Partagez
 

 Toutes les plantes fanent, même les plus fleuries

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shihone Senju
Rang C
Rang C
Shihone Senju
Messages : 287

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 1 A - 1 B - 0 C - 0 D
Talents:

Toutes les plantes fanent, même les plus fleuries Empty
MessageSujet: Toutes les plantes fanent, même les plus fleuries   Toutes les plantes fanent, même les plus fleuries EmptyVen 16 Juin - 15:38

Toutes les plantes fanent, même les plus fleuries



Il existe une fin à toute chose, tout est éphémère, aussi bien une papillon insignifiant que le voyage du soleil, les grands et les petits connaissent tous la même fin, la seule différence est la suivante : Le chemin qui nous y conduit. Certains croisent cette fin plusieurs fois, lui prodiguant diverses farces et attrapes pour la duper et lui filer entre les doigts, d’autre s’y rendront d’eux même, ou encore d’autre l'attendent patiemment, préparant leurs derniers voyage en espérant avoir laissés une empreinte, ou peut-être pas, cela ne dépends que de vous.

Premier jour ~

- Kei ... su ...ke ... C'est mon nom ...

Personne n'était à l'abri et le mal avait sans doute déjà frappé au porte de chaque village, celui de la feuille n'en était pas une exception. Les enfants étaient fragiles, faibles, et certains avaient finis par développer ce mal. On avait beau dire, mais cette fois, personne ne pouvait se cacher, fuir, éviter, il était là : le fléau, défonçant chaque porte sans vergogne, arrachant chaque souffle sans scrupule. Les fragiles, les puissants, les prévoyants, tous, ils en seraient tous victimes d'une façon ... ou d'une autres. Qui l'avait amené ? Il existe certaines choses qui devrait rester secrète, mais cette fois, c'est cet enfant qui en paie les pots cassés, ainsi que cette jeune femme qui maintient sa tête.

Les yeux de ce garçon commençait à se clore une dernière fois, il toussait, encore et encore, épuisée, affaiblit, un enfant ne devrait pas à vivre ça. Le bras de cette femme était couvert de sang, celui craché par le jeune mourant, était-elle donc destinée à voir un deuxième enfant mourir dans ses bras ? Pourquoi celui-ci ressemblait il autant au premier ? Devait-elle accepter de revivre un tel instant ? Oui, avait-elle seulement le choix ? Comment pourrait-elle abandonner ce dernier et le laisser partir seul ... c'était tout bonnement impensable, inhumain.

Elle s'efforçait de ne pas pleurer, de lui afficher un sourire chaleureux, rassurant, le serrant bien contre elle, elle sentait encore la pression sur son bras exercé par les mains tremblantes de cet enfant, apeuré, mais bien vite, son corps et son âme furent apaisées, son départ suivant sa peur. Keisuke, c'était le nom de cet enfant, se relevant, ses joues rougies par les larmes, elle l'amenait doucement, sans savoir où. Ses pas l'amenèrent jusqu'au Mont Hokage, elle semblait avoir soudainement une idée. Posant le corps éteint, elle creusa quelques heures, le temps de faire un trou assez profond, avant d'y déposer finalement le jeune enfant, et d'y faire pousser un arbuste, offrant de jolies fleurs blanches, signe de l'innocence de cet enfant. Pourquoi ici ? C'était le meilleur endroit, de là, il verrait le village grandir, ses amis, ses proches, de là, il verrait tout, c'était stupide, peut-être, mais après tout, pourquoi pas.

C'est ainsi qu'elle comprit, cette jeune femme, Shihone Senju, que le mal était arrivé. Elle le savait, cette enfant ne serait pas le seul, cependant, elle comptait bien mettre son aide à disposition du village, elle s'y sentait obligée, cela était nécessaire. Quittant dés lors le Mont Hokage, elle savait ce qui lui restait à faire, et elle le fit instantanément, le chemin était long, ou du moins, sa conscience le ressentait ainsi. Elle avait peur ? Sans doute, après tout, qui ne serait pas effrayé dans de telles conditions ? C'est alors son bras couvert de sang qu'elle rejoignit sa demeure, son foyer. Elle refusait de rester dans cet état plus longtemps, et se décidait finalement à prendre une douche, choix très vite pris. Elle retirait ce sang, celui de cet enfant, non sans tristesse, ne parvenant pas à retirer cette image de sa tête, elle glissait une main sur son ventre, elle le savait, elle n'était pas à l'abri, et son petit être non plus.

- N'ai pas peur, je te protégerait, grandit paisiblement, fleuris.

Ce fût les mots qu'elle prononçait pour elle même, ou plutôt, pour son enfant, le seul qu'elle n'ait jamais portée. Mais ces mots, les avait il seulement entendus ? Compris ? Qui le sait ? Elle terminait alors de se nettoyer, soupirant, que devait-elle penser ? Elle savait quoi faire, ça c'est une certitude, mais comment devait-elle penser ? Devait-elle agir avant tout pour sa sécurité et celle de son enfant ... ou devait-elle assurer la sécurité de Konoha ? De sa famille, de ses proches et de tout les autres habitants de la feuille ? Le visage de cet enfant apparaissait encore une fois, le choix était fait, mais devait-elle réellement se diriger vers cette option ? On ne connaissait pas encore le moyen de contamination, ni même si cela était contagieux, ou du moins, elle, elle ne le savait pas encore, mais elle devait participer, soupirant alors une nouvelle fois en s'habillant, une fois prête, elle rejoignit l'Hôpital, il était temps de s'y mettre.

- Shihone-san ! Vous tombez bien, suivez moi.

A peine était-elle arrivée; elle était déjà réclamée pour un patient, un homme d'âge mûr, la quarantaine tout au plus, ancien shinobi de Konoha qui a dû arrêter cette voie à cause d'une mission lui ayant causé la perte d'un avant bras, un dossier complet de cet homme était entre ses mains, mais elle n'avait encore eu aucune informations concernant la raison de ce dernier ici, ce ne fût qu'une fois devant la chambre de ce dernier qu'elle en avait alors prévenue, disons que, il n'était plutôt pas banal de devoir couvrir l'intégralité de son corps pour aller observer un patient, mais cela était actuellement nécessaire et la raison lui sautait finalement aux yeux. Comme elle l'avait prévue, cet enfant ne serait pas le seul. Entrant alors.

- Je ne vous cacherai pas la vérité ... j'ai vu cette maladie à l'oeuvre, et le porteur y'a succombé ... Cependant, je vais faire de mon mieux pour vous soigner.

Elle ne cherchait pas à lui donner de faux espoirs, elle le pensait réellement, elle était déterminée, elle était franche dès le départ, forcément, ça ne plaisait pas à tout le monde et l'infirmière à ses côtés semblait légèrement déçue, mais au final, ça fit rire le malade, un rire certes difficile, mais franc, il avait frôlé la mort plus d'une fois après tout, alors au final, une fois de plus ou de mois ...

- Si j'y passe, je veux pas de funérailles, juste être brûlé et lancé dans le vent, comprenez, ma femme a fait pareil, donc j'aimerai la rejoindre si possible hein.

Riant une petite fois encore en retenant un petit crachat qui finit au final par fuir la bouche de ce dernier, atterrissant au sol, Shihone nettoyant ça rapidement, se relevant en récupérant les échantillons de sang, elle devrait pouvoir trouver quelque chose avec ça, enfin, les scientifiques devraient pouvoir plutôt, hochant ensuite la tête, les volontés de cet homme seront respectés quel qu’en soit les conséquences. La journée arrivait rapidement à sa fin, la journée chaude laissait place à une soirée plutôt fraîche et la jeune Senju avait confiée l'échantillon du patient à la cellule scientifique. Malheureusement, le patient succombait de la maladie cette nuit même, après une légère agonie, attristant la jeune demoiselle qui, ce soir, n'arriverait sûrement pas à dormir et préférait rester au Mont Hokage, regardant le village, assise à côté du buisson, soupirant une fois de plus ... La maladie arrive sur le dos d'un cheval mais repart sur celui d'un escargot ... si déjà elle repart.

Quatrième jour ~

- Je m'en fous ! Prend ta journée ! T'es là depuis trois jours ! Ca fait autant de temps que tu dors plus ! Alors dégage.
- Mais je ...
- Pas de "mais", t'es enceinte je te rappelle !

Audible dans toutes les chambres du couloir, au centre de ce dernier, un vieux médecin, qui semblait être bon ami avec la personne qui se prenait actuellement un soufflant par lui-même : La Senju. Forcément, il avait entièrement raison : depuis trois jours elle ne dormait plus, passant ses nuits à l'hôpital, elle le savait, de nombreux patients étaient morts de cette même maladie, et cela continuait encore et encore, elle n'arrivait qu'à une seule chose : apaiser les douleurs, mais cela ne faisait que retarder l'inévitable, et à côté de ça, elle commençait à ressentir de plus en plus de fatigue, liée à son manque de sommeil et à sa gestation. Clairement, ce n'était pas la meilleure période de sa vie, ô il y'avait pire, mais je pense que là, le niveau est déjà relativement haut. Enfin bon, elle n'avait pas le choix, elle devrait donc prendre sa journée, que cela lui plaise ou non.

Que pourrait-elle faire ? Il est marrant lui, avec tout ce qui se passe en ce moment, il voudrait qu'elle passe une journée en mode "Il se passe rien, détends toi", la bonne blague ! Enfin, elle eu une idée, ou plutôt une envie, se décidant alors, elle alla se changer chez elle, pris de l'argent et fit marche faire les commerces, mais pas n'importe lesquels. Commerce pour bébé, voilà ce qu'elle comptait faire, il était temps de se préparer à l'arrivée du bébé prévu dans six mois, peut-être cinq, mais peu importe. Il lui fallait un berceau, un lit, du mobiliers du rangements, bref, tout le nécessaire à maman, et croyez moi, elle allait le gâter ce bambin, par contre ... faudrait pas que cela rende les deux filles jalouses, Haena et Ayame risqueraient de mal le prendre. Un petit sourire en coin, elle achetait deux poupées pour chacune, elle en était certaines, cela leur plairait énormément.

- Bon, maintenant, le bébé.
- Ohayo madame, je peux vous aider ?

Ah oui, la classique vendeuse qui vous stalke dés que vous arrivez, mais étrangement, elle ajoutait un peu de gaieté dans la journée de la jeune Senju, après tout, la vie ne tournerait pas éternellement autour de cette maladie, elle le savait ça, mais elle aurait aimer qu'il soit plus aisé de s'en débarrasser, soupirant alors une fois de plus pour cette journée en s'apercevant qu'elle n'arriverait décidément jamais à se détendre tant que cette foutue malédiction n'aura pas été exterminée ... Elle prit alors le temps de rouvrir les yeux, se tournant vers la jeune femme qui semblait être nouvelle dans le petit magasin, hochant la tête avec vivacité, un petit air joyeux au visage. Posant une main sur son ventre en le regardant.

- Oui ! En fait, j'attends un enfant, et j'aimerai préparer sa chambre avant sa naissance et tant que je le peux.

Oui, tant qu'elle le peut, après tout, arrivait à un certains temps de gestation, tout devient beaucoup plus compliqué, n'est-ce pas ? Faut dire, c'était déjà pas très simple, son petit ventre rond changeait ses habitudes, et elle en était fière, pas de réel complexe vis-à-vis de ça, bon, peut-être quand même un peu, elle aimerait pas garder ce ventre rond éternellement en fait. Mais ce n'était pas spécialement un complexe.

- Oh je vois, je suis heureuse pour vous, venez, je vais vous montrer une chambre qui, je n'en doute pas, vous plaira.

L'achat du mobilier fût quelque chose qui lui prit du temps, elle avait envie que cette chambre soit la plus jolie, que son enfant s'y sente bien et puisse y dormir paisiblement, et elle y restait une majeure partie de la journée, en compagnie de cette vendeuse, affinant les choix du matériel, de la taille, de la couleur, elle se faisait une chambre à ses goûts, et lorsqu'elle ressortit, il était bien l'heure du repas, c'est alors aux alentours de midi que, désireuse de manger en compagnie d'une amie, une amie de longue date, bien que toute deux ne soit pas bien vieille finalement. Elles se retrouvèrent ainsi dans un petit restaurant pas très chères mais qu'elles avaient toujours appréciées, après tout, il n'y a pas besoin de dépenser l'intégralité de ses économies pour apprécier quelque chose, ne pensez-vous pas ?

- Alors comme ça tu attends un enfant ? Depuis combien de temps ?
- Houlà ... doucement Minuiki, alors oui, et ça fait trois mois, peut-être quatre maintenant, tu sais, j'ai encore le temps de m'y préparer.
- Ne pense pas comme ça Shishi ! Cinq mois c'est trop court, les vêtements, les jouets, la chambres, les achats nécessaires comme les couches, les biberons, le lait, les draps, tu vois ! T'a énormément de chose à faire ! Imagine que tu veuille repeindre la chambre du bébé, tu pourra pas le faire pendant l'accouchement hein !

Elle ne changera donc jamais, Shihone riait joyeusement en l'entendant, elle avait toujours beaucoup appréciée la rouquine, et elle savait qu'elle n'avait pas tort, après tout, elle était mère de trois enfant elle aussi, alors elle savait très certainement de quoi elle parlait, et sans doute mieux que la jeune Senju, cependant, cette dernière, aimait prendre le temps de préparer chaque chose à son rythme, refusant de faire ça vite pour le bâcler bêtement. Enfin bon, le repas fût l'un des meilleurs que les deux demoiselles aient manger ici, et elles s'en allèrent gaiement, la princesse avait prévue d'acheter quelques jouets cet après-midi, et c'est sur le chemin, que la Kurama proposa à Shihone de faire ça ensemble. Répondant alors, elle eut cependant un peu de mal à terminer sa phrase, prise par une toux assez récurrente, au bout de quelques minutes elle reprit un grand bol d'air avant d'expirer, calmant cette crise surprise.

- On dirait que tu couve quelque chose ma grande, tu devrais te reposer un peu, sans doute une petite toux.
- Oui, une petite ... toux, sans doute. Tu as raison.

Une toux, sans doute, au fond d'elle, elle doutait sérieusement de ce diagnostic, oh non, elle n'y croyait pas, cette toux, elle le savait déjà au fond, bien qu'elle refusait de l'admettre pour l'instant, elle était désormais prise en chasse, mais combien de temps pourrait-elle fuir ? Elle n'avait aucune idée de ça, cependant, elle ne perdait pas espoir, pas maintenant, après tout, elle n'a fait que tousser, rien de plus, alors ... peut-être que, qui sait, elle peuut y échapper, regardant son ventre, elle avait promis de le protéger, c'est tout ce qui compte pour elle, que son enfant puisse naître, grandir, avoir des amis, une famille. Cependant, elle fût ramenée sur terre par la Kurama qui la glissait dans un magasin de jouets pour enfants, que le shopping commence ! Forcément, la jeune rousse parvint à rendre le sourire à la demoiselle qui semblait aller mal aux yeux de cette dernière. Il ne lui restait pas énormément d'argents en poche, alors elle ne pouvait acheter qu'un seul jouet, un seul cadeau pour le moment, regardant bien le tout, avant de finalement se décider. Une flûte enfantine, il suffirait pour l'enfant de souffler dedans, même faiblement, et un son en sortirait, cela semblait très amusant ! Prenant alors la boîte avec un large sourire, le jouet était vraiment très beau esthétiquement.

- Shihone ! Regarde ce que j'ai trouvée, j'te l'achète et t'a pas le choix.

La Kurama revenait tout sourire, dans ses mains elle tenait une sorte de fleur amovible qui fonctionnait de la même manière qu'un moulin à vent, cet enfant aura vraiment des joues bien dodues si elles continuent à vouloir le faire souffler ! La Senju ricanant gentiment aux paroles de son amie, elle hochait la tête en faisant mine de râler pour la taquiner, et tandis qu'elle partit à la caisse pour payer, Shihone sentit une nouvelle crise de toux, mettant sa main devant la bouche, elle posait faiblement un genoux à terre, sa main était rougie, elle en était sûre désormais, restant là, immobile, presque statufiée, elle l'était à son tour ...
Mais elle entendait ses pas revenir, encore, lentement, aussi vite qu'elle pût, elle essuyait ses mains sur l'intérieur de sa veste, faisant semblant de s'être fait mal au genoux.

- Ca va aller ? Bon, allez, je te ramène chez toi, il faut que tu te repose.
- Oui ... Rentrons, j'ai des choses à faire en plus, et je dois donner les poupées aux filles.
- Non, t'a pas compris, en rentrant, je t'interdit de faire quoique ce soit, tu donne les poupées aux petites et tu va te coucher, c'est clair ?

La rose n'osait pas rétorquer quoique ce soit, préférant ne pas se disputer avec elle, pas maintenant. Le trajet jusque la demeure Senju, sera à tout jamais, le trajet le plus difficile, psychologiquement, elle ne tenait plus, elle n'en pouvait plus, elle se savait mourante, mais elle refusait de le dire, refusant de perdre son enfant, d'inquiéter sa famille, alors en arrivant, elle bût le thé avec sa mère, sa soeur et son père. Elle profitait de cette fin d'après-midi pour jouer avec ses filles, les cajoler, une dernière fois, avant de laisser couler quelques larmes qui inquiétèrent aussitôt les deux enfants, elles enlacèrent instinctivement leur mère, ne sachant pas la raison de son chagrin, mais elles voulaient la rassurer ! La Senju avait de faibles vertiges et quelques plaques rouges sur les jambes et les bras qu'elle dissimulait immédiatement, enlaçant ses petites avec tant de force et d'amour. Elles s'endormirent finalement dans ses bras, les couchant doucement sur son lit, elle les laissait dormir paisiblement.

Cette nuit-là, elle ne dormirait pas, les symptômes s'accumulaient, la fièvre venait prendre possession de son corps, les plaques s'aggravaient, se répandant sur l'ensemble de son corps, elle savait qu'elle partirait cette nuit, regardant son ventre encore une fois, et les jouets achetés pour l'enfant, elle refusait de simplement partir et prendre l'enfant avec elle, elle refusait de le laisser mourir, elle y réfléchissait depis qu'elle le savait, et elle avait trouvait une solution, on ne la retrouverait pas, on ne retrouverait pas l'enfant, mais ... l'amour guide même les aveugles, beaucoup comprendront ce qu'elle est devenue, elle qui désire laisser une trace, une empreinte pour tout ceux qui sont mort de cette maladie, malheureusement, elle ne savait pas quoi mettre, elle n'arrivait pas à décrire ce qu'elle ressentait là maintenant, et se contentait simplement de dessiner une larme, une simple larme, ni plus ni moins, qu'elle laissait là avant de quitter la demeure du clan, pleurant, couverte d'une cape, elle traversait les portes du village pour en sortir, ce village, il signifiait tant de choses à ses yeux, elle le quittait, elle rejoignit la forêt de Hi, marchant, encore et encore, son projet était déjà tout prêt, elle savait ce qu'elle allait faire, elle avait pris les jouets de l'enfant, la rose et la flûte. Sur le chemin ses pas étaient accompagnés par la mélodie de l'instrument, accablé par le souffle du vent, quant à la rose, elle tournait, encore et encore, jusqu'à ce qu'elle arrive sur place, une petite prairie non loin du coeur de la grande forêt de Hi, là, elle posait les jouets au sol, pleurant encore.

- Tu vivra ... Chisaname, je veillerai sur toi, éternellement, je serais ta mère, tu verras, on sera heureux à jamais. Désolée, je suis vraiment désolée ... je ne te présenterai pas ce monde comme moi je l'ai vu ... mais nous le verrons d'une autre manière, toi, moi ... et Keisuke, nous le verrons grandir.

Elle affichait un faible sourire larmoyant, retirant sa cape, plantant les jouets dans la terre de manière à ce qu'ils tiennent, avant de tomber à genoux, regardant la prairie, les étoiles, une dernière fois, crachant une nouvelle flaque de sang, elle était fatiguée et ne tarderait pas à passer de l'autre côté, elle devait se dépêcher ou se serait trop tard, joignant alors ses mains, tremblante de douleurs et de fatigue.

- Jidai no owari: Hogo shafuto [La fin d'un âge : l'arbre protecteur].

Aussitôt, le sol se mit à trembler, des racines surgirent doucement, s'enroulant, formant lentement un tronc, les branches poussèrent, tel un enfant qui grandissait, l'arbre s'étirait, s'élevant vers le ciel étoilé de ce soir, voyant alors par dessus la forêt, il était si grand, si beau, les branches s'inclinèrent, les feuilles poussèrent, prenant leurs couleurs : rose, tels un cerisier, un grand cerisier, il était si beau, si majestueux. Des racines vinrent envelopper le corps de la jeune femme agonisante, ô non, elle ne disparaissait pas inutilement, ce lieu sera un recueil, une source de bien être. Elle fût alors enveloppée dans le tronc de l'arbre, tel la gardienne de ce dernier, après tout, elle en était la créatrice, la mère. Puis, cette arbre stoppait sa croissance, cependant, deux branches se replièrent contre le tronc, formant des mains griffues alors qu'elles recouvraient un bourgeon, le bourgeon. Elle l'avait fait, elle et son enfant vivraient ici, pour les siècles à venir, pendant des temps immémoriaux, jamais elle ne partirait, et jamais Chisaname ne partirait, ce garçon logeait dans son ventre qu'elle avait appelé : Petit bourgeon. Il verrait le monde à travers des génération, la mère et le fils se réincarneront encore et encore à travers ce simple bourgeon, le cycle recommencera à chaque fin, et c'est ainsi que les deux quittèrent ce monde pour le voir sous un autre regard, un nouvel aspect.

Toute chose à une fin, tout comme le papillon éphémère, ou la vie d'une araignée, mais, le chemin peut mener à un cycle répétitif. La fin, n'en est pas une, méfiez vous seulement des apparences de cette dernière, soyez attentifs. Heureux soit celui qui voyage en paix, heureux soit il à jamais.

Toutes les plantes fanent, même les plus fleuries 1497628338-picsart-06-16-05-51-21
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t8960-annales-de-shihone-senju https://sns-rp.forumgratuit.org/t4953-bingo-book-shihone-senju https://sns-rp.forumgratuit.org/f381-dossier-shihone-senju https://sns-rp.forumgratuit.org/t4950-shihone-senju-terminee
 
Toutes les plantes fanent, même les plus fleuries
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» de l'utilisation des plantes...
» Bonjour dans toutes les langues
» Toutes les eaux sont couleur de noyade. [PV Aélis]
» 07. Une pour toutes et toutes pour une !
» Un jeu pokemon avec toutes les régions, ça vous tenterait ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V2 :: RP :: Hi no Kuni :: Grandes Foret de Hi :: L'Arbre Protecteur-
Sauter vers: