Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 [Solo] Le son des barreaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 310

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 140 両

MessageSujet: [Solo] Le son des barreaux   Jeu 19 Avr - 11:31




Ploc.

...

Un long soupir s'échappe d'entre mes lèvres, alors que mon visage dépité se relève d'une énième sieste dans cette cellule pourrie. L'occipital se pose dans un cognement à faible volume contre la paroi en pierre froide. Mon regard lui, refais le tour de cette pièce pour une centième -peut-être deux-centième ?- fois. Il n'y a rien, hormis une gamelle en bois renversée par terre. Je suis encerclée par trois murs épais et en face, des barreaux en fer séparés par une porte du même matériau me font face. C'est par cette même porte que les visites des kumojins se font. C'est la seule compagnie que j'ai, et elle est horrible. Ceci est le quotidien auquel je me suis déjà habituée. Aucune lumière, si ce n'est celle dans le couloir reliant les cellules. Ma face est déformée, et au même titre que la peau sous mes vêtements, de nombreux endroits sont bleutés. Rien de cassé ou de fracturé, je suis simplement un défouloir pour quiconque le voudrait. Traitée comme un sac de frappe sur lequel on se déchaîne. Maintenant que j'y pense il y a du sang parterre. C'est le mien, celui que j'ai craché lors qu’hier un bourreau de plus me jetait contre les murs de la pièce à répétition. Je tombais raide et même si je le voulais, je ne pouvais me relever. Il était même ardu d'évacuer le sang par ma bouche, à cause de ce scellement sur mon corps. Balancée à travers la pièce, mon corps frêle encaissait derechef alors que j'entraînais mon mental à tenir bon.

Ploc.

...

Il n'y avait aucune pitié pour moi ici, et je le comprenais totalement. Je l'avais accepté dès le premier pas que j'avais fait en partant du laboratoire d'Orochimaru, prenant la direction de Kumo. Hormis les visites concernant à détruire mon enveloppe corporelle, on m'apportait à manger afin que je survive. J'avais été jugée par cet être et les fourmis ne pouvaient prendre leurs décisions à la place de la Reine. Ma vie pouvait très bien se terminer au retour de ce Dieu, et j'y étais également préparée. Il ne suffit que d'une pensée pour ôter la vie de quelqu'un surtout lorsqu'il est en position de faiblesse, et un guerrier le sait mieux que quiconque. Et c'est également ce pourquoi je suis, courir après ma vie en frôlant la mort. Toujours aller chercher la dangerosité et les risques, car rester chez soi tranquillement à attendre donne toujours les mêmes résultats. La progression représente le danger, et la constance le cercle vicieux. L'Humain est peureux par nature, tout ce qu'il ne connaît pas l'effraie. Il ne souhaite surtout pas s'en approcher. Je ne comprendrais jamais ces gens là, il suffit pourtant de faire un pas en avant pour voir la lumière envahir la pièce. Éblouir les pensées, et apporter la vérité face à l'ignorance qui est restée des années. Pourquoi attendre sagement une illumination, lorsqu'on peut soi-même aller conquérir le monde ? Encore quelque chose que j'ai du mal à saisir.

Ploc.

...

Mes pupilles qui se baladaient furent attirer par des mouvements, face à moi. Les barreaux. Ils se tordaient et grinçaient dans mes oreilles si bien que mon esprit vrilla. La douleur me faisait plisser les yeux et grogner de la voix, c'est après tout tout ce que je pouvais faire actuellement. Je perdais mon esprit l'espace de quelques instants, alors qu'il allait chercher là où trouvait des visions que j'avais déjà maintes et maintes fois vues. Comme un fantôme, une forme se détachait de mon corps. J'étais cette forme, et je voyais donc à travers elle. Cette dernière partait de l'exact endroit où je me trouvais, et se fixait devant les barreaux à l'intérieur de la cellule. De l'autre côté une ombre se tenait debout, son sourire cachait un vice certain, et pourtant elle ouvrait la porte afin que je puisse m'échapper. La vision disparaissait comme à son habitude, et le fantôme que j'étais démarrait la nouvelle vision au sein d'une forme ovale. Elle se distinguait en trois parties. La première remplissait l'ovale et était la conjonctive bulbaire, la deuxième était le premier cercle et il s'agissait d'un iris marron, le troisième et dernier cercle était la pupille noire. La forme reculait vivement de l’œil afin d'observer plus grandement la scène, prenant des dizaines de mètres de distance. Je voyais là un vol stationnaire d'oiseaux, mais pas n'importe lesquels. Il s'agissait là de vautours, juste au-dessus d'un village ninja banal. Aucun signes distinctifs qui me permettraient d'identifier le village, je voyais simplement une grande enceinte la protégeant et une longue liste de bâtiments.

Ploc.

...

Le bruit de la goutte troublait tout le temps cette vision, qui ondulait soudainement comme si cette même goutte que mon corps entendait était tombée dans ce que mon fantôme voyait. J'arrivais alors dans un rêve vivant, où je faisais partie intégrante d'un groupe. Je ne reconnaissais pas la plupart des endroits, nous n'étions visiblement pas à Mizu No Kuni. Pourtant, je semblais déterminer à accomplir mes actions dans l'intérêt du village. Nous nous déplacions entre différentes zones, toujours groupé. J'ai essayé maintes et maintes fois de me séparer de ce groupe, mais le rêve m'y ramenait sans cesse. Je ne comprenais pas, pourquoi étais-je heureuse hors de mes terres ? Pourquoi restais-je avec ce groupe à nous déplacer dans des terres inconnues ? Tout le monde dans cette équipe était déterminé à un même but et pourtant, je ne pouvais l'identifier. C'est toujours à ce moment là que le rêve s'arrête lui-même. Lorsque j'essaye de découvrir pourquoi nous sommes en groupe, dans des contrées lointaines. Je me réveille alors et j'essaye de comprendre. C'est mon passe-temps, entre les moments où je me fais massacrée et les fois où je mange. Je n'arrive pourtant pas à deviner pourquoi ces visions mes viennent. Peut-être que des êtres plus puissants que nous s'amusent avec notre destin. Aaah.. et revoilà le sommeil qui pointe le bout de son nez. Je n'ai que ça à faire de toutes manières, alors dormons.

Résumé :
 

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6617-bingo-book-de-chisame-dekishi-hozuki http://sns-rp.forumgratuit.org/f469-dossier-chisame-hozuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t6618-presentation-de-chisame-dekishi-hozuki
 
[Solo] Le son des barreaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Kaminari no Kuni :: Kumogakure no Sato-
Sauter vers: