Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Run away, run far from this madness [Aijitsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 46

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Run away, run far from this madness [Aijitsu]   Sam 14 Avr - 16:46

Ton bonheur n'avait été que de courte durée. Jamais que tu n'avais cru que le monde extérieur était devenu si fou... Escortant l'ancienne captive qui s'est révélée se prénommer Kaede, tu avais soudainement compris pourquoi les anciens se taisaient sur la situation actuelle des choses et aussi pourquoi ils avaient osé s'en prendre a un village civil du pays de l'eau pour trouver des compagnons ou compagnes a leurs jeunes... Serrant les dents, tu fixais la fumée montant du village civil ou était sensée vivre la tente de ta protégée. Tes bras l'enserrant pour apaiser sa tristesse, ton épaule accueillant ses larmes, ta main glissant dans sa chevelure dans une affection sincère. Comment allais tu faire maintenant, ton but était de la ramener chez sa famille qu'elle puisse renouer avec les siens et lui éviter le cruel destin qu'allait lui infliger l'enclave Yuki.

Tu t'étais promis de trouver dans le pays de l'eau une force capable de leur faire entendre raison, des shinobis qui t'auraient aidés a leur faire comprendre que vivre comme dans les temps anciens c'était pas ce qu'il y avait de mieux... et pourtant sous tes yeux, devant ce village enflammé, devant cette vision de désolation, l'enclave te paraissait bien plus civilisée que n'importe lequel de ces belligérant. Quittant la zone, il te fallait désormais réfléchir a la suite a donner et surtout t'informer sur la situation du pays. Tu avais entendu parler d'un culte entre deux conversations... savoir de quoi ce culte parlait et surtout si vous étiez en danger. Le fanatisme était toujours quelque chose qui t'avais effrayé, que ça soit envers un clan ou un village, maintenant on parlait de divinité et cela te donnait le vertige a y songer.

Eviter la civilisation, sortir du pays... La seule solution qui apparaissait a tes yeux. Le soucis c'est que cela n'était pas ce qu'il y avait de plus simple dans le nord du pays de l'eau, le plus simple était d'atteindre un village côtier et d'obtenir un bateau et traverser la mer pour rejoindre un autre pays. Pays du feu? Pays de la Terre? Tu ne savais pas et une chose t'effraies, c'est que les shinobis de Kiri acceptent ces exactions sur leurs propres terres. Ou est l'armée du pays quand on a besoin d'elle? Tu n'ignores pas la longue histoire de guerre civile ayant pris place a Kiri mais le manque de shinobis voulait dire une chose, Kiri ne tiens pas la longueur devant ces fameux cultistes.

De la il te fallait anticiper un éventuel déplacement militaire. La prochaine proie logique serait le pays de la foudre ou le pays du feu, bien que tu sois ignorant de la réalité des choses au pays de la foudre tu mises sur le fait qu'il soit plus facile a envahir que le pays du feu et Konoha. Une partie de leur territoire est après tout inaccessible par la terre et offrant par la suite aux cultistes s'ils en ont toujours les capacités militaires un pied a terre continental pour attaquer le pays du feu. La meilleure option aurait été de contourner le pays du Thé pour atteindre le pays du vent et Suna, malheureusement cela faisait un trop long voyage en bateau ou l'obligation de traverser le pays de l'eau du nord vers le sud: mauvaise idée. Le mieux serait donc de partir au pays du feu et par sécurité rejoindre le pays de la terre. Tu n'imagines pas un groupe sorti du néant comme ce culte réussir a vaincre trois des cinq grands villages ninja.

Tu avais exposé a Kaede ta vision des choses et Kaede te regarde sans comprendre avant de t'apprendre que le village d'Iwa a été détruit. Elle ne put te donner plus de détails mais cela contrarie fortement tes plans. Le pays de la Terre t'avais semblé être l'endroit le plus sûr. Prenant une dizaine de minutes tu décides de ne pas trop changer les choses et éventuellement de t'arrêter a Konoha. Tu allais essayer de négocier avec eux au pire... Tu n'aimais pas l'idée de t'offrir a un village shinobi ainsi que de leur offrir un nouveau Kekkei Gekkai mais que pouvais tu leur offrir d'autre d'assez important pour qu'ils acceptent deux réfugiés du pays de l'eau?

Kaede était encore sous le choc, tu avais légèrement de la peine pour elle. Perdre tous ses points de repères, devenir une réfugiée dans un pays qu'elle ne connaissait pas après avoir presque été mariée de force, ça faisait beaucoup a avaler surement. Refusant de faire un feu par sécurité, tu la laissais dormir contre toi blottie dans l'unique couverture que vous possédez, tu es un homme du froid et tu le crains moins que cette jolie paysanne. Tes sens a l'affût, tu crains pour vos vies ou pire. Tu ignore le sort des civils capturés après tout, travail forcé? Expériences occultes liées au divin? Tout est possible après tout, s'ils arrivent a occuper le pays de l'eau de telle manière c'est que leur dieu leur donnait bien des pouvoirs non?

T'autorisant quelques heures de repos, c'est ainsi que démarra le nouveau jour, ramassant ce que tu pouvais pour vous nourrir même si le pays de l'eau n'est pas reconnu pour sa flore généreuse. Tu devais malgré toi forcer la marche de la jeune femme, si tu avais pu courir tu aurais atteint les villages côtiers en mi journée... La porter était envisageable, mais t'épuiser avant si jamais tu devais combattre aux ports allais poser soucis, sans oublier que progresser en dehors des routes et bien plus épuisant qu'autre chose.

Il était aux alentours de onze heures du matin quand des cris attirent ton attention en contre bas. Deux hommes armés étaient entrain de traîner une préadolescente richement vêtue, ce qui semblait être sa garde était au sol vaincus. Tes yeux t'informaient que les types étaient grièvement blessés, affronter ce genre d'adversaires allait être un jeu d'enfant. Deux senbons apparurent le long de ta main, filant discrètement, mortels comme le vent l'un se plantant a la base du crâne la ou se fait la liaison entre le crâne et la nuque alors que l'autre avait la carotide de perforée.

Tu te dévoiles, t'approchant de la noble, son visage éclairé par un sourire émerveillé. Tu comprenais son point de vue, tu arrivais pour la sauver a point nommé tel un héros légendaire des grandes guerres shinobis. Toi humble? Pas sûr que tu sois né avec cette option en vrai. Tu la laisses t'enlacer et pleurer de ton son soul, tes yeux revenant sur les morts qui... Qui se mettent a remuer? Réellement? Les senbons avaient touché exactement la ou tu voulais, ils ne devraient pas bouger ces abrutis la! Sont ils réellement humains? Pour la première fois de ta vie tu sens la peur s'instiller dans tes veines suite a une rencontre... Ces hommes... Ils ne sont pas humains, ce n'est pas possible, QUE SONT ILS?

Par chance ton entraînement reprends de suite le début, l'alarme retentissant dans ton esprit passant en second plan. Tenant fermement la noble dans tes bras tes jambes s'étaient activées par réflexe pour esquiver une estocade de lance filant droit pour vous perforer ensemble. Le cri de la jeune femme semblait si éloigné de la réalité... L'adrénaline faisait son oeuvre, tes sens focalisés sur une seule chose, survivre a ces monstres. Malheureusement tu as un soucis, le corps que tu transportes te ralentis et surtout t'empêche de contre attaquer efficacement.

Des sauts en arrière pour esquiver les diverses estocades, a un moment tu te permet de sauter par dessus eux, atterrissant sur une petite butte de terre une dizaine de mètres plus loin. Déposant la jeune fille aux robes de feu, tu étais libre de prendre tous les risques nécessaires pour venir a bout de ces choses refusant de mourir. Cette fois c'était a ton tour de contre attaquer, ils avaient des lances, utiles pour tuer des gardes moyennement entraînés, mais un shinbi de ton calibre c'était une opportunité s'ils ne sont pas des maîtres avec cette dernière.

Trop vite, trop fort, voila ce qu'on pouvait dire de toi face a ces hommes. Tu te laisses déraper, passant gracieusement entre les lances dressées, ce rempart était inefficace pour quelqu'un d'aussi agile et leste que toi. Ton poing se crispe, la mâchoire se brise le cultiste étant projeté sur trois mètres face a ton coup. Sous le regard étonné du second, tu ne prends pas la peine de te retourner puisque tes hanches pivotèrent, ton corps projetant ta jambe alors que l'ennemi pivotait dans l'espoir de te frapper les côtes de sa lance. Bien entendu, ton coup de pied retourné l'atteignit avant et l'envoya directement au sol. Soufflant, tu espérais avoir réussi a causer assez de dommages pour les laisser a terre un long moment.

Partant pour rejoindre Kaede, le cri de la jeune noble t'avertis du danger une seconde trop tard, mais juste a temps pour t'empêcher d'être gravement blessé, la lame de la lance t'entaillant salement l'épaule au lieu de te transpercer la poitrine. Roulant pour esquiver le jeter de lance de l'homme a la mâchoire brisée, tu les fixes sans comprendre. Ils devraient être inconscient avec les coups que tu leur a collé et pourtant... tu comprends pourquoi ils sont venus a bout de cette garde. Encore ceux ci ne sont pas de bons guerriers, mais un shinobi capable de se relever quelque soit ses blessures est quasiment... invincible?

Tu pensais néanmoins avoir trouvé une faille dans cette immortalité, les geler ne prendrait qu'un temps faible mais la manière dont ils seraient retenus serait limité. De nouveau des Senbons apparaissent dans tes mains, restant a distance respectable, tes tirs de précision marchaient a merveille, les handicapants au point qu'ils ne pouvaient bouger. Les entravant ensuite avec les cordes dont disposaient les gardes de la caravane, tu les laisses dans le marécage non loin, espérant que la noyade ininterrompue leur fera prendre conscience de l'atrocité de ce qu'ils sont et ont essayé de faire.

C'est désormais en protégeant deux personnes mais étant blessé a l'épaule que tu progressais de nouveau, relativement choqué de ta rencontre. Ces hommes qui ne mourraient pas... comment est ce possible?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t3090-annales-de-shiro#27055 http://sns-rp.forumgratuit.org/t3084-bingo-book-shiro-senju#27043 http://sns-rp.forumgratuit.org/t2973p15-est-ce-si-dur-de-marcher-sur-les-pas-d-un-illustre-ancetrefini#26593
Messages : 12

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Run away, run far from this madness [Aijitsu]   Mar 17 Avr - 15:16

Mizu no Kuni. Un pays dont j’ignorais tout, si ce n’est qu’il était proche de l’eau, comme son nom l’indiquait. J’avais pourtant de fous espoirs en lui, tel que celui d’une race d’homme hybridés de poissons dont j’avais entendue parler il y a quelque temps, et que j’avais imaginée encore auparavant. A l’époque, j’ignorais s’ils existaient, mais l’idée m’amusait beaucoup, et j’avais naïvement imaginée que s’ils étaient réels, alors je les trouverais sans doute au pays de l’eau, jusqu’à ce que l’on me dise quelques mois plus tard qu’il existait bien un clan d’homme requins, les Hoshigaki. Surprise, j’avais d’abord cru que l’homme se moquait de mes idées, mais j’avais vite été emportée par la nouvelle. Curieuse de nature, je me sentais l’envie et le devoir de savoir à quoi ils ressemblaient et comment ils vivaient. Aussi, lorsque j’étais passé près du pays de la foudre, j’avais décidé de faire un tour à Mizu peu après.

A Kaminari, tout ne s’était pas… exactement passée comme prévu disons. J’avais bien entendu parler de ce Culte de la Vie qui y régnait, mais je m’imaginais des gens somme toutes sympathiques au début. Je n’étais pas la seule à me diriger vers Kaminari, et un homme nous avait demandé la raison de notre venue. La majeure partie des gens venaient apparemment pour pèlerinage, un noble but en soi, et qu’autant de gens le partage m’emplissait de joie à l’idée que c’était là le point d’orgue de la religion, une communion générale et une réunion des esprits. Mais quand j’avais annoncé que je venais pour tourisme, l’homme avait simplement ri quelques instants, avant de comprendre que j’étais sérieuse, que je venais réellement étudier l’endroit, explorer, voir de mes yeux les merveilles que la nature avait pu forger au sein du pays.

Il avait immédiatement cessé de rire, m'avait dévisagée avant de me conseiller de m’en aller. J’ai appris par la suite qu’il s’agissait là d’une personne modérée, qui avait eu la gentillesse de me recommander de partir plutôt que simplement tenter de me tuer pour la gloire de son dieu. Mes espoirs s’étaient envolés, au revoir espoirs de voir une humanité unifiée et pacifique, au revoir rêves de philosophie et d’apprentissage et au revoir idéaux de beauté et de simplicité. Secouant la tête tristement, je m’en étais allée, incapable de voir ce qui aurait pu se trouver au milieu des montagnes de Kaminari. Une déception immense qui m’envahissait, vite balayée par une idée pour me consoler, la visite de Mizu.

Et encore une fois, à Mizu… tout n’était pas rose non plus, à croire que la misère humaine était partout à la fois, s’étendant peu importe le pays, le milieu naturel ou le désir des gens. Les cultistes de Kaminari avaient apparemment décidés d’envahir le pays, menant leur attaque par les îles de l’Est, ma destination suivante potentielle. Je n’avais pourtant pas reculée cette fois, encore déçue par le manque de coopération de ce Culte, et décidée à au moins voir les hommes-requins pour me remettre de ma déception.

Je m’étais enfoncée dans ce pays qui m’était inconnu donc, pour ne rencontrer que carnage et désolation. Des maisons vidées, parfois brûlées, des corps sans vie éparpillés sur les routes et chemins que je traversais. L’odeur âcre piquait mes narines, arrachant des larmes de mes yeux embués et me laissant chaque pas plus abasourdie de l’ampleur de la catastrophe. Il ne s’agissait plus d’une simple guerre, ou d’une bête bataille. Il s’agissait d’un massacre à grande échelle, une annihilation totale de ce qui faisait du pays sa beauté, une destruction complète et irrespectueuse de toute forme de vie habitant l’endroit, une chose inacceptable à mes yeux. Et pourtant, des Hommes s’y évértuait, piétinant tout ce en quoi je croyais, comme voulant prouver que la race entière n’était qu’un ensemble de monstres sans coeurs et sans espoirs.

Et pourtant, une lueur au milieu de tout cela, un jeune homme, blessé mais pourtant portant deux jeunes femmes malgré que d’autres damnés soient sur ses talons, refusant de les abandonner. On m’avait enseignée à ne pas utiliser notre art pour blesser, mais ces hommes… A défaut de blesser, je pouvais au moins protéger le jeune aux cheveux de neige. Courant du mieux que je le pouvais dans ma longue toge, je m’interposais soudainement entre lui et ses agresseurs, de manière à pouvoir le couvrir comme je le pouvais, rejetant ainsi les hommes sur ses talons, créant une sphère quasi inviolable qu’ils ne pourraient traverser. Je tiendrais quelques temps, assez pour que le jeune homme fuit, et ensuite… Je m’en irais également, le plus vraisemblablement en volant.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 46

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Run away, run far from this madness [Aijitsu]   Mar 17 Avr - 20:02

Alors la t'es dans une situation bien plus compliquée que tout ce que tu n'as jamais voulu admettre. Sur le coup tu avais cru qu'il en était fini de ces types bizarres, puis porter une jeune femme traumatisée c'était une chose, deux ça ralentissais beaucoup beaucoup trop. Pourquoi est ce que cette réflexion est faite? Parce que de nouveau vous voici pris en chasse par ces immortels chose vraiment gênante. Tu étais capricieux sur le début de l'affrontement, n'ayant pas voulu user et abuser de tes techniques hyôton pour ne pas de suite trop te dévoiler, ce n'est pas comme si que tes dragons de glace étaient la chose la plus discrète du monde.

Accélérant, l'armure du roi venteux te permet de gagner de la vitesse et de la distance malgré la charge que t'impose les faits. Par chance le choix de ton géniteur avait des qualités physiques plus communément appelés beauté qui faisait que parmi ses critères se trouvent une taille fine et un poids correct, chose plus qu'appréciable lorsque tu devais courir pour trois, bien entendu, l'aristocrate aux robes de feu semblable a une poupée de porcelaine t'aidais aussi en ce sens, juste faire attention a ne pas s'emmêler les pieds dans la traîne.

Ce n'est pas assez, pas du tout. Malgré tes performances physiques de combattant au taijutsu confirmé, tu savais que tôt ou tard tu n'aurais plus assez de chakra et que l'affrontement sera inévitable. Serrant les dents, tu te résignais a combattre pour ta vie une fois de plus, apporter la mort pour sauver des vies, triste ironie que celle du justicier. Semblable a un éclair blanc ce qui semble être une forme de salut intervient, tu ne saurais dire si l'aide venait d'une femme très masculine ou d'un homme très feminin, mais les poursuivant ricochèrent se posant de nombreuses questions devant ce qui semble être une barrière invisible...

Si ta première idée était de continuer de courir, tu ralentis très vite ton pas... non, tu ne pouvais pas laisser quelqu'un te voler le beau rôle non? Plus sérieusement, l'idée qu'un ou une inconnu te sauve la peau et que tu le laisse ensuite derrière te dérangeais. Tu as décidé d'avoir un comportement exemplaire après tout! Faisant demi tour, tes pieds s'enfoncent dans la terre humide, tes jambes s'activent dans un bond prodigieux qui te donnaient un angle imprenable sans le moindre risque pour ton sauveur... Un des nombreux avantages de ton clan provient en plus de ta précision chirurgicale de tes tirs celle de signer a une main pour projeter tes jutsu. Ramenant ton bras droit plus proche de ta poitrine tu arrives a jeter tes pieux, un peu plus d'une dizaine qui s'écrasent sur les quelques poursuivant visiblement pas prêts pour ça.

Tu n'avais aucune pitié pour ces monstres, les pieux les transperçant sans merci, mais le sang ne coula pas gelant au fur et a mesure qu'il s'écoulait, les cultistes hurlant leur douleur de se sentir congeler vivant. Ce n'était pas un sort enviable, tu connaissais le phénomène que ton élément provoquait, le corps est composé d'eau en majorité, l'eau gelée prends plus de place que l'eau liquide, les cellules ne tiennent pas le choc, perforées de l'intérieur et mourant. Processus extrêmement simple mais pourtant ô combien douloureux et barbare lorsque l'on y pense. Néanmoins ils ne peuvent mourir, il te faut un moyen pour les estropier et les ralentir, ces bouts de glace semblent faire l'affaire... Tes pieds touchent terre dans les hurlements de vos ennemis.

"Cours si tu veux vivre! Ils ne peuvent mourir!"

De nouveau tu reprends ta course effrénée, pour l'instant tu pouvais remercier la chance vous n'affrontiez que des hommes plutôt faible, de la soldatesque basique. La réalité est que tu crains leur supérieurs, si ce sont des combattants même avec le talent d'un shinobi égal a un chuunin, leur immortalité sera a la limite du gérable alors plus. Ton épaule te fait serrer les dents mais tu as déjà eu plus grave comme blessure, puis l'adrénaline était assez présente dans ton sang pour que ses propriétés anti douleur t'aident.

Après une ou deux dizaines minutes, tu es obligé de reprendre ton souffle, malheureusement pour maintenir ton allure de course tu avais du brûler pas mal de chakra, tu avais perdu la notion du temps et des distances te laissant relativement perdu avec deux jeunes femmes plutôt nauséeuses dans les bras. Te laissant t'appuyer contre un arbre, tu fixes dans les environs, ignorant si l'inconnu vous avait suivi, s'il était bénéfique ou non, jamais tu n'avais vu telle technique auparavant... Ce n'était pas du Fûton tu en es persuadé tu aurais reconnu cet élément dont tu as les bases.

"Vous allez bien?"

Les deux jeunes femmes hochaient la tête d'un air moyennement convaincue, tu n'allais pas leur jeter la pierre pour ce qu'elles viennent de voir. Tu donnais l'apparence d'un roc mais tu étais effrayé par ces hommes capable de défier la mort. Etreignant la noble aux robes de feu qui commençait a craquer et a laisser échapper ses larmes une fois sortie de son état de choc, tes yeux cherchaient néanmoins autour de toi voir si l'inconnu vous avait suivi:

"Chhhhhhut du calme, je suis la, je te protégerais ne t'en fais pas..."

Promesse dure a tenir quand on voit objectivement l'état du pays et les monstres que tu viens de neutraliser...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t3090-annales-de-shiro#27055 http://sns-rp.forumgratuit.org/t3084-bingo-book-shiro-senju#27043 http://sns-rp.forumgratuit.org/t2973p15-est-ce-si-dur-de-marcher-sur-les-pas-d-un-illustre-ancetrefini#26593
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Run away, run far from this madness [Aijitsu]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Run away, run far from this madness [Aijitsu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Madness [Libre]
» « Drunkenness is nothing but voluntary madness » || Lerena Evergreen
» Madness ; mon élixir de folie ♥
» † Queen Of Madness : Himiko †
» mansion of darkness

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Mizu no Kuni :: Villages Civils-
Sauter vers: