Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 La lionne, la tortue et le renard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 521

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 160 両

MessageSujet: La lionne, la tortue et le renard   Lun 4 Sep - 14:21


La lionne, la tortue et le renard

Le doute accentuait le fantasme que représentaient les deux options. Une dague ensanglantée m'était tendue et je l'avais reconnu. Cette arme fut celle utilisé par le prétendu divin afin de nous montrer l'étendu de son pouvoir et ainsi nous entraîner à ses côtés. La lionne et moi détenions cet objet représentant la fierté d'un être mais aussi son impuissance. Peu importe les différents récits concernant les touts puissants ces derniers ne possédaient aucun défaut. Ici se trouvait sûrement la preuve que les pouvoirs de Kami comportaient des limites. Néanmoins j'avais refusé l'offre de ma partenaire puisqu'elle m'avait proposé de rejoindre aussitôt la femme qui hantait mes songes. Bien avant ces événements mon choix aurait été de délivrer immédiatement ce fameux remède à celle que j'aimais aveuglement mais dorénavant je le faisais surtout pour me soigner moi. Cela ne voulait pas dire que cette personne qui avait énormément compté pour moi n'avait plus de valeur mais tout simplement qu'une interrogation pesait sur ce lien.

Me détourner du village fut douloureux : nous étions présent pour enquêter sur cette tanière à monstres et j'avais promis à mon passager intérieur de lui ramener son semblable. C'est en étant si près de ces deux objectifs que la beauté du sable et moi avions choisi de nous en aller vers l'île tortue. Tout être en cours de mission ne pouvait pas être indifférent à l'appel de son prochain et cela faisait resurgir l'affection qu'il me restait envers cette personne. Il était impossible pour moi de nier cette attraction et cette force se trouvait être la cause d'un mal être intérieur. Plus je m'éloignais du repaire ennemi, plus un mal développait la lourdeur de mon corps. Cette nouvelle souffrance n'était en aucun cas à la constante épreuve qu'était la maladie mais plutôt à la colère de mon protégé qui me reprochait mon choix. Ma promesse envers lui tenait toujours mais me détourner de son frère pour rejoindre celle qu'il méprisait mettait notre relation en péril. Le silence imposé par Isobu me poussait à me projeter dans le futur. Oubliant de temps à autre que la beauté sauvage marchait à mes côtés, je me laissais emporter dans mes pensées et me demandait à quoi ressemblerait ma rencontre avec elle.

Les régions traversées m'étaient familières et ceci nous avait permit d'avancer à vive allure. Arrivé vers la côte tout n'était plus qu'étendu de neige et de glace. Une vaste banquise, sans aucun point de repère, qui sous chacun de nos pas pouvait craqueler à tout moment. L'unique outil qui me permettait d'avancer de façon sûre était mon instinct. En suivant cette impulsion nous étions arrivé jusqu'aux extrémités du pays. L'épaisse couche de glace qui se situait sous nos pieds s'arrêtait devant nous, laissant une mer tourmentée s'exprimer. A partir de ce point de rupture je nécessitais de continuer en m'immergeant dans ces eaux. Ne pouvant faire autrement j'avais indiqué à la lionne bleue que je comptais prendre de l'avance grâce à mes queues et je lui tendis mes vêtements afin de ne pas les tremper.

~~

Dénudé et entièrement dans l'eau je tentais de rester à la surface sans nager de façon habituelle. Cela devait faire un bon moment que je répétais les différentes étapes que j'avais en tête mais le résultat n'était jamais satisfaisant. La personne présente qui veillait sur moi se retenait de rire. Il fallait l'avouer qu'à cet instant voir un homme ayant grandit au pays de l'eau couler devait être un sacré tableau. Ne parvenant pas à maîtriser mes capacités comme je le souhaitais je m'étais rendu sur le rocher le plus proche. Ma relation avec Isobu établissait un partage qui me donnait accès à ses attributs physiques et pour l'instant je maîtrisais uniquement ses queues ou plutôt je pensais les maîtriser. Une fois dans l'eau tout devenait compliqué et mes trois nouveaux membres n'étaient plus qu'un poids lourd qui  m'empêchait d'avancer.

"Il ne s'agit pas de simplement les remuer, il faut que tu les contrôle chacune séparément pour pouvoir mieux les diriger."

La bête venait d'émerger sans prévenir pour m'aiguiller. Une petite remarque que j'avais prise en compte. Tenter de gagner de la vitesse avec mes queues en étant dans l'étang n'était pas une bonne idée puisqu'il me manquait une certaine coordination. Pour cela j'avais passé les heures suivantes à mouvoir les trois poids en faisant en sorte de ne pas les heurter. Mon compagnon intérieur me jugea prêt pour une un nouvelle tentative et il avait eu raison. De nouveau dans l'eau j'agitais cette fois-ci les trois queues qui tournaient autour de moi de façon à former une cage qui me permettait de gagner en vitesse. Les premiers essaient furent instable et me menaient souvent dans des directions irrégulières mais le temps et la pratique arrangèrent ce problème.

" Ce n'était pas si difficile que ça."

"La différence entre toi et moi c'est que je n'étais pas doté de queues à ma naissance."

~~

Le lieu de rendez-vous occupait l'ensemble de mon champ de vision : une grande île recouverte d'une énorme forêt qui par sa taille indiquait clairement que cet espace n'était pas anodin. La verdure qui jadis se limitait à la carapace de cette immense créature semblait avoir pris ses droits et s'étendait désormais jusqu'à l'eau. Personne ne connaissait la position de cette île mis à part ma famille mais cette végétation débordante me laissait penser qu'aucun d'entre nous n'y avait posé pied depuis un certain temps. Cette pensée provoqua en moi un mélange d'excitation et d'appréhension que je tentais d'apaiser en tentant de reprendre contact avec mon passager.

- Tu m'as appris bien des choses et notre survie repose sur l'un et l'autre. Il est clair qu'en venant ici je fais passer un de mes désirs avant l'un des tiens mais il est aussi nécessaire qu'on se rende là pour qu'une fois délivrée elle puisse nous concocter un remède. Elle en a besoin et moi aussi.

Le démon ne m'avait pas répondu et pendant que j'éprouvais ce silence ma partenaire montait à son tour sur l'île mouvante. A quelques mètres de nous se dressaient les immenses arbres et pics qui recouvraient le dos de cette créature sur laquelle on marchait. Marcher directement en direction des lieux essentiels de  l'île pouvait paraître comme le choix le plus évident mais nous devions faire attention. Le message qui m'était destiné mentionnait un geôlier alors nous devions être prudent. En faisant quelques pas pour trouver mes repères je fis une découverte qui avait retenu mon attention : une couche de neige obscure couvrait la flore des environs.



_ _ ___________________________________________ _ _



Dernière édition par Naeko Esuki le Mer 13 Sep - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t653-annales-de-naeko-esuki#4239 http://sns-rp.forumgratuit.org/t630-bingo-book-naeko-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4510-en-cours-naeko-esuki-lexile
Messages : 332

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 145 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Jeu 7 Sep - 21:32

Arrivée sur l'Île Tortue
Avec Yumi et Naeko Esuki
Le changement de cap avait été plutôt brutal, puisque le duo de Sunajins avait quitté Kumo alors qu’ils étaient presque aux portes du villages désormais contrôlé par le culte de la vie. Cela ne plaisait apparemment pas à l’invité présent à l’intérieur de Naeko, même si Yagami n’en avait évidemment aucune idée. Seul l’ancien kumojin savait et comprenait son compagnon de toujours, et c’était peut-être mieux ainsi. Si on proposait un jour à Yagami de devenir un jinchuriki, la jeune femme ne savait pas si elle accepterait. Arriverait-elle à contrôler la bête ? A ne pas se laisser dévorer de l’intérieur ? Elle n’en savait rien. Et elle ne savait pas non plus si elle en aurait l’utilité.

Le duo continuait de marcher à travers les landes neigeuses. La côte était-elle si loin ? Yagami n’en savait rien. Elle suivait Naeko machinalement, observant le paysage sans jamais se demander où ils étaient. Peut-être était-ce mauvais ? Dans tous les cas, elle faisait confiance à son amis ancien Kumojin qui connaissait les environs bien mieux que la native du désert, native du désert qui n’avait quitté son pays qu’une fois en vingt-trois longues années d’existence. Continuant sa marche silencieuse à travers la contrée enneigée, Yagami suivit sont coéquipier.

Finalement, ils arrivèrent sur une banquise. Yagami se préparait au cas où la glace se craquellerait, cependant elle eut la bonne surprise de voir que ça n’arriva pas. Le duo put arriver au bord de la banquise, là où la glace cédait la place à la profonde eau noire des mers nordiques. Naeko se dénuda, confiant son équipement à la beauté du désert. Sortant les queues Sanbi, il commença à les utiliser pour nager. Yagami, elle, avait un autre plan. Concentrant son chakra dans ses pieds, elle commença à marcher sur l’eau tout en courant à sa vitesse normale. Elle ne devrait pas consommer trop de chakra vu sa vitesse de course, donc cela devrait être bon.

Une fois le duo arrivé sur l’étrange île-tortue, Yagami ne put s’empêcher de se demander comment l’île pouvait être un être vivant, surtout de cette taille ! Chassant la question de sa tête puisqu’elle ne pourrait pas y trouver réponse, Yagami se concentra sur ce qu’il allait se passer : ils devaient se déplacer jusqu’au centre de l’île, le lieu de rendez-vous. D’après le message de Yumi, il y avait un gardien. Il allait falloir y faire attention, mais la beauté du désert restait confiante sur ses capacités à tenir tête voir à battre ledit gardien en combat singulier.

Rendant ses affaires à Naeko, Yagami se commença à rejoindre le centre de l’île, suivie de son coéquipier. Tous les sens aux aguets, Yagami restait prudente : elle ne voulait pas se faire surprendre par un quelconque assaillant.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5142-bingo-fiche-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/f391-dossier-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/t5141-yagami-akoshana-termine
Yumi Esuki
Rang SS
Rang SS
avatar
Messages : 4311

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 280 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Mar 12 Sep - 12:39

Dans la neige noire se distinguaient quelques empreintes. Celles-ci étaient profondément marquées dans le sol : elles n’avaient pas été créées par un pas gracile et aérien, mais par une avalanche de confiance et de fermeté. Je progressais, le visage déterminé, toujours en caressant le collier qui pendait à mon cou. Aujourd’hui était un jour nouveau pour le Yuukan comme pour moi. Il ne pouvait y avoir qu’une seule et unique Yumi Esuki en ce bas monde, et celle-ci s’était imposée en composant avec tout ce que cela impliquait. J’atteignis rapidement la tour dans laquelle j’avais passé de douloureux moments, ne tardant pas à rejoindre l’oiseau sombre qui y trônait toujours. Prenant son envol en faisant gracieusement le tour du bâtiment pointé vers ce ciel sans nuage, il s’abaissa afin de se poser devant moi.

- Alors ? Comment ça s’est passé ? Comment te sens-tu ? demanda-t-il d’une traite, certainement inquiété par l’impassibilité qui avait pris le dessus sur ma légèreté.

- Je ne suis plus celle que tu crois, Futeki. Quoi qu’il en soit, je te remercie de m’avoir si bien rendu service… Il est temps pour moi de passer à autre chose.

- Yumi ? Qu’est-ce que tu veux dire par là ?

Sans faire paraître la moindre hésitation, je m’approchai du phoenix pour lui caresser le museau. Un geste attendrissant qui le poussa à incliner sa gueule, circonspect. Il était trop tard pour faire preuve de prudence : je serrai le poing et vins le flanquer sur sa tête d’une puissance incommensurable. Écarquillant les yeux, la stupeur dessinée dans ses pupilles laissait penser qu’il aurait crié d’incompréhension s’il l’avait pu, mais son appareil vocal était déjà en mille morceaux. Sans bruit, chacune de ses écailles noirs vinrent se figer dans la neige. S’il y avait bel et bien eu une conscience en cet être, elle venait de se dissiper dans le néant émotionnel qui m’emplissait. Je fus assez soucieuse de me souvenir des effets de ma propre technique, par conséquent je me mis sans gêne à quatre pattes afin de fouiller parmi les débris de l’animal de glace. Je finis par mettre la main sur un minuscule oeuf noir, très difficilement reconnaissable des autres morceaux. Je le posai dans main avant de l’y éclater, le laissant redevenir poussière.

- Adieu, Futeki… soufflai-je, laissant une pointe de nostalgie prendre le dessus dans mon ton.

Néanmoins, je me relevai rapidement. Je n’avais pas le temps d’être sentimentale car j’aspirais à bien plus grand que tout ça. Mes yeux volèrent de nouveau la couleur de l’océan, et quelques instants plus tard, une nouvelle incarnation sortait depuis la neige qui s’étendait à perte de vue. Aussi grand que le précédent, ce nouveau phoenix était pourtant différent : il était bleu, aussi bleu que mon regard, aussi bleu que celui de mon tendre.


- Ravie de te rencontrer, Futeki. Je me prénomme Yumi, et tu seras mon serviteur.

La bête mythique se contenta d’acquiescer lourdement : je n’avais plus besoin de dialoguer avec une créature trop maline pour la simple et bonne raison que de nouveaux jouets s’offraient à moi. Ils approchaient… Et je l’entendis. Les yeux de nouveaux gris, je passai mon collier sous mon tailleur pour le cacher dans ma poitrine avant de me retourner vers l’homme que j’avais moi-même quitté il y a quelques mois. Une séparation si courte et pourtant si longue…  J’avais l’impression de ne pas avoir vu sa mine d’enfant narquois depuis une éternité. Il n’était pas seul, car talonné de près par une autre de mes connaissances, certes bien moins personnelle : la caractérielle louve de Suna. C’était le petit surnom que les hautes instances lui avaient attribué à l’époque de mon règne… Je m’efforçai de rester immobile, comme stupéfaite par leur présence, puis les pleurs s’invitèrent aux retrouvailles. Je n’avais plus besoin de me dissimuler, j’étais libre : j’accourus à leur contact et me blottis dans ses bras réparateurs.

- Naeko… Tu es là… Alors tu ne m’as pas abandonnée… Tu aurais pu. Je t’aurais compris.

Toutes ces jérémiades ponctuées de chaudes larmes visaient à semer la confusion dans leur esprit. Mais ils n’étaient pas ici pour en repartir plus embrouillés, ils avaient besoin de réponses.

- Mon Shimogan. La pupille du clan Esuki… Elle s’est servie de moi. Il semblerait que j’ai inconsciemment créé une nouvelle personnalité, de la même manière qu’on peut en accorder une à de la glace. Toute cette neige… cette neige aussi noire que ma culpabilité… c’est le fruit du labeur de ce démon. Cette chose… a commis des choses horribles. D’une certaine manière… Je marquai une pause assez longue pour déformer mon visage déboussolé en plissant les yeux, ce qui serait aisément interprété par une vaine tentative de refouler mes sentiments. D’une certaine manière, j’ai commis des choses horribles… Soufuku m’a retrouvée. Les forces de Kiri ont profité de mon désarroi pour essayer de me neutraliser. Il m’a protégée… Il a prétendu que je l’avais accompagné dans sa mission contre le culte pour couvrir les traces indélébiles que cet être malfaisant a dessinées, pour me couvrir… Mais tout est terminé. Si je suis venue ici, c’est pour l’affronter. Je l’ai affrontée dans les Chutes de la Vérité. Je l’ai vaincue. Mon geôlier… n’était autre que moi-même. Mais je suis délivrée.

Mes larmes cessèrent de couler à flot, me laissant le temps de tousser violemment dans le creux de mon épaule droite. Une volumineuse tache de sang venait d’y naître. Je positionnai mes mains à hauteur de la taille de Naeko et le fixai du regard, crispée de douleur.

- Le remède… vous l’avez trouvé ?

Une scène qui ferait crier de tendresse l’homme le plus fier du monde. Une scène… interprétée avec succès. Je devais m’approprier ses compétences pour l’art oratoire, je devais extirper toutes ses qualités, toutes ses connaissances, tout son talent… Non. Mon talent. Plus que jamais, Yumi Esuki était de retour.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 http://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Messages : 521

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 160 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Mer 13 Sep - 14:09

Marcher dans ce froid, poser son pied devant l'autre et l'enfoncer dans cette neige noire, garder une certaine distance avec la lionne, surveiller les alentours ; le chemin sur l'île tortue s'effectuait pour moi selon une disposition précise que je ne négligeais pas. Ce territoire je l'avais connu autrement, bien plus merveilleux que ce celui que je découvrais à nouveau et cela éveillait en moi une petite crainte. Tous les animaux qui avaient pour habitude de sortir devaient sûrement se cacher et l'épaisseur de la forêt mêlée à la noirceur du sol éclipsaient toute l'harmonie que possédait ce lieu. Cette image sombre qui dominait ma vision s'accentuait lorsque mes maux de tête reprenaient de temps à autre pour me rappeler ma condition. Ne percevant aucun danger dans les horizons et ne pouvant plus supporter le silence inhabituel de l'île je pris la parole en expliquant à ma partenaire l'histoire de ce lieu. Ouvrir le dialogue signifiait signaler notre position au geôlier qui retenait sa proie mais ce dernier n'avait aucun moyen de fuite. Jusqu'ici celui-ci n'avait pas tué la manieuse de glace alors je ne le voyais pas la tuer s'il venait à découvrir notre présence.

Pour des êtres de glace il y avait tout de même une chaleur que l'on supportait :celle du corps de l'autre. La fin de la forêt approchait laissant apparaître une tour dans le ciel dépourvu de nuages. Rejoindre les édifices de l'île fut assez simple pour nous si on oubliait le mal qui rongeait ma vitalité. Sur les lieux nous avions décidé d'opter pour la discrétion afin de surprendre le ravisseur. Tout en gardant cette stratégie je fis apparaître plusieurs de mes zombies de glace qui se dispersèrent afin de trouver une trace de notre cible. L'énorme déploiement n'avait rien de nécessaire mais l'espoir de trouver ma cousine prenait le dessus et je ressentais en moi la volonté de faire de mon mieux. C'est en rejoignant la beauté du désert qu'on vit une silhouette au loin qui semblait être préoccupée par une créature. De là où je me trouvais cette forme pouvait se révéler être le geôlier mais au fond de moi je sentais que ce n'était pas le cas. Ma coéquipière gardait sûrement une once de prudence mais je n'avais aucun doute. Face à nous se trouvait Yumi. On se rapprocha un peu de la personne et je fis quelques pas de plus que la lionne pour tenter de distinguer ce qu'était devenu celle que je nommais autrefois ma « moitié ». L'ancienne dirigeante de la citée du sable se tenait droite dans une tenue noire face à un monstre - aux couleurs de la neige présente au sol – qu'elle acheva avant de faire apparaître un phénix d'un bleu pur.

"Cela fait beaucoup de noir pour un être vierge."

"Elle n'est pas... ne commence pas à m'aguicher après ton long silence."

La femme tant recherchée se retourna et laissa couler ses larmes avant de me rejoindre. Dans un premier tant la remarque d'Isobu m'empêcha d'avoir une quelconque réaction. Peu importe ce que ce dernier voulait insinuer mais sa prise de parole avait fait resurgir la distance que je ressentais envers elle. Tout cela me replongeait un an en arrière lorsque je fus dévisagé dans les rues et harcelé devant mon propre foyer. Le village nécessitait un bouc-émissaire et je l'avais compris mais cela n'empêchait en rien la douleur de m'atteindre. Chaque insulte dirigé vers elle, moi ou notre famille avait planté en moi des graines de haine. Bien sûr j'avais fais face aux conséquences de son départ en redorant le blason Esuki mais cela ne changeait rien : je détestais cette femme pour ce que j'avais subis. Sans oublier notre intimité qu'elle avait emporté à ses côtés comme si au final je ne comptais pas tant que ça. En repensant à tout ça mon corps brûlait et je n'avais qu'une envie qui, accentué par la volonté de la tortue, consistait à rejeter cette séductrice et lui infliger ma peine.

Mes mains qui prenaient la forme de celle de mon passager suspendaient dans les airs alors que les siennes étaient posées dans mon dos afin de me saisir comme elle ne l'avait jamais fais. C'est à ce moment que j'avais réalisé que je ne pouvais pas m'empêcher de la prendre contre moi, versant à mon tour quelques larmes. Un moment intime qui fut rapidement interrompu par les explications des mésaventures de ma proche. L'éveil de ses pupilles s'avérait être la source de nos malheurs. A quelques mètres de nous se trouvait Yagami et je n'avais aucune idée de ce qu'elle pouvait penser de tout cela mais pour moi tout s'enchaînait si vite. Au moment où je comptais prendre la parole pour demander à ma cousine ce qu'elle comptait faire elle toussa et cracha du sang. Sans attendre et n'écoutant pas sa demande je lui avais montré l'arme ensanglantée du prétendu dieu. Ma Yumi était de retour et elle allait nous soigner.

"Tu verras, elle va nous soigner et nous allons pouvoir reprendre ensemble le chemin qu'on avait commencé à fouler. Contrairement à l'image que tu te fais d'elle j'en suis sûr qu'elle ne refuserait pas d'aider à sauver ton semblable."

"Peu importe ce qu'elle dit le temps qui s'est écoulé vous a forgé l'un et l'autre. Qui sait si cette personne face à toi est toujours la même que celle qui restait à tes côtés la nuit."

Les remarques de mon protégé m'affectaient énormément et renforçait cette flamme dans laquelle mon amour avec cette femme n'avait plus lieu. A l'opposé nos retrouvailles et les sentiments qu'elle ressentait ravivait une intimité que j'avais perdu, celle d'un couple. Même si elle devait travailler sur un soin avec la dague je n'avais qu'une envie, celle de l'avoir contre moi et de ne plus jamais la laisser partir.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t653-annales-de-naeko-esuki#4239 http://sns-rp.forumgratuit.org/t630-bingo-book-naeko-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4510-en-cours-naeko-esuki-lexile
Messages : 332

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 145 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Sam 16 Sep - 23:47

Sceptique
Avec Naeko et Yumi Esuki
Le duo avançait, plongeant un peu plus dans la neige couleur de jais à chaque pas. Cette neige étrange venait de la personne qu’ils étaient venu chercher, Yumi Esuki. Qui était ce geôlier dont la lettre parlait ? Yagami devait se préparer au combat, car ce geôlier était là, quelque part. Restant sur ses gardes, la kunoichi se voulait prudente. Elle hésita même a activer son mode senjutsu, mais préféra économiser son chakra, cette précieuse ressource représentant la longévité en combat de chaque shinobi et chaque kunoichi.

Lorsqu’ils approchèrent du centre de l’île, les deux purent observer un spectacle étrange, au loin. Des débris noirs furent envoyer un peu partout à côté d’une personne dont la silhouette se révélera être celle de Yumi Esuki. De la glace, du coup ? Certainement, mais rien n’était sur. L’hypothèse de la glace noire que Yumi avait brisé était plausible, et rapprochait un peu plus Yagami de l’idée que Yumi était bien à Kusa pendant le combat contre Kamin. Cependant, cela restait une hypothèse, et les deux shinobis restaient dans le flou.

Prudence et méfiance était de mise pour la Kunoichi. La seule chose inquiétant Yagami était ce geôlier. Car au final, si la Kazekage était prisonnière, c’était que la personne doit être puissante. Et tomber contre un adversaire puissant, ce n’est jamais une bonne nouvelle. Surtout si celui-ci à les capacités de mettre en péril la liberté d’un être aussi puissant qu’un Kazekage. Observant la Kazekage courir vers le duo puis prendre Naeko dans ses bras, la Kunoichi resta à une distance respectable afin de ne pas être prise par surprise.

La scène qui s’en suivit était plutôt du genre eau de rose. Pas que cela déplaise à la Kunoichi, personne plutôt sensible aux hormones masculines dira-t-on. Cependant, Yagami restait sceptique sur un point : comment Yumi avait-elle fait pour se « délivrer » de son geôlier ? Étrange, tout cela. Une soit disant chute de la vérité était la réponse à la question de la Akoshana, mais qu’était-ce ? Et son geôlier était apparemment une personnalité secondaire crée à cause d’un certain « Shimogan »… Cette pupille, apparemment celle du clan Esuki, était responsable de la création d’une « personnalité démoniaque »… Tout cela était bien compliqué pour Yagami qui n’était pas sur de tout comprendre. Tout ce qu’elle savait, c’était que cela était compliqué, et qu’elle n’était qu’à moitié convaincu de la véracité des paroles de l’ancienne Kazekage.

Afin d’avoir plus de précisions, la Kunoichi prit la parole à la place de son homologue. Normalement toujours anonyme auprès de la Kazekage disparue, Yagami parla :

– « Shimogan »… « nouvelle personnalité »… « Chutes de la Vérité »… Je n’ai pas tout compris, mais il n’y a qu’une seule chose dont j’ai besoin : une preuve quelconque. Si j’ai bien compris, une personnalité nouvellement créée était – ou est – en fait ton geôlier. Mais qu’est-ce qui nous prouve que ce n’est pas elle qui nous parle ?

Passant le sujet du remède sous silence, la Kunoichi souhaitait d’abord des réponses pour savoir si elle pouvait avoir un semblant de confiance en Yumi Esuki.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5142-bingo-fiche-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/f391-dossier-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/t5141-yagami-akoshana-termine
Yumi Esuki
Rang SS
Rang SS
avatar
Messages : 4311

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 280 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Mer 20 Sep - 9:03

La réaction de Naeko à mon étreinte fut quelque peu déconcertante : dans un premier temps, les membres d’Isobu s’étaient allongés dans son dos, comme si le bijuu avait l’intention de me repousser, voire même d’initier une offensive ; puis secondement, je sentis un genre d’apaisement : le jinchuuriki avait repris le dessus et s’était laissé attendrir par l’affection que je témoignais pour lui. Quand j’eus fini de lui donner les explications qu’il voulait entendre, il me tendit une dague ensanglantée. Celle-ci me disait vaguement quelque chose, comme si je l’avais récemment aperçue… Sur l’île ? Oui, il s’agissait de l’arme que ce prétendu Kami avait utilisée pour se perforer le coeur. Qu’est-ce que cela signifiait ? Que s’était-il passé au Lac des Mystères après mon départ ? Pouvais-je en parler ouvertement, assumant pleinement que je me trouvais bien à cet endroit avec eux, alors même que j’avais envoyé une lettre à cet exact moment qui précisait que je me trouvais sur l’île-tortue ? Je courbai mon regard en biais en attrapant la dague, prenant soin de caresser la paume de mon tendre au passage. Après un bref instant d’hésitation, je savais quoi dire.

- Elle appartient à… cet être supérieur, n’est-ce pas ? À dire vrai, j’étais aussi au sommet de cette montagne au moment où il est apparu. Du moins… elle y était. L’autre moi. C’est quand elle a pris panique en quittant l’île que j’ai eu un moment de lucidité suffisant pour t’adresser ma missive. L’espace d’un instant, j’avais repris le contrôle. Juste avant qu’elle ne m’enfouisse de nouveau dans les tréfonds de notre esprit… Qu’importe. Pourquoi me donnes-tu ce poignard ? Tu penses qu’il pourrait nous être utile ?

L’Anbu que je n’avais pas encore identifiée avec certitude, à quelques mètres de nous, décida alors de prendre la parole. Malgré un timbre de voix sceptique, je pus reconnaître là la jeune Yagami Akoshana, un élément prometteur du village du sable. Elle revint sur ma situation nébuleuse, ce qui n’avait rien de choquant : il allait leur falloir du temps pour digérer le ramassis de conneries que je leur avais servi. Le plus palpitant dans ma ruse, c’était justement le fait qu’elle était vraisemblable : à l’exception du retour de… l’ancienne moi… tout ce que je disais était véridique. Il ne me restait plus qu’à les convaincre - surtout à la convaincre - de la grandiloquence de tous ces événements.

- Tu peux retirer ton masque, Yagami. Je sais reconnaître la voix de mes Sunajins… J’esquissai un sourire en coin qui se voulait rassurant, une manoeuvre habile dans un contexte aussi déstabilisant. Ta demande, aussi cartésienne soit-elle… m’est tout bonnement impossible. Oui, utiliser des mots compliqués, c’est tout à fait le souvenir qu’ils ont de moi. Brillante, je suis brillante ! Cet autre pourrait tout à fait se faire passer pour moi afin de vous utiliser : elle connaît mon vécu mieux que quiconque, elle est une part de moi. Cela n’a rien de rassurant, mais c’est un état de fait. La seule chose qui peut vous convaincre, c’est mon honnêteté. Je vous demande de me faire confiance. Cela dit… Je ne peux moi-même pas être certaine de l’avoir réduite au silence à jamais. C’est pour cela que… Je n’ai pas l’intention de retourner à Suna. Je fis sonner cette assertion avec une gravité éloquente, un ton sérieux et solennel qui devrait leur garantir que je pensais au bien d’autrui avant de penser au mien - tsss, quelle ineptie. Je continuerai de servir le pays du Vent, mais je ne veux pas qu’elle mette en danger le village… Je ne veux pas qu’elle vous mette en danger. Chacun d’entre vous… vous êtes des êtres chers à mes yeux. Je m’en voudrais éternellement si je vous faisais du mal contre mon gré. Pour l’heure, j’aimerais qu’on se concentre sur ce fléau qui ravage le monde. Nous devons sauver notre peuple.

Les dés étaient relancés, quel score afficheraient-ils ?

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 http://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Messages : 521

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 160 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Jeu 21 Sep - 21:54

Pour un ninja baisser sa garde et perdre de vue ses objectifs se trouvent être les pires actions possibles pouvant mener à la fatalité. Ici je n'avais aucun ennemi à part cette infection qui me rongeait depuis déjà bien trop longtemps et ça je l'avais oublié à cause des retrouvailles. Ensorcelé par la présence de ma proche je fis la bêtise de lui tendre l'arme de l'être soit disant divin sans pour autant lui en expliquer l'utilité. Me détacher d'elle après être uni de nouveau paraissait impossible et chacun de nos mouvements impliquaient le contact avec autrui. Une douceur vint caresser ma peau et je ne pu m'empêcher lui rendre cette sensation en déposant mes mains sur son bras qui tenait cette pointe pourpre. Fixant à la fois le possible remède et la femme qui le tenait je me retrouvais prisonnier d'une bulle jusqu'au point de ne pas entendre les propos de ma coéquipière.

- Avant de récupérer le remède Yagami et moi avons parcouru un bout de chemin jusqu'à que ceci nous fut envoyé suite à sa supposée conception, dis-je en prenant une pause. Il semblerait que tout ce dont nous avons besoin se trouve sur cet objet qui est désormais en ta possession. Grâce à mes habilités j'ai pu le conserver afin que ce dernier ne soi pas altéré par l'environnement pour pouvoir te le donner.

Mes paroles résonnaient encore et derrière elles se trouvait l'écho de la réponse que ma cousine venait d’énoncer à la lionne du désert. Il me fallut un petit temps avant de me rendre compte de ma bêtise. Même si ma moitié venait de découvrir l'identité de ma compagne masquée je ne devais en aucun cas révéler son prénom mais c'était trop tard. Inconsciemment j'avais perdu mes marques en me plongeant aveuglement dans cette ancienne zone de confort qu'incarnait la manipulatrice de glace. Embarrassé à l'idée d'avoir en quelque sorte trahi la confiance que m'accordait la beauté des sables, je souhaitais m’excuser mais une tout autre conversation venait d'être engagée. Isobu ne semblait pas être le seul à douter de ma proche et cette dernière répondait qu'elle ne détenait aucun moyen pour nous prouver sa vérité. Avoir deux compagnons émettant des soupçons ne pouvait que me perturber mais il était impensable de perdre à nouveau celle qui devait être ma femme. Des preuves de sa pureté existaient forcément et pour cela je me remémorais des différences entre l'oiseau turquoise m'ayant apporté le message et la créature sombre qui venait d'être précédemment abattue. Ce simple détail suffisait à me rassurer mais lorsque je fus à nouveau serein une autre parole vint me percuter. Ne pas retourner dans son village disait-elle. Son retour était bien plus que nécessaire : elle devait s'expliquer et s'excuser à son peuple, accompagner le dernier dirigeant en tête et surtout penser à notre cousin, à notre famille.

Terrorisé à l'idée de la voir s'en aller de nouveau mon amour ne fit qu'un avec ma haine. Mes mains qui tenaient son bras l'embarquèrent dans une valse plus ou moins violente. L'arme que je lui avais confié tomba au sol à quelques mètres de nous. Le choc de notre chute fut amorti par le lit de neige noire sur lequel chuta ma cavalière que je surplombais. De nouveau, je la tenais cette fois-ci mes mains contenaient ses poignets. Mon regard plongea dans le sien et à cet instant je n'avais aucune idée de ce qu'il traduisait : était-ce mon affection absolue qui se reflétait sur mon visage, ma fureur qui se révélait ou bien les deux qui venaient finalement de s'accorder ?

Te rends tu comptes de tes propos ? Te voilà fraîchement ressorti des chutes de la vérité et tu doutes toujours de ton être ? Des cicatrices nous en avons tous et je veux bien tenter de comprendre la peur de revoir l'emprise qui te guidait resurgir mais de là à te séparer de ceux qui font de toi celle que tu étais, celle que tu es, ne trouves tu pas cela absurde ?

Mes paroles se projetaient à toute allure sur elle ne lui laissant sûrement pas le temps pour m'interrompre. Il n'y avait qu'une seule pensée qui traversait mon esprit : il était impératif pour moi de la ramener à mes côtés. Étrangement la seconde voix intérieure que je possédais fit de nouveau apparition.

"Regarde la, elle pourrait très bien rentrer et être aidé mais la voilà à vouloir sauver le peuple. Si elle ne souhaite pas faire de mal aux autres qui sait ce qu'elle s'infligera à elle même dans sa solitude. Ce n'est pas en se lançant dans une telle voie avec de telles pensées qu'elle trouvera de la compagnie et pour cela tu peux me croire. Ses doutes prouvent son instabilité et même si elle compte prendre de la distance pour nous épargner ça montre qu'elle peut se passer de toi, si tu ne parviens pas à la ramener personne ne saura ce qu'elle deviendra."

La bête ne possédait plus l'habitude de m'aborder d'une telle manière. A deux dans un seul corps nous avions eu le temps de partager énormément d'histoires et celle-ci semblait être celle qui éveillait le plus mon passager. Loin de ses grognements et de ses rires la tortue venait de s'imposer sous une présence sérieuse que je n'avais pas vu depuis bien longtemps. Deux êtres différents impliquaient deux visions différentes. Mon attache pour ma cousine m'empêchait d'accepter tous les mots que l'entité venait de partager mais certains d'entre eux valaient le coup d'être prononcé.

- Servir le pays je le veux bien mais comment voudrais tu le faire si tu vis dans la peur d'être possédé de nouveau. Tu devrais rentrer ou considérer de voir quelqu'un digne de confiance qui pourrait t'aider, nous aider, lui chuchotais-je avant de sentir du sang monter dans ma bouche. Excuse moi si je t'ai bousculé d'une telle manière. Concentrons nous sur ce remède et nous verrons quel chemin nous prendrons plus tard, ma partenaire et moi avons une tâche importante à accomplir une fois que je serai guéri.



_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t653-annales-de-naeko-esuki#4239 http://sns-rp.forumgratuit.org/t630-bingo-book-naeko-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4510-en-cours-naeko-esuki-lexile
Messages : 332

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 145 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Dim 24 Sep - 20:52

La scène était plutôt compliquée. D’un côté, Yumi était là. En tant que Kunoichi de Suna, la logique disait à Yagami de neutraliser la fugitive avant de la ramener vivante à Suna. Mais, le devait-elle ? Yumi tentait de se justifier, et Yagami ne marchait pas totalement. Elle ne savait pas si Yumi disait la vérité, mais dans un sens, elle n’avait pas tant de choix. Yagami ne savait pas vraiment quoi croire, ni quoi faire, mais une chose était sûre : le remède ne se ferait pas tout seul. Et le peuple de Suna était en danger.

Yumi prit la parole. Elle reconnut Yagami, puis continue en admettant qu’il lui était impossible de prouver la véracité de ses propos. Yagami avait marqué un point, et la Kunoichi en était contente. Yumi émit des hypothèses sympathiques, mais c’est surtout certains mots que retint la Kunoichi : Yumi ne souhaitait pas retourner à Suna car elle pourrait rechuter, ce qui était compréhensible. Cependant, elle continuait de vouloir aider la nation du vent. Intéressant… Yagami garda toutes ces informations dans un coin de sa tête alors que Naeko prenait la parole.

Le Jinchuriki expliqua le pourquoi du comment du poignard, puis commença à paniquer en réalisant qu’il pourrait perdre à nouveau Yumi. Naeko envoya valser le poignard, que Yagami récupéra après un saut latéral qui lui fit s’allonger dans la neige, le dos vers la terre. Un poil agacée, Yagami se releva en prenant garde de la pas faire tomber quoi que ce soit sur le poignard en question, afin de le conserver comme il l’était actuellement. Une idée parvint dans la tête de la Kunoichi, qui fit apparaître un Raiton Kage Bunshin pendant que les deux étaient affalés l’un sur l’autre. Envoyant le clone plus loin sur l’île, à l’abri des regards des deux Esuki, Yagami prévoyait déjà la suite des choses, et les deux autres n'avaient rien vu.

Naeko ne semblait pas douter de la véracité des propos de Yumi. C’était logique puisqu’il en était amoureux, mais bon. Cela risquait de faire rater la mission. Alors que Naeko retrouvait un semblant de jugeote en proposant de s’occuper du remède, Yagami s’avança vers le duo, décidant de mettre le plan qu’elle avait bricolé quelque temps plus tôt à exécution. Toujours le poignard en main, Yagami amassa Naeko par le col pour le poser plus loin, puis fit de même avec Yumi. Ensuite, Yagami vint apporter un peu de sérieux :

Allons. Je suis bien placée pour savoir que retenir ses hormones est parfois un peu difficile, mais, il y a des choses un peu – beaucoup – plus importantes que ça. Bref. Déjà, Akuma. Fait gaffe bordel, t’a failli ruiner le seul truc qu’on ait pour créer ce foutu remède. Tu veux crever ou quoi ? Et les couvertures, aussi. Évite de les griller comme ça. Ensuite, Yumi. Puisque tu tient à aider Suna, ce que je vais te proposer devrait t’enchanter. Je pense que tu en est capable, donc en premier tu crée un remède pour Naeko et toi-même à partir du sang de Kami. Et ensuite, tu nous aide a infiltrer Kumo, à récolter le plus d’informations possible et à capturer un cultiste pour le ramener à Suna. Qu’en penses-tu ?

Pour Yagami, Yumi n’était pas vraiment en position de négocier. Mais était-ce la réalité ? Yagami n’en savait rien.

Résumé:
 

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5142-bingo-fiche-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/f391-dossier-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/t5141-yagami-akoshana-termine
Yumi Esuki
Rang SS
Rang SS
avatar
Messages : 4311

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 280 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Mer 4 Oct - 8:04

La tenant fermement entre mes doigts, j’observai la dague divine sur laquelle du sang avait séché : si j’en croyais les explications de Naeko, le remède pouvait donc être synthétisé à partir du fluide vital de Kami ? J’hésitais à révéler ce que cela impliquait à mes anciens camarades… Il s’agissait peut-être tout simplement d’une coïncidence due au fait qu’il était question d'un être divin, mais quelque chose me disait que cette manigance était prévue depuis le début : le Culte était certainement à l’origine de ce fléau. Ainsi Kami se serait protégé de la même manière que je me protégeais de mes propres poisons… Alors que je penchai pour l’option «garder le silence», mon cousin ne me laissa pas vraiment le choix puisqu’il me plaqua au sol avec une violence passionnée. Figeant ses yeux bleus dans le blanc de mes pupilles, il essaya de me convaincre de rentrer à Suna en attisant les flammes amoureuses qui dansaient fébrilement à la mesure de la tension charnelle qui nous unissait. Mais rien. Il ne subsistait plus rien qui puisse m’émouvoir dans sa démonstration théâtrale : à mes yeux, Naeko n’était plus qu’un homme désespéré qui vivait dans l’ombre d’une feuille morte.

Ainsi allongés dans le moelleux de ma neige noire, il était, sans le savoir, totalement à ma merci. L’espace d’un instant, l’idée de me servir de la technique que je venais de mettre au point afin de décapiter l’hôte de Sanbi me traversa l’esprit… mais il était trop tôt : il pouvait encore m’être utile. Je mimai plutôt une mine désemparée, feignant d’être touchée par les propos du Esuki, si touchée que je pinçai mes lèvres entre elles, comme si j’étouffais des pleurs. En réalité, c’était plutôt un rire gras que je m’efforçais de contenir dans ma gorge. M’échappant de cette situation ridicule, ce qu’ils interprèteraient comme une fuite face à l’importante décision qu’on me demandait de prendre, je me tournai vers Yagami à la seconde où elle fit rouler les «r» de son accent du désert. Elle me proposa un marché : soigner Naeko puis les aider à enquêter sur le culte en échange d’une portion du remède… Comme si cette foldingue était en position de négocier ! Dans cette terrible scène, chacun pensait avoir l’ascendant sur l’autre : Naeko avec ses sentiments, Yagami avec ses arguments, et moi avec mes apitoiements. Pourtant, je demeurais la seule à avoir caché des as dans mes manches : je ne leur offrais qu’un simulacre de négociation, le cadre dont il rêvait, tout ce qu’ils voulaient vraiment entendre. Afin de continuer à les charmer tel un serpent à sonnette, je répondis assez spontanément :


- Je… Oui, c’est d’accord. Je vais le faire. Pour Suna et pour vous, je vais le faire. Je réfléchirai au chemin que je souhaite emprunter en futur pendant la mission… ajoutai-je, laissant flotter un brin de mystère à la fin de ma réplique.

Me contenter de leur plan m’agaçait quelque peu, après tout je n’avais pas la moindre intention de perdre du temps à Kumo, encore moins d’y laisser la vie dans une tentative désespérée de voler Dieu au nez et à la barbe de ses disciples. Mais aller dans leur sens était le seul moyen de me garantir l’accès au remède : comme en témoignaient mes symptômes de plus en plus virulents, je n’avais plus une seule minute à perdre pour chasser ce mal. Un plan commençait donc à se dessiner dans mon esprit, s’acclimatant des contraintes de la situation pour malgré tout échafauder un stratagème et doubler ces abrutis de Sunajins.


- Suivez-moi à l’intérieur. commençai-je d’un ton assuré en pointant vaguement du doigt la tour en morceaux qui se dressait à quelques pas. Je crois savoir où je pourrais efficacement travailler sur le remède…

Ne relevant aucune marque de refus de leur part, je pris les devants afin de les guider à l’intérieur du bâtiment. Je me dirigeai ainsi en silence au sous-sol, où se trouvaient les restes d’un laboratoire utilisé il y a des années par Kumo pour mener des recherches… L’île-tortue avait vu passer une flopée de Jinchuurikis, il s’agissait d’un cadre idéal pour y mener des expériences sur les bijuus. Une fois la lame récupérée, j’invitai mon aîné et la gamine à prendre place sur une paillasse devant moi, depuis laquelle ils pourraient attentivement observer mes manipulations. Avant de m’assoir moi-même, je fouillai les placards renversés par les intempéries à la recherche de matériel intact… Au bout de quelques longues minutes à faire le tri dans ce tas de verre brisé, je pus mettre la main sur une paire de tubes à essai, quelques instruments basiques, des lames et des lamelles, un microscope manuel assez bien préservé malgré les poussières sur la lentille et même un vieil incubateur dont je doutais de l’état de marche.

Je pris enfin place, me munissant d’une lime pour gratter le sang sec à la surface de la lame. Je plaçai minutieusement les copeaux obtenus dans un tube avant de les humidifier avec un fond d’eau distillée qui traînait au fond d’un flacon. Heureusement, le sang n’était pas si vieux, ce qui lui permit de regagner sans mal une structure plus fluide. De la même manière que j’étais capable d’analyser un organisme vivant, je me servis alors de mes dons d’Iroujutsu pour comprendre la composition exacte de l’ensemble. Fermant les yeux, laissant mes mains s’allumer d’un éclat bleuté, tout paraissait simple vu de l’extérieur. Mais cette tâche complexe nécessitait des connaissances biochimiques poussées ainsi qu’une habileté protocolaire : il me fallut quelques minutes pour isoler les éléments que je ne connaissais pas, ou qui n’avaient rien à faire dans une goutte de sang. Je dus ensuite trier ce premier résultat afin de laisser de côté les poussières et autres particules fines ainsi que les microbes qui s’étaient fait une joie de se poser sur la lame pendant le trajet de Naeko et Yagami. Mais je finis par mettre enfin la main sur ce que je recherchais : une molécule dont j’ignorais totalement la nature. Dans l’éternel puits de savoir que représentait mon cerveau, c’était quelque chose d’assez rare pour être remarqué. Je parvins à extraire cet élément d’intérêt et à le poser sur une lame que je tenais en main gauche. Je me servis alors de mon index droit comme d’un minuscule scalpel de chakra, bien suffisant pour creuser une légère entaille dans le pouce adjacent et ainsi verser une goutte de mon sang sur l’échantillon prélevé. Je refermai le tout sous une lamelle et observai le prélèvement dans le microscope après avoir pris soin de nettoyer la lentille avec un mouchoir sec.


- Rien. laissai-je entendre au bout de quelques instants avec une pointe d’agacement, mettant fin au pesant silence qui s’était installé depuis notre arrivée dans la pièce, à peine éclairée par les pâles lueurs du soleil qui filtraient au travers d’une fenêtre en hauteur.

Absorbée par le labeur, je ne prêtai pas attention aux réactions des novices en la matière. Je me saisis de nouveau de la lame de verre et j’y infiltrai un simple Shosen, une manière peu connue et pourtant efficace pour accélérer les réactions enzymatiques. Et rebelote : je posai le substrat dans la lumière focale de l’appareil avant d’y jeter un coup d’oeil. Quelques réglages plus tard, je pus constater les résultats : les cellules responsables de la maladie, que j’avais déjà eu le loisir d’observer au cours de mes précédentes recherches personnelles, avaient totalement changé de forme. Cela ne signifiait pas forcément qu’elles avaient été inhibées, mais il n’y avait qu’un seul moyen de s’en assurer… Je pus extraire de nouveau un échantillon de cette mystérieuse molécule, probablement une enzyme, en prenant soin d’en prélever le maximum possible, puis je plaçai le tout au fond d’une boîte de Petri. Je mis fin au terrible suspense qui subsistait sur la fonctionnalité de l’incubateur en l’allumant… miracle ou hasard de la nature, celui-ci semblait en marche. J’utilisai de nouveau un Shosen sur l’échantillon avant de le placer dans la machine pour le laisser prospérer dans des conditions de pression et de température idéales.


- Nous aurons une dose injectable d’ici quelques minutes… Les résultats ne sont pas encore garantis, et c’est pour cette raison que je me porte volontaire pour la tester. Au lieu de vous obstiner à m’en empêcher, parlez-moi plutôt de Suna : qu’est-il advenu après mon départ ? Qui est le Kazekage en place ?

Des questions dont je me fichais éperdument, si ce n’est pour rafler quelques informations croustillantes, mais que l’ancienne Yumi aurait sincèrement aimé poser. Alors que les molécules stimulées tremblaient à une vitesse folle au sein de cet incubateur, l’étau se resserrait sur le trio de fortune que nous constituions… D’ici quelques jours, cette équipe allait de nouveau être brisée par l’éclat de la violence du Chaos.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 http://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Messages : 521

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 160 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Sam 14 Oct - 19:26


"La lionne fait ses avances bien plus rapidement que toi, tu n'es pas jaloux j'espère"

Un nouveau contact, cela était peut-être une tentative pour se renouer malgré notre différent ou alors un autre propos pour souligner une haine envers celle qui venait rejoindre notre futur périple à Kumo. Cela ne m'importait pas ne pas être celui qui demandait à l'ancienne dirigeante du village de nous suivre jusqu'au pays de la foudre ; l'essentiel consistait à l'avoir près de nous afin de la préserver d'elle même et de ses idées les plus absurdes. Malgré ce fait, étant celle qui devait créer l'antidote, elle continuait à avoir le dessus et à nous diriger.

La tour de l'île tombait en ruine et il en était de même pour son matériel dégradé mais cela ne semblait pas gêner l'experte qui se balançait d'un coin à un autre pour travailler. Regarder ma cousine se concentrer sur sa tâche éveillait un soupçon de nostalgie en moi. Ces actions qui s'enchaînaient les unes après les autres façonnaient un tableau qui me faisait croire que rien n'avait changé chez elle. Beaucoup procédaient à de telles tâches de façon mécanique mais la femme qui se trouvait face à nous parvenait à garder une certaine grâce.

- Rien

Idéaliser les actions de la professionnelle m'avait emporté bien loin de la réalité. Un petit mot annonçait le chaos. Ce simple son me frappa tellement fort que je ne pu m'empêcher d'agir à mon tour. Agité et paniqué je commençais à fouiller la salle comme si un écho du passé tentait de me guider. Mes mains jetaient tout ce qui me semblait inutile, mes jambes me guidaient à travers le laboratoire et c'est en cherchant l'inconnu qu'un souvenir revint à moi. Ma figure paternelle se rendait autrefois ici afin d'étudier toute sorte de chose dont son propre cas. Une certaine maladie le rongeait et il m'en avait fait part. Voilà ce que je cherchais, les études de cet homme. Lier les différentes interrogations de ce scientifique au virus actuel n'avait peut être aucun sens mais cela me  donnait un semblant d'utilité.

- Nous aurons une dose injectable d’ici quelques minutes… Les résultats ne sont pas encore garantis, et c’est pour cette raison que je me porte volontaire pour la tester. Au lieu de vous obstiner à m’en empêcher, parlez-moi plutôt de Suna : qu’est-il advenu après mon départ ? Qui est le Kazekage en place ?

Le paquet de paperasses que j'avais ramassé n'allait définitivement pas servir, n'en voyant plus l'utilité je l'avais transmis à la beauté du désert. Ma cousine portait toujours un peu d'intérêt pour son village du moins c'est ce qu'elle faisait paraître.

- Aux dernières nouvelles c'est Dorumo qui est au pouvoir mais son règne est très différent du tien. Je ne sais pas si je suis bien placé pour en parler, ma partenaire est bien plus ancré que moi dans le système je devrai lui laisser la parole.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t653-annales-de-naeko-esuki#4239 http://sns-rp.forumgratuit.org/t630-bingo-book-naeko-esuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4510-en-cours-naeko-esuki-lexile
Messages : 332

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 145 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Lun 16 Oct - 21:13

Les choses se déroulèrent plutôt bien en apparence pour la Akoshana : le marché avait été accepté par l’ancienne Kazekage. Naeko serait guéri, et Yumi aussi de surcroît. Ensuite, elle devrait aller aider les deux Sunajins à récupérer des informations directement à Kumo. Cela était intéressant, à condition que Yumi tienne parole. Le clone de Raiton de Yagami était là pour s’assurer que Yumi le fasse. A présent envoyé un peu plus loin afin de se placer pour quand le duo reviendrait, le clone était prêt. Et Yagami l’était aussi.

Le trio suivit les pas de l’ancienne Kazekage, pas qui les emmenèrent vers d’anciens laboratoires Kumojins. Etranges, des laboratoires sur une île ? Yagami n’en aurait même pas soupçonné l’existence. L’ancienne Kumo était-elle comme ça ? Peut-être en apprendra-t-elle plus plus tard. Mais pour l’instant, tout ce qui importait était la suite du plan. Yagami s’en fichait un peu de ce qu’il pouvait se passer avec le remède et le sang de Kamin puisqu’elle n’était pas elle-même infectée, mais elle s’inquiétait quand même un peu pour Naeko et Yumi. Normalement, ils devraient s’en sortir, mais personne n’en était sur. C’est donc les pensées bien loin de là où elle était actuellement que Yagami assista à la création du remède.

C’est uniquement lorsque l’on parla d’elle qu’elle releva la tête, sortant d’un joli rêve érotique avec l’un de ses plus anciens sexfriend. Grommelant intérieurement de s’être fait sortir d’un si joli rêve, Yagami écouta la fin de la phrase de Naeko :

– … ancrée que moi dans le système je devrai lui laisser la parole.

Voilà ce que la Kunoichi avait entendue. Se questionnant, elle fini par demander si c’était bien du système politique de Suna dont on discutait. Après tout, ce serait logique que Yumi s’en soucie puisqu’elle n’a pas été là depuis longtemps. Alors que Naeko confirmait ses doutes d’un simple hochement de tête, Yagami expliqua ce qu’elle savait sur la politique de Suna, même si son statut d’apolitisée était criard.

Alors, Dorumo est effectivement le nouveau Kazekage, et il a mis en place un régime totalitaire, pour supprimer les Pro-Shunsuke je crois. Il s’est quand même entouré de conseillers en les personnes de Shinki et Yuki. Cependant, il a mis en place une police politique assez sévère. Moi, je suis toujours cheffe de la garde de Suna.

Yagami marqua une petite pause avant de reprendre dans un souffle :

Ha, peut-être que le laisser devenir Kazekage n’était pas une si bonne idée, après tout… La préparation du remède est-elle bientôt terminée ?

La Kunoichi questionna la Kazekage. Après tout, elle n’avait pas suivit. Elle avait plus posé la question pour la forme plus que pour le fond. L’esprit de la jeune Kunoichi était reparti loin, loin du laboratoire Kumojin, et voguait déjà vers les îles luxuriantes du plaisir charnel. La chose malheureuse était qu’elle allait maintenant devoir combler ses pulsions, mais comment ? La Kunoichi n’y avait pas réfléchi, mais pour l’instant elle s’adonnait imaginairement aux actes sexuels les plus torrides avec le meilleur coup avec qui elle n’ait jamais couché.

Résumé:
 

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5142-bingo-fiche-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/f391-dossier-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/t5141-yagami-akoshana-termine
Messages : 572

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Mar 31 Oct - 22:19

Yumi Esuki avait sans problème identifié la source du problème en combinant les techniques ninja et techniques scientifiques. Elle avait trouvé la molécule responsable, mais ses compétences lui jouait un mauvais tour. Il ne s'agissait guère d'un remède, mais d'une arme. De l'incubateur, une substance inconnue s'en échappait pour se diviser en trois branches, chacune attirées par les trois malades. Les trois ninjas sentaient leur force se faire drainer d'une grande lenteur. D'abord inquiète puis curieuse de cette réaction, l'eisei-nin y jeta un coup d’œil.

Une terrible surprise. Elle était bien la seule à pouvoir ne serait-ce apercevoir la complexité de l'un des composant de ce virus, qui avait certainement demandé des décennies de travail acharnés des plus grands psychopathes. Une biomolécule s'y trouvait et semblait tenir un rôle déjouant les lois métaphysique. Celle-ci envoyait à distance l’énergie des infectés vers un lieu inconnu. Le hasard n'avait pas sa place, la Esuki avait deviné qu'il s'agissait de Kami. Elle eut alors la brillante idée de modifier le virus en l'adaptant au sang de l'être divin afin qu'il lui soit néfaste, un poison optimisé pour sa seule personne. Elle en créa un unique flacon avec la quantité qui lui restait.

Dans la foulé, elle isolait un des autres composants du sang de Kami afin de servir de base pour y concocter un remède.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 332

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 145 両

MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   Mer 1 Nov - 15:37

Le laboratoire, plongé dans la pénombre, n’était éclairé que par de vieilles lampes datant d’un temps à présent révolu. Ce temps où Kaminari no Kuni n’était pas occupé par des cultistes priant un mégalomane se faisant appeler « Kami ». Ce temps où Kumogakure no Sato étaient non pas plein à craquer de civil souhaitant survivre à une maladie mortelle, mais de valeureux Shinobis vivant parmi les civils afin de leur offrir un foyer sécurisé où leurs enfants pourraient grandir sans problèmes. Ce temps qui ne reviendra très certainement jamais si Kamin réussi à mettre en œuvre ses plans. Cependant, Yagami était bien déterminée à mettre fin à cette mascarade dans le but de rendre au Yuukan sa stabilité d’antan.

Dans la pénombre se dessinaient les ombres vacillantes des meubles et instruments encore disposés sur les paillasses n’ayant plus été utilisées depuis un bon nombre d’années. Seul l’ombre de Yumi Esuki se démarquait par son activité certaine, éclairée par les lueurs de lampes de bureau. Alors que le travaille de la jeune femme continuait, ne répondant pas à la question de Yagami, Yumi fit une étrange découverte qui se matérialisa sous une forme étrange : une substance inconnue sortie de l’incubateur pour se diriger vers les shinobis, venait jusqu’à les toucher. Puis, une sensation étrange monta dans le corps des jeunes gens : ils avaient la sensation de se faire aspirer. C’est donc logiquement que chacun recula, laissa la substance étrange sur place. Elle ne bougeait plus, et c’était tant mieux.

De son côté, la Esuki venait de découvrir quelque chose d’étrange. Yagami ne comprit pas tout. Cependant, l’essentiel était que Yumi était parvenue à modifier quelque chose dans le virus afin d’en faire une arme contre Kami lui-même. Du moins, c’était ce que Yagami avait compris. C’était une très bonne idée, d’ailleurs. Peut-être que la mission à Kumo serait la dernière de Yagami ? Peut-être que c’était ici-même que Kamin trouverait la mort, au sein même d’un bastion empli de ses « fidèles dévoués » ? Rien n’était moins sur. Cependant, rien ne pouvait être prédit. Yagami se saisit donc du flacon contenant le poison anti-Kami, et le garda précieusement en vue d'une utilisation future.

Un peu plus tard, Yumi eut finit de produire trois doses de remède, que chacun des shinobis ici présent s’administra. Yagami n’était pas malade, mais c’est purement par précaution que Yumi demanda à la Kunoichi de s’en appliquer une dose. Yagami ne refusa pas et s’administra elle-même le remède. La sensation de la Kunoichi était inexistante, cependant elle pouvait très bien imaginer le bien que le remède devait faire aux deux malades de longue date qui étaient à présent à ses côtés. Peut-être sentaient ils la vie parcourir à nouveau leur veines alors que le sérum se diffusait dans tout leur organisme ? Yagami n’en savait rien, mais elle arrivait curieusement bien à imaginer la sensation que devait ressentir les jeunes gens, qui étaient dés à présent sauvés de la maladie.

Leurs travaux ici étaient achevés, ainsi le trio quitta les sous-sols pour prendre la direction des terres même de Kaminari no Kuni. Yagami appréhendait toujours sur le fait que Yumi les aiderait, mais bon. Dans le pire des cas, le clone suivrait Yumi pour déterminer où se rendrait-elle. C’est donc un groupe de trois qui quitta l’île tortue, un clone de Raiton les suivant à bonne distance ainsi qu’un phénix de glace accompagnant le tout.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5142-bingo-fiche-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/f391-dossier-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/t5141-yagami-akoshana-termine
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La lionne, la tortue et le renard   

Revenir en haut Aller en bas
 
La lionne, la tortue et le renard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite nouvelle du Renard
» Tortue céleste
» renard voleur de.... boules de pétanques !!
» ANTEY - c'est un bisounours-tortue-ninja et sa pote dora l'exploratrice
» Sous l'oeil du renard la délégation revient

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Kaminari no Kuni :: Ile de la tortue-
Sauter vers: