Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Yao Yin
Rang A
Rang A
avatar
Messages : 99

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 15 両

MessageSujet: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Sam 20 Jan - 23:08

Les sens en éveil, sa présence aussi effacée qu’il le pouvait, le mercenaire attendait patiemment que sa proie ai finie de discuter, ou plutôt de trahir les secrets du clan pour s’attirer les faveurs d’un autre village, histoire de protéger son petit cul de la colère d’un membre de la famille. Une colère sourde qui aurait dûe s’apaiser avec le temps mais qui était restée, faute d’une vraie porte de sortie, comme un rat grignotant le coin de l’esprit du Numajin, encore et toujours, sans vraie raison d’encore exister mais sans vraie raison de disparaître non plus. Alors la colère tournait en rond, et il avait fini par trouver le dernier exutoire, le dernier pion à tomber pour gagner la partie contre sa rage, et il attendait patiemment, bien que paradoxalement impatient et pressé par le temps, de pouvoir faire tomber le pion, à sa manière.

Un mouvement perçu du coin de l’oeil attira l’attention du Chasseur, les deux hommes saluaient la proie et s’en allaient, un sourire aux lèvres et inconscients de la bombe à retardement que leurs corps abritaient. De l’énergie naturelle non raffinée, pas vraiment apte à être utilisée sur le long terme, quelque chose qu’il valait mieux expulser au plus vite s’ils voulaient vivre tranquillement. Le moment approchait, la proie se déplaçait, longeant un mur, faisant pas après pas vers le Numajin. Il l’avait en plein visuel désormais, un homme d’une quarantaine d’années également, un chapeau enfoncé sur la tête comme pour se cacher du soleil qui tapait fort, des vêtements serrés, mais pas suffisamment pour gêner les mouvements du corps, il n’avait de toute évidence pas oublié comment se battre. Quelques secondes encore, les dernières avant que l’assaut ne s’engage, violent, brutal, sanglant. Une seule chose était sûre, il y aurait un mort d’ici quelques minutes, et il était hors de question qu’il s’agisse du mercenaire.

Un simple souffle plus tard, l’Autre présidait sur l’esprit du mercenaire et estimait déjà quelles étaient ses meilleures chances de tuer en un minimum de temps et de problèmes. La réponse était de projeter l’homme à travers le mur d’enceinte du village, de manière à retarder le plus possible la garde du village tout en infligeant un maximum de dégâts à celui qui serait pris entre son poing et les murs. Une masse de muscles se projeta en avant, réduisant l’espace séparant les deux corps à quelques centimètres seulement en moins d’une seconde avant que le premier coup ne vole, un coup de poing porté au foie avec une brutalité sans commune mesure, s’enfonçant dans la chair alors que le mercenaire poursuit son chemin, emportant sa Proie avec lui jusque dans le mur, le plaquant contre celui-ci et brisant couche de roche après couche de roche sous la violence du coup, amenant finalement les deux hommes de l’autre côté de la muraille, au milieu du sable brûlant, l’un des deux debout et prêt à se jeter sur sa cible, l’autre à genoux, vomissant tripes et boyaux après le coup vicieux qu’il avait subi.

Putain… T’es vraiment trop con, attaquer en plein village, tu te rends compte de ta bêtise? Tu viens de te coller un village militaire sur le dos pour quoi? Me buter? Putain d’attardé, tu m’étonnes que ta femme t’ai quitté….

Sans répondre, le mercenaire se rua sur l’homme au sol, luttant rapidement sans se soucier de son environnement , frappant précisément au visage et aux côtes à chaque fois que c’était possible sans s’exposer à une contre-attaque fulgurante qui pourrait lui coûter la vie, évitant un coup de poing en attrapant le poignet et en retournant le coude, provoquant un hurlement de douleur probablement entendu dans toute une zone. Puis un coup de tête brisant le nez de sa victime, avant de placer les genoux sur les épaules de sa proie, bloquant ainsi les derniers mouvements dangereux de celle-ci et encastrant alors les pouces dans ses orbites et enfonçant ses doigts le plus profondément possible. Un liquide rougeâtre, mélange d’humeur aqueuse et de sang, se mit à couler le long du visage de Tian Yin au milieu de ses hurlements de douleur et de menaces de mort mêlées. Une main bleutée agrippa alors le bas de la dentition de celui-ci avant de tirer un grand coup, arrachant alors le bas de la mâchoire et révélant une langue pendant désormais à l’air libre, ruinant de manière effective les menaces de l’homme.

Ce qui était il y a quelques minutes un corps en bon état était désormais ruiné, les yeux crevés, mâchoire arrachée, un coude retourné, mais le mercenaire continuait de s’acharner, brisant doigt après doigt, tranchant les oreilles et les tendons de sa victime, arrachant les cordes vocales à la main avant de se relever et de se reculer en titubant, endolori par l’utilisation du Gekido. Il trébucha et s’appuya, assis, contre la muraille désormais trouée avant de se rendre compte qu’il manquait quelque chose à ses actes. Se raclant la gorge, il projeta un crachat massif sur le corps de sa victime encore vivante, en train de cuire lentement au soleil, sans doute dans un état d’inconscience, l’esprit brisé par la douleur.

J’sais pas si tu m’entends, mais t’étais le dernier, Tian. Alors j’ai qu’une chose à te dire. Bonne mort salope.

Laissant l’homme brûler sur le sable ardent, le mercenaire sortit un cigare de son sac, tranchant le bout avant de l’allumer et de savourer, avant ce qu’il savait être le foutoir à venir.

Spoiler:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


"Avec de gros pouvoirs ne viennent aucune responsabilité, juste un tas de bordel"
-Yao Yin, An 110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Messages : 324

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 45 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Dim 21 Jan - 21:35




Foutoir à Suna






« Au rapport. Un homme étrange s’est présenté aux portes du village ce matin, il voulait vous voir. Un gros tas de muscles et de testostérones, si vous me permettez le langage. Il avait l’air de vous connaître, alors nous l’avons laissé passer. Il s’appelait… Euh… Yao… Je crois. »

Ecoutant le rapport entre deux dossiers glissant entre mes doigts, je semblais uniquement à demi préoccupée par les mots du jeune homme, avant de lever brusquement la tête. Yao ? Yao a Suna !? BORDEL ! Mon sang ne fit qu’un tour alors que je me levais soudainement, mon fauteuil reculant jusqu’au mur pour s’écraser contre.

« C’est maintenant que vous me prévenez !? »

Laissant un temps, j’apportais mon pouce à mes lèvres pour le mordiller frénétiquement pour porter ma réflexion le plus rapidement possible, me tournant soudainement vers la fenêtre. Qu’est-ce que cette énergumène vient faire à Suna ? S’il est là et qu’il n’est pas encore dans mon bureau, ce n’est pas après l’argent qu’il en a. Alors… Merde.

« Veuillez me pardonner, je me suis emportée. Venez avec moi, c’est une urgence. Une urgence absolue. »

M’avançant vers lui pour quitter les lieux, je fronçais les sourcils en entendant un bruit sourd retentir. Mon regard passant par les vitres, j’observais la fumée se soulever tandis que j'en grinçais des dents. Traînant l’homme par le bras sans réfléchir, j’enfonçais mon pied dans la fenêtre qui volait en éclat, attrapant mes deux katana au coin de mon bureau de ma main restante, sautant sur le rebord en attrapant le loustic par la taille, une impulsion de chakra soudaine nous faisant défier le vent d’une vitesse ahurissante alors que le pan de mur cédait sous la force déployée, notre course s’arrêtant sur un toit, l’onde de choc provoquée par le déplacement d’énergie soulevant vaguement la parcelle alors que je reposais l’homme à terre en observant le trou dans les remparts du village.

« Bouclez la zone. Trouvez quelque chose pour masquer ça. Un genjutsu, un Jishaku, un Sabaku, peu importe. Mais bougez-vous. »

Mes yeux changeaient légèrement de lueur, dans un détail à peine visible grâce à mes lunettes de contact alors que je dégainais l’une de mes armes pour me projeter dans le trou qui se refermait derrière moi sous un mur de terre, arrivant de dos à la scène d’horreur si exagérée qu’elle en serait presque grotesque. Je connais Yao. Pas parfaitement. Mais je le connais. Si l’argent n’est pas sa motivation, alors il est là pour un règlement de compte…

Hors de question cependant de me battre contre cette brute épaisse. L’homme au sol est difficilement reconnaissable, cependant, malgré la peur et la volonté de fuite pour la vie lisible dans ses émotions assez vagues, je dissocie relativement la fin d’un rêve et une sensation de trahison et une étrange forme de satisfaction et de libération chez Yao. Cependant, son habituel côté foufou ne semble pas se tourner à l’égard d’autre que la cible sous ses yeux. Il ne vise personne d’autre. Une prime ? Impossible de voir son visage d’ici depuis ma position, mais ses émotions ne me rappellent personne. Et je n’oublie pas. Jamais.

« Ca fait une paie, ma p’tite brute. »

M’annoncer était encore le meilleur moyen d’éviter une situation dangereuse. M’avançant avec assurance, je gagnais les côtés de l’homme en m’arrêtant à son niveau, toujours redressée, mes cinq doigts venant s’écraser doucement derrière sa tête. Non pas dans une volonté de nuire, mais de lui faire comprendre que j’étais assez insatisfaite de son comportement. Penchant la tête vers le demi-cadavre, indifférente, je clignais des yeux avant de lever nonchalement les yeux au ciel.

« C’est du travail d’artiste… Certaines choses ne changent pas. Un ami à toi ? »

Intérieurement, j’éprouvais un petit sentiment de nervosité. La fatigue se lit en le Yin. Mais même affamé, déshydraté et mort de fatigue, je ne m’hasarderais pas à un bras de fer avec lui. C’est clairement quelqu’un que je préfère avoir dans mon camp. Reculant pour me laisser tomber en arrière dans le sable pour nonchalamment m’asseoir, je fouinais sans réelle gêne à ma poitrine pour y dégotter un minuscule paquet de cigarette qui tenait discrètement dans mes vêtements, ainsi qu’un briquet et l’allumer.

Dans une bouffée de fumée expiatrice, j’en laissais déduire deux choses au mercenaire : j’allais profiter du spectacle, et j’attendais des explications à la suite. Mais pour l’heure, je demeurais discrète pour le laisser achever ce qu’il a commencé.


résumé:
 


_ _ ___________________________________________ _ _



DC d'Akane
Kaede s'exprime en lightsalmon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8367-bingo-book-de-kaede-m-junko#62438 http://sns-rp.forumgratuit.org/t8336-je-reviendrai-conquerir-tes-yeux-u-c#62318
Messages : 371

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 175 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Mar 23 Jan - 15:22

Un meurtrier à Suna
Avec Yao Yin, Kaede M. Junko et Chiaki Hebikaze
Début de journée pour la Akoshana. Entraînement matinal terminé, c’est après une bonne douche que la jeune femme prit ses fonction du jour. Être cheffe de la garde de Suna, c’est tous les jours que ça se passe, et aujourd’hui ne faisait pas exception à la règle. Le Soleil s’était déjà levé sur Sunagakure no Sato, Soleil qui était déjà puissant au vu de l’heure qu’il était. La journée serait chaude, comme toutes, ici, en plein milieu du désert de Kaze no Kuni. Les visiteurs étrangers au pays du vent n’y étaient très certainement pas habitués à une telle chaleur le jour, et à une telle fraîcheur la nuit. C’est pourquoi la plupart des gens s’étaient adaptés, venant via des caravanes, ou autre. Et les fous qui s’aventuraient seuls dans le désert arrivaient quelques fois à leur objectif, mais la plupart du temps, non.

Ce matin, elle avait laissé sa conquête du soir dans son lit. Devant se lever tôt, elle avait choisit d’abandonner son amant d’un soir qui avait plutôt bien réussi a combler les pulsions de la jeune femme. Contrairement à la plupart des jeunes femmes possédant ce genre de pulsions, Yagami était différente. Elle aimait à s’abandonner à ses pulsions, ce qui est très peu le cas chez les femmes comme elle. Passer pour une traînée ? Borf. Peu l’importe. Après tout, elle sait qu’elle ne l’est pas, peu importe ce qu’elle pouvait entendre. Au final, dans le village, on lui avait collé deux étiquettes bien distinctes : celle d’une jeune femme exceptionnellement belle dont la beauté n’a d’égal que son talent quand il s’agit de se faire désirer, et celle d’une dure a cuire battante qui n’hésite pas à frapper quand c’est nécessaire, et dont la seule volonté est de protéger les citoyens. Vous vous en doutez, dans les faits, tout cela est très nuancé, mais disons que ce n’est pas totalement faux non plus.

Un bruit sourd ressemblant à une explosion vint troubler la tranquillité. Alors que le silence se faisait entendre, le temps semblait suspendu.

« Qu’est-ce que c’était que ça ? » Se demanda la Kunoichi.

Yagami ne prit pas vraiment le temps de réfléchir plus que cela. Elle devait se dépêcher pour endiguer la cause de ce phénomène. Un éclair bleu se dessina dans le ciel alors que Yagami activait son jutsu signature, le Raiton Chakûra Môdo, et elle fonça vers la zone présupposée du phénomène, tel un éclair bleu fendant le ciel Sunajin.

C’est en arrivant proche du nuage de poussière, à présent presque disparu, qu’avait soufflé l’explosion que Yagami tomba nez à nez avec un trou dans la muraille de Suna. Celui-ci venait tout juste de terminer d’être refermé par un jutsu Doton. Un peu agacée de voir que le mur s’est refermé avant qu’elle puisse passer, elle jeta quelques mots dans le vide.

– Rah, pourquoi est-ce que ca s’est refermé ? Proféra-t-elle.

C’est un garde qu’elle n’avait pas remarqué et qui était situé tout proche d’elle qui lui répondit :

– C’était un ordre de Kaz…

La fin de la phrase fut masquée par le bruit du vent dans les oreilles de la Kunoichi, mais elle pensait avoir comprit l’essentiel. Kaede serait donc ici ? Etrange. Alors que Yagami était en haut de la muraille, elle se laissa tomber au sol dans un « BOUM ! » retentissant a quelques mètres autour de sa position. Analysant la scène, elle découvrit avec stupeur un cadavre déchiqueté ainsi qu’une personne assise, adossée à la muraille de Suna. Cette dernière était accompagnée par la nouvelle Kazekage en fonction. Pourquoi cette dernière ne tentait rien ? Qu’est-ce qu’il se passe ici ? Yagami ne comprenait pas grand-chose.

– C’est quoi ce bordel ? C’est ce gars qui a buté ce type, non ? Pourquoi est-ce qu’il n’est pas encore attaché ?

Le fait que sa Kazekage était trop proche du criminel empêchait Yagami d’agir, c’est pour quoi elle se prépara pour agir au moment opportun. Ses coups de poings attendront un peu avant d’être satisfaits.
Chakra : 92%


Résumé:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


Couleurs de parole :
Yagami : #00CCFF
Genta : #FF9900
Tanya : #99CCFF


Dernière édition par Yagami Akoshana le Mar 23 Jan - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5142-bingo-fiche-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/f391-dossier-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/t5141-yagami-akoshana-termine
Messages : 153

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 2 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 40 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Mar 23 Jan - 16:15

Je me prélassais et là, un bruit détonnant de détonation détonnante venait de détonner non loins de là. Je me relevais sur le fauteuil de l'accueil quand l’hotesse étouffa d’un hoquet de surprise, un temps de réaction relativement supérieur à n'importe qui.

Je regardais par la fenêtre pour voir une personne s’envoler, éclipsant une partie du soleil par son saut, entraînant derrière elle un pauvre type qui visiblement n’avait rien demandé à personne. Un “CRAC” délayé se fît entendre, preuve de la brutalité de l’impulsion du saut.

Ce crac fut rapidement suivi d’un autre bruit similaire, et une deuxième silhouette partit dans la même direction, dans un bleu intense crissant comme un feutre neuf sur une ardoise. A l’intuition, j’avais vu passer deux figures importante et sûrement les personnes que je voulais voir. Je me précipitais au dehors et fût brutalisée par l’éclat du soleil.

Je me précipitais ensuite pour bondir sur un toit et voir une femme aux cheveux blond se précipiter en haut du mur d’enceinte. Zut… J’étais lent,enfin plus lent qu’elles…

J’imaginais rapidement la solution à mon problème de hauteur et mordais l’intérieur de ma lèvre pour avoir du sang pour un pacte. Tout en signant les premiers mudra je prenais de l’élan sur les toits puis me propulsait le plus haut possible.

Mon saut ne serait évidemment pas suffisamment haut, ce pourquoi j’avais prévu…

-Kuchiyose: Chibi Tanuki ! lachais-je en me recroquevillant dans les airs à mi hauteur du mur.

POUF Une femme apparaissait et j’attrapais ses mains. Au cours de mes jeux, nous avions trouvé une solution au problème de nommage puisqu’aucun des petits n’avait de nom. Si il venait sous la forme d’un homme alors c’était Yamada, si c’était une femme Miki et les enfants seraient Yuusuke.

-Miki-chan ! Le pas de L’ombre !
-Hai hai !! répondait-elle joyeusement en callant ses pieds contre les miens pour prendre appuis. Je distinguais vaguement ce qui se cachait sous son yukata pendant qu’elle prenait cette pose et étirais un sourire.
-UN DEUX !!!

Nous poussions toutes les deux, elle vers le haut, moi vers le bas, me permettant un saut depuis une station plus élevée. Je m’étais retournée dos au mur pendant l’invocation, et je le sentais passer rapidement en dessous de mon corps le survolant. Le vol plané se stabilisa pendant quelques secondes infime pendant lesquels de pus apprécier les courants d’air chaud au dessus de la ville. Encore de la chaleur, décidément trop de chaleur partout dans ce pays.

Ma chute s’amorçait, et c’est à ce moment que je compris… J’avais merdé.

La force de jet était bien trop puissante, vraiment plus que l’image bleu que j’entendais toucher le lol pas si brutalement. L’élan était trop important et ma chute allait se révéler sèche et rapide. J’en avais presque du mal à me stabiliser, à écarter mon ombre du groupe qui se formait en bas contre le mur. Avec quelques menus effort, je me préparais à l’impact que je savais déjà douloureux...

Tel un météore, je sifflais ma plainte, mais largement moins annonciatrice de malheur que d’une stupidité flagrante.

-PU-TAAAAAAIIIIIIiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnn!!!!!!!......
BOOOM

Du sable, du sable partout. Mon impact avait soulevé beaucoup de matière, et j’avais perdu ma concentration et mon lien avec la nature temporairement. J’avais réussi à absorber l’impact, puis mon Henge avait brutalement cessé de fonctionner alors que le sable finissait de tomber.

Accroupie, je me relevais doucement, les effets de Manshin glissant de mon corps trop fin pour les assumer. Le pantalon plein de sable coulait sur mes cuisses, sa chemise tombait de mes épaules alors que je m’étirais comme après de bonnes heures de sommeil. Puis je me retournais pour visualiser la distance que j’avais parcouru.. A peine quelques mètres du mur, je l'avais échappé belle et en prime avait atterrit parfaitement, du moins, en terme d’emplacement. J’époussetais ma peau des quelques grains restés dessus comme de petits bijoux minéraux, puis secouait mes cheveux noirs avant de regarder les personnes que j’avais suivi.

-Hum, pardon, kazekage ? Kazeshoku je présume?

Je tournais la tête respectivement vers l’un puis l’autre avant de me pencher en arrière pour attraper mes papiers de Suna-jin dans la poche de la veste de Manshin en me contorsionnant avant de les tendres devant moi sans savoir à qui les donner.

-Je, hum, j’aimerais vous consulter suite à votre programme si vous voulez bien.

J’ajoutais un sourire à tout ca. Je remarquais le cadavre puis Yao Yin, je souriais de plus belle. Ou est ce que j’étais tombée? Je retirais ma main deux secondes le temps de réfléchir à la situation en m’éventant avec les papiers de Manshin, puis je levais un doigt devant moi pour que tout le monde s'arrête.

-Je vous demande juste deux secondes..

Je retournais aux effets de mon autre incarnation et relevais le pantalon du colosse avant de faire presque un tour de ceinture pour la boucler. J’enfilais la veste sans la fermer, d’après le style vestimentaire du coin, cela avait l’air d’être une règle tacite d’avoir des seins libres, alors autant respecter les coutumes. Je me retournais, intriguée par la scène.

-Je suis à vous, vous disiez?

Tech, Resumé et Chakra:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6468-bingo-book-chiaki-hebikaze#49776 http://sns-rp.forumgratuit.org/t6467-chiaki-hebikaze-serpent-d-automne#49775
Yao Yin
Rang A
Rang A
avatar
Messages : 99

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 15 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Mar 23 Jan - 21:54

Le Chasseur avait fini sa traque et s’était retiré, laissant à lui même Yao Yin, mercenaire numajin sans grande prétention à lui même, calmé de sa colère envers les siens après des années de chasse. Tian était sans doute le dernier, mais était-ce vraiment nécéssaire de vérifier chaque parcelle du monde pour déterminer si tel était bien le cas? Oui, non, la question tournait dans la tête du baroudeur, le taraudant, l’empêchant de penser à autre chose alors qu’il contemplait le corps moribond de sa proie. Fermé envers l’extérieur, l’esprit du Numajin se centrait uniquement sur celle-ci, tentant de déterminer les pour, les contres, de les peser et de se décider, tournant en une boucle infinie sans pour autant cerner une réponse. Les sons extérieurs, bruits provenant de l’autre côté de son dossier rocheux, ne lui parvenaient plus, perdus dans ses pensées, pas plus que l’appel de la nouvelle Kazekage. Il ne ressortit de son état d’automate que lorsque sa peau lui apprit un léger déplacement d’air à ses côtés, son poing volant alors droit vers le visage de la personne qui lui était proche, ne s’arrêtant que lorsque les informations jusque là patiemment retenues par son cerveau se déversèrent et lui apprirent qu’il ne s’agissait que de Kaede.

Son poing s’arrêta, emplissant vraisemblablement la vue de la jeune femme alors qu’une main frappait à l’arrière de son crâne, le faisant tressauter un instant et mordre le cigare un peu plus fort. Il soupira alors que la kunoichi s’asseyait à ses côtés, farfouillant un instant avant de sortir un paquet de cigarettes et d’en allumer une tout en l’interrogeant sur la raison du corps en face d’eux. C’était à prévoir, même si le Yin aurait aimé pouvoir y échapper. Qu’était il censé répondre, “nan, t’inquiètes, juste un cousin à écraser, aussi chiants que les moustiques”? C’était une question toute simple, mais presque tordue en un sens. Heureusement, la venue, ou plutôt la chute, d’une autre personne avait interrompu le moment de blanc gênant, tout ça pour au final poser les mêmes questions. Quoi, qui, pourquoi? C’était drôle comme finalement les humains étaient futiles, persuadés que tout tournait autour de ces questions simples.

Pourtant, comme sur un rire du destin, les gens tombaient les uns après les autres près du corps de ce qu’il savait être un assassinat pas forcément discret, mais qu’il espérait au moins un minimum paisible. Après l’arrivée logique de Kaede, bien que plus tôt que prévu, une blondasse s’était pointée et maintenant, le voyageur avec lequel il était arrivé s’était violemment écrasé au sol, sans casse vraisemblable, jusqu’à ce qu’il se relève sous la forme du jeune fille, plutôt frêle et désormais nue puisque trop fine pour soutenir ses vêtements précédents.Un sourcil se leva, haut, avant de se rabaisser, suivi par un tic nerveux au niveau des lèvres qui fini en un rire éclatant, un rire tel qu’il n’en avait pas eu depuis sa jeunesse, un rire libéré et simplement pour le plaisir de rire, à l’opposé de ses rires sarcastiques ou cruels habituels. Il s’était fait avoir, tout bêtement, et sa propre stupidité le faisait rire.

Son rire empira encore lorsqu’il vit la demoiselle toujours nue se présenter des papiers à la main pour une affaire apparemment importante, d’un point de vue politique en tout cas. Il finit cependant par rapidement se calmer, ramené sur terre par l’idée qu’au final il faisait bel et bien partie de ces “humains futiles” et qu’il vivrait avec jusqu’à la fin. Le mercenaire se sentait étonnamment rafraîchi, comme lavé, purifié de ces années de colère. Pour sûr, il ne changerait pas de comportement tout de suite, mais cela finirait par arriver. Constatant que Tian respirait toujours avec ce qui aurait été un regard haineux si ses yeux avaient été intacts, le mercenaire sourit avant de finalement prendre la parole, non pas pour répondre aux questions qui lui étaient posés, mais pour une dernière provocation envers le macchabée à venir.

Tu m’entends Tian? Vous avez perdus. Vous avez voulus jouer, vous avez tentés un coup de pute dans mon dos, et vous avez perdus, même si ça m’a pris longtemps de tous vous retrouver. J’vais m’assurer que tu crèves là, sous le soleil brûlant, et ensuite je partirais refaire ma vie quelque part. Passe le bonjour au reste de ma part.

Il restait donc la question importante, pourquoi? Qui était il à ses yeux? La réponse à ces questions déciderait évidemment d’où il finirait, libre et potentiellement surveillé ou simplement mis en prison voire abattu directement. C’est vrai au final, qui était Tian pour Yao? Un ami, un ennemi, une proie, un membre de la famille envers lequel il avait une rancoeur particulière? Sans doute un peu de tout cela à la fois après tout.

" C’est…. Hum, un cousin, ou un truc comme ça? Tian Yin, il s’appelle. Un petit trou du cul, j’pensais l’avoir buté mais… Meh. J’m’étais planté apparemment. Pas encore mort, remarque. J’compte bien le voir crever de la chaleur, histoire d’être sûr de mon coup, et j’vais ptet passer pour un crevard, mais celui qui veut essayer d’le soigner va passer un sale quart d’heure.

Spoiler:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


"Avec de gros pouvoirs ne viennent aucune responsabilité, juste un tas de bordel"
-Yao Yin, An 110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Messages : 324

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 45 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Ven 26 Jan - 16:45

Foutoir à Suna





Les Sunajins au cirque. Voilà le nom que j’aurais donné à cette épopée, si c’en était réellement une. Plus les secondes passent, plus la situation devient improbable… Voir complètement absurde. En observant d’abord Yao, je me trouvais coupée de mes pensées d’abord par Yagami Akoshana, la responsable de sécurité qui m’opposait lors de l’élection au titre de Kazekage. Dans un franc soupire, je croyais avoir fait le tour de cette situation avant de me redresser au même moment que la chute d’un hom- ah. Non. D’une femme. Penchant doucement la tête sur le côté, je plaçais ma main devant mes yeux pour regarder le ciel en haussant vaguement un sourcil.

« Y’en a d’autres qui comptent tomber du ciel ? Non, parce que c’est un peu dangereux, tout de même. »

Cigarette entre les doigts, j’expiais la fumée en me replongeant vers les personnes qui c’étaient invitées dans cet étrange échange et cette retrouvaille dont je me serais bien passée. Les questions, les réponses fusaient. D’un calme certain, je laissais le petit brouhaha naissant se calmer et un silence encourageant presque au malaise s’installer. Reprenant lentement.

« Je vous prierai, madame Akoshana de mettre vos émotions de côté face à ce contexte. Si vous ne me voyez pas à la gorge de ce monsieur et que je n’ai ni demandé, ni appelé au renfort, il semble bien évident que j’ai la situation en main. De plus, vous n’offrez bonne figure à notre village a si aisément perdre votre sang-froid. Pensez bien que des explications, j’en attends. »

M’avançant d’un pas lent vers l’homme transformé en femme par sa chute… Un Henge ? Ca fait beaucoup de choses à gérer… Tirant une latte sur ma cigarette, je laissais mon haori quitter mon corps en détournant légèrement le regard pour expirer ma fumée loin de son visage, pour lui lancer lentement le manteau rouge afin qu’elle puisse se couvrir de manière plus décente.

« Il s’appelle reviens, j’y tiens. Je suis à vous dans quelques instants. »

Me retournant vers Yao, j’écoutais ses dires en ignorant la demande de patience émise par la jeune femme. La justification du jeune homme me laissait de marbre. Acquiesçant, je secouais doucement la tête en me frottant doucement le front. Malgré tout, les horribles cernes de la tâche trônaient à mon visage, et depuis que je m’étais assise pour fumer ma cigarette, mon comportement en semblait influencé. J’étais plus molle, plus flegmatique. Moins tendue. Les émotions du Yin trahissent une sincérité déconcertante. En un sens, il a raison… Pourquoi mentir, quand on a la force pour ne pas craindre grand monde ?

« Tian… Tian Yin… ? Ca ne me dit rien. Pas faute de connaître le nom de chaque habitant légal de Suna sur le bout des doigts. Mmh. Ne tardes pas trop à le tuer, et évite de laisser traîner son cadavre. Les gardes ne sont pas des femmes de ménages. Honnêtement, ça m’arrange. Je n’avais nullement envie de me battre juste à côté du village, et encore moins contre toi. »

A cela, mon regard se tournait expressément et rapidement vers Yagami pour lui faire comprendre je m’adressais indirectement à elle en mes mots. Après m'être refocalisée, avançant vers l’usurpatrice aux cheveux sombre, je reprenais d’un ton qui se voulait assez doux et neutre, tirant une nouvelle latte sur ma cigarette en répliquant.

« Kaede, Malah Junko, Juichidaime Kazekage. Je vous écoute. Ceci dit, cette étrange mise en scène était-elle nécessaire ? Enfin… La porte de mon bureau est fréquemment ouverte. Vous auriez pu vous faire mal. »

Fis-je dans un demi sourire trahissant un amusement certain de cette situation, malgré mon rôle de leader qui crispais légèrement mes cervicales en me soutenant que tout pouvait partir en cacahuète à n’importe quel moment.


résumé:
 


_ _ ___________________________________________ _ _



DC d'Akane
Kaede s'exprime en lightsalmon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8367-bingo-book-de-kaede-m-junko#62438 http://sns-rp.forumgratuit.org/t8336-je-reviendrai-conquerir-tes-yeux-u-c#62318
Messages : 371

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 175 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Dim 28 Jan - 21:29

Un meurtrier couvert par l'autorité
Avec Yao Yin, Kaede M. Junko et Chiaki Hebikaze
Après Yagami, qui venait de désactiver son Raiton Chakura Môdo, c’était au tour d’un jeune inconnu de tomber du ciel. Cependant, sa réception fut bien moins parfaite que celle de la Kunoichi, et celui-ci s’écrasa au sol dans un nuage de poussière et de sable. Ensuite, une jeune femme s’en releva.

Oh. Wait. Une jeune femme ?

Oui, c’était bel et bien une jeune femme qui se relevait, là où un jeune homme était tombé. Étrange, n’est-il pas ? Yagami ne se posa pas plus de question que cela, bien plus absorbée à essayer de comprendre pourquoi la Kazekage nouvellement élue laissait un meurtrier tranquillement se reposer, assis dos à la muraille, sa victime toujours en vie et brûlant au soleil. Quelle était la logique là-dedans ? Yagami ne comprenait pas. C’est alors que la suite de la discussion pris place, avec Kazekage-sama qui disait à sa petite subordonnée de rester tranquille.

Yagami était médusée. C’était elle, celle qui sortait de nulle part il y a à peine quelques semaines, mystérieusement élue Kazekage alors que presque personne n’avait ne serais-ce qu’entendu son nom durant toutes les années précédentes, qui souhaitait donner des leçons à la Kunoichi cheffe de la garde ? Jolie paradoxe, que Yagami ne manqua pas de remarquer. Cependant, Yagami eut une petite idée. Peut-être que Kaede souhaitait éviter de tout régler ici ? C’était une possibilité. Yagami garda dans un coin de sa tête l’idée, et planifiant donc de demander des explications en tête à tête.

Yagami ne pouvait qu’observer la scène. Pied d’appuie en arrière, autre pied en avant, bras croisés : voilà la position qu’avait décidé d’adopter la Kunoichi, ne faisant qu’observer la scène puisque apparemment, Kaede maîtrisait la situation. La jeune inconnue tombée il y a peu était presque nue, si bien que Junko-san lui prêta son propre manteau.

« Oh, un peu de bonté dans ce monde de brute, c’est mignon. » se dit Yagami, en son for-intérieur.

A côté de ça, un spectacle bien plus intéressant se déroulait : Killer-san prenait la parole, une parole dirigée vers le corps mutilé. Yagami doutait de son statu d’être encore vivant, mais peut-être ?

Une vengeance personnelle sur un certain Tian, donc. Voilà qui aiguillait un peu plus Yagami sur l’origine de ce meurtre. Le meurtre était donc justifié. Parfait !

Hm. Ouuu pas, en fait.

« Vengeance ou pas, un meurtre reste un meurtre » pensa Yagami.

C’est après cet épisode que Killer-san expliqua un peu plus la situation. Un de ses cousins, apparemment, qu’il ne portait apparemment pas dans son cœur. Il souhaitait donc le laisser mourir ici, terminé par la chaleur ? Ce n’est heureusement pas la chaleur qui aura raison du malheureux, mais bien ses blessures. N’importe qui en attesterait. L’idée n’a-t-elle pas traversé l’esprit de notre cher Killer-san ? Apparemment pas.

En tous cas, la réponse de notre bonne et vaillante Kazekage-sama ne se fit pas attendre. Apparemment, elle ne connaissait pas le nom de la jeune victime alors qu’elle connaissait tous les noms de tous les villageois. Intéressant… un clandestin, donc ? Parfait ! On n’a pas besoin de s’en soucier du coup !

Eeeeet non, toujours pas.

A côté de cela, l’impartiale Kazekage se disait arrangée et ne souhaitait pas se battre contre Killer-san. Un discret regard dirigé vers la cheffe de la garde fit comprendre à Yagami que la remarquer lui était indirectement dirigée.

Attends.

Si Yagami comprenait bien, il fallait donc laisser le tueur en question en liberté sans aucune forme de justice ou autre alors qu’il venait de massacrer quelqu’un d’autre ? Yagami ne comprenait décidément pas la logique de la Kazekage, et aller demande expressément des explications dés qu’elle aura l’opportunité d’être esseulée avec la Kazekage.

Puisque Yagami ne pouvait pas arrêter ce cher Killer-san, autant en savoir plus sur la situation ! Prenant la parole, elle s’adressa à Killer-san.

– Et qu’a-t-il fait, ce Tian Yin, pour susciter autant de violence et de mépris de votre part, au point de le torturer à mort ?

Apprendre le pourquoi du comment de la situation était à peu près la seule chose que la Kunoichi pouvait faire sans s’attirer les foudres de l’étrange nouvelle Kazekage aux choix décidément extrêmement contestables. La situation se débloquerait plus tard, la Kunoichi en étant convaincue.
Chakra : 92%


Résumé:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


Couleurs de parole :
Yagami : #00CCFF
Genta : #FF9900
Tanya : #99CCFF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5142-bingo-fiche-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/f391-dossier-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/t5141-yagami-akoshana-termine
Messages : 153

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 2 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 40 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Dim 28 Jan - 22:50

Reviens? J’étais en train de me retourner pour aller chercher les vêtements de Manshin et l’ombre qui se profilait sur la mienne m’incitait à jouer à l’esquive tanuki. J’avais effectué un tour sur moi même en tendant une jambe pour réceptionner le vêtement dessus et le renvoyer puis finissais d’aller m’habiller pendant que le vêtement chutais doucement.

Au final la conversation se tournais sur l’état du mourant et sur son futur ainsi que sur la légitimité des actions de Yin. Visiblement la violence était terminée, tout allait rester calme jusqu’à que Yin fasse un carnage de ce qui restait du triste être humain qui avait croisé son chemin. Le type aussi s'appelait Yin, ainsi faisait-il partie de sa famille, ou de son clan, ou était un homonyme ce qui n’était pas exclu. La plus autoritaire des deux femmes se présenta alors à moi…

C’était donc elle la Kazekage? Très bien, je pense que pencher ma tête sur le côté d’un air circonspect démontre bien que je ne saisi pas l’insinuation derrière la mise en scène, ou parlait-elle de l'atterrissage? La porte… La porte n’était plus la seule chose ouverte dans quotidien désormais, elle devrait ajouter à sa phrase les mots fenetre et décolleté… Hum…

-Du… Mal? En tombant d’aussi haut sans aucune aide aucune, probablement, mais par chance ou plutôt par choix j’ai un atout qui ici fait foi.


Je me penchais, en une révérence, et tout pendant que je déclamais mon texte improvisé, je tendais les papiers qui tout à l’heure avaient manqués de… Vêtements? je ne savais si l’un d’entre eux discernait le mensonge même à travers un bon artifice, ainsi la plus facile astuce était de ne dire que la vérité.

-Ces papiers attestent d’une de mes identités sur votre sol, je n’ai pus me procurer les autre tant plus personne ne me reconnais avec mes métamorphoses.


Je faisais transparaitre le senjutsu et quelques traits tanuki sur ma personne puis reprenait.

-J’ai mené de multiples vies et malheureusement aucune nationalité ne saurait vraiment me compléter en cet instant à part celle que vous voyez sur ces papiers. J’avais assez peur de voyager jusqu'ici, je résidais il y a peu dans le pays du feu, cachée par peur d’être chassée. Ainsi quand j’ai lu de mes yeux la constitution, je me suis dit qu’il fallait que je retourne dans un des villages que j’avais fréquenté. Ma maison la bas à brûlé, et malheureusement je n’ai jamais été vraiment économe, ainsi si mes talents peuvent vous êtres utiles, j’aimerais m’associer à vous pour pouvoir vivre et essayer d’améliorer ce monde.

Je passais une main dans mes cheveux, lui laissant le temps d’agglomérer les informations et de juger mes dires.

-Bien entendu, ma vie s’allongeant sans cesse j’aimerais être quelque peu… Libre de temps à autres.. Si c’est possible. Pour ce qui est de mon appellation, et bien libre à vous d’en décider, je me suis libérée de cette contrainte, tout comme celle de n’avoir qu’une seule forme.


Je récapitulais mes paroles dans ma tête, j'avais mentit un peu, l'exercice m'échappait encore. Ainsi l'allongement de ma vie était faux, mais pouvait être interprété. Tout le reste était vrai, j'avais pris la vie de Manshin, par conséquent ses biens étaient miens comme son apparence, ainsi portais-je mon nombre de forme à deux et oubliais les contraintes du nom et de l'apparence.

_ _ ___________________________________________ _ _


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6468-bingo-book-chiaki-hebikaze#49776 http://sns-rp.forumgratuit.org/t6467-chiaki-hebikaze-serpent-d-automne#49775
Yao Yin
Rang A
Rang A
avatar
Messages : 99

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 15 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Lun 29 Jan - 10:20

Bêtise après bêtise après bêtise. Le mercenaire avait prévu de buter un petit con tranquillement, d’aller voir Kaede pour boire un verre et de se tailler vite fait, sauf que le petit con en question avait hurlé à la mort et avait attiré non seulement la personne qu’il venait voir, mais aussi malheureusement la cheffe de la garde, qui n’avait vraiment pas l’air de vouloir le lâcher et une gamine qui l’avait accompagné dans le désert sans qu’il s’en rende compte. Bon, le fait d’avoir détruit une partie du mur d’enceinte avait peut être également joué un rôle dans l’idée d’attirer des gens, mais c’était un détail sans importance, le point central de la chose était qu’il s’était fait gauler alors que Tian était en train de claquer à ses pieds.

Pour le moment, Kaede avait l’air à peu près de son côté, qui savait pour combien de temps, la gamine s’en foutait, et la blondasse avait l’air agressive au possible, tout ça parce qu’il avait buté un plouc qui lui avait cassé les couilles. Aux propos de Kaede, Tian s’était infiltré clandestinement dans la ville… Le mercenaire le pensais quand même plus intelligent que ça, il avait dû y vivre plusieurs années et cet attardé avait toujours pas fait faire de papiers légaux? A quel point il fallait être con pour ça? Sans doute autant qu’un buffle d’eau douce. Le Numajin ne sortit de sa stupéfaction que quelques instants après, en entendant la blonde l’interroger. L’interroger? Lui? Elle s’est crue où la cruche, à la garderie, où il aurait dû gentiment répondre à ses questions par égard pour ses sentiments?

Des conneries. Des grosses conneries. Mais ça, ça date du passé et ça regarde que moi, donc tu peux oublier, sauf si t’alignes les biftons. Par contre, pour vous…. Il a fait une bêtise toute récente. Vous avez des infectés dans la ville, pas beaucoup, mais assez atteints pour en crever. Une dizaine je dirais? Dont la gamine en face de vous, avec ses papiers. Comme elle est arrivée avec moi j’trouve ça bizarre, mais j’suis formel, elle pue le Gekido, donc elle est infectée. Avant de le choper, j’l’ai vu avec deux autres types, j’en ai senti plusieurs autres, à vous de voir.

Soufflant une nouvelle fois la fumée de son cigare, cette fois par les narines, le mercenaire retira le tube de tabac d’entre ses dents avant de le projeter d’une main habile vers la gorge du futur cadavre. La gorge de celui-ci, exhibée par l’absence de mâchoire inférieure, se retrouva soudain obturée par le rouleau de papier et de tabac et des bruits de suffocation se firent entendre, éructée bien sûr par le corps jusque là immobile de Tian. Sans possibilité de respirer, la gorge brûlée vive par le cigare encore allumé, ses blessures finirent par l’achever, accompagné d’un soupir de satisfaction de l’enragé.

Bon, moi j’ai fini ce que j’avais à faire. P’tite teigne, j’te laisse faire et on se rejoint au même bar qu’avant? J’t’attendrais là bas, j’imagine que la tenancière est toujours la même et qu’elle va être ravie d’me r’voir si tu vois s’que j’veux dire. Tardes pas trop si tu veux pouvoir boire, elle a pas du faire de réserves suffisantes…

Sur ces mots, le mercenaire esquissa quelques pas vers le mur, qui s’était refermé sans qu’il y prenne gare. Un vague grognement s’échappa de ses lèvres alors qu’il se demandait si cela valait vraiment la peine de détruire à nouveau le mur, quitte à encourir les plaintes de Kaede. Une analyse corporelle plus tard, la réponse était non et il se projeta, escaladant rapidement le mur avant d’observer le reste du groupe en bas. Il haussa les épaules avant de se laisser tomber de l’autre côté, s’étira un instant et tenta de se rappeler où était le bar en question… Rien. Soupirant, il se résolu à poser la question, tout bêtement. Prenant une inspiration, il poussa une gueulante afin d’être sûr de se faire entendre depuis l’autre côté du mur.

Kaede, il est où déjà le Dirty Dick?

_ _ ___________________________________________ _ _


"Avec de gros pouvoirs ne viennent aucune responsabilité, juste un tas de bordel"
-Yao Yin, An 110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Messages : 324

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 45 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Mar 6 Fév - 18:52


Foutoir à Suna





La frustration et la méconfiance de l’une, l’incompréhension d’une autre et le vide en l’affect du dernier me laissaient pantoise. Affligée de l’absurdité de cette situation alors que je reprenais mon haori en le renfilant, je lançais mon cylindre anxiolytique pour en dégainer un nouveau et l’embraser pour tirer une latte en écoutant les complaintes des uns et des autres, tant en leur mots qu’en leur cœur. Parfois, je me dis que j’aurais vraiment dû m’abstenir en voyant ce pourquoi on vient me déranger malgré la charge qui m’incombait.

Ecoutant le récit du dit Manshin en zyeutant ses papiers, je redressais vers elle en témoignant de mon regard d’une incrédulité proche de l’ennui, avant de me retourner brusquement en manquant de lui crever l’œil avec sa carte en me tournant vers Yao. Des infectés !? Quels infectés !? Le calme de l’homme me laissait tomber des nus. Il sait très bien. Il le sait très bien. Serrant soudainement mes poings, y froissant légèrement les papiers que venait de me tendre la jeune femme.

« Madame Akoshana, allez de ce pas trouver toutes les personnes connectées de prêt ou de loin a Tian Yin, et dirigez les immédiatement à l’hôpital pour qu’ils soient examinés par les plus éminents médecins du village. Déployez toutes les unités disponibles, c’est un ordre ! »

Me mordant soudainement le pouce, dévoré par la réflexion, je ne savais plus où donner de la tête en l’instant. Tout est une priorité absolue, et tout doit être géré en même temps. Sentant quelques gouttes de sang s’évader de mon nez et ma vue se troubler quelques instants. Fronçant les sourcils, j’essuyais le liquide rouge du bout des doigts en signant.

« Kage Bunshin no Jutsu ! »

Laissant mon corps se séparer en deux, je m’offrais un rapide regard, mon moi original disposant encore du Kenmeigan tandis que l’autre non, toutes les deux avec la même cigarette allumée. Tandis que le clone s’approchait de Yao, l’original, moi-même, se dirigeait vers ce Manshin. Mon clone me servira à recueillir des informations sur Tian, avant de ne pouvoir rejoindre Yao, pendant ce temps, je dois m’occuper de la polymorphe mythomane. Le temps du début de l’enquête de Yagami, l’emploi du temps devrait coïncider, je l’espère. Les deux identiques tirants la même latte au même moment sur leur cigarette, le clone rejoignait le Yin vivant après sa question légèrement indiscrète.

« [Clône, envers Yao] Je t’emmène, suis-moi. L’originale pointera rapidement le bout de son nez, on a juste quelque chose à régler en amont. »

Soupirant, je m’approchais à nouveau de la jeune femme étrangement vêtue en expirant ma fumée, retirant l’une de mes lentilles pour dévoiler l’étrange motif distinctement à mon œil, avant de remettre le léger morceau de plastique en place.

« Je vous explique les règles du jeu. Si vous mentez, je suis au courant. Je n’ai rien contre la repentance ou le besoin d’asile, bien au contraire, tant que vous apportez votre pierre à l’édifice, peu importe de quelle manière. Cependant, j’ai horreur qu’on me prenne pour une conne. Vous remarquerez que j’ai une journée compliquée. Alors on va reprendre votre récit tranquillement. »


résumé:
 


_ _ ___________________________________________ _ _



DC d'Akane
Kaede s'exprime en lightsalmon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8367-bingo-book-de-kaede-m-junko#62438 http://sns-rp.forumgratuit.org/t8336-je-reviendrai-conquerir-tes-yeux-u-c#62318
Messages : 371

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 175 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Dim 11 Fév - 17:24

Foutoir à Suna
Avec Kaede M. Junko, Yao Yin et Chiaki Hebikaze
D’après ce que Yagami entendait, Yao était un homme assez secret. Aucun mot sur son passé, sauf si on le paye. Il pouvait rêver pour que Yagami lui donne autre chose qu’une bonne correction et un séjour en prison, mais l’altruiste Kazekage était là pour veiller sur lui. Quelle preuve de bonté, n’est-ce pas ? Encore était-il que le reste du discours de l’homme était plutôt intéressant. Il avait eu l’obligeance de faire part aux Sunajins que des victimes de Tian Yin avaient été infectées par un certain « Gekido ». Yagami n’avait jamais entendu parler de cette chose. Qu’est-ce que cela impliquait ? Yagami n’en savait pas grand-chose.

Après ceci, Yagami laissa faire Killer-san. Après tout, elle ne pouvait rien faire puisque Kaede lui interdisait. Frustration était au rendez-vous, évidemment. Elle laissa divaguer l’intrus à propos d’un bar qu’elle ne connaissait pas, et au nom de l’établissement, elle ne souhaitait pas y mettre les pieds. Ensuite, ce fut a Kaede de reprendre la parole. Et ce qu’elle prononça en premier fut dirigé vers Yagami. Un ordre lui fut donné, ordre qui ne surpris nullement la jeune femme. C’est sans broncher qu’elle grimpa sur la muraille en concentrant son chakra dans ses pieds.

Une fois à l’intérieur des murailles, la jeune femme mobilisa toutes les unités disponibles de la garde afin de trouver tous les gens liés a Tian Yin pour les diriger vers l’hôpital. Là-bas, il seront pris en charge, tout comme le souhaitait Kaede. Yagami s’y affecta aussi, non sans repenser à ce qui venait de se passer. Sa confiance envers Kaede venait de prendre un coup, et ce n’était pas de bonne augure lorsque l’on savait à quelle point les deux jeunes femmes se connaissaient peu. Une Kazekage qui ébranlait la confiance de ses sujets à peine arrivé au pouvoir, ce n’est jamais bon signe aux yeux de la cheffe de la garde.
Chakra : 91%


Résumé:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


Couleurs de parole :
Yagami : #00CCFF
Genta : #FF9900
Tanya : #99CCFF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5142-bingo-fiche-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/f391-dossier-yagami-akoshana http://sns-rp.forumgratuit.org/t5141-yagami-akoshana-termine
Messages : 153

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 2 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 40 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Dim 11 Fév - 23:32

Elle avait le verbe acerbe, les traits prononcés de l'agressivité étaient sans doute justifié par quelque chose de sous jacent, je ne pouvais me résoudre à penser qu’un simple cadavre et une histoire d’odeurs de “Gekido” troublaient sa journée. Je ne pensais pas non plus qu’il s’agissait de ma personne, alors quoi? Juste le mensonge? Elle savait le détecter, elle saurait faire attention quand à toute cette histoire, à mes propos et à ma bienveillance. Elle voulait que je reprenne mon récit, hors j’en avais fini…

Je restais bloquée quelques secondes avant de me reprendre. J’aurais pu me plaindre, menacer de m’en aller ou de rejoindre les rangs d’autres personnes, au final toute cette situation m’ennuyais. je commençais à me poser la question de savoir si cette femme était bien Sunajin… Elle était tellement moins vivante que les villageois, ou que suggérait sa tenue.

Je ne comprennais pas l’allusion à l’asile et la repentance, pensait-elle que j’étais une nukenin ou une criminelle en quête de salut? Peu importait, ce n’était pas le cas pour moi.

-Bon peut être que vie qui s’allonge sans cesse est un peu excessif effectivement, disons que c’est une des nombreuses choses qui vont naturellement découler de ma condition de Sage. Je pensais que mes dons auraient pu vous êtres utile, mais c’est à votre entière discrétion bien entendu, je trouvais ou officier même si vous ne me désirez pas dans vos rang. Oh, quelques secondes je vous prie..

Je reprenais un peu de sang sur mes lèvres et invoquait un tanuki pour qu’il me fournisse le ravitaillement du jour et pour leur dire que je n’allais plus avoir besoin d’équipement avant un moment.

La créature arriva en femme, comme à l’accoutumée, bien que différente a chaque fois. Elle me tendais une outre et attendais avec une serviette. Je buvais rapidement et versais le reste du contenu sur ma tête tant la chaleur était épuisante, trempant la chemise au passage. La fille me regardait, insistante, je jetais un regard au Kazekage puis acquiesçais d’un hochement de tête.

-Serpent de l’automne. débutais le tanuki avec des paroles très douces, veloutée. J’ai des nouvelles de Kumo, une créature nommée Kami et des humains à son service se dirigent vers le pays de l’eau avec une intention de conquête.
-Ah… Très bien j’en prends note, autre chose?
-L’autre élue à disparu lors de cette découverte…
-La chef de notre clan aura probablement fait une erreur, elle n’était pas encore prête… Transmet mes voeux à la mère de ma fille.
-Se sera fait, serpent.

Je prennais la serviette pour éponger mon visage et révoquais mon familier après quelques instructions avant de regarder la souveraine du pays du vent.

-Et bien voila une information qui vous est offerte.
annonçais-je avec un sourire.

_ _ ___________________________________________ _ _


   
   
   


Dernière édition par Chiaki Hebikaze le Dim 18 Fév - 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6468-bingo-book-chiaki-hebikaze#49776 http://sns-rp.forumgratuit.org/t6467-chiaki-hebikaze-serpent-d-automne#49775
Messages : 324

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 45 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Dim 18 Fév - 14:09



Foutoir à Suna




Lentement, mais surement, je sentais une tension monter entre la métamorphe et moi-même. Un sentiment de fuite naissait à mon regard alors que je sentais l’hostilité monter. Fronçant les sourcils en relâchant une bouffée expiatrice sur ma cigarette, je laissais le manège se dérouler devant mes yeux. Ses termes nouveaux étaient plus sincères, de même que l’apparition et la communication avec son invocation. Observant la scène en restant focalisée sur ma cigarette.

En observant l’eau couler sur sa chemise, je clignais les yeux en sentant mes joues rosir, détournant timidement le regard, visiblement troublée par la jeune femme, insufflant des années d’abstinence forcée autour d’un dramatique veuvage. Secouant doucement la tête avant de me replonger en un échange de regard. Kami, au pays de l’eau… ? Je crains le pire.

Face au sourire de la jeune femme, je laissais le Kenmeigan disparaître, m’approchant d’un pas lent, fermant les yeux lentement en gage d’admission d’une erreur, les rouvrant lentement alors que le brûlant zénith reflétait en celui-ci. Un timide sourire naissait à mon minois à mon tour, par empathie, probablement, celui-ci troublé par les terribles cernes qui dévoraient mes prunelles.

« Je vous prie de pardonner mes doutes. Ce n’est pas tous les jours que mon chemin croise de si singulières histoires. Le doute n’est chimère en des temps aussi incertains, aussi, la confiance réciproque est le seul moyen d’être en mesure de savoir comment agir. Permettez ? »

M’approchant lentement du « serpent d’automne », j’effleurais la joue de celle-ci, mes émotions de bonne foi et de récente confiance en son égard s’offrant à elle, prouvant que la rupture de mes gardes n’était pas une facette. Du moins, dans cet objectif. Malgré tout transparaissait aussi une maigre gêne, non pas pudique, mais de refoulement d’attirance. Un peu de stress et de frustration, qui entachait mon habituel sang-froid et ce qui me composait de plus positif. Laissant mes doigts quitter son corps, je tendais au niveau de sa ceinture une main à la fois douce et ferme, mon regard toujours plongé en plein dans le sien. Il est coutume qu’il soit un supérieur hiérarchique, en quoi qu’elle soit qui tende la main le premier pour une poignée, après tout.

« Aussi, je tiens à vous remercier d’avoir pris peine de vous déplacer pour faire valoir vos droits en amont et nous éviter des complications plus importantes à terme. Je vous souhaite bon retour et bon séjour au pays du vent. Ne vous en faites pas, je n’oublierai ni votre identité, ni les deux visages en lesquels vous vous êtes présentés à moi. Les registres seront mis à jour, vous n’avez rien à craindre de moi, de ma politique, de l’armée et de ces terres, aussi hostiles peuvent-elles être. »

Difficilement, peut-être, mais pourtant, lentement, je laissais mon regard s’adoucir et me montrer certes ferme en tant que dirigeante, mais plus accessible et amicale. Remarque, mes intentions se couplaient en mes charges, je lui avais déjà offert une partie de ce que je ressentais à son égard. A repenser à cette gêne incontrôlée ressentie plutôt, je pouffais maladroitement en secouant doucement la tête, honteuse de moi-même.



résumé:
 


_ _ ___________________________________________ _ _



DC d'Akane
Kaede s'exprime en lightsalmon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8367-bingo-book-de-kaede-m-junko#62438 http://sns-rp.forumgratuit.org/t8336-je-reviendrai-conquerir-tes-yeux-u-c#62318
Messages : 153

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 2 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 40 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Dim 18 Fév - 15:19

Au final ce n’était pas moi qui était troublée, mais elle… La kazekage n’officiait que depuis peu de ce que j’avais lu, et son travail devait l’éreinter plus que son travail précédent. Ainsi avait-elle besoin de repos, peut être plus que moi qui grillait depuis presque deux semaines sous le soleil brûlant du pays du vent. Elle… Désactivait sa technique? Son dojutsu? Qu’importe, l’arcane qui lui servait à se nourrir de ce que je pensais visiblement. La femme rougissait, sensible à la pudeur semblait-il. De la pudeur pas si mal placée me disait mon esprit, en lorgnant sur ma chemise trempée et maintenant transparente. Cela ne me choquait pas, plus rien ne me choquait vraiment à se sujet, du moins rien que je n'avais encore expérimenté, aussi aurait-il été intéressant de m'accaparer les intentions d'une habitante du pays du vent pour goûter à l'amour entre femme, ou peut être ailleurs.

Elle me déclarait qu’elle demandait pardon, et que mon histoire l’avait troublée, d’une manière ou d’une autre, peut être était-ce là encore un tour de la fatigue envers elle. L'autre avait eu l'air assez vigoureuse, pourquoi n'y avait-il pas une commune mesure entre fatiguée et harassée de travail et vive mais sans affectation sérieuse? Peut être était-ce là une erreur d'organisation, ou peut être la nouvelle Kage avait-elle du mal à accorder sa confiance en toute chose, ce qui la fatiguait au final, tout en réduisant ses collègues à l'inaptitude. Ou peut être était-ce dû aux collègues, qui ne voyaient pas son fardeau quotidien, jurant qu'elle ne faisait rien et ne s'impliquant pas outre mesure. Seul le temps me le dirais, mais je ne savais si je resterais la suffisamment longtemps pour le savoir... Quoi qu'il faisait somme toute assez bon vivre il me semblait.

Elle parlait de confiance puis approchait sa main de ma joue. Tradition? Court ou simplement geste d’approche, je ne savais dire, alors je calais ma tête contre le geste, profitant des sensation comme un véritable Danuki en plongeant mes yeux a demi clos dans une mimique de contentement. Une curieuse influence se propagea, ou plutôt, des sentiments d’acceptations que je ne comprenais pas vraiment. Je n’avais pas douté d’elle, je me demandais juste quelle serait l’issue, cela trahissait-il sont inquiétude?

J’avais l’impression d’avoir mordu dans un citron en croyant croquer une pastèque, l’amertume de ce sentiment j'esquissais une grimace… Un rire jaune comme un citron pendant qu’elle poursuivait ses paroles d’autres plus solennelles. Au point final, elle clouait son expression, comme replaçant un rempart entre elle et moi tout en tendant une main officielle, très protocolaire.

Je penchais sur le côté une tête dubitative et tendait une main pour imiter son geste d'avant, voir si elle tiendrait sa confiance quoi qu’il arrive. C’était un peu prématuré et joueur de tester ses limites maintenant, d’autant qu’elle était visiblement à bout, aussi me permettrais je de partager mon chakra avec cette créature, pour affaiblir le fardeau du clone, et lui prouver mon allégeance.

Si elle le désirait, ma main pourrait parcourir sa joue, mes doigts se poser sur ses lèvres, remonter à ses tempes et finalement s'arrêter sur sa nuque en redescendant, et une partie de mon énergie s’introduirait alors en elle pour la supporter. L’autre attraperait la sienne, tendue, et partagerait une autre partie de mon pouvoir.


Consommation:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6468-bingo-book-chiaki-hebikaze#49776 http://sns-rp.forumgratuit.org/t6467-chiaki-hebikaze-serpent-d-automne#49775
Messages : 324

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 45 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Dim 18 Fév - 21:38

Foutoir à Suna




Mettant un temps certain à interpréter le mouvement de partage de ma quasi caresse envers la jeune femme, je décidais d’en faire abstraction a la durée de mon récit. En explorant le regard de l’invocatrice, j’y décelais une… Perturbation, peut-être ? Sa grimace était-elle due à la rupture de mon geste ou plus spécifiquement à la reprise d’un ton plus ferme ?

En observant sa main s’approcher, j’haussais un sourcil. Après tout, son comportement comporte un aspect bestial, sa longévité et sa proximité avec cette femme invoquée qui semblait elle aussi métamorphe à priori me confirmait pratiquement qu’elle était ermite. De ce que j’en ai lu, la majorité d’entre eux ont un rapport au monde particulier et…

Je sentais mon minois virer au rouge, écarquillant les yeux en sentant ses doigts fins à mon contact alors que ma cigarette se dérobait de mes doigts, achevant sa course dans le sable fin. Un contact long qui me semblait infini. Depuis combien de temps une femme ne m’a-t-elle pas touché ? Sentant une complicité certaine, voir une intimité, prématurée et en un sens presque malsaine se profiler, mes envies et mes vieilles habitudes me reprenaient en sentant ses doigts à mes lèvres, mon souffle chaud se mêlant à la douceur de ses phalanges, mes yeux se fermant alors qu’un instant je songeais aux lèvres d’Alma.

Est-ce mal de penser à mon premier véritable amour en cet instant ? Malsain pour Alma ? Pour Manshin ? Je n’en sais rien. Sentant les doigts de la jeune femme venir se nicher à ma nuque brûlante, son trajet effleurant le lobe de mon oreille n’en faisait que stimuler une zone sensible. Rouvrant maladroitement les yeux, mi-clos, sous l’étrange chaleur plus soulignée en une région en sommeil voilà des lunes durant à mon corps, le soleil me paraissant en l’instant insignifiant.

Cet acte était d’une tendresse presque érotique, et pourtant si bienveillant. Je me sentais en quelques instants désirables, en un sens, et materné en un autre. En mesure de m’abandonner. Et mes sentiments refaisaient surface en balayant la méditation à laquelle s’adonnait mon corps, mon contact avec sa main se transformant, remontant mes doigts lentement pour entrelacer mes doigts aux siens, alors que d’un pas maladroit, je m’avançais en laissant mes commissure s’emparer de l’une des siennes.

Maladroite, inexpérimentée et brisée, les larmes roulaient à mes joues alors que ma main libre venait lentement se nicher aux hanches de la jeune femme, mon sang ne faisant qu’un tour alors que mes battements de cœur frappaient à ma poitrine, toutes mes émotions lui étant en l’instant offertes. Mes doutes, mes peurs, mon amour pour mon pays, mon village, mon clan, ma famille, mon enfant, le regret, le stress et la fatigue qui tirait terriblement mes nerfs. Incapable de contenir cet étrange pouvoir de transmission empathique, comme en lui offrant la peau la moins protégée de mon corps, s’y mêlait mon moi tout entier, se répandant en son esprit en cet instant bref, alors que, reculant doucement, mon corps se mettait à trembler, mes jambes notamment, mon corps prêt à m’abandonner et s’écrouler, le fait seul de tenir debout me paraissant en l’instant un effort. Sanglotant, je reprenais.

« Je suis désolée… »

Tant dans ma gestuelle qu’en mes mots, il semblait que l’amour charnel ne m’abritait plus depuis des années. Il n’y a pas, je ne savais absolument pas y faire, et en cet instant, j’étais tant une proie maintenue par la gorge de son prédateur qu’une adolescente perdue à son premier rendez-vous qu’une petite fille triste devant sa grande sœur ou sa mère.



résumé:
 


_ _ ___________________________________________ _ _



DC d'Akane
Kaede s'exprime en lightsalmon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8367-bingo-book-de-kaede-m-junko#62438 http://sns-rp.forumgratuit.org/t8336-je-reviendrai-conquerir-tes-yeux-u-c#62318
Messages : 153

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 2 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 40 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Lun 19 Fév - 0:00

Elle tournait facilement au rouge pendant que je scrutais doucement ses formes, éternisant notre contact dans le velouté de l’espace obscur que nous procurait l’ombre du rempart de son village. Je savais qu’il ne fallait pas que j’outrepasse son désir en me l’appropriant, elle devait s’abandonner à moi. Ses sentiments tournaient, c’étaient bien eux que je ressentait, comme à travers sa peau dans la mienne, paume contre paume, ce soleil, ce feu intérieur qui ne demandait qu’un souffle, souffle qu’elle venait chercher à la source même des choses brûlantes que j’aurais pus lui dire et qui s’étaient tues par un baiser.

Elle venait d’ouvrir une porte, celle de son coeur… Son corps craquait délicieusement sous l’effort qu’elle avait fournis pour arriver à embraser la flamme qui coulait en elle. Ce n’était pas que charnel, il y avait autre chose, comme une familiarité inconnue, un détail que je ne pouvais distinguer.

Elle venait d’ouvrir une porte, celle de son esprit… Et tout ses sentiments voguaient à travers ma conscience, ma personne pour alimenter mon savoir, mon désir, et l’envie de la protéger comme elle protégerait le peuple et les personnes qu’elle aimait.

Elle venait d’ouvrir une porte, celle de son âme… Et tout en reculant, je percevais dans ses tremblements, dans ses mots toute la détresse de cet instant pour elle et surtout un appel à l’aide, tout autant que celui de la miséricorde.

Cette connexion profonde, je la vivais avec le monde entier, avec la nature et ses habitants, mais c’était la première fois que j’obtenais un aveux aussi intense d’une créature vivante. Je fermais les yeux, des arabesques dorées se profilant sur mes paupières tout pendant que je murmurait quelques mots, à la fois annonciateur de mon envie de la protéger comme une mère que de l’aimer comme on aime une femme. Je me rapprochais d’elle, ses tremblements secouant les petites larmes pures comme des carillons aux bouts de ses cils, de son visage dont la gorge se contractait sous l'effort pour retenir son émoi. Mon regard s’ouvrit, plongeant deux étoiles noires, cadeaux des tanuki entourées d’or dans ses pupilles azurées. Elle avait une main dans la mienne, que je posais contre mon coeur avant de m’incliner vers elle, presque comme un prédateur pour attraper son dos et ses jambes comme un chevalier servant.

Je lui chuchotais qu’elle pouvait s’abandonner, que je la déposerais la ou elle pourrait se reposer et qu’elle n’avait rien à craindre dans mes bras.

Le mode ermite m’aidait à la maintenir tout pendant que d’un bond j’escaladais la forteresse où elle avait laissé son coeur. J’avisais un saut jusqu’à son bureau, et jugeait que le retour à son office ne lui plairait guère… Un hotel alors? Je retombait dans la ville pour s'engouffrer dans les d’un édifice de repos par un balcon pour éviter d’exposer la Kazekage au regard de son peuple dans ce moment de faiblesse.

Je l’allongeais sur le lit et marchait de nouveau vers le balcon avant de m’arreter à l’encadrure, mon regard vers les tentures aériennes de la ville, soustrait à la vision que la princesse que j’avais amené voudrait surement cacher.

Consommation:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6468-bingo-book-chiaki-hebikaze#49776 http://sns-rp.forumgratuit.org/t6467-chiaki-hebikaze-serpent-d-automne#49775
Messages : 324

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 45 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Lun 19 Fév - 13:49



Foutoir à Suna






Au cœur d’une chute précipitée, la douceur et la féminité qui venait m’accueillir en son sein me donnait l’impression en cet instant de quitter cette étrange réalité qu’il m’est si familière de manipuler. Ecarquillant les yeux, je me sentais étrangement légère en me tournant un instant vers ce regard pourtant sombre, en un sens. D’un détournement de regard maladroit, comme une enfant boudeuse, je laissais cette brèche se manifeste, déposant maladroitement ma tête à l’épaule de la jeune femme, mes cheveux se perdant au vent en sentant la verticale devenir l’horizon.

Etait-ce là une vérité à laquelle je ne pouvais me soustraire ? Mes yeux rouges de larmes se mêlaient à ce vent du diable et au sable alors qu’une sérénité certaine semblait venir se mettre en place au plus profond de mon être. Depuis combien de temps… Depuis combien d’années, n’ai-je pas abandonné ? Depuis combien de temps je ne compte plus sur d’autres que moi-même ? Quand suis-je devenue si égoïste et ai-je perdu une telle confiance en moi… ?

Tu m’entends Alma ? Je suis désolée. Je me suis tellement attachée à toi, j’ai été immature. De peur de ne jamais m’y retrouver, je ne t’ai jamais vraiment laissé partir… Je ne t’ai jamais laissé te reposer. Alors que mon regard s’œuvrait à ma main droite à laquelle trône cette étrange alliance noir jais, symbole de tristesse, de vide et de néant, je sentais les larmes de nouveau me gagner, m’agrippant aux manches de l’ermite qui m’offrait cet instant en sanglotant, mon corps tout entier m’abandonnant.

Je te le promets. Je vais essayer de vivre sans marcher constamment dans ton ombre… Cela va faire dix ans… Je vais en avoir vingt-huit… Je me sens comme une enfant. Un sourire maladroit naquit à mon minois alors que mes pensées s’en allaient plus en des délires. Est-ce que tu me vois ? Qu’est-ce que tu penses de tout ça ? Incapable de me résoudre à une solution, l’illumination venait à moi comme une fatalité certaine. « Kaede… Pourquoi continues-tu de te poser des questions auxquelles tu ne veux pas de réponse ? » c’était ses mots… Sa voix me revenait, des années de cela en arrière. J’ai trouvé la réponse Alma. La réponse, c’est que je ne peux pas affronter tout ça toute seule. Et comme elle l’a justement souligné… J’accepte. J’ai perdu cette lutte misérable et acharnée contre moi-même. J’abandonne. Je m’abandonne.

Sentant mon corps reprendre son poids au gré de draps frais, je me redressais maladroitement en regardant la jeune femme proche du balcon. La voir de loin me permettait de mieux déceler ses courbes, pourtant, cette pudeur et cette timidité m’ayant gagné plus tôt semblait disparaître. Son regard plongé vers le village me surprenait. Profitait-elle de sa beauté ? Ou essayait elle de comprendre ce que je ressens et ce à quoi je suis confrontée, chaque jours ?

Me redressant lentement, peinant à marcher, discrète après m’être séparée de mes chaussures, mes pieds nus effleuraient doucement le sol alors que je venais apposer une main plus douce au dos de celle-ci pour signifier ma présence sans trop la surprendre, évoluant sur le balcon pour attraper une cigarette, la nichant entre mes lèvres avant de poser le paquet sur une table basse pour qu’elle puisse au besoin ce servir, l’embrasant avant de répéter la même opération avec mon briquet.

« Je vous remercie. Et… » étrangement, j’avais toujours eu ce tique maladroit. Lorsque j’étais nerveuse, je riais comme une enfant. Gloussant, je reprenais. « Désolée encore de vous faire subir ça, j’ai déjà été sous de meilleurs jours… Enfin. Je pense… Que l’ensemble du message est passé. Quoi qu’il en soit. Je vais me reposer, un peu. Qu’est-ce qu’un dirigeant qui ne sait déléguer son travail après tout ? » toujours ce rire nerveux de bon cœur à la fin de ma phrase alors que j’expiais cette bouffée en fermant les yeux, le vent venant caresser mon visage, alors que pour la première fois depuis longtemps, je reprenais un sourire doux et sincère en laissant mes prunelles se poser sur le village.

« Inutile de vous dire tout ce que je ressens en cet instant… Vous le savez déjà. Je ne me sens pas capable d’en faire plus que de continuer de vous présenter mes excuses et de vous remercier. Pourtant parler pour ne rien dire à toujours été un vilain défaut chez moi, je ne vous apprends rien non plus je pense ! » toujours dans l’auto dérision, un rire maladroit s’emparait de moi alors que j’essuyais une larme, doucement, mon regard se plongeant vers le ciel, mes prunelles et ce bleu azur se reflétant parfaitement d’une couleur si similaire. Et malgré tout, mes tremblements et mes cernes ne me quittaient pas. Mais mon dos lui, petit à petit, perdait de sa droiture forcée. C'était indéniable, à vu d'oeil, je me reposais et me détendais.


résumé:
 


_ _ ___________________________________________ _ _



DC d'Akane
Kaede s'exprime en lightsalmon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8367-bingo-book-de-kaede-m-junko#62438 http://sns-rp.forumgratuit.org/t8336-je-reviendrai-conquerir-tes-yeux-u-c#62318
Messages : 153

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 2 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 40 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Lun 19 Fév - 14:50


Les draps s’agitèrent, elle quittait l’assise sans doute confortable du lit pour me rejoindre, j’entendais ses petit pieds frôlant le sol comme un enfant qui cherche son chemin pour rejoindre ses parents après une nuit tourmentée. Le kage posait une main sur mon dos, comme pour me signifier qu’elle était là. Elle allumait une cigarette, un menu plaisir, et pas réellement ce qui lui fallait en l’instant, mais tel était son choix. Je fermais les yeux alors qu’elle passait devant moi, préférant baisser la tête par respect que d’outrepasser sa pudeur.

Elle plaisante, toujours un mauvais indicateur, je ne le savais que trop bien, après ce genre d’événement, forcer c’était se faire mal… Alors en rire. J’esquissais un sourire, même si il était plus compatissant que sincère quand à l’amusement que je retirais de sa tentative de faire “passer ca” comme un événement temporaire. Rien de tout cela ne serais vraiment temporaire, et la façade qu’elle installait (Sans doute par réflexe) ne valait pas la confrontation, mais avait le mérite de permettre un sursis. Ce sursis tel qu’une fois seule, ses émotions pourraient reprendre le pas dans une crise, un chagrin sans nom ou seule la peine résonnerait dans sa tête, comme un millier de cloches funèbres. Ces glas seraient symbole d’un renouveau, mais à quel prix...

Sa voix était toujours devant moi, je risquais un regard vers le bas, découvrant ses pieds nus tournés vers l’horizon. Je m’approchais et murmurais.

-Les paroles peuvent aider à guider votre moral sur des eaux plus calmes. Mais j’ai bien peur que pour toutes les tensions présentes dans vos épaules, dans vos bras, votre ventre…

A chaque mot, mes mains glissaient dans les attraits cités, massant légèrement la princesse qui offrait son dos à ma vue. Je m’étais suffisamment approchée pour coller ma poitrine contre son dos et presser sa taille contre la mienne.

-... Un vrai repos soit essentiel.

Et je la relachait, me détournant de sa faiblesse, ce ne serait pas juste d’abuser d’elle à cet instant, j’étais moi même en prise avec mon ressentit. Je retournais à l’encadrure, cette fois-ci pour regarder le lit, et toujours d'un murmure audible:

-Junko-sama… Il est inutile de vous excuser, je n’ai rien à pardonner, cela est déjà fait depuis que j’ai compris votre situation. J’ai été attentive, toujours.


Attentive oui, à mes sentiments également… Je me sentais tellement aseptisée, insipide face à elle, comme si l’entieretée de mes émotions ne valait d’une poignée des siennes, et encore, une poignée de poussière… Avais-je perdu cela aussi, ou ne connaitrais-je jamais ce que cela faisait d’aimer véritablement? Je n’en avais aucune idée, et tout comme elle fuyait la situation en riant nerveusement je fuyais la peur de ne rien ressentir en baissant les yeux sur le sol lisse.

_ _ ___________________________________________ _ _


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6468-bingo-book-chiaki-hebikaze#49776 http://sns-rp.forumgratuit.org/t6467-chiaki-hebikaze-serpent-d-automne#49775
Messages : 324

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 45 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Ven 2 Mar - 22:41




Foutoir à Suna




Le silence gagnait mes pulpeuses commissures, alors que, faussement patiente d'une réaction, la voix de la jeune femme sonnait en mon cœur comme un glas. Une parole sainte. Mon corps s'embrasait à son contact, et je sentais ma conscience en un temps court mourir entre ses doigts. Hésitant à venir attraper le dos de sa main achevant sa course à mon ventre, je clignais des yeux en voyant cette étrange distance.

Lutte-t-elle contre ses désirs ? En a-t-elle ? Je ne sais que trop bien les raisons qui poussent les gens à agir dans un intérêt autre que le leur… Deux solutions s'offraient à moi. Laisser ce yoyo émotionnel s'installer, alors qu'il nous forcera probablement à craquer, ou apporter une lumière une fois pour tout. Après une longue latte, je posais ma cigarette dans le cendrier du balcon, me retournant vers cette chevelure corbeau, cherchant à m'enivrer de son odeur.

A mon tour, je venais chercher le contact, laissant mon corps s'abandonner au sien. Plus grande, je venais lentement déposer ma joue contre ce doux crâne en laissant mon nez grec s'éperdre en ses mèches, mes prunelles azure s'éteignant doucement, mes bras venant lentement entourer le petit bout de femme, une stature certaine y paraissant, me tenant assez droite pour jouer de cette nuance de taille. D'une main lente, je venais chercher le contact avec sa joue, laissant peser un léger silence, encombré du vent qui animait nos chevelures, offrant un baiser bienveillant au sommet du crâne de ma bienfaitrice.

« Je ne suis pas si faible… Je vous présente mes excuses parce que j'ai bien compris qu'une part de curiosité en vous accepte cette situation, et je me sens comme en profiter… Cependant… »

D'un pas léger, tout en rouvrant les yeux, je la contournais pour venir la toiser, mes cernes paraissant un aspect désormais mineur de mon regard. Mes prunelles, elles, débordaient d'amour, d'envie, de compassion et d'une once de folie insoupçonnée.

« Je l'accepte, "serpent de l'automne". Ce repos, je l'accepte. Si en retour vous le partagez. La dévotion n'est pas un fait anodin, et je pense savoir de quoi je parle. Nous discuterons des faits plus pointilleux plus tard. Laissons nos épaules s'affaisser… Si nous ne tenons plus debout, le lit saura démontrer son utilité. »

Souriant lentement, j'offrais un léger clin d'œil à la jeune femme, le flot d'émotion m'ayant traversé illuminant quelques instants mes yeux par perte de contrôle de mon chakra, ces derniers émettant une douce lueur bleuté, alors que d'un sourire malicieux, presque félin au vu de la versatilité de mes humeurs, je l'incitais du regard en m'asseyant au bord du lit, glissant mes fins et longs doigts à mes cheveux pour laisser mes fines mèches blondes couler en cascade le long de mon dos, les balançant d'un côté de mon cou pour en dévoiler l'autre plus nettement, une partie de ma nuque libérée, évitant pendant quelques instants de la croiser du regard, ne laissant aucune intention filtrée.

Que sous-entendais-je ? Sexe ? Discussion ? Sieste ? Silence ? Tendresse ? A vrai dire, moi-même je n'en savais fichtrement rien. En l'instant, je ne désirais que deux choses, cette étrange femme qui vient de bouleverser entièrement mon quotidien, mais plus encore, voir un sourire sincère et espiègle à son minois. Voir entendre un rire de bon cœur.


résumé:
 


_ _ ___________________________________________ _ _



DC d'Akane
Kaede s'exprime en lightsalmon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8367-bingo-book-de-kaede-m-junko#62438 http://sns-rp.forumgratuit.org/t8336-je-reviendrai-conquerir-tes-yeux-u-c#62318
Messages : 153

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 2 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 40 両

MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   Sam 3 Mar - 10:03


Foutoir à Suna !?


Featuring


Chiaki ♥️ Kaede M. Junko


Le kage m’enserrait de ses bras, son souffle chargé de l’odeur de cigarette s'ajoutait au miens, me laissant respirer son air, vicié quelque peu par le tabac qu’elle avait consummé. En temps normal, n'importe qui aurait été dérouté, mais j’étais en ce moment captivé, cela n’avait aucun intérêt d’être gênée par cela, au contraire… Comme ses bras, cette odeur venait s’imposer à moi, me dominer. Elle clouait un baiser protecteur sur ma tête puis affirmait m’avoir comprise.

Je n’en étais pas si sûre, et tout pendant qu’elle me dévorait littéralement des yeux, je me demandais si elle n’inversait pas un peu la situation. Elle acceptait, petite délivrance de mon tourment avant de me rendre compte qu’avec ses dires, de multiples interprétations, et donc actions futures ou envisageables, étaient possibles.

Laquelle choisir, je baissais la tête, un sourire accusant la vague d'émotion qui me parvenait d’elle et qui reflétait en partie ce que je ressentais moi même. Quoi choisir, que faire, en vérité il n’y avait pas d’heure ou de moment plus propice à l’abandon pour mes sens que cet instant, alors qu’importait mes choix, mon coeur avait décidé, aucune menace ne planait, il était temps de poser les armes.

Je m'approchais de la chevelure dorée posant le bout des doigts de ma senestre sur son épaule, déchaussais les bottes de Manshin pour grimper à genoux dans le lit par sa gauche en glissant ma main sous sa gorge, pour aller vers l’autre épaule. Mon autre main venait à bout du seule lien encore en place sur ma chemise, puis de la boucle de ma ceinture qui laissait mon pantalon glisser sur mes hanches sans vraiment me quitter.

Derrière elle, je posais mes mains sur les porteuses de fardeau de la femme et glissait doucement jusqu’au siennes pour lui intimer intimement de soutenir ses imposants avant-coeur. Revenant à la base de sa nuque, mes pattes délicates lui délassaient le visage, l’arrière de son crâne, puis dégringolaient vers son dos pour effeuiller son haori qui se suspendais parfaitement à hauteur de bras, arrêtés par le garde pudeur que je lui avait fait bâtir.

Elle paraissait offerte, comme cela à quart dénudée, à ma vue, à mes doigts, à mes désirs…

Trop de désir, j’enfourchais sa taille de mes deux jambes, m'emparait du tableau exquis à deux bras et me renversais en arrière, la serrant contre moi pendant que les jambes se contorsionaient en un “W”. Mon rire, léger, brisait quelque peu le silence, avant que je la couvre de baiser sur sa nuque, dans ses épaules et que je me noie dans la jungle de cheveux, dans son odeur de ma tête cherchant la moindre parcelle de peau ou me frotter. J’étais… Comme un chat fou ayant trouvé un un brin de valériane, mais tôt ou tard il faudrait que je la laisse, elle aussi, avoir son dû… Je continuais un petit moment de la caresser, là où elle était vêtue, là où elle l’était moins, l’embrassait.

Puis je lâchais prise, elle sur moi, dos à moi, me demandant si elle oserait se retourner maintenant, confronter ma poitrine qui pour l’instant caressait ses omoplates à la sienne. Je fermais à demi les yeux, ouvrait les paumes en écartant les bras. Elle pourrait tout aussi bien dormir que prolonger mes tendresses par les siennes.


_ _ ___________________________________________ _ _


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6468-bingo-book-chiaki-hebikaze#49776 http://sns-rp.forumgratuit.org/t6467-chiaki-hebikaze-serpent-d-automne#49775
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[+18] Foutoir à Suna [Libre][Yagami/Kaede/Chiaki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Kaze no Kuni :: Sunagakure no Sato :: Quartiers résidentiels-
Sauter vers: