Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Ao Yakushi • Dam'zelle en détresse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Ao Yakushi • Dam'zelle en détresse   Sam 25 Nov - 21:32



Ao • YAKUSHI


IRP !

Nom : Yakushi
Prénom : Ao
Âge : 16
Sexe : Masculin
Nindo : Aucun
Village :  Konohagakure
Clan : Aucun
Rang souhaité : Genin & B
Bingo Book : Bingo-Book


Je ressemble à...
Je fus loin d'être mal nourri pendant mon temps à l'institution; ma croissance fut constante au cours de mon passage là-bas, bien qu'elle se vus être ralentie en partie parce que les gens avec qui je voyageais eus décidés de diviser la nourriture également. Bref, un mètre soixante-quinze était loin d'être une petite taille, d'autant plus que je pouvais toujours espérer gagner quelques centimètres dans les prochains mois, voire années. Arborant une crinière blonde et des pupilles oscillant entre l'ambre et le gris métallique, mon physique était relativement particulier pour un habitant de Konoha, bien qu'explicable par mes origines relativement lointaines-- voire inconnues. Mon physique était loin d'être repoussant non plus, avec une stature relativement attirante de par mes épaules carrées et ma mâchoire pointue. Je n'avais qu'un seul habit que je lavais en compagnie des autres de notre bande; une paire de chinos noirs délavés qui penchait vers le grisâtre, ainsi qu'un t-shirt blanc tâché de bleu sur le côté gauche. Je traînais d'habitude dans le village portant ces habits, même si une fois de temps en temps un de nous empruntait les chaussures de l'autre pour avoir l'air présentable; on alternait et on partageait tout, même nos habits.


Je pense à ...
Chaque homme se doit d'un jour se poser cette question, si simple et pourtant la cause d'innombrables tourments et débats interpersonnels entre certains des plus grands penseurs de notre ère, et celles qui précédèrent; « quel est ma couleur favorite? ». Certains répondent d'habitude à cette question en suivant les masses, sans réellement faire de choix sois-disant « logique ». Puis, nous nous retrouvons à questionner les implications et les conséquences de notre réponse à cette question. Choisir une couleur quelconque déterminera-t-il la couleur à laquelle je devrais être associé pour le reste de mes jours? Les gens qui répondent à cette question ont-ils réellement fait leur choix, ou cette couleur est-elle celle que leur groupe d'amis ou leur entourage a choisi à leur place? Cette question est souvent posée sous une forme très familière et fortuite, dans une discussion entre amis. Mais elle est parfois posée en plein milieu d'une discussion avec un fonctionnaire influent, ou un haut-gradé qui pourrait déterminer notre sort jusqu'à la fin des temps. Certains d'entre nous choisissons de prendre, disons « bleu », parce qu'un de nos parents a toujours été un grand fan de cette couleur. Ou parce que notre copine, ou notre petit ami, ou notre petit frère, ou notre enseignant nous a toujours vanté les mérites de ceux qui prennent la route des « bleus ». Et pourtant, cette question reste éternellement sous-estimée et est considérée comme étant la question la plus vague de tous les temps, selon certains. Et si l'on vous posait la question; « que veux-tu faire dans la vie? », dans quelle mesure votre fil de pensée sera-t-il différent de celui que vous aviez utilisé en répondant à la question « quel est ta couleur favorite? ». Parce que de mon côté, je suis loin de savoir quelle est ma couleur favorite.


J'ai vécu...
Les averses semblaient toutes être concentrées sur elle, malgré le fait qu'elle était seule et que sa tenue était très légère. Mes yeux étaient entrouverts, de crainte qu'un-peu-trop-d'eau se retrouve à dilater mes pupilles de poupon si fragiles. J'étais conscient des bruits dérangeants qui venaient de ma bouche, du fait que ce brouhaha causé autant par la pluie que par mon comportement enfantin allait la déranger fortement; et pourtant, il était si difficile de pouvoir me contenir. Malgré le très faible champ de vision qui s'offrait à moi, je parvins à voir son visage se tourner derrière elle, et lus sur ses lèvres quelques mots, des mots qui me sont toujours inconnu. Je sentis mon corps souffrir d'une nouvelle étreinte qui ne m'était pas étrangère, tandis que mon porteur sautait toujours de branche en branche, conversant avec elle une fois de temps en temps. La pluie était toujours aussi forte, et ne s'était pas arrêtée lorsque mes yeux jetèrent leur dévolu sur ce bâtiment qui m'était tant étranger. Quelques minutes plus tard, je sentis une autre étreinte contre moi, que quelqu'un d'autre tenait ce corps fragile qui m'appartenait. Je levais les yeux, et ces deux figures familières qui, un instant plus tôt, me blottissait contre eux, me regardait avec des yeux qui feignait une certaine pitié; ou était-elle réelle? Ce fus à ce moment là que mon corps malade échappa ses premiers sons qui eux, étaient sensés. « Ao. », dis-je, inconscient de la gravité de ces mots sur mon futur. Et à nouveau, les averses s'étaient avérées à être de pire en pire; cette fois-ci, elles ne venaient pas des cieux qui m'avaient tant maudit, mais plutôt des yeux de ces deux visages tant unies. Mon corps se retrouva à nouveau chez mon nouvel hôte, et je ne revus jamais papa et maman.

Nous étions tous égaux. Les questions que certains que l'ont leurs posent, celles qui concernaient notre passé, ces questions étaient devenues l'équivalent de gros mots. Nous étions une communauté, unie non par un lien du sang, par un lien d'amitié. Évidemment, certains d'entre nous étaient des gamins à problème, le genre d'enfants qu'aucun parent ne voudrait avoir (l'ironie du sort), mais la plupart n'étaient que de simples enfants qui avaient été éduquées sans véritable famille. L'environnement dans lequel j'avais grandi était un environnement parfaitement sain pour un bambin de mon âge; à 7 ans, je savais déjà comment lire et écrire, était très éloquent et articulé dans ma façon de parler, sans être un prodige non plus. Nous n'avions toutefois pas appris les bases des arts martiaux, et nous concentrions à la place sur notre capacité à pouvoir servir de main d'oeuvre dans un des trois villages qui nous entouraient. On ne nous disait rien sur le monde extérieur, et rares étaient ceux qui avaient tenté de s'échapper d'ici. Le mot « échapper » doit être un peu hors-de-place dans cette phrase, car en réalité, nous étions loins d'être inconfortables ou préoccupé par quoi que ce soit à l'institut. Nous avions tout ce dont nous avions besoin, et la vie était normale. Ici, le mot « était » n'est pas du tout hors-de-place.

Treize ans d'instruction et d'éducation rigoureuse pour au final se retrouver sur les trottoirs. Parmi notre fameuse « communauté », l'on retrouvait quelques chanceux étant devenus livreurs de journaux ou concierges dans des établissements quelconques. La majorité des filles des cohortes plus âgées avaient finies prostituées ou danseuses exotiques, quoique celles de mon âge étaient en voie de suivre cette route malheureusement populaire parmi ces anciens orphelins. Pour ma part, je faisais partie de la majorité qui n'avait pas travaillés assez dur pendant mon temps là-bas. On n'avait dit à personne qu'ils allait finir sur le bord de la rue, à mendier pour quelques ryo en échange de services aussi farfelus les uns que les autres. Penser que ce paradis allait durer était une grossière erreur de notre part, et pourtant nous avions fait partis de ce dogme qui nous subjuguait à un futur sous le seuil de pauvreté, un futur au sein duquel la question n'était pas « que serais-je dans cinq ans? », mais plutôt « serais-je toujours vivant demain? ». Chaque jour s'avérait être un combat, et entre orphelins, nous nous battions en équipe afin de pouvoir continuer de survivre. Nous avions passés quelques mois au sein de l'académie du village, mais les frais d'inscriptions à l'examen de passage au grade suivant étaient exorbitants pour de vulgaires mendiants tels que nous. Nous avions nos bras, nos jambes et, pour de rares chanceux, une tête et un cerveau constamment en alerte. La vie que nous vivions était l'équivalent d'un grand huit qui ne voyait jamais de virages, mais qui parvenait tout de même à nous donner le tournis. Ambition était rare parmi nous, et malgré que certains d'entre nous s'avérait être un peu rêveurs et se voyait déjà arborer une veste de haut-gradé comme celles que nous voyons sur les photos, notre moral finissait toujours par nous tirer vers le bas. Les « quand » devenaient des « si ». Les « je serais » devenaient des « je voudrais ». Et les « je voudrais » étaient en voie de disparition. C'était ça, la vie.


• Âge :
• Localisation : Canada
• Prénom : Enzo
• Nindo : Je le ferai demain. Yep. C'est ça mon nindo.
• Passions : Le foot, l'économie, la bouffe
• Personnage du manga préféré : Rock Lee
• Comment avez vous découvert le forum ? : Google
• Comment trouvez vous le forum ? : J'aime bien la couleur du background, sinon le principe est super intéréssant!
• Que faudrait il changer ? : La description du forum qu'on voit sous la bannière, mais c'est qu'un petit détail!
• Autre chose ? : Nop', RPiste depuis quelques années.
• Avez vous lu le règlement ?* : Oui



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ao Yakushi • Dam'zelle en détresse   Sam 25 Nov - 23:29

Fini ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1122

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 1 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 230000000000000 両

MessageSujet: Re: Ao Yakushi • Dam'zelle en détresse   Dim 26 Nov - 1:58

J'adore ton histoire, dans tous les cas.
Et ton avatar aussi. Gai. <3

Bref, tout ça me semble super convenable !
Pour ma part, je te valides facilement Genin rang B à Konoha !

_ _ ___________________________________________ _ _


"L'existence des villages ninjas n'a qu'un sens : réunir et protéger."
-Shinsei Uchiha, Été 120, "Les Hautes Sphères", Kumo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t7896-annales-de-shinsei-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/t5865-bingo-book-de-shinsei-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/f475-dossier-shinsei-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/t5866-shinsei-uchiha
Messages : 544

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées:
Monnaie: 70 両

MessageSujet: Re: Ao Yakushi • Dam'zelle en détresse   Dim 26 Nov - 17:20

Validé Genin de Konoha de rang B !

Une plume pas extraordinaire mais avec de jolie description, et des soupçons de vérité un peu fatidique, miam.

_ _ ___________________________________________ _ _

Si lorsque le vent hurle, la montagne ne ploie pas... Hurle plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4451-uzumi-hibiki http://sns-rp.forumgratuit.org/f359-dossier-uzumi-hibiki http://sns-rp.forumgratuit.org/t4798-uzumi-hibiki
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ao Yakushi • Dam'zelle en détresse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ao Yakushi • Dam'zelle en détresse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Jeune Maîtresse du Savoir cherche .....
» Loria [Grande Prêtresse]
» 2 petits vieux en détresse-sauvés
» Xalith Vyk'zlade [Haute-Prêtresse] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Administration :: Présentations :: Validées :: Konoha-
Sauter vers: