Partagez
 

 S'entraîner pour la chasse aux bijuus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 1764

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 3 A - 2 B - 1C - 1 D
Talents:

S'entraîner pour la chasse aux bijuus Empty
MessageSujet: S'entraîner pour la chasse aux bijuus   S'entraîner pour la chasse aux bijuus EmptyDim 29 Déc - 14:30



Les événements l'en avaient jusqu'à présent empêchée, mais maintenant, elle était là. Au simple tournant d'une ruelle, Hanako entra dans le secteur du quartier des Hyûga.
Les grands bâtiments atypiques lui étaient nostalgiques. Ils portaient toujours en eux la marque de son arrivée à Konoha, son premier jour de ''vie'', sa rencontre avec ce clan qui l'avait finalement adoptée. La jeune fille ralentît le pas, songeuse et rêveuse. Ô combien de souvenirs joyeux elle avait connus grâce à eux... même s'il lui manquait 12 années de sa vie, elle en était heureuse. Elle avait rencontré une famille sereine, gentille, dénuée de tout regard sur sa provenance plus que douteuse. Hanako était heureuse.

La pluie commençait à tomber, houleuse, s'écrasant avec grâce sur le sol. Les plicotis résonnaient tels des carillons dans les églises, et partout on entendait l'annonce de l'averse qui, progressivement, venait mouiller les murs, toits et façades des habitants du village des feuilles. La Hyûga tourna son regard vers le ciel et regarda la pluie ; la sentit tomber sur son visage, dégouliner dans son cou et ses vêtements, ruisselant entre les creux de sa peau et du tissu. Le doux parfum enivrant de cette eau venue des cieux la calmait, au point qu'elle s'attardait toujours dehors recueillir de cette pluie fidèle et chaleureuse. Aujourd'hui, elle était encore au rendez-vous. Hanako soupira de bonheur. Les gouttes les plus fines rebondissaient sur son visage et jouaient des crécelles sur le sol avec joie, créant d'innombrables flaques autour d'elle. Et voilà maintenant que ses habits étaient trempés... mais elle n'avait le temps de repasser chez elle avant de se présenter devant la porte de l'immense demeure Hyûga. La jeune fille hâta donc le pas, pressée de se mettre à l'abris. Ses semelles produisaient des ''flic, flic'' au contact des fines flaques qui s'étaient déjà formées. L'eau s'infiltra dans ses chaussures et transperça de ses mains glacées les fibres du tissus qui composait les chaussettes de la jeune fille. Son contact provoqua un frisson chez cette dernière, qui fit un petit bond afin de mettre ses pieds au sec. Ses pas résonnèrent entre les murs de l'entrée où elle se situait, et elle leva la tête. L'entrée du dojo des Hyûga. Elle était enfin arrivée à destination.
Hanako releva ses cheveux humides et les essora, avant de les enrouler sur eux même pour former un chignon d'où dégringolaient encore quelques mèches rebelles. Elle piqua la coiffure ainsi faite à l'aide de deux senbons, dans l'espoir de faire tenir cette masse souple et noire qu'était sa chevelure, ce qui ne fut qu'une réussite partielle. Bien que tenue, la coiffure bringueballait de droite à gauche, et la jeune Hyûga dû opter pour une sorte de chignon qui n'en était pas vraiment un, à égal entre le chignon et la queue-de-cheval. Ceci fait, elle se décida à passer la porte et entra timidement dans le vaste lieu.

La jeune fille fit quelques pas dans ce qu'elle aimait appeler le ''vestibule'', et salua de la main les Hyûga qui étaient de passage dans cette pièce. Elle qui habitait dans un appartement annexe, ce retour dans la maison qui l'avait accueillie pas moins de 3 ans plus tôt lui portait les larmes aux yeux. Emplie d'émotion, elle promenait son regard sur les lignes de ce bâtiment majestueux, et se mit à penser qu'ils avaient vraiment eu de la chance qu'il ait été gardé presque intact, malgré les pillages et destruction qu'avait subis Konoha. Cette idée la rassurait, mais faisait ressurgir d'atroces souvenirs de cette nuit sanglante qui avait eu lieu. Hanako chassa ces pensées néfastes en secouant la tête, décidée à ne plus penser au passé auquel elle ne pouvait rien faire. Puis elle soupira. Pourquoi repensait-elle à cela ? Pourquoi donc ne vivait-elle pas au présent ?! Elle n'était pas là pour ressasser encore et encore la mort de ses amis, mais pour préparer son départ. Un looong voyage, une longue quête du savoir, une chasse aux bijuus et aux jinchurikis l'attendait. La kunoichi avait enfin prit sa décision. Elle partirait de Konoha à la recherche du hokage Itade Matsudai, de son frère Kyûji, et de Matatabi. Elle savait qu'ils étaient ensemble. Elle les retrouverait.
Tandis que la jeune fille repensait à Kyûji et Itade, Tenten apparut dans la pièce. Elle l'observa, puis, prit la parole :

- Hanako... tu es finalement venue. De ce que j'ai appris, tu vas partir à la recherche de Kyûji... c'est vrai ?


Hanako resta sans rien dire quelques instants, encore songeuse, et finit par répondre à la mère de son grand frère :

- ... jai hésité, et je suis allée faire des recherches à propos des bijuus... et de Matatabi. J'ai appris beaucoup de choses dont j'ignorais l'existence... j'ai appris beaucoup de choses sur les bijuus, les jinchurikis, leur pouvoir... sa voix se cassa. Il y a tellement de choses que j'ignore encore sur eux... j'ai découvert que j'avais rencontré le jinchuriki de Hachibi, ainsi que Matatabi... Moi, je voulais tous les protéger, les bijuus, les jinchurikis, mais au final... je ne connais rien d'eux. Je veux en savoir plus. Je veux découvrir qui ils sont ! Je veux pouvoir les protéger ! Je veux savoir les protéger !! Ten... ten... je suis venue m'entraîner... avant de partir. Je dois m'améliorer, pour pouvoir les retrouver...

Tenten resta sans voix, émue par ce qu'elles partageaient toute deux. Un instant s'arrêta, volé à leur discussion intime. La nostalgie les envahissait. Avant que celle-ci ne puissent s'accaparer de leur corp, Tenten entraîna Hanako à sa suite dans les couloirs de la maison Hyûga. Elle passèrent devant maintes portes et panneaux de bois, devant d'innombrables corridors. Leurs pas pressés ne les faisaient pourtant pas avancer à l'allure qui aurait dû être la leur alors qu'elles se dépêchaient. Aucune n'osait reparler du passé, des moments de bonheur qui leur étaient dûs. Un simple regard posé l'une sur l'autre leur remontait une vague d'émotion intense. C'en était trop. Hanako explosa intérieurement, et se mit à pleurer, relâchant tout ce qu'elle ne pouvait dire. Kyûji lui manquait.

Elles arrivèrent enfin dans une large pièce aux cloisons abîmées par le temps et l'usure. La salle, réservée à l'entraînement des Hyûga, était presque vide, mais s'amoncelaient sur les côtés des pantins de paille et de tissu, tous de forme et de longueur différentes. Ils semblaient avoir souffert. Le taijutsu des Hyûga ne les avait pas épargnés. Hanako promena son regard sur le sol. Lui, était presque intact, tranchant entre les murs rainés de multiples éraflures. Elle marcha, lentement, jusqu'au centre de la pièce. Sans doute, Kyûji s'était-il entraîné ici même, avec Neji. Qu'avait-il appris ? La jeune kunoichi se remémora les techniques dont elle avait entendu le nom : «La rafale du poing souple, Hakke rokujûyonshô, Shotei, Hakke kushô, Hakke hasangeki, Hakkeshô kaiten, Hakkeshô dai kaiten, Hakke hyakunijûhachishô, les 64 points du Hakke protecteur... la fermeture des tenketsus du coeur, les 360° du byakugan...». Il lui en manquait 6. Six techniques afin de posséder un répertoire de jutsu suffisant pour rattraper son temps perdu. Pensive, elle leva la tête vers le plafond. Pouvait-elle atteindre ce niveau ? Pourrait-elle un jour figurer parmi les Hyûga les plus puissants du clan ? La jeune fille soupira. Son style de combat n'était pas adapté au jûken. Pas encore. Il n'était pas encore prêt. Elle devait se forger son propre style de combat, et adapter le jûken à son mode. Voilà son objectif. Avoir son propre style. Et pour cela, elle devait apprendre des jutsu du jûken, et en inventer d'autres. Hakke tekubi et Tora no kiba ne lui suffisaient plus. Il lui en fallait d'autres.
Elle s'assit au centre de la pièce, et médita.


Flash-back

- Il faut penser, tout repose sur ça. Penser, et se concentrer. Si tu veux un kunai, tu dois penser à lui, très fort, et préparer ton chakra, le sentir apparaître dans tes mains, de plus en plus fort, et l'attraper. Viens ici, Mikan. Regarde ce tatouage. C'est grâce à lui que j'invoque mes armes.

L'intéressée se pencha sur le poignet de son senseï, et observa attentivement les formes qui dansaient sur la peau nue. D'un noir intense, le tatouage marquait le creux du poignet. Hanako releva la tête, interrogative. Elle voulait savoir comment cela pouvait marcher, et si son senseï disait vrai.
Ils se situaient dans une clairière, à l'abris de tout regard indiscret. Assis à même le sol, le senseï tenait son bras gauche tendu, et l'autre sur son genou. Il sourit à la petite fille, et lui montra un des kunai qui, planté dans la terre, délimitait leur terrain d'entraînement. Il n'était pas très loin, mais impossible de l'attraper sans se lever. Alors, lestement, le senseï posa deux doigts sur son tatouage, et un kunai apparut. Hanako tourna la tête vers l'ancien emplacement du kunai. Disparu.

Fin du flash-back



Dernière édition par Hanako Hyûga le Lun 30 Déc - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t349-annales-d-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t342-le-bingo-book-de-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t335-hanako-coro-l-orpheline-surestimee http://www.facebook.fr/HanaCoKoro/
Messages : 1764

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 3 A - 2 B - 1C - 1 D
Talents:

S'entraîner pour la chasse aux bijuus Empty
MessageSujet: Re: S'entraîner pour la chasse aux bijuus   S'entraîner pour la chasse aux bijuus EmptyLun 30 Déc - 23:36



Hanako ouvrit les yeux. Elle se trouvait toujours dans la salle d'entraînement des Hyûga. La jeune fille avait encore mêlé le passé et le présent pour en faire une sorte d'étrange rêve éveillé... subitement, elle leva son bras gauche, et regarda le tatouage qui d'un trouvait. Le même que son ''senseï'' du rêve. C'était bien à cela qu'il servait. Il était maintenant temps d'apprendre à invoquer des objets.

La kunoichi se leva, et enleva doucement son manteau, le laissant glisser à terre. L'on entendait plus que le froissement du tissu sur le sol lisse, qui se stoppa. Il fut remplacé par les cliquetis agaçants de bouts de métal qui s'entrechoquaient entre eux, suivant les balancements légers qu'exerçait la main d'Hanako sur le baluchon qui les retenait prisonniers. D'une couleur rouge sombre, il avait tout de quelque chose de précieux. Mais à l'intérieur, ce n'était que de simples kunais utilisés par n'importe quel shinobi. La jeune fille ouvrit le tissu, et fit tomber les armes sur le sol en une chute désordonnée. Au moment où le dernier toucha le sol, finissant sa course, elle s'écarta en reculant de 6 pas. Sa concentration était extrême. Ses doigts touchèrent les signes qu'elle tenait au poignet gauche, et rien ne se passa. Elle fixa un des kunais, le défiant du regard. Elle observa sa forme, sa longueur, se remémora sa prise en main, ses contours, son toucher. Il n'allait pas lui échapper. C'était lui qu'elle aurait. Coûte que coûte. Ses deux doigts frôlèrent le tatouage, et le kunai fut un instant entre ses mains. Mais elle ne s'était pas assez préparée à le recevoir, et il tomba au sol, se fichant dans le parquet. Il était apparu pointe vers l'avant. Ça n'était pas bon. Hanako fixa un autre kunai, et recommença. Elle frôla le tatouage de sa main et attrapa le kunai, cette fois-ci tourné du bon côté. Bien que ce n'était pas celui qu'elle voulait, il était bien là, dans sa main. Elle recommença l'opération deux fois, qui furent un succès. Restait à savoir pourquoi elle ne pouvait pas choisir celui qu'elle souhaitait invoquer...

La disposition de la pièce n'avait pas bougée, et pourtant, Hanako ne se trouvait plus au même endroit que tout à l'heure. Au moment où elle s'était arrêtée pour apprendre à utiliser son tatouage de kuchiyose, la pièce lui avait paru bien plus grande. Était-ce un effet d'optique ? Ou bien la pièce avait-elle réellement bougé, et qu'elle n'avait pas aperçu ce changement ? La jeune Hyûga était perplexe. Attentive aux bruits du dehors, elle se déplaça sur le pointe des pieds vers le panneau de bois qui fermait la salle, et ne capta rien d'anormal. C'était sûrement son imagination. Elle fit quelques pas de long en large pour vérifier la résistance du sol et de la pièce, puis, reprenant son calme et sa concentration, se baissa, les genoux pliés vers le sol, talons décollant de ce dernier. Elle attrapa une cordelette bleutée qui scintillait sous la lumière, et ramena avec une infinie précaution le sac qui pendouillait à ses extrémités. La main chargée par ce paquet volumineux, elle se releva, et s'approcha des mannequins de paille rembourrés. D'un geste, elle en tira un vers elle, et le fit voler en l'air, lui assénant un coup au milieu du thorax ! Il retomba au sol dans un bruit sourd, et vomit quelques brindilles de paille sur le sol fraîchement piétiné par Hanako, achevé. La jeune fille le regarda s'écrouler piteusement, et se pencha légèrement en avant, vers son manteau. Elle en sortit Neko de son fourreau, et, d'une démarche assurée, vint se placer devant le mannequin qui se trouvait à terre. La sabreuse balança, -c'est le mot-, le sac fermé qu'elle tenait toujours en main gauche, sur le torse du mannequin. Et elle attendit. Sa respiration se fit plus lente, plus profonde. Sa concentration, extrême. Et d'un coup, elle bondit :

- Iaido. Kumo, ryû omotegiri ! Ryû mikazukigiri !

Son katana piqua le mannequin, et l'envoya en l'air d'un coup vertical. Le sac suivit le mouvement, fut entraîné par la vitesse de son coup et de la lame qui vint le pousser vers le haut, puis s'envola dans les airs tel un oiseau dans son premier envol. Hanako ne perdit pas un instant, et déjà sa lame s'abattait de gauche à droite sur le bord du sac où s'enroulait la cordelette. Puis il n'y eut rien. L'action se passa si vite, que l'on entendit même pas le tissu se déchirer. Le verdict tomba. Le sol se déroba sous le corps du mannequin, et il rebondit, éparpillant des éclats de paille décapités par le sabre d'Hanako. La petit sac éclata, et une multitude d'armes se dispersèrent à travers la salle, fusant de tous côtés. La jeune fille resta de marbre jusqu'à ce que tout soit retombé, puis souffla sur une mèche qui lui retombait devant les yeux, avant de se détendre et de sourire malicieusement. Les entraînements étaient éprouvants, mais ils valaient ce qu'ils valaient. Rien n'était plus beau qu'un enchaînement de jutsu pour lequel on avait tant travaillé pour le réussir. Hanako était fière. Sa dextérité avait augmenté au fil des jours, grâce à d'innombrables entraînements quotidiens, et c'était une Hanako maîtrisant Neko à la quasi-perfection qui voyait à présent le jour. Ce qui la chagrinait le plus, était que Neko ne pourrait pas toujours l'accompagner avec elle dans ses missions périlleuses, bien qu'elle l'aurait voulu. Mais elle s'était promise de trouver un moyen de contourner ce problème. C'est alors en soupirant qu'elle déposa Neko sur le sol et recula à pas de chat jusqu'au fond de la pièce.

Aucun bruit. Cinq shuriken, cinq senbon, cinq kunai, cinq notes explosives, et même cinq fumigènes encore dans le tissu froissé qui était retombé à terre sans un bruit. Hanako recompta mentalement le nombre d'armes disséminées dans la pièce, et les visualisa en quelques secondes. Elles étaient là, elles attendaient son signal avec délectation. Là jeune Hyûga pensa à un senbon, et posa deux doigts sur son tatouage. Par malchance, elle se piqua le doigt et grimaça, contrariée. Mais elle n'allait pas abandonner comme cela. Elle visualisa le senbon sous toutes les coutures ; taille, forme, couleur, dureté, texture, toucher, et ré-itéra. La jeune senseï l'imagina, le sentit entre ses doigts, et l'attrapa avant qu'il ne puisse filer. C'était bon. Elle l'avait eu. Sauf qu'elle ne savait pas lequel. Pas celui qu'elle voulait, en tout cas. Qu'à cela ne tienne, elle n'avait pas dit son dernier mot. La jeune fille pensa à un second senbon, et le fit apparaître, l'attrapant à peine fut-il arrivé de son côté. N'hésitant pas un instant, elle libéra de la place entre ses mains en envoyant les deux senbon qu'elle possédait sur le mannequin, qui se fichèrent dans sa peau de tissu. Un autre senbon apparut entre ses doigts, puis un autre. Et enfin, le dernier. Tous allèrent se planter dans le corps du mannequin, le perçant de trous de parts et d'autres. Malgré cette réussite, la jeune kunoichi ne relâcha pas ses efforts pour autant. Elle réussit à invoquer les 5 autres kunais sans difficulté, et forma une étoile sur sa cible grâce à ceux-ci.
Elle était statique, et la fatigue ne tarda pas à pointer le bout de son nez. Hanako ressentît le besoin de prendre l'air, mais elle ne pouvait pas arrêter son entraînement. Elle ne devait pas. La jeune fille se contenta alors de faire quelques pas sur les côtés, puis enchaîna de suite avec les shuriken. De forme symétrique, ils étaient faciles à invoquer, et faciles à prendre en main de leur forme plutôt ronde et plate. Elle les fit sortir, les uns après les autres, les envoyant au fur et à mesure autour des précédents kunais. Mais son esprit fatiguait. Hanako plissa les yeux chancelante, entendit ses oreilles bourdonner, puis elle s'écroula par terre telle une chausette humaine.


Apprentissage de Hanako no kuchiyose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t349-annales-d-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t342-le-bingo-book-de-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t335-hanako-coro-l-orpheline-surestimee http://www.facebook.fr/HanaCoKoro/
Messages : 1764

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 3 A - 2 B - 1C - 1 D
Talents:

S'entraîner pour la chasse aux bijuus Empty
MessageSujet: Re: S'entraîner pour la chasse aux bijuus   S'entraîner pour la chasse aux bijuus EmptyJeu 9 Jan - 19:54


Flash-back
Une jeunesse mue par l'enfermement - An 88, automne

Encore une journée où le soleil qui pointait le bout du nez au dehors ne lui était pas destiné. La jeune Mikan Hyûga se savait condamnée à rester enfermée au-dedans, dans une pièce close de la maison familiale des Hyûga. Âgée d'à peine 6 ans, elle savait déjà qu'elle n'était pas. Que sa naissance n'avait pas été déclarée. La petite fille savait qu'elle n'existait pas. Pourtant, elle voulait vivre, connaître le monde extérieur, s'épanouir comme les autres enfants de son âge, jouer, danser, s'amuser. Là, à part compter les secondes, les minutes, et les heures, elle ne pouvait rien faire. Elle se renfrogna doucement et s'assit en boule dans un coin de la pièce. La tristesse lui montait aux joues et aux yeux, prenait possession de son corps, l'envahissait complètement comme si elle avait toujours fait partie d'elle-même. Mikan s'essuya les yeux et se releva, fixant le plafond d'où filtraient des gouttes d'eau, qui retombaient aussitôt sur le sol. Plic. Ploc. Plic. Ploc. Observant avec lassitude ces perles goutter devant elle avec une lenteur asphyxiante, elle prit le temps d'écouter ce qui se passait autour d'elle et au delà des parois de sa prison murale. L'endroit semblait presque désert, seulement animé par quelques bruits qui parvenaient d'une pièce lointaine. La petite fille hésita alors, puis, voyant que ce bruit restait incessant, s'approcha du pan qui la retenait enfermée, et l'ouvrit délicatement, faisant coulisser cette ''porte'' jusqu'à laisser un maigre passage. Et puis attendit là, silencieuse, observant les alentours.

Cela changeait de son appartement où elle devait rester cloîtrée nuits et jours, ainsi que des décors uniformes qui parsemaient la pièce qu'elle venait tout juste de quitter. Prenant à gauche, elle marcha doucement devant elle et arriva à une porte, grande ouverte. Regardant à l'intérieur, Mikan aperçut son père, Seigi Hyûga, qui s'entraînait. Il donnait des grands coups de paume dans le vide, et de ses doigts s'illuminaient des lueurs bleutées, telles des flammèches, des lucioles ayant emporté la couleur incandescente de l'océan. Très vite, il s'arrêta, et traça d'énorme figures dans les airs, désordonnées, qui semblaient prêtes à hérisser le poil de quiconque s'approcherait trop près, à lui faire recracher toute sa fierté et son assurance. Le chakra pouvait se sentir et se percevoir ; il sortait, sortait, sortait. La petite fille le voyait. Comme une toile d'araignée, le chakra tissé par les doigts de Seigi formait une barrière devant son propriétaire, et elle s'imaginait aisément une attaque buter contre celle-ci. Le Hyûga s'arrêta soudain, et Mikan retint sa respiration. S'éclipsant à petits pas en reculant discrètement, elle faillît buter contre un pan de sa ''pièce'', puis se stoppa, à l'affût. Rien ne semblait avoir bougé ou réagi. Elle passa par l'ouverture qui se trouvait encore, et s'empressa alors de refermer les pans de la pièce derrière son passage, pour courir s'adosser contre le mur d'en face. Sur son trajet, elle buta contre un pantin en tissu qui manqua de peu de la faire tomber. La petite fille fronça le nez, piquée au vif par cet obstacle qui jouait à se déplacer dans la pièce et l'empêcher d'agir à sa guise. Mikan se redressa et lui jeta un regard foudroyant, sachant pertinemment qu'il ne répondrait pas. Puis, elle s'affaissa au sol comme une poupée de chiffons et soupira tristement.

**********

Elle se releva calmement après avoir chassé sa tristesse, afin de se dresser contre le pantin. La petite Mikan usa de toutes ses forces pour soulever la silhouette qui, mine de rien, pesait son poids et l'envoya au pied du mur opposé, lui faisant traverser la pièce avec -presque- grâce. Partant à sa suite, elle mit toute sa concentration à faire sortir son chakra de ses tenketsus et brassa l'air de ses doigts. Le chakra frappa le tissu avec de multiples mouvements désordonnés. Abattant sans relâche sa colère sur le pauvre corps du pantin, la petite fille s'essoufflait de plus en plus, et épuisait petit à petit son chakra, rendant sa respiration difficile et fatiguante. Mais elle ne voulait pas s'arrêter pour si peu. Mikan renforça encore sa concentration et sa volonté, jusqu'à ne plus en voir les décors et les arrières-plans qui se trouvaient autour d'elle et de sa cible. Elle ne voyait plus qu'elle. Plus que le pantin auquel elle vouait toute sa colère d'être enfermée. Comme si un viseur aurait focalisé son attention sur une chose, un objet, un être inanimé entré par hasard dans son champ de vision. Le pantin reçut coups sur coups, frappes frappes sur frappes. Il ne ressemblait plus qu'à un entremêlement de formes froissées de tissu, malmenées, détruites par la volonté de la petite Hyûga. Celle-ci s'arrêta enfin, alors que sa cible se rabougrissait entre ses foudres coléreuses. Sa main avait tellement fouetté le tissu qu'elle en était devenue rouge.

Mikan se redressa, souffla son épuisement par toutes les formes possibles en haletant, tremblant de tous les membres. Son souffle irrégulier tendait à faire croire qu'elle ne pouvait respirer, ses mains rougies et crispées donnaient à croire qu'elle avait vécu pires souffrances que ne pouvait en avoir un enfant de 5 ans. La petite fille courba les yeux vers sa cible et l'aperçue affalée au sol, achevée par ses coups éclatants. Elle recula de trois pas. Ses pieds avaient du mal à supporter son poids, ses jambes soutenaient avec peine son maigre corps que le chakra avait fuit partiellement. Alors prise dans une volonté sans égale, Mikan s'imagina une attaque foncer sur elle depuis des distances imaginaires. Elle recula en bondissant, atterissant à quelques pas du mur. Sûre d'elle, elle fit encore progresser son chakra à travers son corps et l'amena jusqu'à la pointe de ses doigts. Le chakra se défit de la carapace qui l'enchaînait et vint répandre sa couleur bleutée dans la pièce à la vitesse des tracés de sa porteuse, lentement au début, puis de plus en plus vite. Progressivement, des traînées de chakra apparurent et emplirent le vide qui entourait les mains de la Hyûga. Elles formèrent une paroi tissée de leur substance presque magique, et s'étendaient devant elle tel un bouclier. Alors qu'elle se concentrait jusqu'à en plisser le front, un shuriken vint voler sur cette toile d'araignée qu'elle avait créée de ses propres moyens, et buta contre celle-ci, avant de retomber à terre dans un tintement sonore. Mikan s'arrêta promptement, puis fixa celui qui se dressait entre les panneaux de bois. Des yeux durs et énervés d'un côtés, calmes et sûrs de l'autre, mais tous étaient d'un blanc presque troublant. Se dressait devant la petite fille, tempétueux, Seigi Hyûga, son père.

Fin flash-back

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t349-annales-d-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t342-le-bingo-book-de-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t335-hanako-coro-l-orpheline-surestimee http://www.facebook.fr/HanaCoKoro/
Messages : 1764

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 3 A - 2 B - 1C - 1 D
Talents:

S'entraîner pour la chasse aux bijuus Empty
MessageSujet: Re: S'entraîner pour la chasse aux bijuus   S'entraîner pour la chasse aux bijuus EmptyJeu 16 Jan - 21:30



Tenten était partie depuis bien longtemps déjà. La salle aux allures bordéliques sombrait peu à peu dans la désuétude, au même rythme linéaire avec lequel avançait la journée. Mais la pièce arrêta soudainement ce cours, et tout sembla endormi dans ce lieu sombre et paisible. Des armes en tous genres reposaient à ses 4 coins ; auprès d'un mur se disposaient des pantins d'entraînement cabossés et abîmés, bosselés, déformés, endommagés, cassés, même détériorés, détraqués, esquintés, amochés. Le seul qui sortait de la meute, à quelques pas de l'entrée, n'en était pas mieux déchiqueté. Il s'assoupissait là, la tête dirigée vers le reste de l'habitation. Un pentacle formé de shurikens et kunais perçait sa poitrine déjà nuée de trous. Son habit gris-de-lin, d'où ressortaient des bouts de paille aux tailles désassorties, ne méritait même plus de porter ce nom. Un peu plus loin, disposés en un arc de cercle plus ou moins discontinu, traînaient quelques petits bouts de papiers aux symboles étranges. Des notes explosives. Elles étaient parsemées à travers la demi-pièce sans ordre logique, ayant simplement suivi le mouvement de la lame qui les avait dérangés dans leur repos. Le dab rouge, lui, contenait encore les bombes fumigènes qui ne l'avaient aire un instant. La pièce aurait paru désertée, si à son centre ne se trouvait pas une forme humaine.

Hanako gisait là, endormie, évanouie même, en proie aux rêves et aux cauchemars. Son manteau, violet pâle, à la doublure de soie noie, formait comme un drap derrière elle. Sa tête penchait de côté, ses cheveux s'étendaient dans toutes les directions, ondulant ou s'allongeant. Elle portait l'uniforme des juunins de Konoha, enferment sa silhouette dans un duo de poches et de rembourrages. Ses gants soulignaient son appartenance au village, et le symbole sur son épaule droite, à son clan. Le symbole était incrusté dans sa pâle veste violette. Cette dernière avait été mise à la place du haut noir qui saillait à chacun des juunins de Konoha, bien plus pratique et efficacement utilisable. Ses manches avaient été reprises et, maintenant, tombaient en biseau sur les mains de la jeune fille. Dans sa ceinture avait été précédée une fente, qui lui permettrait de pouvoir y glisser le fourreau de Neko. Sous celle-ci, sa jupe noire, qui était toujours la même, trouvait continuité en les bas et jarretelles de même couleur habillant ses jambes. Ses bottines montaient maintenant, ouvertes que le devant, enlacer ses chevilles. Ses gants étaient maintenant en tissu, s'arrêtaient d'un côté, juste après son poignet, et de l'autre tels des mitaines, finissant en résille entre-croisée. Sur chacun, était frappé du symbole de Konoha une fine plaque de métal. La jeune fille avait toujours le masque/foulard à son cou, et un mini-short presque jamais visible qui terminait sa tenue. Soudain, elle remua, et cligna des yeux. Elle mit un temps à se souvenir de ce qu'elle faisait. Lorsqu'elle eut conscience qu'elle gisait à tee sans défense, Hanako s'empressa de se relever et ses cheveux vinrent pendre à ses côtés, allant presque toucher le sol. Elle avait encore rêvé ; ou plutôt, débloqué un souvenir.

Comme toute kunoichi qu'elle était, la Hyûga voulait encore s'améliorer. Pour cela, il lui fallait inventer de nouvelles techniques, de nouvelles possibilités de combat. Elle avait déjà quelques idées dont elle pouvait très bien se servir ici et maintenant ; oubliant son évanouissement, elle commença à faire affluer son chakra dans ses mains. Hanako avait vu le résultat de ses coups de poings, comparés à ceux de ses amis. Elle n'avait beaucoup de force de frappe. Bien heureusement pour elle, une bonne concentration et une préparation ; un enchaînement souple et rapide suffisait à compenser cela. Mais elle voulait plus. Elle avait vu certains de ses proches utiliser leur chakra pour augmenter leur force, pourquoi pas elle ? Son chakra affluait toujours et elle le faisait tourner en boucle dans ses deux mains. Progressivement, il vint autour de ses poignets, de ses mains, et de ses doigts... de ses poings. La jeune fille ferma les mains, fit tourbillonner son chakra, transmettant sa pensée en lui. Elle voyait deux tigres rugissants, imposant, qui donnaient le respect. Son chakra se mélangea alors, glissa, se transforma, et deux tigres virevoltèrent autour de ses poings fermés. La kunoichi avança, se mouva jusqu'au pantin qui lui présentait son bassin, et l'envoya en l'air d'un coup de pied rapide. Il décolla du sol, les armes toujours plantées sur son torse, et, sans attendre qu'il redescende, elle lui assena un coup de poing ravageur, avant de pivoter et l'envoyer valdinguer sur sa droite d'un autre autre coup de poing, d'autant plus puissant que le précédent. Le pauvre s'écrasa lourdement sur le sol, après avoir percuté un des murs de la pièce. Les armes qui se maintenaient encore se détachèrent après coup, et se déposèrent au sol en cliquetant. Le chakra d'Hanako disparut alors, laissant la pièce dans son sombre décor.

Une nouvelle technique s'ajouta dès lors à son répertoire, venant remplir la case du ''plus de force''. Il lui fallait maintenant trouver comment attaquer à distance sans son éternel rangement de sabre éclair ; dans les situations d'urgence, il lui serait pratique de pouvoir attaquer tout en gardant Neko dans les mains. Elle s'arma alors de son fidèle katana, et repensa aux sabreurs qu'elle avait déjà rencontrés, notamment Sergerk, qui avait été promu au même moment qu'elle. Les utilisateurs du kenjutsu chargeaient leur sabre de chakra, et envoyaient d'un coup cette charge. Fuuton bien sûr. Mais elle, elle ne le possédait pas... elle avait pourtant testé, il y avait de cela quelques jours. Mais eut-elle beau y mettre toute sa volonté, le papier refusait de subir un quelconque effet, et restait intact. Elle n'avait compris que lorsqu'elle avait observé de près, qu'il était comme criblé de trous invisibles, comme si il contenait des grains ! La jeune fille avait pris cela pour le compte de la fatigue. Mais maintenant, elle comprenait... elle n'avait pas d'affinité. Non. Mais mieux. Son chakra pur, Hyûga, ou, le chakra typique du jûken, était son affinité. Sa force. Elle devrait en faire son ultime arme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t349-annales-d-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t342-le-bingo-book-de-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t335-hanako-coro-l-orpheline-surestimee http://www.facebook.fr/HanaCoKoro/
Messages : 1764

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 3 A - 2 B - 1C - 1 D
Talents:

S'entraîner pour la chasse aux bijuus Empty
MessageSujet: Re: S'entraîner pour la chasse aux bijuus   S'entraîner pour la chasse aux bijuus EmptySam 18 Jan - 13:14



Hanako soupira lentement, et fit glisser sa main sur le manche de son katana, jusqu'à s'arrêter à l'intersection de la lame. Campant bien l'arme entre ses doigts, elle referma ses mains autour d'elle, comme des serres sur une proie ; et elle commença à déverser son chakra comme lorsqu'elle l'utiliser pour améliorer son tranchant. La texture bleue s'étendit sur l'objet longiligne, pendant sa forme, l'entourant, l'enveloppant. La jeune fille leva Neko, l'inclina alors à la verticale puis, dans un silence absolu, fendit l'air en le rebattant à l'horizontal, au bout de ses bras tendus. Le chakra vibra et partît en ligne droite, puis s'affaissa et s'éteignit dans un crépitement silencieux. Il n'avait fait qu'un mètre, et avait immédiatement disparu. Hanako grimaça. Ça n'était pas exactement de la ''distance'', ça... elle soupira, et ramena son katana près d'elle, avant de fermer les yeux et se reconcentrer. La Hyûga recula alors en bondissant, assez rapidement, et projeta son chakra dans l'arme avec une synchronisation parfaite. Il lui fallait être en symbiose avec Neko pour pouvoir exécuter ce qu'elle souhaitait faire. Et elle savait ce qui pourrait lui faciliter la tâche. La jeune fille se mit en mode «Iaido», et rouvrit ainsi les yeux. Une seconde passa. Elle bougea imperceptiblement Neko devant elle. Un quart de seconde. Le chakra affluait et entourait l'arme. Un millième de seconde. Une force invisible à l'oeil nu partît en direction de l'entrée, faillant détruire les murs porteurs. La kunoichi bondit auprès des pauvres croisons vérifier que le coup s'était évanoui dernière la porte en passant par le milieu de l'entrée. Sa vérification s'avéra aboutir par un succès. Hanako, satisfaite et rassurée, recula alors. Elle hésita un instant, puis décida d'arrêter ce qu'elle faisait. Quelle idée de travailler sur ses techniques de distance dans une si petite pièce.

Le temps avait bien passé et déjà il était temps pour les shinobis de Konoha de rentrer chez eux. La jeune fille se posa alors sur le sol, en tailleur, et poussa Neko loin d'elle. Il roula lentement sur le sol, progressa de façon saccadée, fit quelques sursauts imprévisibles, puis s'arrêta. Sa possesseuse détourna le regard, puis ferma les yeux, méditant. Elle avait réussi à invoquer des armes basiques, à renforcer sa force grâce à deux tigres de chakra. Elle avait même réussit a capter les techniques de distance des sabreurs et les adapter à ses capacités. Hanako sentait un poids s'envoler de son coeur. Elle avait réussi. C'était bon. Elle tenait le bon bout. Ses objectifs de la journée avaient presque tous été remplis... le sabreuse, yeux fermés, ne voyait pas son environnement, mais elle s'imaginait une salle infinie, calme, vide. Son visage détendu prouvait qu'elle méditait. Elle cherchait au plus profond d'elle même des réponses à ses questions, qui étaient toutes plus nombreuses. Elle voulait être plus forte, pouvoir protéger ses amis et ses proches, défendre son village, et même, maintenir la paix. La jeune Hanako réfléchissait à un moyen concret de tout réaliser. Il lui fallait être d'autant plus forte, et ne pas avoir besoin d'être protégée. Le meilleur moyen était de se protéger elle-même... La Hyûga ne mit pas longtemps pour se décider. C'était à peine si elle tergiversa ; sa décision était dores et déjà prise.

- Me protéger... être forte... protéger... ... je dois devenir une spécialiste de ce que j'utilise. Je me dois de maîtriser à la perfection mes capacités ; il me faut les connaître jusqu'au bout, utiliser mes cartes maîtresses pour vaincre mes limites... Je dois devenir une spécialiste.

La jeune juunin activa alors ses byakugans, et puisa dans ses ressources pour faire de nouveau affluer son chakra. Elle observa la vie au sein du village, inspecta les rues et ruelles, sauta des distances. Chaque parcelle fut observée avec avec une intense concentration. Chaque coin ne disposait d'aucune excuse pour ne pas être démasqué et rendu public aux yeux de la kunoichi. Le chakra de cette dernière arrivait toujours de ses tenketsus, par vagues fluides, tandis qu'elle faisait le tout de Konoha à distance. Sa vue finit par tomber dans le quartier où reposait son apparemment. Hanako ''entra'' par la porte, inspecta l'aspect des murs en valeurs de gris, chercha ses armes. Yarino et Nihaiko figuraient là, sur ce tableau étrange et dénué de couleurs. Les panneaux de bois qui cachaient habilement les armes ainsi que le ''paquet'' destiné à un certain ''Iô'', ne posaient de problème pour elle, et la jeune fille les plaça aisément en arrière-plan, comme s'ils n'étaient qu'une trame de fond destinée à faire décor. Hanako élargit sa vision et poussa jusqu'aux forêts de Hi no Kuni. C'était fou tout ce qu'il y avait à Konoha. Il lui était très difficile de discerner une distance précise parmi toutes ces longueurs et largeurs. Elle se mit,alors à compter les mètres... puis, arrivée à la dizaine, compta de dix en dix. C'était fou... elle voyait les dessous du village. La quantité de chakra des habitants. Les objets cachés par des murs, même épais. Puis derrière les murs cachés par des murs, cachés par des murs... cachés par... exetera. Plus ils étaient loin, moins elle voyait les détails. Mais à force, ses yeux s'habituaient et elle pût pousser un peu plus loin ses investigations, tout en distinguant quelques petits détails frugaux. Les arbres de Hi paraissaient petits... mais aussi petits qu'ils fussent, il n'en restaient pas moins des arbres de Hi. Hanako repoussa encore ses limites, pour suivre la trace d'un tigre et de son chakra, qui s'enfonçaient dans la forêt. Plusieurs dizaines de rangées d'arbres furent ainsi parcourues, avant que la jeune fille ne sature et ne flanche.

Légèrement crispée par le monde dans lequel elle venait de se retirer, Hanako souffla avec une grimace silencieuse. Son propre chakra s'amenuisait, mais elle tenait déjà mieux qu'auparavant. Elle venait de brûler là l'équivalent de 20 invocations, deux tigres de chakra, plusieurs enveloppes de Neko, et près d'une demie-heure d'afflux continu de chakra... sans oublier les enchaînements de sabre, et elle n'en était pas encore arrivée à ses dernière ressources. Elle en était assez loin même. En un certain sens, combattre plus fort qu'elle lui avaig fait du bien... elle avait poussé au maximum ses ressources. Et maintenant, elle continuait avec plus de fougue, c'en était ainsi. Elle continuait d'ailleurs à brûler son chakra, bien qu'elle ait arrêté l'utilisation de ses tenketsus. L'afflux continu qu'elle avait envoyé en matière de chakra s'était régularisé, et elle optimisait maintenant au maximum cette source de puissance. Son chakra formait comme un bouclier intégral, comme une sorte de combinaison... comme un champ de force autour d'elle. Au fut et à mesure qu'elle l'avait laissé, il l'avait enveloppée et protégée, passant par ses tenketsus très facilement. Et là jeune kunoichi avait rempli ses objectifs de la journée. Elle s'était enfin créée une protection de chakra, assez résistante pour empêcher et atténuer les coups qui auraient pu lui être assénés. Afin de vérifier que pour elle, cela marchait, Hanako se concentra et d'un coup, abbatit son poing droit sur son bras gauche ! Le coup n'était pas très fort, mais lui aurait donné un bon bleu, en temps normal. Là, c'était à peine si elle l'avait senti... La jeune fille sourit alors, triomphante, puis éteignit son chakra.

Hanako soupira de bonheur, heureuse d'en avoir fini. Elle étendit ses jambes, qui commençaient à s'engourdir, puis posa les yeux sur ses armes. Il y en avait un peu partout dans la pièce, certaines éloignées de plusieurs mètres, d'autres en tas. La kunoichi les regarda tour à tour plusieurs fois, puis posa la main sur son poignet. Elle invoqua d'abord le tissu rouge qui avait renfermé ses armes, puis les shurikens, les kunais, les senbons, tout en les plaçant,directement dans leur rangement. Puis vint le tour des papiers explosifs. Le premier arriva sans encombres, ainsi que le deuxième, le troisième... les deux derniers arrivèrent en même temps, sans que la jeune fille ne comprenne pourquoi. Elle continua cependant, et invoqua les fumigènes. Parmi les 5, un se déclencha et emplit la pièce d'une fumée verte... ses invocations restaient à parfaire, mais dans la totalité, c'était bien. Elle réfléchir alors, et décida de faire apparaître Yarino et Nihaiko. Elle avait l'habitude de les voir, de les toucher, de les utiliser au quotidien ; ainsi, la jeune Hyûga posa sa main sur le sceau tatoué qui lui servait d'intermédiaire... Yarino arriva en première, entière, puis Nihaiko, morceaux par morceaux. Un premier tantô apparut, et ce fut ensuite le tour de son tessen affilié. Elle les reposa sur le sol, et mit toute sa concentration à rassembler l'autre moitié de Nihaiko en même temps qu'elle l'invoquait. Mais elle réussit tant bien que mal, et l'arme s'enclencha d'elle même. Hanako ramassa donc les armes, tessen, lance, katana, puis replaça le mannequin d'entraînement là où elle l'avait trouvé. Emmenant tout son fardeau dans ses bras chargés, elle quitta la salle et prit le chemin de la porte, sans que personne ne voit son départ furtif. Elle sortit, fit quelques détours, avant d'arriver à son appartement, et entra avant de refermer la porte. La juunin déposa le tout sur une table, plaça son manteau plié sur une chaise, et emporta les shurikens. Elle ouvrit le panneau de bois qui cachait son ''entrepôt'' d'armes en tous genres, et se dirigea vers le panier qui contenait les shurikens, pour y placer ceux qu'elle tenait en main. Quelques aller-retours furent nécessaires pour que tout soit rangé, mais au final, la table fut débarrassée de tout ce qui l'encombrait. La jeune fille referma le couvercle de chaque panier, et prit un temps pour énumérer en silence tout ce qu'elle possédait :

«Une centaine de shurikens, de kunais, le double de senbons et notes explosives ; cent fumigènes blancs, dix rouges, dix bleus, dix jaunes, cinq noirs, cinq de couleur orangée, cinq mauves, et quinze verts... cent-soixante au total. Cinquante bombes aveuglantes. Un katana, une lance, deux tantôs, et deux tessens... et un tantô pour ce Iô. Ah, oui... il est temps que j'aille lui porter...»

Une nouvelle aventure allait pouvoir débuter. La chasse aux bijuus commencerait vraisemblablement par un détour vers l'atelier de l'ingénieur Iô...

FIN DU RP

=3 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t349-annales-d-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t342-le-bingo-book-de-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t335-hanako-coro-l-orpheline-surestimee http://www.facebook.fr/HanaCoKoro/
Contenu sponsorisé



S'entraîner pour la chasse aux bijuus Empty
MessageSujet: Re: S'entraîner pour la chasse aux bijuus   S'entraîner pour la chasse aux bijuus Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
S'entraîner pour la chasse aux bijuus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» S'entraîner pour la chasse aux bijuus
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Chasse aux corbeaux [pv : Tyzy]
» [Thème - PV] Et on s'entraîne pour l'examen final !
» La chasse au trésor. [=> Chasse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V1 :: Hi no Kuni :: Konohagakure no Sato :: Quartiers résidentiels :: Quartiers Hyûga-
Sauter vers: