-47%
Le deal à ne pas rater :
Trottinette électrique Mi Electric Scooter Essential de Xiaomi
240 € 450 €
Voir le deal

Partagez
 

 Ce que l'avenir nous réserve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yumi Esuki
Rang S
Rang S
Yumi Esuki
Messages : 4289

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Talents:

Ce que l'avenir nous réserve Empty
MessageSujet: Ce que l'avenir nous réserve   Ce que l'avenir nous réserve EmptyDim 15 Juin - 18:18

Peu après la capture de Sanbi, je rentrai à mon village natal comme me l'avait demandé Zatoïchi-sama. J'ignorais en qui il avait bien pu être scellé, mais je préférais ne pas y penser et me pencher davantage sur mon projet de paix. Depuis que j'en avais parlé à Naeko, j'y croyais avec une détermination incomparable. Lorsque je me plongeais dans son regard, tout était possible. Avant que je ne le rencontre, je pensais être la dernière Esuki à manier le Hyôton. Mais il avait brisé l'impossible en me retrouvant. Ainsi, encore une fois, je briserai l'impossible à ses côtés. J'instaurerai la paix en ce monde. Je me rendis à la bibliothèque afin d'en étudier la carte. En effet, j'avais vite réalisé que pour établir Heiwa, j'avais besoin d'alliés. Des alliés aussi solides que Naeko. Mais où trouver ces perles rares ? C'était pour répondre à cette question que j'avais besoin d'une vision plus élargie du monde. J'avais déjà quelques relations dans mon propre village qui me seraient utiles en temps et en heure. Mais pour le moment, il me fallait agrandir mon cercle d'amitié. En pointant mon doigt au-dessus de la carte, je sillonnai les quatre coins du Yuukan.

Mon doigt s'arrêta sur chacun des plus grands villages ninjas. C'était là que je devais chercher à me faire des connaissances. Je commençai par l'extrémité ouest de la carte, m'approchant de Suna. Dirigé par un despote, j'avais ouïe dire que ce village était en guerre contre Iwa, une autre superpuissance du monde shinobi. Je ne trouverais sans doute pas d'intérêt à m'allier avec des tyrans qui engendrent le mal. Pourtant, Soufuku Nitobe, un jeune samouraï que j'avais croisé à la taverne de l'examen, m'avait prouvé le contraire en montrant que tous les Sunajins n'étaient pas des vauriens assoiffés de sang et avides de pouvoir. Mais en ces temps de guerre, il valait mieux les laisser enfermés dans leur désert et dans leur solitude. En montant un peu plus au nord-est, je parvins à Iwa. La situation n'était pas bien différente chez eux : le pays était en guerre contre ces meurtriers malsains. Même s'il avait l'air empli de personnes de confiance, comme Ashiro-sama ou même le jeune Senbatsu que j'avais malencontreusement tué au cours de l'examen chuunin, ils avaient sans doute la tête ailleurs actuellement. Mon doigt continua son périple oriental jusqu'à parvenir aux côtes du pays de la foudre et à Kumo. J'en revenais, et je préférais leur laisser le temps de gérer la capture de Sanbi. J'y reviendrai tôt ou tard, assurément. Et même si Naeko avait été mis au courant, je devais encore finaliser ma demande auprès de lui afin qu'il y soit le représentant de la paix. Enfin, après avoir longé les côtes de l'océan, mon index arriva au centre de la carte. Konoha. Le village caché des feuilles était le berceau de la paix, le village qui avait élevé le grand Naruto Uzumaki, le Hokage réunificateur. En plus de cela, j'y connaissais des shinobis qui partageaient mon désir de paix, comme Hanako Hyûga ou Ayato Kyoju. C'était tout décidé, je devais me rendre à Konoha.

En sortant du grand bâtiment central qu'était notre bibliothèque, je jugeai qu'il serait bon de faire visiter le monde à Scarlett. De toute façon, je ne pourrais la laisser seule le temps d'un si long voyage. Elle avait besoin de moi. Je me rendis chez moi en vitesse pour avertir mes parents de ce nouveau plan, puis j'allai ensuite au bureau du Mizukage pour aussi en prévenir Reiko-sama. L'issue fut la même que lors de ma dernière requête : elle accepta de me laisser sortir du village pour préparer ce projet de paix dont je lui avais déjà parlé. Peut-être qu'un jour, elle y serait moins réticente. Je devais laisser le temps opérer en ce qui la concernait. Après avoir préparé le nécessaire pour partir, je me dirigeai vers la cachette de ma petite protégée, la fameuse grotte dans laquelle je venais lui apprendre tant de choses chaque jour. Je la trouvai rapidement puis lui fis part de mon idée.


- Bonjour Scarlett ! Tu ne t'es pas trop ennuyée en mon absence ?

Une fois qu'elle m'eut répondu, je repris de plus belle en abordant le vif du sujet.

- Comme je te l'ai déjà dit, j'aimerais que les habitants de ce monde se soutiennent les uns les autres, qu'ils arrêtent d'entrer en conflit pour un rien. Qu'ils soient unis comme l'impliquent les lois de la nature. Mais avant de me lancer dans un projet concret, j'ai besoin d'alliés. J'ai donc pensé me rendre à Konoha, le village caché du pays du Feu, afin d'y faire des rencontres. Mais ne me juge pas prématurément, je ne te laisserai pas seule : cette fois-ci, tu viens avec moi ! Ce sera la parfaite occasion pour que tu en apprennes plus sur le monde. Et comme nous allons passer un bon bout de temps ensemble, nous pourrons en profiter pour nous entraîner.

Comme j'avais pu l'anticiper, elle était très enthousiaste à l'idée de quitter la misérable grotte qui lui servait de refuge. Nous initiâmes donc notre route en marchant en direction de la côte. Là, nous embarquerons dans un navire pour rejoindre le pays du feu, qui, fort heureusement, était aussi un pays côtier. Après quelques heures de marche pendant lesquelles j'avais fait à Scarlett un petit cours de géopolitique sur les grands villages ninjas, nous arrivâmes à l'embarcadère. Alors que Scarlett restait à l'écart, je me renseignai au guichet du port à propos du prochain bateau. On me prévint qu'il n'arriverait que d'ici deux heures. C'était donc l'occasion idéale pour faire une pause. J'en profiterai pour étoffer mon propre répertoire de techniques. En réfléchissant à ce qui me serait utile de savoir faire, je repensai immédiatement à une de mes expériences passées... Peu avant de s'en prendre lui-même à Kiri, l'Enfant Maudit avait envoyé un golem de glace pour «jouer» avec moi. Celui-ci utilisait des sphères de glace qu'il lançait à distance. Cette technique était sans doute possible plus rapide à exécuter, plus maniable, et certainement plus puissante que ma Tempête d'hirondelles (Tsubame Fubuki). Il serait judicieux de m'approprier cette technique : pour combattre son ennemi, qu'y avait-il de mieux que maîtriser ses propres atouts ? Je composai donc quelques mudras puis élançai mes bras dans le vide, tentant de créer la boule de glace que je désirais tant. Pendant que je répétais ce mouvement, Scarlett m'observait d'un air admiratif, comme à son habitude. Elle cernait tout ce que je faisais en contemplant sagement. Après tout, ce que je cherchais à obtenir n'était pas si complexe : il ne s'agissait ni plus ni moins que d'un concentré de glace. Cette technique n'était pas non plus si différente de mes hirondelles, en soi. Ainsi, au bout de quelques minutes, j'obtins enfin un résultat : une traînée de glace solide était sortie de mes paumes. Ce n'était pas exactement ce que je recherchais à l'origine, mais le résultat n'était pas non plus insatisfaisant. En se demandant de quoi il pouvait s'agir, Scarlett avait manqué de se la prendre de plein fouet. Heureusement que la chance était de notre côté, car je ne pouvais plus la sauver de ma propre initiative une fois le projectile lancé. Ce dernier conservait toujours sa trajectoire rectiligne uniforme. J'avais ainsi appris cette nouvelle technique. En m'y entraînant quelques minutes supplémentaires, j'en découvris les principales propriétés : plus je concentrais de chakra, plus la traînée de glace était puissante, et plus elle était longue à canaliser. Aussi, la vitesse du projectile restait relativement modérée. Mais c'était un mal sans l'être, puisque je disposais de différents enchaînements capables d'immobiliser une cible.

- A toute technique son propre nom... Celle-ci se nommera... Éclair de givre. enchaînai-je après un instant d'hésitation. Tu vois, c'est ça le ninjutsu. Matérialiser son chakra, l'énergie que tu obtiens en combinant tes énergies spirituelle et corporelle, sous une forme particulière qui te caractérise. Pour ma part, je manie le Hyôton, l'affinité de la glace. Toi, tu as la capacité d'utiliser le Mokuton, la maîtrise du bois. Il existe aussi d'autres manières d'utiliser son chakra, souvent plus complexes, comme l'Iroujutsu, l'art de soigner. lui expliquai-je patiemment.

Comme toujours, elle avait tout assimilé en m'écoutant d'une oreille passionnée. Il nous restait encore un peu de temps avant que le bateau n'arrive. Assez de temps pour l'initier au Mokuton, par exemple. Je pris un kunai pour m'occuper les mains et le temps de réfléchir à ses besoins. Ayant les mêmes caractéristiques qu'une plante, Scarlett avait avant tout besoin d'eau et de soleil. Ce dernier était suffisamment accessible pour ne pas s'en soucier. Mais pour l'eau... Je me questionnai à propos du pays du feu : cette ressource vitale était-elle aussi courante que dans mon pays ? Je ne connaissais que très peu ces terres, mais en sachant que les arbres y poussaient abondamment, je me doutais qu'il ne devait pas être si ardu d'y trouver de l'eau. Dans tous les cas, le simple fait de se poser cette question représentait une contrainte. Pourquoi rechercher des points d'eau alors que la terre elle-même en regorgeait ? Les plantes ne pouvaient pas se déplacer pour trouver leurs besoins, après tout... Cette comparaison était sans doute ma meilleure piste : comme me l'avait enseigné Saki-haha, les plantes accédaient aux ressources issues des réserves souterraines par le biais de leurs racines ! Cette matière végétale pouvait certainement être imitée par le Mokuton. Si Scarlett pouvait se rattacher au sol par des racines, elle pourrait combler ses besoins d'eau sans se soucier de sa position. J'entrepris de lui expliquer tout ceci.


- Et si nous commencions ta formation ? J'ai déjà trouvé une idée de technique qui te permettrait de boire n'importe où : des racines te reliant au sol ! En effet, il y a sous nos pieds plus d'eau que tu ne pourrais l'imaginer. En clair, avec une telle technique, tu pourrais t'abreuver sans problème là où les plantes peuvent pousser, puisque c'est synonyme d'une présence d'eau dans les sols. Il ne reste plus qu'à passer à la pratique. Il faut donc que tu malaxes ton chakra et que tu crées des racines de bois, de la même manière que tu as déjà fait apparaître une statuette en bois, la dernière fois.

Si elle y arrivait, cela représenterait un grand pas pour elle, car nous pourrions passer à la vitesse supérieure en apprenant des techniques plus sophistiquées. Nous y étions. L'heure décisive.
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 https://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Scarlett Hanabira

Scarlett Hanabira
Messages : 94

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Ce que l'avenir nous réserve Empty
MessageSujet: Re: Ce que l'avenir nous réserve   Ce que l'avenir nous réserve EmptyLun 16 Juin - 1:12

La fine terre recouvrait mes doigts de sa couleur sombre et dénuée de vie. Traçant les lettres qui formaient le nom de ma sauve, je revivais inlassablement les mêmes moments sans répit. C'était une de mes manières pour m'occuper en son absence, n'ayant pas d'autre attache dans ce monde, je m'accrochais à ce que je pouvais. Alors que les premières lueurs daignaient tenter leurs chances pour s'engouffrer dans cette antre qu'était désormais la mienne, j'effaçais mes précédents écrits. Ils recouvraient la totalité du sol qui me faisait face et les parois étaient aussi empreint de son nom que j'avais tracé avec une terre plus humide. Je ne voulais pas que Yumi puisse les voir, je ne savais pas comment elle allait réagir face à cela alors je préférais tout effacer et feindre l'ignorance. Après tout, une simple erreur était très vite arrivée et je ne voulais pas que cela se fasse avec Yumi. Alors que je trônais toujours patiemment, je pouvais entendre des bruits de pas qui résonnèrent à travers le sol. Se faisant de plus en plus fort, je levais ma tête vers l'entrée pour apercevoir celle que j'attendais patiemment.

- Bonjour Scarlett ! Tu ne t'es pas trop ennuyée en mon absence ?


L'ennui m'était inconnu, je ne savais pas de quelle notion elle parlait. Durant son absence, le temps avait défilé plus vite que d'habitude. Je ne comprenais pas ce phénomène mais cela m'avais intrigué, plus je pensais à Yumi et plus je me détachais de la réalité qu'était celle où je vivais. Et plus je m'éloignais de cette réalité plus le temps semblait s'écouler à une allure plus grande. La regardant, je décidais de lui répondre pour ne pas l'offusquer.

- Bonjour Yumi ! Tu m'as manqué mais, maintenant tu es là alors tout va bien.

Yumi semblait ravie d'entendre qu'elle me manquait. Je ne savais pas exactement quelle place j'avais pour elle dans son existence mais il semblait que je comptais quelque peu pour elle. Moi qui pensait à premier abord être un fardeau pour elle, finalement, elle me donnait l'impression inverse. Reprenant alors ses paroles, elle enchaina vers la suite de son discours pour m'expliquer sa venue ici.

- Comme je te l'ai déjà dit, j'aimerais que les habitants de ce monde se soutiennent les uns les autres, qu'ils arrêtent d'entrer en conflit pour un rien. Qu'ils soient unis comme l'impliquent les lois de la nature. Mais avant de me lancer dans un projet concret, j'ai besoin d'alliés. J'ai donc pensé me rendre à Konoha, le village caché du pays du Feu, afin d'y faire des rencontres. Mais ne me juge pas prématurément, je ne te laisserai pas seule : cette fois-ci, tu viens avec moi ! Ce sera la parfaite occasion pour que tu en apprennes plus sur le monde. Et comme nous allons passer un bon bout de temps ensemble, nous pourrons en profiter pour nous entraîner.

Je ne comprenais pas ses premières paroles, la notion d'entraide et de conflit ne voulait rien dire pour moi. Bien que je savais plusieurs choses sur le monde humain sans en comprendre la source, j'agissais plutôt comme une bête sauvage. Ainsi, ces notions dont elle me faisait part me paraissaient tous hors de portée. Ne voulant pas faire honte à Yumi en voyant mon ignorance, je ne laissais rien transparaitre sur mon visage l'écoutant toujours attentivement. C'était la deuxième partie qui m'interpella par la suite, elle voulait voyager pour partir dans un autre village. Partir ? La peur commençait à monter en moi. Un sentiment d'abandon allait s'installer lorsqu'elle me donna ses intentions. Elle voulait m'amener avec elle ! Je n'arrivais pas à le croire, pourquoi voulait-elle partager des projets avec moi ? Je n'en savais rien mais cette perspective illuminait l'éclat qui avait prit place dans mes yeux désormais. C'était l'occasion pour prouver ma valeur à ma sauveuse.

Suivant de prêt la meneuse de ce voyage, je buvais ses paroles comme si elles étaient comparable à un doux nectar sans fin. Elle essaya de m'expliquer en premier lieu des connaissances sur les villages. Bien que je n'y comprenais pas grand chose, j’essayais néanmoins de mémoriser l'intégralité de ces dires. Feignant toujours la compréhension, une teinte d'admiration se diffusait autour de moi pour cette fille qui n'était pourtant rien à mes yeux il y avait seulement quelques jours. Nous arrivâmes alors au lieu d'embarcation, apparemment, selon les dires de Yumi, il fallait monter sur un étrange engin que l'on appelait bateau pour pouvoir accéder au pays tant voulu. Les mécanismes qui permettaient à ce bateau de tenir sur l'eau malgré son poids hors norme m'étaient inconnus. Ne voulant embêter Yumi avec ce genre de question, je la laissais parler avec l'homme chargé de tous cela en me tenant à l'écart. J'allais surement encore une fois attirer la vue de tous mais, cette fois-ci, je me tenais avec Yumi et ma confiance en soi n'en était que plus grande.

Yumi revenant vers moi semblait avoir une idée en tête. Très vite elle composa des signes bien étrange qui poussaient ma curiosité à vif. Contemplant cette scène aux allures glaciales, un jet de froid sortit alors des douces mains de Yumi. Admirant ce tire en essayant de comprendre son fonctionnement, celui-ci me frôla de peu. Ne réagissant qu'à peine, mon instinct ne m'avait pas alerté plus que cela alors j'avais décidé de ne pas esquiver. L'instinct chez moi était quelque chose de fiable, étant une bête avant tout, il était bien plus développé que cette espèce qu'on appelait humain. Analysant la scène, je compris rapidement que ce qui venait d'apparaitre n'était autre que l'art ninja dont me parlait Yumi tantôt. Alors que j'avais la particularité de faire jaillir du bois, elle possédait l'étrange faculté de faire apparaitre de la glace et d'en faire une trainée. Bien sur je me doutais que son pouvoir ne s’arrêtait pas à cela.

- A toute technique son propre nom... Celle-ci se nommera... Éclair de givre. enchaînai-je après un instant d'hésitation. Tu vois, c'est ça le ninjutsu. Matérialiser son chakra, l'énergie que tu obtiens en combinant tes énergies spirituelle et corporelle, sous une forme particulière qui te caractérise. Pour ma part, je manie le Hyôton, l'affinité de la glace. Toi, tu as la capacité d'utiliser le Mokuton, la maîtrise du bois. Il existe aussi d'autres manières d'utiliser son chakra, souvent plus complexes, comme l'Iroujutsu, l'art de soigner. lui expliquai-je patiemment.

Elle m'expliquait plus profondément ce que j'avais découvert plutôt. Mes explications s'avéraient être exactes et c'était avec un certain dévouement que j'écoutais celle qui semblait désormais avoir un rôle de maitre. Quelques instants plus tard après une mure réflexion, elle enchaina :

- Et si nous commencions ta formation ? J'ai déjà trouvé une idée de technique qui te permettrait de boire n'importe où : des racines te reliant au sol ! En effet, il y a sous nos pieds plus d'eau que tu ne pourrais l'imaginer. En clair, avec une telle technique, tu pourrais t'abreuver sans problème là où les plantes peuvent pousser, puisque c'est synonyme d'une présence d'eau dans les sols. Il ne reste plus qu'à passer à la pratique. Il faut donc que tu malaxes ton chakra et que tu crées des racines de bois, de la même manière que tu as déjà fait apparaître une statuette en bois, la dernière fois.

Son idée tenait la route mais je ne savais pas si elle était réalisable ou pas. Ne sachant pas comment malaxer son chakra, je partais avec un désavantage certain face à cette épreuve dont la complexité me paraissait insurmontable. La statuette en bois n'était qu'un geste fait instinctivement, jamais il n'avait été provoqué volontairement. Tourmentée par mes pensées, je comprenais alors le réel intérêt de l'épreuve que m'imposait Yumi. Elle voulait me tester et connaitre mes compétences. Je ne pouvais pas la décevoir, réunissant toutes les fibres qui composaient mon courage, je plaçais les deux mains en sol dans un moment de silence pesant. Fermant les yeux, j'essayais de décortiquer la manière dont j'avais fait surgir cette statuette de mes mains. Aucune explication rationnelle me vint et c'était de cette absence de logique je trouvais la réponse. Je ne fonctionnais pas comme Yumi même si tout portait à y croire, je marchais avec mon instinct plus qu'avec mes pensées. Et c'était à lui dont je devais faire appel. Ne réfléchissant plus à rien, je respirais lentement et je ne pensais qu'à une seule chose : mon objectif. Très vite la machine commença à prendre son cour. Des racines se développèrent à l'extrémité de mes doigts et s'enfoncèrent profondément dans mes mains. Me laissant dicter par mon corps, je pouvais sentir chaque racine comme si elle faisait partit de moi. Après une petite minute, je ressentais les bienfaits de l'eau. Je ne buvais pas cette eau mais ma bouche s'humidifia comme pour reproduire cette sensation. Il ne faisait aucun doute, je venais de réussir cette épreuve alors même que je ne pouvais expliquer ma prestation.

- Yumi ! J'ai réussi !
dis-je avec un rire éclatant qui faisait son apparition pour la première fois.

Toujours en période de pompage, je ne pouvais pas enlever mes mains du sol pour l'instant. J'en profitais alors pour continuer à parler avec Yumi :

- Apprend moi d'autres choses. Je veux tous savoir sur mes capacités.


L’excitation régnait en maitre dans ma tête et celle-ci allait m'accompagner durant les quelques minutes suivantes qui servaient pour finir ma technique.

_________________
Ce que l'avenir nous réserve Xtj1
Revenir en haut Aller en bas
Yumi Esuki
Rang S
Rang S
Yumi Esuki
Messages : 4289

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Talents:

Ce que l'avenir nous réserve Empty
MessageSujet: Re: Ce que l'avenir nous réserve   Ce que l'avenir nous réserve EmptyMar 29 Juil - 13:29

Après lui avoir exposé mon idée, Scarlett se mit au travail en cogitant, probablement pour se rappeler de la manière dont elle avait fait apparaître ladite statuette. Cet état ne dura pas bien longtemps, puisqu'elle tenta l'instant suivant de se mettre en pratique. Étonnamment, sa force de volonté était telle que son premier essai fut couronné de succès : des racines apparurent aux extrémités de son corps pour se planter sous terre. Émerveillée devant ce spectacle, je l'observais se sustenter avec gaieté. Quelques minutes plus tard, elle se mit à rire aux éclats pour m'annoncer ce que j'avais déjà pu constater.

- Yumi ! J'ai réussi !

C'était la première fois que je pouvais percevoir de l'amusement dans sa voix. Elle avait elle-même l'air surprise de ses exploits fulgurants. Comment un individu ne connaissant rien au chakra il y a quelques minutes pouvait accomplir de telles prouesses ? Après tout, elle n'était pas n'importe quelle élève. Elle était unique en son genre. Pas forcément brillante, mais simplement différente. Cette réflexion tira quelque chose au clair dans mon esprit : pouvais-je me permettre de faire entrer dans une embarcation une femme mi-plante mi-humaine ? Les passagers la regarderaient certainement d'un mauvais œil, comme tous les autres hommes avant cela. Qui sait ? Ils pourraient même décider de la jeter par-dessus bord pour ne pas avoir à affronter cette «monstruosité». Je ne pouvais pas laisser passer cela... Mon sourire de satisfaction s’éclipsa bien vite pour laisser place à une moue d'inquiétude. Je jetai un coup d’œil au pendule du port, découvrant ainsi qu'il nous restait un peu plus d'une heure avant d'embarquer. Encore en train de pomper les réserves du sol, Scarlett me lança d'une voix survoltée :

- Apprends moi d'autres choses. Je veux tout savoir sur mes capacités.

Sa détermination me faisait plaisir, et elle allait beaucoup lui servir pour la suite. Je pris une poignée de secondes pour réfléchir à la prochaine technique qu'elle mettrait en pratique... Le but serait évidemment de la camoufler, de la rendre aussi banale que n'importe quelle autre jeune fille. Avec un peu d'imagination, une fillette au visage pâle ayant fait une teinture verte pourrait ressembler à la moitié blanche de Scarlett... Peut-être y avait-il un moyen de séparer les deux parties de son corps, un peu comme on séparait le blanc d’œuf du jaune. Son organisme était vraisemblablement végétal. Or, les utilisateurs du Mokuton pouvaient créer et modifier le bois et les plantes. Avec un peu de logique, j'en vins à l'idée qu'elle pourrait modifier son propre corps ! Le temps défilait... Il fallait que je lui en parle, et vite.

- Bravo pour cet exploit, Scarlett. commençai-je d'une voix enjouée pour ne pas l'inquiéter. J'ai d'ores et déjà trouvé le concept de ta prochaine technique... Je n'ai pas besoin de t'apprendre que les autres hommes ne sont pas tous aussi réceptifs que moi. Pour être en sécurité, tu dois absolument faire en sorte qu'ils baissent leur garde, qu'ils te considèrent comme une des leurs. Ainsi, il faudrait trouver un moyen de te donner une apparence humaine. J'avais pensé à séparer les deux parties de ton être, ton côté blanc et ton côté noir. Mais après tout, ce n'est qu'une base, à toi de la modeler comme tu l'entends. Maintenant que tu m'as prouvé que tu maniais le Mokuton avec une facilité déconcertante, je suis certaine que tu seras capable d'accomplir ce nouvel objectif. D'ailleurs, la théorie n'a pas l'air d'être faite pour toi. Tu aimes la pratique, ça saute aux yeux. Comme s'il s'agissait d'un instinct animal... Mon soutien dans cette épreuve ne te sera donc d'aucune utilité. Je vais aller méditer à quelques pas d'ici, peut-être afin de mettre au point une technique moi aussi. Je te souhaite bon courage.

Je m'écartai donc en lui tournant le dos. Bien qu'elle était encore un peu fragile, Scarlett était forte. Elle pouvait et devait surmonter ceci toute seule. Je ne serai pas toujours présente pour l'épauler, alors commencer à faire les choses d'elle-même était un bon exercice. Je m'assis au bord de l'eau, les pieds pendant au-dessus de cette étendue infinie qui restait calme dans l'enceinte du port. L'homme avait dompté la nature, en un sens. Ma situation était en tout cas assez hilare : alors que je m'apprêtais à partir pour un grand voyage à la recherche de fidèles alliés, me voilà m'occupant d'une plante humanoïde trouvée par hasard. Je m'étonnais encore qu'un être aussi primitif puisse manier le chakra de la sorte. Scarlett n'était pas une plante comme les autres, bien évidemment. Mais je me devais de découvrir sa nature et son origine pour savoir quoi lui enseigner. Sortant de ma rêverie, je relevai les yeux au ciel. Même avec ce nouvel enjeu de ma vie qu'était Scarlett, je ne devais pas perdre le cap : m'entraîner dur pour être prête lorsque l'Enfant Maudit viendra pour moi. Mon expérience dans la brume hallucinogène de Sanbi n'avait fait que renforcer mon désir de devenir plus forte pour pouvoir défendre les miens. Défendre... Je restai bloquée sur ce mot pendant près d'une minute. En fouillant dans mon esprit, je réalisai que je ne maîtrisais aucune technique défensive. C'était peut-être le moment d'y remédier !

Je me plongeai alors dans mes lointains souvenirs afin de repenser aux enseignements de mon premier sensei : Yokei Aoki. Celui-ci ne cessait de répéter que les ninjas pensaient souvent à attaquer, mais rarement à se protéger. Il était d'ailleurs bien placé pour ce genre de réflexion, puisqu'il maniait l'affinité Katon, l'une des plus offensives. Pour pallier à ce manque de défense, il avait mis au point une technique qui l'entourait d'une aura de flammes très minces, à peine discernables à l’œil nu. Si un projectile combustible l'approchait, il fondait en un rien de temps sous les yeux ébahis de son lanceur. Ces flammes étaient si chaudes qu'elles pouvaient brûler l'acier composant la plupart des armes ninjas. C'était une technique astucieuse, mais qui demandait beaucoup de maîtrise et de concentration. En l'honneur de mon maître désormais paralysé, je pourrais désormais m'approprier sa technique. Le Hyôton et le Katon semblaient être aux antipodes. Pourtant, il y avait bien un terrain d'entente à propos de cette technique défensive, j'en étais convaincue. Je mis donc ma patience et ma sagesse au profit de cet apprentissage. L'objectif était d'être entourée d'un chakra modifié sans pour autant qu'il soit solide comme la glace. Or, la maîtrise du Hyôton permettait aussi celle du froid en lui-même. En composant quelques mudras et en répétant l'opération pour obtenir ce que je désirais, je parvins à matérialiser du froid compact autour de moi. Un œil avisé pouvait distinguer une aura bleue très claire. Mais contrairement à Yokei-sensei, j'étais incapable de faire fondre les projectiles. Si la chaleur avait pour principale propriété d'accélérer le déplacement des molécules, le froid, lui, le ralentissait. Et voilà la clé de voûte de ce nouvel atout : en freinant la matière à l'approche de ce bouclier de froid, n'importe quel matériau solide s'immobilisera ! Néanmoins, comme le chakra n'avait pas les mêmes propriétés chimiques que les autres composants de la matière, cette technique serait inefficace contre le ninjutsu. Mais m'immuniser contre les projectiles et les assauts au Taijutsu me fournissait déjà un bel avantage. Fière de cette nouvelle technique, je détournai mon regard pour revenir à Scarlett et ainsi contempler l'avancement de son entraînement.
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 https://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Contenu sponsorisé



Ce que l'avenir nous réserve Empty
MessageSujet: Re: Ce que l'avenir nous réserve   Ce que l'avenir nous réserve Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce que l'avenir nous réserve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie
» [UploadHero] La Folie des grandeurs [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V1 :: Mizu no Kuni :: Mers de Mizu-
Sauter vers: