Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Dans la peau d'un autre [+18][Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 176

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 2 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 40 両

MessageSujet: Dans la peau d'un autre [+18][Solo]   Mer 17 Jan - 23:24

J’arrivais depuis Tani que j’avais parcouru rapidement tant il n’était pas large, et la frontière sablée du pays du vent m’ouvrait ses portes ardentes, comme un souffle chaud et affectueux, voir étouffant.

Le rythme de vie devait être différent, avancer par temps clair et sous le soleil de plomb était presque digne de folie, mais mes vêtements peu épais m’empechaient de suffoquer ou de brûler vive. Déambulant sans connaitre la direction du village caché de Suna, je tombais sur un fleuve, seul endroit ayant l’air vivant de jour.

Alors que je le suivais, préférablement de nuit, je tombais sur les lueurs presques féériques, comme l’auraient orchestré des lucioles, mais sans la chorégraphie. Il s’agissait la d’un village.

Petits lampions, aucune torches, le peuple de cet endroit donnait tout pour éviter de produire le moindre feu de trop. Il était situé dans une sorte de crevasse naturelle sans doute creusée par la crue du fleuve qui année après années avait dû descendre naturellement pour ne pas faire de pallier lisses, forçant les colons à abattre la verdure et à se servir des sources pour former des pilotis fort bien agencés à leur maisons suspendues. je décidais de stationner au dessus du village pour scruter les habitants dans cette soirée fraîche qui s’annonçait très froide. Je notais dans ma tête les détails qui me venaient au premier puis au second coup d’oeil. Les grandes maisons étaient pour les chefs et femmes de chef a première vue, les petites pour des gens de moindre importance et sûrement pour les célibataires ou les visiteurs.

J’invoquais un tanuki et lui confiais mon attirail, je gardais un Kunai et ma tenue. Alors que je me penchais vers le gouffre un long silence accompagna. Je sautais dans la gueule béante et rougeoyante du monstre en dessous de moi, et pendant mon léger mais long parcour, je formais un mudra.

-Henge!

Un petit chaton, petit, mortellement mignon arriva cette nuit la dans le village, il fît le tour des propriétaires sans se faire repérer jusqu’à trouver ce qu’il cherchait, dès lors, il se roulait en boule sur le paillasson d’entrée et attendait le lendemain.

---

Un homme, fort, vigoureux et visiblement arrogant par son attitude ouvrit le rideau de billes lui servant de porte et failli me marcher dessus, il s'arrêta au dernier moment, puis se pencha en s’accroupissant, l’air étrangement surpris.

-Macha !? C’est à toi le petit chat devant ma porte?
Cracha-t-il en se retournant à demi pour écarter la porte souple.

Une femme, dénudée et visiblement sur un lendemain d’ivresse et de débauche se releva à moitiée sur le lit de son conquérant d’un soir, l’air vaguement fatiguée et passablement toujours pas remise.

-Uhh?
-Ne me réponds pas “uhh”...

Il m’attrapait par la peau du cou.

-Ca la, c’est à toi?
-Nnn…

La fille tombait sur le dos.

-Mais qu’est ce que c’est que cette réponse de merde ça “nnn”?

Il me retournait pour m’examiner, me sentait.

-Tu sent la gonzesse, ta une maitresse ou pas?


Je le regardais, s’attendait-il à ce que je miaule “oui” ou “non”? Je ne répondait pas, préférant ronronner avant de tendre une patte vers lui comme pour agripper sa longue chevelure blonde. Je le voyais hésiter, fermer les yeux, soupirer longuement et me reposer doucement derrière les billes de l’entrée de sa maison.

-Okay, si tu sort pas, je le garde…
dit-il lentement dans un murmure pour s’en convaincre.

Je posais mes fesses au sol et le regardais, détaillant la moindre parcelle de son corps à nu, c’est à dire la moitié. Une musculature digne d’un dieu de la guerre, des tatouages blancs sablés sur une peau vaguement tannée par le soleil, un regard brun presque carmin caché parmis des mèches folles. En dessous, il avait eu la descence d’enfiler un pantalon.

-Okay, reste là alors.. me lançait-il.

Il me dépassais, se laissait tomber sur le lit, faisant sursauter la fille.

-Macha, t’es prête pour un quatrième round?

-Hmmm.. fît elle, approbatrice.
-Je savais que tu dirais ça..

Je le regardais quitter son vêtement à la vas vite, puis se pencher sur elle et lui faire sauvagement l’amour. J’étais estomaquée, ma machoire de chat était entrouverte, c’était la première fois que je voyais cela entre un homme et une femme. Ca avait l’air si… Différent, je me demandais l’effet que cela faisait de… Et si… Trop, trop de question étranges se bousculaient dans mon esprit.

Il finissait après un long moment, la fille ayant tressauté plusieurs fois, elle était presque au bord de la syncope mais visiblement radieuse dans son plaisir. Après qu’elle ai fait passé sa main sur les dorsaux du mâle, il se leva, et je pouvais le voir entièrement nu avant qu’il ne s’habille sommairement, préférant poser son manteau sur ses épaules plutôt que de l’enfiler, tout comme sa chemise blanche.

-Je sors m’acheter du tabac Macha, m’attends pas pour manger ou me dire à bientôt, on se reverra sous peu, c’est un p’tit village. Tu va rester là truc ou?

Il s’adressait à moi, je m’écartais en me frottant sur sa jambe pour le laisser passer puis le suivais dans le village.

-----

J’étais resté là une bonne semaine, histoire d’étudier ma victime, ses petits hobby, ses passions, ses conflits internes, ses relations et tout le reste. Je m’absentais relativement peu pour reprendre ma forme, surtout pour me reposer puisque le Henge pourrait se dissoudre pendant mon sommeil. La nourriture pour chat était… Étrange, pas très… Je sais pas, disons que le poisson fumé avait meilleur goût.

Un soir ou il rentrait sans conquête et ivre je décidais de me mettre à l’action. Je reprennais ma forme originelle, tirais mon kunai de la ceinture ou il était et m’approchais du lit ou il respirait fort. Il ne sentirait pas le coup venir.
Gorge, coeur, il tendait deux mains vers sa trachée tranchée, gargouillant des mots incompréhensibles. Je posais une main sur son visage pour le calmer pendant que son regard bientôt vide se posait sur moi comme pour me demander pourquoi.

-Shhhh, shhh, c’est la nature qui t'appelle, réponds lui, nya. le rassurais-je.

Ses yeux devinrent la manifestation de la colère, puis se figea et je fermais ses paupières.

J’initiais mon nouvel atout, le henge suprême, tout pendant que je délestais le corps de son pantalon. Il n’avait rien en dessous, comme d’habitude, cela me gênais peu au final et je doutais que ca lui fasse quelque chose maintenant qu’il avait passé l’arme à gauche. Je me dénudais alors que les premiers pectoraux commençaient à faire leurs apparition, Puis enfilais le pantalon. J’invoquais ensuite un tanuki et lui donnait mes affaires avant de le révoquer. Celui -ci c’était moqué de ma tenue en m’expliquant que les femmes couvraient leurs seins en général.

Le jutsu se poursuivi longuement, pouvant parfaitement me concentrer en étant sûre de ne pas être dérangée, la ville ne bougeait pas la nuit par peur des scorpions et autres créatures dangereuses qui ne vivent que la nuit. Un long moment fût nécessaire, mais j’avais réussi. Mon apparence avait maintenant calquée la sienne avant sa mort, et ce Henge tiendrait bon jusqu’à que j’en décide autrement, ou que l’on me force à revenir à mon état primaire.

Je regardais la pièce, une bougie, un briquet, ses draps, du bois grâce à son lit… J’allais chercher ses papiers pour les brûler avec lui dans le four à bois. J’allais devoir le cuire par petit bout, je m’attelais donc à la tache de le débiter en tranche avant de l’enfourner morceau par morceau…

Cela me pris une bonne partie de la nuit, il me restait du sang sur les mains, je me disait que bruler sa maison pourrait être une solution, je l’avais envisagé bien avant, je mettais mon plan a exécution.
Le feu prenais bien, j’avais toujours du sang sur les mains, et rien pour expliquer les tâches de sang au sol. Je regardais le mur du couloir de l’entrée maintenant que je n’avais plus de Kunai… Ca allait être douloureux. Mon avant bras raclait plusieurs secondes sur la parois rugueuse du mur, ouvrant des plaies douloureuses mais convaincantes.

-----
Apparence Manshin:
 
-----

Je sortais dehors après m'être assurée que le four avait fini son office et que plus rien ne restait de la carcasse de ma victime, j’adressais une prière à la nature, lui demandant d’être clément quand à la réincarnation de se dépravé beau parleur légèrement macho qu’était Manshin le vaniteux.

-AU FEU !!! AU FEU !!! TOUT LE MONDE DEBOUT LA MAISON DE MANSHIN !!! UN INCENDIE !!! criait l’un des chefs du village.

J’avais le bras en sang, je m'efforçais de boiter du mieu que je pouvais et me mettais en ligne dans la chaîne pour amener l’eau en jurant comme il l’aurait fait.

-Putain fait chier, bordel de merde ma baraque, saloperie de four de merde !!
-Ca va Manshin? Tout va bien? me demandait une des villageoise angoissée.
-Ne t’en fait pas je vais bien Ora, je pisse un peu le sang mais je vais m’en sortir. J'avais éteint mon four, une putain de braise à dû rester allumée et c'est repartit...

Je voyais son regard inquiet et lui montrait mon avant bras. Elle hoquetait un sifflement de douleur empathique et je décidais de lui expliquer.

-J’ai cru que j’allais rotir et j’ai roulé sur une bougie avant de m’exploser le bras sur le couloir, l’enduit du mur est rêche.

-Oui, mon dos s’en souvient encore, répondait-elle avec un sourire en me montrant des marques similaires mais cicatrisées rien qu’en se penchant.

Alors Manshin avait couché avec Ora aussi? Cela devait dater au vue des marques. Néanmoins j’avais déjà la réponse “tac-au-tac” type de Manshin sous le coude.

-Excuse moi, si j’avais su que j’allais raviver la douloureuse expérience d’une soirée torride, j’aurais peut être décidé de m’exploser les genoux au sol.
-Hahaha, passe moi l’eau au lieu de déconner.
-Tout de suite madame! blaguais-je.

-----

La soirée passa aussi vite que le feu s’éteignit, et tout le monde put se reposer enfin, en commençant par moi, quoi que le désinfectant et les pansements piquaient plus qu’autre chose. “Surtout repose toi bien m’avait demandé le docteur avant de revenir, bouillante comme une théière trop chaude mais sans le son…
Je ne savais pas comment réagir face à cela… Je me doutais bien que cela arriverais, mais probablement pas aussi tôt.

Au final j’avais pus m’en sortir avec l’excuse la plus bateau du monde, “faire semblant de dormir”. Elle m’avait caressé, sûrement pour déclencher une réaction, un reveil. Mes idées plus que le reste avait fait dressé le… Hum.... Et je, enfin… J’avais continué à feindre jusqu’à qu’elle s’en aille probablement déçue.
Comment faisait Manshin pour supporter autant de pulsions? Je n’avais pas la réponse à cette question, mais en même temps, mon expérience était proche de zéro, la seule pratique que j’avais datait des entrainements de paraître avec Wudao, et encore même là, j’étais si appliquée que je n’avais pas subit
toutes ses… Choses étranges que je pouvais pas expliquer.

-----

Je me redressais dans le lit, un nouveau manteau m'attendait, pour remplacer l’ancien que j’avais oublié. J’allais devoir me rendre au bureau central, pour refaire mes papiers.

Je me rendais d’un pas lent, l’air vaguement dépossédé, songeur, mais toujours typique de Manshin vers le poste, et regardais le vieux Horuga Jeniferu.

-Salut Jen, mes papiers ont cramé pendant l’incendie, y’a moyen que tu me les refasses gratos, j’ai plus un rond depuis que…

Il me tapais sur l’épaule affectueusement.

-T’inquiete, le village sera toujours la pour toi. répondit-il.

Il me faisait suivre une procédure normale, ce après quoi il me tapait à nouveau dans le dos et me donnait “trois ronds” pour me payer à boire au comptoir. C’était la suite logique, alors je me laissait guider et marchait comme un zombie jusque là.

Le barman offrit la tournée a tout le monde en mon “honneur” et des boissons autant que je voudrais, à condition bien entendu que je ne crame pas la prochaine maison que j’aurais pour avoir un nouveau service. Je riais jaune à la blague pendant que j’étais la risée du village, puis l’ambiance repris plus calmement.

Une fille m’accosta, puis une autre, et une autre, avant de commencer à se crêper le chignon pour savoir qui m’hebergerait pour la nuit. C’était le pire scénario pour moi, car je savais qu’elle serait la réponse de Manshin le vaniteux.

-Du calme les filles… Vous savez, je pense que si on fait une petite fête chez Tora, ca me passerait sûrement le mauvais gout de défaite que j’ai dans la bouche.

J’allais passer une soirée étrange avec trois femmes… Mes attributs fonctionnaient, mais de manière stérile, donc pas de soucis de ce côté la. En revanche, je manquais sans doute d’expérience, et ce que j’avais vu dans le lit de Manshin n’était sans doute pas suffisant, bien qu’une solide base théorique.

-----

Des seins, des hanches, de la chair nue, des beautées naturelles et autant de trésors qu’un homme pourrait en désirer j’imaginais. J’étais toujours dans mon jeu de jeune homme perdu dans son chagrin, dans ses “emmerdes” comme aurait pu le dire Manshin. Elles s’occupèrent de moi, me bandèrent les yeux, puis me firent tourner. Je devais ensuite les retrouver, chose facile, j’avais fait cet exercice plein de fois avec les tanuki et il s'agissait de les esquiver, tâche plus facile que de trouver trois femmes ivres…

Mais j’étais moi même passablement ivre, bien que plus en état que les villageoises, mais quand même suffisamment pour trébucher sur une étoffe. je me penchais, attrapais le bout de tissus, une odeur emplissait mes narines, l’excitation mon bas ventre, et je riais en réponse aux gloussement. Je tendais la main devant moi et attrapais le bras d’une jeune femme que je rapprochais. J’entendais un liquide faire des bulles, elle buvait de son autre main, puis m’embrassait. Elle ouvrit ma bouche, poussant le contenu de la sienne jusque dans ma gorge avant d’y plonger sa langue dans un moment ardent. Je savourais cet instant, sans trop savoir quoi faire, mais me prêtant au jeu volontier.

Ma ceinture se débouclait, ou peut être que quelqu’un le faisait, avec mes sensation grisées je ne percevait que mal les actions de mes partenaires. Tout comme deux bras se glissaient sous mes épaules, deux mains vinrent attraper les miennes et m’inviter à me pencher en arrière tout en faisant glisser mes talons sur le sol, et mon pantalon chaud de mes cuisses. Mes mollets rencontraient le rebord d’un lit, mes fesses le moelleux d’un matela confortable aux drap soyeux et doux.

Deux mains se posèrent côtes à côtes sur mes pectoraux deux jambes vinrent se croiser au dessus de mon sexe. Une chose longue et humide vint se joindre à la base de mon… Hum... Puis… je me fit embrasser, et autre chose, carresser, puis autre chose, griffer tendrement, et je fîs autre chose… Quelque chose que je n’avais pas prévu si tôt. La fille qui était maintenant sur moi se vautra un peu plus, satisfaite, mais j’entendais l’air désapprobateur des deux autres qui sifflaient un “s”, jalouses.

Je me retournais en saisissant la nuque de ma première partenaire pour qu’elle s’allonge et enjoignait les deux autres à me rejoindre à genoux pour échanger quelques baisers, puis mes mains passèrent dans leurs cheveux, leur nuques, les courbes de leurs dos, la taille puis revenir devant, remonter, saisir…
Elles étaient miennes, me caressaient, gémissaient presques d’une même voix, finalement, mes talents eurent raison de leur jalousie et de leur endurance.

La suite de la soirée se passa plus calmement, l’une après l’autre vinrent me solliciter de nouveau, mais
sans bandeau aucun et moins ivre, cela me paraissait plus simple, ou plutôt, différent.

-----

Migraine du matin, contact chaud et doux de fesses, de seins tout contre moi ou dans mes mains, être un homme c’était parfois assez divertissant je devais l’avouer. J’avais le sourire, et des souvenirs intense plein la mémoire, autant que de lumières brillaient dans ma vision.

J’avais réussi à devenir en partie Manshin, j’étais déjà vaniteuse avant. Je me redressais, prenant ma tête dans les mains, comme en proie à une crise existentielle. Les filles m’attrapèrent pour me coucher de nouveau et me demandèrent ce qui n’allait pas.

-Vous savez les filles, j’ai un autre talent que d’être un coup exceptionnel, bien que ce soir ca ait été plutôt décevant j’imagine pour vous.

Elles s’excusaient, m'embrassant longuement chacune à leur tour, m’expliquant que c’était normal avec ce qui c’était passé que je ne soit pas en forme.

-Grâce a vous, je me sens en vie.

Je ne mentais pas, c’était comme une révélation pour moi.

-Mais comme je vous disais, j’ai un autre talent, je maitrise mon chakra, et je pensais…


Je rapprochais les mains des filles de mon torse.

-Si je pouvais maîtriser cela, cela pourrait me permettre d’aider le village, faire des choses plus grandes que mon boulot ici que n'importe qui peut faire.
-Mais, commençait l’une d’elle, si tu part tu va nous manquer, qu’est ce qu’on va faire sans toi?

Je souriais, laissant s’échapper un début de rire et posais mes mains sur deux des trois croupes.

-Je reviendrais, sinon personne ne saura vous amuser comme je le fais, et je n’aime pas quand vous êtes triste.

Je claquais les fesses sous mes phalanges, puis me levais, attrapait mon pantalon, l’enfilais et jetais mon manteau sur mes épaules avant de franchir la porte sous des acclamations et des gloussements à chacun de mes pas déhanchés, une main au dessus d’une épaule pour dire au revoir pour les faire craquer.

_ _ ___________________________________________ _ _


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6468-bingo-book-chiaki-hebikaze#49776 http://sns-rp.forumgratuit.org/t6467-chiaki-hebikaze-serpent-d-automne#49775
 
Dans la peau d'un autre [+18][Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La musique dans la peau
» Ayez le rythme dans la peau ; Maracasse
» A la recherche d'un endroit calme [libre]
» Christopher prend son poste et s'installe dans son bureau. (Heather ou autre...)
» J'adore qu'on dise du mal de mes amis c'est la seule chose qui m'aide à me sentir mieux dans ma peau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Kaze no Kuni :: Villages civils-
Sauter vers: