Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Un doute persitant : la création d'un art

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 176

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Un doute persitant : la création d'un art   Dim 2 Juil - 0:14

Un doute persistant : la création d'un art.





Cette maladie décimait les miens. Du moins, des Kinbara. J'étais en réalité seul. Esuke, lui, au chevet de mon géniteur et de sa femme. Mes demi-sœurs venaient de tomber malades, une aubaine pour ma vengeance. Assis à mon bureau, un plan du domaine sur la table, j'étudiais une à une les maisons. Celle d'Endo était assez éloignée pour accomplir mon méfait. Depuis la désertion de Shiho, plus personne ne prenait la peine de venir chercher les infectés. Un aîné les plaçait dans une maison abandonné, rénové afin de les accueillir. Mes sœurs y avaient été placées tôt dans la matinée. Il était grand temps d'accomplir ma mission. Mais de manière furtive et efficace.

Les techniques de l'hikariton ne m'étaient d'aucune utilité afin de rentrer incognito et de les tuer. Cependant, une technique avait retenu mon attention : elle permettait à l'utilisateur d'infuser du chakra de lumière, invisible à l’œil nu, afin de rendre des armes tels des kunai ou des shuriken invisibles. En cette nuit, une idée germa dans ma tête. Si on pouvait le faire sur du métal, sur de la matière, pourquoi pas le corps humain. Je fermai le plan et me couchai dans mon lit. Demain serait un jour capital, je créai pour la première fois une technique.


                                                        Le Lendemain


La pluie battante tombait sur nos maisons. Son bruit caractéristique, un bruit créé par la collision entre les gouttes et le ciment de nos fondations, eut raison de mon sommeil. Ayant pris ma douche, et mis des vêtements propres, je descendis au rez-de-chaussée. Sans surprise, je vis Myaki somnolant sur une chaise. La jeune femme prenait décidément trop à cœur son rôle de nounou. Je le prenais comme une offense que mon grand-père ne m'est pas trouvé assez mature pour me laisser la garde de la maison. Myaki, de surcroît, me coiffait de simplement deux ans. Et oui, cette belle blonde aux yeux verts avait eu ces 17 ans dernièrement. Myaki pouvait être considérée comme de la branche tertiaire. Ses parents, tous deux civils, n'avaient jamais compris le fait que leur fille unique est choisie la voie la plus dangereuse. En effet, mon grand-père, le fils du tout-puissant Shunsuke, attiré par ces exploits, la nomma secrétaire il y a environ une année. Sous ses ordres, elle était terrible. Elle me suivait dans toutes mes actions. Je l'avais découvert peu après ma visite au domaine du clan de mon alliée. Je devais l'éloigner afin de poursuivre mes plans. Myaki, une femme attirante… La solution revêtait une forme particulière que je maîtrisais peu : la séduction. Depuis peu, la neutralité ne me suffisait plus. Il me fallait des pantins. Ma première cible restait Shiho, mais sa destination demeurait introuvable, mais surtout, je ne pouvais y aller sans subir des conséquences non-souhaitables. Alors, mon choix s'était porté sur Myaki.
Reprenant mes esprits, la pratique débutait. La réveillant d'une caresse sur sa peau légèrement bronzée, je lui dis :

«  Myaki, c'est le matin. Réveille-toi, beauté. »

Ronronnant, elle ouvrit un œil. Un œil qui se fixa de suite dans mon regard rougeoyant. Elle sursauta, ses lunettes tombant sur le sol. Avec un faux sourire, je les ramassai et je lui les tendit. Les joues rouges, elle les récupéra. Cette voie portait ses résultats. Je continuai donc :

« Je sais qu'Esuke t'a chargé de ma protection. Mais, tu n'étais pas obligé de dormir sur une chaise. Ma chambre était assez grande pour nous deux. »

Mes paroles faisaient effet. Myaki avait saisi le sous-entendu. Rigolant intérieurement, je devais lui parler encore de l'entraînement.

« Je souhaitais donc te prévenir que ce matin, exercice pour moi. Je me disais un jour ou une soirée tient, quand l'air est frais, on devrait faire de l'exercice ensemble. L'entretien de notre corps peut apporter force et puissance…. Aussi, du plaisir »


Je lisais dans ses yeux comme dans un livre ouvert. Je m'approchai d'elle à la manière d'un félin. Instinctivement, du moins c'est que je pensais, elle recula, les joues de nouveau, écarlates. Une telle crédulité ne devrait pas exister, mais pour sa défense le clan n'était guère basé sur l'affection. Nos mariages demeuraient encore, pour la plupart, arrangés. Cette parcelle historique me rappela une nouvelle fois pourquoi j'étais en autarcie avec les autres. En soit la séduire Myaki possédait à la fois un coté utile et un coté vengeur.
Oui, elle allait être mienne. J'allais la posséder. L'un des pions majeurs de la collection débutée il y a quelque temps.
Mais pour l'instant, je mettais cette préoccupation de côté. Après avoir siroté mon café noir, je sortis de l'appartement direction le dojo. t


Dernière édition par Eidan Kinbara le Dim 2 Juil - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7459-bingo-book-d-eidan-kinbara#56258 http://sns-rp.forumgratuit.org/f516-dossier-eidan-kinbara http://sns-rp.forumgratuit.org/t7435-eidan-l-astre-solaire En ligne
Messages : 176

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un doute persitant : la création d'un art   Dim 2 Juil - 17:39

L'être spirituel








Le dojo des kinbara, l'endroit glorieux ou les célestes de toutes générations apprenaient les arts des éléments, le maniement des armes, le corps-à-corps mais encore l'art des illusions. La règle voulait qu'en signe de présence d'un lieu sacré, nous enlevions nos sandales. Je fis donc. Enlevant mon blouson et mon manche longue, je fus buste nu. L'entraînement pouvait débuter. La technique des armes possédait des mudra dont la moitié m'était inconnue. L'exécution ne devrait pas me prendre trop de temps. Pour autant, la rapidité d'exécution devait augmenter. Cependant, la difficulté résidait dans le fait de rendre la lumière invisible. Pour se faire, je devais utiliser le coté Yin du Chakra.
J'avais décidé de nommer cette technique : Kegawa no Genmetsu, littéralement le manteau de désillusion.
Je devais d'abord tester de m'illuminer. D'un nikkou mabuiyi bien placé, je devins aussi lumineux qu'une étoile. C'était maintenant que je devais ressentir l'énergie yin. Toujours illuminé, je me mis à méditer. Entrant en transe céleste, je communiquais avec les photons. Contrairement à ce que pensaient la plupart des ninjas, le chakra élémentaire ne nécessitait point une parfaite collaboration avec l'élément. En réalité, il fallait le dompter afin qu'il réponde, dans la limite du possible, au moindre désir de l'imagination de son maître.
Je m'y attardai donc. Parlant aux photons via la libération de l'esprit du méditant, ma voix spirituelle les fit se plier. Ils étaient mes alliés, ma meute. Moi, je demeurais à jamais leur alpha.
Ce fut laborieux, comme tout être, les photons souhaitaient briller. Un comble pour des composants de la lumière dite « la clarté de l'Univers ».
Mon esprit n'en avait que faire, je dominais. Libérant mon énergie Yin et mélangeant du chakra photonique, j'entamais les mudra avec précision. Récitant la formule tel un sorcier, je me dirigeai vers la surface réfléchissante. Le dojo possédait une face vitrée dans laquelle on pouvait apercevoir son reflet.
Je fus déçu, rien ne s'était passé. L'abandon étant une faiblesse, je réessayai longuement. Après une vingtaine d'essais, ma réserve de chakra complètement vidé, je m'évanouis.

Mon esprit tourmenté n’emmena dans une dimension spirituelle de mon esprit non explorée. Un autre, moi m'y attendait. Il me ressemblait peu en réalité. Sa peau était plus sombre, d'un marron se rapprochant grandement du noir. Deux orbes rouges ornaient ses paupières. Il possédait aussi une paire d'ailes d'un black envoûtant. De larges symboles lumineux dansaient sur ses bras. Buste nu, lui aussi, le symbole Kinbara tatoué sur son abdomen. Celui-ci  s'approcha avec un rictus semblable au mien.
Il s'arrêta, passant une main dans ses cheveux :

« Bienvenue, Eidan dans ma maison, je suis Light, ton côté sombre. »

J'en fus abasourdi, j'étais donc bipolaire. Ma conscience se composait de deux personnalités ou peut être que non. Peut-être light représentait ce mode de transe de combat qui rendait mes techniques plus puissantes.

« - Tu peux me remercier pour tes transes, mon jeune ami.

- Light, c'est ça hein ? Sache que je ne peux me remercier moi-même. Tu n'es... Qu'une part de moi.

- Ah Ah ah ah ah, ton arrogance est sans limite. Je suis constitué d'énergie Yin, Eidi. Je suis la part qui pourrait contrôler la lumière non-visible. En fusionnant avec moi, tu pourras le faire. Je te l'accorde. Peu de kinbara sont passés par cette conversation avec moi, jeune guerrier. Désormais, tu pourras créer ta technique, le manteau de désillusion. Un nouveau monde s'ouvre à toi, Kinbara.
Un monde aux possibilités inimaginables. Il me semble qu'une descendante cherche à te contacter. Bonne chance, mon garçon. On ne se rencontrera plus.


- Qui es-tu, Light ? Tu n'es pas seulement mon côté sombre, tu représentes beaucoup plus que cela.

- C'est à toi de le découvrir, jeune guerrier. »

Une voix lointaine me parvenue. Elle me semblait être celle de Myaki.

«  Eidan, réveille-toi. Oh mon dieu, s'il est mort, je ne me le pardonnerai jamais. De surcroît, il commençait à me plaire… Mais qu'est-ce que je raconte… C'est Esuke-sama qui me fera rôtir à la broche ».

Myaki ne le savait pas encore, mais mon emprise sur elle répondait désormais présent. Décidément, l'amour demeurait le meilleur des genjutsu. J'attendis patiemment quelques minutes, avant de feinter sur un réveil, agrémenté d'une touche de faux : une toux forcée. Imparable.
Myaki me prit dans ses bras, avant de me donner une gifle. Par contre, je n'avais pas prévu la gifle. Je pensais à lui en donner aussi quand mon esprit analysa rapidement la situation. C'était une diversion pour la gêne. Elle m'avait pris dans ses bras automatiquement, une donnée prouvant l'attachement.

«  Myaki, ne t'inquiète pas. Je vais bien, je suis un peu épuisé.


- Tu es fou de repousser tes limites de cette façon. Tu vas finir, par te tuer bon sang..
 »

Un vrai moulin à paroles. Agacé par ses propos inutiles, je passais à la phase 2. Afin de la faire taire, je l'embrassai sans sa permission. Après tout, sa volonté n'était d'aucune utilité…

« Tu es fier de toi, tu as failli me faire perdre mon rôle dans le clan. Ton grand-père allait me tuer… Mmh...Mmh...Mmh. »

Le baiser ne dura tout au plus qu'une minute. Je me levai ensuite, avec quelques difficultés et fis le chemin vers ma maison, laissant une jeune femme sous le choc.

Le baiser avait été satisfaisant, mais je manquais de pratique. Toutefois, mes pensées étaient tournées vers le mystérieux light. Il avait nommé Myaki, sa descendante. Se pouvait-il qu'il soit le premier de notre lignée. Le premier maître lumière… Myaki avait accès aux archives du clan, peut être connaissait-elle sa légende. Mais elle parlait beaucoup trop, et il fallait que cela reste secret.
Demain, je m’attellerais de nouveau à la technique.


Dieu créa les archanges. L'archange Raziel, de son sang, donna naissance à l'armée angélique de la Terre. Se pouvait-il que Light soit le Raziel ayant donné vie aux Kinbara... ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7459-bingo-book-d-eidan-kinbara#56258 http://sns-rp.forumgratuit.org/f516-dossier-eidan-kinbara http://sns-rp.forumgratuit.org/t7435-eidan-l-astre-solaire En ligne
Messages : 176

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un doute persitant : la création d'un art   Dim 2 Juil - 22:55


Une nuit passionnée




Le lendemain je n'attendis même pas Myaki qui se hâta derrière moi en courant. Retirant mon blouson, je commençai l’entraînement par de longues heures de pratique d'abdos et autres exercices physiques. Le pouvoir s'apprenait dans la douleur. Discrètement, je lançais des regards vers ma belle blonde. Elle me regardait comme une affamée avant de croiser mon regard et de détourner la tête. Elle serait fin prête demain et je me délecterais assurément de ce moment. Finalement, plaire à un petit côté jouissif. Mais l'heure n'était pas à ce genre de choses. Le véritable entraînement.
Poussant Myaki vers la sortie d'un baiser. Ah oui, je vous ai pas dit, elle m'avait le soir avouer ses sentiments et elle croyait qu'ils étaient partagés. Lol, et on dit qu'elle soit disant l'un des plus brillants esprits depuis des générations dans le clan. Bref, cela étant pour dire, qu'elle me mangeait dans la main. Son attention après tout, ne me dérangeai point. Au pire si elle devenait trop pot de colle, je la réduirais au silence. La vie est parfois si simple…

Une fois qu'elle fut sorti du Dojo, je me concentrai. Light m'avait promis que je pourrais détourner la lumière dans son niveau le plus sombre. Ma logique avait déduit que light était mon ancêtre, le demi-ange qui avait donné naissance à la race des shadowhunters, des humains touchés par la grâce du Paradis.
Il était aussi logique que le Kinbara, à l'origine de la technique des armes désillusionnées, possédait en son temps, lui aussi le don de Light. Un cadeau dont les pouvoirs me seraient révélés.


Enchaînant mes mudra, la formule fut dite. Dans le miroir, mon reflet possédait un défaut : il n'avait plus de jambes. Light disait vrai, la technique était au point, du moins partiellement.
Mon plan de vengeance pouvait débuté. Tentative après tentative je parvins à plier les photons à mon désir. Dans le reflet, désormais, seul le néant apparaissait. Cependant cet effet ne durait que quelques secondes. Je devais continuer à m'entraîner le lendemain afin d'augmenter mon potentiel.
En somme, encore une autre journée où je finissais, épuisé, des réserves spirituelles quasiment vides. Qu'importe, deux bons câlins de mon jouet préféré me remettront peut être d'aplomb, qui sais ?
Mais bon, il était l'heure de me pioncer dans mon lit bien douillet. Demain serait un grand jour *rire diabolique*


Le lendemain


Ce fut un jour plutôt soft. Toute l'action se passerait la nuit. Heures après heures, je repoussais l'utilisation de la technique à plusieurs minutes. Cela serait suffisant pour le plan de ce soir.
Je n'étais pas aller au bout de mes capacités car j'aurais besoin de force ce soir. A peine arrivé dans la maison, que je vis Myaki s'attardant dans la pratique culinaire de bons petits plats. J'avais répété cette scène mentalement. Je m'approchai d'elle furtivement et je la pris sur mon dos comme un sac de patates. Elle se débattit avec une humeur mi agacée,mi amusée. Elle croyait quoi, la douceur ne rimait pas avec Eidan. Un jouet n'avait pas une importance si humaine.
Je la lâchai sur mon lit. Croisant son regard, Le profond désir monta en moi. On ne pouvait pas appeler cela de l'amour, de l'affection voir du désir. C'était une obsession.

Spoiler:
 



Quittant le nid d'amour sur la pointe des pieds, je descendis au rez-de-chaussée récupérer mon matériel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7459-bingo-book-d-eidan-kinbara#56258 http://sns-rp.forumgratuit.org/f516-dossier-eidan-kinbara http://sns-rp.forumgratuit.org/t7435-eidan-l-astre-solaire En ligne
Messages : 176

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un doute persitant : la création d'un art   Lun 3 Juil - 20:28

Le Jugement presque dernier



J'avais prévu ceci depuis hier. Une besace contenant des shuriken, un kunai et des senbon. Ce meurtre se devait d'être réalisé proprement pour deux raisons : la première consistait en le fait que nous ne savions pas comment l'épidémie se propageait. La deuxième, je ne devais laisser aucune preuve de ma présence sur les lieux.
Mon blouson n'étant pas nécessaire, je ne mis qu'un manche longue spécial : il portait le symbole familial de ma mère superposé avec celui des enfants du soleil, les kinbara. Mes sandales de ninja furent attachées solidement.
Aujourd'hui, un démon s'éveillait parmi les anges en cette nuit sans lune. Yin, ne t'inquiète pas mon grand, je t'enverrais bientôt deux camarades de jeux en Enfer. Mes cheveux volants dans mon dos, les yeux écarquillés par la volonté de faire souffrir, je produisis mes mudra rapidement.

Hikariton : Kegawa no Genmetsu, le manteau de désillusion.


Un voile entoura mon corps avant de disparaître. Tout fonctionnait à merveille. Déplacement instantané après déplacement instantané, j'arrivai devant la maison protégée par deux gardes kinbara. Ayant prévu des gants afin de ne pas laisser de marques, je m'approchai silencieusement des deux gardes. D'un mouvement avec mes deux mains, je fis leurs têtes s'entrechoquer puis je mis mes mains sur la bouche, leur nez. Il mourrait d'une des morts les plus sadiques de l'histoire : par suffocation. Leurs murmures de défi emplissaient mon âme de la plus pure des ombres. Il n'y avait plus de retour possible pour moi, j'aimais cette sensation de toute-puissance sur mes victimes.
Je ne voulais pas éliminer les gardes, mais malheureusement pour eux, au mauvais endroit, au mauvais moment.
Lorsque je ne sentis plus aucun souffle, je lâchais les, désormais cadavres, sur le sol sans état d'âme.
Mon regard avait été la dernière chose qu'ils virent lorsque j'avais fin à leurs misérables existences.
Repoussant comme à mon habitude, une mèche, j'eus de nouveau recours au manteau de désillusion.

Regardez-les moi, tous, ils se sont moqués de moi toute mon enfance. Maintenant, je tiens leur vie tel un fil dans les mains des Parques. Ne vous inquiétez pas, indignes, l'épidémie illustre ma vengeance pour vous.

Au coin de la pièce principale, se tenaient deux filles. Toutes deux blondes. Elles paraissaient si innocentes avec leurs peluches, agissant comme des doudous. Cependant, leur sang lui était meurtrier. Un crime que je ne serais laissé impuni.

Me rapprochant d'elle, j'annulai mon jutsu. Cette vermine devait voir mon regard avant de mourir. D'un coup de pied, je les réveillai. Avant qu'elles ne purent sortir le moindre son, je plantai un kunai dans la tête d'une et j'étouffais l'autre de mes deux mains gantées. Le sang frais, ce liquide carmin, cet élixir de vie, s'écoula de la trachée. Le flot était assez abondant. Ma victime, morte sur le coup, son regard brisé par la terreur. La seconde se débattait, mais je sentais que ses forces s'amenuisaient.
Cette gamine, sérieusement, croyait pouvoir vaincre le contrôle que je lui avais imposé.




Oui, j'avais dit pas de sang. Mais, grand dieu, je n'ai pas pu m'en empêcher. Le voir, ce sang si pourri me mit dans une rage folle. Enlevant ma main, avec mon kunaï, je me mis à lacérer celle que je comptais étouffer.

La vengeance était en partie accomplie et je m'étais défoulé. Tant de haine qui s'était écoulée dans un acte ignoble.

Un bruissement me fit me retourner. Putain de merde, il avait fallu qu'un que je reconnus comme un Ancien du clan grâce à sa robe, me regardait. Il était plus puissant que moi, mais sa surprise me donna un délai pour le faire taire à jamais.
Pendant que le malade comptait enchaîner ses mudra avec difficulté en crachant du sang, je lançais un kunai précis.
Il toucha son front et s'y incrusta d'une entaille parfaite. L'individu retomba en arrière dans un bruit mat.

Il fallait que je fasse disparaître les traces, mais le meurtre d'un ancien allait attirer trop de soupçons au sein du clan. Le lieu était légèrement éclairé par des torches. Je m'en saisis et je les déposai sur le sol. Cet endroit allait burn et tous en seraient éprouvés. Les indignes perdraient leurs ailes. Déchus, ils tomberaient et rejoindraient Lucifer.

De nouveau camouflé, je m'enfuis mes cheveux désillusionnés traînant comme un linceul d'or derrière moi, un sourire en coin. Derrière mon dos, les premières flammes naissantes


Les mortels n'évitaient pas la mort. Les bonnes actions étaient récompensées, les mauvaises, punies. Mais tous enduraient le jugement dernier.




                             Fin du Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7459-bingo-book-d-eidan-kinbara#56258 http://sns-rp.forumgratuit.org/f516-dossier-eidan-kinbara http://sns-rp.forumgratuit.org/t7435-eidan-l-astre-solaire En ligne
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un doute persitant : la création d'un art   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un doute persitant : la création d'un art
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règles de création de persos
» La boutique de création de Musika {Ouvert}
» Demande de création d'un club
» création persos
» création de tables de wargames

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Mizu no Kuni :: Kirigakure no Sato :: Quartiers résidentiels-
Sauter vers: