Partagez
 

 Une fête tant attendue (première partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

Une fête tant attendue (première partie) Empty
MessageSujet: Une fête tant attendue (première partie)   Une fête tant attendue (première partie) EmptyDim 19 Fév - 21:18

Kyûji fermait les yeux tandis que l'eau brûlante se déversait avec fracas sur son visage. Il vida entièrement la bassine sur lui afin que ses longs cheveux soient suffisamment imprégnés d'eau, et s'asseyant dans sa baignoire, entreprit de se les laver. Il les frotta vigoureusement avec son shampoing, et ce faisant, réfléchit à ce qu'il venait de dire à Shinsaku. Il était vrai que la révélation qu'il lui avait faite était nécessaire, mais il ne pouvait se départir de l'idée que lui avoir avouer ses nouvelles fonctions lui apporterait des ennuis... Pourtant, il savait que Shin ne dirait rien, mais le fait que Saya ne soit pas au courant ne pouvait dès à présent plus durer ! Comment la laisser dans le secret alors que son propre frère était au courant ? Impensable. Ne prêtant plus attention à ce qu'il faisait, un peu de mousse coula sur son front, jusqu'à son oeil, lui procurant une désagréable sensation de picotement aigu ! Kyûji cligna de l'oeil, et tenta tant bien que mal d'ôter la gêne qui accablait son globe occulaire... Constatant l'absence de résultat, il immergea l'intégralité de sa tête dans l'eau claire de son bain ! Ainsi coupé du monde extérieur, il ouvrit les yeux, et pensa à ce qu'il allait faire. Il avait mal. Mentir à Saya serait trop dur pour lui, il devait lui dire la vérité. Et le plus tôt serait le mieux...

Il émergea d'un coup, rejetant ses cheveux en arrière et éclaboussant une bonne partie de la salle de bain, et inspira profondément, reprenant son souffle. Il donna un coup de poing rageur mais dépourvu de force dans le liquide parsemé de mousse blanche, et se sentit complètement ridicule. Il commença à se laver le corps avec du savon, n'arrivant pas à chasser les nuages qui obscurcissaient son esprit... Et sa mère fit irruption dans la salle de bain. Elle sursauta, ne s'attendant pas à le voir ici (il faut dire que Kyûji avait tendance à se laver aux bains publics, et non pas chez lui), et fut sur le point de ressortir lorsqu'elle remarqua qu'il semblait déprimé... Tenten, attristée, s'approcha de son enfant, et toujours derrière lui, s'accroupit et le serra dans ses bras. Kyûji posa sa main sur celle de sa mère, mais ne dit mot. Une goutte d'eau coula le long sa mâchoire... mais personne n'aurait su dire si c'était une larme ou simplement l'eau qui dégoulinait de ses cheveux. Tenten embrassa la tête de son fils, et respecta le silence douloureux que Kyûji avait instauré. Ils restèrent ainsi pendant plusieurs minutes, avant qu'il ne prenne l'initiative d'ouvrir la bouche :

- M'man... T'es-t-il déjà arrivé de devoir avouer quelque chose de très difficile à une personne qui compte beaucoup pour toi ? Alors que tu savais pertinemment que cela lui ferait du mal ?

Tenten sourit avec tendresse, d'un sourire triste et affectueux. Comme à son habitude, elle lui répondit de manière simple et directe.

- Oui mon chéri, cela m'est déjà arrivé. Par exemple, un jour j'ai dû expliquer à ma mère que je souhaitais pas prendre sa suite en tant que restauratrice, mais que j'avais la ferme intention de devenir Kunoichi. Il est évident que cela lui a fait de la peine, d'ailleurs elle a refusé de me parler pendant des années... mais elle a fini par accepter et respecter mon choix, et ça c'est important. Une vérité, aussi dure soit elle, mérite d'être dite aux gens qu'on aime, car le mensonge sera toujours infiniment pire. Ne t'en fais pas mon lapin, qui que ce soit la fille à qui tu dois avouer que tu es Anbu, même si je suppose que c'est bien évidemment Saya Nara, tu peux être sûr que si elle tient à toi, elle comprendra, dit-elle avec un petit sourire malicieux.

Kyûji se retourna dans sa baignoire avec surprise, et faillit se redresser d'un coup, mais se souvint qu'il était complètement nu et préféra rester assis.

- Maman ! Comment sais-tu que je suis... Il avait du mal à prononcer ce mot, sachant que son secret était éventé... que je suis un An-bu ?! Sa voix était saccadée, et on sentait l'énervement faire vibrer ses mots.

- Voyons mon lapin... Si tu ne laissais pas traîner tes affaires dans l'entrée, je n'aurais pas touché à ton sac et ton masque ne serait pas tombé. Tu sais que celui de père est différent du tien, alors je n'allais pas me tromper, comprends-tu ?

- Arrête de m'appeler comme ça, je ne suis plus un bébé ! Mais c'était top secret ! Je veux dire... Je n'ai pas le droit de le dire à qui que ce soit, comment peux-tu cautionner le fait que je le dise à quelqu'un, même si c'était - car je n'ai jamais dit que c'était une fille - Saya ??

Tenten eut un petit rire enfantin qui refroidit instantanément Kyûji. Elle se moquait de lui ?

- Je suis ta mère, Kyû. Ne crois pas que tu puisses avoir le moindre secret pour moi, si tu vois ce dont je veux parler... lui dit-elle avec un clin d'oeil.

- Et bien... Je souhaiterais terminer de prendre mon bain, si tu n'y vois pas d'inconvénient... répondit Kyûji en lui tournant le dos avec une moue renfrognée. On en reparlera quand je serai en position de force, c'est-à-dire habillé.

- Bien mon lapin ! Et nettoie-toi bien entre les doigts de pied !

- MAMAN !

Elle referma le panneau avec précipitation en éclatant d'un grand rire, avant que Kyûji ne lui lance sa savonnette d'un air rageur !


~~~


Kyûji monta dans sa chambre avec détermination. Il savait exactement ce qu'il allait faire : sa mère avait raison, mentir ne servirait à rien, lui cacher la vérité, encore moins. Il allait tout lui avouer, et affronterait sa réaction. Il savait qu'elle le prendra mal, mais il avait confiance en leur amitié, et savait qu'elle comprendrait. Rasséréné, Kyûji décida d'entreprendre la délicate tâche qui consistait à choisir une tenue pour la fête donnée en l'honneur de Shin. Il avait le choix entre... une tenue d'Anbu ? Stupide, pourquoi y avoir seulement pensé une seconde ? Une tenue de combat noire et proche du corps ? Élégante peut-être, mais trop connotée pour le combat. Son ancienne tenue de Chuunin ? Non, ridicule et hideuse. Celle de juunin ? Cela serait une plaisanterie de très mauvais goût... Bref, le choix était cornélien (même si Corneille n'existait pas dans le monde de Naruto)... Kyûji s'effondra à moitié nu sur son lit en poussant un soupir de découragement... Il avait l'impression d'être une fille devant s'habiller pour séduire un joli garçon.

"Voilà pourquoi je n'aurai JAMAIS pu être une fille..."

En maugréant et en continuant à se plaindre, il se prit la tête dans ses mains, et se mit à gigoter sur son matelas. Ce qui devait arriver arriva : il glissa et fit un roulé boulé au sol. Grognant de douleur, il se leva en faisant la moue, face à son armoire. C'est là qu'il repensa aux autres vêtements qu'il possédait mais ne mettait pratiquement jamais... Poussant le panneau qui refermait la partie gauche de son armoire, il eut la grande surprise de constater qu'elle était remplie ! De multiples kimonos et costumes qu'il n'avait probablement jamais portés ! Sa mère les lui avait sans doute offert, pensant qu'ils lui seraient utiles un jour... Le seul kimono qu'il avait porté d'après ses souvenirs étaient blanc, tandis que là... Les étoffes étaient multicolores. Du rouge, du jaune, du vert... Un arc en ciel de soie et de lin, sûrement une fortune... c'est alors qu'il remarqua la présence des initiales de sa mère. Elle les avait cousus elle-même ?? Bluffant ! Il sourit en pensant qu'il ne serait rien sans ses parents... Et entreprit d'essayer les vêtements somptueux alignés devant lui.

Se tournant pour voir son dos dans le miroir mural, il eut un petit sourire satisfait : le bleu pâle qu'il avait trouvé lui allait à merveille, et faisait ressortir ses yeux. Kyûji sortit alors de sa chambre, n'emportant pas d'arme. Non seulement il estimait être en sécurité, mais de plus, il était parfaitement capable de se défendre à mains nues en cas de problème... Tenten le vit descendre l'escalier avec un sourire jusqu'aux oreilles, tandis que Kyûji, lui, se mettait à rougir comme un piment. Elle éclata d'un grand rire, chose qui n'échappa pas à Neji. Ce dernier les rejoignit alors dans la pièce, et enlaçant tendrement sa femme dans ses bras, sourit en voyant l'élégante tenue de son fils. Lui-même portait un kimono blanc avec le symbole du clan, ce qui n'échappa pas à son fils.

- Je sais ce que tu penses... mais non. C'est exceptionnel, je ne porterai pas ça tous les jours papa. D'ailleurs, merci m'man, tu me sauves la vie.

- Je sais mon lapin, je sais ! répondit-elle guillerette. Nous te rejoindrons plus tard, ton père a encore quelques petites choses à régler vis à vis de ta propre nomination... Il doit notamment aller voir le Hokage pour lui demander des précisions sur tes absences, après tout, étant de l'Anbu lui aussi, il a le droit de savoir, c'est un avantage.

Kyûji soupira, et se dirigea vers l'entrée de la maison.

- Soyez là pour le discours de Shin, il commence à 22h... Vous avez le temps, mais bon, comme vous mettez toujours des années à papoter... 5 heures, ça passe vite. À tout à l'heure !

Et avant que sa mère ne puisse lui répondre avec un "mon lapin" bien placé, il sortit et referma la porte derrière lui d'un coup sec. Respirant l'air frais du soir, il se mit en marche en direction de la demeure des Nara, le sourire aux lèvres.




Deuxième partie : dans le quartier Nara
Revenir en haut Aller en bas
 
Une fête tant attendue (première partie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V1 :: Hi no Kuni :: Konohagakure no Sato :: Quartiers résidentiels :: Quartiers Hyûga-
Sauter vers: