Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Soirée en famille recomposée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 306

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 330 両

MessageSujet: Soirée en famille recomposée   Lun 2 Oct - 22:51



Soirée en famille recomposée





Décevant. Le clan Kinbara était décidément bien éloigné des mœurs de Kiri, Eidan n’avait pas su saisir l’occasion de me demander ce que je pouvais lui apprendre. C’est dommage, il avait un potentiel intéressant, et son Raiton m’aurait sans doute été utile, pour peu que je lui insuffle les bonnes idées. Mais après tout, des petites toutes aussi prometteuses m’attendaient désormais à la maison. Après avoir entretenu mes lames suite au peu d’usage que j’avais eu à en faire, je traversais les rues de Kiri en direction de mon domicile, non sans observer quelques réactions de dégoût qui me plaisaient fortement, pour être honnête. Ce village avait beau être réputé le plus barbare du Yuukan, son peuple était encore bien frêle mentalement pour que certains habitants ne supportent pas la vue d’une banale cicatrice. Je me rappelais soudain que je n’étais désormais plus la seule bouche que je devais nourrir, et que ces petites en pleine croissance ne se satisferaient sans doute pas de simple viande crue. Un rapide détour par le marché me permis de me procurer des denrées correspondant davantage à leurs besoins. Il allait falloir que je m’habitue à ces tâches, mais la cuisine était un loisir que je n’avais plus pratiqué depuis longtemps.

De retour à ce qui pouvait maintenant être assimilé à un domaine familial, je trouvais une des seules ainées en état d’avoir une vie sociale affairée à consulter quelques-uns des ouvrages que je ne gardais pas dans la pièce où elles n’avaient pas encore l’autorisation d’accès.

- Tu veux d’ores et déjà apprendre ? Sois patiente, je vais toutes vous éduquer, mais je préfère vous laisser quelques jours pour être certaine que vous soyez en forme, car, dans ce village, on a pas l’habitude de proposer des entraînements faciles, et je n’y fais pas exception même si je ne suis que civile. Je veux aussi voir ou vous en êtes toutes, avant de vous entraîner.

- Oh, vous êtes revenue, Sensei. Je voulais juste m’occuper un peu, et j’ai vu que vous aviez quelques livres très intéressants… je vous ai pris pour une Ei-sennin quand j’ai vu votre collection.

- Il est un peu tôt pour m’appeler Sensei, Anzu, appelles moi plutôt par mon prénom, on verra plus tard pour les formalités. Ou sont tes sœurs, dit-moi ?

- Oh, elles dorment encore… sauf Azuna, qui fixe le vide, comme toujours. Je me demande si elle retrouvera une conscience, un jour.

- Que lui est-il arrivée pour qu’elle soit dans un tel état ?

La jeune fille qui partageait mes caractéristiques faciales semblait hésitante à se révéler. Pourtant je sentais qu’elle commençait à me considérer comme la figure maternelle qui lui faisait défaut. Briser la glace en passant par le reste de sa fratrie était une solution plausible pour en venir à elle, que je considérais pour l’instant comme la plus intéressante. Son regard encore faussement innocent fini par revenir se planter dans le mien.

- Elle n’a pas supporté la pression de devoir gérer ses cinq sœurs après la mort de nos parents, elle a fini par se dire que c’était là son seul but, et même si au début elle était des plus dévouées, et qu’elle l’est toujours… aujourd’hui elle ne réagit plus qu’à nos voix, et seulement lorsqu’elle pense entendre que l’on a besoin de quelque chose ou que l’on risque quelque chose.

C’était quand même triste de finir ainsi… la dévotion mène à la faiblesse, c’en était bien là la preuve, mais après tout je pouvais sans doute l’influencer différemment, via sa fratrie. Cela commencerait bientôt, cette petite bande allait m’accompagner durant mon prochain périple, et si elles étaient dignes d’être forgées, elles survivraient comme elles l’ont déjà fait jusqu’ici.

- C’est effectivement un lourd fardeau. Mais c’est quand même extrême comme réaction. Je connais beaucoup la psychologie humaine, j’essaierais de lui parler. Pour l’heure excuses moi mais je dois aller préparer notre repas.

Alors que je tournais les talons pour me rendre à la cuisine de la demeure, Anzu vint m’attraper le poignet, réflexe surprenant de sa part.

- Attendez, Sensei… je voulais savoir quel poison vous affectionnez en particulier ? Pour ma part c’est celui de l’Aconit, une mort par paralysie respiratoire et décuplement du rythme cardiaque, c’est un superbe spectacle.

Je croyais rêver, j’avais l’impression de m’entendre parler à mon père étant plus jeune, décidément cette petite en particulier était prometteuse. Lui adressant un sourire, je répondis à sa question en la regardant dans les yeux.

- Et bien, j’en ai essayé une quantité innombrable… et mon préféré a toujours été la tétrodotoxine, Ses effets sont sur ce livre, d’ailleurs. Tu peux le garder si tu l’aimes tant. Je n’en ai plus besoin à vrai dire.

- Oh. C’est un cadeau intéressant, merci... Sensei.

- Anzu, je t’ai déjà dit que tu pouvais m’appeler par mon prénom, pour la dénomination de Sensei, on verra plus tard.

- D’accord... désolée, maman.

Elle venait de m’appeler maman... C’était étrange, mais cela confirmait mon impression première. C’était biologiquement impossible, mais à ses yeux c’était tout comme. Elle serait donc la première à recevoir l’enseignement que je comptais leur dispenser.

- Si ça peut te faire plaisir, appelles moi comme ça, oui. Excuse-moi, je dois m’y mettre, vu l’heure.

Laissant alors la petite à sa lecture, je m’affairais à préparer le premier repas que je ne prendrais pas seule en ces lieux depuis bien longtemps. Cela faisait déjà quatre longues années que mon paternel avait trépassé, de ma main… pour une motivation ridicule. Venger ma mère… comme si c’était vraiment pour ça que j’avais voulu le tuer. C’était plutôt car je n’avais plus rien à tirer de lui, et ce prétexte était idéal. Ce vieux fou avait quand même réussi à faire de moi ce qu’il voulait, j’avais même dépassé ses attentes… et j’espérais que mes protégées dépasseraient les miennes.

Rapidement, l’heure du repas se présenta, et fort heureusement mon savoir-faire culinaire ne m’avait pas délaissée. Ayant préparées de généreuses fournées de makis, accompagnées d’un grand bol de ramens pour chacune, suivi d’un kasutera que j’avais bien mieux réussi que dans mes souvenirs, j’avais préparé la table pour de nombreuses bouches, qui s’étaient attablées simultanément, visiblement enjouées de pouvoir prendre un vrai repas, chose qui leur manquait depuis bien longtemps. Même l’ainée, qui m’avait été décrite comme dénuée d’émotions, semblait apprécier ce nouveau mode de vie que je leur avais proposé, même si son regard trahissait un esprit vide. Les plus jeunes m’avaient posées grand nombre de questions sur mon passé, mais elles ne devaient pour l’instant pas trop en savoir. Le récit que je leur fis était à la fois cohérent et incorrect, leur dissimulant encore la part de mon être que je souhaitais surtout leur transmettre. Mais de toute manière elles s’en rendraient très vite compte. Le repas se passa ainsi, une bande de jeunes filles découvraient leur hôte, et inversement, dans une situation dont la configuration et l’évolution seraient sans doute semblables en de nombreux points au syndrome de Stockholm.

Nous discutions encore un moment par rapport à leur situation passée, ce qui me permit de jauger les aptitudes de chacune dans le seul domaine qui m’intéressait. Visiblement extenuées, elles allèrent ensuite se coucher tandis que j’accomplissais diverses tâches ménagères de mise après cette soirée. Leur hiérarchie d’importance était désormais établie à mes yeux, Anzu étant la plus intéressante.

Lessivée à mon tour, je gagnais rapidement ma chambre, et me déshabillait rapidement pour gagner l’intérieur du royaume de Morphée. Avoir utilisé autant de chakra en une journée était sans doute la cause de cette fatigue inhabituelle. Mais la nuit allait la gommer, elle devait la gommer. Deux jours seulement restaient avant qu’une petite expédition se mette en route pour un long périple.


Résumé du post


Résumé : Rentrant de son jeu vain avec Eidan, Akame passe pour la première fois une soirée en compagnie de ses protégées, en profitant pour les évaluer. Il en ressort finalement qu'Anzu est en passe de devenir sa préférée, et que c'est d'ores et déjà avec elle qu'elle est la plus proche.

Santé : 100%

Chakra : 100%

Techniques utilisées :




Code by Joy

_ _ ___________________________________________ _ _




Thèmes d'Akame:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7848-annales-d-akame-akuryu http://sns-rp.forumgratuit.org/t7819-bingo-book-d-akame-akuryu http://sns-rp.forumgratuit.org/f527-dossier-akame-akuryu http://sns-rp.forumgratuit.org/t7820-akame-akuryu-son-devouement-n-a-d-egal-que-son-originalite-en-cours
 
Soirée en famille recomposée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une soirée en famille
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Conditionnel...Présent...Passé...Recomposé
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Une soirée à l'auberge (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Mizu no Kuni :: Kirigakure no Sato-
Sauter vers: