Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Celle qui voulait être une héroïne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 134

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Celle qui voulait être une héroïne   Jeu 15 Juin - 17:18

Kiriha dévalait la montagne à toute vitesse, manquant à deux reprises de se fouler la cheville dans sa précipitation. Elle se dirigea vers son domicile et y entra en jetant un coup d’œil à toutes les salles.

- Grand-père ?

Elle se dirigea vers l’arrière-cour où elle le trouva enfin, dos à elle en train de siroter une tasse de thé. Ryouma tourna lentement la tête vers son arrière-petite-fille et son visage trahissait une certaine stupéfaction :

« Ah Kiriha, c’est toi qui fais tout ce bruit ? Tu es rentrée bien tôt aujourd’hui. »

Sans vraiment prêter attention à ses paroles, la jeune fille l’attrapa doucement par les épaules et le fixait droit dans les yeux :

« Est…est-ce que tu vas bien ? » Dit-elle avec sur un ton essoufflé du à son effort précédent.


« Évidemment que je vais bien mais que se passe-t-il à la fin ?» Dit-il.

Son visage trahissait maintenant une certaine inquiétude et il attendait que la jeune Iwajin lui fournisse les réponses. Kiriha s’assit auprès de lui et puis lui fit lire le message qu’elle avait reçu précédemment.

« Comme tu le vois, un nouveau fléau est en train d’envahir Iwa. De nombreux cas ont déjà été recensés et, connaissant les mesures de sécurité en cas d’alerte de ce niveau, les hautes autorités ne tarderont pas à établir un système d’autarcie. Le bunker en dessous de la ville devrait servir à contenir les infectés mais pour combien de temps… »

Son grand-père réfléchissait à une éventuelle solution mais en absence d’informations concernant la maladie, lui non plus ne savait pas comment réagir face à cette menace biologique.

« Je ne sais pas ce que tu comptes faire et je ne pourrais de toute façon pas t’en empêcher mais si tu y vas, sois prudente. Tu es tout ce qu’il me reste… »

Ce qui était sûr, c’était que la maladie aurait du mal à atteindre ces hauteurs. Située à près de deux milles mètres d’altitude, là où la pression partielle de l’oxygène est réduite à 80% de sa valeur maximale, les chances qu’une forme de microorganisme s’y développe de façon optimale étaient réduites. De plus, peu de gens fréquentaient les montagnes et rares sont ceux qui avaient le courage de s’aventurer jusque-là.

« A vrai dire, je ne sais pas trop quoi faire. Je ne possède pas vraiment de capacités qui puissent vraiment aider à endiguer la maladie. Je n’ai d’ailleurs aucune connaissance médicale mis à part les deux ou trois choses que tu m’as enseignées mais face à une pandémie de c’est ampleur, je doute fort que des premiers soins suffisent et un contact avec les infectés serait synonyme de mort potentielle. »

« Pourtant, je sens que tu as quand même envie d’y aller n’est-ce pas ? »

« En effet, je ne peux pas rester les bras croisés en sachant que des gens souffrent de la sorte. Je n’ai certes pas de réel d’attachement vis-à-vis d’Iwa mais ces gens-là ne méritent pas ce qu’ils leur arrivent. Je pense me diriger vers la tour Cristalis dans un premier temps, j’ai besoin de voir Kyrua-sama. L’accès principal sera certainement bien gardé mais j’ai mon idée pour atteindre le 210e étage sans trop de problèmes. »

« D’accord, ne t’exposes pas au danger inutilement et que Kami-sama te protège. »

Elle lui fit une accolade, pris son sac qui ne contenait que le strict nécessaire puis prit la direction d’Iwa.



~~



« Itsuki-sama, quelles sont les directives ? »

Le chef du clan se tenait au milieu du dojo qui était désormais vide depuis quelques jours. Plusieurs cas de malades au sein de la famille avaient été recensés. Tout s’était passé très vite. Trop vite. En cet après-midi de printemps, le dojo était bien vite contrairement à l’animosité qui y régnait en temps normal.

La jeune fille qui était devant lui portait un kimono cérémonial. D’habitude, elle était censée s’occuper des festivités mais agissait maintenant de relai entre Itsuki et le monde extérieur. En effet, le chef du clan n’était plus sorti depuis maintenant deux jours. Non pas qu’il avait peur de contracter la maladie mais si il venait à tomber, plus personne ne serait à même de reprendre les rênes du clan. Sans compter que maintenant que sa fille avait quitté la demeure familiale et par la même occasion renoncé au droit de succession, il était à l’heure à actuel le seul à pouvoir assurer sa fonction de patriarche.

« Comment est la situation à l’extérieur, Ayame ? »

La jeune fille prit un air inquiet.

« Mal, très mal même. Les ambulances fusent de partout. C’est la cacophonie dehors. De plus en plus de cas sont décelés chaque jour, les hôpitaux sont remplis et les allers et venues sont extrêmement limités. Si on ne trouve pas rapidement une solution à ce problème, j’ai bien peur que la vile ne sombre dans un désordre général. »

« Et le Tsuchikage ? »

« Certainement toujours dans la tour. »

« Continue à surveiller ce qu’il se passe en ville. Préviens-moi s’il y a du nouveau. Tu peux disposer. »

Elle s’inclina puis sortit du temple. A l’entrée, deux hommes munis d’armures et de masques à gaz montaient la garde. Personne ne pouvait y entrer hormis Ayame. La jeune fille regarda autour d’elle puis remit le sien avant de s’aventurer dans les ruelles sombres des quartiers résidentiels.

A l’intérieur, Itsuki se rendit à l’arrière du dojo. Il était désemparé et aminci par le manque de nourriture. Malgré les nombreuses erreurs qu’il avait pu faire par le passé, le quarantenaire éprouvait quand même une certaine compassion envers sa fille.

« Kiriha…où que tu sois, j’espère que tu te portes bien… »

Cela faisait douze ans qu’Itsuki n’avait pas revu sa fille. Avec le temps, le père avait éprouvé du remords et regrettait d’avoir été l’une des causes de son départ. Obnubilé par le désir de pouvoir à l’époque, il avait fait passer ses propres intérêts ainsi que ceux du clan en ignorant totalement les besoins de sa fille.

« Ne dit-on pas que l’on a besoin de perdre quelque chose avant de réaliser que cela nous manque terriblement. Ah Shizuku, si tu étais encore de ce monde, tu serais certainement déçue de voir à quel point j’ai été un mauvais père pour notre fille… »

Il fouilla dans la petite pièce puis en retira un sabre. Celui-ci semblait ne pas avoir servi depuis des années et en effet, c’était le premier sabre que son père lui avait offert et avec lequel il avait fait ses débuts dans le Kenjutsu. Il resserra la ceinture de son kimono enfila une cape et son masque puis sortit du dojo.
« Itsuki-sama, vous sortez ? ». Lui dirent les gardes, une fois sorti du dojo.

« Je m’en vais réparer les erreurs du passé… »

Il s’engouffra dans les ruelles sans attendre qu’on lui réponde.



~~



Après quelques heures de marche, Kiriha arriva enfin au village. Comme elle s’y attendait, les entrées et sorties étaient rigoureusement contrôlés. Le poste frontière d’habitude si peuplé était vide. En s’approchant, elle fut arrêtée par un shinobi qui lui demanda de décliner son identité.

« Vous ne devriez pas vous balader dans la ville sans l’équipement approprié. Dirigez-vous vers le poste frontière juste derrière moi, ils vous donneront de quoi circuler dans la métropole sans danger. »

La jeune Iwajin se dirigea donc vers l’un des fonctionnaires puis enfila le masque qu’on lui tendait. Une fois entrée au cœur de la ville, la jeune fille assista au spectacle désolant qui s’offrait à elle. Outre les nombreux véhicules humanitaires qui circulaient, les rues étaient étrangement vides comme si tout le monde avait peur de sortir en ces temps d’épidémie. La jeune fille se dirigea vers l’un des bâtiments puis sortit un grappin du son sac qu’elle accrocha à la corniche de celui-ci. Après s’être assuré de la solidité, elle y grimpa jusqu’à atteindre le sommet de celui-ci.

L’air malsain des rues en contrebas étant certainement plus concentré en charge microbienne, la jeune fille préféra passer par les airs pour minimiser les risques de contamination. Elle parcourut ainsi la ville en déplacement rapide jusqu’à atteindre la tour Cristalis.

« Bon et si on allait voir comment ce cher Kyrua se porte depuis la dernière fois… » Dit-elle d’un air enjoué.


Elle y jeta son grappin,  puis se laissa balancer jusqu’à atteindre la paroi verticale. Kiriha entama ensuite son ascension jusqu’à atteindre l’un des étages où l’une des fenêtres était légèrement entrouverte. En forçant légèrement dessus, elle la délogea de sa main libre sans la casser puis pénétra à l’intérieur du bâtiment. Une enseigne indiquait « 172ème étage ». Le système de sécurité semblait actif puisque les ascenseurs réservés aux visiteurs étaient totalement à l’arrêt. De même, lorsqu’elle voulut ouvrir la porte menant vers la cage d’escalier, celle-ci refusa de s’ouvrir.

« Très bien, alors comme ça, on fait sa difficile… »

Elle ferma les yeux puis concentra du chakra dans sa main droite et lança son poing à toute vitesse sur la porte. Un renflement s’était dessiné sur la porte et elle semblait presque sortie de ses gonds. Elle réitéra sa technique une seconde fois, puis une troisième fois avant que la porte ne cède sous ses coups. Kiriha monta ensuite les 38 étages qui la séparait encore du bureau du Tsuchikage puis parcourut l’étage en question avant de le trouver. Elle toqua ensuite à la porte.

« Kyrua-sama, est-ce que vous êtes là ? »

Résumé:
 

_ _ ___________________________________________ _ _

Montage créé avec bloggif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6594-annales-de-kiriha http://sns-rp.forumgratuit.org/t6415-bingo-book-de-kiriha-akemi#49412 http://sns-rp.forumgratuit.org/t6414-la-courageuse-kiriha-akemi
 
Celle qui voulait être une héroïne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kimberly où celle qui compte devenir une déesse...
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.
» Abstracly, tu es celle avec qui je veux partager ma vie..[ Abstracly]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Tsuchi no Kuni :: Iwagakure no Sato :: Tour Cristalis :: 210eme étage : Bureau du Tsuchikage-
Sauter vers: