Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 FLASHBACK - [Journal de Nasuko Fukuda] - An 111

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nasuko Fukuda
Juunin Spécial : Ninja Gardien
Juunin Spécial : Ninja Gardien
avatar
Messages : 182

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: FLASHBACK - [Journal de Nasuko Fukuda] - An 111   Mer 8 Mar - 23:03

Journal de Nasuko Fukuda : Lorsqu'une vie se déchire
An 111

Je n'oublierai jamais le jour de la naissance de ma fille. Aucun mot ne pourrait décrire la joie que l'on éprouve à la naissance de son enfant. C'est un peu comme la promesse d'un cadeau sauf qu'il faut attendre neuf mois avant de pouvoir le découvrir.

En tant qu’homme mais surtout en tant que shinobi, j'eus énormément de mal à assister à l'accouchement de ma bien aimée Kaori. Je me sentais impuissant face à la douleur qu’elle éprouvait. La seule chose que je pouvais faire était de l’encourager et de lui témoigner mon soutien. Un shinobi ne doit jamais laisser ses émotions transparaître, mais ce jour là je me retrouvais au milieu de ces infirmières à pleurer de joie tel un enfant.

Ce fut incontestablement le plus beau jour de ma vie. Ce petit être humain si vulnérable était né de l'amour de ses parents, un amour profond et intense. Kaori semblait tellement heureuse. Je le voyais au quotidien dans ses yeux, dans ses actions et son comportement. Elle avait fait de moi un homme comblé et heureux. Nous nous sommes longuement interrogé sur le prénom que nous lui donnerions. Nous avions finalement choisis Ayame, le prénom de la grand-mère de ma dulcinée.

Durant les neufs mois précédent la naissance de ma fille, je me suis posé énormément de questions. Comment pourrais je  donner de l'affection à ma fille alors que je n’en ai jamais reçu ? Que deviendrait elle s’il arrivait quelque chose à sa mère ou à moi-même ? Des questions qui me trottaient dans la tête mais que je préférais taire inconsciemment.

Après la naissance d'Ayame, Kaori et moi-même avions des projets pour notre futur. Nous souhaitions utiliser nos économies afin de nous marier et trouver un habitat qui nous conviendrait. Nous avions également évoquer le sujet de la suspension. Je voulais à tout prix que ma fille soit encadrée, et qui aurait été mieux placé que sa maman pour cette tâche. Toutefois, Kaori partageais les mêmes valeurs que moi et ne se sentais pas à même de délaisser sa fonction d'Anbu. Ce sujet ne fut plus évoqué.
Kaori faisait partie de l'Anbu. Elle était magnifique avec ses longs cheveux blonds et ses yeux verts. Elle faisait partie des meilleurs ninjas espions, c’était sa spécialité. Elle excellait en ninjutsu et taijutsu mais avait du mal avec le genjutsu tout comme moi.

Peu après la naissance de notre fille, nous avons été amenés à effectuer une mission d’espionnage à Kiri. Konoha avait obtenu des renseignements mentionnant un risque d'attaque.
Après deux jours de voyage nous étions à la frontière, non loin d’un avant posté ennemi. Nos informations mentionnaient la présence de parchemins confidentiels protégés à cet endroit. Nous avions préparé une tactique d’infiltration et étions parés à toute éventualité, c’est du moins ce que je croyais.

En seulement quelques secondes, une vingtaine de Anbu du village de Kiri nous encerclaient. C'est à ce moment précis que je compris pourquoi j'avais un mauvais pressentiment depuis le début de la mission. Je n'étais pas en binôme avec un membre de l'Anbu, j'étais en binôme avec ma femme !! Pour la première fois de ma vie je ressentais une peur intense, celle de ne pas pouvoir protéger un être que j’aime.

La bataille était désormais inévitable et je me devais de protéger Kaori, même si pour cela je devais perdre la vie. Je fis une invocation pour appeler Pakkun, le meilleur de mes chiens pisteurs et l'envoya chercher du renforts à Konoha. Je fis signe à Kaori de battre en retraite, mais elle fît mine de refuser. Je savais qu'elle ne voudrait pas me laisser. Kaori se mit à composer des mudras très rapidement. Elle insuffla une grande quantité d'air pour ensuite la refouler sous la forme d'une grande boule de feu. Katon - Goukakyu no Jutsu ! Sa technique obligea les ennemis à se disperser. La bataille fût de courte durée. Kaori fut prise en otage et je n'eus donc d'autre choix que d'abandonner.

En me réveillant, j'étais assis sur une chaise les mains liées dans le dos. La dernière chose dont je me souvenais était la prise d'otage de Kaori puis un violent coup derrière la tête avant de sombrer.
Kaori était assis en face de moins dans la même posture et était encore inconsciente. Quelques minutes passèrent, j'avais repris mes esprits et Kaori commençait à émerger.

C'est à ce moment là, que les Anbu de Kiri entrèrent dans la pièce.

- "Déjà réveillés !? Vous auriez mieux fais de rester endormis ! Hahahaha !" lanca l'Anbu de Kiri.
- "Qu'est ce que vous attendez de nous ?" répondit Nasuko
- "Tu le sauras très vite sale Konohajin de merde. Maintenant ferme ta gueule"

Kaori était éveillée et me regardait. Nous étions préparés à ce genre de situation en tant que shinobis, mais en aucun cas je ne savais ce qui m'attendait en tant qu'époux. Ma bien aimée gardait son sourire en coin que j'adorais tellement, malgré le contexte dans lequel nous nous trouvions.

Six Anbu de Kiri se trouvaient dans la pièce. L'un d'entre eux renversa une grande bassine d'eau par terre.
Différents ustensiles se trouvaient sur une table à proximité, des cordes, des kunais, ainsi que des sceaux. Un anbu pris deux câbles électriques qui étaient alimentés et les mis en contact direct avec l'eau qui se trouvait à nos pieds. Le choc fut extrêmement violent, mes muscles étaient tendus et je sentais l'électricité parcourir mon corps.


Nous fûmes torturés durant plusieurs heures. J'avais été tailladé de la tête aux pieds. Ils avaient cloué les pieds de Kaori au sol et lui avaient fais subir les pires supplices dans le but de la faire parler. Je savais que si je parlais, ils nous tuerait directement.Les Anbu de Kiri, voulaient à tout prix connaitre la raison de notre présence. Jamais de ma vie, je n'eus à surmonter un obstacle aussi difficile. Ma bien aimée souffrait de nouveau devant moi et je ne pouvais rien faire pour l'aider ou la soulager. Ma douleur physique n'était rien comparé à la douleur psychologique. Elle restait forte et fière et ne disais pas un seul mot. C'est alors que les ennemis se mirent à perdre patiente. L'un d'entre eux empoigna son kunai et le plaça sur le cou de Kaori.

- "Tu va parler ou je la crève !! Parles !"

Ma femme me regardait droit dans les yeux, le sourire au lèvres.

- "Je t'aime mon amour. Prends bien soin de notre fille." dit-elle.

Le kunai de l'ennemi s'enfonça dans son cou et trancha sa veine jugulaire. Son sang gicla jusque sur mon visage. À ce moment là, j'étais en état de choc et je me suis mis à crier de toutes mes forces. J'étais animé par une rage indescriptible, une pulsion meurtrière qui fut atténuée par une injection dans mon bras gauche. Je perdais doucement connaissance et mes yeux se refermait devant l'horrible scène qui se trouvait devant moi.


Ce n'est que 3 jours plus tard que je repris connaissance. Il me fallut quelques secondes pour me rendre compte que je me trouvais dans un lit d’hôpital, celui de Konoha. Dans la pièce se trouvaient mes deux anciens camarades d'équipe, Kotetsu Nara et Kudo Aburame. Le médecin était présent également tenant ma fille dans ses bras. Lorsque je vis ma fille, j'eus un flash-back. Comme un film qui repassait dans ma tête, tout mes souvenirs défilaient devant mes yeux. Je tendis les bras en direction du médecin qui me donna ma fille. C'est à ce moment là que je me suis mis à pleurer en serrant mon bébé contre moi. J'étais déchiré par ce qui s'était passé et je me sentais profondément coupable.

Ce n'est que bien plus tard que j'appris à canaliser cette douleur et à enfouir ces souvenirs au plus profond de moi-même. Je ne pouvais bien évidement pas oublier ce qui s'était passé. Je m'en souvenais chaque jour en voyant mes cicatrices dans la glace. La douleur s'estompait de jour en jour. Je me devais de respecter la dernière volonté de Kaori, prendre soin de notre fille !

FIN DU CHAPITRE

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6858-bingo-book-nasuko-fukuda#52598 http://sns-rp.forumgratuit.org/f496-dossier-nasuko-fukuda http://sns-rp.forumgratuit.org/t6857-nasuko-fukuda-presentation
 
FLASHBACK - [Journal de Nasuko Fukuda] - An 111
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» IMPORTANT : Journal recrute rédacteurs
» Journal de Hermione Blake
» Journal d'un archéologue [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Mizu no Kuni :: Villages Civils-
Sauter vers: