Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Escale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yumi Esuki
Rang SS
Rang SS
avatar
Messages : 4311

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 280 両

MessageSujet: Escale   Jeu 16 Mar - 15:42

Vert. Du vert à perte de vue. Déclinant ses nuances sur les différents feuillages du printemps, cette couleur commençait sérieusement à me taper sur les nerfs. Non pas que le brun monotone des montagnes m’était plus agréable, mais j’avais assez donné pour cette teinte au pays du bois. Couleur de la vie, couleur de l’espoir, le vert ne m’évoquait que la mélancolie. Ç’aurait été ma pensée si j’avais dû voyager seule. Mais ce vol Yama-Hi no Kuni accueillait deux passagers. Trois, si on comptait la locomotion plutôt animée.

-… et c’est comme ça que ce foutu Uchiha s’est servi de moi.

- Tes jérémiades me donnent envie de vomir, bête de malheur. émit le phoenix d’une voix cristalline.

Si celui de Yumi faisait dans le style et l’élégance, le mien préférait les mots crus. Un peu comme moi, finalement.


- Arrêtez de vous embrouiller, tous les deux. Ça fait déjà des heures qu’on vole, j’ai pas besoin de supporter ça en plus. D’ailleurs, je serais d’avis de faire une pause, j’ai une de ces dalles !

Aucun de mes deux compagnons ne pouvait comprendre cette sensation, ni y adhérer. Mais je ne leur laissais pas le choix : j’appuyai sur la nuque du volatile clair-obscur, lui indiquant de perdre un peu d’altitude. Dès que je pus apercevoir ce qui semblait être un village civil, j’ordonnai au piaffe de descendre plus fermement. L’atterrissage fut rude, attestant du sale caractère de la bête.

- Grrr, si j’avais voulu l’avis de ma monture, j’aurais signé un pacte avec des perdrix. Reste là bien sagement pendant que je me bourre la panse. On reprend la route dès que possible.

Nous étions à moins d’une heure de vol de Konoha, une distance toute relative : je n’avais pas l’intention de prendre le moindre risque pour me faire repérer, je décidai donc d’utiliser la métamorphose. J’aurais pu me servir de mon masque, mais il fallait avouer qu’au fond, il était aussi intimidant que mon visage belliqueux. Je revêtis alors les traits d’une jeune femme coquette à la chevelure dorée. Pas de chapeau de paille cette fois-ci, j’en avais assez.


Arrivée aux portes du village, on ne put s’opposer à mon charme innocent. Seul mon pendentif pouvait potentiellement dégager un mauvais feeling, et je m’étais assurée de le dissimuler dans mon débardeur.

- Ça chauffe ici… murmura la bête aux appendices indénombrables.

- Tais-toi… J’essaie de passer incognito, ça se voit pas ?

Le lieu dégageait une ambiance vivante et colorée. Les enfants couraient dans les rues, les marchands scandaient les bienfaits de leurs produits et les plus téméraires se tentaient à des jeux d’argent en plein air. Je ne tardai pas à trouver un bar à ramen sur une intersection de la route principale. J’écartai les bandelettes qui marquaient l’entrée puis m’assis aussitôt sur le banc en bois face au comptoir. Après avoir pris commande, je posai mon coude avant d’y appuyer ma tête, comme une enfant impatiente. Le plus vite j’aurai quitté ce village dont l’atmosphère bienheureuse me débectait, le mieux je me porterai : je me méfiais des mauvaises rencontres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 http://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Messages : 37

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Escale   Ven 17 Mar - 15:19

L'ennui frappait, encore et toujours. Ou plutôt que l'ennui, il s'agissait plutôt de pauvreté et d'emmerdes continues qui le frappait, à commencer par l'absence totale de contrat. Pas de demande de Konoha, pas de demande de particuliers, pas de demandes de qui que ce soit, et un mercenaire sans contrat, c'est comme une mouche à merde sans merde, un truc qui volette de ci de là sans pour autant avoir une quelconque utilité, d'autant plus que pas de contrats équivaut à pas d'argent. Et à la taverne du Requin Soiffard, pas d'argent équivaut à pas d'alcool, peu importe les relations ou influences du demandeur. Malheureusement, pas d'alcool dans ce village voulais aussi dire un ennui mortel pour Yao qui, s'il n'était pas contre la paix, avait pourtant trouvé son bonheur et son contentement dans la guerre, les soulèvements du peuple et la traque.

En l’occurrence, il s'ennuyait ferme à l’extérieur de la ville, juste après s'être fait virer du Requin en fait. Et oui, pas d'argent, pas d'alcool, pas de consommation, donc exit le mercenaire à la peau bleue, et celui-ci savait qu'il était dans son intérêt de ne pas trop faire le malin devant le tavernier. Au moins un demi-géant, et plus d'un homme étourdi par l'alcool s'était fait sortir la tête devant par le titan pour avoir tenté de deviner ses origines. Le seul bouge potable de la région aux yeux de Yao le rejetait donc temporairement, puisqu'il ne lui restait plus en poche que la modique somme de soixante ryos, à peine de quoi manger donc. Haussant les épaules, il se dirigea vers le plus proche restaurant du pauvre, le bar à ramen.

Il y était un habitué, c'était évident à l'attitude du patron, pas vraiment hostile mais assez joueuse pour le moquer sur son air de chien abattu sans contrat, ce à quoi il lui répondit d'un très sobre et très subtil.

« Ta gueule Rob. Tu sais très bien que si j'en avais chopé un, je serais allé en face, là où les serveuses ont un peu plus de charme et où la bouffe est un peu plus complète. »

S'ensuivirent des protestations sur la qualité de la nourriture servie, puis une remarque d'un client sur la taille du postérieur d'une des serveuses, l'indignation de celle-ci, et enfin une dernière pique vis-à-vis du chômage technique de l'affamé, qui ne pût cette fois s'empêcher de rétorquer :

« Si t'es pas content de la désertion, t'as qu'à m'embaucher pour aller flamber son échoppe, je t'ai déjà dit que je prenais tout les contrats tant qu'on pouvait s'arranger. »

Un silence de mort s'abattit sur l'établissement un instant avant qu'une petite voix lui demande de ne pas plaisanter sur ce genre de choses. Un haussement d'épaules et une commande du bol spécial gargantuesque qui composait le concours du mois «Manges ou Raques», il engloba la salle du regard, contemplant les habituels traîne-savates et autres « gros tas bouffeurs de nouilles » avant de tomber sur un visage inconnu. Jolie blonde, un minois pas dégoûtant et des yeux gris à faire craquer n'importe quel imbécile susceptible de lui faire du gringue. Pas lui, pas Yao. L'amour, il l'avait vécu et il en avait soupé, plus jamais il ne remettait les pieds dedans. Mais une gonzesse comme ça, presque une gamine, elle risquait ses fesses peu rebondies à tout les coins de rues, et un garde du corps.... Ca s'embauche. S'installant à côté d'elle sans même demander si la place était libre, il l'alpagua peu subtilement.

« Dis donc mignonne, t'aurais pas besoin d'un merco ? Je fais tout, vol, meurtre, sauvetage, protection rapprochée, traque.... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Yumi Esuki
Rang SS
Rang SS
avatar
Messages : 4311

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 280 両

MessageSujet: Re: Escale   Dim 19 Mar - 12:12

On m’avait rapidement servi mon bol de nouilles, ce qui me permit de me réfugier dans cet apport salvateur. Autrefois terne et morose, tantôt marquée par les tintements de la vaisselle, l’ambiance était devenue presque comique depuis l’arrivée d’un personnage haut en couleur. Je semblais être la seule choquée par son attitude et son accoutrement ridicules, à croire qu’il était un habitué du coin. Pourtant, son visage et ses mimiques terrifiantes contrastaient totalement avec ce que j’avais pu voir dans ce village jusqu’alors. Qui était ce grand dadais marginal ? Il entretint une conversation totalement détendue avec le cuisinier, lui proposant même de l’assistance en menaçant de s’en prendre à l’enseigne d’en face. S’il avait une grande gueule, il avait au moins le mérite d’être sûr de lui. Trop sûr de lui ?

Posant mes baguettes sur le rebord de mon bol marqué par des motifs bleutés en forme de dragon, je dissimulai mes mains sous la table afin d’y former un mudra sans être remarquée. Mon don du paon était activé. Je ne pus alors m’empêcher d’écarquiller les yeux. Encore une fois, ce type sortait du lot. Son aura était terriblement différente, façonnée par des teintes de noir entremêlées de gris. Il n’y avait aucun doute à avoir là-dessus : de quelque manière que ce soit, il maîtrisait le ninjutsu. Je tendis une oreille de manière un peu plus attentive, inférant des hypothèses en connectant ses mots à son attitude. À l’entendre, il ne roulait pas sur l’or, ni sur le travail. Il cherchait désespérément à ce qu’on lui propose une offre. Afin de rester distante, je m’étais replongée dans mon repas. Mais cette mince frontière fut vite franchie.


- Dis donc mignonne, t'aurais pas besoin d'un merco ? Je fais tout, vol, meurtre, sauvetage, protection rapprochée, traque…

Cela confirma ma pensée : il s’agissait d’un mercenaire. Et pas n’importe lequel : rien à avoir avec les bandits de bas étage que je m’amusais à terroriser pour les recruter ensuite. Feintant un certain malaise, je me servis du bout d’une de mes baguettes pour taper machinalement sur le comptoir, un geste qui se voulait nerveux. Comment une fille frêle réagirait à cette offre ? Plus important encore : avais-je encore envie de passer pour une fille frêle ? Je me tournai vers lui, le défiant d’un regard farouche auquel il ne devait pas être habitué.

- Revois tes manières, rat d’égout. Il y a d’autres façons de faire du rentre-dedans. Cela dit, t’as pas l’air d’un mauvais bougre, alors je vais te laisser une chance. M’adressant ensuite au barman. Deux verres de sake ici, m’sieur. Je te laisse commencer : d’où tu viens, pour qui tu travailles, et qu’est-ce que t’as fait pour en arriver à aborder la première venue pour trouver de quoi t’occuper ?

Cette approche directe me semblait appropriée à ce que j’avais pu cerner de son caractère. Bien que ce gaillard avait vraiment piqué ma curiosité, je devais faire attention à ce que je disais en public. Évitons le trop simple «Tu veux voler un collier pour moi ?».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 http://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Messages : 37

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Escale   Mar 21 Mar - 13:06


« Revois tes manières, rat d’égout. Il y a d’autres façons de faire du rentre-dedans. Cela dit, t’as pas l’air d’un mauvais bougre, alors je vais te laisser une chance. Deux verres de sake ici, m’sieur. Je te laisse commencer : d’où tu viens, pour qui tu travailles, et qu’est-ce que t’as fait pour en arriver à aborder la première venue pour trouver de quoi t’occuper ?»

Rat d’égout ? D'accord, il ne sentait peut être pas très bon mais de là à le traiter de rat d’égout.... Il réfléchit un instant, tentant de déterminer la date exacte de sa dernière toilette, sans la retrouver et finit par admettre que l'insulte était peut être valable finalement. La rejetant d'un haussement d'épaules, il se concentra sur le reste des remarques. Elle avait pas l'air d'une vilaine gosse, mais parler de rentre-dedans dénaturait totalement le caractère attendu avec sa gueule d'enfant sage. Il éclata de rire avant de révéler un sourire mi-figue mi-raisin.

« Je touche pas aux gamines qui sentent encore le lait de leur mère, oublie le rentre-dedans. J'ai assez vécu pour pas avoir envie de faire ce genre de coup. Merci Rob. »

Adressant le sourire le plus hypocrite possible au serveur histoire de l'agacer, il saisit la coupelle avant de la briser malencontreusement entre ses doigts, jurant un coup devant la fragilité du verre et l'alcool inutilement répandu sur le bois du comptoir. Moquant le pauvre patron, il lui demanda de rapporter un verre plus solide, ce que l'homme fit en soupirant, implorant presque la jeune femme des yeux de le débarrasser de l'énergumène.

« Merci Rob. Tu devrais le savoir pourtant que tes verres tout minces tiennent pas deux secondes entre mes doigts. Et pour toi mignonne... Je ne répondrais pas à la première question, elle ne regarde que moi. Si tu veux la réponse, il faudra payer. Le reste devrait être évident non ?

Je ne travaille que pour ceux qui payent. Et actuellement, personne ne paye. Konoha est à la rue et ne présente pas de missions qui rapportent, donc même pas la peine, leurs activités sont moins lucratives que la revente de brochettes de rats à la sauvette. Les marchands du coin n'ont aucun problèmes, donc pas de contrats à proposer. Bref, la misère absolue. Et je traîne dans le patelin depuis assez longtemps pour reconnaître les nouvelles têtes à mon grand regret.

Enfin, soyons sérieux un instant. Un bout de chou comme toi qui se balade au hasard et entre pour manger un bout ? J'y crois pas... Je suis peut être pas le mec le plus malin que tu trouveras, mais faut pas non plus me prendre pour un imbécile. Alors dis moi pourquoi t'es là et on pourra s'arranger.
 »

Direct comme toujours, presque trop. Il s'avancait un peu sur les raisons de la venue de la demoiselle, mais il était quasiment sûr d'avoir raison. Le Loup murmurait de faire attention, mais il n'était pas encore l'heure de faire usage de ses dons, oh que non. Il fallait toujours garder ses cartes secrètes jusqu'au moment fatidique, car une paire de deux pouvait très bien se transformer en carré en un instant. Et il ne souhaitait pas vraiment se retrouver face à un carré de deux sans jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Yumi Esuki
Rang SS
Rang SS
avatar
Messages : 4311

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 280 両

MessageSujet: Re: Escale   Mar 21 Mar - 18:02

L’inconnu me répondit d’un ton âpre, me jugeant une fois de plus par mon apparence. Parfait. C’était de cette crédulité dont j’avais besoin. Le serveur ne se fit pas tarder pour nous apporter nos verres, et cela n’empêcha pas le mercenaire de briser le sien entre ses doigts, signe d’une inattention latente, ou au moins d’un sérieux manque de délicatesse. Je ne pouvais plus en douter : cet homme que j’avais instinctivement catégorisé comme un shinobi avait une certaine force physique. Je pris soin de ne pas répéter son erreur, épousant de ma main droite la forme du récipient individuel avant d’en soustraire un cul-sec. Yumi serait sortie de ses gonds si on avait osé boire avant qu’elle ne soit servie : il s’agissait d’une marque intense d’irrespect des normes sociales, ou à défaut d’un irrespect de l’autre. Cette fois-ci, mon écueil était bien volontaire. Lorsqu’on lui donna enfin un nouveau verre, je fis signe au garçon de remplir le mien pour accompagner la descente du vaurien au chômage. Ce dernier embraya ensuite sur les questions que je lui avais posées.

- Je ne répondrai pas à la première question, elle ne regarde que moi. Si tu veux la réponse, il faudra payer. Le reste devrait être évident non ? Je ne travaille que pour ceux qui payent. Et actuellement, personne ne paye. Konoha est à la rue et ne présente pas de missions qui rapportent, donc même pas la peine, leurs activités sont moins lucratives que la revente de brochettes de rats à la sauvette. Les marchands du coin n'ont aucun problème, donc pas de contrat à proposer. Bref, la misère absolue. Et je traîne dans le patelin depuis assez longtemps pour reconnaître les nouvelles têtes, à mon grand regret. Enfin, soyons sérieux un instant. Un bout de chou comme toi qui se balade au hasard et entre pour manger un bout ? J'y crois pas... Je suis peut-être pas le mec le plus malin que tu trouveras, mais faut pas non plus me prendre pour un imbécile. Alors dis moi pourquoi t'es là et on pourra s’arranger.

Finalement, ‘y en avait un peu là-dedans ! La mention du village caché de la feuille me confirma qu’il avait logiquement déjà travaillé pour eux. L’emphase de son discours quant à sa situation montrait bien à quel point il était désespéré… et donc à quel point il était susceptible d’accepter une offre originale. Seulement, la suite de la conversation ne pouvait se dérouler qu’à l’écart des regards et des oreilles indésirables. Je me levai brusquement, plongeant la main dans la poche de mon long manteau pour en sortir une épaisse liasse de billets. Je sentis toute l’attention se porter vers moi et esquissai un fin sourire en coin provocateur en guise de réponse. J’ôtai adroitement l’élastique qui retenait les si précieux papiers entre eux et en séparai deux du reste de la pile avant de la ranger d’où elle venait. Je les posai en évidence sur le comptoir que le serveur s’efforçait encore d’éponger.

- Donnez-moi cette bouteille. Oh, et gardez la monnaie.

Le barman s’empressa de venir en aide aux deux merveilles qui flottaient déjà sur le sake du premier verre de mon homme. Après quoi il me tendit la bouteille que je lui arrachai des mains comme si je venais de la dérober. Pourtant, il affichait une mine ravie : je venais en effet de la lui rembourser au quintuple. Je choisis cet instant pour approcher la flasque en verre de mes lèvres, et je me ravisai au dernier instant en les posant sur le col de la bouteille, laissant dessus la marque de mon rouge à lèvres, comme celle qui marque d’habitude les baisers fougueux motivés par la passion.

- Comme tu as pu le voir, j’ai largement de quoi te payer la belle vie, où tu pourrais te damner dans le bar d’en face et même y peloter ses serveuses affriolantes. Mais avant cela, j’ai besoin d’être sûr que tu es quelqu’un de fiable : retrouve cette même bouteille, quelque part dans ce village, et apporte-la moi à la tombée de la nuit aux portes de ce dernier. Si je ne t’y trouve pas, je considèrerai que tu as échoué et que tu n’es pas digne de ma mission.

Je me dirigeai alors vers la sortie sans me retourner, m’assurant de dessiner par des va-et-vient évocateurs un élégant déhanché. Aussitôt à l’extérieur, j’activai tacitement ma célérité céleste pour déguerpir sans attendre. Je n’avais pas une seconde à perdre : le tableau dressé perdrait de sa splendeur s’il pouvait me suivre en me courant après. Non, s’il sortait du bar, il ne constaterait rien de plus que l’agitation habituelle des marchands qui criaient et des enfants qui s’amusaient. À cet instant, je serais déjà au Kôban situé près de l’entrée du village. Mobilisant tous mes talents d’actrice pour pleurer à chaudes larmes, je m’assurai de mettre en biais la bretelle de mon soutien-gorge avant de rentrer dans le poste de police local.

- Messieurs… commençai-je en empruntant le ton le plus pur et le plus innocent qui soit. Cet odieux personnage a abusé de moi, près de ce bar à ramen miteux ! Le souvenir de son visage m’importune au plus haut point, mais je veux tout de même m’efforcer de vous le décrire : son teint blafard fait ressortir ses horribles pupilles sanguinolentes, il a une taille et une carrure très impressionnantes et se balade en vêtements déchirés. S’il vous plaît, faites attention, il a l’air dangereux…

Me tendant d’abord un mouchoir pour essayer de me réconforter, l’homme en kimono se saisit d’un appareil de communication pour contacter une patrouille. Je devinai qu’ils le connaissaient bien à en juger par les mots qu’ils employaient… Étant donné le personnage, ce n'était qu'à moitié surprenant. Comme les effectifs étaient réduits dans un trou aussi paumé, les deux agents du Kôban ne tardèrent pas à en sortir par la porte de derrière pour rejoindre leurs collègues, me demandant au préalable d’y rester pour que je puisse confirmer l’identité du suspect lorsqu’il aura été interpelé. L’opportunité était idéale. Une fois seule dans la maisonnette en bois, je sortis la fameuse bouteille de sake de mon sac de voyage et la posai au sol avant de prononcer en silence :

- Fûuton, Kôha Hane…

Le bien que le mercenaire devait retrouver se mit à flotter dans les airs, me permettant de le faire habilement passer à travers la grille qui entourait le guichet qui séparait l’accueil du Kôhan de la partie réservée à son personnel. Dans cette dernière, une paire de cellules de dégrisement, une salle administrative ainsi qu’un entrepôt des objets perdus, confisqués ou des pièces à conviction. C’est dans cet espace que je choisis de glisser par la pensée la tant espérée bouteille de sake. Bien en évidence sur la première étagère, mon homme n’aurait pas de difficulté à apercevoir la trace de mes lèvres pulpeuses s’il parvenait à arriver jusqu’ici, même depuis l’entrée du Kôhan. Dès lors, ma présence ne s’imposait plus. Satisfaite de mon coup, je me métamorphosai pour prendre l’apparence du patron du bar à ramen, le dénommé Rob. Je me servis de cette nouvelle couverture pour sortir du village sans vraiment attirer l’attention des gardes. Une fois hors d’atteinte, je repris enfin mes véritables traits, toutefois dissimulés par mon masque blanc taché de rouge. Je me faufilai sur la branche d’un arbre depuis laquelle on pouvait facilement voir l’entrée du village, et j’attendis que le temps défile, prête à bondir sur mon homme s’il se présentait ici avec mon dû. Les dés sont jetés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 http://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Messages : 37

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Escale   Mer 22 Mar - 18:54

La liasse de billets sortie du manteau de la gamine avait forcément attirée l'attention du mercenaire. Il ne pouvait en être autrement au vu de sa fortune actuelle, surtout quand on voyait la somme imprimée sur ceux-ci. Rien qu'avec la liasse, il y avait vraisemblablement de quoi se payer l'établissement et il resterait sans doute un peu de monnaie sur le côté. Rob lui, avait l'air aux anges à tâter les deux papiers verts après avoir perdu sa bouteille et cela donnait envie à l'ex-Numajin de le frapper, une bonne grosse baffe dans les dents susceptibles de lui en déchausser quelques unes, et sans doute d'emporter la mâchoire avec s'il perdait un tant soit peu le contrôle de lui même. Saisie par le goulot d'une main habile, la bouteille se leva, penchant légèrement jusqu'à toucher les lèvres de la jeune fille, ne s'arrêtant qu'à mi-chemin avant de redescendre, marquée au bord du verre par le carmin artificiel des lèvres de la demoiselle.

«  Comme tu as pu le voir, j’ai largement de quoi te payer la belle vie, où tu pourrais te damner dans le bar d’en face et même y peloter ses serveuses affriolantes. Mais avant cela, j’ai besoin d’être sûr que tu es quelqu’un de fiable : retrouve cette même bouteille, quelque part dans ce village, et apporte-la moi à la tombée de la nuit aux portes de ce dernier. Si je ne t’y trouve pas, je considérerai que tu as échoué et que tu n’es pas digne de ma mission.  »

Se damner et peloter des serveuses ? Elle prenait donc le mercenaire pour la brute épaisse et ridicule qu'il montrait au monde, et c'était parfait à ses yeux. On ne sait jamais quand quelqu'un peut vous tourner le dos et ceux qui se rendaient compte de l'intelligence de l'Enragé ne pouvaient généralement pas en parler, ce qui lui permettait de rester aux yeux du monde un mercenaire idiot et brutal. La mission elle même était ridiculement simple grâce au Loup qui partageait sa vie, amplifiant ses sens et ses pensées sous couvert de chakra. Les ignorants pensaient qu'il ne s'agissait que d'une image, mais les Yin eux, croyaient en la véracité de ces esprits, vivant à leurs côtés tout au long de leur vie.

A peine s'était elle levée qu'il appelait l'animal, levant le nez pour mieux humer les odeurs alentours et principalement celle de sa commanditaire. Bois, pierres, humains, animaux, il ressentait tout cela par son odorat, se centrant sur celle qui partait, à l'odeur de fleurs des neiges. Et à peine avait elle posée le pied dehors qu'il perdait sa trace, son odeur disparaissant brusquement dans le vent, ne laissant derrière qu'un bref effluve floral. Un sourire apparut en même temps que la trace s'évanouissait et Yao sortit de l'établissement, laissant derrière lui un verre cassé et deux bols vides.

Il patienta quelques instants avant de reprendre une profonde inspiration, ressentant à nouveau tout ce qu'il pouvait, à la recherche d'un parfum floral familier, patientant quelques secondes, tâtonnant mentalement quelques instants avant de finalement la retrouver, réapparaissant brusquement au milieu de quatre personnes aux odeurs de sueur chaude, où elle y resta tandis que les quatre autres sortaient, se séparant au travers de la ville.

Rouvrant les yeux, il rappela le Loup pour redevenir lui même, débutant sa marche vers l'endroit découvert qu'il atteint rapidement. Le Kôhan. Le mercenaire ignorait ce qu'il s'était dit entre ses murs, mais il sentait instinctivement qu'il risquait de ne pas aimer les petites surprises qui lui étaient réservées. Entrant lentement dans le bâtiment, il découvrit en un coup d’œil une bouteille de verre marquée de carmin sur le goulot, placée bien en évidence sur une étagère de façon à ce qu'elle soit vue au premier coup d'oeil. Soupirant des jeux de sa nouvelle patronne, il appela le puissant Ours, arrachant de force la porte de la salle avant de se saisir de l'objet et de se tourner, se retrouvant soudainement face à face avec un homme.

Agent du poste apparemment, d'autant qu'il n'avait pas l'air heureux de le voir. L'un et l'autre se détaillèrent un instant avant que le petit homme ne lui ordonne de s'arrêter. Ils avaient selon lui assez laissés couler ses actes plus que douteux, voir carrément criminels, et sa brutalisation d'une jeune fille était pendable de la peine de mort. A l'écouter, la demoiselle était totalement chamboulée de ses actes dégoûtants et était arrivée le visage en larmes et les vêtements encore défaits. L'autre déballait son histoire et ses grands mots de justice alors que le mercenaire ne se posait qu'une question : « Qu'est ce que c'est que cette merde ». Il interrompit alors brusquement le petit homme pour lui expliquer à sa façon ce qui allait se passer.

« Bon, j'te laisse deux secondes pour fermer ta gueule et t'écarter, j'ai autre chose à foutre que t'écouter déblatérer tes conneries. Au delà de ça, j'passe en mode prof et je t'apprends à compter sur tes bras.  »

Ce qui n'empêcha pas le policier de cracher sur ses manières de rustre et de barbare « attendues d'un mercenaire ». Un long soufflement se fit entendre avant que l'Ours ne se fonde de nouveau au corps de Yao, lui conférant sa force animale pour ses actes de violence brute. Un décompte jusqu'à deux se fît entendre alors que deux bras volaient, arrachés de leurs corps principal par de puissantes impulsions. Un hurlement retentit juste avant qu'un bruit sourd emplisse la salle, résultat du choc d'un poing et d'une tempe.

Une trace de sang dégoulinant du front du mercenaire jusqu'à ses sourcils rabattus dans un air blasé, il l'essuya avant de sortir du bâtiment en laissant derrière lui un homme manchot et inconscient, refermant doucement la porte avant de filer vers la sortie du village. Le loup revint alors à la charge, humant l'air avant de découvrir un parfum de fleur provenant des arbres à quelques dizaines de mètres de là. Il sourit avant de sortir une fiole vide de son manteau, versant une part du contenu de la bouteille dedans et appela la demoiselle.

« Tu peux sortir ma petite Edelweiss, je vais pas te bouffer. Je l'ai ta bouteille, pas la peine de m'accuser de tout les maux et de m'envoyer les pigeons aux fesses. Alors maintenant, on en est où de ce contrat ?  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Yumi Esuki
Rang SS
Rang SS
avatar
Messages : 4311

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 280 両

MessageSujet: Re: Escale   Mar 28 Mar - 18:00

Edelweiss ? Bien trouvé, comme surnom. Je ne pus m’empêcher de sourire derrière mon masque lorsque le déluré s’approcha de l’arbre sur lequel j’étais perchée. J’exécutai une pirouette acrobatique ostentatoire pour arriver près de lui, me réceptionnant sur ma jambe gauche repliée tout en tendant l’autre. Je me relevai ensuite, me positionnant face à lui. C’était la première fois qu’il voyait ma propre silhouette. J’étais toujours plus petite, arrivant tout juste au niveau de ses épaules, ce qui rendait d’autant plus atypique notre relation commanditaire-exécuteur. Je me mis sur la pointe des pieds, comme pour minimiser cette différence, puis lui répondis avec une voix plus mature et ferme qu’auparavant.

- Garde la bouteille, considère-la comme la première partie de ta récompense. Désolée pour cette petite tâche ingrate, je devais m’assurer que tu étais… compétent.

Et il l’était. Quelle que soit sa méthode, j’avais clairement senti l’énergie d’un des policiers s’affaisser, signe qu’on lui avait porté un sacré coup. La rapidité avec laquelle il avait pisté la bouteille et ma propre présence était également impressionnante. Il était désormais temps de passer aux choses sérieuses. Je glissai ma main dans mon soutien-gorge pour en extraire le précieux artefact qui y pendait, tendant la corde qui le reliait encore à mon cou pour le montrer de plus près au mercenaire.

- Ce collier est un bien d’une valeur sans pareille. Il se trouve qu’il en existe d’autres, cachés dans ce monde. Je suis à la recherche de ces belles breloques. L’une d’entre elles se trouve très certainement à Konoha. La dernière fois que je l’ai vue de mes propres yeux, elle était entre les mains d’un dénommé Sora Okinawa, un chuunin de ce village caché. Comme j’ai cru comprendre que tu avais déjà travaillé avec ce village, j’en ai déduit que tu pouvais y pénétrer… au moins plus facilement que moi. Le but final de ta mission sera de mettre la main sur le pendentif et de me le ramener.

Je marquai une brève pause, lui laissant le temps de digérer toutes ces informations. J’en profitai aussi pour sortir d’une sacoche une carte du pays du monde shinobi.

- Ce ne sera pas chose facile. L’idéal serait déjà d’en apprendre plus sur ce Sora Okinawa : qui est-il ? Où est-il ? Est-il encore en possession du pendentif ? Lorsque tu auras découvert ces informations, je te laisserai me rencontrer une première fois, dans un village civil à l’est de Konoha. affirmai-je en lui montrant ledit village sur la carte. Si je suis satisfaite de tes services, tu recevras alors ton premier paiement. La seconde partie ne viendra qu’avec le collier lui-même.

Reposant le collier près de ma poitrine sans fléchir le visage, je posai mes mains sur mes hanches avant de lui adresser ma demande de confirmation.

- Alors… ça te va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 http://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Messages : 37

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Escale   Jeu 30 Mar - 8:22

La pirouette était elle obligée ou sa patronne souhaitait elle seulement se donner un style ? Le mercenaire l'ignorait et s'en foutait pas mal, tout ce qu'il savait, c'est qu'il avait un boulot normalement. Edelweiss se relevant, il remarqua qu'elle avait perdue en taille et gagnée en cheveux et en formes. Usait elle d'un camouflage au début ? Maintenant ? Le plus logique aurait été que ce soit sa véritable apparence mais avec certains patrons paranoïaques on ne pouvait jamais vraiment être sûrs. En tout cas, elle lui arrivait tout juste au menton, et lorsqu’il la vit sur la pointe des pieds lui arriver à peine au nez, il eu une brusque envie d'appuyer sur ce masque du bout des doigts, juste pour la voir se rattraper et éviter de tomber.

"Garde la bouteille, considère-la comme la première partie de ta récompense. Désolée pour cette petite tâche ingrate, je devais m’assurer que tu étais… compétent."

« Ya un dicton merco qui dit « On embauche pas n'importe qui pour n'importe quoi ». Avec un test de ce genre je suis censé aller voler un truc c'est ça ? Ou alors massacrer des pauvres gars sans défenses.... »

Une main se glissa prêt de la poitrine opulente avant d'y plonger et d'en sortir un collier qu'elle tendit sous le nez de Yao. Un petit collier noir incrusté d'une pierre, sans rien pour vraiment le différencier d'un autre. Convoquant le Loup, le mercenaire renifla un instant le collier avant de brusquement se jeter en arrière, les yeux plissés. Le collier avait une empreinte particulière, une odeur extrêmement forte qui imprégnait l'espace autour de lui, à se demander comment il avait pu passer à côté jusque là.

"Ce collier est un bien d’une valeur sans pareille. Il se trouve qu’il en existe d’autres, cachés dans ce monde. Je suis à la recherche de ces belles breloques. L’une d’entre elles se trouve très certainement à Konoha. La dernière fois que je l’ai vue de mes propres yeux, elle était entre les mains d’un dénommé Sora Okinawa, un chuunin de ce village caché. Comme j’ai cru comprendre que tu avais déjà travaillé avec ce village, j’en ai déduit que tu pouvais y pénétrer… au moins plus facilement que moi. Le but final de ta mission sera de mettre la main sur le pendentif et de me le ramener. Ce ne sera pas chose facile. L’idéal serait déjà d’en apprendre plus sur ce Sora Okinawa : qui est-il ? Où est-il ? Est-il encore en possession du pendentif ? Lorsque tu auras découvert ces informations, je te laisserai me rencontrer une première fois, dans un village civil à l’est de Konoha.  Si je suis satisfaite de tes services, tu recevras alors ton premier paiement. La seconde partie ne viendra qu’avec le collier lui-même."

Mouais. La mission était plutôt simple dans l'ensemble, il s'agissait de retrouver la trace d'un chuunin, de l'espionner de manière à récupérer les infos le concernant lui et le collier puis de tout rebalancer à la gamine, sans doute pour qu'elle organise elle même le plan de récupération de l'objet.

«  Tant que tu payes, presque tout me va. Je pars pour Konoha demain, on se retrouve d'ici trois à quatre jours. »


HRP: RP terminé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Escale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Escale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Escale de la mort
» MJC AUBAGNE
» Un tournoi plus ou moins légal
» Première escale à Arabelle.
» Escale a l'auberge (Crémalia, Era, Milla et Elyssena)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Hi no Kuni :: Tanzaku et Autres Villages-
Sauter vers: