Le Deal du moment : -38%
Huawei P30 Smartphone
Voir le deal
402 €

Partagez
 

 Premier contact [Zero]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

Premier contact [Zero] Empty
MessageSujet: Premier contact [Zero]   Premier contact [Zero] EmptyLun 27 Jan - 17:32

Le vent souffle, murmure. Comme s'il remplissait les vies de ses sanglots monotones, il parcourait inlassablement les landes de verdure qui s'offraient à lui. Dis moi, zéphyr de mes rêves, que m'apportes-tu aujourd'hui si ce n'est l'envie de te suivre le long de tes péripéties ? Un désir ardent enflammait le cœur de la belle, le désir de pouvoir crocheter cette cage d'ébène dans laquelle on l'avait inexorablement placée. Affublée contre son gré de cette tenue aux nuages de sang, cette même qu'elle avait pris la peine d'ouvrir afin d'offrir une intimité toute particulière à l'alizé vagabondant sur le monde shinobi, elle se languissait en consultant quelques écrits de fuinjutsu.

« Master, votre concentration se dissipe et atteint un seuil critique de 40% »

Amaya tourna machinalement sa tête vers l'horizon à la recherche d'un éventuel individu qui aurait l'audace de s'en retourner parmi ces lieux. Rien ni personne n'eut cependant à s'offrir à son regard, laissant dès lors seuls les échos de quelques sifflements parvenir à ses oreilles. Alors seulement elle se rappela de son excentricité la plus farfelue qui soit, contrainte dès lors de sacrifier jusqu'à ses plus tendres moments d'intimité au profit d'une protection supplémentaire. Mais les petites briques formant les murailles invincibles, c'était un sacrifice offert à elle-même qui s'avérait être nécessaire. Survivre n'était plus un choix, cela était devenu une façon de vivre, la forçant à toujours plus redoubler de méfiance et à se barricader dans une forteresse de solitude où nul ne pourrait la faire chuter...

Pour ce faire, la belle cherchait à toujours plus apprendre de techniques, non pas parce que le savoir sonnait à ses oreilles comme un exutoire de sa paranoïa, mais bien parce que c'était un moyen de faire face à l'oppresseur. Mais même si les signes et les explications possédaient un sens à son esprit, ce n'était jamais assez rapide. Elle avait perdu goût au dur labeur et à l'intense satisfaction de voir ses efforts récompensés par les prémices d'un éventail technique prometteur. Désormais elle devait faire face seule à des difficultés anodines, simple maîtresse de son destin sinueux jonché des pires guet-apens qu'on pouvait lui offrir. Apprendre ces symboles n'était pas synonyme de déboires, les mettre en pratique relevait d'une simplicité enfantine au vu de ses capacités en la matière, et pourtant elle ne pouvait s'empêcher de se morfondre sur ce parchemin.

La yakuza à la chevelure de feu tâcha alors de se relever, époussetant son habit d'un geste nonchalant alors qu'elle se rapprochait du bord de la falaise qui lui offrait une sublime vue sur l'en-dessous. Dès lors, elle roula le palimpseste de ses quelques notes, ayant assimilé les bases de la chose sans trop de difficultés, puis commença à gratter d'un crayon quelques symboles sur une feuille vierge, commençant à mettre en pratique ses récents acquis afin de prévoir une utilisation ultérieure plus proche qu'elle ne l'aurait espérer. Cependant, elle se sentie bien vite mise sous pression alors qu'elle ressentait une présence suffisamment proche d'elle pour se voir inquiétée. En effet, si elle n'avait pu le sentir plus tôt cela signifiait qu'il devait disposer d'un niveau suffisamment bon pour pouvoir lui tenir tête. Ne restait plus qu'à s'enquérir de ses desiderata. Sur la défensive, Amaya pointa alors son arme en direction du sinistre individu, prête à faire feu dans le cas où ce dernier se montrerait plus patibulaire qu'il ne l'était déjà.

« Master, je constate une augmentation de 63% de votre rythme cardiaque, il vous est conseillé de cesser toute activité contraignante »


Pour toute réponse, la belle se contenta d'un rapide soupir tandis que de son autre main elle venait fourrer une paire de billes dans sa bouche, croquant sans parcimonie dans ces dernières sans quitter du regard le quidam qu'elle tenait en joug. Alors seulement elle lança la discussion, toujours aussi désireuse de savoir la présence d'une personne autre qu'elle en ces lieux reculés.

–La moindre des choses quand on s'invite dans la sphère privée d'une personne, c'est de prévenir pour ne pas finir cribler de plomb. Donne moi une seule bonne raison de ne pas punir ton impudence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Premier contact [Zero] Empty
MessageSujet: Re: Premier contact [Zero]   Premier contact [Zero] EmptyJeu 30 Jan - 14:10

Mes informateurs avaient conduit sa piste jusqu’au pays de l’herbe. J’ignorai ce qu’elle y faisait, mais cela m’importait peut. Elle l’ignorait encore, mais Amaya Muramasa allait être le premier maillon qui me servirait à enchaîner le monde. Conscient de la sombre influence qu’exerçait la lune rouge à son égard, je m’apprêtai à la rencontrer en personne pour, tel un messie, la libérer du joug qui l’opprimait. Pavoisé du manteau noir, le faciès voilé de son capuchon, j’entrepris de venir à sa rencontre. Il s’agissait d’une de ces fraiches journées balayé par les remous des vents fluctueux du pays de l’herbe. A perte de vue s’étendait l’immensité de cet océan verdoyant, ployant sous les bourrasques de l’alizé printanière. Le soleil haut dans un ciel dégagé annonçait l’heure arrivante de midi. Nulle vie humaine n’était perceptible sur des kilomètres à la ronde. Ainsi je mettais assuré que nous ne courrions nullement le risque d’être interrompus durant notre échange. Lorsque tout fut fin prêt, que nul ne danger ne se profilait à l’horizon, je décidai enfin à me montrer. La Dame était assisse au sommet d’une falaise non loin de son précipice. Le lointain s’offrait à nous dans un spectacle resplendissant présenté tel une symphonie d’émeraude. Le pays de l’herbe était un pays idéal pour les individus à la recherche d’un tant soit peu de quiétude. Pourtant, malgré cette magnificence naturel, ma simple présence et celle de l’aura noire de l’Abysse suffisait à saturer l’atmosphère de moult et sombres pressentiment. Cette sensation de déséquilibre, la dame l’avait bien senti car, sitôt que je me fus montré, cette dernière se redressa pour pointer une arme dans ma direction. Je ne sourcillai guère devant cette apparente menace plus que prévisible. L’ayant suivi à visage couvert, il était naturel de s’attendre à une telle réaction de sa part. Les paroles qu’elle proféra à mon égard furent empreint d’une certaine méfiance teintée d’une pointe d’ironie.

-Dites-vous que si vous faisiez cela, vous passeriez à côté d’une occasion de vous débarrasser de ceux qui vous tourmentent.

Je la vis froncer les sourcils, signe que mes propos l’interloquaient bel et bien. Cependant, elle ne daigna guère baisser son arme du moindre millimètre. Fermement campé sur ses positions, elle tenait toujours son instrument de mort pointé dans ma direction, prête à en faire usage sans la moindre hésitation. Non pas que je pouvais craindre quoique ce que ce soit de qui que ce soit, il demeurait tout de même dans l’intérêt de m’en faire un allié au plutôt. Je n’étais guère ici pour me battre et un conflit injustifié ne serait qu’une perte de temps. Je poursuivis alors mon introduction sans lui laisser le temps de reprendre la parole.

-Je suis au courant des étroites relations que vous entretenez avec Akatsuki ainsi que des menaces qu’elle fait peser sur votre personne. Vous n’avez guère à en connaître les détails, mais sachez que nos intérêts sont communs. Avant toute chose, je dois m’assurer de la confidentialité de notre discussion. Veuillez prendre soin de rester immobile.

Ce faisant, je composai une série de signe pour libérer la Mer Noire tout autour de nous. L’aura s’échappa lentement de corps pour se répandre tel un funeste fléau aussi bien dans la terre que dans les airs. Les plantes rongées par la corruption noircir puis fanèrent dans une rayons d’une trentaine de mètres. Seul un monceau de terre autour de nous deux fus préservé tandis que la Mer Noire se refermait sur pour former un dôme de ténèbres. Delà, il était impossible de nous espionner quel qu’en fut le procédé. La terre était infesté du l’essence de l’Abysse. Tandis que le dôme formait une barrière infranchissable pour toute forme d’énergie. La Kirijin avait été également touché de façon imperceptible de sorte à la nettoyer de toutes d’éventuels « parasites » pouvant nous épier. Il était en effet question de l’organisation de la lune rouge, celle qui jadis avait fait ployer le monde par sa seule force. La prudence était donc de mise lorsque l’on était confronté à eux.

-Nous voici désormais en sécurité. Nul ne peut nous voir où nous attendre. Dis-je en marquant une pause afin de souligner l’importance de ce fait. Comme je vous l’ai dit, il est dans mon intérêt comme dans le vôtre de voir l’organisation s’effondrer. Si vous me permettait de rejoindre cette dernière, je serais en mesure de nous aider à recouvrer voter liberté.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Premier contact [Zero] Empty
MessageSujet: Re: Premier contact [Zero]   Premier contact [Zero] EmptyVen 31 Jan - 14:37

Ainsi donc, il cherchait à se présenter en temps que sauveur incontesté de sa personne ? Pensait-il pouvoir saisir la profondeur du problème simplement parce qu'il avait pu se rendre compte que quelque chose n'allait pas avec elle, elle qui avait toujours cherché à mener une vie un minimum honorable à protéger sa famille et chercher le profit sans mépriser la valeur de l'humain ? Elle le regardait d'un air on ne peut plus méfiant, il n'y avait jamais du bon à parlementer avec le diable, à plus forte raison lorsque ce dernier savait pertinemment ce qu'il pouvait l'intéresser le plus au monde. Pourquoi marcherait-elle dans son sens, l'aurait-il prise pour une aliénée tout droit sortie du premier hôpital psychiatrique ?

« Master, je ne détecte aucune animosité de sa part. Il persiste une probabilité de 6% que je me trompe. »

Nouveau soupir, nettement plus agacé. La jeune femme savait ce que cela voulait dire : aussi absurde cette rencontre pouvait être, elle n'était pas que le simple signe du destin. Et étrangement, elle n'avait pas envie de parier sur le fait que son épée ait raison, c'était beaucoup trop téléphoné... Et lorsque l'individu commença à composer des mudras, elle le laissa faire, trop en proie à ses questionnements les plus futiles. De toute évidence, elle avait décidée de croire que ce sinistre quidam ne désirait qu'un petit entretien dans la plus stricte intimité. Elle pouvait dès lors bien se permettre de le lui offrir, bien qu'elle ne montrait pour autant aucun signe amical à son égard. L'arme toujours pointée sur lui, la pose assurée malgré l'oppression des ténèbres alentours, elle attendait une quelconque réaction de la conscience habitant sa lame quant à si oui ou non il mentait. Le cas échéant, il y avait fort à penser qu'il finirait avec une balles au milieu du front... Cependant, non sans agacer davantage la yakuza contrainte d'écouter son tortionnaire d'un jour, Katsuki ne se permit pas de lui offrir une raison de faire feu, relançant dès lors la discussion au grand dam de sa propriétaire.

–Qu'est-ce que tu veux en échange ? Je suppose que tu ne fais pas ça par simple philanthropie.



Elle l'écouta parler, impassible. Les alentours semblaient éthérés, comme absorbés dans une dimension de douleur et de peine. Comme n'importe qui de naturellement équilibré, elle ne désirait pas rester une seconde de plus dans pareil endroit, chose qui ne semblait cependant dépendre que de la volonté de l'autre. Une situation qui ne lui plaisait guère et qu'elle tâchait de ne pas dissimuler, trop fière pour ne pas se laisser si facilement avoir par le premier venu. Et Dieu seul savait à quel point elle pouvait se montrer susceptible, chose qui ne jouait pas forcément en l'avantage de l'individu lunatique...

–Je n'ai rejoint l'organisation que récemment, mon avis n'est donc pas suffisamment important pour te faire rentrer.



Elle affirma la poigne sur son arme, prête à réagir au moindre mouvement qui annoncerait la fin des négociations. Elle se doutait en effet que si elle n'était pas capable de répondre à sa demande, il perdrait de son intérêt pour elle, auquel cas il y avait fort à parier que la situation pourrait rapidement dégénérer. Son regard s'était fait bien plus aiguisé, tranchant nettement avec sa précédente attitude et révélant une fâcheuse tendance à prendre beaucoup trop au sérieux certaines rencontres. Une vie passée dans le mensonge qu'il fallait accuser, une vie qu'il subissait sans piper mot à cet égard. Au final, qui voulait parler avec qui était plus la question à se poser, dans le sens où chacun restait camper sur ses positions. Elle attendait désormais le prochain mouvement, et se permit d'augmenter un peu la pression.

–Je n'ai pas toute la journée, tâche de ne pas y aller par quatre chemins.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Premier contact [Zero] Empty
MessageSujet: Re: Premier contact [Zero]   Premier contact [Zero] EmptySam 1 Fév - 23:16

Les récemment évènements n’avaient guère mit en confiance mon interlocutrice. Il n’y avait rien d’étonnant à cela, cependant je n’avais nullement le temps pour me perdre dans des dialogues vagabond. J’avais encore fort à faire. La prise de contrôle du pays de la foudre nécessitait des préparations de longues étapes, aussi espérais-je en finir au plus vite avec cette rencontre. Son arme toujours pointé dans ma direction paraissait plus menaçante que jamais. J’avais longuement prit le temps d’étudier son cas personnel. Cette femme qui possédait déjà tout ce qu’un être humain pouvait désirait de matériel, ainsi, les intérêts vénaux ne faisaient en aucunement parti des buts qu’elles se donnaient à atteindre. Je savais très certainement que la liberté que je désirai lui offrir serait à ses yeux plus précieux que toutes les richesses du monde. J’avais visiblement vu juste car, après tout ceci, elle n’avait toujours pas attenté à ma vie, preuve que le pacte que je m’apprêtai à lui proposer l’intéressait. Des doutes quant à ma bonne volonté subsistaient toujours. Je savais pertinemment que dans son humanité restrictive, comme pour bon nombre de ses semblables, elle était incapable d’aborder le rêve noir de la lieuse de vie. C’était pour cette que je tenais à garder ce sombre secret pour moi-même.

-Mon existence se voit glorifiée de nombreux projet. La destruction de l’Akatsuki en fait partie, mais je ne pourrais hélas y parvenir sans aide. C’est pour cette raison que je me tiens ici devant vous, car comme je l’ai dit, nous avons cet intérêt en commun.

Voici tout ce qu’elle avait à savoir. Je n’avais nullement besoin de mentir, pas plus que je n’avais besoin de dire toute la vérité. La duplicité ne faisait pas partie de mes traits de caractères. C’était en usant de la même justesse que je comptais aborder l’Akatsuki. Sans doute s’agissait-il d’une grande faiblesse dans la voie que je venais d’emprunter, cependant, j’étais de ces individus totalement incapable d’aller à l’encontre de leur principe.

-En effet, vous ne possédez guère cette influence. Néanmoins, vous êtes parfaitement apte à me conduire à cette dernière. En ce qui concerne mon éventuel recrutement, j’ai la chance de posséder de très bon argument, mais là n’est pas la question. Vous vous demandez sans doute comment je compte m’y prendre pour détruire l’organisation de l’intérieur. Sachez que j’ai à ma disposition un puissant poison capable de la corrompre. Cependant, afin de le synthétisé, il m’est nécessaire d’entrer en possession de Samaheda, arme légendaire des sept épéistes de la brume.

Constatant l’expression confondue de mon interlocutrice, je compris que mes arguments commençaient à peser leur poids. Je devinais également mes propos avaient éveillés en elle une certaine curiosité.

-Oui c’est exact. Je ne fais rien aux hasards. Si vous m’aidez à obtenir cette arme,  nous pourrions atteindre notre but. Qui plus est, je sais que vous seriez la première à apprécier l’idée de faire main basse sur le savoir des six autres épées.

Le choix lui revenait désormais. J’aurais tout aussi bien put tenter de l’inviter à rejoindre ma famille, mais cela n’aurait probablement pas eut lieu sans qu’un certain conflit n’en ressorte. Conflit que j’aurais très bien pu perdre face à un membre de l’Akatsuki. Qui plus est, je trouvai cette expérience humaine très divertissante. Voir jusqu’où pouvait aller un individu pour quérir ce qui revenait de droit à tout être existent sur cette terre : La liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Premier contact [Zero] Empty
MessageSujet: Re: Premier contact [Zero]   Premier contact [Zero] EmptyJeu 6 Fév - 21:56

A première vue, son interlocuteur n'était pas dénudé de style, ne serait-ce que par sa façon de parler. Il fallait savoir que ce genre de discours n'avait pas une énorme emprise sur Amaya, non pas parce qu'elle était insensible à une éloquence certaine, mais elle savait la juste valeur de chaque mots utilisés. Couplé à cela ses quelques capacités en matière de raisonnement humain et une épée capable de démêler les pires escobarderies, elle faisait preuve d'une « force de vérité » qui lui permettait de jouir de plus qu'elle n'en aurait jamais eu. Cependant, là où Zero se trompait, c'était sur le simple fait qu'elle désirait ardemment la fin d'Akatsuki. En effet, si cette dernière s'annonçait comme étant une gêne pour sa personne, Amaya ne considérait sa destruction que comme une des nombreuses solutions visant à se libérer de son emprise. Aussi elle tâcha de ne pas relever ce point, désireuse de laisser chanter ce drôle d'oiseau. Peut être saurait-il se montrer plus intéressant qu'il ne l'avait été jusqu'à présent ?

Elle resta légèrement sceptique lorsqu'il vint à parler des épées légendaires de Kiri. Bien qu'elle savait pertinemment que ces dernières n'étaient pas libre d'accès comme auraient pu l'être nombre de lames disséminées au travers du monde, elle ne pouvait s'empêcher de voir un intérêt germer pour cette conversation. Et lorsqu'elle eut la confirmation de l'intégrité de son interlocuteur, elle se permit de relâcher peu à peu la tension qu'elle s'appliquait. Bien qu'elle ne relâchait pas son arme, elle montra ainsi que les arguments mis en avant par son interlocuteur avaient touché un point sensible. Après tout, son âme de forgeronne s'était réveillée, et l'idée de pouvoir approcher les lames légendaires de Kiri de plus près et pouvoir étudier ces dernières sonnait comme une douce mélodie à ses oreilles. Néanmoins, elle était tout autant intriguée par les éventuelles capacités de l'énergumène. En quoi pouvait-il déloger ces dernières de la place forte dans laquelle elles se trouvaient ?

– Tu avais commencé par éveiller ma curiosité, mais là tu captes mon attention.

Elle marqua elle-même un silence, tâchant de jauger la difficulté d'une telle entreprise. Il lui faudrait être capable de beaucoup de choses, et bien que le résultat était particulièrement alléchant, il y avait trop de facteurs aléatoires pour garantir la pleine réussite du projet. De ce fait, elle émettait quelques réserves à sauter sur l'occasion ; il lui fallait faire connaissance avec cet individu, espérer pouvoir le faire passer dans Akatsuki... La jeune femme n'avait pas pour habitude de se lancer dans les onirismes les plus fantasques uniquement parce qu'ils lui semblaient bien agréables, aussi elle désirait âprement avancer étapes par étapes et enfin décider de la finalité de la chose. En tant que yakuza, elle avait développé une prudence aux limites de la paranoïa qui lui valait une vie longue et un minimum aisée. De ce fait, elle n'espérait pas avoir à sacrifier un empire forgé au fil du temps contre les promesses d'un beau parleur aux charmes exigus. Il lui fallait plus de temps pour cela...

– J'aime cependant savoir avec qui je négocie, tout échange commence par un minimum de confiance.

Elle semblait prendre un malin plaisir à chercher à déstabiliser son interlocuteur. On lui avait en effet appris que l'on pouvait uniquement connaître la vraie valeur d'un homme qu'en le combattant, aussi s'était-elle lancée dans une guerre de psychologie. Un jeu bien amusant dans un premier temps, mais qui saurait vite la lasser si elle n'était pas capable de le perturber d'une quelconque façon que ce soit. Dans un coin de son esprit, elle commençait à envisager la possibilité de poser la main sur une partie de l'héritage de ses ancêtres. Poussée par la cupidité, allait-elle passer un pacte avec le diable ou saurait-elle faire fi de ses affabulations?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Premier contact [Zero] Empty
MessageSujet: Re: Premier contact [Zero]   Premier contact [Zero] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier contact [Zero]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V1 :: Autres Pays :: Kusagakure no Sato-
Sauter vers: