Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Périple avorté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 196

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 230 両

MessageSujet: Périple avorté   Sam 7 Oct - 18:11



Périple avorté




Elles attendaient toutes ce jour avec impatience. L’idée d’une vengeance sur Ame les surexcitaient d’une façon que je trouvais moi-même étrange… mais après tout elles étaient sur la bonne voie.

Nous venions de quitter le village à une heure ou personne, à l’exception des gardes, ne pouvaient le savoir, mais ces derniers étaient bien trop imbibés pour se rendre compte de quoi que ce soit. Nous nous dirigions de nouveau en direction du village ou je les avais recueillies il y a quelques jours… une surprise de taille nous y attendait.

Nous venions de pénétrer dans la localité endeuillée, trois hommes se tenaient près d’une sorte de sépulture improvisée et nous arrêtèrent rapidement.

- Vous toutes, vous savez qui a tué notre camarade ?

Celui qui semblait avoir le contrôle sur les autres dans ce groupe pris ensuite rapidement la parole.

- Peu importe. S’il est mort ici c’est que Kiri en est responsable, comme ils sont responsables de la mort de notre Sanako. Bien, préparez-vous, nous allons exterminer ces civiles pour la peine.

Le nom qu’il venait d’évoquer fit soudain écho avec un nom que j’avais mémorisé depuis un long moment... ainsi cette enflure était déjà morte, ce voyage ne serait donc pas aussi fructueux que prévu. Mais dans tous les cas, ces trois imprudents périront, comme tous les autres.

L’affrontement démarrait, mais ceux-là étaient bien plus forts que ce à quoi j’avais l’habitude, impossible de contenir le troisième opposant, qui alla se mesurer à mes protégées… espérons que le large avantage numérique leur suffirait. Ses deux collègues requéraient toute mon attention, leur maîtrise du Kenjutsu était au moins égale à la mienne, et mes armes, comme mon corps, seraient sans doute bien mal en point si aucun chakra n’était présent pour les protéger. Je me retrouvais en difficulté pour la première fois... non, la seconde, mais le nombre faisait sans doute la différence ici, je n’avais qu’une adversaire la première fois que ça m’est arrivé. La différence résidait également dans le fait qu’ici, je ne pouvais me permettre de subir une défaite.

Bloquant les lames de mes assaillants à l’aide des miennes, je profitais de ce bref répit pour en mettre un à terre d’un mouvement latéral, ce qui me permis de surprendre son camarade pour mettre un terme à sa vie. Affronter le survivant fut tout de suite plus aisé… mais un évènement allait venir contrecarrer le bon déroulement de cette joute.

Brièvement, un coup d’œil vers le troisième opposant me fit écarquiller les yeux. Il avait terrassé quatre d’entre elles, et Aiko était à présent empalée sur son arme, Anzu était la seule encore plus ou moins indemne... mais elle était désemparée et incapable de combattre plus longtemps, s’il y en avait bien une que je devais protéger, c’était elle. Je délaissais alors mon adversaire actuel pour parer la lame de celui qui s’apprêtait à abréger la vie de ma dernière adoptée encore en vie, non sans encaisser une vive douleur à l’épaule puisqu’il semblait maîtriser le Katon, chakra élémentaire dont sa lame était enduite, me provoquant une intense brûlure dans le bras droit. Néanmoins je profitais de la situation pour saisir sa main, l’empêchant ainsi de fuir, et abréger à mon tour sa misérable existence… avant d’être attaquée lâchement par le dernier ANBU présent, qui reçut un traitement similaire. Ce genre de stratégies m’était trop familier pour fonctionner contre moi… le principal était qu’Anzu était en vie… dévastée, mais en vie. J’enclenchais dès à présent la circulation de mon chakra médical dans mon corps, pour le remettre en état.

- Mère… mes sœurs… sont-elles toutes… ?

Elle semblait anéantie par cette constatation, leur cohésion habituelle n’avait pas suffi à résister à un guerrier surentraîné… preuve qu’elles auraient encore dû faire beaucoup de chemin.

- Elles le sont toutes oui, je ne ressens plus leur chakra, tu as eu de la chance que je sois là… elles, étaient trop faibles.

Son visage se décomposa brièvement, entendre ce genre de remarques devait sans doute la désemparer, mais c’était une étape nécessaire à son évolution. Je n’aurais toutefois jamais pu anticiper sa réponse…

- Si votre mère s’était faite tuer sous vos yeux, vous l’auriez trouvée faible elle aussi ? La réponse est non… puisque dix-huit ans après l’évènement, lorsque vous l’avez appris, vous étiez toujours animée d’une envie de vengeance.


Quelle insolence, j’avais commis l’erreur de trop leur en dire hier soir… mais je ne pouvais pas dire qu’elle avait tort, si j’avais été en face de mon paternel à ce moment-là, nul doute qu’il aurait décoré les murs de notre habitation avec l’entièreté de son être. Voir cette petite pleurer ses défuntes sœurs, au bord du désespoir de la sorte… c’était clairement de la faiblesse, mais une partie de moi refusait de voir la situation sous cet angle. Examinant les cinq défuntes, je récupèrerais le peu d’armement qu’elles possédaient encore et leur octroyait une sépulture décente, dans l’ordre croissant de leur âge, sous les yeux ébahis de la seule qui leur avait survécues. Une fois cela fait je vins me planter en face d’elle, relevant sa tête pour la fixer dans les yeux.

- Tu ne crois pas que tes sœurs ont une meilleure image de toi en tête, actuellement ? Ce serait débile de leur ôter avec une image si pitoyable.

- Vous pensez vraiment que les morts survivent ? J’ai toujours trouvé ça impossible.


Je désignais alors les quelques marques indélébiles qui ornaient ma peau, avant de reprendre.

- Ces stigmates, ça fait dix-sept ans qu’ils dormaient, je ne les ai éveillés que récemment, et je n’en ai pas encore le contrôle. Pourtant ça fait quatre années maintenant que mon père, qui me les a apposés, est mort. Voilà pourquoi je te certifie que même une fois mort, tout le monde laisse une trace, et en garde donc forcément une de son environnement.

- Je vois… vous avez sûrement raison, mère.

- Tu le verras bien par toi-même… bien, je suppose que tu n’es plus d’humeur à poursuivre. Et moi non plus à vrai dire… dès demain je vais t’enseigner tout ce que je sais, disons que cette débâcle t’aura été bénéfique, ma fille.

Le retour au village caché de la Brume fut bien prématuré, la troupe amoindrie et le moral sapé, mais cette matinée avait été riche en informations. Ma cible morte, la quasi-totalité de mes protégées également, et la seule survivante me fait découvrir une facette de moi-même dont je ne soupçonnais pas un seul instant l’existence… mes plans ne changeaient pas, ils s’adaptaient.


Code by Joy

_ _ ___________________________________________ _ _




Thèmes d'Akame:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7848-annales-d-akame-akuryu http://sns-rp.forumgratuit.org/t7819-bingo-book-d-akame-akuryu http://sns-rp.forumgratuit.org/f527-dossier-akame-akuryu http://sns-rp.forumgratuit.org/t7820-akame-akuryu-son-devouement-n-a-d-egal-que-son-originalite-en-cours En ligne
 
Périple avorté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Photos de l'assaut avorté des Eldars sur une forteresses du Chaos
» Une visite chez le mécano[Avorté]
» Prise d'assaut [ Evènement de groupe : X-men, Confrérie et Vladimir ][Avorté]
» Une voiture peut en cacher une autre (rp privé Ayou)[Avorté]
» Chronique d’une tentative avortée de crime d’État

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Mizu no Kuni :: Villages Civils-
Sauter vers: