effet magique pour vider les esprits encombrés, une confiance un démesuré pour un esprit logique et méfiant comme Yuni, le pouvoir du secret médical était si puissant que cela ? Y croyaient-ils vraiment ?

Vu qu’ils constituaient principalement ses seules interactions sociales,  ses patients n’avaient pas vraiment de quoi être inquiétés ceci dit. Le milieu de la matinée c’était franchement amorcée quand elle s’accordait une pause accoudée à sa fenêtre ouverte du quinzième étage. Le soleil réchauffait doucement sa peau claire, la forçant à reposer ses paupières en les refermant, une courte sérénité bafouée par un ombrage grandissant qu’elle avait pris pour un nuage. Mais un sifflement lui faisait relever sa tête, face à elle, une silhouette humaine la doublait, une plus qu’à quelques mètres  du sol.

Sans réfléchir davantage, la kunoichi enjambait d’un bond sa fenêtre pour courir après le suicidaire présumé, pour cela, une vieille technique d’académie concentrant son chakra sous ses pieds pour l’accrocher aux parois. Dire qu’elle présumait de son utilité. Elle passait un vitrage, d’un un étage, puis deux et l’issue se faisait critique face à l’écart entre eux, son bras tendu agrippait enfin sa cible, mais dans la précipitation, son mauvais jugement de la situation la faisait se décrocher du bâtiment, l’emportant sous la vitesse dans le vide.  Oh merde. Et c’était peu dire, ils étaient trop écarté du bâtiment pour qu’elle s’y rattache, à supposer qu’elle aurait pu s’en détacher bien sûr.

« BORDEL !!!!!!!!!!! »

Sa main libre cherchait ses poches et le drame se poursuivait, c’était sa blouse de médecin, garnie de pansement et ustensiles, privée de son attirails de shinobi. Crever comme ça ? Sérieusement, son karma était si pourri que ça ?...


Dernière édition par Yuni Nanare le Sam 4 Mar - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6845-bb-yuni-nanare http://sns-rp.forumgratuit.org/t6846-yuni-nanare-terminee
Sho Akemi
Juunin
Juunin
avatar
Messages : 44

MessageSujet: Re: Butterfly    Lun 27 Fév - 9:38

TOC TOC TOC !

Quelqu’un frappait assez fortement à la porte de l’argenté. Il fut d’abord surpris, ce qui explique le fait qu’il venait de glisser du lit, la bave au coin des lèvres. Il faut le dire Sho avait vraiment la tête dans le cul. Bah c’est ça quand on s’amuse à dormir très tard le matin ! La chute avait été suffisamment puissante pour réveiller à moitié l’argenté. Qui rampait littéralement vers sa porte pour voir qui était l’emmerdeur qui s’amuse à réveiller. Il usait d’effort surhumain pour se lever, et ouvrir la porte ! Disons que la personne derrière la porte avait bien surpris Sho qui manquait presque de glisser. Déjà qu’il ne tenait même pas debout.

-OH BORDEL ! Qu’il pensait avant de chuter en arrière. La cause de cela ? C’était une femme qui se tenait à la porte de l’argenté…

« Ma…Maman ? Tu fous quoi ici ? » Venait de t-il de hurler, la moitié des membres du clan devaient avoir entendu Sho crier.

« Hm… » La mère de l’argenté se jeta sur Sho pour l’attraper au niveau du visage pour lui frotter brusquement le haut du crane.

« Mais j’y crois ?! C’est comme ça qu’il parle à sa môman l’autre ?! »
Alors qu’elle faisait mal à l’argenté qui se débattait, car il faut l’avouer la mère de Sho est vraiment balèze. Après avoir chahuté ensemble pendant un bon moment, Sho laissa partir une question…

« Pourquoi tu viens me voir ? Enfin sauf si tu voulais juste me frapper, tu pouvais attendre l’après-midi… » Elle se releva rapidement en s’étirant et surtout en baillant fortement.

« Bah pour rien te cacher je voulais que tu me rende un petit service. »
Un petit service, L’argenté avait de quoi s’inquiéter la dernière fois il devait garder des chiens ninjas vraiment vénère, résultat ? De grosse morsure sur les fesses, en plus elles ont trainé sur le derrière de l’argenté pendant plusieurs mois ! Sho voulait s’enfuir, il savait très bien que cette histoire allait très mal partir. Mais bon, il peut ne pas refuser, au risque de prendre un motheruppercut en pleine mâchoire.

« Ch’ui pas vraiment chaud pour accepter ça… La dernière c’était vraiment… » L’argenté arrêta de parler, quand il vu sa génitrice arborait un regard tout mignon, vous savez ce genre de regard hypocrite pour vous forcer à accepter quelque chose.

« Tu ose me refuser un service ? Moi qui t’ai nourris pendant toutes ses années ? Moi qui t’ai appris l’art du sabre ? »
Voilà pourquoi Sho voulait vite se barrer, maintenant il ne pouvait plus refuser, au risque d’avoir un poids au cœur, elle maitrise parfaitement l’art de faire culpabiliser les gens, c’est tellement fourbe ! C’est aussi pour ça qu’on comprend qu’elle est la mère de l’argenté. Sho finit par accepter à contrecœur, Il flippait un peu… S’trouve que fallait encore garder des chiens enragés ou autre.

« Parfait ! Enfaite j’ai fracassé un vieux pervers hier, et j’aimerais que tu aille présenter tes excuses en mon nom ! Aussi tu va payer une corbeille de fruit et lui offrir.» KEUWHA KEUWHA KEUWHA !

« En plus c’est moi qui doit payer avec ma thune ? Déjà que c’est Chaud ici… »

Sho sentait le regard noir et pesant de sa mère sur lui.

« Hum hum… Non rien… »
Elle fracasse des vieux et c’est l’argenté qui doit faire les courbettes derrière elle ? Ce n’est pas l’averse normalement ? Il savait qu’il aurait du refuser, il était sur le point de le faire lorsqu’il repensait à la puissance des motheruppercut, et finalement pour son bien l’argenté décida d’accepter cette petite requête ! Les choses ne pouvaient pas vraiment dégénéré hein ? Fallait juste offrir un panier de fruit à un gars et rentrer…


Sa mère restait à la maison pour profiter des livres intenses de l’argenté ! Des livres sur quoi ? Je vous laisse ce vieux double sens. Donc Sho s’habilla en civil comme d’hab, mais bon vous savez que les membres du clan aiment garder leurs armes sur eux. Surtout Sho qui voit Marguerite comme un seconde maman, elle lui confère ce sentiment de sécurité et de puissance. Bah toutes ses techniques ce base sur cette épée tronçonneuse assez particulière. Sho avait sa veste argenté qui brûle les yeux, son pantalon noir brillant, et ses chaussures provocantes comme d’habitude.

Prêt l’argenté quitta son domicile pour faire les courses, trouver une bonne corbeille de fruit ? Avec ses moyens, même si ses trucs ne coutent pas vraiment chère, il n'aillait gaspiller son argent pour un gars random hein ! C’est d’un naturelle qu’il choppait le premier panier chez le marchand louche. Maintenant direction l’hôpital. Comme d’habitude quelque personne regardait le look atypique de Sho. Mais il s’en fouttait, ça veut dire qu’il tape bien dans les yeux de monde ! Et ça c’est une bonne chose… Enfin de son point de vu foireux.


Après plusieurs minutes de marche, l’argenté arriva à l’hôpital, disons qu’il y avait du monde… Une star célèbre est bloqué dans un lit d’hosto ou c’est comment ? Il devrait bousculer du monde pouvoir e frayer un chemin et espéré rentrer dans le bâtiment. Enfin il pouvait entrer dans le bâtiment. Pourquoi tout le monde fixe le ciel bordel ? Il s’en fouttait, il ne tenait pas spécialement à rester ici, l’hôpital ça le met mal à l’aise !
VLAM ! Il venait de lâcher sa corbeille de fruit.

Quelque chose venait d’écraser Sho avec violence, le pauvre se retrouvait clouer au sol, deux personnages venaient de chuter sur l’argenté ! Le pauvre, il voulait rapidement s’barrer de cet endroit, ça commence bien ! Son corps avait amortie la chute, enfin les types qui f’sait du sol à l’élastique sans élastique devait surement avoir quelque bleu. Mais Sho lui il avait surement quelque chose de cassé.

« Hm hm hm hm ! » Venait t-il de hurler, la tête collé enfoncé dans le sol, je vais vous traduire vite fait : Journée de merde.


La maman de Sho pour les curieux ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6804-bingo-book-de-sho-akemi
Messages : 30

MessageSujet: Re: Butterfly    Lun 27 Fév - 11:59


La finalité semblait inévitable, mais heureusement, la brunette n’était pas du genre à céder à la fatalité, c’était une emmerdeuse dans l’âme. A force de s’agiter, elle arrivait à les faire pivoter, l’action certes leur donner mal à la tête – si plus que la situation le pouvait ; mais au moins, ainsi, progressivement,  les membres de la shinobi se rapprochaient de la paroi vitrée du bâtiment. Probablement leur seul recours pour ne pas finir en nouveau parterre quelques mètres plus bas, tout aller très vite et à plusieurs reprises ses pieds arrivaient à s’accrocher de nouveau les freinant à peine avant que la violence de la chute ne les arrachait à nouveau. Un peu comme son bras qu’elle avait cru voir partir séparément du reste de son corps plusieurs fois, si l’illusion était là, la douleur elle était bien réelle.

Malgré tous les efforts, il était trop tard, et c’était le suicidaire qui s’écraserait en premier, la tête en avant, et le poids de la médic pour venir l’achever. Du moins c’était ainsi qu’elle avait analysé ça et l’inévitable s’en venait, le choc troublait son esprit un bout de temps d’inconscience difficile à mesurer pour Yuni. Quand ses yeux s’ouvraient à nouveau, on avait attrapé ses bras pour la relever. Malgré le flou toujours persistant dans sa vision, elle distinguait des blouses blanches ou bleues, ainsi qu’une petite masse humaine. Des curieux sans aucun doute et ses collègues l’asseyaient pour se concentrer sur le cas le plus grave des trois… « Tu peux te débrouiller, j’enverrai une autre équipe. » lui marmonnait un confrère et elle ne lui répondait que d’un hochement de tête affirmatif.

Cette information la surprenait un peu, dans sa mémoire, ils étaient deux, avaient-ils en bonus écraser un tiers au sol. Dramatique, mais pourtant, sa première pensée était de se demander qui avait été assez stupide pour rester là en les voyant arriver. Ce n’était pas comme si elle n’avait pas vidé tous ses poumons  en jurant… Un vieux, voilà son premier pronostique et subitement, la curiosité avait réanimé ses sens, elle qui s’en était le mieux sortie de tous, l’avantage d’être au-dessus. Ses membres lui faisaient un peu mal, son bras surtout, rien d’urgent, au pire, elle le mettrait au repos quelques jours. Aussi, la Nanare se faufilait à travers ses confrères jusqu’au brancard du dernier individu à peine ramassé.

« Il est encore vivant ? » Un confrère lui mettait un coup discret, pas pour autant qu’il n’avait pas souri à sa remarque. Il fallait un esprit tordu pour exercer ce genre de métier. Si, si. « Probablement quelques fractures au mieux, on va vous garder en observation en cas de traumatisme crânien. » Et le regard de la fille en disait long : No way.  Il l’attrapait néanmoins par le bras, ceci dit, connaissant le spécimen particulièrement têtu à qui il avait affaire, le médecin, malin, usait d’une alternative lui paraissant équitable. « Je te laisse procéder aux examens d’usages et diagnostiquer, si tu te sens mal… »… Il ne se fatiguait même pas à finir sa phrase à quoi bon, Yuni ne l’écoutait déjà plus, et sa main droite balayait l’espace devant elle en lui faisant signe de dégager.

Il soufflait arrivé au croisement où la marche jusqu’au bâtiment les avait emmené,  il les abandonnait sans rien ajouter de plus.  Ne restait alors plus que les deux infirmiers qui maintenaient le patient tout en le transportant et l’apprenti perruche médicale qui ne savait pas voler. La même, qui se rapprochait de celui qui était au final davantage sa victime que son patient en y réfléchissant.  « Allô ! Hormis le fait que ta tête menace d’explosait, tu as mal où ? » Le questionnait-elle alors qu’ils venaient d’arriver dans leur salle privée, c’était le grand luxe et elle se retenait –pour le moment ; de lui demander comment il s’était débrouillé pour se laisser écraser… Encore que, il leur avait probablement sauvé la vie, un doute raisonnable, mais pour autant une affirmation assez pertinente pour que la brune lui accordait le crédit de remerciements.

« Je suis la doctoresse  Nanare, t’as de la chance, je touche vraiment à tout par ici. Pour commencer, interdiction de piquer un somme jusqu'à nouvel ordre. » Sur quoi, une loupiotte dans les mains, elle s’approchait avec l’idée d’examiner ses yeux. « Nous sommes en quelle année ? Tu te souviens du jour de la semaine que nous sommes. Puis enfin, nom, prénom, âge, si particularités médicales merci de les énoncer. Personne à contacter, fonction et tous ses trucs d’usages… » Expliquait-elle si on pouvait appeler ça ainsi et présentant un formulaire à remplir. Le protocole avant tout. « Aucune chance qu’on te laisse quitter cette chambre pour rentrer seul chez toi, donc il faudra un accompagnateur. Je peux le remplir pour toi au besoin.» Dans le sens gêne d’un médecin, elle l'avait déjà examiné de haut en bas, demander sa profession lui paraissait superflue dès lors.

Yuni marquait néanmoins une courte pause, le temps de récupérer une seringue assez grosse qu’elle plantait dans un flacon pour en extraire son liquide. Elle se rapprochait de son mystérieux patient, seulement pour lui emprunter la sangle de garrot. L’injection lui était destinée à elle, ou plutôt à son bras le plus douloureux. Enfin calmé pour quelque temps au moins, ils pouvaient reprendre. « Non, mais sans déconné, pourquoi tu t’es pas écarté ?... » D’ailleurs, vu la tâche qu’elle avait vu en bas, peu de chance que le suicidaire avait survécu. Ils s’étaient en plus abimés pour rien… ? Mieux valait ne pas y penser pour le moment une chose à la fois. «  Qu’est-ce qui t’amenait ici à la base sinon ? ». Elle lui faisait la conversation histoire de rendre l’osculation moins pénible quand elle appuierait sur une éventuelle fracture, avant tout, elle avalait quelques comprimés destinés à lui rendre plus d'efficacité...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6845-bb-yuni-nanare http://sns-rp.forumgratuit.org/t6846-yuni-nanare-terminee
Sho Akemi
Juunin
Juunin
avatar
Messages : 44

MessageSujet: Re: Butterfly    Sam 4 Mar - 19:09

C’était pourtant simple non ? Trouver un vieux pervers, lui dire bonjour avec un sourire amicale pendant que Sho l’insulte mentalement, déposer la corbeille de fruit, puis se barrer pour ENFIN avoir la paix !  Ouaip c’est tellement simple que l’argenté pourrait le faire en dormant. Mais vous voyez l’aimant à embrouille qu’est Sho arrive toujours à tous faire foirer ! CRACK CRACK et encore CRACK ! Voilà les bruits que vous pouvez entendre alors que Sho se fait littéralement écraser par des blaireaux qui s’amusent à faire du saut à l’élastique sans élastique. Fallait savoir que ça avait fait bien mal à Sho car il possédait une énorme épée accroché à son dos, et faut dire que les deux lourdaud avait bien atterrit sur le pauvre argenté, le choc avait été tellement violent que Sho était dans les pommes  et ça pendant un bon moment.

La tête toujours dans le cul, les yeux encore fermé. Sho rêvait de Marguerite et de bonbon comme les mecs  étranges de son âge ! Marguerite ? L’argenté venait d’ouvrir les yeux. Il était dans un hôpital, et quand on parle d’hôpital on pense à quoi ? À des seringues ?! C’est d’un naturel que Sho cherchait dans la salle des aiguilles, il  à pas une peur bleue des aiguilles hein ! C’est juste le fait qu’un mec random vienne prendre ton sang pour faire une multitude de test étrange et bizarre. Ouais faut dire que Sho adore lire, et son style favoris c’est l’horreur, disons que certains passage de son bouquin sont resté gravé dans sa mémoire.

Après avoir retrouvé un petit peu de ses esprits, l’argenté remarqua une infirmière qui venait ouvrir la fenêtre
« Ch’ui ou ? » Questionnait l’argenté, visiblement cela n’était pas assez claire pour lui, mais il lui fallait quand même la confirmation de l’infirmière, et aussi que le silence lui cassait vraiment les oreilles.

« Bah, dans un hôpital. » C’est sans donner plus d’information qu’elle quitta la salle. Ouaip Sho était dans un hôpital, alors qu’il venait voir un gars dans un hôpital. Franchement le destin n’arrête pas lui pisser à la gueule… Puis quelqu’un venait de faire son apparition dans la cellule de Sho. Surement une autre infirmière qui venait prendre des nouvelles de l’argenté, car au dernière nouvelle se prendre deux gars en pleine poire à pleine vitesse ça faisait vraiment mal.
« Bonjour, j’imagine que vous êtes la personne qui doit s’occuper de moi… »
Sho essayait de lever la main pour saluer la dame…

« Bah, je crois que j’ai mal un peu partout. » Dit ironiquement Sho alors qu’il tirait la tronche en déposant doucement sa main sur son lit par peur de se faire encore mal. La femme se présenta, ordonna à l’argenté de pas fermer les yeux… Bah c’est vrai que faire dodo serait plus simple pour oublier la douleur et essayer de se relaxer mais… et prit vous savez, je vais dire une loupe pour me moquer et examiner Sho qui n’osait pas trop se débattre, ensuite elle le questionna…

« Euh… Sho Akemi vingt-deux ans, Junin… Mercredi que je crois, j’ai perdu la notion du temps en glandant chez moi… » Elle informa l’argenté que s’il voulait rentrer chez lui, fallait un accompagnateur et cette jolie doctoresse c’était proposé. Sourire hypocrite au coin des lèvres et pensée salace, voilà comment représenté Sho en ce moment même. Manquerait plus que… Pardon.

Puis la question ultime !! Pourquoi l’argenté ne c’était pas poussé ? Car il était tellement plongé dans ses pensées qu’il n’avait pas remarqué les blaireaux qui faisaient de la fenêtre à sol.
« Ch’ui quelqu’un de très lunatique. »
Dit Sho pour pas devenir vulgaire, et affichant son vieux sourire amicale un peu déformé par la douleur. « Bah de base, je venais rapporter une corbeille de fruit à un vieux… J’pensais pas que vous me tomberez dessus. »

« Dire qu’elle pensait que c’était sans risque… Plus jamais accepté ses petites missions. »
Marmonnait Sho dans sa barbe, puis il zieutait la pièce, remarquant que sa grosse et belle Marguerite n’était pas dans la zone.

« Euh, vous n’auriez pas vu une grande et étrange épée ? Car bordel de couille, faudrait que j’regarde si son système fonctionne toujours… » Car vous êtes super lourd bordel ! Faut faire un règime… hum hum. Je m’égare.

« Sinon, pourquoi vous sautez sur les gens ? » Demanda Sho à son tour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6804-bingo-book-de-sho-akemi
Messages : 30

MessageSujet: Re: Butterfly    Sam 4 Mar - 20:25


Il ne l’aidait pas beaucoup en répondant à ses questions, de temps à autre, la brunette relevait un sourcil perplexe qu’elle était. Il se foutait d’elle en prime ? C’était de bonne guerre après tout. Finalement, elle secouait la tête face à l’explication tout en poursuivant son examen. Des rigidités, une ou deux belles inflammations dû à une fracture et le verdict s’annonçait de lui-même, plus de peur que de mal, mais inévitablement des séquelles. Le dos de sa victime, enfin patient, aurait besoin de repos et de massage, ceux qui sont loin d’être langoureux, mais plutôt craquant. Pas dans le sens mignon malheureusement. « Lunatique tu dis ? Peut-être que ça te servira de navette pour ton retour sur terre. Une fracture, une luxation de l’épaule qu’on va atteler pour au moins un mois pour commencer, on verra au prochain rendez-vous. Donc pas question de forcer dessus, ni sur le dos d’ailleurs, te voilà avec une belle excuse pour te faire servir et ne plus rien faire. Veinard va ! » Annonçait-elle un brin cynique tout en piochant une seringue de sa poche maintenant qu’elle était derrière son dos.

Une fois déballée, elle prélevait l’anti inflammatoire liquide, couplé à un antidouleur coriace, ses petits doigts massaient de haut en bas la longueur de la colonne, tandis que son regard balayait la surface du dos pour choisir où piquer. L’expérience rendait la chose rapide que de quelques secondes, rentrée et aussitôt vidée et ressortie, la médic déposait la piqure usagée sur son plateau. «Bordel de couille ?... » Une expression très peu familière, tant que la Nanare n’aurait pas vraiment su ce qu’elle voulait dire, aussi elle ne s’attardait que sur la suite de la phrase. Une épée ? La sienne, donc probablement avec ses effets personnels dans le casier. Elle ouvrait ce dernier, et rien, étrange, mais pas plus que le style vestimentaire qu’elle découvrait dedans.  Un excentrique ? Ces personnages-là l’avaient toujours fasciné, elle qui était si austère.

« Je ne me souviens pas les avoir vu la prendre… » Elle se baissait pour vérifier sous le lit. Toujours rien. La salle d’eau lui paraissait comme la dernière option, mais là encore pas d’objet de ce type.  Elle s’avançait donc sur la suite des interrogations tout en appuyant sur le bouton qui faisait venir les infirmières. « Pour répondre à ta question, en ce qui me concerne, je buvais mon thé en prenant l’air à la fenêtre entre deux consultations, et l’instant d’après il était temps d’apprendre à voler. J’ai échoué comme tu as pu le subir. » Elle disait ça avec tout le détachement du monde en prime. « Soit il a glissé, soit sa vie le faisait assez chier pour sauter, sans réfléchir.» Ses épaules s’haussaient. Etait-ce vraiment important de le savoir, ça ne changerait plus rien maintenant. « Et je ne trouve pas ton épée. » Concluait-elle comme pour l’achever avant de commencer à préparer l’atèle qui  lui immobiliserait un bras.

« Par ailleurs, indique moi qui tu voulais visiter et le message à lui faire passer, je m’en occuperais pour toi. » C’était bien le minimum qu’elle lui devait après tout. Elle ne s’excuserait toujours pas pour autant. « C’était une mission j’ai cru entendre. As-tu besoin d’un papier officiel pour te faire excusez ? »  Yuni et le protocole, une grande histoire d’amour.  Une nouvelle protagoniste s’invitait dans la pièce pendant les soins de l’argenté, la brune s’en pour autant s’arrêter questionnait à propos de l’épée.

« Elle était dans la salle d’intervention... » Voilà qui ne les rendait pas plus avancés, elle offrait un sourire gêné au principal intéressé, tout en tentant de le rassurer. « Elle ne peut pas être bien loin. Ils vont te la rendre.  Puis de toute façon, il va falloir la laisser dans un coin le temps que tout ça se remet un peu. » Sa tête se tournait vers l’infirmière. « Pourquoi ?!» marmonnait-elle les dents serrées… «  Le crâne du… Et l’ép… enfin… » Une grimace d’embarras sur le visage de l’infirmière et la Nanare levait les yeux au ciel, un beau duo de malchanceux. « Tu y tenais pas vrai ? Allons la chercher.» Suggérait-elle, comment pourrait-elle capable seule, d’identifier ce qu’elle n’avait jamais vu. Quelques pas vers le placard et elle lui amenait ses vêtements, sans même poser la question, les deux femmes l’aidaient à se rhabiller en le débarrassant de la tunique d’hôpital. Pas de manière par ici, il avait été suffisamment assis pendant sa toilette pour être remis sur ses pieds.

« N’hésites pas à me prévenir si tu te sens mal. Suis moi, nous allons faire un détour vers la réserve avant de partir, ton épée est surement stockée au milieu de… » Tout ce bordel, se retenait-elle de dire. Restant tout près pour s’assurer qu’il ne se casserait pas autre chose sous sa responsabilité –encore, la brune ouvrait la marche et un ascenseur les rendait dans un sous-sol éclairé aux néons. Des étagères métalliques à perte de vue, du matériel médicale, un bric à brac sous scellé, et diverses autres sections. « Elle a probablement atterrie vers ce côté-là. A quoi elle ressemble ? » En considérant qu’elle était toujours entière. » Ne restait plus qu’à fouiller.

[au prochain tour je t'offre une bière Wink ]

_ _ ___________________________________________ _ _

Murasaki Namikaze ♥ ❤ ❥ ❣
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6845-bb-yuni-nanare http://sns-rp.forumgratuit.org/t6846-yuni-nanare-terminee
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Butterfly    

Revenir en haut Aller en bas
 
Butterfly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. The Butterfly Ball and the Grasshopper's Feast // stupid car !
» Butterfly Art' [Open 0/1]
» La théorie de ... Butterfly Effect [Terminée]
» BARBARA
» Demande de Shaïness - Butterfly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Tsuchi no Kuni :: Iwagakure no Sato-
Sauter vers: