Partagez
 

 Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sen Benzo
Invité
avatar

Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements) Empty
MessageSujet: Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements)   Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements) EmptyDim 7 Aoû - 1:36

Le soleil levant illuminait les plaines du village de la vapeur. Jadis contrôlé et gangrené par les guerres shinobis, ce petit coin isolé où la nature régnait encore, chose rare dans notre monde était d'une nature joviale et magnifiquement décoré. Le calme était maître mot, les villageois réputés pour être très accueillant. La seule chose qui faisait tâche était leur méfiance cachée. Le niveau de sécurité à Kagero était relativement faible mais avant de m'y immiscer et y faire escale, je devais parvenir à maîtriser une technique. Au sommet d'une colline, je m'arrêtais admirant le beau panorama que m'offrait ma position. Souriant, j'ôtais frénétiquement ma cape et la jetait sans hésiter au sol.

Je ne prêtais plus attention à mon bras mutilé, cet handicap était devenu une habitude et ne me gênait pratiquement plus. Il m'offrait voir même un avantage crucial lors de certains affrontements. Qui ne sous-estimerait pas un mutilé ? Personne. C'est la première des choses que ferait un shinobi lambda ! Quoi qu'il en soit, il n'était pas question de discutailler de ma blessure mais de m'entraîner. D'un geste concis de la main droite, je m'empoignais du manche de mon sabre. Le brandissant fièrement en l'air, je m'évertuais à effectuer un enchaînement de geste tous plus précis les uns que les autres. À travers mes yeux, je percevais une horde d'adversaires, d'une vue extérieur on me prendrait pour un fou à fendre le vent.

Mes mouvements étaient au début peu précis et on parvenait à distinguer avec un peu de concentration mes mouvements. Mais au fil de la journée, au périple du Soleil qui cheminait d'Est en Ouest, ma maîtrise s'accentuait ; je ne tenais qu'un sabre et pourtant on en distinguait trois puis quatre puis cinq.. jusqu'à neuf sabres ! En vérité, la fluidité était la clef de toute cette mascarade. Il fallait être en symbiose avec son sabre, ne faire qu'un avec lui. Devenir la lame funeste du destin, fendre l'espace-temps avec. Affranchir les lois de la physique..

Étonnamment ce mouvement m'avait épuisé ; j'étais essoufflé. Pour la première fois de ma vie, depuis ma désertion, je me sentais repousser mes limites. J'étais à bout. Cette technique était-elle si difficile à manier pour un maître comme moi ? Sûrement car je venais d'à peine à priori réaliser. Il me faudrait encore une semaine voir deux pour maîtriser toutes ses facettes et ainsi éviter d'être au dépourvu et complètement fatigué. La pratique joue parfois un rôle majeur lors d'un combat, l'expérience est une lanterne qui éclaire le chemin déjà parcouru. Être dépourvu de pratique (ici d'expérience) et affronter quelqu'un revient à signer son arrêt de mort ! Je ne devais pas commettre une telle erreur. La nuit tombait, la lune prenait possession du ciel sombre et l'illuminait par sa lumière obscure.

J'haletais et m'allongeais sur les fraîches herbes environnantes du pays de la vapeur. Les brises nuptiales me rafraîchissaient. En y réfléchissant, je n'avais pas bu depuis le matin et ni manger ; l'envie se fit vite ressentir. Mon ventre gargouillait. J'étais totalement épuisé et n'avait pas la force bouger un seul petit doigt pour chasser en pleine nuit. J'étais si épuisé qu'un simple genin aurait pu me capturer mais je n'avais pas choisi Kagero par pur hasard. Il s'agissait du seul endroit où l'on me soupçonnerait d'y être. La chance me souriait-elle ? Une pomme me tombait sur le visage, j'étais sous un arbre ! Je ne m'étais même pas rendu compte. La fatigue me jouait bel et bien des tours. Je m'emparais de la pomme qui dégringolait depuis mon torse. L'empoignant fermement, je me rassasiais avec. Je m'étais habitué à manger peu ou plutôt mon organisme était habitué à recevoir peu de nutriments et les utiliser à bon escient. Chose pourtant inexplicable physiquement mais il n'y a aucune physique dans notre monde où un homme peut créer du feu par le simple biais d'incantations !

Au lendemain matin, le vent glacial du matin me tirait des bras de Morphée. Comme un pèlerin, je continuais mon périple, ici mon entraînement. Sans manger, sans déjeuner. Cette fois-ci après avoir acquis les préceptes de ce mouvement, je ne me fatiguais pratiquement plus. Seulement une légère douleur au bras persistait rien de très gênant mais qui allait peut être se révéler contraignante au fil du temps.

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements) Empty
MessageSujet: Re: Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements)   Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements) EmptyDim 7 Aoû - 2:08

Le lendemain, la faim se faisait très pesante. Mon ventre criait famine et il m'était impossible d'ignorer son appel. La vue troublée par la faim, je pénétrais dans l'immense forêt qui ornait Kagero no Sato.
La flore était parfaitement harmonieuse avec l'ensemble du paysage de la contrée. Les couleurs étaient nombreuses, on ne pourrait les retranscrire tant elles étaient innombrables. Malgré les grognements incessants de mon ventre, je titubais dans la forêt à la recherche d'un repas qui en quelques minutes de recherche se présenta de lui même face à moi. Il s'agissait d'un charnu phacochère mais le plus étonnant était le fait qu'il s'apprêtait à me charger. Fébrilement, je brandissais mon sabre. Ce simple animal sauvage allait sûrement me filer du fil à retordre.

Comme présumé, il fusait à toute allure sur moi. J'évitais de justesse sa première charge en me propulsant avec le peu de force qu'il me restait dans les jambes vers la gauche. Il réitérait son mouvement, cette fois-ci je n'allais pas l'éviter. La seule carte qui me restait en main était la riposte. J'allais sûrement y laisser toutes mes forces mais je les récupérerais aussitôt après un bon phacochère grillé. Rien que l'idée de le déguster me mettait l'eau à la bouche mais je retrouvais bien vite la dure réalité lorsque mon conscient reprit le dessus, m'alertant du danger imminent ! Il était à une dizaine de mètres. Le sabre en main, il me surprenait. Il optait pour une stratégie originale. Il zigzaguait de droite à gauche et se remettait finalement dans l'axe central pour me surprendre d'autant plus ! Cette bestiole en avait dans la caboche mais j'en avais d'autant plus. J'éjectais puissamment mon sabre dans les airs, qui d'une rotation sur lui même tombait en pic vers le sol. Le timing était bon et ce coup de maître comptait mettre un terme à l'épopée de mon futur repas. Le phacochère était sur le point de me saisir avec sa gueule lorsque que subitement mon sabre lui pourfendit le crâne, le clouant sèchement au sol. Le sang m'avait giclé dessus, une envie de régurgiter mes entrailles me saisissait le gosier. Je prenais mon mal en patience et traînais faiblement la carcasse de mon trophée. Arrivé au sommet de la colline, j'allumais un feu machinalement et coupais la viande en morceaux à coups de sabre.

La pense bien remplie, je somnolais. L'heure de la sieste, inévitable me poussait à piquer un somme. Quelques heures plus tard, bien reposé, je me relevais allègrement du sol. En me remémorant mon affrontement, je m'inspirais des mouvements du phacochère pour les retranscrire en coup de sabre ! L'enchaînement était fatal et très puissant de quoi surprendre plus d'un adversaire. Contrairement à ma précédente technique, celle-ci ne m'épuisait guère le bras puisque à la fin, je propulsais le sabre. Ce mouvement m'en épargnait d'autres et me permettait d'économiser ma précieuse énergie. Je répétais inlassablement cette ensemble de mouvements jusqu'au soleil couchant. En sueur cette fois-ci, je laissais la fraîcheur de l'herbe m'assainir.

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements) Empty
MessageSujet: Re: Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements)   Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements) EmptyVen 26 Aoû - 20:00

Le surlendemain, la malchance sonnait à ma porte. Tandis que je me prélassais sur l'herbe fraîche, une horde de chunins du pays troubla mon sommeil. Me tirant de ma torpeur par un fracas tonitruant, je peinais à ouvrir mes paupières qui au fil du temps s'étaient alourdies. Ces derniers jonchant le sol s'approchaient de moi à vive allure, armés d'haches, marteaux. Étonnant pour des shinobis mais que dire, les moyens économiques et militaires du pays devaient être faibles. D'un bond puissant, une puissance inconnue m'alimentant mon être ; sûrement l'adrénaline, je me relevais. Faisant ainsi face à une dizaine de ninjas. Le sourire scotché aux lèvres dans une situation qui ne le nécessitait pas, je répliquais à mes assaillants sur un ton amusé.

- J'adhère! M'attaquer lorsque je m'endors! Bien, je ne vais pas vous faire patienter. En plus.. j'ai une ou deux trois techniques à expérimenter.

Dans un cri de guerre tonnant, ils me chargèrent avec hargne. Misant sur mon style de combat lapidaire, j'usais de techniques retorses. Au fil des secondes, des minutes, le sang giclait abondamment. Non pas le mien mais le leur. Je souriais, ricanais dans cette marée rouge. Peu à peu, je retrouvais mes vieux démons. Le temps s'était figé à cet instant, m'offrant la chance de me délecter de mon plaisir ; la soif de sang. Que cela était bon, que cela était friand mais que cela s'achevait vite. Voilà que les shinobis pilulaient au sol, lacérés de toutes parts, les boyaux parant la terre. Je retrouvais mes esprits, un profond dégoût m'empoignait le torse. Je titubais en arrière, manquant de trébucher à de nombreuses reprises.

Puis soudain, le néant total. Je chute au sol, j'entends une voix et ne perçois que les incises. « Connard, crève ». Je comprends lorsque ma tête choque contre le sol, que mes paupières se referment sur mes prunelles ; ma vie s'arrête à cet instant. Je n'ai ni le temps de me repentir, ni de prier une dernière fois, l'inconscience m'étreint.

- Kusô, réveille-toi.

Je reçois une tape à la nuque, j'ouvre difficilement mes paupières. J'ai l'impression de porter un lourd faix, et tel était le cas lorsque je distingue les lieux. Je suis dans une cage, enfermé. Un balourd face à moi, il me sourit mesquinement. Il sait ce qui m'attend ; la mort. Le peuple veut ma mort. Je me rends très rapidement compte que je suis attaché. Je ne peux m'empêcher de sourire, ce à quoi mon bourreau m'offre une claque monumentale. Je reprends mon sérieux face à cette fatidique situation.

- Désolé.

La stupéfaction s'empare de son visage, peut être n'avait-il jamais vu un criminel s'excusait ? Lentement, il m'aide à me relever. Idiot, voilà ce qu'il était. D'un geste prompt, mon genou percutait allègrement son ventre charnu. Le coup fut d'une telle puissance que projeté contre le plafond, ce dernier se fissurait. Quelques débris chutaient au sol mais le clou du spectacle était encore à venir. Au loin, une tumulte germait, les renforts accourant vers le boucan tandis que le rondouillard se faisait choir ; en équilibre sur un pied, mon second s'élançait contre son dos. Propulsé vers les barreaux en bois, ces derniers cédèrent sous la masse du gardien. Le temps m'était compté, menotté je peinais à marcher alors courir était inimaginable. Faire céder mes liens était la seule chose qui me préoccupait. M'évertuant à mouvoir mes mains, j'effritais la corde et en imprégnant ces dernières de chakra, il ne fallut pas plus de quelques secondes pour la faire céder. Libre, j'accourais vers l'extérieur. Sur ma route, je tombais nez à nez sur un shinobi. Je me rendis très rapidement compte qu'il était maître du Katon lorsqu'un jet de flammes émergea. Dans une telle situation, il m'était impossible de combattre sans crouler sous le nombre de soldats, il fallait agir vite et bien. Mon seul atout était le fuinjutsu, ce à quoi je le chargeais vivement. Plongeant en avant, je feintais un coup de poing.

En réalité, j'apposais ma main sur son ventre. Une légère marque parait dorénavant son abdomen. Bien que septique à l'idée du fonctionnement de ce fuinjutsu, à peine acquis je fus étonné lorsque mon opposant s'échinait à effectuer des mûdras. Vraisemblablement le sceau avait rempli sa tâche. Sans perdre de temps, je reprenais ma course folle. Arriverais-je à sortir de cette prison indemne ? Qui sait. Dieu sûrement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements) Empty
MessageSujet: Re: Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements)   Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Péripéties, sueurs, blessures et hargne. (Entraînements)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V2 :: RP :: Autres Pays :: Yama no Kuni :: Kagerō no Sato-
Sauter vers: