Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Les devoirs d'une matriarche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 544

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 325 両

MessageSujet: Les devoirs d'une matriarche   Jeu 22 Juin - 12:58


https://i.paigeeworld.com/user-media/1469750400000/576c04a514fef08770463da8_579b8c18868a6ac34da1fb76_320.jpg


Les différents visages d'une matriarche


Printemps 120

Le néon au plafond éclaira la pièce qui était autrement très sombre, avec le peu de fenêtres dont elle disposait et le temps habituel de Kirigakure, qui était, soyons franche, quasiment tout le temps mauvais. Le salon des Mizuhaji n'avait spécialement rien d'accueillant, il manquait de chaleur … Mais qui à besoin d'un salon de bon vivant ? Ceux qui ne possédaient pas de force mentale probablement. Mais ce n'était pas mon cas, et ça ne serait pas le cas de n'importe quels membres de mon clan. Si quelques choses comme ça pouvaient déranger les étrangers, ça ne devait pas nous affecter, nous étions fort après tout… et puis… Depuis peu, les endroits sombres me convenaient mieux que les endroits illuminés, je m'y sentais… Chez moi.

Dans le salon, qui à été nettoyé peu après la mort de ma mère, deux personnes se tenaient devant moi. Une était mon exacte copie conforme. En d'autre mot, un de mes clones. L'autre était un des nouveaux membres de mon clan, Akihiro. Ce dernier était, comme les autres membres du clan, inscrits à l'académie ninja pour y poursuivre l'enseignement que j'ai commencé à leur apprendre en parallèle, le contrôle du parasite. Et je dois avouer… que je suis assez déçue. Ils ont bien plus de difficultés que moi à le maîtriser. C'est tout juste s'il arrive pas à aspirer un litre d'eau pour le transformer en chakra… Le chemin risque d'être long…

Mais cela importe peu dans cette réunion, ils ne sont pas devant moi pour cela. Les deux devant moi, dont un semblait assez perturbé d'ailleurs, me faisait leur rapport sur la situation à Kiri. Je sortais très peu ses derniers jours, et quand je le faisais, c'étais en général pour m'isoler pour pouvoir m’entraîner. Je devais donc dépendre de mes autres sources pour savoir comment ça se passait à Kiri, et d'après ce que j'entendais, ce n'était pas fameux.

Mon clone, bien qu'il m'a déjà transféré via la pensée toutes les informations nécessaires, se mit à parler, pour signaler à Akihiro toutes les informations nécessaires.

« La situation à Kiri est presque catastrophique… L'hôpital fait de son mieux, mais il est bondé. Il ne peut plus prendre de malade, ce qui veut dire que ces derniers se baladent dans les rues et plus le temps passe, plus le nombre de malade augmente… À moins, de ce que j'ai entendu à l'hôpital, qu'on soit tous au fait infecté, mais que la maladie ne se manifeste pas au même moment pour chacun. En espérant que ce ne soit pas le cas. Il n'y a toujours pas de remède, et sur ce point, les hôpitaux sont assez discrets, très vagues même. Ils disent qu'ils cherchent, mais je me demande s'ils ne sont pas simplement dépassés par les événements et n'arrivent à rien. On a toujours aucune information sur la maladie, et le faible peuple commence à être instable. Bien qu'aucune annonce n'a été faite par les autorités, ils savent, maintenant sans erreur possible, qu'une épidémie à lieu. Le nombre de cadavre, de malade ne trompent pas. Il faudrait peut-être… commencer à prendre des mesures plus radicales, mais ce n'est que notre avis. »

Après les explications de mon clone, je laissai quelques instants au jeune apprenti pour digérer toutes les informations. Un silence arriva dans le salon, qui était sans doute pesant pour lui. Mais s'il ne pouvait tenir une telle situation, il ne méritait même pas de paraître devant moi. Puis voyant qui ne savait pas s'il pouvait parler, je pris la parole.

« Akihiro, quel est la situation à l'académie ? » lui demandais-je, d'un neutre.

« Tout comme Kirigakure, Dame Shiho, la situation n'est pas joyeuse. Il y a beaucoup d'absent parmi les élèves. Bien que nous sommes nouveaux, on peut clairement dire que beaucoup d'élèves manques à l'appel, mais aussi des professeurs. Une ambiance maussade plane aussi sur l'académie, tout le monde se regarde du coin de l’œil pour essayer de repérer la maladie. Et si un élève a le malheur d'être malade, peu importe de ce qu'il est atteint, il est exclu par ses camarades. Des rumeurs tournent même sur la mort de certain élève, ou même de leur famille entière. J'ai aussi entendu une rumeur qui voudrait que l'école soit fermée jusqu'à la fin de l'épidémie… Mais je n'en sais pas plus, ni les autres d'ailleurs. »

« Hmm... »

Je plaçai ma joue sur mon poing et penchai un peu la tête, tout en le regardant avec mon regard hétérochrome. Il paraissait tendu… Me cachait-il quelques choses, ou étais-je si froide dans ma façon de le regarder qu'il en avait peur ? C'est sans importance, mais je me fis une note mentale d’entraîner mes membres à ne pas laisser leur corps les trahir, ils avaient encore du chemin à faire. Je soupirai puis repris la parole.

« Je vois, ça ne fait donc que de s'empirer. Akihiro, à partir de demain, vous enverrez un clone aqueux à votre place à l'académie, et le soir ils vous diront ce qu'ils ont appris. On ne va pas prendre de risque inutile. J'ai déjà suffisamment de chose à gérer pour que la maladie vienne taper à notre porte. Et si vos professeurs on un problème avec ça, dites leur de venir m'en parler, je m'en occuperais moi-même.
Mes clones… vous savez déjà ce que vous avez à faire. Vous pouvez partir. »


Les deux me saluèrent, puis sortirent du salon, probablement pour vaquer à leurs missions. Je restais quelque temps sur le siège du chef de clan, à pensée à la situation en général. Comme l'avait signalé mon clone, c'était une crise difficile pour Kirigakure. On était pas préparé à ce genre d'événement. Et puis il semblerait que tout nous est tombé sur le coin de la figure. Il paraîtrait même que la Mizukage est tombé malade, c'est les rumeurs qui circulent, vu qu'on à pas de nouvelle de celle-ci. Mais, et je croyais pas le dire un jour en le pensant vraiment, j'étais pour le moment pas intéressé par ce qui se passait du côté des shinobis du village, du moins pas autant qu'avant.
En effet, depuis que je suis devenue la matriarche du clan Mizuhaji, plusieurs nouveaux devoirs se sont ajoutés à mes journées. Heureusement, je pouvais me cloner pour gérer plusieurs situations en même temps, mais ça restait tout de même fatiguant. Je devais rendre des comptes au conseil du clan, bien qu'il était impuissant ses temps-ci, je devais gérer toute la paperasse liée au clan, que ce soit pour mes membres ou tout ce vient de l'extérieur… Offre, demande, informations et autres. C'est à se demander comment ma mère faisait sans clone pour l'aider. Remarque, ça devait bien occuper ses journées en solitaire… Ou suis-je arrivé au pouvoir à une mauvaise période ? Le temps me le dira.

Mais pas seulement les instances officielles me prenaient du temps, celles officieuses aussi. Les recherches que je faisais sur le parasite était aussi longue. Bien que la maladie est peut-être un moyen de commencer à faire mes expériences sur des cobayes… Mais le risque d'infection était bien trop grand pour me permettre de continuer cette pensée.

Je soupirai, et bougeai mes épaules, comme pour chercher à me relaxer. Je n'étais pas fatiguée au point de ne plus tenir debout, mais elle pouvait se ressentir tout de même de temps en temps. Mais je ne pouvais me permettre de laisser la fatigue me ralentir, ça ne serait qu'une preuve que je suis encore une faible incapable de soutenir un tel rythme.

Je me levai de mon trône, et créai un clone aqueux qui prit ma place.

-Si on me cherche, appelle-moi mentalement, je reviendrais.-

-Compris, originale.-

Je me dirigeai dans les profondeurs peu utilisées de la maison, et ce pour une bonne raison, du moins pour mes membres. C'était un lieu sombre qui ne faisait pas envie d'y aller, surtout quand on connaissait le secret de notre clan. Pourtant, c'est un lieu que j'affectionnais tout particulièrement, justement, car il me permettait d'être au calme. J'arrivais donc à la cave du domaine, et activa mes sens du parasite. La porte dissimulée dans les ténèbres ne pouvait s'activer quand modifiant le courant d'eau du système. C'est en fouillant ainsi la maison, espérant justement tomber sur le laboratoire de grand-père, que j'ai trouvé ce système. Dissimulé aux yeux de tous si on ne connaît pas son existence, je ne l'aurais jamais trouvé si je ne possédais pas le parasite. Et vu l'état dans lequel j'ai trouvé le laboratoire, c'est à croire que personne ne l'a trouvé depuis les dix dernières années.

C'était, d'après les écrits de grand-père que j'ai trouvé sur place, le deuxième laboratoire qu'il avait construit, au cas où le premier serait découvert. Mais il l'as très peu utilisé, car malgré la poussière, les instruments étaient encore en assez bon état. Et tout le nécessaire pour rechercher le parasite et le transmettre à une autre personne était présent. J'ai vraiment été chanceuse sur ce coup.

J'activai le mécanisme, et la porte dissimulée s'ouvrit, et j'entrais dans les ténèbres qui me tendait les bras. Après avoir renfermé le passage derrière moi, j'avançais dans les abysses incertains qui se tenait devant moi. L'escalier descendait assez profondément dans le sol. Mes pas résonnaient dans l'antre, et une odeur presque putride pouvait se sentir dans ce lieu. Après quelques secondes, j'arrivais à la première salle du laboratoire, ou un de mes clones était allongé sur une table. Ce clone était mon premier sujet test. Je lui avais retiré la marque, qui protège du cycle reproducteur du parasite, pour voir la réaction probable que j'aurais lorsque je le verrais sur moi même, pour enfanter d'autre parasite dans ce monde. Mais j'attendais toujours l'activation de ce dernier dans mon clone. Mais je n'étais pas là pour elle aujourd'hui, je passais la table et continua ma descente dans les ténèbres.

Très vite, les murs fait à la main de l'homme laissèrent place au naturel. Des escaliers creusés continuait de descendre, avant de déboucher sur une caverne de taille moyenne. Une nappe phréatique pour être précis. Mon grand-père à du être content de tomber sur une telle merveille de la nature pendant sa descente. Moi en tout cas je l'ai été.

La zone était majoritairement composée d'eau, mais un petit îlot flottait au milieu de cette beauté, à la fois magnifique et pourtant si terrifiante. Je me dirigeai vers ce dernier, en marchant sur l'eau. Cette eau grouillerait bientôt de parasite en hibernation, pour mon plus grand plaisir… Mais chaque chose en son temps, si je suis ici, c'est simplement pour me reposer.

J'aurais probablement pu aller dans ma chambre, c'était bien plus proche après tout, mais il n'y a qu'ici que je me sentais chez moi. Comme si… Je venais d'ici. Une fois au pied de l'îlot, je montais les marches pour arriver face à une sorte d'autel. Bien qu'il soit en pierre et probablement pas confortable pour la plupart des personnes, je me couchai dessus. Il n'y a rien à dire, cet environnement me convenait parfaitement… Mon petit coin de paradis.



-Originale, un envoyé du conseil des clans veut vous parler.-

Je fus tirée de mon Eden par la voix d'un de mes clones, plus exactement probablement celle que j'avais laissée sur le trône. J'ouvris mes yeux, et me leva doucement de l'autel en pierre qui me servait de lit. Mes yeux, habitués aux ténèbres, n'avait pas besoin de s'ajuster.

-J'arrive, occupe le temps que je revienne.-

Il semblerait, qu'encore une fois, mon devoir de matriarche m'appelle. Cette position me permet des choses que je n'aurais jamais rêvées avant… Mais aussi comportait son lot de défaut… Je suppose qu'on ne peut tout avoir.
Voyons ce que veut cet émissaire du conseil du clan… Je soupirai intérieurement pendant le trajet du retour, décidément je recevais plein d'émissaire du conseil depuis ma nomination en tant que matriarche du clan. C'était assez énervant de devoir les écoutés, mais je n'avais pas le choix, tel était le système que je servais.

Mais j’espérais bien qu'un jour, les faibles qui constituaient le conseil soit purgé pour y mettre les plus forts de Kiri.

FIN
Résumé & Information HRP


Santé : 100 %
Chakra Restant : 100 %

Techniques utilisées lors de ce tour



_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7059-annale-de-shiho-mizuhaji#53651 http://sns-rp.forumgratuit.org/t7006-bingo-book-de-shiho-mizuhaji http://sns-rp.forumgratuit.org/f502-dossier-shiho-mizuhaji http://sns-rp.forumgratuit.org/t7005-presentation-de-shiho-mizuhaji
 
Les devoirs d'une matriarche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aide aux devoirs
» Chap. 4 - Droits et devoirs des nobles
» Les devoirs
» 1001 excuses pour ne pas faire ses devoirs [Revan][terminé]
» Les devoirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Mizu no Kuni :: Kirigakure no Sato :: Quartiers résidentiels-
Sauter vers: