Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 « Y'a plein d'choses qu'on voit pas, sobre. » [U.C.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 1

MessageSujet: « Y'a plein d'choses qu'on voit pas, sobre. » [U.C.]   Mer 1 Aoû - 23:28



Hisae Lev Imari


IRP !

Nom : Imari
Prénom : Hisae Lev
Âge : 26 ans
Sexe : Masculin. Ouais ouais. Tu vas faire quoi ? Par contre tu m’appelle madame s'il te plait.
Nindo : Faire tous les bars du Yuukan.
Village :  Suna
Clan : Raikôru
Rang souhaité : A (ouais désolée, je sais que ça fait chier en ce moment, mais j’ai besoin de quatre talents. Au pire j’m’en sortirai avec un B si c’est vraiment relou, mais ça m’arrange pas.)
Grade souhaité : Civile
Bingo Book : Bingo-Book (Remplacer http://sns-rp.forumgratuit.org/URL_DE_VOTRE_BINGO_BOOK par l'adresse de votre Bingo-Book.


Je ressemble à...
à remplir !


Je pense à ...
à remplir !


J'ai vécu...


Chapitre I : Adieu.


« T’crwo k’jen veu mwo deul chiard !? Guette le lo, ço un putain d’occident ! Prends mwoh ço et dégoge ! »
{Traduction : Tu crois que j’en veux moi de l’enfant ? Regarde-le ! C’est un accident ! Prends le et va-t-en}

Le mascara coule sur les joues de la jeune mère, d’ivresse et des précédentes contractions. Le bébé hurle, sa génitrice plus fort encore alors que l’accouchement est passé. Elle aura définitivement refusé de toucher l’enfant qu’elle porte en elle depuis sept mois et demi. L’accouchement prématuré demande des soins d’urgence pour l’enfant, privé de sa mère dès ses premiers instants.

« Très bien… Je l’emmène. Est-ce que tu veux au moins choisir son nom… ? »

« M’en branle lo ! Casse two ava que j’mo lève pour eut pété l’goule ! »
{Traduction : Je m’en fiche, va-t-en avant que je me lève pour te casser la figure}

Sur un élan de musique folklorique, la jeune femme qui avait aidé à l’accouchement, elle aussi un peu éméché, quittait les lieux pour regagner son logis sous les yeux ébahis de son mari et de ses deux enfants.

« Je sais, ça peut paraître bizarre… J’étais juste partis boire un coup, et… Enfin, c’est compliqué. Sa mère n’en voulait pas, elle était ivre morte… Alors je me suis dit que peut-être… »

L’un des enfants s’avançait, enthousiaste, âgé d’une quinzaine d’années.

« Un petit frère ! C’est génial ! Je peux choisir son prénom !? »

Le couple se regardait soudainement aux paroles de l’enfant. Le traquenard, pris au piège.

« Tu sais… Si on le garde… Il va falloir que tu partages ta chambre… »

L’autre enfant, plus jeune, était une petite fille visiblement timide, qui demeurait dans l’observation du haut de sa dizaine d’années.

« Je m’en fou ! Je partagerai ma nourriture avec lui aussi ! »

Un silence plus gênant encore s’installait au sein du couple.

« Bon… Dans tous les cas il faut l’emmener en urgence à l’hôpital, il est prématuré, je le couve depuis tout à l’heure comme je peux pour le réchauffer, mais je ne peux pas le nourrir, je veux dire… Ma dernière grossesse remonte à bientôt onze ans… »

La gêne demeurait. Et demeurait encore. Mais tous finirent par attraper leur veste et s’en aller vers l’hôpital de Konoha.

______________

Le père et le fils se retrouvent seuls, partis chercher un petit quelque chose à grignoter à un distributeur.

« Je suis fier de toi fiston. Ton sens du sacrifice est surement la rédemption de cet enfant… »

« C’est pas une question de sacrifice Papa… *il lève les yeux vers lui, le regard déterminé* j’ai vécu la même chose. Moi aussi, vous m’avez adopté. Vous m’avez fait de la place dans votre vie pour m’éviter l’abandon. La meilleure façon de vous remercier, c’est de vous montrer que moi aussi, je veux faire de la place dans ma vie à ceux qui en ont besoin. »

Le père souriait de fierté, donnant une tape gentille à son épaule de son enfant.

« Tu as réfléchis à son prénom ? »

« Je pensais à Hisae. »

« Hisae, hein… ? *léger rire* D’accord, j’en parlerai avec ta mère. »

« Qu’est-ce qui te fais rire comme ça !? »

« Moins fort, on est dans un hôpital. C’était le prénom de la première amoureuse dont tu nous a parlé en rentrant de l’école, le tout premier jour. »

L’adolescent rougissait en détournant le regard, grognon, avant de se mettre à sourire naïvement en secouant la tête.

~~~ Note narrative : Ainsi, le jeune garçon, Hisae, vécut avec sa famille adoptive une enfance paisible. Son intégration à la maison fit l’unanimité, et après tout, c’était un enfant plein de vie et de joie, assez facile à vivre, si on mettait un détail de côté… ~~~


Chapitre II : Un verre de plus, un verre de moins ?


Le repas se déroulait comme à l’accoutumée. Quelques mots pour remercier la vie dans son ensemble et les joies qu’elles portent. C’est cependant passé un petit moment, que le jeune Hisae se mettait à rougir au niveau des joues, prendre une mine plus pâle et fatiguée.

« Ca va frangin ? »

Le grand frère était le premier à se rendre compte de la mine de l’enfant de dix ans.

« *Hips* O-ouais ça va, merci. J’ai juste un peu chaud et un peu la tête qui tourne. »

Les parents haussaient un sourcil. La mère fut la première à prendre suffisamment de recul pour comprendre, écarquillant les yeux en attrapant le verre d’eau du cadet pour le sentir.

« Oh la vache ! »

« Quoi ? »

Le père attrapait le verre pour le sentir. Une forte, très forte odeur d’alcool. Au moins 40°. La mère se levait pour attraper la main de l’enfant et le conduire immédiatement à l’académie. Le jeune Hisae avait été épargné de l’académie, pour un garçon, il était assez peu costaud et assez petit en taille, de son âge du moins, les médecins trouvaient qu’avec le temps sa carrure devenait de plus en plus féminine.

Enfin, arrivé, la mère, elle, shinobi, demandait de ces fameuses feuilles, vous savez, ces feuilles qui donnent la nature du chakra de celui qui insuffle son chakra dedans. Elle demandait à l’enfant de faire le test. Le résultat fut sans appel… La feuille empestait l’alcool. Ce clan de bons à rien d’alcooliques. La mâchoire de la mère se resserrait, serrant la main de l’enfant. Une visite médicale, pour y expliquer cette découverte et tout devint soudainement limpide.

« Ce que je vais vous dire risque… De vous étonner, mais… Euh… Comment dire ça. *Toussote* C’est tellement rare que ça arrive… *Rajuste sa blouse et laisse un silence* Hisae a un appareil reproducteur masculin, mais c’est une fille.

La mère et son enfant clignaient des yeux en lâchant un « eh ? » d’incompréhension, avant de se regarder mutuellement, puis regarder le docteur qui semblait on ne peut plus sérieux.

« Oooooh putain, oh putain, oh putain, oh putaiiiiin ! »

« Ton langage jeune hom- enfin… Euh… »

« Mais comment je vais faire !? Si je suis une fille ça veut dire que je vais avoir des seins, que je vais jamais avoir une grosse voix, que je vais rester petit, tout le monde va s’en rendre compte et dire que je suis un menteur ! »

« *se frottant la tête* on aurait dû penser à cette éventualité, a vrai dire, ce sont des cas extrêmement exceptionnels, qui arrivent un peu plus fréquemment quand les parents se droguent ou boivent beaucoup… Si on connaissait tes parents biologiques, il aurait été beaucoup plus facile de faire le lien, je suis désolé… »

« Mais je vais faire quoi !? C’est pas réversible ce truc !? »

Le docteur secouait la tête, navré, expliquant que la médecine n’avait pas atteint ce niveau de recherche. Le retour se fit en silence, pas un mot de la mère, pas un mot de l’enfant. Arrivés à la maison, les deux la tête vers le bas, la jeune sœur d’Hisae était en train de bouquiner pendant que le père et l’aîné se chamaillaient, tournant tous la tête vers les deux, visiblement atterrés.

« Vous en faites une tête ! Qu’est-ce qu’il se passe ? »

« … Gros… J’suis une fille… »

Un silence de quelques instants, avant que les deux ‘vrais’ hommes de la maison n’éclatent de rire, jusqu’à voir que ça n’amusait pas la mère et l’enfant à la porte, reprenant leur sérieux en clignant des yeux, Hisae se tenant le bras en le serrant, retenant visiblement ses larmes depuis un moment.

« Oh merde, sérieusement, c’est pas une blague ? »

Le… Enfin, la pré-adolescente, à force de crisper sa mâchoire pour contenir ses émotions finissait par craquer, les larmes commençant à couler seules alors qu’elle se retournait pour quitter la maison en courant pour gagner un coin plus calme, isolé, et laisser ses émotions se manifester, pleurant à chaude larmes.


Chapitre III : L’opposition des hémisphères

Seule face à ce lac, mêlé entre le silence et l’oubli, Hisae semblait regarder l’horizon sans la percevoir, ses pensées accaparent son attention et ses pensées s’aspirent en un vide profond. Un trop plein d’éléments dans la tête de la pré-adolescente. En réalité, c’est surtout la réaction de son frère et de son père qui l’avait blessée. Le temps défilait. Les minutes lui semblaient tant des heures que des secondes, ses repères étaient tous bouleversés. Oublier un chemin, en produire un autre, impossible de dessiner un schéma logique de pensées tous plus absurdes les unes que les autres.

« Hey… Hisa’… »

L’enfant semblait prendre un temps à réaliser la présence de son frère, derrière elle, assise au bord du lac, se recroquevillant lentement.

« Je… Ouais, je comprends. On s’est un peu comportés comme des cons. Enfin… Tu sais comment on est… Tu sais… Quand on t’as donné ton prénom, enfin… Quand je te l’ai donné, papa m’a rappelé que c’était le prénom de ma toute première amoureuse *gloussement maladroit* j’avais complètement oublié. Mais… C’est vrai que ça peut marcher dans les deux sens… Enfin… Eumh… *Il se frotte le bras, peinant à trouver ses mots* Argh, merde, de toute façon je suis pas doué avec les mots. Je voulais te présenter mes excuses pour m’être comporté comme ça. Et aussi te dire que garçon, ou fille, je t’aimerai toujours autant. Tu peux choisir ce que tu veux, ce qui t’arrange. »

La jeune garçon manquée (ou pas) se recroquevillait un peu plus en serrant ses bras autour de ses jambes, son minois niché dedans alors qu’elle se mettait à sangloter. Après un vague silence, elle ressentait la chaleur corporelle de son aîné autour d’elle, chaleureuse et réconfortante. La rejetant d’abord intérieurement, elle finit par s’y abandonner et s’y nicher pour trouver du réconfort et pouvoir pleurer à chaudes larmes.

Le temps fut long, dans le silence fraternel qui prenait vie. Mais tous deux finirent par rentrer. Hisae était la première à le percevoir, mais très vite son grand frère s’en rendit compte : son père n’était pas capable d’accepter la situation et de soutenir l’enfant. C’était au-dessus de ses forces. Tout devint clair pour l’aîné. Lui qui avait choisis son prénom, lui qui lui offrait toujours son sourire le plus tendre et le plus sincère, lui qui savait toujours où chercher son cadet lors de ses moments de tristesse et d’angoisse. C’était à lui de prendre la situation en main.

Jeune ninja, pas spécialement doué, il lui fallut quelques semaines pour annoncer la nouvelle à sa famille : il voulait prendre son envol, un appartement, et prendre Hisae avec lui. L’éclatement familial se déroulait à ce moment. La pauvre mère se rendit bien compte de la triste réalité, d’un père incapable d’assumer quelque chose qu’il ne comprenait pas. Une sœur indifférente face à un grand moment de détresse, et elle… La mère de famille, la bonne mère de famille, la toujours laissé pour compte. Le père saisit sa chance de démêler cette situation qu’il ne pouvait maîtriser, la mère, elle, souhaitait offrir une chance à sa fille de s’épanouir.

Sa fille oui, car entre temps, Hisae avait cessé d’aller chez le coiffeur, avait commencé à laver elle-même ses vêtements comme par pudeur pour que ses parents ne remarquent pas que ses achats étaient plus féminins. Les revues qui traînaient dans sa chambre parlaient de maquillage. Plus aucun doute n’était à disposer sur l’identité de la pré-adolescente : c’était une jeune fille.


Chapitre IV : Je bois pour les soifs de demain, je bois éternellement.

Après une dure mise en situation, les deux enfants adoptés finirent par mettre en place leur mode de vie ensemble. Leur mère passait leur rendre visite toutes les semaines, leur père plus rarement. Ce n’était pas un frein pour l’aîné, qui lui, pour assumer son loyer et sa petite sœur passait le gros de son temps en mission, même si elles n’étaient pas gratifiantes.

De leurs côtés, les deux parents les aidaient autant que possible financièrement et, notamment, aidaient Hisae à débuter ses études de ninjutsu médical. Un choix vite tracé au vu de ses « malformations » qui pourrait vite se transformer en de graves problèmes de santé, mais aussi, un moyen de lutter contre l’ivresse provoqué par ce chakra non contrôlé. De fait, en parallèle, il parut nécessaire de rencontrer un membre de son « clan » si on peut l’appeler comme ça, plus en réalité des individus calamiteux et sans avenirs. Hisae brillait dans la compréhension du corps humain, de son anatomie. Sa maîtrise du chakra, elle, cependant, laissait bien plus à désirer.

Finalement, deux instructeurs majeurs se dégagèrent. Un petit médecin de Hi, bientôt à la retraite, tout plein d’idées folles, et un chunnin du clan Raikôru, qui était dans le fond fort probablement un cousin éloigné d’Hisae, même si ça ne l’intéressait guère de se rapprocher de sa famille biologique.

Les années s’écoulaient lentement, Hisae avait 15 ans lorsque le médecin qu’était son maître dû prendre sa retraite, trop fatigué pour continuer. C’était ses chats, de son pacte d’invocation qui prirent le relai de l’éducation de la jeune fille, ou plutôt maintenant de la jeune femme, qui grâce à sa compréhension de l’organisme parvint à trouver le juste équilibre hormonal pour développer des formes féminines et rester « fonctionnelle » en bas.

Ses maîtres se demandaient souvent pourquoi elle cherchait cet équilibre plutôt qu’à devenir entièrement une femme. Elle, détenait la réponse, mais n’en parlait pas. Au départ, c’était une honte pour elle. Puis, avec le temps, c’est devenu une fierté. Parce que son frère l’a accepté malgré ses différences. Aussi, elle ne s’en cachait pas, ayant été habituée jeune au discours « homme – femme, femme – homme », ayant grandis en tant que garçon, elle a toujours été un peu plus attirée par les femmes. Même si elle n’expérimenterait que plus tard, elle découvrait un peu la sexualité et ses rouages, ça avait un côté pratique en soit, un « petit truc en plus », comme elle aimait le plaisanter.

Enfin, le temps passait, et l’apprentissage prenait fin. C’est d’abord le Saketon dont l’apprentissage s’arrêta suite à une overdose de son « maître » qui était plus un poivrot qu’autre chose. Résultat des courses, même si à force d’être ivre elle commençait à maîtriser un peu mieux cette forme de chakra, elle avait au moins le mérite maintenant de pouvoir faire de bons cocktails avec tout et n’importe quoi. Si bien que s’en devint une vraie passion avec son frère. Un passe-temps commun pour les deux : trouver l’alcool parfait. Si Hisae était persuadée qu’elle était capable de le créer, l’aîné lui, avait bien conscience que ce défi n’avait pas de fin. L’alcool était pour eux un moment de partage, de convivialité. Au final, le goût importait peu. Ce qui était important, dans le fond, c’était les moments passés ensemble.

Vers 18 ans, l’apprentissage d’Hisae prit définitivement fin. Son Iroujutsu était bon. Voir même excellent. Son Fuinjutsu appris en parallèle par ses maîtres chats était relativement correct aussi, de même que son Saketon. Ne lui intéressait pas la vie de ninja, ainsi, Hisae trouvait rapidement un travail dans un petit bar. C’était un moyen pour elle de faire perdurer son défi : créer le meilleur alcool du monde. L’alcool parfait.



•  ge : 19 ans
• Localisation : APEEEEEROOOOOOO
• Prénom : G pa de prénom sori
• Nindo : Troll jusqu’à l’infini
• Passions : Ptdr gros relis juste au dessus
• Personnage du manga préféré : Jsp j’m’en fou
• Comment avez vous découvert le forum ? : Y’a longtemps
• Comment trouvez vous le forum ? : Violet
• Que faudrait il changer ? : J’l’avais dis que la Kazekage allait changer :kappa:
• Autre chose ? : J’aime bien les pâtes c’est franchement pas mal.
• Avez vous lu le règlement ?* : Non ptdr. Yumi est une diva.




_ _ ___________________________________________ _ _




DC d'Akane
Hisae s'exprime en HotPink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
« Y'a plein d'choses qu'on voit pas, sobre. » [U.C.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RECH/ACHAT] Plein de choses en SdA
» Bon Anniversaire Coccinelle !!!
» Ici,vous pouvez commander plein de choses:des glaces à la banane,des tire-bouchons,mais aussi des liens!
» Plein le cul de palpatine et de son sénat de mes deux
» Ouvrir la porte d'un avion en plein vol pour fumer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Administration :: Présentations-
Sauter vers: