Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 11

MessageSujet: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Lun 10 Juil - 1:12



Shikaimasa NARA


IRP !

Nom : Nara
Prénom : Shikaimasa
Âge : 33 ans
Sexe : Masculin
Nindo : « Je lutterais aussi longtemps que les Ombres n'éteindront pas le Feu. »
Village :  Konoha
Clan : Nara
Rang souhaité : A
Grade souhaité : Jonin
Bingo Book : Bingo-Book


Je ressemble à...
« ... un vieux gâteux ! » vous dirait mon jeune frère. Mais on m'a souvent vanté un air de ressemblance avec vos bonshommes les Uchiha, pour votre gouverne ! Grand d'un bon mètre quatre-vingt sept, je possède un corps élancé aussi agile que résistant, sur lequel les épreuves auront laissé quelques marques.

On me repère facilement par mon accoutrement mais aussi grâce à ma longue chevelure ondulée, d'un noir profond rappelant la noirceur de mon Ombre, mon arme de prédilection et mon meilleur acolyte. Je garde ma tignasse attachée en une queue de cheval uniquement lorsque je suis en mission, autrement, je la laisse s'exprimer selon son bon-vouloir quotidiennement, lui permettant de cadrer mon visage de part et d'autre tout en le traversant au milieu avec une grande mèche qui s'arrête au niveau de mon nez. Mon teint pâle n'est pas un résultat d'une maladie ou quelconque maquillage. Je n'aime juste pas le Soleil. Et l'on suppose que je vis également la nuit quand on voit la tête constamment éreintée que je tire. A tout heure de la journée, j'ai les yeux à moitié fermés, doués de cette expression lasse presque comme si le simple fait de me tenir éveillé était un labeur, chargés d'une indifférence provocante à l'égard de toutes choses. De légères cernes viennent accentuer cet apparent manque de sommeil, ironique pour un amateur de sieste dans mon genre, et je complète mon style "négligé-mystérieux" par une barbe rasée une fois tous les quatre ou cinq jours. J'admet l'aspect vieux jeu que je peux renvoyer mais je le compense par le sérieux inconditionnel dont je sais faire preuve et qui se voit également dans ce regard fatigué. Ces deux petits yeux noirs percent plus loin qu'ils ne laissent croire. Ma première cicatrice, et la seule visible se trouve sous mon oeil droit et longe la paupière comme un maquillage de couleur fauve. Elle ne peut que rendre ma face plus virile, indiquant le côté guerrier du vieux gâteux.

Pour m'habiller, je ne suis pas difficile, principalement parce que je ne pense pas qu'un shinobi doive se démarquer par sa garde-robe. Au contraire, sa tenue est un outil au même titre que ses armes et ses techniques. La mienne est l'outil d'un ninja adorant opérer dans l'ombre, d'un espion dont la place se trouve dans les ténèbres. Entièrement noire et unie, je porte une panoplie au top de la discrétion, composée d'un sweat à longues manches et d'un pantalon dont les extrémités s'engouffrent dans deux bottes fermées et légères. A la ceinture, je transporte quatre petites sacoches bleues claires dans lesquelles je stocke mon équipement. Le trait vestimentaire le plus distinct chez moi reste les bandages que je porte autour du cou et dont je me sers lors d'affrontements. Lâchement posés sur mes épaules, ils peuvent parfois dissimuler la partie basse de mon visage dont ma bouche, renforçant le mystère qui fait mon charme.

Féru de masques parce qu'ils permettent à tout bon shinobi d'étouffer ses émotions et son identité, j'en possède moi-même un beau, confectionné par mes soins après avoir bien observé celui qu'arbore les services secrets. Le mien, contrairement au leur, est inquiétant. Loin d'avoir la forme d'un gentil animal, mon masque est tout à fait sans émotions, pour qu'il me soit réellement utile. Un masque dissimule. Un masque ne montre rien, à part ce que l'on veut faire voir. Une large bouche garnie de dents humaines, avec des lèvres rouges comme celle d'une femme.. ou d'un dévoreur de coeur revenant d'un repas. Deux petites fentes juste au-dessus de ce motif choisi par mon esprit tordu me permettent de respirer tandis que deux autres fentes fines au niveau des yeux permettent d'entrevoir. Dans la même optique de discrétion optimale, je ne porte pas mon bandeau frontal ou quelconque autre insigne de Konoha de manière visible. Depuis que je me suis habitué à appeler les souris de mon pacte en renfort, pour faciliter leur usage je me suis permis de me faire faire sur mesure une visière dorée, à l'allure presque chevaleresque me permettant de leur faire croire que le chat n'est pas là.


Je pense à ...
« ... Nourrir mon chat ... » Parce que nos amis les félins m'adorent, et je les chouchoute en retour. Bien qu'ils soient très contradictoire avec mon animal de prédilection, je ne peux résister à leur charme mystique. L'image du jeune homme pantouflard qui passe son temps à gratter le canapé avec son matou, c'est précisément l'image que mon frère a de moi depuis que j'ai ralenti l'entrainement. Mais je ne suis pas que ça, je vous le jure !

Même si je suis vraiment passé maître dans l'art de procrastiner.. Je devrais penser à en faire un art ninja ! Je ne pouvais pas y couper, la flemmardise coule dans nos veines de père en fils depuis des générations et des générations. Et c'est dire, mon père mentionne souvent le fait que son oncle est mort pendant qu'il faisait une sieste au travail. Pourtant j'essaie de combattre ce vice comme je le peux, et tout ça mène souvent à des nuits entières passées à réfléchir parce que je n'ai pas pu m'empêcher de me reposer dans la journée. Quand il fait beau, je suis plus d'avis de rester à l'intérieur, dans le confort de mon sac de couchage jaune favori que d'aller pointer mon nez au Soleil. Voir du monde. Pourtant je devrais, l'on me voit à tord comme quelqu'un de solitaire, de distant.. Alors que j'ai tout simplement la pure flemme de socialiser. Je manque de motivation, diront certains. Mais ce n'est pas l'ambition qui me manque.
Je rêve de beaucoup de choses. Au-delà de mon objectif principal, qui est d'assurer la protection et le bien-être de mon frère, je veux dire. Tenez par exemple, la plupart de mes songes parlent d'innovation. Je suis ce genre d'homme qui adore inventer une multitude d'alternatives pour une même solution. Ingénieux ou inspiré, dans tous les cas mon esprit inventif je le tiens aussi des miens. Les Nara réputés pour leur intelligence supérieure, ce n'est pas une légende. L'analyse, la déduction, et même la culture générale sont tous des domaines qui, pour moi n'ont que peu de secrets. Je sais déchiffrer une information en moins de temps qu'il n'en faut pour dire Kage, et considère le combat, élément carrément omniprésent dans la vie d'un shinobi, comme un jeu où la stratégie prime sur la puissance. Depuis mon jeune âge, je suis un habitué du jeu de Go, qui se joue sur un plateau et où le but est de capturer le plus de pions adverses possible tout en gagnant du terrain, représenté par des cases. D'où mon style de combat récurrent, dans lequel mon ombre me sert à couper toute issue avant de capturer la cible. Un cerveau dans de bonnes conditions étant beaucoup plus efficace, je dispose d'un sang-froid incroyable, me donnant l'équilibre nécessaire pour penser même en temps de crise. Le stress ne m'incommode donc pas, et je sais réfléchir dans le feu de l'action. Mais tout ça me demande une concentration qui sait me faire défaut, puisque lorsque je réfléchis trop, mes pensées peuvent divaguer et semer le trouble dans mon esprit.

Mon entraînement avancé m'a rendu plutôt courageux. A tel point que je ne me rappelle pas craindre quoi ou qui que ce soit. Je sais que j'ai vaincu la peur depuis un temps, et je le ressens à chaque fois grâce à mon corps qui s'élance sans hésitation même quand le danger est grand. Je me rappelle encore de moi enfant, un poltron qui n'a pas su bouger d'un pouce, tétanisé par la peur, quand des vies étaient en danger devant ses yeux... Je suis fier d'avoir mûri. Ma bravoure me pousse parfois à être insolent quand on m'offense, puisque je n'hésite pas à tenir tête, et ce, peu importe qui se trouve en face. Je pars du principe que les peurs naissent dans l'ombre. Je n'ai rien à craindre de l'ombre, alors je n'aurais jamais rien à craindre d'un homme. Mais posséder une certaine expérience a ses mauvais côtés. Habitué à travailler là où la lumière ne s'aventure pas, j'en ai fragilisé mon humanité, au point de n'avoir ri qu'une poignée de fois en un an, de ne plus avoir pleuré depuis le dernier décès que j'ai essuyé, ou de ne plus avoir sincèrement aimé quiconque depuis mon frère. Je m'estime encore chanceux de ne pas avoir totalement fini en pantin froid. Même si j'affiche le côté froid avec excès quand je combats et que je m'emporte, prenant un malin plaisir à voir mes adversaires souffrir jusqu'à en perdre connaissance. Leurs cris, leurs débâcles... Je trouve cette scène hautement plaisante. Comme si j'étais une araignée témoin des efforts de sa proie tentant de se défaire de la toile collante. Mon ombre est pire que cette dernière. Mon attachement à elle est étrange, et profond.
Comme si elle était une personne fidèle et toujours à mes côtés, mon Ombre exige du respect, et je l'arrache de ceux qui se moquent de moi quand je leur parle de ce que mon amie de toujours peut leur faire. Les endroits obscurs sont mes endroits favoris. Telle une chauve-souris je suis souvent baigné dans l'ombre, et me sentirait presque dépaysé à chaque fois que je suis dehors.

Je sais pour qui et pour quoi je travaille. Ma famille est tout ce qui m'est chère, bien au-dessus du village, à qui je voue tout de même une loyauté infaillible. Il m'est par contre impossible de laisser le premier pour protéger le second. L'inverse, en revanche... Je ne participe pas toujours à la défense quand Konoha est attaqué parce que la tâche de défendre les miens m'incombe déjà bien assez. Mais depuis que Shikatani sait manier son ombre, j'ai moins de mal à aller prêter mains fortes à ma nation. C'est une sorte d'égoïsme bien fondé, parce que même si je "sacrifie" les vies de tous les habitants, je préserve celles de ceux que j'aime. Plutôt attentionné, je ne recule devant rien pour leur apporter mon aide aussi souvent que possible. Envers mon frère cette attention décuplée sonne à son oreille comme de la paranoïa, mais il ne comprend juste pas que je tiens à lui, à ma façon. Je ne lui ai jamais empêché de devenir ninja, c'est déjà bien ! Je refuse par contre qu'il soit envoyé en mission seul, et me dévoue toujours pour l'accompagner si besoin est. L'on m'a déjà dit que je l'étouffais trop mais.. je ne peux pas m'en empêcher, c'est le Grand Frère qui parle.
Grâce à Maman j'ai pu m'adonner à des heures de lectures dans les étagères de la bibliothèque dont elle s'occupait. Mon attrait pour la lecture vient d'elle, et aussi mes connaissances étendues sur des sujets divers et variés. Ses ouvrages incluaient des légendes du pays et d'ailleurs, des archives techniques, les chroniques de patriotes et tout plein d'autres fragments de savoir que je me suis approprié. Shikatani aime me titiller avec des surnoms comme "le rat de bibliothèque", "grosse tête" ou "tête d'ampoule" mais je n'ai pas de scrupule à lui rappeler brutalement comment, en effet, je suis brillant même en manipulant l'Ombre.

Les quelques temps que j'ai passé en temps qu'espion "à vendre" m'ont permis d'en apprendre bien plus sur le métier, et le travail qu'il implique sur le comportement. Je me suis armé d'une nature silencieuse à force d'entraînement et de pratique, me permettant de presque passer inaperçu en public. L'on dit qu'il faudrait savoir faire le vide dans son esprit pour s'effacer, moi, je me contente de ne pas me montrer en public si la discrétion est de mise. Peu bavard et encore moins ouvert, je ne parle que très rarement de moi, de ce que je ressens et de ce que je vis, déjà parce que tout cela ne regarde que moi, et ensuite parce que prudence m'y oblige. Quand on essaie de me tirer les vers du nez je sais parfaitement mentir, et tends à user de cette faculté à mauvais escient. En effet, je mens quasi-automatiquement en parlant à un étranger et consciemment quand je parle à une connaissance, un trait de caractère qui me dérange mais dont je ne peux pas me défaire. Une déformation professionnelle irrémédiable, je lutte contre moi-même pour éviter de mentir quand ça n'est pas nécessaire et surtout aux rares personnes qui ont encore confiance en moi.

Ce que je déteste le plus au monde est sans aucun doute Kirigakure, le village caché de la Brume, pour des raisons évidentes. Ma haine pour ce village s'étend à ses habitants quels qu'ils soient et je n'aurais aucun scrupule à en éliminer. Même si la sagesse me rappelle que la vengeance ne mène qu'à plus de sang, je ne peux m'empêcher de les haïr du plus profond de mon être.



J'ai vécu...
« Une chienne de vie. » si l'on prend en compte les drames que j'aurais endurés. Mais, ma foi, j'estime que si le destin m'a imposé ces épreuves ça n'était qu'une vaine tentative pour me réveiller une bonne fois pour toute.. manqué ! Même si à l'heure où je parle, je suis loin du petit garçon duquel je vais parler. Nous avons le même nom, la même existence. Mais pas vraiment les mêmes expériences, pas les mêmes convictions.

C'est dans le grand village caché de la Feuille que tout commence, en 87. Là-bas, on vit dans un confort envié, avec tout le nécessaire pour pouvoir mener une vie sans trop se soucier si l'on ne s'engage pas sur la voie du shinobi. Mais, bien entendu, je descend d'une lignée de ninjas qui ne m'aura pas épargné. Shikaimasa Nara, qu'ils écrivent avec les kanjis pour "mort", "méthode" et "juste", est le prénom que mon père Shirao a décidé de me donner, avec l'espoir que je devienne comme lui un digne représentant du clan Nara. Ma mère était déjà bibliothécaire à l'époque, ayant raccroché sa carrière militaire depuis que mon père ait décidé de s'occuper d'elle. J'ai vécu les quatre premières années de ma vie sous une atmosphère d'amour paisible et qui m'était exclusif; jusqu'à ce qu'arrive Shikatani, mon jeune frère. Une paire de garçons était tout ce dont notre géniteur rêvait, selon lui, il ne saurait que faire d'une fille. C'est pourquoi j'ai rejoint l'Académie dès mes six ans, alors qu'il m'initiait déjà au ninjutsu en focalisant son enseignement sur le hijutsu dont nous avions le secret. J'arrivais alors parmi pleins d'autres aspirants avec la vive envie d'apprendre et de faire honneur au nom que je portais, à force de voir Papa y porter énormément d'intérêt. Dans ce sens, je me suis vite affiché négativement, tout en arrogance et imbu de ma personne, vantant mon désir de devenir le plus fort d'entre nous. Pourtant, mon attitude de crâneur devint l'essence de la compétitivité de la classe, poussant entre autre tout le monde à en faire des tonnes, autant que moi, pour me claquer le bec. C'était amusant, dans ce temps nous pensions qu'être ninja était.. un jeu. Un jeu dans lequel le meilleur est récompensé, nous ignorions encore pour la plupart que dans ce jeu, les perdants sont morts.
J'ai commencé à me poser les bonnes questions plus tôt que mes camarades. A huit ans, en 95, je voyais le Hokage sixième du nom, Naruto Uzumaki se quereller avec son légendaire rival, Sasuke Uchiha. Nous n'avons pas assisté vraiment à leur affrontement, mais les récits qui en parlent font assez bien ressentir la vivacité de leur échange.

« Tu es un shinobi toi aussi, pas vrai, Papa ? Pourquoi est-ce que les shinobis se battent ? je lui demandais ça avec toute l'innocence d'un enfant. Il m'a regardé en souriant avant de me répondre, en posant une main dans mes cheveux
- Tu sais, fils. A Konoha, nous avons la chance de naître avec la Volonté du Feu. Ce feu est plus ou moins bouillonnant selon l'individu, mais une chose est sûre pour tout le monde, sa lumière brillante implique une ombre noire, opaque tout autour d'elle et.. Bien que nous soyons ceux qui contrôlent cette ombre, elle ne pourra jamais éteindre le Feu. Il ravagera, tant que la flamme sera hors de contrôle. »

Bien sûr je n'avais presque rien compris à sa leçon de philosophie. Mon père était toujours là pour ça, philosopher. Il se plaisait à réfléchir, cogiter sur tout et n'importe quoi. Souvent, je me demandais s'il le faisait dans un but précis, ou si ça avait juste un rapport avec les bouteilles de saké vides que je retrouvais dans nos poubelles. Mais sa tirade était si poétique cette fois que je l'ai prise au sérieux, si bien que mon cerveau immature y pensait pendant longtemps. C'est grâce à ça que je me suis pris aux jeux d'esprit, Papa adorait me répondre en énigmes pour me faire réfléchir.

Quatre ans plus tard, je comprenais davantage la noirceur du monde ninja. Bien loin du jeu d'enfant que j'imaginais, l'attaque de Takabi sur le village me fit prendre conscience de l'horreur perpétuel vécu par des dizaines de nations, là dehors, derrière les remparts qui nous servent de cocon protecteur, et qui falsifie notre jugement sur le monde entier.

Dès lors que la première explosion retentit, les oreilles de Père et de nos oncles étaient dressées comme ceux des cerfs que nous avions l'habitude de cajoler. Rien ne laissait prédire que nos jeux allaient s'interrompre aussi brusquement. Mon frère et moi n'étions que des enfants de cinq et neuf ans, mais c'était tout juste assez pour que nos cervelles paniquent presque automatiquement. Je me suis redressé sur mes petites jambes en tenant la main de Shikatani, lançant un regard inquiet et inquisiteur à Papa. Il nous a aussitôt ordonné de courir en retrait, rejoindre l'abri avec les civils et autres non-combattants, tout en se préparant lui-même à aller combattre. J'ai eu le temps de faire... trois.. quatre.. cinq pas ! Sans jamais lâcher sa main.. Mais une autre détonation, celle-ci suffisamment proche pour exploser un mur de notre cour intérieure interrompit ma course, net. Ils étaient déjà arrivés. Les ravisseurs faisaient un carnage de notre beau village, verdoyant, une merveille d'architecture... Je regardais avec autant de chagrin que de haine les colonnes de fumées obscures s'élever, les gerbes de flammes dévorer les bâtiments et les arbbres, impuissant. Quand une poignée de mercenaires pénétrait notre mur ébréché, les hommes ont tous eu le même réflexe de joindre leurs mains en un signe du rat très reconnaissable, pour nous. Leurs ombres à tous filaient, plus sombres qu'à l'accoutumée, et d'un changement de signe synchronisé ils levaient une multitude de tentacules d'ombres qui partaient retenir l'ennemi.

« PARTEZ LES ENFANTS ! » nous criait Papa, pressant le pas.

Là, mon sentiment de faiblesse m'empêcha de faire le moindre mouvement, tétanisé par la peur et la vision d'horreur. Et Maman ? On devait aller la chercher ! Le déclic héroïque mais presque pitoyable du gamin que j'étais faisait peine à voir. Sans oublier de tirer mon jeune frère avec moi je courais, oui, mais pas en direction de la sortie comme il le voulait. Je partais dans la maison, chercher ma mère avant de mettre les voiles. Je ne pouvais pas la laisser là, toute seule, surtout que Papa était déjà occupé. Nous l'avons appelé à pleins poumons avant de la trouver à l'étage du dessus, appelant à l'aide. Nous nous sommes précipités, affolés, seulement pour la trouver au sol, tâtant le plancher à la recherche de sa paire de lunettes sans laquelle elle ne pouvait voir. Je les lui ai ramassées et rendues, constatant avec soulagement qu'elle était saine et sauve, et que l'étagère qui lui était tombée dessus ne lui avait pas cogné la tête. Ah, maman, avec ses rangées de bouquins partout... Tous les trois, nous avons rejoint la file de villageois apeurés, dirigés par des Chuunins et des Genins semblant savoir ce qu'ils faisaient. Mais la traversée ne fut pas sans tumultes. Arrivée à la moitié du chemin, nous nous sommes faits attaqués par un autre mercenaire solitaire, lui suffisamment bas pour s'en prendre aux sans-défenses. Alors qu'il avait assommé en traitre le ninja moyen qui nous gardait, il chargeait ensuite la file qui, non contente d'être une responsabilité pour les shinobis, se contenta de crier en paniquant. J'étais exaspéré par cette attitude, mais encore une fois révulsé par mon manque de force, et donc d'utilité. Les mots de Papa résonnaient dans mon crâne en tambour, mon ombre ne suffirait jamais à éteindre le Feu. *Mais notre ombre.. peut le garder sous contrôle....* Telle fut la révélation. C'était comme si tout prenait un sens, maintenant.
J'ai aussitôt compris ce pourquoi je devais me battre en regardant Shikatani trembler en me serrant. Imitant les adultes que je venais de voir en action, je faisais le mudra du Rat et me concentrais exactement comme à l'entraînement. Mon ombre n'a pas fait un grand chemin, elle s'est allongée juste devant moi, mais ça tombe bien, c'est sur nous qu'il arrivait, ce malotru. Il s'est immobilisé à peine une seconde. Mais c'était suffisant pour que maman arrête de rêvasser et me fasse comprendre pourquoi Papa ne m'avait pas précisé d'aller la chercher. Profitant de l'ouverture que je lui avais faite, elle truffait de shurikens le corps de notre opposant. Moi, à l'Académie pendant les sessions de shurikenjutsu, je peinais à mettre plus de deux au milieu, mais elle.. venait d'en ficher huit, simultanément, et en les alignant parfaitement !

« Wow, quoi ?! Maman... tu en es une... toi aussi ?! m'écriai-je en la regardant, ahuri. Elle ricanait doucement avant de me répondre
- Disons que.. bien avant de me reposer dans une bibliothèque, j'ai moi aussi fait mon petit parcours militaire... »

Et nous avons repris la marche de plus belle après nous être assuré que le shinobi se ferait secourir. Je lui ai posé une montagne de questions, et Shikatani en faisait de même, lui aussi émerveillé par la classe de ses parents. Je pouvais la sentir, finalement, cette volonté de Feu. Il ne me fallait que la petite étincelle qui ferait s'embraser la feuille tendre pour le réaliser.

Après l'attaque, et pendant que Hanako Hyûga se faisait remarquer pour avoir permis au village de s'en sortir, moi je reprenais l'entraînement avec Papa, après que je lui ai pressé de m'apprendre à manipuler des tentacules d'ombres comme lui. Notre complicité se renforçait, sous l'oeil admiratif du dernier de la famille, lui aussi destiné à subir le même apprentissage.

Mais les réjouissances furent de courte durée. La même année, Konoha se faisait encore attaqué. Faute de Hokage, ce fut encore cette femme du clan Hyûga qui nous sauvait, mais.. nous qui..? Pour ma famille, cette attaque était déjà celle de trop. Alors que j'étais déjà moins traumatisé par les violences que je pouvais y voir, l'Akatsuki me rappelait à quel point j'étais faible. Nous étions en centre-ville, cette fois. Batifolant au marché avec Maman, pour chercher de quoi refaire nos provisions affaiblies depuis l'attaque de Takabi, quand un immeuble s'est effondré sur la foule. Ne sortant jamais sans un parchemin de ses étagères, notre super-maman avait toujours quelque chose d'utile sous la main, elle faisait apparaître une protection métallique tout autour de Shikatani et moi... Mais il n'y avait pas de place pour une autre personne. Aussitôt que je l'ai remarqué, j'ai martelé des petits poings sur la paroi froide en entendant le bruit horrible de gros gravats s'écrasant à l'extérieur.
« Maman !! Maman !!! » Shikatani et moi étions en pleurs, horrifiés par ce qui venait tout juste d'arriver, alors que nous étions tout sourire, ne serait-ce que deux minutes auparavant. Nous sommes restés cloîtrés là pendant une bonne dizaine de minutes à sangloter et espérer que notre mère allait bien, avant qu'un homme du village ne vienne enfin nous sortir de sous les ruines. Dès qu'il nous a libéré, je me suis mis à la chercher des yeux, encore mouillés de larmes. Dans le nuage de poussière, je voyais tout un tas de corps gésir mais aucun d'eux n'était clair. Alors j'ai sauté parmi eux, continuant à appeler Maman désespérément. Une voix faible mais audible m'interpella, je m'en approchais, découvrant avec horreur et déception qu'elle était à moitié broyée sous un large fragment de mur, avec deux barres métalliques transperçant son dos.

« Shikai..masa... S'il te plaît... Garde un oeil.. sur ton frère... »

Elle s'éteignait progressivement, jusqu'à ce que ses yeux, semblant perdus sans leur verres ne reflètent plus aucune once de vie. Son dernier souffle était douloureux. Elle feignait un sourire vain, comme pour me rassurer. Pourquoi est-ce qu'à un moment comme celui-là, Papa n'était pas là... Pourquoi est-ce que c'était plus important d'aller protéger le village que de protéger sa famille..? Une déferlante de questions me subjuguait encore, accompagnées d'idées noires et d'un sentiment encore plus amer que la haine. J'allais avoir besoin de toute une vie pour comprendre enfin ce que je ressentais ce jour triste. Ce drame était le seul que j'avais à déplorer pendant cette attaque, puisqu'elle avait été vite maîtrisée par Dame Hyûga. Mais il était de taille, surtout pour moi gamin. Et Shikatani, je n'ose même pas me mettre à sa place, il devait être dévasté ... Mais son grand frère était là, à partir de ce jour plus que n'importe quand, pour le protéger avec la témérité d'un père. Sans lui, je n'aurais pas eu de but capable de me donner une voie à suivre.

Après la perte d'un être cher, nous avons tous opté pour un retrait stratégique, dans les forêts faisant partie du domaine Nara. Là-bas, Papa avait un petit cabanon dont il se servait pour rester quand des loups, ou des brigands étaient dans les parages. Ce n'était pas bien grand, mais mon petit frère et moi n'étions pas les plus encombrants, et encore moins les plus difficiles quand il s'agit de dormir. Sur le gazon, à la belle étoile, c'était mon lit et mon plafond favori pour m'endormir paisiblement. Surtout après de longues journées à s'entraîner. Quand Shikatani vivait sa sixième année, un an après notre exil, il s'est lui aussi mis à m'accompagner lors de nos exercices, heureux de faire comme ses deux idoles. Je n'avais jamais vu autant d'enthousiasme chez lui, depuis que Maman était... partie, il me paraissait moins renfermé... Je peinais à croire que ce n'était pas un automatisme, un moyen de se convaincre que tout va bien. Mais j'appréciais nos nouvelles interactions. Chaque soir, quand une étoile brillait plus fort que les autres, nous nous plaisions à dire que c'était notre mère, et qu'elle rayonnait à l'idée que ses deux petits devenaient bientôt de valeureux ninjas.

Le temps filait à une vitesse folle, loin de la vie en communauté, en harmonie avec la nature et nous-même. Même les cerfs du domaine ne nous faisaient plus peur. Shikatani avait, au fil du temps développé une certaine liaison avec eux, pendant que je me concentrais sur nos techniques traditionnelles. En 103, je m'en souviens, j'ai hérité d'un beau présent de la part de Maman. Pendant que je lisais avec passion ses livres et parchemins, je suis tombé sur un petit trésor. A priori, elle avait mené des recherches sur les applications de l'ombre de Papa presque à terme. Elle y décrivait une théorie selon laquelle il serait possible de rendre l'usage primaire de nos techniques, à savoir l'immobilisation, encore plus efficace en l'associant à quelques formules de sceaux. J'ai eu le loisir de joindre mes récentes prouesses mentales à l'intelligence mature de Papa pour compléter tout ça, et parvenir à créer ma toute première technique quasi-unique à seize ans. Quasi, parce que pendant qu'il m'aidait Papa en a profité pour se l'approprier, ce vieux renard !
A chaque fois que je revenais de l'entraînement le corps entièrement engourdi, endolori, transpirant et avec à peine assez de forces restantes pour m'effondrer sur le vieux matelas sur lequel je bavais depuis maintenant sept ans, je songeais à la fierté que ce serait de montrer à Maman comment j'ai grandi. Comment je me suis amélioré. Et comment je n'étais plus impuissant. Même Shikatani s'y était mis, et faisait preuve de belles performances quand il acceptait de ne plus lambiner.

Notre séjour touchait à sa fin, mais avant il me restait encore une chose à apprendre, selon Papa, m'accueillant de retour de chasse avec un énorme rouleau fermé par un ruban violet, signe distinctif des affaires personnelles de Maman. Encore ? Il me l'a présenté en caressant sa surface poussiéreuse comme étant le pacte des Souris, rien que ça. Ca ne m'étonnait presque pas, notre mère était un vrai rat de bibliothèque, elle !

« Elle voulait aborder le sujet avec toi elle-même. Mais il me semble que tu as suffisamment mûri pour aborder le sujet par toi même. »


C'était peu après mes vingt-trois ans. J'avais passé l'âge adulte et fait mes preuves depuis quelques petites années maintenant, et de jour en jour j'éprouvais cette soif d'apprendre caractéristique des bons lecteurs. Je manquais un peu de physique pour le coup, mais je compensais par une impressionnante spiritualité. C'était cette sagesse qui faisait penser à Papa que j'étais prêt à comprendre les mécanismes de ce tout nouvel art.
Le lendemain, je me suis réveillé aux aurores pour avoir le plaisir de consacrer ma journée à ce que je pensais être une nouvelle lecture. Le rouleau encore bien fermé était si imposant que j'imaginais déjà les lignes et les lignes de théorie qu'il devait y avoir à l'intérieur. Mais la surprise se lisait sur mon visage lorsque je l'ai enfin ouvert, uniquement pour découvrir plusieurs colonnes dont trois étaient remplies. Des noms. J'ai pu le déduire parce que celui de Maman y figurait en dernier. Ca n'était donc pas une autre de ses rédactions ? L'apprentissage semblait s'annoncer plus difficile que prévu. Les lettres rouges sang qui marquaient le parchemin m'interpellaient. Peut-être que si je faisais la même chose.... J'avais déjà vu un ou deux individus appeler leur animal de prédilection au combat, et tous s'étaient mordus le pouce jusqu'à saigner pour le faire. Imitant leur geste, je croquais dans mon doigt pour avoir de quoi écrire et de mon encre écarlate, j'inscrivais chaque kanji formant mon prénom en remarquant par la même occasion que le premier symbole, Shi, voulait aussi dire "Mort". La classe. J'ai complété l'imitation en apposant les empreintes de mes cinq doigts avec le même sang, regardant ma main droite par la suite en espérant que tout ce gâchis d'hémoglobine porterait ses fruits. Je suis resté une bonne poignée de secondes à regarder le rouleau maintenant marqué de mon nom, sans rien ressentir de différent ou de particulier. Il était encore tôt pour obtenir une quelconque aide de Papa, puisque monsieur ne se réveillait pas plus tôt que midi depuis que nous vivions à l'écart. Shikatani, lui, s'est réveillé dans la matinée, et a réussi à m'apporter le coup de pouce qu'il me fallait.

« Oy. T'étais tellement crevé hier soir que t'as pas laissé Papa terminer son speech. T'aurais dû le voir, il était là à blablater dans le vide, trop tordant ! Mais il m'a dit de te donner ça. »

Il me tendait un morceau de papier sur lequel était griffonné une série de mots. Des noms d'animaux, mais pas n'importe lesquels, un shinobi digne de ce nom saurait reconnaître ceux-là parmi toute une ménagerie. "Cochon, Chien, Coq, Singe, Bélier", ces cinq animaux étaient des mudras. A cet instant précis, tout devenait clair. *Tu penses toujours à tout, Papa..* Je pensais à lui en souriant, parce que je suis le fils d'un homme étonnamment futé. Il n'a jamais voulu nous ralentir avec ses grasses matinées, ni avec ses élans de flemmardise dont nous étions tous sujets. C'est comme s'il luttait contre sa propre nature pour permettre à ses enfants d'avancer efficacement, ça c'est du paternel.

J'ai vite mémorisé la série de sceaux et me suis précipité dehors, profitant que les animaux de la forêt étaient encore ensommeillés mis à part les oiseaux déjà en train d'entamer leurs chants matinaux. Une bise fraîche, des rayons de Soleil faibles mais réconfortants, voilà les conditions idéales pour un peu de pratique. Pour continuer mon entraînement, je malaxais du chakra tout en formant la même série de signes que je venais d'apprendre, et frappait le sol de la main, en ayant totalement oublié de la saigner. *Débile ! * Je m'exaspérais de mon étourderie et recommençais.

Encore, encore et encore. A chaque fois je me rapprochais d'un résultat encourageant. Mais au fur et à mesure des tentatives, je sentais mes réserves d'énergie vaciller étrangement. Jusqu'à ce que le Soleil soit bien haut dans le ciel, j'ai réussi à produire l'effet escompté. Un sceau noir se dessinait sous la paume posée au sol et un nuage de fumée ridicule me laissait voir un souriceau minuscule agiter son museau et ses moustaches en scrutant les environs de ses petits yeux encore fermés. Je tombais sur les fesses, épuisé et déçu de ce maigre accomplissement, quand je pus entendre retentir des applaudissements lents, sarcastiques s'approcher derrière moi. Je me suis affalé sur l'herbe en voulant regarder qui c'était, et c'est en haletant bruyamment que je reconnaissais l'homme qui m'élevait sortir du cabanon. Les cheveux ébouriffés et le visage à moitié éteint il sortait à peine de sa nuit qu'il venait déjà s'enquérir de mes progrès.

« Un souriceau ? Du grand art ! Il s'est avancé jusqu'à être à mes côtés avant de reprendre. Mais à part faire craquer les minettes, il ne va te servir à rien. T'as l'air épuisé, moins que hier soir au moins. Viens, on va discuter un peu, profites-en pour reprendre ton souffle. Je l'ai suivi à l'intérieur où il avait déjà fait chauffer une dose de thé, le remède parfait pour les corps sans forces.
- Comment est-ce qu'une souris devrait m'être utile, de toute façon ? Demandai-je en prenant une première gorgée
- Une souris, je sais pas... Mais ta mère commandait avec brio tout un escadron de rongeurs pour des tâches variées. Leur principal fonction, c'est leur nombre, alors une seule souris risque de ne pas être efficace.
- Un.. escadron ?
- Oui. Tu sais, ces souris sont des animaux grégaires. C'est-à-dire qu'ils vivent en grands groupes, un peu comme les fourmis vivent en colonies. La technique d'invocation nécessite une quantité de chakra maîtrisée pour permettre aux animaux de passer instantanément de leur habitat naturel au champ de bataille. Le souriceau que tu as réussi à ramener prouve que tu as insufflé une proportion de chakra mal équilibrée, tout juste assez pour que ce soit lui qui vienne.. sûrement contre son gré, en plus. il portait à nouveau son verre à ses lèvres
- Mais une souris c'est minuscule ! Ca ne doit pas demander de grands efforts, pas vrai ? Alors pourquoi est-ce que je suis déjà fatigué ? questionnai-je
- Le mauvais ratio, il te draine de ton énergie plus facilement, parce que tout le chakra superflu que tu as utilisé, tu ne le regagnes pas. Grosso modo, tu as gaspillé pas mal de forces ce matin.
- Bordel... je me lamentai sur mon incompétence avant d'être rassuré
- Tu n'aurais pas pu capter tout ça en une matinée, ne t'en fais pas mon fils. C'est même déjà un exploit d'avoir pu invoquer quoi que ce soit en quelques heures d'entraînement. Ca te prendrait approximativement trois mois rien que pour saisir le principe. Les souris sont une espèce particulière à invoquer parce que, comme tu l'as fait remarqué, elles sont minuscules mais doivent venir en grand nombre pour être efficaces. Alors à chaque fois que tu voudras les ramener, tu devras dépenser autant d'énergie que pour.. disons maintenir ton Kagemane pendant plus de cinq minutes.
- Quoi ?! Autant d'énergie pour des rongeurs ?!
- Oui. Mais détrompe-toi Shikaimasa, les souris obéiront au moindre de tes ordres une fois que tu auras appris à les contrôler. Elles sont très pratiques notamment pour ne jamais perdre la trace d'un ennemi, ou repérer les spécificités d'un endroit. Les souris sont un peu les yeux et les oreilles du monde miniature. Elles feront de toi un parfait shinobi, tant elles sont discrètes et agiles.
- Je .. je comprends. Alors, elles n'ont rien à voir avec les créatures géniales que j'ai vu être invoquées pendant la dernière attaque ? Elles ne m'aideront pas à combattre ?
- Je ne vais pas te gâcher tout le plaisir, tu devras  découvrir par toi même l'étendue de leur.. utilité. Et termine moi ça, ça va refroidir. concluait-il en terminant son verre en jetant un regard vers le mien, tout en s'étirant.

J'ai médité un long moment devant cette tasse de thé, me répétant sans cesse les mots de mon père pour en isoler les mots-clés et constituer une espèce de schéma dont moi seul a le secret. C'est comme ça que je l'aime ma pensée, organisée. Après que j'eus enfin l'audace de penser avoir saisi l'essentiel du truc, j'ai englouti la gorgée restante et me suis remis au boulot, dehors. Cette fois, je savais ce qu'il fallait, et ne fallait pas faire. Je devrais déjà m'auto-flageller pour avoir suivi la méthode de l'imitation, alors que la technique d'invocation semble varier sensiblement selon l'animal concerné ! Les souris ... elles me demandaient un effort sur le contrôle du chakra. Un équilibre précis pour une quantité suffisante.

L'air de ce début d'après-midi était tendre, merci à l'intimité de notre forêt, je le respirais à pleine bouffée avant de commencer à malaxer mon chakra. La dose que j'y avais mise était, apparemment, incorrecte. De trop.. ou de moins..? J'ai tout de suite pensé au vermisseau que j'avais sorti plus tôt, j'avais certainement insufflé une proportion trop importante de Yang pour téléporter un être vivant, mais pas assez de Yin pour que ça suffise à plus gros que ça. J'ai écouté mon coeur, en pensant à Maman notamment puisque j'héritais encore une fois de ses capacités, même si mon art de prédilection reste celui de Papa, j'étais tellement fier qu'elle m'ait préparé tous ces cadeaux que j'en étais désolé pour Shikatani, ne l'ayant rien vu recevoir. Peut-être voulait-elle vraiment que je le protège..?

Appuyé par le souvenir de ma mère, je sortais de mon immobilité, mordais à nouveau mon pouce encore blessé et frappait le sol après avoir effectué la série de sceaux. Une formule noire de taille moyenne se dessinait en dessous, et dans un nuage de fumée plus important retentissait le couinement presque agaçant de six souris. Elles me regardaient moi, et les alentours, se tenant là sans vadrouiller comme l'auraient fait de simples rongeurs. Une immense joie s'emparait de mon coeur, mon corps lui-même était emporté dans un élan si puissant que je n'ai pu le contenir et j'éclatais en brandissant le poing :

« YAA_HAA !! SIX SOURIS !! Lesdites souris sursautaient tant c'était soudain. Bon ! Maintenant, comment est-ce que je leur demande de faire ce que je veux... ? réfléchissais-je à haute voix en me grattant le menton, qui prenait du poil en plus. Papa m'a dit qu'elles sont supposées obéir.. Alors.. GRIMPEZ SUR CETTE ARBRE ! m'écriai-je en pointant du doigt un chêne voisin.

Pas une seule des six petites pestes n'a fait le moindre pas. Je me sentais tellement embarrassé, stupide... Que j'ai soupiré le dernier espoir que j'avais. Je fixais dans les yeux les petites bestioles en m'asseyant juste en face. Je leur exprimais mon mécontentement par des sourcils froncés et des grimaces idiotes, désespéré par mon nouveau soucis. Après une vingtaines de minutes à essayer de leur dire de faire ci ou ça en vain, elles ont fini par s'en aller dans le même nuage de fumée qui les avait vu apparaître. Je me suis encore une fois étalé comme un chiffon dans l'herbe qui devenait rose, bleutée sous le ciel assombri.

Je m'étais endormi là, me réveillant quand Shikatani, revenant de ses jeux avec les cerfs, envoyait l'un d'eux me lécher le visage. Même si l'envie ne manquait pas de lui coller mon talon dans les gencives avant même que sa bête n'ait le temps de dresser les oreilles, le voir se tordre de rire me faisait assez plaisir pour que je ris avec lui. Nous sommes rentrés pour dîner, et je n'ai même pas songé à tenter une dernière fois avant de me coucher, préférant passer ma soirée à jouer au Go avec Papa, comme d'habitude vers neuf heures, et ça pouvait durer longtemps. Nous nous sommes dits bonne nuit peu après vingt-trois heure trente, et je suis parti dire bonjour à Morphée.

Les jours ont passé et, soucieux de ne pas laisser mes autres compétences rouiller au profit de l'apprentissage d'une nouvelle, je me suis longuement affiné autant sur les techniques du clan que sur mes applications du Fuinjutsu. Cette histoire de Kuchiyose m'avait quelque peu refroidi depuis mon blocage, je me faisais une raison, je n'en avais pas tant besoin que ça après tout.

Quand une phrase d'un des bouquins de Maman m'a interpellé, tout m'a paru beaucoup moins compliqué. Assez anodine, elle me parlait pourtant beaucoup. "Quand le chat n'est pas là, les souris dansent." Pour qu'elles se mettent enfin à bouger, il faut peut-être que le chat ne soit pas là pour les regarder.. et qui d'autre que moi était présent ? Mon cerveau entrait en ébullition, déduisant au moins vingt théories toutes plus ou moins potables sur ma découverte décisive. *Merci Maman.*

Rebelote. Si mon pouce était doté d'une conscience, il se plaindrait de mauvais traitement ! Quand les six souris que je me tenais à invoquer se retrouvèrent avec le même air ahuri que la fois précédente devant moi, j'ai adopté une position que j'utilise fréquemment pour réfléchir dans laquelle je m'accroupis, ferme les yeux et bascule la tête en arrière comme poussée par ma main droite qui recouvre mes yeux. Là, le chat n'était plus là. Sans même parler, dans le noir de mon esprit, je murmurais aux rongeurs de bien vouloir grimper à cet arbre. Je ne voyais pas le résultat, mais je pouvais entendre leurs couinements s'éloigner de moi rapidement jusqu'à arriver en hauteur. Anticipant ce que j'allais voir un large sourire embellissait mon visage jusqu'à présent abattu, je me suis confirmé l'exploit en rouvrant les yeux et en apercevant les six souris posées sur une branche du chêne, prêtes à exécuter d'autres commandements.

Papa croyait hallucinait quand je lui ai rapporté mon progrès, et m'a promis de me donner un coup de main pour perfectionner mon nouveau talent quand il se sera assuré que Shikatani se débrouille seul avec son ombre dans la forêt, puisqu'il aime jouer avec les bêtes.

Pendant un an, jusqu'en 111, j'ai passé mes derniers instants loin de tout à développer l'art de l'invocation, c'était comme l'accomplissement qu'il me fallait pour réellement faire mon deuil. Avec les souris à mes côtés, je me sentais plus fort, mais également rassuré. Elles sont comme une partie de ma mère, puisque selon Papa, c'est grâce à ce pacte qu'elle était l'une des Jônin les plus souvent sollicités pendant son temps en service. Maman devait être géniale étant kunoichi, elle était déjà super en tant que mère.

Nous sommes rentrés à Konoha après avoir dit au revoir à la tranquillité, remettant les pieds dans le boucan de la populace, mais en ayant vraiment espéré revoir un jour les rues et les immeubles que nous avons toujours connus. Malheureusement je n'ai pas pu suivre la tradition qui était de grandir aux côtés d'un Akimichi et d'un Yamanaka, alors je me sentais différent, solitaire. J'avais d'ores et déjà les compétences d'un Chuunin et de toute façon, j'étais persuadé qu'une équipe ne ferait que m'encombrer. Mais je devais m'y faire, les missions étaient souvent confiées à des escouades de quatre, et j'ai pu constater que vivre en exil n'était pas que bénéfique. Je manquais cruellement de coopération et de coordination, et finissais parfois moi-même par gêner. J'ai vite su remonter la pente, en ayant pensé longtemps la question. Quand le travail sur ma faiblesse portait ses fruits, je faisais des miracles qui me réconcilièrent avec tout le monde. Je faisais tout ça si bien que ça en devenait naturel, mais je ne perdais pas de vue que l'objectif de cette carrière était certes de me permettre d'avoir la force de protéger la famille qui me reste, mais aussi d'obtenir les fonds pour continuer à le faire. J'étais, comme qui dirait, alléché par le goût du travail bien fait. Qui aurait cru qu'un bosseur pouvait se cacher sous mon éternelle flemmardise ?

C'est pour ça que je demandais parfois à être envoyé seul. En sachant que mes manières de faire visaient à me faciliter moi plus que les autres, je finissais par les laisser derrière moi quand ils n'arrivaient pas à me suivre. L'année qui suit, lors de l'attaque d'une espèce d'arbre monstrueux sur le village, qui nous a aussitôt fait regretté avoir quitté notre havre de paix, j'ai été témoin d'un des plus beaux tableaux que j'ai pu voir jusque là. Papa, Shikatani et moi, tous debout ensemble pour défendre notre lopin de terre. Quand je pense que même Maman aurait pu rejoindre la bataille... Nos efforts à tous avaient été remarqués, je recevais même une promotion pour avoir défendu ma famille mais aussi le reste du clan et les quartiers alentours.

J'ai pu évoluer dans un tout nouveau monde depuis que j'étais un Jonin de vingt-cinq ans avec encore beaucoup à apprendre mais déjà beaucoup assimilé. Les missions qu'on me confiait étaient plus difficiles et m'empêchaient de passer autant de temps qu'avant avec mon frère et mon père, mais le dernier pouvait comprendre tandis que le premier s'en révoltait. A chaque fois que je rentrais, il essayait une nouvelle fois de m'attaquer par surprise, je n'ai jamais bien compris pourquoi. Soit pour jouer, soit pour me faire comprendre que je rentrais tard.

Pendant au moins cinq bonnes années le village encore régi par des fantômes se stabilisait dans un calme inquiétant. Rien de bon ne pouvait venir d'un silence de mort.
Aux portes de Konoha, la Brume s'entassait pour nous prendre tout ce que nous avions. C'est certainement l'événement qui me fera détester à tout jamais le village de Kiri, ses habitants, et la fatalité du shinobi. Profitant du coma du Hokage, le Mizukage menait ses troupes dans son ambition d'envahir la Feuille. Ce qu'il fit avec succès, malheureusement. Dans cette bataille, je sais pertinemment que ce qui nous aura fait défaut à nous autres du clan Nara, c'est le nombre trop important de psychopathes dont la Brume enfantait. Il en pullulait de partout, et ils faisaient un massacre partout où ils pouvaient. Ce salaud d'Aizen aura commandité la mort d'un maître d'exception, d'un shinobi irréprochable.. d'un père aimant... C'est comme si on m'avait déchiré le coeur quand j'ai vu en face de moi les trois ou quatre sabres qui empalaient son corps, cerné par autant d'épéistes. Moi-même aux prises avec trois hommes, je me voyais dans l'impossibilité de faire quoi que ce soit pour lui venir en aide. A quoi bon m'être entraîné aussi dur pendant tout ce temps si c'était pour sentir à nouveau l'impuissance que je voulais fuir ? Dans un excès de rage violente, j'ai réussi un exploit. J'ai réussi à ne plus penser. Ne plus réfléchir. Comme si mes yeux devenaient blancs et que mon corps s'animait par autre chose que ma conscience. J'utilisais les techniques d'ombre sans me soucier de la fatigue qu'elles entraînaient. Je me rappelle avoir fait tomber une dizaine de corps avant de tomber à mon tour, sur un tapis de cadavres que j'avais moi-même posé.

Dieu soit loué, pendant tout ce temps Shikatani, ignorant tout de l'horreur qui avait pris son village pour théâtre, était en mission avec son équipe à l'étranger, et ne revint que quelques jours après que nous nous soyons fait rétamer. Il a eu du mal à accepter la mort de Papa, et pas moins à accepter l'ascension d'un nouvel Hokage qu'il disait douteux. Quoiqu'il en soit, nous étions à présent seuls. Souvent absents, la maison devenait fantôme. Mais je ne perdais pas de vue mes objectifs et continuais à veiller sur lui sans qu'il ne s'en rende compte, profitant de mes capacités parfaites pour faire profil bas.


• Âge : 19
• Localisation : Reunion Island
• Prénom : Leego
• Nindo : Champions make their own luck ~
• Passions : Mangas, musique
• Personnage du manga préféré : Kiba Inuzuka
• Comment avez vous découvert le forum ? : Naruto vs Sasuke top 100
• Comment trouvez vous le forum ? : Je ne comprends pas pourquoi ne pas m'être inscrit plus tôt '-'
• Que faudrait il changer ? : -
• Autre chose ? : 6 ans de RP, amour de ce manga et son univers, et plein de cookies
• Avez vous lu le règlement ?* : Aussi sûr que Yumi est une diva





Dernière édition par Shikaimasa Nara le Mar 18 Juil - 8:35, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saisei Ao
Rang S
Rang S
avatar
Messages : 60

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 30 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Lun 10 Juil - 10:58

Bienvenu parmi nous Aizawa ! Red
J'espère que tu te plairas ici, bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6593-bingo-book-de-saisei-ao http://sns-rp.forumgratuit.org/f467-dossier-saisei-ao http://sns-rp.forumgratuit.org/t6592-presentation-de-saisei-ao
Messages : 553

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 1 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 215 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Lun 10 Juil - 11:05

Bienvenue sur SNS et bon courage pour le restant de ta présentation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7896-annales-de-shinsei-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/t5865-bingo-book-de-shinsei-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/f475-dossier-shinsei-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/t5866-shinsei-uchiha
Yumi Esuki
Rang SS
Rang SS
avatar
Messages : 4311

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 280 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Lun 10 Juil - 12:39

Bienvenue, et bon courage pour terminer ta fiche. N'hésite pas à nous poser des questions si tu en as besoin. Par ailleurs, n'oublie pas de lire attentivement le contexte et le règlement.

A très vite !

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 http://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Messages : 544

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 325 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Lun 10 Juil - 13:53

Bienvenue a toi, j'espère que ton sejour ici te plaira !

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7059-annale-de-shiho-mizuhaji#53651 http://sns-rp.forumgratuit.org/t7006-bingo-book-de-shiho-mizuhaji http://sns-rp.forumgratuit.org/f502-dossier-shiho-mizuhaji http://sns-rp.forumgratuit.org/t7005-presentation-de-shiho-mizuhaji
Messages : 189

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Lun 10 Juil - 16:04

Bienvenue à toi, jeune Nara. J'espère que ton aventure SNS sera plaisant ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7459-bingo-book-d-eidan-kinbara#56258 http://sns-rp.forumgratuit.org/f516-dossier-eidan-kinbara http://sns-rp.forumgratuit.org/t7435-eidan-l-astre-solaire
Messages : 205

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 1 A - 1 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 55 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Mar 11 Juil - 2:31

Bienvenue à toi futur Konoha-jin ^^ Si tu as besoin d'un coup de main n'hésite pas Wink

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6516-le-phenix-suzaku-tomasaburo http://sns-rp.forumgratuit.org/f461-dossier-tamasaburo-suzaku http://sns-rp.forumgratuit.org/t6505-tamasaburo-suzaku
Messages : 494

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 65 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Jeu 13 Juil - 1:41

Ooooooooooooooooooooooi. D'habitude j'le fait pas, m'enfin bon.

Bienvenue :3

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4548-sora-uchiha-bingo-book http://sns-rp.forumgratuit.org/f333-dossier-sora-okinawa-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/t4545-sora-okinawa-uchiha-survivant-uchiha
Messages : 132

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 95 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Jeu 13 Juil - 18:04

Bienvenue futur camarade Cool

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8054-annales-de-yura-hayashi http://sns-rp.forumgratuit.org/t7363-bingo-book-yura-hayashi-en-cours#55577 http://sns-rp.forumgratuit.org/f519-dossier-yura-hayashi http://sns-rp.forumgratuit.org/t7269-yura-hayashi-en-cours
Messages : 11

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Jeu 13 Juil - 22:54

• Merci à tous pour votre accueil ! J'espère pouvoir RP avec vous tous <3

Je suis désolé ça prends un peu de temps, mais j'y travaille encore Smile


EDIT : Je pense avoir terminé Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 297

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Sam 15 Juil - 12:32

Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4509-sayoko-hyuga-juunin-special http://sns-rp.forumgratuit.org/t2115-sayoko-hyuga
Messages : 11

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Sam 15 Juil - 21:58

• Merci beaucoup Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 417

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées:
Monnaie: 70 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Lun 17 Juil - 23:30

Bienvenue dans le monde de SNS, shinobi portant le nom de Shikaimasa Nara.

Une très belle présentation réussie qui prend en compte le contexte propre au forum.

Je suis favorable au grade Jônin de rang A souhaité.

Petite erreur dans ta présentation, mais tu n'es pas fautif. En effet, nous sommes actuellement en l'an 120, mais le contexte n'a pas été actualisé. Voici un bref résumé :
"Durant la fin de l'examen au pays de la foudre - qui révélera également l’existence du Culte - le Hokage Atsui Shisei se fait tuer par Tsuka Hakka. Murasaki Namikaze devient Hokage par la suite."

Navré, mais du coup il y a un certain décalage temporel, je vais donc te demander d'éditer ton âge et les moments ou tu le mentionnes.
Dans ta présentation tu peux néanmoins t'arrêter avant. C'est déjà très bien qu'il figure l'attaque de Kiri sur Konoha, preuve que tu as vraiment voulu prendre connaissance d'un maximum d'informations. Si tu le souhaites, tu peux t'arrêter à ce moment de l'histoire, les informations pouvant être difficile à récolter. Je n'avais pas connaissance de ce problème, nous allons le régler.

Un admin viendra donner un second et ultime avis sur ta présentation, bon RP.

_ _ ___________________________________________ _ _

Administrateur, Modérateur RP & Bingobook
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4451-uzumi-hibiki http://sns-rp.forumgratuit.org/f359-dossier-uzumi-hibiki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4798-uzumi-hibiki
Messages : 110

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 90 両

MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   Lun 17 Juil - 23:44

Bonsoir !!

Me concernant je dirais Genin de rang D.... *meurt*

Non plus sérieusement, belle présentation, la qualité y est, on sent que t'a fouiller un maximum le contexte, du coup...

Je valide Junin de rang A !! Bienvenu a Konoha mon ami !

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.   

Revenir en haut Aller en bas
 
♣ Comme une Ombre sur le tableau .. | finished.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sur cette terre, comme l'ombre nous passons. Sortis de la poussière, nous y retournerons. PV Louvly
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]
» Comme une ombre
» Quelque chose comme une ombre [Libre]
» Khyla, le serpent de l'ombre {by Albar}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Administration :: Présentations :: Validées :: Konoha-
Sauter vers: