Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Secret familial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 509

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 195 両

MessageSujet: Secret familial   Mar 13 Juin - 13:34


https://i.paigeeworld.com/user-media/1469750400000/576c04a514fef08770463da8_579b8c18868a6ac34da1fb76_320.jpg


Secrets &
Prémonitions


Printemps 120

Trois Shiho se baladaient actuellement dans le village de la brume. Une, l'originale, était aux portes de Kiri avec son nouveau sensei, Shinemaru pour endiguer le flot de civil qui voulait rejoindre le village caché pour chercher de l'aide. L'autre, était en mission avec le groupe de parasitée pour lui apprendre à utiliser le chakra correctement et afin de prévenir les civiles à l'intérieur du village des risques encourus d'aller à l'extérieur de celui-ci. Moi, ma mission était tout autre. Je devais aller au domaine du clan prendre des nouvelles de la mère de l'originale, notre mère, et voir si elle allait bien, ainsi que, peut-être, autre chose…

J'arrivai assez rapidement aux portes de la maison du clan, pas si éloigné que ça de mon appartement où je vivais seule, enfin où l'originale vivait seule. Je m'approchai rapidement du seuil et sonna. Je n'avais pas de temps à perdre, chaque minute comptais pour potentiellement nous sauvé de cette vague de maladie qui touchait le pays… Ou alors étais-ce pour nous sauver soi-même qu'on faisait tout ça ? Ou alors… est-ce une excuse pour finalement me lancer dans l'étude du Kekkai Genkai de mon clan, pour en apprendre plus sur lui ?

Je fûs tirer de mes pensées par la porte qui s'ouvrait, sur ma mère qui semblait en bonne santé. Elle ne semblait pas avoir les symptômes de la maladie sur elle, ce qui me rassura. Même si ce n'était pas son habitude d'être aussi habillés, mais on était encore tôt le matin, et il est vrai qu'il faisait frais. Elle paraissait surprise de me voir si tôt dans la matinée, mais surtout… fatiguée… Mais elle devait tout juste du lit, je devais l'avoir réveillé.

« Bonjour maman, comment tu vas ? »

« Bonjour Shiho, ça va et toi ? Que veux-tu de si bon matin ? »

« Je vais très bien, merci. Il faut qu'on parle, je peux entrer ? »


Elle semblait gênée quand je lui demandais ça, mais après quelques instants qui semblait d'hésitation, elle me laissa entré dans la maison. Cette bâtisse était bien lugubre sans la lumière du jour pour l'éclairer. Je me fis encore une fois la réflexion que je ne pourrais vivre dans une telle maison. J'avançai jusqu’au salon et attendit ma mère qui me suivait avant de reprendre la conversation. Mais je ne pouvais m'empêcher de la regarder, elle semblait...absente.

« Maman ? »

« Oui, oui, je t'écoute Shiho, que ce passe t-il de si urgent pour que tu viennes de bonne heure me parler. »

« Tu es au courant qu'une maladie commence à sévir dans le pays ? On dirait que ceux qui sont touchés n'en ressorte pas vivant. Rougeur, cracha de sang, fièvre, ce sont tous les symptômes qui touchent les contaminer. Je passais simplement voir pour m'assurer que tu n'étais pas atteinte. »

Cela paru surprendre ma mère, mais je ne sais pas pourquoi ? Est-ce si improbable de voir sa fille s’inquiéter pour le sort de sa mère ? Bon, j'avouerais bien que j'ai une autre idée en tête, mais mes sentiments ne sont pas faux, je suis inquiète pour elle. En plus elle à l'air tellement fatigué, comme si elle n'avait pas dormit cette nuit. Enfin, je présume que ça arrive à tout le monde.
Après un petit silence de quelques secondes, ma mère reprit cependant la parole.

« Je vois, une maladie hein ? Mais ne devrais-tu pas rester dans ton appartement pour ne pas te faire infecter par cette maladie, Shiho ? Ça serait plus sûr. »

« En effet, ça le serait, mais je dois aider les civils, je suis une ninja de Kirigakure après tout… Et puis ne t'inquiète pas, je ne m'expose pas. Ce sont des clones qui vont au contact des gens… Comme cette Shiho que tu as devant toi, je ne suis qu'un clone de l'originale. »

Encore une fois, mais j'avais maintenant l'habitude, elle parut surprise. Je présume quand on vous dit que vous discuter avec un clone c'est toujours surprenant. Mais elle se ressaisit et même se mit à sourire, comme si elle était soulagée, mais par quoi je ne savais pas. Mais malheureusement, je n'étais pas là pour la rendre contente, il me fallait quelques choses...quelques choses qu'on garde enfermé depuis maintenant dix ans.

« A vrai dire maman, il y à une autre raison à ma visite… J'ai besoin de savoir quelques choses à propos du parasite et donc …  J'aimerais voir les recherches de grand-père. Enfin ce qui en reste. »

Son sourire s’effaça directement après mes paroles. Elle se redressa comme si elle était en difficulté, et me regarda longtemps dans les yeux… Avant de finalement soupirer. Elle se leva, se dirigea vers une bibliothèque, en sorti un livre et me l'apporta. Je le pris et commença à le feuilleter.

« Il ne quitte pas la maison, tu devras dire à Shiho ce que tu as pris par toi-même. »

« Ne t'inquiète pas maman… Elle le saura en même temps que moi. Notre connexion est bien plus qu'une simple copie d'elle-même. »

Cette réponse lui fit lever un sourcil, mais elle se rassit tout en me regardant. Je feuilletais les restes des recherches de grand-père et ce que je vis était… déconcertant. Ce qui restait était en particulier comment faire reproduire le parasite pour le donner à quelqu’un d'autre, ainsi que le rituel nécessaire pour le faire. Le reste sont déjà des informations que j'ai déjà et que j'ai prouvé ou réfuté. Comme l'éveil du parasite et autre. Mais je me redirigeai sur la reproduction du parasite et comment le transférer à un autre hôte, j'en avais que peu de souvenir après tout. Et ça pourrait mettre utile… un jour.

… Avant de parler de la reproduction, rappellons de quel type de parasite il s'agit, et c'est là une merveille de la nature, car il est à la fois Endoparasite, c'est à dire qu'il est intramusculaire et Hémiparisitaire, car il se nourrit que de l'eau de l'hôte.

Le parasite se reproduit, sans aucune surprise, en pondant des œufs. D'habitude, la relation entre l'hôte et le parasite est Mutualisme, c'est à dire que les deux vivent en harmonie et en coopération avec l'un l'autre. L'hôte donne, en autre, de l'eau au parasite et ce dernier produit du chakra qui peut être utilisé par l'hôte. Cependant, lors de la phase de reproduction du parasite, le caractère de ce dernier semble plus instinctif.

Comme je l'ai subit avec mon propre corps et ceux des cobayes, lorsqu’il atteint son cycle reproducteur, le parasite devient agressif et entre en Compétition avec l'hôte, pompant énormément de réserves d'eau pour subvenir à ses besoins. Ça fini, dans la majorité des cas où ce n'est pas contrôler, par la déshydratation de l'hôte et donc la mort des deux sujets. C'est une des raisons ce pourquoi la marque est importante. La marque casse le cycle reproductif du parasite et l'empêche de pondre des œufs, empêchant ainsi la mort de l'hôte. Cependant, il est possible de survivre en lui fournissant suffisamment d'eau, notamment en utilisant son pouvoir. Je soupçonne même qu'un hôte et un parasite qui vivent en parfaite symbiose peuvent outre passer ce phénomène, mais je n'ai encore eut aucun sujet de ce type pour me le confirmer.
La marque peut-être temporairement désactivée et activer à souhait par l'utilisateur en suivant la procédure en fin de ce rapport.
Une fois pondue, les œufs sortent de l'organisme par la voie buccale , avec une moyenne de deux à trois œufs par cycles de reproductions, mais j'ai remarqué que cela dépendait de plusieurs facteurs, comme la taille du parasite et son lien avec l'hôte. Les œufs doivent ensuite être placé dans de l'eau pour y être conservés, ils semblent absorber le liquide qui les entoure pour se nourrir et grandir en toute tranquillité. Un cycle de reproduction, pour un parasite adulte, équivaut environ à deux mois, ce qui est très rapide et peut vite mettre une pression sur le corps de l'hôte.

Les œufs mettent environ un mois à éclore, et donné naissance à un parasite qui est en stade d'hibernation. Sans hôte, il ne bougera pas de ce stade. Le parasite peut-être donc conservé sans crainte dans une réserve d'eau par exemple en attente d'être placer dans un corps. Et ainsi le cycle de vie et de reproduction de l'espèce est complétée.

Il y à juste un souci dans le cycle. Le parasite ne semble pas parasitée de lui-même un hôte. Mes essais montrent qu'il est bel et bien en hibernation le temps qu'il n'a pas d'hôte. C'est comme ci il a été créé par l'homme pour l'homme, ce qui est très étrange.

Voici maintenant les deux procédures, une pour infectés un patient, et l'autre pour activer et désactiver la marque à souhait.

Infection d'un hôte avec le parasite :
1. Assurer vous que l'hôte possède bien une affinité au Suiton, avec du papier à Chakra par exemple, le parasite ne pouvant produire que ce type de chakra, si deux affinités vennait à se confronter, cela risque d'endommager gravement à la fois l'hôte et le parasite.
2. Injecter ensuite un sérum pour endormir les tissus de l'hôte. Le parasite se greffant aux muscles de l'hôte, il entraîne de vive douleur aux sujets non endormis. Et même ainsi, le changement est telle qui peut entraîner la mort du patient. Le taux de succès est d'environ vingt pourcents. Ce qui est ironique, c'est que le parasite produit lui-même lorsqu’il est en hibernation le sérum, il suffit juste de le récupérer.
Attention : Le sérum ne fait pas qu'endormir les muscles mais changent aussi la physionomie de l'hôte, des effets secondaires ont été notées lors de son utilisation. Chez la plupart des sujets, cela entraîne une illusion à la douleur produite par le cerveau, comme un rejet du sérum, c'est pour cela qui ne faut pas tardé à agir.
3. Injecté le parasite par le ventre de l'hôte. Comme s'il sentait la chaleur humaine, ce dernier se réveille alors temporairement pour prendre racine dans le corps hôte, avant de s'endormir de nouveau.
4. Appliqué la marque avec la procédure suivante sur l'hôte, pour des raisons de sécurités.
5. C'est maintenant terminer, vous avez créé un nouveau hôte pour le parasite.
6. Une quatrième étape serait nécessaire pour réveiller le parasite au sein de son corps, mais mes recherches ont été non aboutissants pour le moment.

Appliquer/Retirer la marque du Siphon, il est possible de le faire sur soi-même, mais il faut s’immerger complètement dans l'eau.
1. Plonger le membre où la marque doit être placer ou retirer dans l'eau.
2. Inscrire la marque sur le membre choisit en faisait les sceaux du chien, buffle, coq et chien.
3. L'étape la plus délicate, il faut maintenant effectuer les 80 mudrâs nécessaire à l'activation ou désactivation du sceau.
Tigre → Bœuf → Tigre → Rat → Dragon → Tigre → Lièvre  → Dragon → Tigre → Lièvre → Tigre → Chien → Tigre → Serpent → Buffle → Chèvre → Serpent → Sanglier → Chèvre → Rat → Eau Yang → Singe → Coq → Tigre → Serpent → Rat → Serpent → Tigre  → Buffle → Serpent → Rat → Singe → Lièvre → Sanglier → Dragon → Chèvre → Rat → Buffle → Singe → Coq → Serpent → Chèvre → Cheval → Lièvre → Chèvre → Cheval → Lièvre → Sanglier → Coq → Buffle → Cheval → Coq → Rat → Tigre → Chien → Tigre → Serpent → Buffle → Chèvre → Serpent → Sanglier → Chèvre → Rat → Buffle → Singe → Coq → Dragon → Coq → Buffle → Cheval → Chèvre → Tigre → Serpent → Tigre → Rat → Dragon→ Sanglier → Dragon → Chèvre → Rat puis apposé vos mains sur l'inscription.
4. La marque est maintenant active ou non active.

Voyons ensuite les supposé évolutions du parasite au sein du corps de l'hôte…


Je m'arrêtais de lire ici, je connaissais la suite, bien mieux que mon grand-père il semblerait. Je relevais mon nez du rapport et regardais ma mère. Il me semblait l'avoir entendu tousser pendant ma lecture, mais ça ne devait être que mon imagination. Elle avait repris un peu des couleurs, bien que son regard qu'elle me donnait était clairement attristé et avait les mains derrières son dos, toujours debout. Je lui rendis le livre, qu'elle récupéra avec sa main droite, et je me levai… Au final, j'en avais plus appris sur comment reproduire le procédé que sur la résistance du parasite comme je l'avais tout d'abord voulu, mais c'était enrichissant. Je pus m'empêcher de former un sourire que je gommai de suite quand ma mère me regarda en haussant un sourcil.

« Merci maman, j'en ai appris bien plus que je ne l’espérais. Vu que tout va bien de ton côté, je vais rentrer. »

« Prends garde sur le chemin du retour, Shiho. Tu sais où est la sortie... »

En sortant de la maison, je ne pouvais m'empêcher d'avoir un étrange sentiment… Comme si j'avais louper quelques choses… Peut-être que mon original, qui devait avoir maintenant toutes ses informations, avait remarqué ce qui m'échappait. Je me mis dans un coin, avant de disparaître…
Résumé & Information HRP


Santé : 100 %
Chakra Restant : 100 %

Techniques utilisées lors de ce tour



_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7059-annale-de-shiho-mizuhaji#53651 http://sns-rp.forumgratuit.org/t7006-bingo-book-de-shiho-mizuhaji http://sns-rp.forumgratuit.org/f502-dossier-shiho-mizuhaji http://sns-rp.forumgratuit.org/t7005-presentation-de-shiho-mizuhaji
Messages : 509

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 195 両

MessageSujet: Re: Secret familial   Sam 17 Juin - 11:55


https://i.paigeeworld.com/user-media/1469750400000/576c04a514fef08770463da8_579b8c18868a6ac34da1fb76_320.jpg


La matriarche est morte, vive la matriarche!


Deux semaines plus tard…

Avec tous les événements qu'il y a eu ces dernières semaines, je n'ai pas pu rendre visite à ma mère comme je l’espérais. Je me dirigeais donc vers le domicile du clan pour remédier à ça et je n'étais pas seule. J'avais pris avec moi les pseudo-shinobi que j'ai entraînée moi-même ses dernières semaines. Il était temps de les inclure dans le clan… en espérant qu'elle soit d'accord avec cette décision.
On arriva au seuil de la maison, et sur le chemin je ne pu m'empêcher de penser que en quelques semaines à peine Kiri avait vraiment sombré. L'ambiance de Kiri n'était pas d'habitude réputé pour être heureuse, mais là c'était pire… J'espère que la maladie ne durera pas longtemps…
Je leur fit signe d'attendre sur place pour le moment, le tant que je gère la situation avec ma mère. Ce n'est pas le moment de débarquer en masse, pas avec cette période sombre qu'est en train de passer Kirigakure. Je les regardais rapidement chacun leur tour, les cinq qui me suivaient. Akihiro, Haruo, Narumi, Katsu et Orino. Si jamais ils étaient acceptés, il faudrait les envoyer à l'académie pour parfaire leur connaissance, mais pour le moment ce n'est pas la priorité.

Je sonnai à la porte et attendit une réponse… j'attendis quelque temps même. Était-elle sortie ? J'essayai d'ouvrir la porte, et à ma grande surprise, celle-ci s'ouvrit. Étrange, d'habitude, quand ma mère sortait de chez elle, elle avait l'habitude de fermer la porte à clé.
J'entrai dans la maison, avec un sentiment mitigé, entre l'appréhension et l’inquiétude. En y entrant, je fus frappé par l'état de la maison que je n'avais pas entrevue depuis des semaines… La crasse et la poussière gagnait toutes les places possibles. Sa ne ressemble pas du tout à ma mère de ne pas nettoyer sa demeure. Je commençais sérieusement à m'inquiéter, je montai quatre à quatre les escaliers menant aux chambres et me dirigeai vers la sienne. En l'atteignant, je pu entendre les toux d'une femme affaiblit, non, ne me dites pas que…

J'ouvris en fracas la porte de sa chambre, et là ma mère était, toute affaiblit et déformer par la maladie. Ma mère, qui était d'habitude si belle, n'avait plus rien de son ancienne beauté. C'était maintenant une malade comme un autre, que le virus n'avait pas épargné, mais depuis quand ?
Soudain, tous les gestes, toutes ses actions quand je suis allé la voir deux semaines en arrière, tous me revenaient à l'esprit… Elle était déjà malade, dès le début de l'infection. Comment n'avais-je pu le voir ? J'étais tellement concentré sur les recherches de grand-père que les signes avant-coureur mon échappée.
Je me dirigeai vers le futon où ma mère reposait et m'asseyais à ses côtés.

« C'est toi, Shiho ? * Tousse * » Elle plaça sa main devant sa bouche, tout en continuant de tousser… non de crachoter, et quand elle l'enleva, sa paume était rougeâtre.

« Désolé de te forcer… à me voir dans un tel état, Shiho. »

« Ne dis rien maman, ça va aller. »

C'était un mensonge, évidemment. Ça n'allait pas du tout, comme tous les malades avant elle, elle était en phase terminale… Elle n'en avait plus pour longtemps, mais je bloquais, je ne pouvais accepter la situation. Elle sembla sourire à ma remarque, avant de continuer.

« Le mensonge ne te va pas, Shiho. Regarde-moi, je suis condamnée. »

Les larmes montaient à mes yeux. Pourquoi ? Pourquoi dois-je perdre la seule famille qui me reste ?

« Ne pleure pas, Shiho. Une faible femme comme moi devait finir par disparaître. Mais toi, tu es forte. Tu seras amené à faire de grande-chose dans ce monde, je le sais. »

Puis son sourire s'accentua, laissant transparaître ses dents jaunis par la maladie. Malgré son état, son corps en train de se décomposer, elle souriait, pour moi.

«  * Tousse * Alors dis-moi, avant qu'il soit trop tard… Que me vaut l'ultime visite de ma fille ? Tu n'es pas simplement venu prendre de mes nouvelles, n'est-ce pas ? * Tousse * »

Je me mordis les lèvres, car elle avait raison, c'est ça le pire, encore une fois. C'est à se demander si… je l'aimais vraiment ? Avais-je une once d'amour pour elle, moi qui venais à chaque fois ici pour une raison qui m'obligeait à venir ici ?

« Au vu de ton expression, c'est le cas. * Tousse* Ne t'inquiète pas, c'est de ma faute si notre relation mère/fille à fini comme cela. Alors, qu'est-elle ? »

Même au bord de la mort, elle essayait de me rassurer… Mais cela ne marchait pas, après tout, la raison de ma dernière visite était une requête … Non, j'avais, en venant ici, la ferme attention de mettre en avant mon avis sur table, et pu m'importais si elle était d'accord ou non. J'avais voulu lui imposer les nouveaux membres que j'ai formés comme membres du clan. Et pendant que j’échafaudai mon plan, ma mère souffrait le martyr. Suis-je si insensible que ça ?

« Ce n'est pas ta faute, quoi que tu en penses. *Tousse * »

Je relevais ma tête vers ma mère, surprise qu'elle connaissait mes pensées. Elle me regarda, et paru avoir un sourire légèrement moqueur.

« Avec une telle expression sur ton visage, tu ne pouvais ne penser que du mal de toi-même. Mais c'est, encore une fois, faux… Tu as toujours eu l'avenir du clan dans ton esprit, en parallèle avec ton propre avenir. Comparé à papa ou moi-même, tu es plus une Mizuhaji que nous deux réunis. * Tousse * »

Elle se tordit brusquement, et se mit à crachoter de plus en plus de sang, et je ne pouvais rien faire. À part regarder, impuissante. La toux se calma, mais ni moi, ni elle n'avait d'illusion, et savait que Nozomi Mizuhaji vivait ses derniers instants…

« Enfin, peu importe. Shiho, j'ai une dernière chose à te léguer … * Tousse * cette chose se trouve dans le tiroir en bas du bureau, va le chercher s'il te plaît, ainsi qu'un stylo. »

Je m’exécutai et alla récupérer ce qu'elle m'avait demandé. En ouvrant le tiroir, je vis un manuscrit que je saisis, je ramassai également un stylo sur le bureau et ramena le tout à ma mère. Cette dernière ouvrit le parchemin, non sans difficulté, et saisit, en tremblotant, le stylo, avant d'imposer ce qui avait l'air d'être une signature sur le parchemin et de le renfermer.

« J'ai de la chance que tu sois passé avant mon trépas… sans toi, je n'aurais pas pu remplir ce papier important. »

Et elle me le tendit, en le tenant très faiblement. Je le sais et attendais les instructions de ma mère.

« Ouvre-le. » me disait-elle dans un soupir. L'écoutant, je déroulais le manuscrit… C'était… une sorte de testament.

Par la présente, moi, Nozomi Mizuhaji, matriarche du clan Mizuhaji, lègue à Shiho Mizuhaji, ma fille, tous mes droits et titres sur le clan Mizuhaji.
Nozomi Mizuhaji

C'était un simple petit mot, loin des grands testaments que les clans avaient l'habitude de faire, mais cela suffisait. Mes larmes coulaient désormais sur mon visage. Depuis quand prévoyait-elle de me léguer le clan ? Je ne savais pas, mais, j'étais sûr d'une chose, les larmes ne s'arrêtaient pas…  Des larmes qui représentaient à la fois le malheur et le bonheur coulaient sur mon visage, qui perdait chaque jour un peu plus de son humanité.

« Mon dernier cadeau te plaît ? Je l'espère * Tousse, Tousse * Il te permettra d'avoir la succession aussi bien par droit qu'officiellement. Les instances du village ne devrait pas te poser de problème. * Tousse * J'en ai plus pour longtemps : Ainsi, je vais te demander une dernière faveur Shiho… »

Je passai ma main sur mon visage pour enlever les larmes, et relevais ma tête, pour lui indiquer que j'écoutais sa dernière requête.

« En tant que nouvelle matriarche, et non pas ma fille, je te le demande… Achève-moi et brûle mon corps, s'il te plaît. Notre secret doit être gardée à tout prix … par quiconque fait partie du clan. »

Cette remarque me fit réaliser à quel point je l'avais sous-estimé, même à l'article de la mort. Non seulement elle savait pour le groupuscule, mais elle me demandait en plus de l'achever… de mes mains ? C'était la meilleur solution, et je le savais… et pourtant, j'hésitais…

« Fais-le * Tousse * s'il te plaît. Je préfère mourir par la main de la fille que j'aime que par cette affreuse maladie. »

Posant le manuscrit par terre, je pris un kunaï et m'approchai de la femme mourante. Elle devait, comme tous les autres malades, être éliminé. Je devais le faire, et pourtant… Le kunaï tremblotait, puis, après ce qui semblait une éternité d'indécision, plongea vers le corps en dessous de lui, non sans difficulté, car après tout...

« Je t'aime, Shiho, ne l'oublie pas... »

C'était également ma mère. J'ignore combien de temps est passé, mais quand je relevais les yeux, son corps ne bougeait plus, mon kunai planté dans son coeur. Elle souriait, probablement heureuse de mourir de la manière qu'elle avait souhaitée… Elle avait réussir à sourire, alors que sa fille causait un matricide…
Je restais quelque temps sur le côté, ne bougeant pas. Puis, je me relevais, je devais finir ma promesse. Mon regard… devait représenter comment je me sentais à l'intérieur… vide. Exécuta, comme une machine, des mudrâs. Un clone aqueux apparus à mes côtés et récupéra le corps de ma mère, et l’emmena dans la cour extérieure de la demeure qui était maintenant mienne. Je marchais au ralenti, comme une marionnette désarticulée à qui ont avait coupés ses fils. Il me fallut quelques minutes pour rejoindre mon clone, qui avait déjà posé le cadavre sur un tas de bûche. Ce premier me tendit une torche. Lentement, je la saisissais pour finalement l'envoyer sur le bûcher.
Les flammes prenaient petit à petit de l'ampleur, avant de dévorer le corps et le bois dès qu'il le put. La fumée, noire, montait haut dans le ciel. Je regardais le corps se consumer, tout en me appelant de ma dernière discussions avec ma mère, sur un point en particulier… J'arrivais à une finalement à une conclusion et une vérité que j'avais longtemps voulu ignorer.

« Les forts survivent et les faibles meurent. »

Tout d'un coup, la porte de la cour s'ouvrait, et un groupe affolé d'apprentis ninja entrait dans cette dernière.

« Dame Shiho, est-ce que vous … », leurs voix se turent quand ils virent la scène. Un long silence passa, seul le bruit des flammes qui crépitaient osaient faire du bruit. Ils comprenaient, du moins en partie, ce qui s'était plus où moins passer, grâce à la scène sous leurs yeux. Je me repris et annonça cette fois-ci tout haut.

« Les forts survivent et les faibles meurent... »

« Dame Shiho ? »

« Ne l'oubliez jamais, ceux qui ne sont pas assez fort pour lutter meurent. Vous, qui avez survécut aux expériences de grand-père, êtes fort. Ma mère, qui avait refusé ce don, était faible et donc en à payer le prix. »

Un petit moment ce passa après ma déclaration qui était d'une voix dépourvue de sentiment. Puis, un de mes fidèles me posa une question.

« Et maintenant, Dame Shiho ? »

« Je suis désormais la matriarche du clan Mizuhaji, et vous… êtes des aspirants en lice pour le rejoindre… Vous avez déjà prouvé vos talents, il ne manque plus qu'un chose à prouver… Votre loyauté. »

« Tout ce que vous voulez, Dame Shiho. »

Un sourire, probablement malsain, se dessina sur mes lèvres, pendant je tournais mon visage de profil pour les observer. Ce qu'il y virent devait être à la fois effrayant et triste.

« Tuez-les. »

« Q...qui ? »

« Les traîtres, les faibles, ceux incapables d’accepter la puissance de notre clan… Mais laissez-moi Junichi, il est à moi. »

« Êtes-vous sûr, Dame Shiho ? »

Mon regard se durcit quand il me demanda confirmation.

« Qui est-ce qui veut rejoindre le clan, vous ou moi ? Alors ne posez pas de question inutile. »

Je pouvais sentir d'ici l'hésitation émaner d'eux. Avant qu'un d'eux ne prennent la parole tout en s’agenouillant.

« Il en sera fait selon vos désirs, madame. »

« Je l'espère bien. Brûler bien les corps, aucune trace ne doit rester. »

« À vos ordres. »

Le groupe partit accomplir la mission donnée, ainsi que probablement leur premier méfait. Moi, je restais quelque temps dans la cour, à regarder le reste des cendres voler au gré du vent. Certaines cendres tombaient dans le bassin, dans lequel je me mis à regarder mon reflet. Une telle apparence pouvait probablement décontenancer n'importe qui. Mon œil bleu pleurait de froide larme et semblait triste, pendant que le jaune semblait insensible et vide d'émotion, ignorant la douleur qui se dissipait peu à peu. Le tout était couronnée par un sourire malsain, d'une jeune fille qui venait d'être probablement brisée… ou plutôt reconstruite. Mais je ne pouvais rester me contempler toute la journée, j'avais des choses à faire, en tant que nouvelle matriarche du clan Mizuhaji.
Tout d'abord, je devais remettre à neuf la maison, mais ils m'aideront quand ils seront de retour. Ensuite, je devais probablement aller voir le conseil des clans pour leur signaler le changement de dirigeant dans ce dernier. Mais tout ça attendra, pour le moment, j'avais une chose plus urgente à régler… Un témoin qui vivait depuis bien trop longtemps pour le bien de notre clan…
J'envoyai une lettre à Junichi pour lui demander de me rejoindre dans deux heures dans la maison habituelle… Le sang n'avait pas fini de couler aujourd'hui…

(Suite dans le deuxième post d’isoler pour mieux contrôler)
Résumé & Information HRP


Santé : 100 %
Chakra Restant : 100 %

Techniques utilisées lors de ce tour



_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7059-annale-de-shiho-mizuhaji#53651 http://sns-rp.forumgratuit.org/t7006-bingo-book-de-shiho-mizuhaji http://sns-rp.forumgratuit.org/f502-dossier-shiho-mizuhaji http://sns-rp.forumgratuit.org/t7005-presentation-de-shiho-mizuhaji
 
Secret familial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Secret War
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» secret of mana
» Caniche de 13 ans drame familial risque le refuge (34)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Mizu no Kuni :: Kirigakure no Sato :: Quartiers résidentiels-
Sauter vers: