Partagez | 
 

 Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yao Yin
Rang A
Rang A
Yao Yin
Messages : 205

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Sam 20 Oct - 21:36

Un pas après l’autre, rapidement. La foulée du cyanosé s’allongeait, se rapprochant toujours plus du Pays des Nouilles. Il s’en allait, fuyait presque, du Pays du Feu, sa fille sur ses talons, toujours son attention portée sur elle, de peur qu’elle ne s’échappe de son emprise, de sa vie. Il l’avait retrouvée, volant des oranges à un marchand à Konoha, et l’avait prise à part pour lui expliquer de quoi il retournait, et ce qui allait se passer dans l’immédiat. Une chose qui ne lui plaisait pas évidemment, rester avec son père ne faisait que la faire grogner intérieurement et prévoir de vaines tentative d’assassinat pour regagner sa liberté.

Pour autant, cette attention forcée qu’il avait envers elle n’était pas malvenue de la part de l’homme, qui ne faisait que s’inquiéter de la vie de celle qu’il avait si longtemps délaissée, ignorant de son existence même avant qu’il ne la retrouve à Suna, vêtue de guenilles et de frusques sales et déambulant armée et prête à égorger le moindre imbécile qui irait s’approcher un peu trop. Ça ou lui broyer la trachée pour ce que ça importait. L’autre parti aurait de toute façon finit par terre, son dernier souffle rendu. Elle tenait de son père au fond, rien ne pourrait changer ça. De la violence, des réactions excessives, exacerbées par la situation familiale en un cocktail explosif de colère et de sang chaud.

Les forêts défilaient, la distance diminuait, le voyage passait. Aux arbres de Hi succédèrent la mer, un long voyage en bateau permettant d’éviter de traverser le désert de Kaze, un voyage dont sa fille aurait sans doute profité pour filer à l’anglaise, un couteau laissée entre les omoplates pour seuls remerciements, sans doute accompagné d’un crachat au visage. Et si le numajin était habitué à ne dormir que d’un oeil, il n’était qu’humain et avait ses limites, comme tout un chacun. Peut être un peu plus poussées que celles des autres humains, forgées par trente ans de combat pour la survie et de guerres, mais finalement toujours là, impossible à repousser tant qu’il était vivant, ce qu’il espérait bien rester le plus longtemps possible.

Non, ce qui l’inquiétait, obsédait son esprit durant ce trajet naval, c’était Murasaki. Evidemment, il s’inquiétait de son état. Aurait elle écouté ce qu’il lui avait dit ou aurait elle ressombrée dans de mauvaises pensées? Et évidemment… Le baiser, bien que très chaste, qui avait provoqué une ire compréhensible chez la jeune femme. Si les ustensiles qu’elle lui avait jeté au visage, ou plutôt au dos, n’avait guère causé de blessures, il avait largement compensé cela par sa propre confusion. Près de deux semaines plus tard, il était toujours incapable de répondre à la simple question du pourquoi de son acte, quand bien même il s’était interrogé dessus un certain nombre de fois. Elle souhaitait des explications? Il n’en avait pas à donner, ni à elle, ni à lui même, perdu dans ses propres pensées et ses émotions.

La seule chose à faire était de s’excuser, au moins pour ce geste qui était entièrement déplacé. La prendre dans ses bras avait déjà était une erreur en soi, quelque chose qui ne seyait pas à leur relation, si tant est qu’il pouvait nommer cela comme ça. Ils n’étaient au mieux que des connaissances, même s’il appréciait celle-ci et aurait aimé la connaître un peu mieux, ne serait-ce que pour pouvoir la soutenir. Elle avait un fort caractère, une certaine force et des valeurs, ce qui en faisait une femme bien à ses yeux, et rien n’était plus désolant pour lui que de la voir abattue, incapable de prendre une décision.

Descendu du navire, récupérant sa fille qui tentait de lui fausser compagnie en plongeant, l’Homme reprit la direction du ryokan. Il avait promis de revenir au plus vite, et au plus vite il reviendrait, car il n’avait qu’une parole. Une journée de marche forcée de plus, et il arrivait à l’endroit qu’il avait quitté deux semaines plus tôt, en fin de soirée. Pour un début de printemps, la soirée était fraîche, la nuit jeune et la lune pleine. Le mercenaire entra silencieusement, sa fille juste derrière lui, son regard meurtrier fixé dans son dos, comme durant quasiment toute la durée du voyage.

Ses pas le portèrent vers la seule zone du ryokan qu’il connaissait un tant soit peu, la partie privée, où il résidait par la grâce de l’intervention de la brune. Entrant dans les jardins, son regard survola l’endroit, tombant sur la jeune femme. L’homme s’arrêta, à la fois gêné et partiellement mal à l’aise. Il aurait aimé pouvoir installer Fang avec lui avant de voir la demoiselle, mais il n’avait jamais été particulièrement discret, et il lui paraissait évident qu’il était vu désormais. Soupirant, brièvement, il se redressa, deserrant le fourreau qui enserrait la lame des val’kys et le plaçant ostensiblement dans son sac. Il s’approcha de la brune, empli de rigueur avant de la saluer, sa fille posant un regard colérique sur la jeune femme, comme si celle-ci la menaçait rien que par son existence.

Murasaki.



Fang Yin:
Spoiler:
 

_________________

"Avec de gros pouvoirs ne viennent aucune responsabilité, juste un tas de bordel"
-Yao Yin, An 110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/f500-dossier-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Messages : 252

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Ven 26 Oct - 21:47



Udon no Kuni, Ryokan Mahika, printemps 121, deux semaines après Discordance en exil majeur

Durant ces deux semaines, Murasaki n'avait pas attenté à ses jours, enfin, pas vraiment, mais elle y avait songé après trois nuits blanches à cause de sa petite dernière. Fuyô était un bébé agité, loin des standards de l'éventail et sa grand-mère se montrait quelque peu méprisante à l'égard de la nouvelle métissée du clan, évitant soigneusement d'aider sa petite-fille avec le poupon.

Soupirant pendant un instant de répit dans les jardins, la brune agitait par réflexe le panier dans lequel s'était endormi la petite blonde après une énième crise. Ainsi était le dernier "présent" que lui avait fait le samourai. La kunoichi regarda l'enfant, songeuse. Elle s'était fait une raison quant à Soufuku, l'occultant de sa pensée jusqu'au jour où elle pourrait lui planter à son tour un kunai en plein cœur, sans que ses fils et sa fille ne se détournent d'elle.

Somnolant à moitié comme un vent frais se levait sur les jardins endormis. La Namikaze sentit une présence entre les parfums floraux, une odeur tranchant avec le reste du décor. Un dernier coup d'oeil à l'enfant, une main sur un kunai, la Jûdaime se dérida quelque peu en associant la présence à la silhouette du mercenaire. Yao était revenu et son regard s'étrécit, encore porteur d'une colère teintée d'appréhension face à son geste d'adieu.

Se relevant et coinçant son kunai dans l'élastique de son pantacourt, Murasaki détailla silencieusement le colosse, le laissant approcher tandis qu'elle se campait sur sa hanche, ferme sur ses appuis, les bras croisés sous sa poitrine. Son regard anthracite distingua une autre silhouette dans l'obscurité, petite, la taille de ses fils, arborant une mine presque aussi adorable que la sienne. La brune jaugea la nouvelle arrivante, le dédain répondant à l'agressivité avant de se tourner vers le mercenaire.

"Fang, je présume ? demanda-t-elle à Yao en pointant du menton la demoiselle.

Son ton était dur, agressif. La kunoichi subissait sa fatigue et ses traits tirés soulignaient la dureté de son visage.

- Tu as été long, Yao, je me suis dit que tu ne reviendrais plus.

Ne désirant pas s'éloigner du couffin derrière elle, Murasaki n'osait pas approcher. Elle avait peur pour le bébé. Peut-être le regard assassin de l'inconsciente derrière le numajin dérangeait-il son instinct maternel ?

- Mais peut-être manquais-tu de courage pour te justifier après ce que tu as fait ? Penses-tu que ta fille te protégera de moi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5922-annales-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5518-bingo-book-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/f413-dossier-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5270-murasaki-namikaze-kunoichi-en-mutation
Messages : 56

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Mer 31 Oct - 23:32

Un mois, sa faisait plus d'un mois que les choses avaient changé aussi bien dans le village que dans le reste du pays. Fallait dire aussi que on ne savait rien de la situation de la Judaime, ni même de l'état du village principale alors la tension était plus que palpable. Du moins, se fut ainsi jusqu’à ce que les choses avancent d'elles-même. En effet, la réunion n'avait servit quasiment à rien. On avait résumé les problèmes déjà évident et sans y réfléchir, on donne toujours des solutions trop simpliste ou extrême. A croire que personne n'est capable de réellement faire attention à tous ça. Donc pour résumer, personne n'avait écouté le shinobi à la chevelure argenté, après tout que pouvait faire un inconnu face aux clans fondateurs ? Même si il est le plus fort, rien ne pouvait affronter un clan entier seul, du moins pour le moment.

Hogosha n'avait donc même pas cherché à comprendre et avait quitté la salle qui ne faisait que parler d'élire un nouvel Hokage, sans doute une marionnette pour les plus orgueilleux. Cependant le voyage ne s'arrêtait pas là. En effet, le shinobi était bien décidé à savoir si Murasaki était toujours de ce monde ou non. Et pour ça, il n'avait malheureusement qu'une piste, la bâtisse qui devait normalement se trouver dans le pays des nouilles. Il partit alors seulement le jour suivant, prenant le temps de préparer son matériel pour le voyage, conserver son grand rouleau d'invocation et savoir comment prendre le moins de temps pour y aller.
Finalement, il n'eût point le temps de trop y penser que les bras de Morphée l'avaient déjà emmené. Le lendemain, il se vêtit alors de sa tenue habituelle composé de pièce d'équipement de junin ainsi que d'un long manteau couleur sang tombant jusqu'à ses pieds avant de serrer l'emblème du village à son bras. Aujourd'hui il serait peut-être vue comme un traître mais peu importe, il avait mieux à faire.

A peine éloigné du village, le shinobi usa de sa technique d'invocation pour faire apparaître un tigre d'1m90 à ses côtés répondant au nom de Meiyo. Celui-ci accepta le paquetage ainsi que son maître sur son dos sans trop de souci avant qu'une faible discussion ne s'enclenche entre les deux partenaires.

« Maître...pourquoi faite vous un voyage de ce genre ? Ca ne vous ressemble pas de quitter le village comme ça. »

« Je me fiche du village actuellement...un junin de plus ou de moins ne leur avancera à rien. Je pars à la recherche de Mura »

« La précédente Kage ? Je croyais qu'elle était morte aux vues des rumeurs dont vous m'avez parlé. A quoi cela sert de rechercher un fantôme alors. »

« Je sais au fond qu'elle n'est pas morte. Lorsque j'ai suivi mon instinct il ne m'a jamais trahi alors je compte bien continuer. »

Ainsi s'était terminé la discussion et que commença le trajet. Mine de rien, il semblait bien plus rapide que prévu. Quasiment deux semaines, à un ou deux jours près, ont dût être nécessaire au duo pour rejoindre le pays des nouilles mais cela avait été plus rapide qu'une simple marche d'une équipe shinobi lambda. En plus, Hogosha avait eut le temps un tant sois peu de se reposer avant d'arriver pour garder la totalité de ses sens en éveil pour la suite des événements. Une fois sur place, il sortit un vêtement aujourd'hui en lambeau avant de le faire sentir à son invocation quelques instants. Il n'avait guère d'autres moyens de trouver la possible trace de Mura dans les environs alors autant essayer.

La traque ne fut pas une mince affaire. Même si en sois le pays était petit, sa ne changeait rien à la difficulté de trouver quelqu'un malgré l'odorat développé d'un tigre. Pourtant, malgré toute attente, alors qu'Hogosha commençait à perdre espoir, une piste apparaissait peut à peut. Accélérant le rythme, la bête galopa comme pas possible vers là où il avait la piste alors que son maître s'accrochait bien à lui et son paquetage.
Ce n'est qu'au bout de quelques minutes que la bête s'arrêta brusquement, laissant voir au loin la bâtisse à travers les arbres. Un très faible sourire commençant à se former sur ses lèvres, celui-ci descendu du dos de Meiyo avant de commencer à marcher vers le bâtiment accompagné par sa « monture » portant son paquetage.
Une fois devant, il fit signe à son invocation de rester tranquille avant de se diriger vers l'entrée, néanmoins sur ses gardes, ne sachant pas à quoi il pouvait avoir affaire avant d'interpeller quelqu'un dans la maison.

« Est-ce qu'il y a quelqu'un ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yao Yin
Rang A
Rang A
Yao Yin
Messages : 205

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Lun 5 Nov - 16:52

Un accueil glacial s’il en était. Pas un bonjour, pas un sourire, pas même l’amabilité, la décence primaire d’être polie, mais le Numajin pouvait il en vouloir à la brune? Pas tellement, lui même n’étant pas friand de ce genre de comportement. A choisir, il préférait sans doute le caractère foncièrement rentre-dedans de Murasaki à celui d’une personne qui tournerait éternellement autour du pot sans jamais aborder le sujet. Son instinct voyait mouche au moins, son cerveau ne s’était pas ramolli et par dessus tout, sans doute le rayon de soleil qui illuminait la tête du cyanosé, elle paraissait avoir repris du poil de la bête, au moins mentalement. Son corps en revanche, ses cernes prouvait qu’elle avait quelques soucis de sommeil, sans aucun doute dûs au couffin derrière elle.

A ses dernières paroles, le regard de Fang se fît plus dur, oscillant entre la représentante des feuilles et le dos de son géniteur, empli de morgue et de mépris. Autant elle haïssait son paternel, ne le reconnaissant qu’à peine comme tel, autant l’idée même qu’il ne puisse être digne de sa mère qu’elle idolâtrait la répugnait au plus point, et que cette… femme, se permette de le dégrader ainsi lui était à la fois réjouissant et répugnant. Avait il vraiment besoin d’elle pour se protéger? Peu importait la réponse, elle n’en tirerait qu’un mélange d’irritation, de dégoût et d’une vague satisfaction, comme chaque chose qui touchait son père.

Un sourire mi-affectueux, mi-arrogant s’étira sur les lèvres du mercenaire à l’accueil pourtant frigide de la demoiselle, laissant tomber son sac à ses pieds avant de répondre amusé.

Fang en effet. Ton humour m’avait manqué Murasaki, crois tu réellement que j’ai besoin de quoi que ce soit pour me protéger de qui que ce soit? Que je manque de courage? Je pensais que tu me connaîtrais mieux que ça maintenant, mon estime de moi en prends un coup.

Il avait fini sa phrase légèrement rieur, armé d’une confiance en lui inébranlable. S’il avait suffit qu’une personne doute de ses capacités pour qu’il perde foi en lui, il aurait développé un complexe d'infériorité il y a bien longtemps déjà. Reprenant son sérieux, il donna à Fang la direction de sa chambre, lui enjoignant de déposer ses maigres effets dans celle-ci avant de revenir dans le jardin si elle le souhaitait. Un regard dédaigneux et quelque peu hostile lui répondît alors que la jeune fille s’absentait, persuadée que l’homme voulait lui cacher quelque chose. Celui-ci se rapprocha de la brune, l’invitant également à se rasseoir avant de se poser à côté de là où elle se situait encore quelques instants auparavant.

Je t’avais promis de revenir non? Et je tiens toujours mes promesses, sans aucune exception. J’ai pas beaucoup d’honneur ou de dignité, mais j’ai au moins ça.

Il laissa flotter le silence un instant, ignorant comment vraiment aborder le point sensible, comment répondre à ce qui avait été jeté presque comme une accusation sur un banc de tribunal et qui finalement n’en était peut être pas si éloigné. Il ouvrit la bouche un instant, la referma, se gratta la nuque avant d’entamer ce qui était peut être des excuses, ou du moins un vague justificatif, d’une voix hasardeuse.

Je…. sais pas comment dire, comment t’expliquer. J’suis désolé, c’était pas… Enfin, c’était… Hors limites. J’crois pouvoir dire sans me planter qu’on se connait pas assez pour que j’puisse me permettre de prendre ce genre de libertés mais… Je sais pas. C’est comme si une voix m’avait dit à l’oreille de le faire, j’avais l’impression que c’était… un pas, quelque chose, que c’était une étape, que tout pouvait être réparé, redevenir comme avant. C’était… égoïste en un sens, et je m’excuse pour ça. Mais… je crois pas regretter. Pendant un instant, j’ai eu l’impression d’être de retour à mes seize ans, le coeur qui bat à tout rompre…

Il resta silencieux, rien qu’un instant. Tout n’avait pas été dit sans doute, mais au final, c’était sans doute le plus gros, ou du moins le plus gros de ce qu’il pensait être vrai. D’autres idées étaient venues, qu’il avait repoussé en riant intérieurement. Au final, il espérait qu’elle pourrait se contenter d’une telle réponse, même s’il s’attendait en réalité à subir un interrogatoire en bonne et dûe forme.

_________________

"Avec de gros pouvoirs ne viennent aucune responsabilité, juste un tas de bordel"
-Yao Yin, An 110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/f500-dossier-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Messages : 252

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Ven 23 Nov - 18:46



En ce soir de printemps, les clients étaient, pour la plupart, tous attablés. Quand Takara perçut une voix à travers les panneaux de bois, elle s'excusa auprès de ses clients et se glissa subrepticement entre deux portes après un bref regard à la maîtresse des lieux.

" Bonsoir, noble voyageur, entonna l'hôtesse d'une voix chantante. Que puis-je faire pour vous ?

Ses yeux gris, tirant sur le bleu des mers séparant Konoha et Kiri, étaient charmants, rieurs, étudiant sans en avoir l'air l'homme qui lui faisait face. Takara Uchiha n'était pas n'importe quelle employée ici, une certaine noblesse se dégageait de ses traits, de son maintien, le tout souligné par une mise tout à fait à son avantage. La belle portait un kimono clair dont les manches dévoilaient ses bras jusqu'à son coude. Le tissu était fin, travaillé, dans les tons bleus clairs rehaussés d'or alors que sa peau de porcelaine se fondait avec le col d'albâtre.

- Si vous voulez bien me suivre, monsieur, vous serez plus à l'aise à l'intérieur. "

Takara tourna le dos au shinobi dans une pirouette savamment travaillée, le laissant à loisir observer des courbes qu'elle savait fort appréciées. Ainsi, la dame cachait l'air pensif que dévoilait son faible sourire ; elle avait vu l'insigne de Konoha au bras du shinobi et son invitation n'avait rien d'innocente... Il fallait que cet homme restât sous ses yeux ou il risquait de trouver Murasaki dans les environs.

Des yeux sombres croisèrent les siens et un hochement de tête agita le chignon d'ébène de la guide d'Hogosha. Un jeune homme posa le contenu de son plateau à une table voisine et disparut entre les murs.

***

Murasaki ne riait pas. Bras croisés sur sa brassière, regard dur posé sur l'ex-mercenaire, elle attendit qu'il daignât répondre à sa question. Il congédia Fang et l'exilée laissa ses iris se perdre sur le dos de la petite brune. Inconsciemment, cette gamine lui rappelait que ses fils étaient loin, qu'ils pensaient peut-être leur mère morte et qu'elle n'avait pour l'instant rien fait pour affronter cette réalité. Comme il était plus simple de frapper autrui que de remédier à ses propres faiblesses, un soupir long annonça le début des festivités pour Yao.

La kunoichi se rapprocha, doucement, sans se départir d'une colère grondante dans son regard alors qu'elle laissait le numajin se dépatouiller avec ses mots comme une mouche sur de la colle. Pensait-il la convaincre aussi facilement ? Elle, avec son sommeil en retard, sa solitude, ses hormones, n'avait pas envie de pardonner ou même passer l'éponge. Pourtant, il fallut bien trouver quelque chose à dire lorsqu'elle se campa devant le colosse, levant la tête pour rencontrer ses yeux et n'y voir...rien, nul jeu, nulle moquerie...

" Les adolescents ne font pas plus de deux mètres de haut, Yao, il serait temps de retrouver ta place.

Sa voix, acerbe, comme lorsqu'elle commandait, mais...l’œil qu'elle jetait par-dessus son épaule pour surveiller le poupon miraculeusement endormi trahissait un changement d'interprétation pour elle.

- J'obtiendrai réparation, déclara-t-elle. Tu t'excuses peut-être, mais ce n'est pas mon cas et si tes petites voix te soufflent d'autres idioties du genre, je te prierai de bien vouloir te crever les tympans, asséna l'ex-Dame qui n'avait peut-être pas perdu toute sa superbe.

Dans son agressivité, elle s'était approchée de Yao, flirtant sur un terrain dangereux comme elle pénétrait la garde du numajin et empiétait sur l'espace vital propre à chacun.

- Quelque chose à ajouter pour ta défense ? insista Murasaki. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5922-annales-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5518-bingo-book-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/f413-dossier-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5270-murasaki-namikaze-kunoichi-en-mutation
Messages : 56

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Sam 24 Nov - 23:45

Hé bien, au moins on pouvait dire que ce voyage n'était pas un minimum inutile. Après tout cela faisait 2 semaines que le konohajin voyageait et alors qu'il croyait tout espoir perdu, il avait enfin une piste. Cependant, l'enthousiasme se transforma vite en insulte envers sa propre personne. Il en avait oublié même le principe d'un shinobi à cause de sa précipitation, une précipitation qu'il n'a jamais connu auparavant. Il faudrait tirer ça au clair le plus tôt possible bien que le mal sois déjà fait.
En effet, il avait fait quelque peu irruption devant la bâtisse, accompagné de sa fidèle et surprenante monture qui ne passerait évidement pas inaperçu si la kunoichi qu'il cherchait se trouvait ici. Il se pourrait même qu'il y aie confusion, après tout, ce pacte qu'il transporte avec lui appartient aux Hyûga à l'origine. Mais bon, plus le temps d'y réfléchir. A peine essaya t'il d'interpeller quelqu'un dans la bâtisse, qu'une jeune femme en sortie. Mais pas n'importe laquelle. Il est vrai que beaucoup d'homme baverait sur le physique de celle-ci mais aux yeux du shinobi à la chevelure à mi-chemin entre l'argent et le blanc pur, quelque chose clochait. Sa posture, son regard, son sourire presque trop...sympathique envers un étranger...il ne serait pas étonné que celle-ci cache quelques chose sur elle-même ou simplement dans l'établissement. Il fallait faire attention à chaque personne à l'intérieur et ce pour de bon.

Lorsqu'elle l'invita à entrer dans l'auberge, Hogosha n'eu d'autre choix que de jouer le jeu, conscient qu'il serait sûrement surveillé si ses suppositions se révélaient exacte. Il vint alors prendre ses affaires sur le dos de son invocation laissant la jeune femme entrer, profitant de l'instant pour donner une instruction précise à Meiyo que sans doute seul lui pouvait entendre.

« cherche autour du bâtiment...reste discret quand même... et surtout si tu vois quoi que se soit de suspect ou qui titille ton odorat par rapport à celle de Murasaki, viens m'en faire part lorsque je serai isolé ou que je quitte l'auberge... »

« Vos désirs sont des ordres maître. »


Suite à ça, Hogosha se dirigea avec son paquetage vers l'auberge alors que le tigre se dirigea vers la forêt comme pour simplement repartir. Lorsque enfin l'habitant du village du pays du feu entra dans le bâtiment en refermant derrière lui, l'invocation commença alors son travail, faisant le tour de la bâtisse, caché dans le feuillage tout en se servant de son flair pour vérifier que la « cible » se trouvait exactement là.
De son côté, le maître de l'invocation vint s'asseoir à une table laissé quelque peu libre au sein de la salle, attendant que l'on vienne donc le servir comme n'importe quel autre, maintenant son paquetage à proximité avant de se mettre d'un air pensif, réfléchissant à ce qu'il aurait bien put arriver au village à son retour. Faut dire que vu le nouvel Hokage...c'était pas gagné, sans compter les conflits constants des clans qui ne pouvaient que ralentir le projet. Mais bon, ce n'était pas l'objectif principale et Hogosha se contenta juste de se « fondre » dans la masse, comme s'il n'était que de passage afin de ne pas attirer forcément tous les regards.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yao Yin
Rang A
Rang A
Yao Yin
Messages : 205

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Dim 25 Nov - 16:03

Le mercenaire avait gardé le regard dans le vide durant sa tirade, sa confession presque, comme s’il se perdait, cherchait ses mots au plus profond de lui même. Il n’avait jamais été très doué avec eux, il était un homme d’action dans le fond, plus enclin à communiquer à coups de poings et de tête lors d’une guerre que lors d’une conversation intellectuelle qu’il ne comprendrait sans doute pas de toute manière. Il n’était pas sûr de les avoir choisis correctement, de les avoir élus de la bonne manière, mais c’était tout ce qu’il pouvait dire au final, et il espérait que ceux-ci convaincraient la brune.

Un espoir vite déçu lorsqu’elle lui rappela son état d’un ton acide, presque virulent. Un adolescent oui, c’était peut être ça qu’il était resté au fond de lui. Un grand gamin qui refusait de grandir et qui persistait à croire que sa force résoudrait tout les problèmes. En un sens, c’était peut être pour ça qu’il était devenu mercenaire, pour ça qu’il avait cherché à éradiquer sa famille, pour ça qu’il ne savait pas communiquer. Parce qu’au final, si la force sert à bien des choses, elle n’aide pas à se rapprocher des gens, à les comprendre ou simplement à leur parler. Pourtant, alors qu’il baissait les yeux, en partie de honte et en partie de réalisation de la futilité de son comportement jusque là, il croisa son regard, fier et empli de… confiance? Sans doute pas. Sans doute peut être plus de réalisation, qu’il était honnête, qu’il ne cherchait pas à lui cacher quoi que ce soit, qu’il ne cherchait pas à se cacher lui même et ses opinions. Il n’était plus en mission, il n’était même plus mercenaire, pourquoi continuer de mentir de toute manière?

Elle continua sa diatribe aggressive, approchant d’un pas, puis d’un autre, jusqu’à être quasiment collée à lui, bien trop proches pour un protocole qui ne faisait que vaciller à chaque fois qu’ils étaient réunis, comme s’ils s’acharnaient inconsciemment à mettre à mal les convenances. Pourtant… Réparation? Qu’elle ne s’excuse pas était une chose, il était celui qui était en tort, mais l’inviter à se crever les tympans? Lui dire de ne pas recommencer aurait suffit. La colère couvait, il l’appréciait effectivement, mais il avait toujours été un homme à fort caractère, et marcher sur sa fierté ainsi était une chose à ne pas faire. Il se contenait cependant, sachant pertinemment que créer un conflit ici et maintenant était une grave erreur, autant pour lui que pour elle. Mais… sa défense? Elle insistait, le traitait presque en criminel, en monstre qu’il était nécessaire de juger voire d’abattre, et c’en était trop pour l’homme. Sa main se leva, se glissant entre leur deux corps, avant qu’un index ne s’appuie précisément au creux de la gorge de la brune, reposant sur la clavicule, son visage s’approchant très dangereusement, le nez quasiment collé au sien, une voix dans laquelle sa colère encore gérable se faisait sentir.

Ne pousse pas trop Murasaki. Je t’apprécie, c’est un fait. Je ne souhaite pas créer de conflit avec toi, c’est vrai également. Je l’ai dit, j’ai pas beaucoup d’honneur ou de fierté, mais il y a quand même une ligne à ne pas dépasser. Si je dois “retrouver ma place” comme tu le dis si bien, il serait bon également que tu saches quelle limite ne pas franchir si tu ne veux pas me voir enrager et faire de moi ton ennemi mortel, une bien mauvaise idée si je peux me permettre.

Je me suis excusé, que tu me pardonnes ou pas n’est plus de mon ressort, mais ne crois pas que tu puisses faire tout ce que tu veux sans que je ne réponde, surtout quand tu me traites comme un criminel.


Les yeux dans les yeux, le mercenaire finit par détacher son visage de celui de Murasaki, détaillant du regard celui-ci. Nez fin, moue dédaigneuse, presque arrogante, yeux anthracites dont la taille était rendue presque infime à côté de ses cernes… Des cernes creusées, de toute évidence présentes depuis un long moment et qui n’avait jamais eu l’occasion de disparaître depuis qu’elles étaient apparues. Sa colère disparût dans un souffle alors qu’il fermait les yeux. Elle était exténuée, il aurait dû s’en rendre compte plus tôt. Son poste à Konoha l’avait vraisemblablement tenue éveillée bien plus qu’il n’était bon pour son corps, et les derniers événements, enfant compris, n’avait certainement pas arrangés les choses.

Tu es crevée, tu devrais aller te reposer au moins quelques instants, profiter que ta fille dort. Je veillerais sur elle, à moins que tu n’ai peur que je lui fasse quoi que ce soit?

Ses derniers mots se révélaient légèrement sarcastiques, cherchant de toute évidence à désamorcer le conflit, ou plutôt alléger partiellement l’ambiance quasi lourde qui risquait de peser après ce qui pouvait sans aucun mal passer pour une menace, qui en était une en vérité. Continuer sur cette lancée était une mauvaise idée, pour eux comme pour le nourrisson endormi, mais il faudrait bien qu’ils se parlent à coeur ouvert un jour ou l’autre, quitte à ce que ça finisse mal. Mais aujourd’hui, ce n’était peut être pas le meilleur jour, ou du moins le meilleur moment.

_________________

"Avec de gros pouvoirs ne viennent aucune responsabilité, juste un tas de bordel"
-Yao Yin, An 110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/f500-dossier-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Messages : 252

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Mer 9 Jan - 23:40

Proches, trop proches. Son nez frémissait des effluves qu'il percevait et la brune se crispait pour soutenir le regard du colosse. Ses sourcils se froncèrent, ses mâchoires se contractèrent. S'il en était un qui méritait de pointer le doigt sur l'autre, c'était elle et son regard d'orage se teinta de carmin dès lors qu'il fit peser son index sur son cou. Aller, il n'en ferait rien ! Il aboyait, mais ne la mordait jamais...combien de fois avait-il eu l'occasion de lui briser la nuque ? Tsss. Elle inspira, il se calma, elle prit sur elle... Combien de temps avant que ces conversations n'explosassent ? Un regard en arrière alors qu'il proposait de garder son enfant, puis elle repoussa la requête du mercenaire d'un mouvement de tête.

« Je n'ai pas peur de ce que tu pourrais lui faire, Yao... Ce dont j'ai peur, c'est que son père vienne la chercher pendant que je ne serais pas là pour la veiller, reconnut l'ex-hokage en se dirigeant vers le couffin.

Le géniteur de la petite brillait par son absence, c'était un fait. L'agressivité qu'elle portait dans sa voix en parlant de lui trahissait les sentiments contradictoires que la Namikaze pouvait nourrir à son égard. Pourtant, espérait-elle son retour dans leur vie ? Fuyô semblait avoir un avis tranché sur la question et commença à geindre dès lors que sa mère commença à tempêter. Murasaki prit dans ses bras la petite chose blonde et la berça doucement en tournant son visage vers Yao.

- S'il me la prenait, je pense que plus rien ne pourrait me retenir, déclara-t-elle d'une voix grave.

Oui, la retenir... Murasaki n'était pas femme désespérée, mais plutôt prisonnière d'un carcan de raison encore trop ténu pour libérer cette force inconséquente sommeillant en elle. Petit à petit, ses chaînes sautaient, une à une, malgré toutes les entraves que la kunoichi pouvait raisonnablement tisser sur sa route, à commencer par ce lieu de réclusion. Fuyô se calmait, hoquetant doucement sur l'épaule maternelle alors que la brune s'était complètement tournée vers Yao. Elle n'imaginait pas ce qu'il pouvait se dire, mais elle pensait sérieusement que le numajin n'était pas de taille face à Soufuku... Dans l'hypothèse même infime qu'il osât à nouveau se tenir un jour devant elle.

Sous la fatigue, et la colère consumant son peu d'énergie, la kunoichi chancela légèrement. Ses yeux reprenaient une teinte grisâtre, le monde tangant autour d'elle et ses mains se resserrant sur le poupon entre ses bras. Peut-être trop brutale, le bébé se mit aussitôt à hurler et sa mère en désespéra d'avance, lançant un regard suppliant au cyanosé.

- Murasaki-sama, lança doucement une jeune voix masculine en approchant des deux adultes.

Il était visiblement méfiant vis-à-vis du mercenaire qu'il contourna sans chercher à le cacher.

- Un shinobi de Konoha s'est présenté au Ryokan : un homme avec des cheveux blancs et un tigre. Takara s'occupe de lui à l'intérieur, présenta-t-il.

Murasaki le fixa, regardant un instant à travers ce presque adolescent alors que sa fille se débattait en pleurant. Un shinobi avec un tigre ? Si un Hyûga se présentait ici, ce n'était même pas la peine de songer à se cacher, mais de là à le supprimer manu militari...

- Tais-toi, Fuyô, implora la jeune mère à son incontrôlable progéniture. Rentrons, Yao, intima-t-elle en prenant la direction de ses quartiers. Heichi, retourne à ton service, je veux que Takara me rejoigne au plus vite.

Il ne se fit pas prier et partit comme il était venu. Murasaki porta alors son regard sur Yao. Après leur « conversation cordiale », elle doutait d'une chose, mais elle l'occulta rapidement comme la petite se calmait au fil de leurs pas.

- J'espère que c'est un pur hasard et non pas Konoha qui s'inquiète de notre survie, partagea-t-elle à voix basse.

Elle hésitait quant au choix à faire...mais maintenant que les murs la cachaient quelque peu, l'exilée sentait comme l'envie de se laisser glisser le long des parois lisses pour se reposer quelques instants... Elle était lasse et il lui coûtait d'admettre que l'andouille de deux mètres de haut à ses côtés avait raison.

- La description qu'a fait Heichi ne m'évoque aucun de mes hommes, expliqua l'ancienne dirigeante maintenant qu'ils retrouvaient une certaine intimité. Mais le clan associé au tigre est normalement celui capable de voir à travers les murs, n'est-ce pas étrange qu'il se soit pris la peine d'entrer et ne nous ait pas encore repéré ? Quelque chose me dérange dans cette histoire, reconnut-elle après un instant de réflexion. N'es-tu pas d'accord ? »

Pour Hogosha:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5922-annales-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5518-bingo-book-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/f413-dossier-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5270-murasaki-namikaze-kunoichi-en-mutation
Messages : 56

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Dim 13 Jan - 12:52

Cela ne faisait que quelques minutes que le konohajin était assie à cette table entouré de bien d'autres clients. Pourtant il croyait que sa faisait des heures que l'on le surveillait. Une si grande surveillance, notamment sur lui, sa peut cacher énormément de chose. Peut-être un gang ou alors peut-être cherchent-ils à protéger un fugitif...les possibilités sont nombreuses et se faire surveiller en permanence ne lui permettait rien. Laissant son paquetage quelques instants pour aller à ce qui semble être des toilettes, il profita de ce faible instant de solitude pour se créer un clone qui repartit à sa place quelques minutes plus tard pour que l'illusion sois parfaite. Dans le même temps, il prit l'apparence d'un des clients pour également se cacher. Ainsi, tous le monde n'y verra que du feu, cependant si quelqu'un est capable de déceler le vrai du faux, alors sa peut confirmer énormément de soupçon.

Alors que le « plan » se déroulait comme prévu et que le clone attirait de nouveau l'oeil, le shinobi se cacha légèrement de la foule avant d'écouter ce qui se tramait. Du moins se fut ainsi jusqu'à entendre les hurlements d'un bébé. A la base il aurait juste put se dire que c'était normal dans une auberge mais pourtant il n'en fut rien, au contraire, ces hurlements et ces pleurs l'attirait plus qu'autre chose...après tout Murasaki était enceinte lors de l'affrontement avec Kami donc…
Bref, ce n'est que lorsque la jeune femme qu'il l'avait accueilli marcha à plus vite allure dans l'un des couloirs que Hogosha se glissa discrètement parmi la foule pour la suivre dans les couloirs avec le plus de discrétion possible.

Les hurlements se faisaient de plus en plus fort, la jeune femme semblait pressé dans ses déplacements comme si quelque chose de grave était arrivé. Plus le shinobi aux cheveux argentés avançait et plus son coeur battait fort, espérant trouver ce qu'il cherchait depuis un peu plus de 2 semaines. Finalement, lorsque la Takara ouvrit une porte coulissante, Hogosha se cacha rapidement où il put qu'il s'agisse d'ombre ou d'une autre pièce. Cependant lorsqu'il jetta un œil furtif à ce qui se trouvait à l'intérieur, il vit une enfant en train de pleurer ainsi que Murasaki assise contre le mur juste à côté ainsi que le géant mercenaire Yao qui se trouvait à ses côtés. Joie, tristesse ou colère...tous se mélangeait en lui. La joie de la revoir et que son enfant aille bien, la tristesse de la voir dans cet état et de rien avoir put faire lors des combats, colère de voir ce sale mercenaire la fréquenter autant alors qu'à Konoha il semblait aider Kami. Autant de chose qui bousculait son mental avant qu'il ne reprenne un peu ses esprits avant de finalement sortir de sa cachette.

Il se trouvait maintenant dans l'encadrement de la porte. Certe son apparence pouvait troubler étant donné qu'il ressemblait à un parfait inconnu, mais il n'avait plus aucune raison. Il fit alors disparaître son camouflage lui rendant sa veste rouge sang ainsi que ses yeux saphir en plus de ses cheveux argenté quelques peu souffler par la brise. En plus avec le  bandeau de konoha à son bras, Mura pouvait immédiatement le reconnaître. Cependant il se pourrait bien qu'avec son état elle mette quelques seconde pour comprendre.

« Namikaze-sama...je veux dire...Mura, je t'ai enfin trouvé. »

Disait il avant de s'agenouiller. Putain quel con, il était tellement habitué à la voir en tant que modèle ou Hokage, qu'il ne sais même plus quoi dire maintenant que c'est du privé. Même dans sa tête tout semblait confu comme sentiment mais il finit cependant par se relever avant de faire un regard à la fois froid et noir envers le mercenaire, n'oubliant pas ce qu'il avait vu à Konoha.
Il reporta ensuite son regard sur l'enfant et son « amie » ? Qui sais...dans tous les cas, il se rapprocha légèrement avant d'observer son état complètement épuisé. Sans doute à cause de la crainte que quelqu'un vienne pour l'éliminer elle et l'enfant.

« Désolé si j'ai fait éruption dans ce lieu...sache juste que je suis ici de mon propre chef, le village n'a rien à voir avec ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yao Yin
Rang A
Rang A
Yao Yin
Messages : 205

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Mar 12 Fév - 13:31

Peur de perdre l’enfant, au profit du père. L’homme était il si terrifiant, ou simplement si indigne de confiance, ou bien Murasaki elle même aimait elle tant sa fille? De ce que le Yin en avait vu, bien qu’elle en était relativement proche, elle était loin de l’adoration fusionnelle qui aurait pu justifier ce genre de commentaires. Le problème relevait donc du géniteur, un point d’interrogation sur la situation, un parmi d‘autres au fond. L’ancien mercenaire ne s’y intéressait pas tellement, il avait appris au fil des années à ne pas poser de questions, si Murasaki souhaitait un jour lui en parler, elle le ferait sans doute d’elle même. A bien y penser, au vu du caractère de la demoiselle, elle ne le ferait sans doute pas à moins d’être confronté directement au problème, elle même ayant le même trait de cacher les choses que le Yin. Elle était finalement apeurée, tout simplement, une peur qui nourrissait un stress, augmenté par l’infant dont il fallait s’occuper.

S’il est capable de te faire peur, je peux accepter qu’il n’est pas n’importe qui, mais tu me sous-estimes Murasaki. Je t’ai promis de rester à tes côtés, et quand je fais une promesse, j’ai tendance à la respecter, jusqu’au bout. C’est la seule, l’unique et la dernière marque de ma dignité. Si tu ne souhaites pas voir son père, tu peux être certaine qu’il n’atteindra jamais Fuyô vivant. J’y veillerais.

Sur cette déclaration presque embarrassante, l’un des employés entra dans le jardin intérieur, porteur d’un message de mauvais augure. Un shinobi, ici? Le cyanosé se dirigea droit vers son sac pour en tirer sa lame. S’il aurait à s’en servir était encore inconnu, mais être préparé était une règle d’or pour un soldat sans armée. Alors que ses pensées tournait sur les possibilités d’élimination ou de potentielle soumission puis immobilisation de l’intrus, la voix de Murasaki s’infiltra dans ses oreilles, comme si elle avait parlée dans un souffle, à moins qu’il ne se soit lui même isolé de ses sens, sonnant comme une solution simple qu’il avait pourtant ommise. Pourquoi abattre une personne si on peut tout simplement l’ignorer? Hochant la tête, il attrapa son sac avant de se diriger vers la brune, qui s’inquiétait de la raison de la présence du konohajin.

J’aurais aimé pouvoir dire que Konoha devrait s’inquiéter de sa survie s’ils t’embête, mais je crois bien que c’est un trop gros morceau, même pour moi.

L’oeil riant, le sourire aux lèvres, la blague était évidemment faite pour tenter de détendre l’ancienne shinobi. Il n’était pas utile de stresser ou de partir dans des conjectures lointaines pour le moment, ils auraient tout le temps de le faire une fois la menace passée.

Si les tigres sont associés aux… Hyûga, c’est ça? Je vois plusieurs possibilités. Soit c’est un branquignole, même si ça m’étonnerait, soit c’est une coïncidence, ce qui explique qu’il ne nous ai pas repérés, soit c’est un escroc qui a contracté un tigre sans faire partie du clan. Dans le dernier cas… Je ne sais pas. Ça peut tout et rien dire, il peut aussi bien nous chercher que simplement vouloir une chambre pour la nuit. Dans le doute, il vaut mieux faire attention.

Une odeur fit frémir le nez sensible du colosse, une odeur étrangère qui venait de s’immiscer dans les environs, sans qu’il la reconnaisse. Il fronça les sourcils avant de se tourner vers la source de celle-ci, qui finit par se révéler être un homme complètement inconnu au bataillon, jusqu’à ce qu’il change d’apparence et prenne le physique d’un type que le Yin avait déjà vu par le passé. Où? Quand? Impossible de s’en rappeler, mais le bandeau était clair, il s’agissait d’un gus de Konoha. Un souffle s’écoula avant que le mercenaire ne lâche son sac et s’élance à une vitesse fulgurante, proche du ridicule, vers l’homme, sa main dirigée vers l’avant-bras droit de sa future victime, qui venait tout juste d’entamer une phrase dont l’importance se perdait dans le vent.

Esquiver? Une tâche insurmontable pour le blanc-bec pris par surprise face à une force de la nature. Il finirait au sol rapidement, et une fois maîtrisé il pourrait éventuellement parler.

Technique utilisée:
Spoiler:
 

Pour Hogosha: Tu m'as pas laissé le temps de réagir, donc je suis obligé de cut l'action à la première phrase. Pas de regard noir et pas le temps de prévenir Mura que tu es là par toi même pour le moment. Rien ne t'empêche de le faire au prochain tour cependant.

_________________

"Avec de gros pouvoirs ne viennent aucune responsabilité, juste un tas de bordel"
-Yao Yin, An 110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6913-bingo-book-de-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/f500-dossier-yao-yin http://sns-rp.forumgratuit.org/t6912-yao-yin-la-rage-des-marais
Messages : 252

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D

MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   Lun 25 Fév - 0:29

Pour l'instant, Yao avait raison. Konoha représentait un trop gros morceau et Murasaki laissa un sourire pensif planer sur ses lèvres en repensant à une autre de leurs conversation. Fuyô se calmait, Murasaki aussi au fil des mots du Numajin. Oui, peut-être était-elle trop sur la défensive...mais...elle n'était pas morte et craignait que Konoha ne le découvrît...

Takara arriva au-devant de l'étrange trio et salua les adultes d'un signe de tête. Impeccable dans son kimono d'apparat, les cheveux autrefois d'un noir d'encre de l'Uchiha étaient dressés en un chignon des plus traditionnels, le genre de ceux que Murasaki avait abandonné avec sa tignasse coupée aux épaule. Un regard sévère de l'aînée sur sa cadette fit comprendre à la Namikaze que sa mise n'avait pas sa place en ces lieux, mais l'exilée était ici chez elle et privilégiée.

« On entend la petite depuis l'entrée des visiteurs, commença-t-elle sur un ton réprobateur.

Un regard de sa nièce et un geste d'agacement suffirent à mettre fin au sermon. Takara était respectée ici, mais elle n'était pas née dans la bonne lignée pour accéder à l'héritage de la métissée et un rapport de force purement hiérarchique prenait le pas sur le droit d'aînesse traditionnel.

- Le Konohajin, vous l'avez marqué ?

Un processus que Yao ne pouvait pas connaître. Murasaki lui glissa un regard. Elle lui expliquerait plus tard. Le pauvre homme ne pouvait qu'assister aux réminiscences du passé de l'ex-Dame du Feu. Autoritaire, exhaustive, pour elle, pour sa fille, pour lui, pour tout, elle ne voulait pas perdre de temps. Takara n'eut pas le loisir de répondre, ledit Konohajin sortit de l'ombre et dévoila sa blanche chevelure à la lumière mourante. Il la reconnut avant qu'elle n'en ait fait de même et ce simple fait déclencha les foudres du mercenaire. Yao partit au quart de tour et les iris de la Jûdaime virèrent au carmin pour disséquer les mouvements des deux hommes.

- Ne le tue pas ! ordonna Murasaki en un réflexe moins émotif qu'on ne pouvait le penser.

La brune avait reconnu le shinobi Hogosha Hitobito. Si les deux ex-collègues avaient pu bien s'entendre, Murasaki lui ayant sauvé la vie en guise de présentation, la kunoichi souhaitait surtout pouvoir interroger son ancien subordonné...et un cadavre ne lui était pas de grande utilité pour cela.

- Takara ! »

Un regard entre les deux femmes suffit et sa tante disparut entre les panneaux de bois. Murasaki, elle, serra sa fille et observa le choc qui allait se jouer sous ses yeux. Étrangement, elle pressentait une issue à ce combat, une issue qui la rendait sereine.
NB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5922-annales-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5518-bingo-book-de-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/f413-dossier-murasaki-namikaze http://sns-rp.forumgratuit.org/t5270-murasaki-namikaze-kunoichi-en-mutation
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faire un pas vers l'autre [PV Hogosha et Murasaki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pas vers l'autre monde
» Et je m'envole vers d'autres cieux !
» Lire c'est s'évader du réel. (Rose & Greg)
» Le Règlement des Personnages Spéciaux
» LES CENOTES, PORTES VERS L'AUTRE MONDE...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Autres Pays :: Reste du monde-
Sauter vers: