Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Hokage | Avenement d'un nouvel Hokage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 1772

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 3 A - 2 B - 1C - 1 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Hokage | Avenement d'un nouvel Hokage   Sam 1 Nov - 19:52






Avènement d'un Hokage

Ou quand on s'aperçoit que le ninja le plus fort de son village est une jeune kunoichi de seize ans








Introduction :
 


 Quelques temps après le terme de ce que certains auraient pu appeler la cinquième grande guerre shinobi opposant Iwa à Suna, alors que le démon Sanbi venait d'être scellé par Kumo et une petite équipe de ninjas de divers horizons, un drame allait prendre place dans un petit village de Hi no Kuni. Les bâtisses déjà rongées par le sang et les flammes prenaient une teinte rouge et cendrée qui s'évadait dans les airs dans une colonne de poussière cramoisie, les flammèches écarlates crépitaient sous le soleil de plomb qui régnait au dehors et étouffait les quelques râles encore perceptibles sortant des maisonnées. Ce village en feu, pourtant paisible une poignée de minutes auparavant, avait été la cible d'un homme que l'on recherchait depuis des années déjà à Konoha. Il revêtait l’apparence d'un simple ermite bourgeois, l'air décalé déconnecté du monde réel. Deux grands drapés violet et noir, quelques bandages protégeant son torse, de longs cheveux blonds dégringolant de son visage d'aspect doux comme un agneau, un collier en torsades de brins de lin, une ombrelle, des amulettes, des runes. Et un œil caché par un bandeau noir. Qui aurait pu croire que cet homme serait capable d'exterminer tout un village par le délicieux fumet de sa pipe, simplement par ses talents pour le suiton et le fuuton agrémentés d'une allumette ? Personne. Personne n'aurait pu le croire. Personne ne pût alerter le village caché de Konoha assez tôt pour que des renforts soient envoyés à temps, avant que le massacre ne se terminât entièrement. Des renforts auraient été vains.

 Hanako avait quitté le Raikage quelques heures plus tôt. Sa mission d'information était depuis bien longtemps achevée, et les nouvelles sur la trace de l'Akatsuki dans le monde étaient devenues des informations ultra-confidentielles qu'elle se devait de transmettre au plus vite au reste du Conseil. Il fallait aussi prendre en compte que le reste de l'équipe chargée de traquer l'Akatsuki était partit de son côté et que la jeune fille devait les retrouver au plus vite après avoir déposé son compte-rendu au village, et qui savait où ils étaient. Elle n'avait aucun contact avec eux, si ce n'était que Kyûji était sans doute parti en tête du groupe grâce à l'aide de ses byakugans. Et bien que le jeune homme avait la carrure pour se débrouiller seul et même protéger tout le reste de son équipe, malgré l'aide de Nibi qu'elle savait toujours présente au bon moment, (et malgré le caractère impossible du petit chaton), elle avait peur pour lui. Et pour sa troupe. Et pour son village. La Hyûga avait peur pour tous ceux qu'elle connaissait, tous ceux qu'elle voulait protéger, et tous ceux qui croyaient en elle ; mais elle ne pouvait être de partout à la fois. Elle avait laissé un clone au village, c'était la meilleure chose qu'elle pouvait faire en ces circonstances. Seulement, elle ne pouvait gérer le Jiei et protéger les habitants, participer aux réunions du Conseil, chasser l'Akatsuki, retrouver les sharingans, gérer un bijuu, et s'occuper de la politique externe envers les autres pays à la fois. Enfin, quoique... c'était bien ce au'elle faisait. Mais c'était sans compter la colonne noirâtre de fumée qui s'envolait dans les airs, à quelques kilomètres de l'endroit où elle avait trouvé chemin pour rentrer à Konoha. Que faisait donc cette fumée dans un ciel estival si dégagé ? Rien de bon ne se présageait avec un feu d'une telle envergure.

- Byakugans !

 Droit devant elle s'étendaient des arbres à perte de vue, sur des centaines de mètres, mais ses yeux n'étaient aucunement gênés par ce très léger désagrément. Depuis le temps, depuis que l'attaque de Takabi sur Konoha les avait obligés à reconstruire le village et créer une équipe de défense supplémentaire, elle avait eu le temps de développer la maîtrise de ses byakugans, et ainsi de se perfectionner. Peut-être maintenant voyait-elle aussi loin que Neji et Kyûji ? C'aurait été quelque chose dont elle aurait pût être réellement très fière. Après tout, ce qu'elle souhaitait inconsciemment c'était de dépasser son ''frère'' pour pouvoir le protéger à son tour. Mais ils ne s'étaient pas entraînés ensemble depuis si longtemps... elle n'avait sût si elle l'avait rattrapé ou non, après tous ses mois d'absence : à peine rentré, ils étaient déjà repartis ; et de surcroît, chacun de leur côté. Hanako voulait terminer au plus vite toutes ces choses qu'elle avait à faire, rentrer délivrer ses informations puis partir sur la trace de Kyûji afin de ne plus le laisser prendre seul tout sur ses épaules. Pour cela, une rapide vérification de la provenance de cette fumée et elle pourrait repartir au plus vite terminer sa mission. Décidée de prendre rapidement tout en main, même les choses qui n'étaient pas prévues dans ses plans, la jeune kunoichi accéléra le pas et concentra sa vision sur le village qu'elle venait de localiser. Entouré par une forêt épaisse, il semblait y parvenir une cacophonie sans égale, à la fois danse macabre et engourdie, d'un genre étrangement désordonné. C'était un peu trop loin pour qu'elle parvienne à isoler des actions bien précises, mais il y avait de toute évidence un feu gigantesque qui se propageait dans ce village. «Quel massacre ! Pire que l'attaque du nukenin d'Iwa.» pensa-t-elle. «C'est affreux. Qui a pû faire ça ?!» Elle accéléra encore le pas, jusqu'à atteindre une vitesse de course effrénée. Une silhouette venait de se découper devant l'entrée du village mis à feu. Elle accéléra encore. Un homme se tenait devant les grandes portes d'entrée. Et cet homme, elle l'avait déjà vu. C'était celui qu'elle avait «capturé» lorsqu'elle était en quête d'informations sur l'Akatsuki, celui à qui elle avait soutiré l'information sur le bijuu Sanbi. Il l'avait aussi suivie jusqu'aux mers de Kaminari. Que venait-il faire ici ? Elle aurait dû le ligoter lorsqu'enfin, elle l'avait mis KO, alors que cet inconnu l'avait poursuivie et attaquée par surprise. Bon. Elle l'avait obligé à lui dire ce dont il était au courant en affaiblissant son esprit. Soit. Mais quand même ! Enfin, pour qu'il soit autant au courant sur les bijuus, elle avait trouvé bizarre qu'il n'ait rien sût sur l'Akatsuki. «J'aurais dû me méfier et l'empêcher de nuire... j'aurais dû... aah, s'il n'y avait pas eu autant de témoins.!» Elle regrettait de n'avoir pût le garder à l’œil après l'avoir mis KO ; mais il y avait eu un bijuu à combattre, ce qui était nettement plus important lorsque tout ça s'était passé. Sauf que maintenant, la menace était bien réelle : le soi-disant ninja sans importance avait mis le feu à un village de Hi no Kuni.

 Le village n'était plus qu'à quelques mètres, de la fumée grisâtre s'échappant de ses remparts en pierre et terre de sienne. Hanako ne pouvait laisser passer ça ; pas une troisième fois. D'abord Kumo, puis Konoha, et enfin ce village ; non ; non, c'était trop. Cette fois-ci, avant qu'il ne soit trop tard, elle allait prendre les devants et anéantir la menace.
 Hanako arrêta sa course et s'approcha de l'homme à l'ombrelle d'un pas léger, mais emprunt d'une allure ferme et assurée qui lui donnait l'air d'un ninja que l'on craindrait aux quatre coins du pays. Prudence était mère de sûreté, et malgré la facilité avec laquelle elle l'avait vaincu quelques jours/heures plus tôt, il eut semblé que personne ne pouvait rien faire contre cet homme-là et contre le feu qu'il avait de lui-même propagé. Pas même une égratignure ou l'impression qu'il n'avait peur qu'on vienne l'attaquer. C'était un tout autre homme : un shinobi sûr de lui ne craignant ni foi ni loi. Jusqu'à quel point était-il fort pour que les plus grands guerriers de ce village aient peur et tremblent comme des mouches prises au piège devant une araignée ?

- Aaah, la petite demoiselle. dit-il d'une voix où l'on sentait une pointe d'amusement, très vite remplacée par un ton hautain. La comédie a assez duré je crois... il est temps pour moi de ne plus me cacher. As-tu aimé mon petit jeu...?


 Tsss, apparemment, il savait bien plus de choses qu'il n'avait voulu lui en dire. Elle nota qu'il lui faudrait absolument améliorer sa technique d'extirpation d'informations. Mais cela voulait aussi dire qu'il avait joué le jeu lorsqu'elle l'avait attrapé et ligoté comme elle l'aurait fait d'un simple indicateur peu scrupuleux s'enfuyant pour lui cacher des choses. Ça n'était pas bon. Cela voulait dire aussi qu'il lui avait caché sa réelle puissance, et qu'il y avait un but à ça. La Hyûga ne broncha pas. Elle attendait. Il ne daigna même pas se retourner pour lui parler, pour observer sa réaction, ou pour savoir où elle était et ce qu'elle faisait : il était décidément absolument sûr de lui. Tellement, qu'il avait même prévu qu'elle lui lancerait un kunai lorsqu'il fit mine de tenter une sortie vers la droite. Hanako resta maître d'elle-même, et n'agit pas sans savoir sur quel terrain elle s'engageait.

- Qui êtes-vous exactement ? elle raffermit son ton. Je ne nous laisserai pas partir avant de savoir exactement ce que vous avez fait, et ce que vous savez.


 Il se retourna. Hanako resta de marbre. Leurs regards se croisèrent un instant, et ils surent que chacun d'eux était sérieux et ne laisserait rien passer à l'autre. La Hyûga sût qu'elle devrait l'immobiliser entièrement si elle voulait sauver le village qu'il venait d'incendier, et qu'il s'apprêtait à étouffer encore plus dans les cendres.

- Suiton. Mizu bunshin no jutsu. Kaihodan !

- Technique interdite, Kagebunshin no jutsu. Hakke kôsen.


 Deux clones d'eau apparurent sur le terrain, d'où jaillit un gigantesque tir de suiton fonçant vers la jeune fille. Il aurait bien vite fait de parcourir les huit mètres qui le separait d'elle, mais la kunoichi répliqua en utilisant un jutsu que seuls quelques shinobis avaient eu la chance de connaître, à savoir seulement trois personnes encore capables de l'utiliser : Kakashi, Konohamaru, et elle. Une technique absolument dangeureuse et qui, depuis qu'elle l'avait récupérée par erreur suite à l'attaque de Takabi, était méticuleusement scellée dans un endroit secret extrêmement protégé. Naruto-sama, puis elle, ça faisait trop d'enfreintes au règlement ; le village ne pouvait plus se permettre que ce dangereux parchemin tombe dans les mains de n'importe qui, et de quelqu'un tout court. Elle se demandait pourquoi ils ne l'avaient pas tout simplement détruit. Mais cela l'arrangeait bien, et avait permis de la sauver d'une mort certaine, elle et ses compagnons. Kakashi-sama avait bien fait les choses en finissant de lui apprendre une technique (interdite) incomplète ; maintenant, elle ne faisait que copier, copier, et se rapproprier ce jutsu. Ses clones à elle avaient l'avantage de posséder une technique que l'on pouvait faire à deux et même à plusieurs, qu'ils s'employèrent à réaliser bien avant que les attaques adversaires n'aient le temps de faire des dégâts. Le duo de silhouettes féminines lança ses paumes en avant en guise d'unique barrière :

- Jûken. Hakke tekubi !!


 Et alors que l'attaque combinée agissait comme un mur de paumes du Hakke d'une efficacité bien supérieure et repoussait le tir suiton, la lame de chakra lancée par la jeune fille qui s'était envolée dans les airs d'un bond pour passer outre de la rafale aqueuse de Satsuki arrivait vers son opposant et transperçait les clones d'eau qui protégeaient la cible, explosant à leur contact dans un bouquet de gerbes d'eau.

- Suiton, Hahonryuu ! La main du néant !


 Encore du suiton ? Après avoir essuyé l'attaque précédente, les clones d'Hanako ne purent que vainement tenter de protéger leur originale et un véritable torrent s'abattit sur elles trois en emportant la Hyûga en arrière. Elle s'écrasa lourdement sur le premier arbre que son dos vînt heurter, et tenta aussitôt de se relever en crachotant par intermittence toute l'eau qu'elle venait d'avaler ; mais c'était trop tard ; Satsuki ne semblait pas vouloir lui donner un instant de répit. Ses mudras à peine esquissés avaient fait apparaître une gigantesque main d'eau qui attrapa la jeune fille et la souleva en l'air. Elle se débattit, comme s'il s'agissait d'une main normale, tentant avec sa seule agilité de sortir de son guêpier ; mais toute tentative était vouée à l'échec. La kunoichi ferma alors les yeux et se concentra tandis que son adversaire tentait de l'écraser en raffermissant la prise de la main. Ses poumons se contractaient, souffraient, mais elle ne perdit sa concentration, et rouvrit les yeux d'un seul et même instant en accord avec son corps en expulsant une infime quantité de chakra par tous ses tenketsus, modifiant l'espace autour d'elle et créant des vides autour d'elle là où aurait dû se trouver la main. Elle s'extirpa grâce à une impulsion de chakra et se retrouva très vite en l'air, libre de ses mouvements et plus remontée que jamais. Rapidement, son poing se vit entouré d'une lueur bleutée, et elle s'écrasa de tout son poids sur la main qui avait tenté de la blesser, en explosant tout ce qui se trouvait sous son poing d'une force cinq fois supérieure à la normale :

- Jûken. Soseiji tora !


  L'eau implosa littéralement et fut projetée aux quatre coins, formant une flaque gigantesque dont la taille progressa pour atteindre celle d'un petit lac peu profond. Mais une flaque de cette envergure pouvait largement ralentir les mouvements de la kunoichi - ce pourquoi elle retomba au sol aussi légèrement qu'une plume sur une surface d'eau, les pieds posés sur la surface du lac. Effectivement, les attaques de Satsuki avaient pour but de le mettre à son avantage avec son élément ; mais Hanako ne perdit pas un instant et s'élança tout droit, poings prêts à asséner leurs coups, ne laissant pas d'occasion à son adversaire pour l'attaquer encore. Ce dernier sauta en l'air tout en effectuant des mudras pour éviter les éclaboussures projetées par l'explosion.

- Suiton. Daibakufu no jutsu.


 Un cercle se forma dans l'eau, puis quelques millièmes de secondes après une colonne d'eau en jaillit et fondit vers Hanako, qui esquiva d'un bond rapide et remonta jusqu'à sa cible en traçant un trajet zigzagant qui longeait la colonne. Puis enfin, elle sauta, abattît son poing sur son adversaire, l'envoyant valser quelques mètres plus loin. Le bouclier de glace qu'il avait créé lui permit de ne pas ressentir le coup, mais le choc intense fendilla le bouclier qui ne résistait qu'à une force humaine, même surhumaine, celle que possédait Hanako était un peu trop puissante. Le shinobi posa alors une main à terre après s'être arrêté en un dérapage un peu trop contrôlé alors que son bouclier tombait à terre, un sourire carnassier sur le visage. Tous deux se dévisagèrent un instant et soufflèrent.

- Hinhin... alors comme ça, il insista bien sur le ''comme ça''. J'ai affaire à un shinobi du village caché des feuilles. Que c'est intéressant... mais ce n'est pas assez pour arriver à m'arrêter.!

«C'est ce qu'on va voir... pas assez... j'ai l'impression qu'il est capable de faire des attaques encore plus puissantes ; mais je n'ai pas encore utilisé le dixième de mes capacités. Je dois faire attention... et faire en sorte que l'incendie soit stoppé.»


Et il partit dans un rire étrangement odieux, un mélange entre celui d'une hyène et d'un gorille. Hana ne répondit pas à sa provocation, mais en profita calmement pour juger le contexte dans lequel elle était. Le village flambait, et la terreur semblait encore régner parmi les habitants ; deux ou trois hommes costauds observaient le combat depuis l'entrée du village, hésitant entre l'idée de tenter d'arrêter le feu et l'aider dans son combat. Depuis quand étaient-ils là à regarder ? Ils semblaient attendre quelque chose de sa part. Là Hyûga eut un soupir benêt : tant mieux. C'était exactement ce qu'il lui fallait. Elle s'approcha des 3 villageois en reculant précautionneusement de quelques bonds.

-Technique interdite de Konoha. Kagebunshin no jutsu !!

Surpris par l'utilisation d'une technique interdite, les villageois eurent un mouvement de recul commun. Surtout lorsqu'ils virent que les trois clones invoqués détalèrent dans leur direction ; ils eurent pendant un temps l'expression du ''Whaa... alors c'est vraiment vrai, elle peut utiliser la technique interdite de Naruto-sama.'' Puis très vite, ils coururent à la suite des clones jusqu'au village, s'organisant pour sauver tous les habitants et tenter d'arrêter le feu qui se propageait, entraîné par les volutes de vent qui parcouraient le village.

Alors qu'Hanako s'éloignait encore plus de son adversaire, celui-ci leva la main et fit tomber un liquide poisseux de par les cieux, qui s'effondrait tel que la pluie s'abattrait sur le terrain déserté de tout humain. De tout humain, sauf de la konohajienne Hyûga et de l'Akatsukien Satsuki. Très vite, le liquide qui flottait à la surface de l'eau s'enflamma et progressa à une vitesse fulgurante vers la kunoichi. Et tout s'accéléra. La jeune fille invoqua Dakô, sa précieuse arme extensible et vrillable à souhait ; elle fouetta l'air et l'eau, éclaboussant les environs, puis se retrouva à plus de cinq mètres de haut.  Satsuki créa une barrière de glace, mais elle balaya ce qui se trouvait en dessous de ses pieds d'un geste vif du bras. Son arme se tordit, puis revint vers elle lorsque les éléments décidèrent qu'elle devait respecter les lois de la gravité. Hanako utilisa son jûken, ses astuces de tacticienne, ses armes, son agilité, sa vitesse ; mais Satsuki restait quasiment intouchable. Ou du moins, elle avait l'impression qu'il esquivait tout. Il avait disparu d'un seul coup en fondant dans le lac et en ne faisant qu'un avec lui, se rendant impossible à attaquer. Mais était-il vraiment si impossible à attaquer ? Le byakugan fut d'un immense secours à la jeune juunin alors que progressivement, la mémoire de ses clones lui revenait. Le dernier des clones survint alors que l'Akatsukien s'était éloigné et reprenait sa forme originelle. En quelques minutes seulement, ses clones avaient appris beaucoup de choses. Et cette chose était d'une importance capitale : Satsuki ne voulait pas attaquer ce petit village de Hi simplement pour le brûler, oh que non. Ce qu'il cherchait à faire, c'était attirer des membres importants de Konoha pour prendre leur identité et rentrer dans Konoha pour y faire un carnage des plus insensés. Et le membre qu'il avait pêché et cherché à attirer depuis des semaines, c'était Hanako : ce n'était pas elle qui traquait, mais elle qui était traquée.

La jeune fille ingéra toutes les informations que le dernier des clones lui donna, mais il était trop tard. Elle avait cherché à ralentir Satsuki pour sauver le village qui brûlait, mais ce qu'il visait n'était autre que son propre village, ce qu'elle désirait protéger plus que n'importe quoi. Elle lança immédiatement son katana dans la direction de l'Akatsukien, mais il s'était déjà enfui. Elle se lança à sa poursuite, courant dans la forêt. Elle peinait à le rattraper mais sa vitesse était telle qu'elle pût quasiment combler son retard. Seulement, c'était sans compter l'apparition d'ailes de vent dans le dos du fuyard. Il repartit presque deux fois plus vite, et mit peu de temps à grandir l'écart qui les séparait. De là, elle savait parfaitement qu'il arriverait avant elle et qu'elle ne pourrait prévenir son village de la terreur qui les attendait ; comment avait-elle pu être aussi inconsciente et le laisser s'échapper ??!? Elle savait pertinemment qu'elle ne pourrait plus le rattraper de cette manière. Alors elle s'arrêta. Et bien que cela paraisse étrange, elle ferma les yeux.


Flash-back
Comment s'initier au senjutsu peut sauver la vie de tout un village.


Kumo, cinq ans en arrière. Il faisait relativement chaud, le soleil perçait à travers les nuages, et les quelques animaux des clairières bordant les mers de Kaminari no Kuni traversaient encore les chemins sans se soucier des prédateurs et humains qui auraient pu leur vouloir du mal. Loin derrière, deux personnes méditaient aux abords d'une cascade. L'une était toute petite, comme une enfant aux longs cheveux noirs, et la seconde avait la forme d'un animal majestueux et sombre. Nous avions là un tableau emprunt de bohème, où les deux personnages reposaient silencieusement, les yeux fermés, devant l'eau qui s'écoulait suivant une verticale parfaite. La jeune Mikan semblait ne pas bouger ; mais en réalité, tout son corps bougeait et changeait, se mouvait pour laisser de nouvelles possibilités transformer sa perception du monde. Ses yeux s'allongeaient, prenaient la forme plus raffinée et mystérieuse de celle des lynx et des tigres. Des crocs se formaient et s'allongeaient, ses doigts devenaient plus fins et plus griffant. La petite fille émit un petit grondement imparfait, signe que son corps s'habituait à cette sensation animale. Le tigre à ses côtés parla, sans ouvrir les paupières.

- Bien... c'est parfait, Mikan. Ton ouïe et ta vue, tes sens sont bien plus aiguisés maintenant. Oublie que tu avais des sens humains. Le senjutsu te fera voir ce que nous nous voyons, et ce que les humains ne peuvent voir. Écoute bien la nature, et ne coupe pas ton lien avec elle. C'est important. J'ai confiance en toi, petite.

La dénommée Mikan ouvrit les yeux, des petits yeux aux pupilles blanches entourés d'une couleur noir de jais prenant le forme d'un petit tigre. Ses yeux vifs tranchaient avec la couleur de son pelage : jamais on n'avait vu un tigre dont les yeux étaient d'un blanc violacé aussi imposant, contrastant avec perfection avec son pelage teinté de noir.



Fin du flash-back


La jeune Hyûga rouvrit les yeux. Elle n'avait gardé d'elle que sa mémoire, ses yeux étrangement fidèles à eux-mêmes, la trace blanche sur son pelage qui référait à sa mèche blanche naturelle, et sa couleur si sombre qui formait son pelage. Tout avait changé. Sans attendre, la tigresse poussa sur sa deuxième paire de pattes et courut à la suite de sa proie ; ses byakugans étaient inactifs, mais son odorat remplaçait ce qu'elle ne voyait pas. Rapidement, elle reprit du terrain sur son retard, et après des heures de course, ils arrivèrent en vue de Konoha. Hanako sauta sur sa cible d'un bond rageur, terrassant tout ce qui se passait à sa portée. Son action n'était pas sans rage, mais son opposant répliqua avec la même force, détruisant une partie des arbres sur une vingtaine de mètres. Il envoya des projectiles de glaces dans toutes les directions, qui se figèrent dans les écorces, dans la terre, et qui enflammèrent tout ce qu'ils touchèrent. Puis une énorme bourrasque de vent se profila vers la jeune kunoichi, qui s'était interposée entre Satsuki, et son village. Elle reprit sa forme humaine alors que le mur protégeant Konoha menaçait de s'effondrer, et déploya deux éventails devant elle pour contrer la bourrasque. «Bôhekibai no zôdai !!» La puissance de l'attaque la fit déraper jusqu'à la lisière de la forêt, -qui soit dit en passant n'était plus une lisière mais une limite entre un terrain de quelques mètres encore intact près du mur-frontière du village caché de la feuille, et un espace complètement ravagé, détruit par la précédente attaque de l'Akatsukien. Hanako cria à l'attention des gardiens encore un peu ébahis :

- ALERTE ROUGE !!! PRÉVENEZ LE CONSEIL D'UNE AFFAIRE DE LA PLUS HAUTE IMPORTANCE ! ... METTEZ LES HABITANTS EN SÉCURITÉ !!!!!

Ut bien plus vite qu'il ne fallut de temps pour le dire, Satsuki déversa des torrents d'eau gelés sur la Hyûga. Elle s'échappa au dernier instant par la voie des airs, Dakô en main, puis ne laissa pas un instant de plus à son adversaire pour préparer sa défense. La jeune fille fit une pirouette élégante dans les airs tandis que les premières unités défensives arrivaient, puis fondit sur l'Akatsukien, les poings recouverts d'une lueur bleutée qui flamboyait autour d'eux. Le choc fut rude, et d'autant plus que le dôme de glace qui servait de protection à Satsuki n'était pas fait que d'une seule couche épaisse. Les quelques juunins qui arrivaient derrière Hanako tentèrent de l'aider et attaquer leur ennemi alors qu'il était juste devant leurs yeux, mais la rapidité et la puissance du combat ne leur permirent pas de pouvoir ne serait-ce qu'esquisser une attaque vers l'Akatsukien. Hanako fêla le dôme, le percuta de sa force quintuplée par son jûken, le fracassa par sa vitesse et ses performances accentuées par le senjutsu encore présent en elle. Ils furent projetés dans des directions contraires, l'un s'enfonçant dans le sol, l'autre éjectée encore et toujours vers ce qu'elle aimait plus que tout : son village.
 La jeune adolescente haletait. À peine arrivée d'une course de plusieurs heures, elle donnait tout pour défendre ce village qu'elle n'avait pas totalement réussi à défendre la dernière fois : une fois, deux fois, trois fois : c'était trop.

Lentement, la résistance s'assemblait tout autour des décisions du Conseil. De la tour du Hokage, on pouvait voir le combat titanesque qui était sur le point de s'engager, et qui se déroulait sous les yeux de tous les villageois de Konoha : les frontières aux côtés de la porte principale étaient tombées sous l'effet de la bourrasque de vent de l'Akatsukien. Pendant plus de deux heures, on entendit les voix d'enfants, de parents, de ninjas, de dirigeants et de membres du Conseil s'exclamer :

- C'est la petite Hyûga des rumeurs ?!

- C'est la fille qui est passée juunin !!

- Ça ne serait pas la... le jeune membre du Conseil ?!

- Ils sont titanesques !! Tant de force ...!

- Oh mon dieu, la Hyûga !!

Et tandis que la kunoichi se battait corps et âme, la défense se mettait en place dans les rangs du Jiei. Hanako avait branché sa radio à la longueur de la section qu'elle dirigeait. C'est ainsi que Konoha prit des dispositions adaptées à contrer les objectifs de l'Akatsukien : protéger les documents officiels, les habitants, les bâtiments, et la sérénité du village, même sans le bataillon envoyé en traque à l'Akatsuki. Ce Satsuki était au courant ; il fallait l'empêcher de mettre son organisation dans la confidence.


Hanako étendit une vaste zone dans laquelle elle multiplia pièges, combos de jûken, lancés d'armes en tout genre et genjutsu. Satsuki s'enfuyait en devenant eau. Une matière inconsistante qui fit des dégâts sur les premières habitations et ravagea les pauvres portes du village. Le sang se déversait sur le sol paisible de Konoha, le combat prenait une tournure gigantesque, une véritable marée s'abattît sur les bâtiments encore debouts. Satsuki faillît noyer une dizaine de pauvres habitants et de personnes un peu plus connues ; mais la vigilance du Jiei permit aux shinobis de les sauver tous grâce à un filet qui sortit d'on ne sait où. Seuls les membres du Jiei le savaient... et Hanako était au courant, et profita de tous ces pièges qui étaient dores et déjà posés et dissimulés dans le village. Explosions, fumigènes, filets, projectiles. On vit un combat sans précédents se dérouler dans les rues de Konoha. Des éclats de givre filaient de partout, des pans de glace traînaient ça et là, explosés méthodiquement par Hanako, qui ne pouvait pas blesser son adversaire au corps aqueux. Comment vaincre un  adversaire intouchable ? Une tornade s'éleva dans les airs, que la jeune fille dispersa après être entrée dans la danse de la catastrophe naturelle créée par Satsuki. Elle explosa la tornade de l'intérieur, et ressortît par la voie des airs, pour encore fondre sur son adversaire. Trop prévisible. Sauf que ça n'était pas Hanako. La jeune fille s'était extraite de la tornade sous un panneau de bambou qui retomba au sol. Et celle qui tombait du ciel n'était autre qu'un de ses clones, disséminés dans tout Konoha. Tous les clones surgirent sur le dôme de l'Akatsukien, le brisant sous le poids du nombre, pour ne laisser qu'une fine couche de glace qui se fendit et tomba à terre, entre Satsuki et Hanako. La jeune fille avait des mudras sur le bout des doigts et regardait fixement son adversaire, qui prit bien garde à ne pas croiser son regard pour ne pas être pris dans son genjutsu. Il avait un sourire mesquin aux lèvres semblant vouloir tout dire. Trop prévisible aussi ? Le mouvement de va et vient du katana de la kunoichi formait le signe de l'infini. Intrigant ? Ce fût trop tard pour l'Akatsukien, que l'arme d'Hanako prit au piège. Quelques instants plus tard, la jeune fille survolait son ennemi et marquait d'une croix son dos élégamment protégé d'un kimono de soie imbibé de rouge. Comment un corps liquide pouvait-il être touché ? La jeune fille avait finalement compris qu'il ne pouvait être aqueux lorsque ses techniques tenaient du fuuton. Autrement dit, ses techniques liées au vent et à la glace : et son dôme n'était autre qu'un bouclier de glace.

Elle avait enfin sérieusement blessé son adversaire. Il était impossible à celui-ci de se changer en eau blessé comme il était ; et son dôme avait été fracassé, la laissant passer au corps à corps avec lui. Ses yeux se marquèrent, ses joues se parsemèrent de rainures surélevées. Avec une vitesse fulgurante propre aux tigres, Hanako fondit sur son adversaire et déversa son chakra en une multitude de points précis ; elle visait le coeur : et elle toucha.

La kunoichi se recula prudemment, les yeux rivés sur l'Akatsukien. Il la regarda fixement durant une seconde, affrontant ce que chacun ne vit qu'une seule fois, puis s'affaissa, la vie ayant quitté chaque parcelle de son corps svelte. Plus un bruit ne se fit entendre pendant une minute. Les spectateurs restaient figés devant la fin terrifiante d'un membre de l'Akatsuki. Tué par Hanako. Hanako Hyûga. Par la jeune prodige déjà membre du Conseil à 15 ans. Étrange ? Spectaculaire ? Monstrueux ? Tous ceux qui avaient des doutes quant à la puissance de la jeune fille ne purent que se taire et observèrent en silence la Hyûga rapporter le corps du décédé aux instances qui devaient s'en occuper. Puis quelques personnes membres du Conseil, du Jiei, et du clan Hyûga vinrent la soutenir pour l'empêcher de s'effondrer. Elle raconta là qu'elle avait des informations de la plus haute importance à délivrer sur les sharingans, sur l'Akatsuki, sur le bijuu Sanbi et la position du village de Kumo quant à leur alliance. Elle était loin de flancher, à l'inverse de ce qu'on aurait pu penser sur son compte quelques mois auparavant. Au terme d'un combat qui avait duré presque vingt-quatre heures si l'on comptait la poursuite dans la forêt, la kunoichi pensait encore à sa mission et ses priorités : le village était sauvé, certes, mais Konoha devait se mettre en marche au plus vite pour faire face aux événements qui l'attendaient immanquablement.



On commença à reconstruire la partie détruite du village le lendemain. Seulement quelques blessés étaient à déplorer, et les pertes matérielles étaient bien inférieures à ce à quoi on s'attendait. Chacun avait assisté à la fin d'un Akatsukien, et allait faire de même pour l'avènement d'un nouveau Kage. Après des heures et des heures de réunion intensive auxquelles Hanako avait assisté, -ils avaient presque attendu qu'elle se réveille de son sommeil réparateur-, les membres du Conseil avaient décidé qu'un nouveau Kage devait être désigné pour représenter la puissance du village, et faire taire toutes les rumeurs courant dans le monde shinobi, pour éviter qu'elle telle chose ne se reproduise : deux attaques alors que le Hokage n'était pas présent, c'était plus que trop. Oui, Itade Matsudai n'était plus là, mais un nouveau Kage prenait le contrôle du village de la feuille. Il fût décidé, après l'avis avisé de Kakashi et de chaque membre du Conseil, que Hanako Hyûga serait la nouvelle Hokage. Ce ne fût pas à l'unanimité, car son jeune âge hérissait encore quelques membres du Conseil, mais ceux-ci furent bien obligés de reconnaître que le shinobi le plus puissant de leur village avait trouvé corps en une jeune fille, qui plus était une jeune fille anciennement amnésique du clan Hyûga. Elle fût par la même occasion élevée au rang de shinobi le plus fort de son clan malgré l'absence de Kyûji, et rejoint les bureaux du Hokage inutilisés depuis des mois. Hanako tourna la page sur les événements qui s'étaient passés jusqu'alors, combla le gouffre défensif qui pesait encore, fit reconstruire des frontières plus résistantes, et installa un système de surveillance bien plus efficace, lié au Jiei, et directement lié à son tout nouveau bureau. Elle remercia son prédécesseur en priant pour qu'il l'entende de là où il se trouvait, et se promit de ramener la troupes en traque à l'Akatsuki saine et sauve. Prochaine étape : remercier tout le village et leur redonner confiance. La Hyûga revêtit le chapeau et la tenue des Hokage, et marqua, dans le coin d'un brouillon, un petit sourire amusé sur le visage, ses nouvelles insignes :

''Hanako
Hyûga

Hachidaime
Hokage''


Ce fût le retour d'une période stable à Konoha, où paix, amitié, et joie furent les bases d'un système dirigé par une kunoichi jeune et mue par le besoin de protéger ses habitants et les bijuus que l'Akatsuki cherchait à récupérer. Le temps était venu de montrer Konoha sous un nouveau jour.

 

© Hanako Hyûga .










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t349-annales-d-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t342-le-bingo-book-de-hanako-hyuga http://sns-rp.forumgratuit.org/t335-hanako-coro-l-orpheline-surestimee http://www.facebook.fr/HanaCoKoro/
 
Hokage | Avenement d'un nouvel Hokage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jour 1] Qui sera le nouvel Hokage ?
» Jiraiya Hokage!!!
» Mission Rang D: Sur les traces de l'Hokage
» Yondaime Hokage... [À tous]
» L'héritage du Rokudaime Hokage (Naruto Uzumaki)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: Monde Shinobi il y a 20 ans :: Hi no Kuni :: Konohagakure no Sato-
Sauter vers: