Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Brought back Home [Reiko][FB Automne 119]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 12

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Brought back Home [Reiko][FB Automne 119]   Dim 15 Avr - 8:39

Un pays splendide, des montagnes escarpées ébréchant les cieux de leurs sommets majestueux aux pointes blanches, un air vivifiant et aidant ses habitants à forger une capacité respiratoire plus solide que celle de n’importe quel autre habitant du Yuukan, à l’exception peut être des peuples aquatiques s’ils existaient. Si c’était le cas, ils étaient sans doute du côté du Pays de l’Eau, et je notais mentalement d’un jour y aller, rêvassant déjà d’un peuple d’homme-poisson adaptés à l’environnement aquatique. Mais en l’instant, un sentiment prédominait sur tout les autres dans mon coeur. La joie infinie de rentrer chez soi et de pouvoir voir les siens, même pour un temps donné avant de repartir sur les routes. Partager ce que l’on a appris, déposer la lassitude des voyages pour se ressourcer et prendre des nouvelles de ses proches.

Pour autant, je n’oubliais pas que cette escale serait de courte durée, une simple étape sur un long trajet qui me ferait explorer le nord du continent, le Pays des Crocs et celui des Griffes entre autre. J’inspirais, embrassant du regard le paysage avant de reprendre mon sac, reprenant ma route vers les pics enneigés où résidaient les Houshin. Avançant prudemment le long des falaises, montant lentement vers un plateau dont je me remémorais la présence principalement pour la vue qu’il offrait. Sur le chemin, guère plus que l’air qui se raréfiait et le vent qui soufflait, mais je me sentais bien. Cette pression qui pesait sur ma poitrine, je l’avais sentie toute mon enfance, c’était le signe que j’étais de retour. J’arrivais sur le plateau, le souffle court dû à l’effort et à l’altitude malgré mon expérience de la marche et des montagnes. Soit mon corps s’était habitué aux plaines, soit les montagnes étaient devenues plus escarpées, et je doutais qu’il s’agisse du deuxième.

Contemplant la vue, une nouvelle bouffée de joie m’emplit, alors que mon corps lui m’envoyait un léger signal pour me signaler que si l’effort avait été fait, un peu de repos et de substance lui ferait le plus grand bien. Je levais les yeux au ciel, estimant au soleil qu’il était effectivement l’heure de s’offrir une collation, au moins sommaire. Je m’installais, sortant un léger drap de ma sacoche pour ne pas devoir m’asseoir sur la neige durcie par le temps et les saisons, et sortais de quoi manger, bien que sommairement. Pour sûr, ce ne serait pas un banquet, mais ce serait suffisant pour reprendre des forces et repartir, et qui sait, peut être même sustenter un invité affamé et impromptu.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 15

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Brought back Home [Reiko][FB Automne 119]   Dim 15 Avr - 17:53

Tu te souvient que tout être normalement constitué, dors la nuit ? Au cas où tu l'aurais oubliée, bien c'est à ça que correspond la nuit. Le délire, c'est que toi, bien que, largement apaisée depuis quelques années ... sans savoir pourquoi, tu as énormément de mal à dormir. Alors, une fois encore, tu étais sortie de ton lit, en direction de celui de ton frère mais ... tu vis bien vite que pour cette fois, c'était pas une bonne idée, que cela servirait à rien; Exténuée, irritée, tu sortis de la demeure éloignée avant d'aller t'asseoir sur les marches juste devant, de larges marches de pierres. C'était une des nombreuses maisons de ta famille. Elle avait été abandonnée lors de la disparition de ta famille et ... cela ne fait qu'un an que vous l'aviez récupérés toi et ton frère. Tu as pris beaucoup de temps, et de plaisirs, à la nettoyer, ça te faisait penser à autre chose. Tu as passée de nombreuses nuits à planter des graines pour faire pousser quelques fleurs, quelques arbres, alor, bien que tu n'es que quelques petits arbustes pour le moment, un jour, ce seront de grands et jolis arbres : des cerisiers, des chênes, ou tout autres types d'arbres de la région. Tu avais même jugée que cela ferait très joli de mettre un cerisier de chaque côté des marches menant à l'entrée de la demeure. Demeure qui était d'ailleurs construite sur un plateau en hauteur par rapport à la terre qui était bien plus basse. A l'arrière, se trouvait le terrain d'entrainement à l'air libre où se déroulait les entrainements au corps à corps quand vous étiez jeunes. Enfin ... tout ça pour dire, que cette demeure renferme bien des souvenirs et que, bien que vous ayez tout perdu de votre passé, il te reste votre nom, mais également cette maison qui témoigne de la ichesse passée de ton père et de ta mère. C'est d'ailleurs le seul vestige familial qui reste encore debout ... le reste ayant été brûlés. Oui, il n'y rien à faire, la richesse de ta famille n'existe plus.

Assise sur les marches, tu regardais les étoiles, soupirant en attrapant une brindille, la tortillant, la pliant, avant de la briser et te relever. Tu finis alors par retourner dans ton lit, essayant de te rendormir durant le reste de cette nuit assez ... courte et pas du tout reposante. Lorsque le matin fût llà, tu fût la première debout, préparant un petit déjeuner copieux pour toi et ton aîné, cependant ... tu ne l'attendit pas, tu avais besoin d'évacuer, de prendre l'air et pour ça ... rien de mieux que la montagne environnante pour te vider l'esprit. Te munissant d'un épais manteaux de fourrure, et sortant calmement, souriante. Tu t'efforçais de penser à autre chose, se morfondre ne sert à rien, seuls les faibles pleurent, c'est ce que disait ton père. Enfin bon, il y'a bien quelques mois que tu avais décidée de ne plus te lamenter et que tu essayais de faire avec. après tout, le passé est passé, libérée, délivrée de l'emprise que tu avais subie, tu souhaitée désormais pensée au "après". C'est stupide mais ... toute façon, tu le savais, tout les tortionnaires sont morts, alors ... à la limite, tu pourrais en vouloir à ceux qui ont ordonnés cet acte, mais ... comment pourrais-tu savoir qui c'est ? Ton père avait tant d'ennemis ...

- ASSEZ ! Ca suffit ...

Tu ne supportais plus de penser à tout ça et cela t'en rendais dingue, soupirant en écoutant ton écho dans les montagnes, tu finis par te mettre en route, marchant sans savoir où tu allais, tu te promenais juste sans but, tu regardais les paysages, tu touchais les plantes, jusqu'aux hauteurs enneigées, c'était plaisant de respirer l'air pur et naturel. C'était jouissif de se sentir entièrement libre, sans attache, oui, tu étais bien là et ... tu ne remarqua pas que tu était pas seule. Entendant du bruit dans les bosquets enneigés, tu pensais qu'il t'avait suivi, ce serait pas surprenant finalement, préparant une grosse boule de neige ...

- Nii-san ... tu n'es pas discret.

Ricanant un peu, un regard fourbe, un sourire malicieux, tu jetait la boule en plein dans le mille, commençant une danse de la victoire alors que ... tu vis une demi-dizaine de sangliers sortir des amas de feuillages et de branches, déglutissant. Tu ne perdis pas de temps et ... oui, tu fuie, très vite même, courant comme une dinde alors qu'ils te coursaient pour te piétiner comme une fragile petite fourmi. Tu ne fis pas attention qu'un type essayait de pique-niquer non loin et ... tu écrasais littéralement son espace ... les bestiaux derrière toi n'hésiteront sûrement pas à en faire de même mais ... peut-être que lui, serait capable de se débarrasser des vilaines créatures qui la pourchassent.

- Arrêtez de me suivre ! Hé ! Doucement ! C'trop rapide là !!
Brought back home
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Brought back Home [Reiko][FB Automne 119]   Mer 18 Avr - 14:54

Neiges éternelles
Banquet au sommet du monde
Retour aux siens

Un haiku qui m’était venu spontanément, en contemplant l’horizon de mon enfance avec comme seul compagnon une tranche de pain et de fromage. Un compagnon qui finirait bientôt dans mon estomac d’ailleurs, celui-ci s’humectant déjà des lèvres figuratives à l’idée d’avoir quelque chose à digérer. En revanche, un problème était apparu, un problème de taille si j’en croyais le bruit venant de derrière moi. Tout d’abord, il s’était agi de pas, d’une course rapide, mais je n’avais pas senti d’intentions hostiles, aussi n’y avais-je pas prêté une grande attention.

Puis j’avais senti de la panique, des pas précipités, et j’avais fini par réagir au fait qu’il s’agissait sans aucun doute d’une personne, d’un humain en chair et en os, entre autres, et donc d’un compagnon non-comestible mais à la présence d’esprit vraisemblablement suffisante pour pouvoir converser et ainsi se distraire l’un l’autre. Comme quoi, quand je parlais d’un invité affamé et impromptu, je n’étais sans doute pas si loin de la vérité. Pourtant, en me tournant, je n’avais vu qu’une ombre qui m’avait rapidement dépassée, piétinant au passage le linge que j’avais étendu de manière à ne pas m’agenouiller dans la neige dure, au moins laisser un fin espace qui ralentirait l’avancée du froid du sol vers mes genoux.

Non contente de son acte d’une impolitesse crue, la personne n’avait ni pris la peine de s’arrêter, ni de s’excuser, ce qui en devenait presque insultant, comme un crachat à la table de l’hôte. Heureusement l’on m'avait appris à ne pas prendre ombrage des actes des autres, qui se révélaient parfois un tant soit peu impolis, voire parfois injurieux. En revanche, on ne m’avait pas appris à m’occuper de la raison de cette impolitesse, une partie d’une harde de sangliers manifestant bruyamment leur agacement envers celui ou celle qui m’avait dépassée, me laissant là m’occuper d’eux et de leurs revendications véhémentes.

La harde se rapprochait de plus en plus, et finalement, une seule idée me vint en tête, sauver ma peau. Je ne voyais aucun problème à me mettre un peu en danger pour aider quelqu’un, peu importe son comportement, mais me faire piétiner sans élégance ni respect n’entrait pas dans ma notion d’ “un peu” de danger, seulement dans ma définition de mort sale et peu enviable. J’utilisais le Doutekiton comme un champ autour de moi, écartant les sangliers qui s’approchait un peu trop et en assommant un sans le vouloir, peut être trop pressé de se venger pour faire attention où il allait.

Cela laissait cinq sangliers en vadrouille et libre de continuer leur chasse si le coeur leur en disait. Ce n’était certainement pas moi qui les en empêcherait, manquant de la puissance nécessaire pour cela. Constatant que ceux-ci paraissaient vouloir continuer leur route, je me penchais, attrapant ainsi de nouveau mon en-cas et sortant une gourde d’eau mêlée de miel de ma sacoche, reprenant ainsi mon repas, me contentant de savourer le goût simple, mais piquant, du fromage.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 15

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Brought back Home [Reiko][FB Automne 119]   Jeu 19 Avr - 20:11

De l'aide hein, mais bien sûr, et la marmotte enroule le chocolat dans l'papier d'alu ! Cette personne aurait pû t'aider, TE SAUVER LA VIE ! Bah mon cul c'est d'la dinde ! Il s'en battait les poils des aisselles ! Tu courrais toujours comme une dératée et tu savais même pas où aller pour t'en sortir ... puis dans les montagnes en général, on croise pas grand monde quoi.

Alors oui, tu avais eu l'espoir en voyant cette personne qu'elle t'aiderait mais bon, a part en retenir un ou deux ... qui avait repris leurs courses effrénée pour te piétiner comme un moustique, tout ça à cause d'une putain de boule de neige, UNE FUCKING BOULE DE NEIGE !!! La prochaine fois, tu réfléchira à deux fois avant de faire tes conneries ... et en plus, pas moyen de t'en sortir facilement. Il te fallait un arbre, sérieux, un gros arbre. Mais ... non, tu arrivais non loin d'une troupe de ... chasseurs montagnards. Ah non en fait, c'était juste des gros cailloux ... t'es conne hein. Tu eus cette idée de te cacher dans une grotte mais ... tu en ressortis vite au vue des bruits assez flippants dedans et de ta peur des espaces clos. Forcément, ça laisse des marques, et toi, des marques t'en as beaucoup. Reprenant ta fuite, tu vis un lac, tu aurais pû t'y jeter mais ... était-ce une bonne idée ? Ils te rattrapaient à vive allure et tu le vis enfin cet arbre, un petit, mais assez haut. Grimpant vite, tu te réfugiait sur la première branche, patientant là pendant bien deux heures avant qu'ils ne se décident à repartir, une solution un peu trop facile et où la chance à beaucoup jouée ... rentrant alors chez toi, toute sale, épuisée et jurant de gifler cette personne la prochaine fois que tu la croise ...
Brought back home
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Brought back Home [Reiko][FB Automne 119]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brought back Home [Reiko][FB Automne 119]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RAVEN&CLAY ∞ « It's time to go back home »
» Come Back Home ! [pv Morwen]
» Our way back home [Grace]
» [n°7] Back Home
» I'm Back Home... } Regina & Alexis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Autres Pays :: Yama no Kuni-
Sauter vers: