Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 La Course à l'échalote [RP OUVERT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Messages : 682

MessageSujet: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Jeu 4 Oct - 15:38


La Course à l'échalote




Konoha avait déjà bien trop souffert.

Les travaux de reconstruction avait d'ores et déjà commencés, aussitôt que la rumeur de la disparition de Gobi s'était répandue. Tout le monde participait, comme d'habitude, à cette corvée éprouvante. La lave avait disparue, les ruines déblayée, les corps enterrés et des ébauches d'édifices de bois ou en pierre surgissait dès lors du sol.

Mais l'ambiance était maussade, terne. Il n'y avait aucun rire, aucun sourire. Seulement des pleurs, des cris et des grognements, de la tristesse, de la frustration et de la colère. La plupart se remémore l'attaque de Kiri, les plus anciens se remémorent l'attaque de l'Akatsuki, prés d'un demi-siècle auparavant. Alors dans un tel abattement, une nouvelle fait son chemin.

Les arbres fleurissent, et les fleurs s'épanouissent. Le printemps de la nouvelle année est là, et une question taraude les esprits, et vole sur chaque lèvres : où est l'Hokage ?

Celle-ci semble avoir tout bonnement disparue lors du combat contre Kami. Les rumeurs vont bon train, parlant parfois d'abandon, de fuite, de mort. Dans tous les cas, le Conseil de Konoha s'était rassemblé dans l'académie, le seul bâtiment suffisamment sécurisé encore debout, et une missive de haute importance avait été envoyée à l'intention du Daimyô du Feu.

Tous les shinobis de Konoha étaient conviés à ce conseil, prenant des allures d'assemblée au sein d'un amphithéâtre de l'académie. Chacun était invité à exposer son opinion.

Le Conseil semblait à tout prix vouloir élire un nouvel Hokage, tandis qu'au sein des habitants, certains ne semblaient pas prêt à tirer un trait sur la Jûdaime Hokage.

L'avenir de Konoha se jouait une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 138

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 1 C - 1 D
Monnaie: 30 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Sam 6 Oct - 9:27

Le village avait subit des lourd dégats à cause de Kami et sa clique, les gens ne voyais que le désespoir  dans leurs coeur , et c'était pour ça que le jeune ermite esseyais d'amuser la galerie, en rassurant les gens que la nature allait tous nous sauvé, certe il n'était pas maçon ou dans un autre corps de métier, la seul chose qu'il pouvais faire en attendent c'était d'aidé a porté le matériel.

Mais une autre chose attendait le singe à la peau brune…

J'avais reçu une convocation à l'académie pour parler de mes opinions sur la suite de Konoha… La politique ne m'intéressait pas forcement, du coup.. J'allais faire profil bas. Je me dirigeais vers l'académie et ce coup si… J'allais avoir besoin de beaucoup de tabac à l'énergie naturelle pour pouvoir bité quel que chose de leur discours pompeux.

Après une dizaine de minutes de marche, je bourre ma pipe de mon fameux tabac avant de l'allumer et de tirer plusieurs bouffer de fumé , les transformé en volume important passant part mon nez, une fois devant je passe tranquillement avant de me mettre assis sur une table , en tailleur a côté d'une fenêtre pour pouvoir fumé sans gêner le monde. Attendent que tous commencent.

Spoiler:
 

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8347-bingo-book-renji-zakuro http://sns-rp.forumgratuit.org/t8348-presentation-renji-zakuro-le-singe-valide
Messages : 50

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Sam 6 Oct - 10:39


L'ambiance était maussade. Les pertes avaient été nombreuses, la reconstruction était difficile, le moral peinait à remonter, et les questions sans réponses commençaient à s'accumuler. Plus d'un mois s'était écoulé depuis le retour de la première vague de civil à Konoha, ou du moins à ce qu'il en restait. Rarement la reconstruction s'était faites dans des conditions si déplorables, et la lassitude gagnait tous les cœurs. Même si à présent, presque tous les Konohajins étaient de retour pour participer, la relève était terriblement lente. Seuls quelques rares bâtiments de la périphérie étaient encore debout, les visages des Kage n'étaient plus qu'un souvenir, même la falaise semblait irrécupérable et demandait les efforts de nombreux utilisateurs de doton pour retrouver son aspect d’antan. Et la muraille, même si certaines parties tenaient encore debout, allait demander une reconstruction quasi complète.

Mais ce qui frappa le plus Shiro, lorsqu'elle pénétra dans l'amphithéâtre de l'assemblée, c'était les effectifs restants. Les espaces réservés aux clans étaient cruellement incomplets, et le nombre de préadolescents dépassait largement le nombre de shinobis confirmés, alors même que tous les Genins n'étaient probablement pas présents. Détournant le regard, elle alla s'installer du côté où se regroupaient les shinobis n'appartenant pas à un clan particulier et s'installa aux côtés de Genki Hayano, l'un des anciens membres de son équipe de Genin. Après une brève salutation, son regard glissa vers le clan Nara, où elle reconnu Shikano, son second ami d'enfance.

Après réflexion, ils devaient être l'une des rares anciennes équipe à être encore au complet, mais elle avait du mal à s'en réjouir. D'un côté, Genki affichait un air lugubre, enfermé dans son mutisme. Juunin, il était en mission assez loin de Konoha lors de l'annonce de l'attaque. Et le temps qu'il revienne, Gobi était déjà en train de se déchaîner. Tout ce qu'il en avait récupéré, c'était l'amère goût de la fuite et du sentiment de lâcheté, alors même qu'il avait été grièvement blessé par l'onde de choc d'une Bijuu Bomb et que sa jambe gauche était gravée à jamais par la cicatrice d'une large brûlure de lave. Shikano quand à lui avait été l'un des rare Juunin à s'être vu attribuer une mission secrète hors du village pour l'attaque. Et s'il n'était pas physique blessé, son visage tiré indiquait qu'il souffrait encore particulièrement de la perte de sa compagne, une autre Juunin dont le corps n'avait même pas été retrouvé, et avec qui il comptait se fiancer dans les semaines à venir. Shiro soupira. Ils n'avaient pas perdu de membre, mais même sans ça, ils avaient perdu quelque chose.

Peu attentive à son environnement, Shiro n'avait pas écouté le début du discours du conseil et essaya de s'y rattraper au vol. Ce qu'elle entendit ne l'enthousiasma pas plus que ça. Des paroles creuses, de la langue de bois, des tentatives pour hausser le moral des troupe mais surtout pour imposer leurs intentions à tout le monde. Ils parlaient choix de Kage, ils parlaient pouvoir, ils parlaient politique extérieure et intérieure, ils parlaient organisation. Objectivement, ils n'avaient pas tort d'en parler. Mais la Chuunin sentait qu'ils se fourvoyaient sur leur public. La plupart des ninjas restants n'avaient ni l'envie ni le besoin de s'infliger de nouvelles problématiques. Ils fallait parler concret, et il fallait parler court terme.

Au bout de longues minutes de monologue, le porte-parole du conseil se rassit, invitant les shinobis à réagir sur ce qu'il avait dit, et à proposer des choses. Un silence lourd de quelques instants suivit. Un silence qui attendait, qui fulminait, un silence d'abandon, d'hésitation. Un silence finalement rompu par Shikano qui se leva, prenant la parole d'une voix sourde mais maîtrisée, que la kunoichi lui avait rarement entendu :

- Il est vrai que la question du Kage se pose. La disparition du Juudaime laisse un trou béant au cœur du village et je sais que le peu d'informations sur son état créé des dissensions entre ses partisans et ses opposants. Cependant, je suis d'avis que pour l'instant, le conseil doit continuer de gérer un peu le village, et ce pour une raison très simple, que je vais illustrer avec des chiffres. Il s'arrêta un instant, pris une profonde respiration et balaya l'assemblée de son regard d'aigle. Les effectifs du village. Dans ces conditions, nous n'avons pas assez de Juunins pour en perdre un dans l'administratif.

Un silence de mort s'abattit sur la salle. Tout le monde se doutait que Konoha se trouvait dans un état déplorable, mais entendre l'information ainsi faisait un choc. Quelques secondes s'écoulèrent avant que l'homme ne reprenne la parole, fixant les membres du conseil.

- Nous ne pouvons pas non plus nous permettre de faire monter des Genins en grade plus facilement que d'habitude, nos critères étant déjà moins sélectifs que ceux des autres villages. Nous ne devons surtout pas bâcler leur éducation, car nous en avons fondamentalement besoin pour prendre la relève. Mais c'est mathématique, nous n'avons pas assez de Juunin. Et vous voulez en plus que l'on enchaîne les missions pour ramener des fonds à Konoha ?

- C'est vrai que la problématique est difficile, grogna l'un des anciens, plongé dans sa réflexion. Nous pouvons peut-être essayer de ressortir certains anciens ninjas de leur retraite, mais même avec ça, ça ne suffira pas. Nous devrions au moins essayer de faire passer un test au plus anciens Genins pour faire passer ceux qui peuvent en Chuunin, en essayant au plus de ne pas assouplir les critère...

- Je doute que ça fasse progresser les choses, l'interrompit sa voisine d'une voix chevrotante mais forte. Un examen Chuunin a déjà eu lieu peu avant l'attaque de Kami. S'ils ne l'ont pas réussi à l'époque, ils ne vont pas réussir maintenant...

Plongée dans sa réflexion, écoutant d'une oreille distraite le débat des anciens, Shiro réfléchissait à une solution, mais surtout, hésitait à prendre la parole. Finalement, ce fut la pensée amère que les plus haut gradés qu'elle n'étaient plus si nombreux qui lui fit prendre la parole. Se redressant souplement, elle lança d'une voix aussi portante que possible, malgré sa voix habituellement basse :

- Excusez-moi... ! L'espace vocal ayant surtout été monopolisé par les anciens, elle obtient facilement l'attention générale. Déglutissant pour gérer cette soudaine attention, elle reprit la parole : Il semble évident à tous qu'en l'état, nous ne pouvons pas reprendre le système habituel d'un Juunin pour trois Genin. Et nous avons réellement besoin d'effectif qui fait des missions. Mais j'ai peut-être une idée. Elle expira doucement pour calmer son trac. Nous pourrions établir un roulement. Une grande partie des Genins resterait ici à participer à la reconstruction, à faire des missions de rang D ou C ou à s'entraîner sous la supervision de quelques Juunin ou Chuunin expérimentés, tandis que le reste va en mission par équipe de trois sous la supervision d'un Juunin. Il n'y aura pas la même proximité entre élèves et professeur, mais ça permettra peut-être d'avoir des effectifs restants en Juunin pour faire quelques missions spéciales, remettre en place les défenses, et les Chuunins pourront s'occuper de la plus grande parties des missions.  Elle reprit sa respiration, rassurée de voir que personne ne semblait décidé à la couper avec mépris, avant de conclure : car il faut aussi remettre en place des défenses autres que physique, il faut refaire la muraille, faire repousser des morceaux de la forêt...

Elle finit sur ces mots, ne sachant pas trop comment conclure, mais heureusement le porte-parole du conseil reprit la parole, lui permettant de se rasseoir dans la masse :

- En effet, ça pourrait fonctionner, merci à vous. Si quelqu'un vous compléter ou critiquer ce qui a été dit, ou même proposer autre chose ou aborder un autre sujet, n'hésitez pas, nous avons besoin de savoir où nous allons et comment faire.
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8911-bingo-book-de-siro-umikaze#65850 http://sns-rp.forumgratuit.org/t8910-le-souffle-de-la-danseuse-blanche-en-cours#65848
Kyo Senju
Rang B
Rang B
avatar
Messages : 33

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Sam 6 Oct - 18:45

Quelques temps s'étaient déjà écoulés depuis le combat contre le dirigeant du Culte de la Vie et le calme fut revenu au village caché de la feuille. Le paysage ravagé par le combat sanglant qui avait été mené en ces terres se faisaient ressentir en apparence, de part les infrastructures restantes d'un Village qui avait connu une période de paix conséquente avant de connaître à nouveau le goût amer d'une offensive de masse sur le Village.. avant-hier par Kiri, hier par Kami.. Il restait tout de même des survivants à ce massacre, au chaos dans lequel Kami avait plongé la feuille. Mais le prix à payer éait présent, sur le visage de chaque villageois, enfin..

Les ruines de Konoha qui furent en cours de reconstruction par les architectes et les ouvriers qui avaient accumulés pour le coup de l'expérience à force de reconstruire ce qui restait du Village à chaque offensive marquante encaissée par le village caché, de génération en génération un certain savoir faire en la matière s'était développé et faisait ses preuves, les automatismes étaient là et la reconstruction bien que normalement lente, se poursuivit avec une cadence active ce qui était tout de même encourageant.


Kyo quant à lui avait un sourire le plus naturel du monde, en effet, même si le chaos était passé il avait toujours à cœur de garder de l'optimisme afin de pouvoir soutenir ceux qui l'entourait. Vagabondant dans les forêts du pays du Feu c'est clairement les zones qu'il privilégiait pour se promener et il en avait besoin. Besoin sans doute de respirer un air neuf et revigorant qu'il ne trouvait plus à Konoha même s'il était aussi impacté que chacun des villageois par ce drâme. Comme à son habitude il trouva refuge dans la forêt, assistant aujourd'hui, en ce jour particulier aux premières tentatives de vol de petits oiseaux qui doucement avaient grandis, assez pour prendre leur envol. Le sourire du Senju était destiné à ce renouveau de la Vie qui se déroulait sous ses yeux, étant lui-même assis sur une branche au-dessus du nid pour ne pas déranger cet apprentissage naturel.

Son regard se porta sur le ciel parsemé de quelques nuages immaculés et blancs, observant de loin les oiseaux prendre leur premier envol et resta ainsi entre le conscient et l'inconscient pendant une bonne demi-heure avant de se relever bien fixement sur ses deux jambes et de prendre la route. Ses blessures étaient guéries, seule une brulure au niveau du bras droit persistait à marquer le corps du Shinobi malgré les traitement médicaux qu'il avait reçu mais il garda volontiers cette preuve d'impuissance sur le bras pour se rappeler ce qu'il n'avait pas pu protéger ce fameux jour malgré toute sa volonté. C'est ainsi que le Senju avait passé les jours suivant sa guérison à s'entraîner durement, repensant à ces moments de chaos, et cette sensation désagréable qui n'arrivait plus à quitter les pensées de Kyo.. une pensée pour son impuissance devant une force si écrasante et les ravages qu'il n'avait pu éviter pour des civils innocents. Son entraînement au Mokuton notamment lui avait fait refleurir inconsciemment les forêts aux alentours qui furent impactées lors du cataclysme.

Le jour de la fameuse Assemblée qui devait se tenir afin de se concerter pour la marche à suivre et débattre des sujets importants pour Konoha eut lieu. Vêtu aussi simplement que d'ordinaire, le Shinobi de la feuille prit la route pour l'Académie et plus précisément pour l'amphithéâtre dans lequel se tenait l'endroit où chaque Shinobi, Clans et le Conseil qui temporairement prenait les décisions importantes se tenaient. Traversant le reste de rues en pleine reconstruction, la marche du Senju fut silencieuse au possible, assez pour entendre les bruits d'outils sur le bois qui servait à la reconstruction.. il n'entendit pas grand chose si ce n'est l'absence de sourire, de bonne humeur qui caractérisait l'endroit de paix qu'était Konoha. Ainsi, Kyo garda le sourire et salua les personnes qui le remarquaient pour au moins partager de bonnes ondes et même si ce n'est qu'un peu, apaiser le cœur de ses confrères de Village.


L'arrivée de Kyo se fit tout aussi discrètement, il jeta un rapide coup d'œil sur la répartition des effectifs dans la salle et observa du coin de l'œil les places réservées au clan Senju. N'étant pas affilié en particulier à ce Clan, ses parents s'étant retirés depuis longtemps pour ouvrir un Commerce et arrêter les Guerres et les combats sanglants, Kyo n'avait aucun lien avec ces personnes qu'il ne considérait ni plus ni moins que comme des camarades tout comme le reste de l'Assemblée de la Feuille. Sa place fut donc auprès des personnes affiliées à aucun clan. Son regard glissa lentement sur quelques visages plus familiers tandis que Kyo prit place un peu plus en retrait pour assister aux débats en cours qui avaient commencés sans lui.

Ce que Shiro affirma quelques instants après que le Senju ait prit place avait l'air de captiver l'Assemblée qui se tenait alors. De nombreux sujets étaient mit sur la table mais par souci d'organisation tout était traité point par point pour ne pas perdre un certain fil conducteur. Kyo remarqua qu'une carte du Monde était placée à disposition tandis qu'un membre du Conseil était en train de donner la parole à chaque invité. Dans un élan qu'il ne se reconnaissait pas lui-même, le Senju prit la parole, se permettant malgré sa personnalité d'attirer l'attention.

- Si je peux me permettre .. !

Aussitôt le visage de Kyo dont le regard était partiellement caché derrières ses mèches de cheveux devint rouge, tandis que les regards se tournaient vers le Juunin qui se permit de s'avancer par le centre de la pièce, là où se tenait la fameuse Carte qu'il voulut exploiter pour illustrer ses propos. L'un des membres du Conseil qui reconnaissait fort bien celui avec qui ils avaient eu une altercation au sujet de la direction à prendre lui jeta un regard vif.

- Je vous en prie, faites nous part de vos idées.

Le ton sec qu'il adopta passa au-dessus de Kyo qui passait au-dessus de tout cela pour se concentrer sur ce qu'il avait à montrer à ses camarades, il s'éxécuta sans tarder et prit parti de développer un autre sujet qui pour lui avait autant d'importance que la formation de nouveaux Shinobis, un sujet qui faisait extension à celui développé habilement par Shiro.

- Nous nous retrouvons actuellement sans Kage, et nos forces sont au plus bas il est vrai. L'important comme l'a souligné ma collègue est de refaire nos défenses et de stabiliser notre état, voir de réelire un représentant qui pourra nous guider en ces eaux troubles, tout du moins en attendant de savoir ce qui est arrivée à la Juudaime.

Kyo souffla doucement en regardant l'Assemblée qui l'intimidait quelque peu de par sa personnalité qui n'était pas à même de se mettre autant en avant, il poursuivit cependant dans le calme.

- Il ne faut surtout pas oublier certains points importants.. Premièrement, la diminution drastique de nos forces globales nous rendent vulnérable, et vous le savez autant que moi, certains Pays n'hésiteraient pas à nous attaquer, non seulement pour prendre nos ressources mais pour affirmer leur suprématie en profitant de cette attaque.

Kyo montra du doigt Kiri et poursuivit rapidement.

- Nous savons tous de quoi sont capables ces personnes, et nul doute que tout peut arriver, notemment dans notre état actuel qui est assez critique mais d'autres pays pourraient prendre le pas et en profiter, je ne dévoilerai pas de noms, cela reste hypothétique mais ceci met en évidence le point que je m'apprête à aborder.

Le regard du Senju se fit plus grave tandis qu'il fit face à ses interlocuteurs. Il marqua une pause puis reprit en effectuant quelques pas comme pour se dégourdir avant de poursuivre. Il scruta du coin de l'oeil les réactions et le public lui sembla récéptif ce qui le fit poursuivre.

- Nous manquons d'effectifs, et donc d'informations, et ce au sein de notre propre pays, et je ne parle même pas des autres nations. Notre réseau de Shinobis qui se tenaient aux frontières et au-delà est rompu, et c'est quelque chose qui nous met tous en danger, autant Konoha que le Daimyo lui-même. Je pense qu'il va nous falloir reprendre un certain contrôle de la situation, c'est à dire exercer de nouveau et rapidement un contrôle de nos frontières vis à vis des éventuelles nations hostiles qui pourraient aisément en profiter pour exploiter nos ressources dont nous avons besoin pour notre reconstruction par exemple puis pour la refloraison de nos finances qui sont actuellement catastrophiques. Il est impératif de restaurer nos défenses, mais également de préserver nos frontières et de reformer nos réseaux d'informations pour rester informés des mouvements voisins à tout moment afin d'assurer un minimum de sécurité au Village, au Pays, ainsi qu'à nos Shinobis qui s'aventureront a l'extérieur du Village sans savoir à quoi ils s'exposeraient alors. A terme, cela nous permettra de partir à la recherche de la Juudaime, un sujet que je me permets de mettre sur le tapis car comme je l'ai rapporté, je l'ai bel et bien vu avant qu'elle ne se volatilise, elle est surement en vie, quelque part.. et je la retrouverai car c'est l'une des nôtres !

Le Senju s'inclina respectueusement tandis qu'il reprit sa place. Le débat se poursuivit donc sur les éclaircissements de Kyo mais le débat ne faisait alors que commencer et les avis et sujets étaient encore nombreux.

Résumé:
 

_ _ ___________________________________________ _ _



Dernière édition par Kyo Senju le Sam 6 Oct - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 546

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 65 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Sam 6 Oct - 20:19

La Course à l'échalote
Avec Konoha
Konoha. Un mois environ après l’attaque de Kami. Une situation difficile, qui avait particulièrement touché Sora. Encore et toujours attaché à son village, le jeune homme avait décidé d’apporter l’aide bienvenue d’un de ses clones, même si légère. Il avait eu aussi une autre idée, mais pour cela, il avait dû débourser un peu. Il avait engagé autant de maçons et autres travailleurs expérimentés du bâtiment que possible dans les alentours de Konoha pour aller y travailler et aider à la reconstruction. Tout ça de sa poche, bien évidemment, en utilisant l’argent qu’il avait récolté lors de ses nombreuses missions via la guilde. Vu le pécule qu’il possédait, il avait pu ramener une cinquantaine de personnes à Konoha, en plus de lui-même. Aidant au transport de matériel et autre tâche qu’il pouvait faire, il aidait les gens autant que possible, parfois en leur redonnant le sourire, parfois en les délestant d’une charge un peu trop lourde.

Lorsqu’il avait entendu le bruit d’une assemblée des shinobis du village, il n’avait pas réfléchit plus d’une seconde. S’étant isolé dans un coin du village, il avait pris la forme et l’équipement d’un ninja de Konoha, sommes-toutes assez classique. Un peu plus petit que la moyenne, traits fins, cheveux bleus nuit assez courts, normalement musclé. Une apparence classique, en somme.

Henge:
 

L’amphithéâtre, situé dans l’académie, n’accueillais que peu de shinobis. Les pertes subies lors de l’attaque de Kami était conséquentes, et Sora se mis à penser qu’un déserteur désireux de réintégrer Konoha après un mauvais traitement pourrait certainement être réintégré, au vu du manque criard d’effectif. Prendre la tête du village lui était très certainement impossible a cause de ses antécédents, mais aussi de son caractère. Sora était bien plus un homme d’action que quelqu’un comme le Kage, s’occupant de diriger Konoha depuis sa tour. Sora aurait plus le profil d’un ANBU qu’autre chose.

Il y avait plusieurs zones. Une pour chaque clan, et une zone pour les shinobis sans clans. C’est sans surprise que Sora se glissa parmi les gens sans clans, et observa la zone. Lorsqu’il repéra la Zone Uchiha, il retint une larme et un sourire. Son clan n’était pas mort. Une grosse partie avait subsisté. Ainsi, la Uchiha qu’il avait rencontré dans la forêt de Konoha des mois auparavant était une cousine de Sora. Cette situation remplissaient Sora de bonheur, qu’il se contenta de cacher et de garder pour lui, pour ne pas éveiller les soupçons. A côté, il y avait les autres clans : Senju, Nara, Akimichi, Yamanaka, Sarutobi, Hyûga, Kurama… Tous les clans étaient là, et c’était ce qui comptait. Étrangement, Sora éprouvait plutôt de la sympathie pour les Senju, a l’opposé des membres de son clan, clan qui a un historique avec les Senju qu’on pourrait facilement qualifié de très fourni et chaotique.

Sora écoutait tranquillement parler les gens, exposant leurs idées, la façon dont ils voyaient le village. Pour lui, la question était surtout de savoir qui allait remplacer le Hokage. Murasaki, on ne pouvait pas compter plus longtemps sur elle. Le truc était de désigner un dirigeant le plus rapidement possible pour rasseoir une autorité franche, une autorité qui puisse diriger la reconstruction d’une bonne main. Pas juste un conseil dont quasi personne ne connaît les membres. Ou a la rigueur, un conseil de chefs de clans, ce qui pourrait être un plus. Dans tous les cas, le principal était d’agir le plus vite possible pour rassurer la population, et pas juste laisser les gens dans le doute. On peut aussi penser aux prisonniers et déserteurs, qui pourraient faire une main d’œuvre intéressante, voir de nouveaux shinobis réintégrés au système. Sora pensait évidemment à lui-même en pensant à ça.

Les gens prenant la parole avaient de bonnes idées. Aucun de mettait assez l’accent sur l’importance d’avoir un dirigeant digne de ce nom le plus rapidement possible, cela dit, et c’était bien dommage. Le réseau d’information de Konoha était pour l’instant inutilisable en vue de la perte drastique d’effectifs. Cependant, pour cela, Sora avait la guilde. Ce qui était un atout non négligeable. Utiliser la guilde comme un réseau d’informateurs personnels à destination de Konoha pouvait être intéressant. L’économie, point difficile à traiter pour Sora qui n’y connaissait pas grand-chose. Cela dit, la Guilde aidait énormément à la reconstruction de Konoha grâce (en partie) à Sora, ce qui le rendait assez content de lui.

En tous cas, Sora était là, assistant à une assemblée à laquelle il aurait peut-être put assister s’il n’avait pas été considéré déserteur par deux fois du village de la feuille, alors que s’il avait le choix, il aurait préféré ne jamais le quitter. Et ne jamais perdre sa chère et tendre génitrice.
Résumé

Sora a envoyé un clone à Konoha pour aider à la reconstruction et a engagé une cinquantaine de travailleurs du bâtiment via la guilde pour aider à la reconstruction de Konoha. Après avoir entendu qu'il allait y avoir une assemblée, Sora se henge à nouveau (forme dans le RP), puis s'y rend et écoute, pour l'instant.

Note : Dans ce RP, à chaque fois que la mention Sora sera utilisée, ce sera pour parler du clone, sauf mention contraire.
Merci d'avoir lu ~

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4548-sora-uchiha-bingo-book http://sns-rp.forumgratuit.org/f333-dossier-sora-okinawa-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/t4545-sora-okinawa-uchiha-survivant-uchiha
Messages : 169

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 2 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 40 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Sam 6 Oct - 22:12

J’étais arrivée comme une fleur avant l’ouverture du monologue le plus alarmant du monde avec dans les bras une béquille et son accompagnatrice au moins autant composée de bois que la première. C’était la cata à Konoha, et mes yeux brillaient presques plus que lorsque le mode chakra ermite illuminait mes iris. Beaucoup de ninjas rassemblés, de clan, comme une sorte d’unité, une unité triste mais une unité tout de même, on pouvait saluer l’effort. J’avais déposé Shihone devant l’établissement avant d’entrer pour annoncer mon retour, même si quelque part il pourrait s’avérer ponctuel.

J’étais entrée presque sous la même forme que lorsque j’avais lutté contre Kami avec les autres, Tennosuke et Tannusake accrochés à mon dos près de mes hanches, se balançant aux rythme de mes pas comme deux queues tandis que quatre bandeaux à ma taille cliquetiquaient les uns contre les autres. J’avais l’assurance de m’en sortir si jamais cela tournait au vinaigre grâce à la contre invocation, mais l’ambiance pesante et triste était bien plus présente que la méfiance. Autant que j’avais aidé au final Konoha en tant que Suna-jin ou non était une question intéressante, autant le fait que je revienne après deux si longues années au total était surprenant. J’appris par la bouche de quelques gens dans l’assemblée avant que cela commence qu’aucune sanction n’avait été déclarée, une disparition tout au plus.

Rassurée sur le fait, je m’étais placée dans un rang regroupant les divers clans peu fournis, avec un ou deux membres, ceux dont la lignée est en déclin ou tout juste en train de se former car nouvelle tête ou bien orphelins de guerre. Cela me rappelait que fût un temps c’était également ma destinée d’être orphelin de guerre, et qu’au final je n’avais jamais vraiment pu apporter quoi que ce soit à la communauté à part ma performance devant Kami. les gens s’installaient, buvaient pour s'éclaircir la voix ou se libérer pendant quelques instant de l’angoisse ambiante puis le porte parole, en maître de conférence ouvrit le bal en lançant son lancinant et pompeux monologue cité plus haut. Suite à cela, l'assemblée débattit pendant un autre moment avant d’arriver à la partie la plus élaborée de ce tour de force de convocation, la parole aux clans et shinobi.

D’abord les naras, retour sur le juudaime, son dialogue a pour vocation de susciter une crainte pour soulever l'approbation sur une future sortie, relance avec un avis divergent pour le côté nouveau plan plein de curiosité. Et cela retombe comme un soufflé, le message de départ emmène un discours d’éclaircissement mais sans solution, c’est décevant de la part des Nara, c’est peut être trop tôt, le clan du cerf à d’habitude la patience de raffiner ses réflexions.

Oh, des excuses? Etrange comme interruption, faible impact, l’oreille distraite est tendue, voyons ce que tu en fait Blanche-neige… L’idée n’est pas si saugrenue que son intervention, néanmoins il s’agit là de la première des mécaniques de Konoha. Cela ne faisait pas si longtemps que je m’étais éloignée du village au final, est ce que deux ans avaient été suffisant pour que Konoha se transforme en goulag pour genin, incapable de sortir ou d’aider d’une quelconque manière? Aucune idée, peut être que la réac… Oui, le conseil approuve, Namikaze-sama avait sans doute changé cela pendant mon absence. Performance de Blanche neige à applaudir légèrement pour lui montrer mon approbation dans ce cas. Je la regardais dans les yeux avant de tendres les mains et de tapoter doucement mes paumes avec un sourire.

Senju vient ensuite, très bien, pas Shihone.. Mais un plus jeune, Kyo-senpai.. Voyons, permet toi, cette assemblée est faite pour cela, il est probablement de bon ton de se lever, parfait, la carte est un bon atout, et vu la rougeur qui s’empare de ton visage, un appuis telle que la table te permettra sans doute de freiner ton stress, ca va bien se passer. Est ce que quelqu’un va pouvoir faire autre chose que de la mise en garde, le moral des gens est clairement palpable dans cette salle, peut être que quelqu’un devrait apporter un peu d’espoir à Konoha, visiblement la volonté du feu est devenu la cendre de l’instinct de survie. C’est à croire que Konoha a finalement plié et s’est dit qu’elle pouvait ramper et aller plus vite. La nécessité des défenses est flagrantes, pas besoin de tourner autour du pot, même le site est dangereux et ce garçon viens de vous le pointer du doigt sans véritablement vous le montrer. Le danger n’est pas à Kiri, il est à Konoha, il est Konoha…

Bien, un autre point à soulever, un début de proposition, il ne lui manquerait qu’un conseiller pour organiser la défense à ce Shinobi. Les informations étaient importantes, ainsi l’avait compris la Uchiha qui m’avait rejoint, malheureusement, elle était seule. Avec Blanche-neige cela fait deux interventions relativement utile, je pense que le conseil avait survolé ces points sans vraiment y accorder d’importance, mais au final, ces deux points sont clairement énoncés, et c’est une chose bien.

Les préliminaires vont continuer quelque peu, j’imagine que le conseil a en tête d’élire rapidement pour sécuriser le poste d’une part, de remonter le moral de l’autre et bien entendu pouvoir commencer à retrouver un train de vie correct.


Résumé et commentaires:
 

_ _ ___________________________________________ _ _


   
   
   


Dernière édition par Chiaki Hebikaze le Dim 7 Oct - 10:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6468-bingo-book-chiaki-hebikaze#49776 http://sns-rp.forumgratuit.org/t6467-chiaki-hebikaze-serpent-d-automne#49775
Messages : 288

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 1 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 10 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Dim 7 Oct - 7:13

One, two, three, i'm back



Konoha, village caché de la feuille, ou du moins ce qu'il en restait ... malgré la reconstruction entamée par les habitants, le village n'en était pas moins ravagé. L'ambiance était ... amère, et c'est peu de le dire. En soit, les villageois l'avaient encore en-travers de la gorge, il serait peut-être temps d'ailleurs de cesser d'être des victimes. Akatsuki, Kiri, la maladie et ... maintenant, d'après les paroles que la Senju entendait, il semblerait que ce soit Kami le responsable cette fois ... Où ? Quand ? Comment ? Elle n'en savait strictement rien. Cependant, accompagnée de Chiaki, enfin, disons que, jusqu'ici Chiaki l'avait portée, mais, Shihone aurait aimée rester digne dans cette situation et ... encapuchonnée, elle avança lentement, munie de ses béquilles jusque l'assemblée réunie dans l'Académie.

Evidemment, elle ne pouvait pas espérer un retour discret, soupirant alors en franchissant la porte, à la suite de Chiaki, assez nerveuse. En même temps, elle avait presque une année de disparition à son actif, plus un aspect physique changé, qui croirait qu'elle est encore vivante ? Que c'est bien elle devant eux ? Enfin, il allait falloir les convaincre, mais surtout il allait falloir se refaire sa propre place sans se faire rejeter comme une malpropre, bonne chance ma grande, il y'a de fortes chances que tu en ai besoin, cependant, l'attention ne se porta pas directement sur elle, non. Il y eu déjà quelques monologues, quelques avis, quelques explications ... et Shihone eu l'audace de se lever, toujours encapuchonnée, pour donner son avis ... un peu intimidée tout de même, en inspirant puis expirant.

Je ... Je pense que ...
Enlève donc ta capuche qu'on sache qui parle déjà


Forcément ... trop facile sinon, un ancien sans doute, encore méfiant des derniers actes. C'était tellement prévisible, venir à visage couvert ne serait clairement pas la meilleure des idées, elle s'en était doutée tout à l'heure, mais elle ne pouvait décemment pas commencer son retour en faisant peur au villageois ... regardant donc ce vieux Jûnin, avant de retirer sa capuche, lentement, alors forcément, là, il y eu des regards interloqués, d'autres assez froids ...

Shihone Senju ... mais ce n'est pas le sujet ... je présume. J'ai vu l'état du village. Il faut encore réparer ... mais ... cette fois il va falloir faire en sorte de ne pus être des cibles faciles ... il faut établir une défense solide, mais surtout mettre ce roulement expliqué, en place ... enfin, ce serait déjà deux choses biens ...

Regardant l'assemblée, ils avaient été attentifs, après, la raison restait  définir, la stupeur ou l'attention ? Peu importe, elle avait pu exposer son avis, sans trop s'avancer, n'ayant pas été là depuis bien un moment, et n'étant clairement pas la plus à même d'exposer son opinion. Puis elle alla s'asseoir du côté des clans, au-côté des Senju, sans doute partager entre le respect et l'interrogation, mais une chose est sûre, c'était là un symbole fort, retournant à ta place, bien que ... les choses avaient sans aucun doute changé, elle reste la Princesse Senju, bien que ... elle n'avait pas pour objectif de prendre la place de chef actuellement ... et honnêtement, c'est loin d'être le moment pour en parler. Shihone espérait sincèrement que le village saurait se relever de cette destruction, encore une fois, mais en devenant plus fort cette fois, elle ne serait pas contre le fait d'aider, loin de là, mais ... on était là qu'au début de cette réunion unitaire, il se passerait sans doute encore bien des choses ...

Résumé:
 


_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8960-annales-de-shihone-senju http://sns-rp.forumgratuit.org/t4953-bingo-book-shihone-senju http://sns-rp.forumgratuit.org/f381-dossier-shihone-senju http://sns-rp.forumgratuit.org/t4950-shihone-senju-terminee
Messages : 5

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Dim 7 Oct - 17:29

C'est bien trop compliqué... !

Tout cela était effroyable... !

Toute cette dévastation, ces ruines, cette odeur de... corps... brûlés... tout cela rappelait de bien mauvais souvenirs à la jeune fille qui ne voulait même pas en regarder plus, portant la main droite à sa bouche comme par réflexe pour s'éviter de dégobiller son bref repas du matin. Elle avait été évacuée avec tous les autres avant l'attaque de choses qu'elle ne comprenait même pas. Et voilà que tous les habitants faisaient leur retour, se rendaient sur les décombres de leurs maisons afin de voir s'il ne restait rien de leur vie passée.

En ce qui la concernait, elle accompagnait les pensionnaires d'un orphelinat où elle vivait également et où elle aidait la propriétaire dans les tâches quotidiennes et pour s'occuper des enfants. L'orphelinat, lui, existait toujours plus ou moins, au loin, bien que des pans entiers de mur s'était effondrés et que les fondations avaient été attaqués par une lave désormais disparue.

Sa main gauche remua légèrement, l'enfant qu'elle tenait par celle-ci la fixait d'un regard attentif et interrogateur. Elle ne lui répondit que par un sourire, avant de se remettre à marcher aux côtés des autres enfants et des accompagnateurs. Dans la cour de l'académie avait été érigée une grande tente rudimentaire dans le but d'accueillir les enfants et les femmes qui n'avaient plus personne, ni de famille.

Yui prit tout le temps nécessaire afin d'installer chacun des orphelins, leur adressant quelques sourires et quelques mots doux avant de les laisser aller jouer entre eux. Certes, les pensionnaires de l'orphelinat était habitué à vivre sans parents pour la plupart, ainsi aucun n'était traumatisé de la situation. Tout ce qui comptais pour eux étaient d'être tous ensemble. Mais d'autres ici venaient tout juste de perdre leurs parents, et pleuraient sans discontinuer bien malgré les efforts des adultes pour les réconforter.

Secouant doucement la tête, la jeune fille ne se laissa pas abattre, joignant ses mains en prenant une expression déterminée souligné d'un "Yosh !". Elle alla aussitôt aider à guider les autres personnes évacuées, prenant par le bras les personnages âgées, avant d'aller aider aux reconstructions comme elle pouvait, et toujours avec un grand sourire sur les lèvres, et un enthousiasme communicatif. Ses yeux débordaient de gaieté et de gentillesse.

On lui demanda d'apporter une liste des matériaux manquants, qui allaient devoir être commandé auprès d'autres pays, au Conseil de Konoha. Ce qu'elle fit, bien entendu, entrant discrètement dans l'amphithéâtre avant de poser le regard sur l'ensemble des shinobis présents en écarquillant les yeux. Ses joues rougirent dans l'espérance que son entrée avait été suffisamment discrète, bien que désormais la voilà qu'elle traversait les rangs afin de descendre les marches pour se diriger vers le bureau trônant à la place du professeur où siégeaient les quatre membres du Conseil.

La demoiselle aux cheveux d'ivoires riva son regard sur le bureau en face d'elle, les yeux toujours grand ouverts dans une certaine nervosité, n'osant même pas regarder les shinobis présents qui avaient pourtant peut-être d'autres choses à faire que de lui accorder la moindre espèce d'importance. Essayant de se faire toute petite, elle parvint à déposer le carnet de commande qu'elle portait sur le bureau. D'une inclinaison respectueuse du buste, elle rebroussa ensuite son chemin illico !

Elle s'arrêta cependant avant de sortir de la salle, se retournant en entendant les divers sujets qui étaient abordés par cette assemblée. Finissant par se retourner afin d'écouter attentivement, soucieuse de l'avenir du village, la jeune fille s'assied discrètement sur une chaise tout au bout du rang le plus haut de l'amphithéâtre. Son regard lila se posant sur chaque personne, comme pour contempler un tableau avec attention.

Ce qui se disait était cela dit... bien trop compliqué pour elle... !

Pachelbel Canon in D Major (piano ou harpe)


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ooburi
Rang B
Rang B
avatar
Messages : 13

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Lun 8 Oct - 16:24

___ An 121 ( Printemps)___

Konoha était en pleine reconstruction, sa massant la moustache Ooburi s'avançait d'un pas décidé vers son nouvel objectif. Regardant avec attention les arbres fleurissant signe d'un printemps, était-il lui signe de renouveau ? En avançant dans ce qui restaient des rues devenues quelques vulgaires sentiers de terre, le trentenaire se dirigeait là où tout les villageois se rendaient en cette journée si spéciale. Il était suivit de deux hommes de main le reste attendait à l'extérieur de la vulgaire ruine qu'était à présent ce noble et grand village. Consterné par l'état actuel de la feuille, l'ex- garde affecté secrètement à la protection du Seigneur du Pays du feu, ne pouvait cacher son dégout devant la faiblesse (qu'il supposait) de ses futurs compères. Oui il était sûr et quasi-certain qu'avec sa présence en ses rangs, Konoha aurait essuyé des dégâts mais pas subit de telles déculottées comme il en avait maintenant l'habitude. L'académie ninja il y entrait sans faire de bruit, avec ses hommes qu'il dispersa d'un signe de doigts subtile à l'est et à l'ouest de l’amphithéâtre. Ici se tenait alors une véritable scène de ménage, qu'il analysait avec grande attention, dans le plus grand des silences. Les voix s’élevaient dans le fond, des bruits de discussions qui causait pas mal de vaccarmes et ne donnait pas vraiment de charme aux joutes qui devaient normalement suivre. C'était donc ainsi que Konoha prenait de grande décision, plusieurs choses étaient déjà à corriger, il les avait énuméré distinctement mentalement, afin de pouvoir prendre la parole au moment propice. Mine de se concentrer Ooburi plaçait sa main droite sous son menton et à l'aide de son index massait délicatement à la fois sa lèvre supérieur et sa moustache.

Les yeux plissés pour y voir de manière plus nette. C'est alors qu'une jeune fille pris la parole, elle semblait jeune, et la nature timide qu'elle dégageait donnait la justification d'un manque d'expérience flagrant. C'était un autre problème pour celui qui n'avait connu qu'une éducation sans réels plaisir, un ninja bien que jeune se doit d'avoir les coucougnettes bien en place,  ça aide appartement à prendre des décisions et a ne pas être submergé par l'émotion lors d'un affrontement critique. Car cela n'en avait pas l'air pour certain mais le petit chef qu'il était savait pertinemment qu'en ce genre d'endroit régnait en maître des loups qui n'attendaient qu'une chose, que les moutons de la bergerie montre le moindre signe d'inattention afin de pouvoir se délecter de leurs chairs sans aucun remord. Néanmoins, il fallait reconnaître que la pale donzelle avait soulignée des points cruciaux et évident tant Konoha était aujourd'hui à la dérive. L'éducation et l'absence de Kage. Une information qui ne tombait pas dans l'oreille d'un sourd, loin de là, Ooburi qui avait juré sur le lit de mort de son père de prendre le pouvoir au seing de Konoha était revenu pour une bonne raison. Donner à son clan construit sur la philosphie de Shimura Danzo, la place qui devait être la sienne. Oui plus jeune lors de la disparition Itade, puis lors de la nomination de Hanako Hyuga et l'attaque de Takabi il avait vu son paternel devenir un être totalement imbuvable.

Tant l'amour qu'il portait à Konoha était plus grand que celui qu'il tenait à l'égard de ses enfants. Un amour qui avait fait naître en lui une jalousie envers ledit village et qui aujourd'hui était devenu un amour vache mais c'est bien connu, ceux qui aiment châtient le plus. Il observait avec pertinence la réaction des invités, et à sa grande surprise, certains des protagonistes se décidaient à adopter un calme profond, preuve de roublardise où d'un réel désintérêt de la chose ? La suite ne pouvait que répondre de ça, et pour la suite, un homme jeune, dans la force de l'âge et visiblement plus expérimenté que les autres, avançait à son tour des arguments pour le moins pertinent et efficace. Les deux faisaient là une belle paire, et sans doute étaient  des points d'encrage sur lequel Konoha pouvait se bâtir.  Dans la foule encore et encore les mêmes personnes que lors du discours précédent avaient décidés d'opter pour les mêmes réactions... Décidément les Konohajins n'avaient pas vraiment le sens de la repartie ni même de la réaction... Et ça veux être ninja, ou même devenir leader. Les temps changent, un peut trop vite au goût du moustachu! Une Senju prenait la parole à son tour, c'était la seule à décliner son identité, une bonne chose pour ce genre d'assemblé, une erreur qui pourrait lui causer la mort en mission, il faudrait à l'avenir qu'elle puisse faire la part des choses si elle veut s'éviter une mort précoce. Elle soulevait quasiment ce qui avait été dit tout en y ajoutant des précisions complémentaire, pour renforcer les arguments des deux jeunes, une unité bienvenue et bien-vue dans ces moments difficiles. Ooburi avait donc rangé les trois personnes qui avaient pris la paroles selon les étiquettes suivante, trop timide mais perspicace, un peu trop chevaleresque mais sans doute brave, plus sage mais suiveuse. Son attention fut encore soumises à l'attitude hagarde de deux individus, c'était toujours les mêmes pour ne pas changer, une fille qui était vraisemblablement blessé,  qui était entré ici avec une béquille, un costaud qui n'avait rien à faire ici car cela se voyait sur son visage que la réunion le faisait braire et un autre qui mise à part un physique prétentieux avait visiblement rien d'un shinobi c'était à croire qu'il s'était trompé d'endroit, qu'il avait atterrit ici au mauvais moment ! La paranoïa naissante d'Ooburi le poussait à avoir une méfiance quant à la cul-de-jatte et le freluquet. Sans pour autant s'alarmer, il optait pour une attitude plus princière, plus déterminé. Dans une joute verbale le plus important était d'avoir un charisme prépondérant et des propos qui prenaient ceux qui l'écoutaient aux cœur. Il était temps pour Ooburi et pour la clan de passer de l'ombre à la lumière.


Les cheveux soigneusement plaqué, l'uniforme qu'il portait habituellement, la moustache bien en place derrière un masque d'anbu, il descendait les marches au fur et à mesure d'un pas lourd et ample. Ses bras était croisés derrière son dos pour formé un angle droit et large. Prendre l'espace, étouffé les autres par une carrure imposante, le torse bombé Il se tenait au centre de l’amphithéâtre. Et s'occupait de briser le masque a l’effigie de tigre, pour laisser le soin à tous de se souvenir de son visage. Il approchait son poing serrer prêt de sa bouche pour feinter une quinte de toux. C'était très théâtrale il fallait l'avouer, mais c'était un mal pour un bien, dans ce genre d'ambiance il ne pouvait que captiver la foule.Il cherchait ensuite dans la poche gauche de son veston, elle était placé sur le flanc gauche de son buste pour en sortir un bout de papier anodin, aux premières apparences...

«  Voici Messieurs Dames, une missive du Daymio du Pays du Feu. Elle atteste de l'appartenance de mon clan et ainsi de moi-même à Konohagakure no sâto, vous pourrez attester sa véracité à la suite de mes propos. Tout en regardant la foule. On me connait sous le nom d'Ooburi et je tiens à prendre la parole car Konoha, votre village, le notre, celui de nos parents, de nos défunts de nos enfants, celui des veuves et des orphelins. Les vôtres, les miens...

Il marque une pause et baisse légèrement le regard avant d'adopter un ton plus grave.

- Vie une situation plus que déplorable, et comme mes amis avant moi j'aimerai vous signifiez l'importance qu'il y a à réorganiser le visage de manière profonde. Mais avant cela.

Le regard de nouveau en direction de la foule, l'attitude un poil plus sévère, le sérieux qu'on lui connaissait retrouvé.

- Je voudrais vous démontrer le mal profond qui règne dans le chaos et qui n'attend qu'une chose sortir, sortir de sa tanière pour encore une fois nous prendre, ce que nous avons de plus cher ! Et cela doit cesser. Je suis revenu dans notre village si meurtris ce matin et hélas même pour me rendre ici je n'ai fais l'objet d'aucun contrôle, bien que mes preuves parlent en mon honneur de shinobi. L'absence de vérification d'identité nécessaire pour une réunion d'urgence de cet acabits. N'en déplaise à certain cette faute grave à certainement laisser la permission à des étrangers et forces ennemies de s'installer paisiblement à notre table, et la sonnette d'alarme que nous avons tirés précédemment ne le permet pas ! En tout points, c'est pourquoi j'aimerai solennellement demander à ces personnes de quitter la salle, sans pour autant se dévoiler.  Où le report dans un lieux secret de la réunions qui je le suggère, sera communiquer à chaque clans et shinobis présent dans le registre du village.  On ne peut se permettre d’accueillir espion et autre vergogne dans ce lieu ! Sécuriser le village de la feuille et un point tout aussi important que sa reconstruction et la première pierre à l'édifice se doit d'être posé maintenant ! »

Avant de reprendre il lève la main et serre frénétiquement le poing, il fallait marquer des points, et avant toute chose  bien choisir ses mots  car d'après ce qu'il avait compris, l'Hokage en poste avait disparue mais n'était pas morte, cette supposition oblige, il ne pouvait pas se permettre de froisser les espoirs de certain. C'était la meilleur façon pour lui de ne pas enterrer les siens.

«  Le Hokage  manque à l'appelle hélas, mais ne devons nous pas lancer quelques ninjas expérimentés à sa recherche ? En ce qui concerne le rôle de ninja... Un point apportant à été soulevé l'éducation des jeunes shinobis, ne vaut-il pas mieux qu'ils prennent conscience de la tâche qui leur incombe par la pratique, le combat ? De former des entraînement collectifs lorsqu'ils ne vont pas en mission avec un suivis personnel par le chef du village afin qu'il puisse lui même apporter conseil et expérience aux jeunes pousses ? Où est passez votre volonté du feux mes frères ?! La jeunesse à toujours été un points important pour le village de la feuille ! Une fois n'est pas coutume elle doit être au centre de la vie du village sans pour autant être une cible facile, ma volonté est donc de vous proposer une éducation constante et sérieuse de la vie de shinobi, car bien qu'au centre du village comme élément fondateur du Konoha de demain, la jeunesse ne doit pas être une cible ! Faute de vouloir manquer de respect aux précédents Hokage mais ! Nos jeunes pousses de bambous ont pliées et se sont  rompues et aujourd'hui nous pleurons nos morts !


Il s'arrête pour devenir plus calme, plus tempéré.

- C'est pour ça que j’enchaînerai moi aussi avec la question de la sécurité du village allant de pairs avec ce que j'ai évoqué juste à l'instant. Je vous préviens mon avis est d'abord de sécurisé notre propre rassemblement, donc je n'irai pas dans le détail mais j'imaginai un plan d'action, se déroulant en trois phase, reconstruction, contrôle et expansion. Le Yuukan s'ouvre sur une nouvelle ère, et les villages voisin, quand viendront les premières escarmouches, nous rouleront dessus dès la première occasions. C'est comme cela que marche le monde dans lequel nous vivons !  Alors je tiens à préciser que tant que nous auront des accords de paix nous seront en sécurité, mais également que ces accords ne sont pas signé, un ennemi commun et une guerre générale ne remplace pas le formalisme des jeux du trône.

Il stop nettement son discours pour surenchérir.

- Nous avons essuyés trop d'attaques, trop de défaites, trop de mort ces vingts dernières années, force et de constatées que ces tragédies ne sont que l'exactitude expression de la fin des années de paix qu'avait gagné le Grand Uzumaki Naruto ! Jusqu'à quand allons nous devoir compter les cadavres dans nos rangs ?! Jusqu'à quand allons nous devoir essuyer les larmes des veuves et autres victimes des guerres. Tous ici regardez vous n'avez vous pas essuyés de choc à cause des idées préconçues d'une paix dépasser par la voracité des autres qui nous entourent ! Konoha depuis bien longtemps n'a plus la tête sur les épaules et je sais que vous et moi, que nous en avons assez !

Il se laisse alors gagner par la frénésie des mots.

- C'est pourquoi je me porte dès aujourd'hui garant de la parole des opprimés ! C'est pourquoi je viens ici pour vous annoncer que plus jamais je ne vous laisserez vous fair marcher dessus ! C'est pour ça que je veux faire avec vous preuve d'unité ! Je crie que nos affres du passé ne sont que conspiration ! Trahison ! Soumission ! Nous devons ensemble mettre un terme aux humiliations  que nous subissons sans cesses !  Nous ferons un Konoha Incontesté !Respecté ! Salué ! Et ainsi nous obtiendront avec nos futurs partenaire mais bien plus important avec nous même cette paix que nous chérissons tous.Je le jure sur mon honneur de Shinobi je ne laisserai plus jamais Konohagakure connaître d'hiver aussi froid 

Il était essoufflé par la force de son discours, il en avait même oublié son attitude soigné d'ailleurs une mèche de cheveux rebifurquait sur le devant de son front, le poing droit levé au ciel, un signe en guise de puissance, de victoire (il l’espérait) et du combat qui s'annonçait éprouvant. Une entrée que tout le monde ne pouvait que remarquer, avait-il touché les cœurs ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8962-bingo-book-ooburi#66173
Messages : 288

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 1 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 10 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Lun 8 Oct - 17:36

One, two, three, i'm back



Des conversations, des propositions, tout le monde avait des idées, toi aussi tu en avais, tu avais exposée ton avis, et, fort heureusement pour toi, tu n'avais pas été bâchée pour autant au final. Cependant, ces discussions entre ninjas, ne servaient à rien. La moitié n'écoutait que quelques secondes avant de se dissiper, d'autres étaient réticents à l'idées de laisser la parole à tous, quant au Conseil, dans tout ça, on les avait à peine entendu. Alors oui, tu ne savais que penser et ... non contente de sortir d'un sommeil d'une année, tu ne savais plus qui soutenir, cependant ... Il existe encore à Konoha des hommes capable de mener un peuple, ou du moins, tenter de le guider. La Hokage, Murasaki, semblait avoir disparue, c'est une chose, cela t'attristait fortement, mais au final ... il fallait agir et ne pas attendre sans rien faire.

C'est alors que, t'étant rassise, tes douleurs revinrent. Soudaines, déterminées, serrant les dents en ignorant ces dernières, essayant du moins, faisant en sorte de rester droite sur la chaise parmi les tiens alors que tu pouvais entendre les bruits de pas. Des pas décidés, réguliers, sans once d'hésitation. Tu compris bien vite le type de personne qui en était à l'origine. Un ANBU, qui semblait honnêtement, des plus ... drastique. Ce n'était pas le genre de gars que tu aurais fréquenté dans le passé, mais ... lorsqu'il arriva en bas, il tint des propos plus que véridique, réaliste. Tu avais pu le constater. Konoha essuyait les destructions, encore et encore. Ton cher village, celui que tu chérissais tant, est devenue un jeu de construction, une activité touristique pour destructeur compulsif. C'était à ce demander si les peuples extérieurs ne s'étaient pas mis en tête de réaliser un concours : à celui qui détruira le plus vite le village de la feuille. Après donc des mots endiablés, des paroles allant droit au but, des phrases que l'on pourraient considérer blessante, peut-être même dégradante, le moustachu mit fin à son discours, avec un air des plus convaincu.

Que pense-tu de tout cela ? Qu'allais tu répondre ? Il avait été clair, limpide et tu ne pouvais pas dire que tu ne rejoignais pas ses propos. Tu n'aurais jamais osé penser si loin, penser si sévèrement en soit. Une éducation de la jeunesse directement sur la pratique, pour toi, cela aurait été suicidaire, mais ... si ils avaient été capable de se défendre, ce désastre serait-il arrivé ? A quoi cela servirait de mentir ? Le contexte actuel lui donnait raison, bien que, certains points te chagrinent sur l'énonciation, le fond été le bon. Hochant la tête, tu regardait autour de toi. Certains avaient l'air simplement offusqué, outré. Te levant alors.

Ooburi c'est bien ça ?

Marquant une pause, comme pour attendre une confirmation, ayant bien eu le temps d'avoir une bonne confiance en toi.

J'approuve vos dires. Le village se fait détruire encore une fois, nos morts sont bien là, les larmes aussi d'ailleurs ... je n'étais pas là, mais j'ai vécue bien des situations similaires et je sais ce que cela fait. L'attaque de Kiri, c'était pas du joli non plus. On en est à la deuxième attaque en quelques années ... néanmoins ... vos suggestions ne sont-elles pas trop radicale ?

Lui laissant donc quelques instants, afin que tout le monde puisse y réfléchir, y songer, avant de finalement relancer la partie.

Mettre la jeunesse en pratique directement, c'est une idée audacieuse ... mais tout aussi dangereuse, vous le savez n'est-ce pas ? Défendre un village, ce n'est pas la même chose que des missions internes pour se faire la main, je sais de quoi je parle ...

Pour savoir, ça ... tu le sais. L'attaque de Kiri, tu n'étais que Genin, et tu t'était retrouvée, avec quelques autres genins, à assurer la défense du village contre les forces de Kiri venues par millier. Contre le Mizukage en personne, ainsi qu'un démon à queue, le résultat était pitoyable : Hanako Hyûga perdit la vie, le village fut ravagé, et bien des ninjas et villageois perdirent la vie ... Alors oui, tu étais entièrement d'accord avec le moustachu, mais, tu préférais t'assurer qu'il savait ce qu'il disait, qu'il avait des solutions à toutes situations.

Nous voulons tous ici rebâtir Konoha, mais ... comme vous l'avez si bien dit, il est grand temps de nous défendre concrètement, de rendre la monnaie de la pièce !

Restant alors debout, droite sur tes béquilles pour appuyer tes propos, regardant alors qui oserait prendre la suite pour mettre en questions cet homme aux ambitions si grandes.


_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8960-annales-de-shihone-senju http://sns-rp.forumgratuit.org/t4953-bingo-book-shihone-senju http://sns-rp.forumgratuit.org/f381-dossier-shihone-senju http://sns-rp.forumgratuit.org/t4950-shihone-senju-terminee
Messages : 44

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 15 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Lun 8 Oct - 20:12

La destruction, le sang, les larmes, la haine et la peur, des choses qu'il ne connaissait que trop bien mais jamais à un tel degré de puissance. Alors c'était ça le genre de bataille que le grand Naruto et les siens ont subit par le passé ? Des combats qui pouvaient être encore plus violent ? Au début sa ne pouvait être qu'inimaginable aux yeux du konohajin, cela aurait put donner cauchemar sur cauchemar encore et encore mais pas pour lui, comme si il y était habitué depuis tout jeune. Enfin il n'y avait pas de temps pour ce genre d'inepsie vue tous le travail à effectuer.
Hogosha avait été assigné dans la reconstruction, supervisant ses collègues ainsi que les habitants survivants afin de rebâtir ce qui a déjà de nombreuses fois été détruit. Chaque fois qu'il observait un coin du village, il se souvenait des batailles, des victoires comme des défaites. Dans un coin, il revoyait le golem du cultiste, le violent combat qui avait blessé son ami de toujours Rikuto ou encore les autres shinobi des autres villages qui comme eux voulaient anihiler cette menace qu'était le culte de Kami. Dans un autre, il revoyait Kami, le pseudo « Dieu » qui devait purifier le monde ninja. Il revoyait aussi Murasaki, son autre amie d'enfance, devenu kage, combattre ce monstre de puissance en compagnie d'autre shinobi. Cependant, lorsque le Bijuu refit surface à la perte de contrôle de Kami, elle fut portée disparut, aucune trace dans tous le village. Quel était ce nouveau pincement au coeur, quel était cette amertume qui grandissait en Hogosha ? Son impuissance ? Son incapacité à pouvoir protéger ? Non… cela ne semblait être rien de tout ça.

Durant les reconstructions, on l'avait plus d'une fois félicité pour avoir sauvé certains civils à cause des combat. Les derniers remerciements furent il y a bien longtemps déjà, pourtant, combien ont perdu l'un ou plusieurs des leurs dans cette gigantesque attaque ? Enfin, les choses n'étaient plus à se préoccuper du passé, du moins pour le moment.
Lorsque la matinée fut bien entamé, un autre juunin vint prendre sa place, l'informant que le conseil se chargeait de discuter du sort de konoha et de la marche à suivre. Cette information eut l'effet d'une bombe. Il savait pertinament qu'en l'absence de la kage, les corrompu voir même simplement les opposants tenteraient de prendre la place. Il était hors de question de voir ce genre de chose arriver comme ça.

Il n'était pas d'un grand clan ? Et alors ? Il n'avait pas son mot à dire ? Ben voyons. Le konohajin avait toujours suivi les préceptes enseigné par les anciens jusqu'à maintenant et il ne comptait pas laisser le village devenir le terrain de jeu d'orgueilleux qu'il s'agisse de son propre camp ou d'ennemi venant de l'intérieur. Resserrant toujours son bandeau de konohajin à son bras, il vint prendre et mettre à son dos sa nouvelle acquisition qu'il avait demandé depuis longtemps, un très large rouleau d'invocation. Une fois entièrement prêt, il se dirigea d'un air ferme et déterminé vers le bâtiment administratif encore debout en aval du mont Hokage dévasté par les combats comme longtemps auparavant dans les livres d'histoire.
Il ne lui fallut pas longtemps avant d'entrer dans la salle, un air déterminé dans les yeux, voir carnassier si certains sont un peu à cran. Qu'il aie attiré l'attention ou non n'avait plus d'importance, le contenu des conversations était largement plus important que le reste actuellement.

Ecoutant quelque peu à l'écart pour commencer, la plupart des dires venant des grands clans étaient surtout des objectif pour que Konoha redevienne rapidement la puissance militaire qu'elle était auparavant. Mais encore...il ne doutait en aucun point que cela était important pour la sûreté de tous mais beaucoup n'ont plus de toit, beaucoup ont perdu de la famille. C'est finalement Kyo qui faisait des remarques plus pertinente sur le fait d'étendre notre réseau d'information. Comme beaucoup le savent, l'information peut être la source de victoire pour de nombreuses bataille. C'était une source à ne pas négliger, pourtant celui-ci semblait l'air que peu entendu. D'autres aussi avaient des remarques pertinente mais la plupart tournaient sur le renforcement du village qui n'était sans doute que la dernière priorité à régler.
Finalement, la discussion revint aussitôt à l'Hokage. On dit qu'elle a fuit, d'autre qu'elle est morte...tant de chien galeux qui veulent juste se retrouver au somment pour favoriser leur clan sans se dire un instant que les chefs ont toujours été choisis pour le bien de tous. Serrant les dents, le visage haineux, il ne pouvait pas continuer à écouter ça. Hogosha se déplaça donc, se montrant face à tous ces gens plus ou moins haut placé.

« Hokage par-ci, Hokage par-là, vous n'avez que ces mots à la bouche. Allez vous agir ou continuer à bavasser ? Le Senju vous a pourtant donné une solution à la fois réalisable et très utile pour l'ensemble du pays mais vous vous comptez vous renfermer sur votre coquille à la première escarmouche venue ? Ou alors passer à un régime radical, crachant sur la mémoire des gens morts libre durant des générations juste pour satisfaire votre puissance militaire et instiller la peur aux autres nations ? Regardez vous Konohajin...je ne suis pas d'un grand clan, à vrai dire, beaucoups devraient dire que je n'ai aucun mot à dire dans cette assemblée. Pourtant, malgré ça je le dis en face car c'est le courage dont à toujours fait preuve la nation du feu. Jamais je ne m'abaisserai à me prétendre voix du peuple car je n'en suis pas digne...personne n'en ai digne de les représenter sauf si ce n'est l'Hokage, le symbole de notre village. »

Suite à ça, Hogosha reprit quelques instant son souffle, tenant fermement son rouleau à son bassin derrière lui avant de reprendre ses dires

« Peu importe ce que vous pouvez dire, c'est le peuple ainsi que l'éducation de nos futur générations qui prime. C'est pourquoi le réseau d'information est cruciale. Sans cela, nous ne pourront rien faire face à une attaque ennemi sans l'avoir face à nos portes ou encore permettre l'acheminement de nos ressources pour la reconstruction. Vous préférez vivre reclue, rationnant le peuple juste pour une meilleure défense ? C'est là votre vision du parfait Konoha ? Et nos jeunes Genin ? Ils sont traumatisé et vous voulez quand même les envoyer au combat ? Allez donc à leur place montrer l'exemple...peut-être qu'ils suivront le mouvement suicidaire ou alors le principe de la selection naturelle au détriment des « faibles ». Ma vision est peut-être idéaliste..c'est vrai...mais tous les Hokage ont vu grand...ont vu rêveur...Et je suis sur que la Judaiime aurait fait pareil. »

Egoïsme ? Haine ? Tristesse ? Peut-être...cependant il avait donné sa vision des choses. Pourtant pour régler tout ça, il leur fallait une figure de proue, il leur fallait Murasaki au plus vite. C'est pourquoi il se mit en tête d'aller la chercher. Il avait une piste. Si personne ne comptais trouver quelques chose, alors il le ferait seul pour le bien de leur village.

« Ho...et au fait...ne pensez pas à envoyer du monde pour chercher la Judaiime. J'ai déjà une piste et j'irai seul, cela évitera de perdre trop d'effectif pour la reconstruction ou pour effectuer les actions pour la reconstruction de notre nation. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Lun 8 Oct - 20:40

Encore des milliers de gens étaient morts il y a de cela quelques jours. Encore une catastrophe humanitaire qui se déroulait a Konoha. Encore des gens qui pleuraient, et toujours des gens qui reconstruisait. C'était dans cette ambiance que marchait Sengo. Portant sa longue tunique noire, ses yeux cernés et durs regardaient sans le voir le chagrin de tous les gens qu'ils croisaient. Surtout, il lisait en eux une colère qu'il ne leur avait jamais vu avant. Il les comprenait.

Une nouvelle attaque, un nouveau sommet. Un nouveau massacre, des nouveaux couillons qui se réunissent. Sengo n'avait jamais voulu y participer mais maintenant il comprenait les conséquences d'une absence de nouvelles opinions.

Il marchait ainsi seul, le pas dur, et vit ainsi le grand bâtiment se dessiner au dessus de lui. Alors qu'il n'était qu'a quelques pas de la porte non gardée, la pluie se mit a tomber et c'est un peu mouillé qu'il fit ses premiers pas a l'intérieur. Ses yeux balayèrent les estrades sur lesquels étaient assit plein de gens. Il était l'un des premiers arrivés et prit position vers l'avant. Les gens autour de lui parlaient, certains même riaient. Il avait une certaine haine pour ce genre de personne qui n'ont que la hâte qu'on les écoute.

L'éclairage était faible mais suffisant. L'air était étouffant et humide. Une puanteur s'élevait de ces gens qui n'avaient plus l'eau suffisante pour se nettoyer comme il se doit. Une odeur de cul venant de couillon.

Puis ils se mirent a parler. Une jeune femme voulait du changement mais semblait avoir trop peur pour parler devant les gens. Elle ne changerait rien. Enfin, un homme a grande moustache prit la parole, et bien que quelque peu ridicule de par son allure et son théâtre insignifiant, donnait des points intéressant.

La jeune fille qui s'était levé plus tôt lui adressa de nouveau la parole pour traiter ses idées de ni plus ni moins de radicales. Un autre se leva aussitôt pour tenter d'humilier les gens qui ne parlaient que d'Hokage, pour finalement n'avoir que ce mot a la bouche. Il proposait même d'aller chercher la dernière lui-même. Sengo en eût assez et se leva.

Bien qu'il ne fit sans doute pas une grande impression aux premiers abords, il s'avança lentement vers le milieu, descendant les escaliers dans un silence imperturbables. Alors, il regarda l'homme qui venait de parler. Il avait les cheveux blancs. Il ne connaissait pas son nom puisqu'il ne l'avait même pas dit.

Il tourna quelque peu les yeux et regarda l'homme a moustache, puis la jeune femme. Il regarda finalement, lentement, la foule tout autour de lui qui s'était tût et attendait qu'il parle. Ses yeux cernés et durs analysait tous les gens présents autour de lui. Sa voix, faible mais perceptible, dure et implacable, se fit alors entendre:

- Pendant que vous continuez ici a échanger des mots futile et insignifiants, vous ignorez la catastrophe humanitaire qui vient de se produire sous nos yeux. Pendant que vous relevez vos points inutiles, vous ignorez ceux qui l'étaient moins.

Il pointa Ooburi, l'homme a la moustache qui avait parlé quelque peu plus tôt.

- Ce que cet homme a dit était en partie vrai. Nul sécurité n'a été prévue pour ce sommet censé parler de notre village, de sa réaction, de sa défense. Or, deux personnes ont parlés depuis et n'ont pas relevés ce qui serait censé être les bases élémentaires d'un shinobi. Cacher ses intentions, protéger ses alliés. Vous vous dévoilez ainsi devant des gens que vous ne connaissez pas. Vous exposez ici l'avenir du village aux yeux de tous. Cet évènement est une farce et vous devriez absolument tous avoir honte. Vous êtes la raison de la destruction de Konoha. Votre laxisme et votre lâcheté en est la cause.

Il se tourna alors vers l'homme au cheveux blanc qui avait parlé juste avant lui

- Vous attaquez ceux qui parlent d'Hokage en mentionnant un nous, puis n'avez que le mot ''Je'' puis ''Hokage'' a la bouche. Je vous rappelle que les trois derniers Hokage ont été assassinés ou on disparus. Hanako, tuée lors de l'attaque de Kiri. Atsui, disparu pendant une mission. Murasaki, disparue pendant l'attaque. Tous les trois ont proposés ce qui a déjà été proposé ici. Des frontières renforcées, une meilleure éducation, une reconstruction, une ouverture sur le monde et une diplomatie internationale. Tous ont échoués pour la même raison que vous allez échouez si vous retournez vers ces mêmes actions. Konoha a été attaquée par Pein, détruite. Konoha a été attaquée par Sasuke Uchiha, détruite. Konoha a été attaquée par Takabi Hazu, détruite. Konoha a été attaquée par Kiri, détruite. Konoha a été attaquée par le culte, détruite. Vous ressassez alors les mêmes idées que les précédents malgré les échecs continuels. Vous laissez encore vos portes ouvertes et personne ne prend en charge la sécurité même de ce conseil. Qui seulement s'est levé pour prendre la place intérimaire de chef afin de superviser la reconstruction et la défense? Vous faites honte a votre profession.


Il fit quelques pas, regardant d'une façon dure chacune des personnes dans la salle.

- Ce sommet doit être organisé a nouveau, comme il se doit. Ooburi a raison. Nous devons nous méfier des villages qui n'ont jamais été des alliées dans notre histoire. Ils se retournent les uns contre les autres a la moindre occasion. Nous devons nous méfier des organisations qui sont petites, mais puissantes. Nous devons dès maintenant nous reprendre en main et organiser un sommet fermé aux ennemis, ouverts aux alliés. C'est ce laxisme qui a permis aux ennemis de triompher, de tuer nos femmes et nos enfants. C'est ce laxisme qui a créé ce que vous voyez dehors, ruines, désolation, haine. Ce sommet doit être arrêté puis repris dans un contexte protégé et organisé. Nous n'allons pas rebâtir ce village de façon désorganisée comme c'est le cas ici. Nous n'allons que répéter l'histoire.

Finalement, il se retourna puis regarda le premier homme qui avait parlé, et qui n'avait pas donné son nom non plus.

- Moi, Sengo Kudai, suis d'accord avec vous. Le village regroupe en ce moment des dizaines de milliers d'innocents, de femmes et d'enfants, que nous devons encore protéger. Or, nous avons perdus nos yeux et nos oreilles. Nous ne pouvons plus réagir efficacement puisque aucun réseau n'est en place pour répliquer a quelque menace que ce soit. Aucun plan d'urgence n'a été établi et c'est inacceptable. Nous devons former a nouveau une hiérarchie, un réseau organisationnel qui prendra en main la sécurité des faibles et de nos compatriotes. C'est impératif, crucial et extrêmement urgent.

_ _ ___________________________________________ _ _

- C'est un mauvais présage, ça. Quand les loups sont menaçants dans la nuit, le plus souvent, c'est que diable s'apprête à sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 332

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 140 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Lun 8 Oct - 22:13



Deux ANBUs étaient entrés dans l’Amphithéâtre quelques instants après la fin des paroles de Sengo, accompagnants de très près une jeune fille. Au-dessus de son genoux gauche, le bandeau ninja de Kirigakure était serré et bien en place. Sur sa ceinture, l'emblème de son clan, mais peu connaissent le symbole des Hôzuki. Droite et fière, elle avait laissé son comportement hautain avec sa haine, à Kirigakure. Les deux Anbus masqués l'avaient amenée à côté du conseil, passant tout d'abord près du dernier intervenant puis, à côté de là où Ooburi s'était placé pour s'imposer. Ils l'avaient arrêtée là où le Senju s'était mit il y a quelques minutes. L'un des ANBUs se pencha et délivra quelques paroles à l'intention d'un vieil homme, membre du Conseil. L'Anbu se redressa puis se contenta sans un mot, de rester à la même image de son compère, très près de la jeune fille.

- " Messieurs, Mesdames, je vous prie de garder votre calme et de laisser la parole à cette Kirijin qui, à semble-t'il, des informations à nous délivrer. " dit le Conseiller qui venait de recevoir les paroles de l'Anbu.



Pourquoi est-elle ici ?



Avant d'arriver à Konoha, la jeune Genin s'était assurée que son compère Akuma se rétablisse. Elle l'avait porté puis accompagner jusqu'à leur village de fortune, leur village misérable. Elle avait quitter l'Empire de l'Eau et prit un choix seule, certains le qualifierait d'égoïste. L'épéiste légendaire était partie de Mizu No Kuni car elle savait qu'Ushi s'en occuperait comme il le faudrait. Comme lors de son dernier départ, Chisame avait seulement informé le Hardi de ses intentions. Le manieur de Shibuki était trop préoccupé par ses démons intérieurs, et savait très bien que retenir la Hôzuki n'était qu'une tentative futile. Elle avait fait le voyage bien évidemment, après s'être assuré que les siens s'en sortaient. Kirigakure se place devant n'importe quel autre choix, n'importe quelle option.

Une fois aux portes de Konoha, elle avait sût faire venir à elle l'unité d'élite de Konoha, puis déclaré ses intentions pacifistes, et d'un échange par la parole envers le village. La Kirijin était malheureusement arrivée bien tôt, le Conseil se tenait quelques heures après son arrivée. Elle accepta de coopérer avec les ANBUs qui étaient là à ce moment, et se laissa "capturer" puis cachée avant que ne vienne la réunion, en toute discrétion. La preuve, même Ooburi n'avait pas été mis au courant. Ni qui que ce soit, hormis les deux ANBUs à ses côtés. Elle avait été par la suite conduite jusqu'au lieu du Conseil, les yeux bandés par un tissu qu'elle portait dès qu'elle avait accepté de coopérer.



Et maintenant ?..



Ne souris pas putain, ne souris pas... Respire un bon coup, voilà. Je ne pouvais m'avancer, le seul geste qui m'avait été autorisé par mes deux accompagnateurs était le suivant. Mes deux bras se relevaient doucement afin de mener mes deux mains au dos de mon crâne, défaisant lentement le bandeau qui m'avait caché la vue jusque là. J'ouvrais les yeux. Ouuh, eh bien, ça en fait du Konohajin. Mes yeux clairs sa baladaient trois courtes secondes afin d'observer la salle. Un conseil autour d'une table ? Ca me fait penser à chez moi. Et puis, pleins de gens dans les escaliers, la plupart assis et d'autres debout. Tous le regard dirigé vers moi. Je n'avais pas le temps de distinguer les expressions des gens, et m'empressait de prendre la parole, le temps ne s'achète pas.

- " Mon nom est Chisame, et je vous salue tous. Je viens pour échanger avec vous sur les dégâts que ce soit disant Dieu à commis. Alors évidemment, je souhaite commencer. " Ma tête se tourna lentement et légèrement sur ma droite, observant une carte du Yuukan. Je jeta un œil au garde sur ma droite et regardait de nouveau la carte, un simple hochement de tête fût ma réponse. Je levais alors doucement mon bras droit vers Kumogakure.

" Le village ninja de Kumo à été détruit par mes propres soins, et la majorité de ses habitants ont également été tués. Je peux vous assurer avec certitude qu'un dénommé Denshi se trouve là-bas, et qu'il compte restructurer le village. Il ne semble pas se remémorer de ce "Kami", puisqu'il m'a parlé d'un certain "Jinkaku Futae" comme successeur de Kumogakure. Oh aussi, j'ai aperçu Kyûbi et Nanabi entrain de se battre au milieu des terres de la foudre. Je suis également passé par le lieu de leur combat, et les dégâts sont immenses. Si vous souhaitez échanger des informations, je vous laisse la parole. "

Son bras droit redescendit méthodiquement et lentement, le long de son corps, ne laissant pas un seul instant la gravité agir d'elle-même. Le visage serein, l'intervenante attendait.




Résumé :
 

100% de chakra

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6617-bingo-book-de-chisame-dekishi-hozuki http://sns-rp.forumgratuit.org/f469-dossier-chisame-hozuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t6618-presentation-de-chisame-dekishi-hozuki
Messages : 682

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Mar 9 Oct - 18:40




Le Conseil qui siégeait, écoutant attentivement les paroles qui étaient énoncés par chacun, était composé de quatre membres importants, assis au bureau qui trônait dans le fond de l'amphithéâtre, tout en bas.

Tout d'abord le commandant par intérim de la section ANBU, une femme obscure au regard continuellement plissé; les deux doyens du village, un homme et une femme, âgés; et enfin le membre le plus éminent, le plus haut-gradé dans la hiérarchie actuelle de Konoha : Sarutobi Kenjû, chef de la Section d'Interrogatoire et de Torture. Un trentenaire aux cheveux d'un brun foncé, le regard marron, et une importance cicatrice le défigurait, rendant son faciès singulier, comme un cliché des chefs de cette section relativement crainte.
Connu pour avoir longtemps été un des Douze Ninjas Gardiens avant de rendre son tablier, il est aujourd'hui là à balader son regard dur sur les shinobis rassemblés ici, les bras croisés sur son long paletot noir, le bandeau de shinobi de Konoha serré sur le bras droit.

Une fois que tous eu prirent la parole (et avant l'arrivée de Chisame), il partagea avec les autres membres du Conseil des messes basses. Après quoi, il se leva et prit la parole, rivant son regard dans celui d'Ooburi.

- Ça f'sait longtemps, déchet. Ça m'étonne beaucoup d'te voir ici, mais j'suppose que tu viens prendre ta part du gâteau.

Il marqua une pause, reportant ses yeux sur les autres en intimant le silence d'un signe de main.

- Pour ceux qui l'savent pas, mon nom est Sarutobi Kenjû. J'vous dirais pas "enchanté", on s'connais tous plus ou moins d'vu, ici. Tout le monde ici semble converger sur trois sujets importants : à savoir les genins, la sécurité, et l'Hokage. Et vous avez raison de vous en soucier. Si on a organisé cette assemblée, c'était pour connaître vos avis, c'est chose faite. Mais vous participerez également à la prise de décision.

Nouvelle pause.

- L'idée des roulements pour l'encadrement des genins est une bonne idée. Mais l'entraînement collectif en est une aussi. Pour cette raison, nous mêlerons les deux. Les genins s'ront donc entraînés collectivement par plusieurs jônins en même temps, avec premièrement des roulements entre les enseignants, mais aussi pour les genins. Il faudrait pas qu'leur entraînement ralentisse la reconstruction du village. D'ailleurs, les missions en-dehors du village qui ne sont pas nécessaires seront suspendues, pour des raisons évidentes.

- En ce qui concerne les prochaines défenses du village, ça s'fera au cours d'la reconstruction. C'est une question complexe, qui s'fera pas du jour au lendemain. Par conséquent, nous laissons c'sujet en suspens pour le moment. Nous n'avons pas forcément les moyens et les matériaux pour ériger un système de défense digne de c'nom. Pour l'instant.

- J'en viens à une question cette fois-ci complexe ET épineuse : l'avenir de Konoha. Vous êtes beaucoup à vous d'mander si nous d'vons élire un nouvel Hokage. En ce qui me concerne, dit-il en croisant les bras, il parait indispensable d'en élire un nouveau. Pour la raison suivante : lors d'la bataille, j'ai moi-même aperçu la disparition de Namikaze-sama. Et cette disparition n'était pas aléatoire. D'une seconde à l'autre, elle n'était déjà plus là. Comment expliquez ça ? C'très simple. Elle a fuit. Voilà ce qu'il en est.

- Pourquoi vouloir vous raccrocher à une dirigeante qui a fuit ses responsabilités et qui abandonné les siens au pire moment ? Pour le Conseil de Konoha, il est indispensable d'élire un Jûichidaime Hokage. Dans l'immédiat.

La fin de sa tirade sonna d'une manière brutale. Il posa les yeux sur le carnet de matériaux amené sur le bureau devant lui par une jeune fille un peu plus tôt. Puis il continua.

- Certains d'entre vous parlent d'expansion, de peuple, d'lâcheté. C'est des grands mots qu'vous employez là. L'heure est sûrement pas à exacerber not'e puissance militaire. Ca, c'est qu'du superflu. L'heure est à s'assurer que tout s'passe pour le mieux, et pour ça, on a besoin de coopérer avec les pays voisins avant de vouloir les envahir. Y en a un qui parlait d'voix du peuple, j'crois bien... Ha. Drôle d'idée. J'ai jamais vu d'Hokage prétendre représenter c'peuple dont tu clames l'existence. On est dans un village ninja, ici, coco. La population du village fera avec c'qu'elle a, comme elle a toujours fait. Elle prime pas, c'est la sécurité d'tous qui prime.

- Comme disait l'autre, faut mettre en place une hiérarchie. D'où l'élection impérative d'un nouvel Hokage dés aujourd'hui.

Alors qu'il terminait sa phrase, les deux Anbu escortant la kirijin entrèrent dans l'amphithéâtre. Tous les shinobis présents se turent, car chacun avait les yeux rivés sur le bandeau qui ceignait la cuisse de la jeune femme. Kenjû lui-même semblait surpris par cette intrusion, haussant les sourcils, mais laissant tout de même celle-ci parler. Il la fixa longuement, avant de reprendre la parole.

- Échanger des informations ? Avec Kiri ? Cette dernière hypothèse fit sourire Kenjû. C'est pas parce que nos précédents kage étaient enclins à s'rapprocher qu'nous laisserons Kiri apprendre quoiqu'ce soit d'ce qui s'est produit ici, et d'nos futurs politiques.

Il lança un regard en direction de la commandante par intérim des Anbu, et les deux gardes qui entouraient la kirijin saisirent celle-ci par les coudes.

- Konoha a d'aut'es choses à faire que d'envisager d'relations diplomatiques avec ceux qui ont détruit not'e village y a tout juste quatre ans. Mais... il m'semble que Kiri aussi a bien d'aut'es choses à faire. Votre village a été détruit. V'nez-vous donc en tant qu'émissaire désespéré ou indépendamment des ordres d'vos supérieurs ? R'marquez, dans un cas comme dans l'autre, ça fait pas grande différence.

Kenjû se retourne vers l'assemblée, levant les bras.

- Comme certains l'ont dit, la sécurité d'cette assemblée laissait à désirer. Preuve en est qu'une kirijin s'y r'trouve désormais. Cependant... laissez-moi vous dire une chose, et ne l'prenez pas mal.

Il lança un nouveau regard à la commandante des Anbu, lui intimant un ordre silencieux. Elle claqua des doigts, et aussitôt une dizaine d'Anbu apparurent, descendant du plafond, ou entrant dans la pièce avant d'encadrer toute l'assemblée et bloquer les sorties. L'un d'eux se posta prés du Sarutobi, un Hyûga.

- Personne n'est suffisamment bête ici pour organiser un sommet d'une telle importance sans mesure de sécurité. Aussi ne m'en voulez pas mais c'concile était avant tout un piège, dit-il en posant doucement la main sur l'épaule du Hyûga qui activa alors son Byakugan avant de se pencher et de murmurer quelques mots à l'oreille de Kenjû.

Ce dernier désigna trois personnes, dont faisait partis Sora sous son Henge, que les Anbu tout autour approchèrent alors. L'un d'eux bondit hors de la rangée où il était assis jusque là, son henge s'évaporant tout simplement en dévoilant sa toge de cultiste. Il fit une ébauche de mûdra avant d'être transpercé d'un rayon électrique provenant de la paume du Sarutobi, un Chidori Eiso rapide et bien placé. Certains reconnaîtront en ce cultiste celui qui avait dissimulé la cloche lors de l'attaque, manieur d'Hikariton, s'étant retrouvé là pour probablement apprendre ce qui était advenu de ses maîtres.

Le cadavre retomba au sol, avant d'être pris en charge par les Anbu qui auront entre temps saisit les deux autres individus, y compris Sora, si celui-ci ne se débattait pas. Les deux seront emportés en-dehors de l'académie, puis ils seront interrogés, et probablement torturés. Kenjû se frotta doucement les mains, avant d'observer l'auditoire.

- Une fois qu'nous nous serons débarrassé des nuisibles, nous pourrons r'prendre, dit-il en souriant. Il reporta son regard sur Les gardes qui détenaient Chisame. Ram'nez-la aux portes du village, et assurez-vous qu'elle s'en aille, ordonna-t-il simplement.

Il posa ses mains sur ses hanches, attendant que les insectes soient évacués pour laisser la parole aux potentielles réactions, bien qu'il s'attendait à quelques réactions extrêmes vis-à-vis de la kirijin.


Sarutobi Kenjû:
 

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 546

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 1 D
Monnaie: 65 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Mar 9 Oct - 21:25

Course à l'échalote
Avec Konoha et Chisame
Les discours continuaient. Il allait être temps pour l’Uchiha de se lever, et d’y aller à son tour, peut-être en dévoilant son identité ou autre. Mais il avait une solution très intéressantes a certains maux de l’assemblée. Cette solution, c’était la guilde. Ce groupe était tellement répandu qu’engager des informateurs était chose tout à fait faisable. Et bien d’autres choses aussi, d’ailleurs. Peut-être refaire une partie des effectifs de Konoha, d’ailleurs ? La question se posait, effectivement. Enfin, pour l’instant, c’était à Sora de parler. Ah, bah non. Changement de plan. Une kirijin, prisonnière de deux ANBU, s’avançait, yeux bandés et désarmée, au milieu de la pièce, avant de se débander les yeux et de faire un monologue, nous informant de la situation Kumojin. Informations très intéressantes d’ailleurs. Mais Sora s’en fichait un peu. Il n’était pas là pour ça.

Ensuite, ce fut à un certain Sarutobi Kenjû de s’illustrer. Décidément… Sora n’allait pas pouvoir en placer une. Il donnait un avis que l’Uchiha partageait en partie, du moins pour la partie du Hokage. Pour Sora, ce n’était pas les raisons qui poussent à l’élection d’un Hokage au plus vite, mais bien l’espoir. Sora, tout aussi d’accord concernant la reconstruction et le fait de partir en guerre, la première étant une priorité et le second, quelque chose à éviter comme la peste. Cependant, les choses tournèrent au vinaigre. Son Henge avait été repéré, ce qui était chose plutôt aisée. Alors que des ANBU s’approchaient pour le capturer, Sora se leva de sa chaise et grimpa sur la table, pour être a la hauteur des ANBU.

Et bien. Permettez moi d’enlever çe Henge et ce masque, déjà. Ce sera mieux. Prononça-t-il.

l’Henge de l’Okinawa disparut, et celui qui était appelé Kanashimi dans le réseau de la Guilde apparut aux yeux de l’assemblée, toujours entouré par des ANBUs prêts à le neutraliser au moindre mouvement suspect. C’est ensuite qu’il déplaça, lentement ses mains, de façon à ne pas brusquer les ANBU, et retira son masque, qu’il accrocha à sa ceinture. Finalement, Sora présenta ses mains à l’ANBU le plus proche de lui, qui plaça une espèce de paire de menottes faites de chakra sur ses poignets. Pendant ce temps, là, Sora s’exprima avec force au chef de la section d’interrogation et de torture.

Je souhaiterais m’adresser à l’assemblée avant qu’on m’emmène. Puis-je ?

Intrigué, Kenjû donna la parole à Sora en haussant un sourcil, attentif. C’est ainsi que Sora, menotté et gardé par un petit groupe d’ANBU, pris leur suite et se dirigea vers le centre de l’amphithéâtre, devant le bureau. Certains, découvrant le visage de Sora et reconnaissant ses traits, inspirèrent un grand coup, preuve de la surprise que provoquait l’arrivée de l’Uchiha ici. Une fois arrivé sur place, Sora pris la parole.

Votre attention, s’il vous plaît. commenca-t-il, pour calmer les bruits ambiants.

Tout d’abord, je me présente. Récemment, on m’appelait Kanashimi. Certaines personnes peuvent avoir déjà entendu ce pseudonyme. Mon vrai nom est Sora Okinawa. Sora Okinawa Uchiha, pour être complet. Un nom entier que je gardais caché il y a encore quelques années. J’ai été classé déserteur, puis emprisonné après m’être rendu. J’ai attendu dans ma cellule, bien sagement, mon procès, qui n’a d’ailleurs jamais eu lieu après plus d’un an et demi voir même deux ans de détention. Mes conditions d’emprisonnement se durcirent sous les ordres de Namikaze-sama sans réelle justification : camisole de force, sceau m’empêchant d’utiliser mon sharingan (que je n’avais de toute façon jamais utilisé en cellule, et que je ne prévoyais pas d’utiliser) et bandeau pour m’aveugler. Finalement, quelqu’un prit la décision de m’affecter à des travaux forcés au moment où Namikaze-sama était souffrante de la Maladie. J’ai donc préféré fuir le village plutôt que d’attendre toute ma vie un jugement qui n’arrivait pas et des conditions d’emprisonnement difficiles pour un prisonnier normal et effacé. Je prévoyais après ma désertion de fuir jusqu’à trouver une opportunité de revenir au village. Et me voici.

Je souhaiterais moi aussi donner mon ressenti à propos du village, et de sa situation actuelle. C’est justement pour ça que je suis venu aujourd’hui, sous couvert de Henge, il est vrai. Tout d’abord, parlons de la Hokage. Il est vrai qu’elle n’est plus là, mais ce n’est pas la chose à retenir. La chose à retenir est que la place est vacante, qu’il n’y a plus de dirigeant dans le cœur des gens, et que l’espoir ne vit plus dans le village. Je plussoie les dire de Sarutobi-san, mais non pas par nécessité de rétablir une hiérarchie, mais bien par nécessité de raviver l’espoir à Konoha. Il faut une figure de proue au navire de la feuille. Une figure insufflant l’espoir dans le cœur des villageois. Une figure pour raviver la volonté du feu, dont la flamme est presque éteinte.

Ensuite, les défenses du village. Elles doivent être réfléchies. Les reconstruire à la va-vite n’est utile que pour les voir tomber encore plus vite. Il faut prendre son temps pour les reformer, si bien que je plussoie encore les dires de Sarutobi-san sur ce point. Ce n’est certainement pas en retournant faire la guerre le plus tôt possible que l’on pourra arrêter de reconstruire le village et avoir une nation forte. C’est un bon chemin à prendre si l’on souhaite continuer de reconstruire Konoha, et perdre des amis, de la famille, des shinobis.

Finalement, le réseau d’information. Après ma désertion, en attendant l'occasion ou je pourrais enfin me dévoiler sans trop risquer ma vie, et potentiellement revenir à Konoha, j'ai dû me débrouiller par moi même. Par conséquent, j'ai dû chercher des informations, et il se trouve que je connais un moyen simple et efficace de s'en procurer en nombre, et fiable. En revanche, ma source est quelque peu capricieuse, par conséquent je doute que nombre d'entre vous pourrait l'utiliser. A vrai dire, pour l'instant, il se trouve que vous tenez devant vous le clone de celui qui pourrait vous en donner la clé.

Vous vous demandez certainement « Pourquoi est-ce qu’un déserteur tient de tels propos, et que fait-il ici ? », n’est-ce pas ? Quand j’ai su pour Konoha, je suis venu et ai aidé à la reconstruction, sous-couvert de Henge, encore et toujours. J’ai aussi engagé à mon propre compte une cinquantaine de travailleurs du bâtiment en tous genre, pour venir épauler au village. Je ne souhaite ni la destruction du village, ni la mort de ses habitants et shinobis, ni nuire de quelque façon que ce soit à ces deux entités, en témoigne ma présence devant vous et les propos que je tiens ici et maintenant. D’autant plus que Konoha ne peut que difficilement refuser une aide qu’on lui propose, n’est-ce pas ?

Merci de m’avoir écouté, j’en ai terminé.


Tournant la tête vers Kenjû, je hochais la tête en prononçant un mot de remerciement, puis attendis que les ANBU fassent quelque chose de moi.
Résumé

Sora enlève son Henge puis son masque, se fait passer des menottes de Chakra, puis obtient l'autorisation de Kenjû pour parler à toute l'assemblée.
Merci d'avoir lu ~


HRP : J'ai reçu l'autorisation écrite de Shinsei pour que Kenjû me laisse parler devant l'assemblée.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t4548-sora-uchiha-bingo-book http://sns-rp.forumgratuit.org/f333-dossier-sora-okinawa-uchiha http://sns-rp.forumgratuit.org/t4545-sora-okinawa-uchiha-survivant-uchiha
Messages : 332

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Monnaie: 140 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Mer 10 Oct - 10:42



Encore un vieux qui manie le Raiton ? J'ai l'impression qu'on a une dent contre moi...


Certains visages, malgré mon discours, restaient concentré sur mon bandeau, et sa signification. Ils ne comprenaient pas. L’imbécillité de leur vengeance les aveuglaient pour voir l'opportunité qui s'offrait. Cet homme, à la cicatrice, il ne comprenait pas non plus, et il était clairement moins intelligent que Denshi. Ils n'étaient pas comparables. Ce Konohajin, est stupide.  Il faudrait que je lui fende le crâne pour qu'il ait une ouverture d'esprit. Aucune coopération n'est donc envisagée de son côté, et il semble mener d'une main de fer ce conseil. En tout cas, il a une sacrée longue vue pour avoir remarqué les ruines de Kiri d'aussi loin. Je n'avais évidemment pas bougé lorsque mes deux accompagnateurs qui, avaient le mérite eux de comprendre l’opportunité de ma venue ici, m'avaient saisis. Il était évident que je n'allais pas rester cinq minutes de plus dans cette pièce. Alors quoi ? La potence ? La torture ? Ou dehors, simplement ? Sa question presque rhétorique, posée par pur égocentrisme et d'un comportement hautain, n'avait reçue aucune réponse, même faciale. Le regard toujours concentré et sérieux.

Oh, eh bien voilà la cavalerie alors. L'avantage à Kiri, c'est que les traîtres, on s'en occupe avant de commencer à diffuser des informations, on s'en occupe avant tout. Intéressant, alors ces yeux permettent de discerner un Henge, aussi simplement ? Il ne me semble pas qu'il ait activé son chakra autre que par ses yeux, enfin, je ne l'ai pas vu faire de mûdras. Ça m'arrange, d'être informée sur mes futurs iris. Un cadavre d'un cultiste tomba, eh bien... y en a un qui se souvenait bien de Kami apparemment. Oh, c'est donc un jeté dehors pour moi. Et voilà qu'un de ceux qui était en Henge se met à parler, et c'est dès lors qu'il commençait à parler de son emprisonnement que je demandais aux ANBUs qui me tenaient.

- " Excusez-moi mais quitte à ce que je m'en aille, autant le faire le plus vite possible non ? Puis ça m'éviterai d'écouter des choses ennuyantes. "

Donc ils ne veulent pas écouter une source d'information, mais prennent le temps d'accorder à un déserteur son temps de parole ? Incroyable, ces konohajins. Si j'avais les mains libres, je mes les écraseraient sur le visage. La logique des ces gars là est... stupéfiante. Attends, j'ai une bonne idée. Activant tranquillement ma sensorialité, j'observais un instant celle qui avait claqué des doigts, l'homme à la cicatrice, puis l'intervenant menotté, et enfin le moustachu et un autre ninja, debout comme un imbécile à écouter sans rien faire, près du bureau. Ça me fera au moins quelques repères. Mes accompagnateurs m'escortèrent alors, passant à côté des différents hommes. Dans la salle, j'avais repéré deux têtes familières, sur lesquelles je laissa mon regard se poser un peu plus longtemps, sans pour autant sourire. Le serpent de l'automne et l'ami des singes. Lorsque notre chemin nous amenait devant le Hyûga, ma tête se tourna vers lui. Observant ses yeux maculés. Un sourire d'une expression particulière s'était dessiné. Bientôt mon cher, bientôt. Je replaça mon bandeau devant mes yeux avant de franchir les portes de l’amphithéâtre.

Comme il leur avait été ordonné, les deux ANBUs m'escortèrent jusqu'aux portes du village. J'attendis quelques minutes de plus avec l'un des deux pour que son compère me ramène mon armement. Une fois ceci fait, ma sensorialité s'activa de nouveau afin de repérer également, leur signature de chakra. Avant qu'ils ne bougent pour m'observer d'un autre endroit, je dis.

- " Oui, je vais au Nord, donc je vais longer votre village quelques instants et ensuite, vous ne me verrez plus. Merci à vous deux de votre accueil. "

Les deux ninjas disparaissaient, alors que de simili, j'utilisais les déplacements rapides pour prendre la direction du Nord.



Résumé :
 

92% de chakra

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6617-bingo-book-de-chisame-dekishi-hozuki http://sns-rp.forumgratuit.org/f469-dossier-chisame-hozuki http://sns-rp.forumgratuit.org/t6618-presentation-de-chisame-dekishi-hozuki
Messages : 50

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Mer 10 Oct - 18:35


Shiro ne savait pas trop si le débat allait vite ou traînait en longueur. À sa suite, Kyo était intervenu, mettant l'accent sur l'importance du réseau d'information de Konoha. Elle craignait un peu que suivre ses idées ne mange certaines ressources rares de Konoha en termes de personnel, mais elle comprenait l'urgence sur ce point aussi. Puis après, son intérêt avait brusquement chuté. Une femme étrange avait pris la parole, parlant lentement et débitant des évidences. Le peu qui suffisait à perdre l'attention de Shiro, au profit des caresses de l'air sur sa peau.

L'amphithéâtre clos et remplis de quelques centaines de shinobis brassant de l'air finit par faire son effet sur la Umikaze et à attiser sa curiosité. Joignant doucement les mains sous la table pour prier un instant, elle observa avec son éternel émerveillement la valse de l'air de dessiner sous ses yeux. Les discussions, les mouvements, les soupirs, les déplacements, tant de petits détails qui soudain jaillissaient à elle, se soumettant à sa contemplation. Il n'y avait pas à dire, Shiro préférait infiniment faire appel aux Yeux de Vent en milieu pacifique qu'en milieu dangereux, elle pouvait alors pleinement se laisser porter par le spectacle.

Son regard balaya la salle, s'arrêtant longuement sur la fumée qui s'échappait doucement en arabesques de la pipe de Renji. Elle passa sur différentes personnes, certaines tranquilles, certaines qui semblaient vouloir le paraître, mais dont l'excitation ou l'exaspération pouvait se deviner à leurs micromouvements, générant des infimes variations d'air qui n'échappait pas à la kunoichi. Certains étaient très clairement contrariés, respirant à grands coups, certains semblaient particulièrement attentif, respirant lentement. Les profils se distinguaient enfin, passant de ninja quasi-anonymes dont elle reconnaissait rarement le visage à individus uniques possédant leurs propres opinions et personnalité.

Là se tenaient deux personnes, l'une nonchalamment installé, respirant différemment selon qui parlait, réagissant ainsi aux différentes remarques d'une façon que Shiro aurait presque put traduire si elle ne s'en était pas désintéressée pour se reporter sur sa voisine, la piètre oratrice cachée sous sa cape, arborant une béquille ainsi que la respiration un peu plus rapide et rauque des convalescents. Ici des Genins, probablement très curieux mais peu réceptifs à ce débat, là des Juunin expérimentés, impatients ou scrutateurs.

Le regard de la jeune femme s'arrêta finalement sur l'un d'entre eux, un homme seul resté dans l'encadrement de la porte depuis un moment, qui ne semblait pourtant pas tant la garder que ça. Rien qu'en le voyant, elle grimaça. Trop propre. Il portait un uniforme qui devait être tout sauf pratique au combat, mais les quelques mouvements qu'il faisait étaient teintés de cette précision et de cette souplesse qu'avaient les shinobis d'expérience. Ce n'était pas non plus un dignitaire, mais sa vision ne mettait pas Shiro à l'aise.

Finalement, après un déplacement beaucoup trop théâtral, une mise en scène beaucoup trop maniérée, il prit la parole. Et alors, Shiro cessa de froncer les sourcils, et elle serra les dents. Elle. Détestait. Ce genre. D'orateur. Trop de langue de bois. Phrases à rallonge pour ne rien dire. Un début vide. Tellement de forme pour si peu de fond. Elle fit malgré tout l'effort de rester attentive à ses propos, surtout pour le jeu de démêler l'intéressant du m'as-tu-vu. Tout un discours pour reprendre son idée et celle de Kyo. Tout un discours pour ramener le Hokage sur la table. Elle le voyait ce "je me porte dès aujourd'hui garant de la parole des opprimés", elle avait déjà vu des gens revendiquer un rôle de dirigeant avec plus de subtilité que ça. Pourquoi un discours si pompeux, si long, si exagéré, alors qu'il pourrait simplement se résumer à "Les idées proposées sont pas mal mais incomplètes, il n'y a pas assez de sécurité ici et je veux être Hokage" ? Mais, outre le fait que ça proposition d'entraîner davantage les jeunes au combat lui laissait un sale goût dans la bouche, il avait malgré tout relevé un point intéressant. L'absence totale de sécurité dans cette réunion.

Serrant les dents, elle cessa de s'amuser du ballet des courants d'air pour se focaliser sur les informations qu'ils lui donnaient. N'écoutant pas la réaction de l'autre oratrice (elle ne l'avait pas déjà entendue, elle ?), elle fit un scan rapide de la salle pour repérer une éventuelle grosse information, avant de surenchérir éventuellement avec un passage plus attentif. Et bingo. Trois personnes malaxaient du chakra de façon suspecte, ainsi que quelques autres qui avaient simplement l'air d'utiliser des techniques sensorielles comme elle, surtout côté Hyûga à vrai dire. Tournant doucement la tête vers le suspect le plus proche, son regard se posa en direction d'un ninja banal aux cheveux bleu, adossé contre un mur. Cette excitation permanente et spécifique de l'air au ras de son corps, c'était typique d'une utilisation de chakra pour se camoufler. Et elle savait reconnaître un Henge quand elle en voyait un.

Elle décida cependant de ne pas directement donner l'alerte, l'attention étant de toute façon accaparée par un type aux cheveux blanc qui gesticulait à propos de récupérer la Juudaime, devinait Shiro du peu qu'elle avait entendu. Elle n'était pas juste à côté du potentiel intru, mais suffisamment proche pour le rejoindre en moins d'une minute en marchant tranquillement, et en moins de trois secondes en sautant. Elle attrapa un rouleau d'une mission qu'on lui avait récemment attribué dans sa poche et entreprit de le lire en montant lentement les marches, comme si de rien n'était. Elle laissait le vent l'informer des éventuels mouvements de sa cible.

Sachant le niveau de cran et de stress présentement installé dans la salle, elle se doutait qu'une accusation directe donnerait sur un chaos sans nom et inutilisable. Présentement, les principales infos qui avaient pu fuiter étaient l'état du village, ce qui n'apportait pas grand-chose à la vision qu'offrait Konoha. Mais il n'avait pas encore entendu des idées finales et précises de restructurations, simplement quelques idées lancées à la volée, il n'avait peut-être encore rien appris d'important. À partir de là, deux possibilités : soit c'était un clone, auquel cas il fallait simplement l'éliminer pour minimiser la fuite d'information, éventuellement en essayant d'en apprendre plus sur cet intru, soit c'était un individu de chair et de sang, qu'il allait falloir neutraliser pour un interrogatoire. Rien qu'un kunai planté dans l'aine ne saurait régler.

Elle eut une pensée pour le fait que dévoiler cet espion allait appuyer les propos de cet Ooburi et lui donner un gain de crédibilité qu'elle ne souhaitait pas plus que ça, mais elle la mit de côté. Refuser d'agir pour le bien du village pour de telles raisons relèverait de la puérilité pure et simple. Elle continua donc son avancée, laissant le fan de l'Hokage annoncer son héroïque départ en solitaire tandis qu'un homme n'ayant visiblement pas dormi depuis une semaine crachait sa haine au public dans une démarche immensément productive.

Elle écoutait d'une oreille distraite, mais son attention finit par glisser de nouveau, se focalisant simplement sur sa cible et sur les ruisseaux d'air autour de ses jambes, le long de ses bras, entre ses doigts, contre ses joues. Elle fit un pas, un autre, puis une main devant son torse. Elle releva immédiatement un regard suspect vers celui qui l'avait arrêté, et s'arrêta devant l'image d'un masque blanc, à moitié camouflé par une large capuche pâle. Un membre de l'Anbu. Il lui fit "non" de la tête et malgré un froncement de sourcil, Shiro obtempéra en silence et s'adossa au fond de la salle en rangeant son parchemin, malgré son attention portée sur l'intru.

Le Conseil finit par rendre son point de vue. Un homme entre deux âges à l'air vaguement glauque et qui donnait un peu froid dans le dos pris la parole, résumant les idées, les possibilités… Si son ton vulgaire avait un peu attiré l'attention de Shiro au début, elle se désintéressa bien vite de ce qu'il dit, se contentant de saisir les grandes lignes, dans la mesure où, à ses yeux, il n'ajoutait pas grand-chose au débat. Elle avait mieux à faire : surveiller le Henge aux cheveux bleus.


- … cette Kirijin qui…

Vague de froid. Vague d'adrénaline. D'un pas vif, la kunoichi s'avança suffisamment pour voir le cœur de l'amphithéâtre. Elle avait remarqué la venue de trois personnes. Elle avait remarqué la légère augmentation du niveau sonore dans la salle et la fin du discours du Sarutobi. Elle n'y avait juste pas fait attention. Mais quand son regard se posa sur le bandeau de Kiri accroché à la cuisse de cette gosse, cette gosse libre de ses mouvements, cette ennemie qui se mit sereinement à parler à l'assemblée comme si elle était chez elle…

D'un mouvement spontané, souple, fluide, sans interruption, un doigt ouvrit la pochette à sa cuisse, un autre attrapa l'anneau d'un kunai, et son épaule initia un balancement vers sa cible. Une trajectoire parfaite, droit dans la gorge de cette Chisame. Elle voyait déjà la gerbe de sang, elle ressentait déjà l'intense satisfaction. Mais son kunaï n'était pas parti, sa main avait été retenue par une poigne ferme, et le bruit métallique d'une lame contre le sol finissait de briser son image mentale. Elle lança un regard haineux à celui qui l'avait retenue, ce masque d'Anbu. Serrant les dents, parfaitement consciente qu'elle perdait totalement ses moyens, elle lui cracha :

- Vous vous fichez de moi ? Vous laissez des espions et une Kirijin dans cette assemblée, c'est quoi la prochaine ? Un coup d'Etat ?

- Du calme, l'interrompit l'Anbu d'un ton calme, mais sec. Notre fidélité à Konoha est sans faille et notre plan est en train de se dérouler sans accroc.

Shiro serrait les dents, les yeux brillants de rage, mais elle força ses membres à se détendre, avant d'arracher brutalement son poignet à la prise, rétorquant d'un ton sifflant :

- Votre "plan", il a vraiment intérêt à être génial... car ce que vous faites est en train de creuser la confiance que les Konohajins vous portent.

Se détournant ensuite, se sachant surveillée par le shinobi, elle ramassa son kunai et le rangea d'un coup sec à sa place. Croisant les bras, elle se contenta donc de toiser la kirijin. Elle sentait dans la salle que la tension était montée d'un cran. Elle savait qu'elle n'était pas la seule à utiliser son art sensoriel sur l'intruse, prête à sauter sur sa moindre erreur, à saisir la moindre occasion de l'éliminer légitimement. Elle avait cessé de parler, elle avait le visage calme, trop calme. Shiro se sentait insultée, si profondément insultée. Elle eut au moins la (bien trop faible) satisfaction de la voir se faire rembarrer par le trentenaire balafré.

Puis finalement, après quelques phrases, un peu de mise en forme, l'annonce du fameux "plan" tomba. Shiro sentit en elle une pointe de déception exaspérée. Elle comprenait qu'une telle réunion était un formidable appât à espion, mais tout ça pour ça… Elle ne pouvait s'empêcher de penser au fait que s'il y en avait ici, il y en avait sans doute aussi encore en ville et qu'il faudrait un nettoyage méthodique du chantier. Et avec tout le respect qu'elle portait au Dojutsu de sa famille maternelle, il ne reconnaissait pas les déguisements traditionnels, cette vérification lui paraissait bien sommaire, elle espérait qu'ils n'allaient pas se contenter de ça.

Finalement, tout semblait bien se terminer, au détail près que ce responsable de la récupération d'information semblait prêt à laisser partir une potentielle source d'information. Puis d'un coup, l'homme aux cheveux bleu annula son Henge et demanda à prendre la parole, avant de s'envoler dans un grand monologue inspiré.

Monsieur était un Uchiha, tant mieux pour lui, Shiro fixait toujours Chisame. Monsieur avait été classé déserteur mais se gardait bien de rappeler pourquoi, peu importe, Shiro fixait toujours Chisame. Monsieur voulait se faire passer pour un martyr, il ne se rendait sans doute pas compte que son public avait présentement peu de chance de rentrer dans un quelconque état de pitié à son égard, tant pis pour lui, Shiro fixait toujours Chisame. Et comme à chaque fois que quelqu'un lâchait de grand discours peu intéressant pour elle, la kunoichi décrocha complètement, toute focalisée sur sa cible.

Puis soudain, le Graal. Un mouvement de chakra. Elle en malaxait. Genjustu, Ninjutsu, peu importait, elle avait fait une erreur fatale. Tandis qu'une voix retentissait dans l'amphithéâtre, probablement un autre ninja sensoriel ayant surveillé l'ennemie, Shiro ne prit pas cette peine. Ses Mûdras glissaient de l'un à l'autre, accélérés autant par les réflexes que par l'adrénaline. Il lui fallait quelque chose qui tapait vite et fort, ça tombait bien. Articulant le nom de sa technique du bout des lèvres, la voix coupée par l'émotion, elle envoya une fulgurante lame de vent droit vers la kirijin.


Résumé:
 


Dernière édition par Shiro Umikaze le Mer 10 Oct - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8911-bingo-book-de-siro-umikaze#65850 http://sns-rp.forumgratuit.org/t8910-le-souffle-de-la-danseuse-blanche-en-cours#65848
Kyo Senju
Rang B
Rang B
avatar
Messages : 33

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Mer 10 Oct - 19:38

Le débat au sein de l'Assemblée se poursuivit de plus belles, des points de vues divers et extrêmement variés. Au delà de tout ça on pouvait ressentir le vide que le Kage laissait derrière elle, diviser les villageois selon leurs individualités, leurs expériences, leurs opinions sur l'orientation à prendre pour le Village. Riche en arguments, l'Assemblée était prometteuse au fur et à mesure que davantage prenaient ouvertement la parole en faisant écho à l'Umikaze puis au Senju pour affirmer leurs idéaux dans l'optique soit de prendre le pouvoir ce qui semblerait une occasion rêvée pour tout opportuniste digne de ce nom, simplement sinon de faire valoir ses idées au sein de cette prestigieuse réunion réunissant l'élite du Village ou simplement de s'informer sur le déroulement des évènements..
Les fines lèvres gercées de Kyo quant à elles vinrent à s'ouvrir en plein débat, signe flagrant de sa non appartenance à un monde rempli de politique. Il savait le débat très sérieux pour la suite des évènements mais sa personnalité en elle-même se refusait à suivre des théories, hypothèses et autres propositions un peu trop longue pour le Jonin qui n'avait en tête que de sortir aider les Villageois puis les animaux de la Forêt qui avaient eux aussi besoin d'assistance. Il se mit à bailler en pleine Assemblée et lança un regard vide sur la scène où semblait s'opposer plusieurs voix et personnes charismatique, notamment celle d'un militaire encore plus carré que la forme géométrique de par sa gestuelle calculée et théâtrale tandis qu'il exposait ses arguments qui passèrent littéralement au-delà de la portée de Kyo qui, loin de ne pas comprendre ce qui se disait et loin également d'insulter cet évènement, n'avait clairement pas sa place au sein de la politique, c'en était presque à penser qu'il aurait pu fermer les yeux et s'endormir tant il était fatigué.

Je me prendrais bien un peu de thé tiens .. et des gâteaux..

Le regard de Kyo s'affuta tandis qu'il scrutait de loin un buffet qui aurait pu être mit en place pour l'occasion, rien de tel qu'un petit en-cas pour faire glisser toutes ces paroles qui s'entrechoquaient et qui sentaient l'opportunisme et une envie saignante de prendre le pouvoir tandis que la Namikaze était portée disparue ou avait fuie. Le Senju prêta tout de même une oreille attentive à chacune des interventions et se mit à sourire en voyant que ses pairs étaient non pas abattus mais enflammés à l'idée de rebâtir un Village fort. Cependant dans son cœur régnait toujours cette incertitude.. est-ce que qu'ils avaient raison de procéder ainsi ? Est-ce que rendre des coups pouvait servir une noble cause si cela était fait pour le plus grand nombre ? Pouvaient-ils justifier les combats à mener pour la paix .. ? Tout recommencera-t-il comme avant et noiera le Monde dans des guerres encore plus sanglantes que ce que le Senju avait vu au cours de sa modeste vie ?..

Toutes ces interrogations sur l'avenir d'un monde empli de Shinobis qui continueraient à se faire la guerre au péril des civils de chaque nation qui compteraient sur eux.. toujours plus de victimes innocentes à déplorer, fit reprendre un air inhabituellement grave et mélancolique au jeune Homme qui n'avait pas de réponse à formuler.. Son idéal était la paix et si il avait trouvé cette réponse, il l'aurait sûrement exposée et défendue jusqu'au bout. Plus bavard qu'à l'accoutumé au début, c'est dans ses pensées machinales que Kyo poursuivit intérieurement son propre cheminement.

Le ton de l'Assemblée changea alors qu'un Nukenin apparemment réputé dans Konoha se fit démasquer et jeta le masque pour entamer un discours poignant sur ses motifs personnels et ses motivations pour l'avenir que Kyo écouta d'une oreille.. l'autre perdue dans les injures et les réflexions que la grande majorité de la salle portaient à l'égard de Sora tandis que les yeux du Jonin fixaient la scène où l'ANBU du Village réagit réactivement face à cette mise en scène qui visait visiblement à appater cette personne et d'autres dans le but de les tenir à l'œil voir de les capturer. Observant la scène d'une manière parfaitement neutre, le Senju n'avait que faire de suppositions où d'avis des autres, il avait à cœur d'apprendre à connaître les personnes avant de décider ce qui était bien ou mal dans un principe de compréhension qu'il avait à cœur de partager sur le long terme afin de parvenir à tisser des liens sûrs et de confiance avec ceux qui l'entourait afin d'aboutir un jour à un idéal de paix.



Qu'est-ce qu.. ?

Le Senju leva lentement la tête, son esprit attiré par des mots qui avaient perturbé ses pensées et ressentait quelque chose qu'il n'avait plus ressenti depuis bien longtemps quel que soit la circonstance dans laquelle il avait pu déjà se trouver et toutes les péripéties qu'il avait traversé.. Son regard se porta sur la nouvelle tête qui avait pointé le bout de son nez dans cette Assemblée et les deux ANBUS qui étaient en train de la présenter amorcèrent le mot "Kiri", Kyo avait déjà les yeux posés de loin sur le bandeau qu'arborait fièrement cette Kunoichi.

Il n'aura fallu qu'un laps de temps quasiment imperceptible pour que l'air neutre et jovial du Jonin de la Feuille disparut avec le brouhaha général.. Des images du passé venant se superposer aussitôt à la réalité et ramenant notre Senju à une époque ou Kiri avait prit d'assaut Konoha, cette époque où les parents du Shinobi qui avaient renoncé à la guerre et au titre de Shinobi étaient devenus des Commerçants afin de ne plus alimenter cette machinerie à tuer et à briser des être vivants en leur enlevant leurs proches.

Il ne voyait plus rien de ce qui se passait dans l'amphithéâtre.. transpirant à grosses gouttes  qui s'écrasaient de son visage sur la table en bois.. c'est dans un décor bien familier qu'il revoyait le cadavre de sa mère sanglant murmurer au loin lors d'une scène occultée par l'inconscient du Senju, à son fils.

~~

- Je suis contente.. d'avoir pu te revoir.. une dernière fois. Je suis désolée

-Maman !!

Le jeune Shinobi tenait sa mère dans ses bras encore trop petits et frêles pour protéger la condamnée qui fixait son fils du regard.


- Je t'aime plus que tout.. et pourtant.. je n'ai rien pu faire pour toi .. !

Des larmes perlaient, s'écrasant délicatement sur la joue de la Senju qui fixait le jeune garçon.

- Tu es venu pour moi.. Ca me suffit ..

~~

Les battements du coeur de Kyo atteignirent une vitesse inquiétante tandis que son champ de vision se focalisa sur la Kirijin qui inconsciente de tout se permettait de venir scruter les personnes présentes avec dédain et niaiserie, de murmurer quelques mots aux ANBUS avant de vouloir prendre congés. Les traits de visage du Senju avaient changés à cet instant précis, arborant ceux d'un Homme qui était prêt à tuer sa cible peu importe les conséquences.

Composant instinctivement, machinalement les mudras précédents sa technique et se synchronisant instinctivement avec Shiro et le timing qu'elle avait laissé un léger instant après l'exécution de sa technique, il s'était levé avec une rapidité foudroyante et joignit enfin les deux mains dans un ultime Mudra. Il ne fallut pas cinq secondes au Senju pour transformer littéralement l'extérieur de la salle autour de l'Académie en une dense forêt sur une centaine de mètres de diamètre autour de l'utilisateur tout en épargnant l'intérieur de la salle, tout sauf l'endroit où Chisame souhait prendre congés.. cet espace étant littéralement brisé par les centaines de branches hautement infusées de Chakra qui se déployèrent aussi vite que la rage de Kyo prenait le dessus sur ses résolutions et sa volonté de ne pas faire de mal inutilement..

Désolé Maman.. je ..

Ses convictions ébranlées par l'envie de meurtre et de vengeance le firent marcher tandis que les branches et racines ne permettaient plus à la Kirijin de bouger sans prendre de chaque direction une multitude d'impacts mortels, le Senju pour cette fois visant chaque point vitaux de l'oeil. Il n'avait qu'un seul mot en tête.

Tuer.


Pas à pas, il se rapprochait de sa cible, et ne pensait qu'à lancer une attaque au moment où elle ferait un geste pour essayer quoi que ce soit, ayant au préalable préparé minutieusement le terrain. Son regard glacial et qui ferait pâlir un assassin même se posa sur la demoiselle qui avait pénétré ces lieux sans quitter la moindre partie de son corps des yeux. L'Atmosphère en devint glaciale tandis que l'éternel naïf et jeune Senju laissait place à ses instincts refoulés et se laissait corrompre par une haine des plus virulentes.

Résumé:
 

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Mer 10 Oct - 20:44

Lorsqu'il finit son discours, il y eût un silence dans la salle. Pendant quelques secondes, personne ne parlait. Il avait apparemment réussi a faire réfléchir un peu les gens qu'il y avait autour de lui. Lorsqu'il vit les yeux tous se tourner vers une cible inconnue derrière lui, il se tourna comme les autres et vit, extrêmement étonnée, une jeune femme entrer escortée par deux anbus.

Alors qu'il vit son bandeau de Kiri, il sentit enfler en lui une haine qui ne faisait que monter depuis que sa soeur était morte. Il se sentit soudainement en dehors de son corps, la rage le mettant carrément hors de lui. Il se sentait léger et ses doigts s'approchaient du kunai bien coupant qu'il portait a la ceinture. Elle raconta avoir des informations a donner. Pourquoi l'avaient-ils laissés entrer? Ici? Pendant cette occasion? Étaient-ils complètement inconscients? C'était là la raison même de pourquoi Konoha se fait détruire si souvent. Ce manque de jugement était si flagrant qu'il s'étonnait que tout le monde ne s'insurge pas. Non, ils ne s'insurgèrent pas, ils écoutèrent les conneries qu'elle avait a dire.

Cependant, lorsqu'un autre homme se fit attraper, Sengo se tourna la tête et le regarda descendre l'escalier, comme au ralenti, pour aller se placer au centre, a quelques pas seulement de lui. La jeune fille était déjà parti, mais lui se mit a nouveau a parler. Il l'avait reconnût. C'était Sora Okinawa. Il se présenta et commença un petit discours. Lui, le déserteur qui avait abandonné Konoha pendant l'attaque. Lui qui n'avait jamais levé le petit doigt pour aider le village pendant sa reconstruction, lui qui, disait-on, avait même aidé Iwa a se procurer le sharingan. Sa simple existence était une insulte. Sa simple existence était une erreur. Il devait être mort, et ce depuis longtemps.

Il sentit un froid métallique sur sa main. Sans s'en rendre compte, il avait mit la main sur son kunai tranchant comme une lame de rasoir. Chaque mot que ce personnage disait était une insulte envers Sengo. Et il disait beaucoup de mot.  Il était là, menotté, a quelques mètres de lui.

Le shinobi entendait maintenant le battement de son coeur dans ses oreilles. Il n'entendait plus les mots que disait Sora, il ne regardait dans sa direction que pour en voir une cible, et il ne se fit pas prier. Lorsque le déserteur sembla avoir finit de parler, il se tourna vers le présent de l'assemblée, lui offrant ainsi sa gorge déployée.

Il fit un bond rapide. En un seul pas, il était déjà a la hauteur du déserteur. Il sentit la chair de sa gorge se déchirer autour de son kunai, il vit le sang commencer a s'éparpiller un peu partout. Il ne vit pas la réaction de cette merde. Il le vit seulement disparaître. Il ne resta que Sengo, entouré des deux Anbu qui n'avait pas réagit a l'attaque.

On entendit le son des menottes tomber au sol et il y eût un silence. Lorsque Sengo leva les yeux vers l'assemblée, il vit quelques sièges vides. Visiblement, des gens étaient aller s'occuper de la fille comme lui s'était occupé de ce larbin.

Peut-être que Konoha allait s'en sortir finalement. Pour Sora, ce n'était pas finit. Ce n'était qu'un clone. Pas étonnant, venant de la part d'un lâche.

- Nous n'avons pas a écouter un seul mot de ce que ce lâche a à dire. Il n'a aucune opinion a donner sur le village qu'il a abandonné au profit d'un autre. Il n'ose même pas venir ici en personne et tente de faire des leçons de moral.

Il cracha au sol.

- Sa simple vue m'a levé le coeur. Je me questionne profondément sur la raison qui vous a poussé a le laisser parler.

Il finit sa phrase en regardant Kenjû qui siégait, en haut, a quelques mètres seulement de là.

_ _ ___________________________________________ _ _

- C'est un mauvais présage, ça. Quand les loups sont menaçants dans la nuit, le plus souvent, c'est que diable s'apprête à sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ooburi
Rang B
Rang B
avatar
Messages : 13

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   Mer 10 Oct - 21:42

Ooburi restait en place, remettant en place sa chevelure il scrutait avec ambition les réactions alentours. Comme à ce qu'il s'attendait ses mots avaient fait mouche, les regards surpris et à la fois indignés des shinobis présents en disaient long sur l'intervention d'un homme si proche de Konoha mais en étant également un individu. Le jeune homme qui avait eu un élan de chevalerie s'était laissé prendre par la nébuleuse de ses paroles et était totalement sortis du cadre du débat. Une bonne chose car pendant un laps de temps très court l'homme de guerre qu'il était pensait avoir à faire à un concurrent pour le poste de Hokage. Quand à la jeune fille toute pâle elle avait évoqué un coup d’État, lui avait une hypothèse déjà envisagé par l'ancien membre de la Racine. A la réaction de certain Ooburi comprenait le faussé qui le séparait de la génération actuelle des shinobis de Konoha, ils avaient vécus la guerre sans pour autant l'avoir étudiées et la peur de revivre une défaite n'était pas forcément expressive mais bien présente, elle se dessinait soit par le dégoût soit par une naïveté déconcertante ! En parlant de naïveté, il fallait croire que celui qui la porté en coiffe et qui en était des plus dignitaire venait à répondre au général.

Il s'adressait à l'assemblé de manière générale mais ses mots, était ciblé tel des shurikens bien acérés et lancés vers Ooburi il fallait être sourd ou idiot pour ne pas le comprendre, son égaux était touché, et sans doute qu'il l'aurait noyé dans un cours d'eau s'ils étaient seul mais la forme et la force des choses l'en empêchait non, pour une fois Ooburi pouvait appliquer les préceptes fondateurs que son père lui avait jadis enseigné sur un autre terrain que celui du terrain physique... Le terrain mentale, une guerre psychologique mise en place par le haut-conseil du village est ici il se retrouvait comme un lion en pleine chasse. Tapis dans les hautes herbes à attendre la moindre opportunité qui se présenterait à lui ! Le calme revenu, ses méninges à plein régime il ne fut que spectateur des paroles donné par un énième intervenant qui au premier abord ne payait pas de mine, pas un kopeck non il ne valait pas grand chose, mais son attitude si flegmatique cachait bien quelque chose, son regard était celui d'un homme d'un vrais, avec des roustons là où il le fallait. Et on pouvait dire bien grand chose sur les apparences, mais les yeux eux ne mentaient jamais. C'est cet homme qui approuvait quasiment toute les paroles que l'homme à la moustache avait prononcé comme un agneau s’abreuvant du petit lait, qui était le plus dangereux ici. Il fermait les yeux et pris une grande inspiration, quand une voix familière résonnait comme un lointain échos dans ses tympans.

Corne de bouc ! Tonnerre de Kaminari ! Bachibouzouk ! Mille milliard de mille sabord ! C'était bien lui, ce piteux ninja gardien qu'il avait rencontré un jour de mission de protection du Daymio, cet homme avec qui il avait commis une erreur que son père avait corrigé en lui infligeant des sévices corporels lui ayant laissé plus qu'une cicatrice sur le torse et la plante des pieds. Ce singe sans importance qui était le seul étranger jusqu'à aujourd'hui à connaître le prénom qu'il portait. Sarutobi Kenju, qui l'avait sans aucun doute reconnu vue la teneur des mots qu'il employait, son accent était exécrable et sa présence encore plus. Une embûche de plus sur les sentiers de la gloire, faisait-elle un cadavre de plus à cacher dans son armoire ? Ooburi intérieurement voulait rétorquer, insulter et le mettre minable, mais vu son poste à Konoha et l'importance qu'il avait aujourd'hui il reportait se malin plaisir à une fois. Les réponses allaient finalement être donnés à ses jeunes pousses tous. Mais avant ça ?! Se déposait comme une ortie en fin de vie, dont la sève n'était que pue et immondice, une jeune femme à la logorrhée prononcée accompagné d'Anbu des konohajins visiblement ce qui surpris Ooburi, elle apportait des informations et il écoutait ses paroles avec attention, cela lui donnait du temps supplémentaire pour contra-attaquer et surtout contre-carré les plans de ses rivaux d'ambitions ou plutôt de son rival du jour... Il allait donc agir de la sorte répondre en premier lieu à l’intervenante pour adoucir son image, faire preuve de violence ici était de mauvaise augure tant il avait monté le ton lors de sa précédente intervention. Au fond de lui il était frappé d'une honte quand il voyait la Kirijin agir de manière si stupide et à contrario du code du shinobi, il se disait également que Konoha n'était sans aucun doute pas le seul village à connaître un mal profond. Était-ce donc tout le Yuukan qu'il fallait soigner ? Des questions qui reviendraient sans doute dans un avenir proche. C'était donc contre ça... Que Konoha avait perdu ? La situation était bien plus urgente qu'il ne l'imaginait. Il était temps d'allier parole à l'acte. Il applaudissait brièvement pour tancer cyniquement :

«  Très bien, c'est donc la seule personne ici à avoir subie un contrôle... Avant qu'on puisse reprendre, n'y a-t-il pas ici dans l'assemblé générale, un Sunajin qui souhaiterait nous dire ce qu'il à mangé hier ? »

De l'humour cela lui donnait la sensation d'avoir à régurgiter des bouts de verres, mais c'était également tout la démonstration de la faible attention qu'il tenait face à ce genre de personne inutile. Le bal continuait et un autre énergumène celui qui avait des yeux de poissons morts et qui restait stoïque se mettait à cracher sa vérité, les suspicions d'Ooburi étaient fondées ; il était un déserteur qui avait fuit deux villages et s'était donc évadé de prison... Un homme qui d'après la philosophie Ooburi devrait mourir sans avoir la chance de pouvoir cligner de l’œil, mais... C'était également un Uchiwa qui plus est était vraisemblablement faible d'esprit. Autrement dit une arme modulable qui serait plus qu'utile à l'avenir. Il fallait chasser le clone mais récupérer l'hôte. La situation partie en volée, aux travers des morts causés par le conseil, de ceux qui avait pris en chasse la Kirijins et de l'autre homme dénommé Sengo aux réflexes biens aiguisés qui chassait le clone, il n'en fallut ni plus ni moins pour que la situation ne dégénère, c'était donc inutile de faire de grand discours ici. Un désavantage, pas le moindre du monde, comme Sarutobi l'avait signifié Konoha était un village ninja, et peu importe le prochain Hokage il le resterait. C'était temps pour l'homme à l'uniforme de passer à une étape de plus dans sa conquête. Il rivait son regard dans les yeux de son ancien collègue de parole avant de lui dire en lui montrant le grabuge.

«  Tu vois petit singe des campagnes, si Konoha a connu tant de revers depuis le départ de la Racine, c'est aussi à cause de ça un manque criard de sang froid, une discipline envolée et l'absence net de leader. On sait tout les deux que Konoha est dans un état lamentable et que cela doit cesser immédiatement c'est bien le deuxième point où nous sommes en accord aujourd'hui, d'ailleurs regardes comme ils l'ont été avec moi, en attendant de pouvoir vous donner à tous mes intentions dans le détail je vais regarder ce qui se trame là. »

Il était prêt à attaquer à nouveau.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8962-bingo-book-ooburi#66173
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La Course à l'échalote [RP OUVERT]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Course à l'échalote [RP OUVERT]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Le Partenariat est-il ouvert aux invités?
» A coeur ouvert => Pierrick !
» Chti't question CFK & vehicule ouvert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Hi no Kuni :: Konohagakure no Sato-
Sauter vers: