Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 La source aux milles-yeux [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 64

MessageSujet: La source aux milles-yeux [Solo]   Lun 19 Fév - 19:19

Tout cela arriva lorsque la maladie fît irruption dans ma vie. Tout d’abord une personne était venue me voir, puis une autre, et une autre, et une autre…
Je n’avais plus de place, j’étais débordée, je ne pouvais rien pour eux à part les laisser souffrir en espérant trouver un remède ou que quelqu’un me vienne en aide.
Au final, soit ils partaient soit ils me demandaient d’abréger leurs souffrances en absorbant ce qu’il leurs restait de vie… J’étais désolée.

Je fermais l’établissement, trop de patient, trop de problèmes, de souffrance, mon corps n’en pouvait plus, et je me demandait si j’allais finir par mourrir de cette maladie moi aussi à force d’être exposée.

J’avais fui, encore, divaguant dans l’océan vers de la forêt du pays du feu, à la recherche d’une solution, d’une herbe, rien n’y faisait, rien n’allait, tout n’était que chaos.

Alors je fuyais, plus vite, plus loin, sans repère, sans autre but que la paix. Je m'arrêtais, pour crier dans ce silence pesant, de toute mes forces.

-OOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!

Toute ma peine, ma colère, ma frustration, tout était maintenant vide, clair, le silence revenait dans ma conscience. Je tombais à genoux, et des couleurs chatoyantes se bousculèrent dans ma vision. Des yeux, de toutes les tailles, formes, comme imprimées par dessus ma vue, comme directement dans mon esprit. On me lançait comme un signe, j’étais aperçue, comprise, entendue. Une rivière me faisait face sans que je l’ai vue, trop occupée à piquer une crise pour comprendre ce que je faisait, ou j'allais.

Je me levais, m’approchais et découvrais des créatures flottantes, parées de milles couleurs, gracieuses, belles, saines, ne demandant pas de l’aide, mais couvertes d’yeux. Chacun d’eux, tous posés sur leurs plumes comme une sorte de fresque mirifique. Tant de beautée, presque aveuglante, une totale rivalité pouvait s’imposer entre moi et ces créatures.

-Ne pense pas cela, nos femelles sont bien moins attrayantes que ton enveloppe, mignonne.

La voix de la créature était suave, possédait juste ce qu’il fallait de basse, tout en restant audible, comme un velour. Le “mignonne” était plus prononcé comme une appellation qu’un sobriquet malsain, aussi ne m’offusquais-je pas. Ainsi les mâles étaient ceux qui possédaient une traine. Tous avaient des yeux, mais eux en possédaient bien plus. L’un d’eux était sur la berge opposée et avait déployé une roue brillante comme des joyaux. Cette sorte de dôme, tourné vers l’extérieur, vers la forêt… Ce qui était intriguant, les paons se servaient de leur roue pour courtiser norma..

-LEEEEEEEEEOOOOOOOOON !!! cria la créature que j’observais.
-C’est l’heure de partir, mignonne, tu reste là? me demanda le baigneur suave.
-Je…
-Un incendie arrive, tu reste là?
-Je… Non.
-Alors agrippe toi à mon cou.

Le baigneur rejoignait la berge de mon côté et penchais la tête, j’agrippais vaguement le tout, suivant les indications.

-Non, pas ici, non, là non plus, plus bas.. Ne serre pas comme ça tu m’étouffe… Oui.. OUI la c’est très bien, excellent, on est partit.

D’un battement d’aile nous étions dans les airs et je pouvais voir l’étendue de la forêt, et du feu avant que le paon géant tourne légèrement et pique en direction du pays de la cascade. Le vol ne fût pas désagréable, mais long et relativement frais.

Nous nous posions sur un bras d’eau, dans une cuve naturelle et austère, une eau incroyablement chaude dont les vapeur me faisait frissonner des dernières heures passées en l’air.

Là, le paon l'introduisit auprès du clan, tous étaient très jolis même le rouleau de leur clan était magnifique, créé dans des plumes tressées, ce velin était une oeuvre d’art, et y apposer mon sang était comme un rite magnifié par le luxe du texte.

-Nebari, tu cherche une solution à un problème, mais tu devrais prendre le temps d’apprendre plus, d’ignorer la peine des autres pour renforcer ton pouvoir, ce n’est qu’ainsi que tu sauvera ta colonie, toutes les colonies.

Je baissais la tête, convaincue et à la fois frustrée de ne rien pouvoir faire. J’acceptais en silence

-----

L'apprentissage ne fût pas compliqué, j’avais toujours été douée, mais ce gouffre en moi, cette absence s’emplifiait… Je me sentais seule.

Le clan était sage, prospère, beau et attentif à tout. Des femmes nous avaient visités, créatures sages considérées comme messagers, qui étaient en réalité des tanuki. Le clan les avait écoutés, puis le temps vint pour moi de voir le “magnifique”. Le plus beau d’entre tous les paons, qui connaissait la sagesse ultime, le pouvoir du Senjutsu Kujaku.

J'allais le rejoindre dans son enclave personnelle, barrage circulaire le couvrant à la vue de tous mais d'où s'échappait une lueur féérique, solaire et merveilleuse.

J’entrais, la vue éblouissante de son plumage immaculé boutonné d’yeux d’or. A peine entrée il me balayait d’une aile, puis utilisait le pouvoir de sa roue sur moi, l’utilisant comme une parabole pour guider sa technique. Les innombrables yeux me perçaient d’une lumière surnaturelle, comme plantant des lances d’or dans mes membres, créant un son strident semblable au crissement d’un métal froissé par la pression, toujours plus aiguë.

Je me faisait bombarder d'énergie naturelle, une chose que je n’avait encore jamais expérimenté, mais qui me tuerait, je le savais, si je ne venais pas à bout de cette technique, il allait me changer en pierre. Mes bras se changeait progressivement en ailes, des plumes apparaissants ici et là, et des ocelles…

Je me calmait, tout allait mieu quand je prenais de la distance pour analyser. C’était de l'énergie naturelle, c’est ainsi que m’avaient expliqué les autres géants de la colonie. Il suffisait que je la fasse s'échapper pour me sauver. Je me détendais, posant mon corps dans l’eau chaude, flottant de part la décontraction de mes muscles.

Je comprenais mieu, l’eau créais un calme sonore, même si le crissement était toujours perceptible. Il me fallait tout exclure pour trouver le probleme en moi et le corriger.

Là… Plus rien… Je me remplissais, me vidais, petit ecoeurement qui venait de cette transition contre nature. Le majestueux s'arrêtait, et sans m’en rendre compte je continuait ce procédé toute seule. Il me cueillait dans ses deux ailes, me scrutait pendant que sa traine se reposait.

-----

L’exercice dura quelques mois, au final, j’étais de nouveau libre, plus puissante, plus à même d’enrayer le mal qui sévissait dans mon village et partout ailleurs, mais ce mal n’existait déjà plus. Les tanuki nous avaient prévenu, le combat se déroulerait au pays de l’eau, et la maladie n’était déjà plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La source aux milles-yeux [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Caverne aux Milles et un Plaisirs
» Le pois congo : source de protéines et de devises
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» Aux yeux du souvenir...
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Autres Pays :: Taki no Kuni-
Sauter vers: