Partagez
 

 Une civilisation oubliée [Tsuku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raito Tsukiyo

Raito Tsukiyo
Messages : 25

Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty
MessageSujet: Une civilisation oubliée [Tsuku]   Une civilisation oubliée [Tsuku] EmptyVen 7 Fév - 16:17

Le silence. Une légère brise. Douce. Fraîche. De face. Une branche qui craque. Une corde qui se tend. Un claquement sec. Une flèche qui fend l'air. Un corps qui tombe. Des larmes. Une caresse compatissante. Le sifflement d'un sabre. un coup. Net. Précis. Une âme qui s'en va. De la viande pour dîner.

La chasse à l'arc était un art que m'avait appris mon grand-père et que j'utilisais de manière exclusive. Il permettait en effet de donner une chance à l'animal et forçait le chasseur à se faire le plus discret possible pour ne pas se faire repérer par sa proie. Il constituait donc un excellent entraînement au camouflage tout en me permettant de subvenir à mes besoins. Je n'aimais pas la chasse, tuer un être vivant innocent étant quelque chose qui me révulsait, mais il fallait bien se nourrir pour vivre. Bien sûr, certaines gens s'en sortent très bien en se nourrissant exclusivement de végétaux, mais l'apport énergétique de la viande était essentiel pour me maintenir en forme et au maximum de mes capacités. Je dépeçai le chevreuil, mettant de côté le cœur afin de le préparer directement pour mon repas. Le cœur de chevreuil était un met peu ragoûtant mais était une véritable mine énergétique.  Le jeu en valait donc la chandelle, le tout étant de ne pas régurgiter l'organe.
Une fois n'est pas coutume, c'est alors que je dégustais mon fabuleux festin que l'hologramme du chef de l'organisation apparut devant moi. Cette fois-ci, hors de question d'interrompre mon repas pour lui, une fois ce défi commencé, mieux valait engloutir l'aliment le plus vite possible. Je me contentai donc de le saluer d'un hochement de tête et attendis qu'il délivre son message. Au fur et à mesure qu'il parlait, je prêtais de plus en plus d'attention à mon interlocuteur. Il semblait que j'avais été désigné pour une certaine mission en compagnie d'un autre membre de l'organisation. Nous devions nous rendre dans le pays du feu afin de chercher des renseignements sur le pays du ciel, nation aujourd'hui disparue. Les forêts du pays du feu étaient plutôt vastes mais je ne doutais pas que nous parviendrions à accomplir cette mission. L'hologramme disparût, me laissant seul.

J'étais doublement motivé. D'une part je me voyais enfin affublé d'une mission pour l'organisation, et d'autre part j'allais rencontrer un de mes camarades. De plus, le pays du ciel était une nation sur laquelle on ne trouvait pas tellement de renseignements dans les livres, malgré le fait qu'elle soit mentionnée à maintes reprises dans de vieux ouvrages. En effet, il y a de cela une vingtaine d'années, une guerre avait opposé des shinobis du village caché de Konoha à leurs ennemis du pays du ciel. Malgré mes recherches je n'étais pas parvenu à trouver des informations sur les raisons qui ont mené à ce conflit et espérais d'autant plus trouver des réponses lors de notre mission. Il était également fait mention dans l'un des ouvrages que le pays du ciel était en possession d'étranges machines volantes dont la description n'était pas tellement précise. Peut-être arriverions nous à mettre la main sur des restes de l'une d'entre elles ou avec un peu de chance une machine en état de marche. Je ne me faisais cependant pas d'illusions, me doutant que des recherches avaient dû être menées auparavant par Konoha mais nous n'étions pas à l'abri d'une bonne surprise, ces évènements étant désormais oubliés de la plupart des gens.

C'est donc le sourire aux lèvres que je rassemblai mes affaires, après avoir préparé et accroché à une branche la viande restante, et pris la direction du pays du feu. J'ignorais encore comment nous allions nous retrouver mon partenaire et moi mais me rendre sur place serait déjà un bon début. J'avais hâte de le rencontrer. Serait-ce un homme ? Un jeune homme ? Partagerait-il les mêmes idéaux que moi ? Parviendrions nous à nous entendre ?
Je ne tarderais pas à être fixé.
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t3001-raito-tsukiyo-no-bingo-book-en-cours https://sns-rp.forumgratuit.org/t2966-l-enfant-de-la-lune
Tsuku Hakka
Rang A
Rang A
Tsuku Hakka
Messages : 826

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 2 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty
MessageSujet: Re: Une civilisation oubliée [Tsuku]   Une civilisation oubliée [Tsuku] EmptyDim 9 Fév - 23:30

Les jours fusaient de plus en plus vite dernièrement. Le soleil passait dans le ciel toujours plus rapidement et les heures s'enchaînaient sans cesse plus rapidement que la dernière. Chaque jour, Tsuku avait quelque chose de nouveau à faire, et il volait un peu partout dans le monde grâce à de nouvelle mission que Haato, le chef de l'Akatsuki, avait prit le temps de lui donner. Dernièrement, il avait été extrêmement malade, mais il avait trouvé une façon de s'en sortir et il allait extrêmement mieux. Le sourire qu'il avait perdu depuis des années, l'énergie qu'il n'avait su espérer depuis tant de temps, lui revenaient maintenant un peu plus chaque minute. Tsuku redevenait le jeune homme qu'il avait été supposé être sans sa longue et périlleuse maladie.

Encore hier, il avait été à nouveau contacté par le chef de l'Akatsuki. Konoha, qui avait été il y a de cela près d'une trentaine d'année, attaqué par un village presque inconnue, était toujours le théâtre caché d'un lègue culturel et guerrier dont la fortune était plus ou moins inconnue des gens en général. La mission de Tsuku, et d'un nouveau de l'Akatsuki, Raito Tsukiyo, était de se rendre à l'endroit incognito afin d'y retrouver un appareil volant, et tout objet susceptible de pouvoir aider l'Akatsuki dans leurs missions.

Tsuku, sur son dragon, s'était rendu extrêmement vite à l'endroit où était supposé être Raito lorsqu'il avait reçu ce message. Regardant sous lui, entre les arbres, il ne vit pas. Prenant quelques secondes et angles de vues différentes pour s'en assurer, il pensait à où il pouvait bien être. Il se dit qu'il était probablement allez là-bas de son propre chef en se disant que Tsuku le rejoindrait. Ce n'était pas une mauvaise idée. Le jeune homme de l'Akatsuki donna ses instructions à son dragon, qui lui répondit aussitôt en fusant un énorme cri perceptible à plusieurs kilomètres à la ronde. Il ouvrit grand les ailes et donna quelques grands coups qui fouettèrent l'air et leur firent prendre de l'altitude et de la vitesse simultanément. Bientôt, ils avaient parcourut plusieurs kilomètres en quelques minutes. Tsuku espérait que Raito ait entendu le cri du dragon et se soit arrêté pour l'attendre. Il garda l'oeil en bas, cherchant un signe annonciateur de son nouvel acolyte.

Bientôt, ils furent arrivés au dessus d'une grande plaine remplie de verdure et d'un long chemin droit se rendant droit vers la destination où il devait aller. Au beau milieu de celle-ci, un homme marchait tranquillement, ne pressant pas trop le pas. En y regardant de plus près, Tsuku vit qu'il portait bel et bien une cape de l'Akatsuki, c'était obligatoirement lui. Il jeta un dernier coup d'oeil au devant et sauta de son dragon.

Il atterrit gracieusement devant Raito et retira son masque qu'il accrocha sur une petite corde pour le retenir de tomber. Le masque pendait sous son cou. Tsuku s'approcha lentement de Raito qui avait arrêté de marcher et le regardait approcher. Était-ce de la suspicion?

- Bonjour, je me présente, je suis Tsuku Hakka, et je serai celui avec qui tu formeras un binôme pour cette mission.

Tsuku leva les yeux au ciel et fit quelques mudras. Son dragon, dans un léger dernier cri, disparut dans un nuage blanc.

- En passant, devant nous, juste à la lisière de la forêt, quatre homme t'attenda-, enfin nous attendent, probablement pour faire une embuscade.

_________________
Une civilisation oubliée [Tsuku] 232327asd
Ancien     Modérateur technique & Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t484-annales-de-tsuku-hakka#2858 https://sns-rp.forumgratuit.org/t5956-bingo-book-de-tsuku-hakka#46153https://sns-rp.forumgratuit.org/t7370-bingo-book-de-tsuku-hakka-2 https://sns-rp.forumgratuit.org/t5955-tsuku-hakka-le-retour-du-heros
Raito Tsukiyo

Raito Tsukiyo
Messages : 25

Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty
MessageSujet: Re: Une civilisation oubliée [Tsuku]   Une civilisation oubliée [Tsuku] EmptyMar 11 Fév - 1:14

Le voyage jusqu'au pays du feu s'était déroulé sans anicroche et j'avais même fini par tomber sur un magnifique chemin rectiligne menant directement aux grandes forêts. Cette route était plutôt large et semblait être l'accès principal ou du moins le plus fréquenté pour rejoindre le couvert des arbres, comme pouvaient en témoigner les ornières dans le sol dûes aux passages répétés des carrioles ou les traces de sabots en nombre impressionnant. Si Tsuku devait me retrouver en cours de route, il y avait de grandes chances qu'il emprunte ce passage. Et même si je me trouvais être beaucoup plus vulnérable en terrain découvert, je n'étais cependant pas inquiet. Personne n'irait agresser un simple et inoffensif marchand de livres. Et même si cela venait à l'esprit d'une quelconque âme égarée, j'étais tout à fait capable de défendre ma peau.
Comme pour infirmer mes pensées, j’aperçus à la lisière des bois un groupe de trois personnes à l'air peu commode. Ils étaient encore plutôt loin mais on pouvait facilement s’apercevoir qu'ils n'étaient pas placés ici par hasard. En effet, l'endroit était parfait. Il offrait une vision parfait sur plus d'un kilomètre et permettait de rester caché à l'abri des arbres pour attendre sa proie. Seulement prendre un bain de soleil adossé à un arbre en se faisant passer une bouteille de saké pour tuer le temps n'était pas le meilleur moyen de rester discret, surtout lorsque la proie en approche était un combattant confirmé. Je pestai. Je n'avais aucunement envie de me battre, d'autant plus contre des bandits de grand chemin tels que ceux-ci. Ils n'étaient rien d'autre que des gamins qui n'avaient pas eu d'éducation correcte et faisaient payer les frais du laxisme de leurs parents aux honnêtes travailleurs.
C'est au moment où j'éjectai un caillou d'un coup de pied qu'il se fit entendre. Un puissant rugissement provenant de plusieurs kilomètres au nord de ma position. De quel genre de créature provenait-il ? je n'en savais rien, mais j'étais plutôt curieux de le savoir. D'ailleurs, il semblait que mon comité d'accueil l'aie entendu également car ils s'étaient tous figés avant de rejoindre le couvert des arbres et se soustraire à ma vue.

Je le vis soudain, transperçant le ciel lisse et impalpable d'une lueur enflammée. Un grand dragon brûlant de mille feux. Il descendit, majestueux et impérial, orbitant lentement au-dessus de moi. Sur son dos semblait perché un homme masqué, ce qui était étrange étant donné que toute personne normale aurait été carbonisée rien qu'en touchant cette bête fascinante. Tout à coup, ladite personne sauta du dos de la créature et atterrit à quelques pas de moi. Le manteau qu'il portait me renseigna immédiatement sur son identité. Noir ornementé de nuages blancs et rouges. Tsuku Hakka fit quelques pas avant de retirer son masque qui pendit à son cou maintenu par une petite corde. Cet ingénieux dispositif me fit penser aux dragonnes que j'avais mise à la poignée de mes sabres. Mon futur coéquipier, du moins pour la mission à venir, était plutôt grand, dans les un mètre quatre-vingt dix, les cheveux d'un noir abyssal encadrant deux yeux bleus profonds. Il était plutôt intrigant et doté d'un certain charisme. Arrivé face à moi, il prit la parole :


- Bonjour, je me présente, je suis Tsuku Hakka, et je serai celui avec qui tu formeras un binôme pour cette mission.

Ainsi j'avais vu juste, il s'agissait effectivement de mon binôme. Après cette entrée plutôt fracassante c'était maintenant à mon tour de montrer ce que je savais faire si je voulais pouvoir me mettre sur le même pied d'égalité que lui. Je regardai de nouveau son dragon et lorsque je rabaissai mes yeux sur lui, il était en train d'exécuter des mudras. Le dragon disparut dans un grand nuage blanc. J'allais lui parler de nos chers amis à la lisière de la forêt mais il ne m'en laissa pas le temps :

- En passant, devant nous, juste à la lisière de la forêt, quatre homme t'attenda-, enfin nous attendent, probablement pour faire une embuscade.

Allons bon, ils étaient donc quatre. L'un d'entre avait donc échappé à ma vue. Intéressant. Je profitai donc de cette perche qu'il me tendait pour prendre l'initiative :

- Enchanté, je m'appelle Raito Tsukiyo. Avant toute chose je te propose de m'occuper de nos fans, nous serons plus tranquilles pour discuter ensuite. Ne t'en fais pas je pourrai m'en sortir seul, tu dois avoir le fessier encore douloureux après ton voyage.


J'avais lancé une petite pique afin de voir sa réaction. C'était un test afin de savoir si je pourrais à l'avenir me permettre des petites provocations de ce genre ou si j'avais affaire à un psychorigide. M'occuper des quatre bandits me permettait deux choses. La première était de lui montrer ce dont j'étais capable tout en restant assez vague sur ma puissance réelle. Le tout était d'en montrer suffisamment sans trop se dévoiler. Bien que nous étions équipiers, il n'en restait pas moins un inconnu et je ne lui faisais pas du tout confiance pour l'instant. La seconde était qu'ignorant encore tout de lui, je m'assurerai qu'il n'y aurait pas d'effusions de sang inutiles. En effet les individus auxquels nous allions avoir affaire n'étaient sûrement pas des shinobis confirmés mais bien des bandits de grand chemin, arrivés là où ils en étaient à cause du laxisme de leur parents qui n'avaient pas pris la peine de leur donner une éducation décente. Ils avaient donc suivi le chemin qui leur semblait le plus facile pour survivre. Ces jeunes gens avaient simplement besoin d'une bonne correction que j'allais me charger de leur donner. Les organisations telles que l'Akatsuki étaient reconnues pour héberger en leur sein des individus à l'esprit quelque peu dérangé et tant que je n'aurais pas l'assurance qu'il ne partageait pas ma vision du monde je devrais prendre les devants.
Nous nous mîmes donc en route vers le petit groupe en marchant d'un pas normal mais assuré, profitant des derniers paysages dégagés avant de pénétrer dans les denses forêts du pays du feu. Comme nous l'avions prévu, à peine nous avions passé les premiers arbres que nous fûmes encerclés. Trois hommes sortirent du couvert des fourrés avoisinants bloquant notre côté droit, gauche et coupant notre retraite. Face à nous s'avança un quatrième homme, à la démarche et l'attitude nonchalante, un sourire niais sur les lèvres. Il portait un katana au côté et un bandeau noué autour de la tête. Je présumai qu'il s'agissait là du chef de la bande et cela se confirma lorsqu'il prit la parole :


- Bien le bonjour nobles voyageurs. Il faut payer la taxe pour passer par ici. Nous vous laissons le choix. Vous nous remettez tout votre argent et vos objets de valeur et en échange nous vous laisserons la vie sauve.

- C'est fort aimable à vous, mais pourquoi ne choisiriez vous pas plutôt un livre parmi ceux que je propose ? Je pourrais vous faire un prix de groupe.

- Ne te fous pas de nous ou on va te buter toi et ton pote.

- Je ne me fiche aucunement de vous, je vous offre simplement une alternative pacifique à ce qui risque de vous arriver si vous vous obstinez dans la mauvaise voie. Allez je vous fais une offre. Un livre offert pour un acheté.


- Assez. Crevez le !


Je fis un petit signe de tête à Tsuku pour bien lui rappeler que je m'occupais de ces énergumènes tout seul et dégainai un de mes sabres. Je m'avançai de manière à me trouver à égale distance des quatre membres du groupe et me mis en garde.

- Tant qu'à faire, allez-y tous en même temps, j'économiserai mes forces.

Les trois homme qui étaient restés silencieux jusqu'à présent dégainèrent leurs katanas et se ruèrent sur moi en poussant ce qui semblait être leur cri de guerre. J'attendis qu'ils soient tous à distance raisonnable et inspirai un grand coup.

- Ryû Mikazukigiri -

Les katanas de mes trois adversaires se heurtèrent à ma lame et furent projetés en arrière par la puissance du coup. J'avais commencé fort mais je tenais à expédier cela le plus vite possible. Plus le combat durerait, plus je donnerais d'informations sur ma technique de combat à mon partenaire et plus je risquais de tuer l'un de mes adversaires. D'autre part, nous perdions du temps pour notre mission et cela ne me plaisait guère. Le chef de la bande se mit à proférer des insultes à ses sous-fifres et leur intima de repasser à l'attaque. Légèrement plus hésitants que la première fois, je n'eus aucun mal à m'en défaire. J'exécutai une série de mouvements que j'avais baptisés danse du sabre. Un demi-tour sur la gauche afin d'éviter la lame qui s'abattait verticalement sur moi tout en assénant un coup de poignée dans la nuque de mon assaillant en frappant assez fort pour l'assommer. Un de moins. Une fois le demi-tour effectué, j'en fis un autre sur la droite en pliant les genoux pour éviter un coup horizontal ayant pour objectif de me décapiter tout en maintenant la lame de mon sabre devant mon visage pour parer le troisième coup venant de mon dernier adversaire ayant anticipé mon action au vu de la précédente. Je
donnai en me relevant un grand coup de tibia derrière les genoux de l'assaillant numéro deux tout en parant un nouveau coup du troisième, que j'éliminai tout aussi rapidement d'une habile esquive en me déplaçant d'un pas sur la gauche et en prolongeant son pas. Celui-li s'écrasa au sol, rejoignant ses petits camarades.
Je faisais désormais face au chef de la bande. Il maugréait des paroles incompréhensibles mais avec une certaine redondance de mots tels que "crever, inutiles, meurs, crever encore" et autres compliments. Je compris aisément qu'il était celui qui avait entraîné les autres dans cette voie et en conclus que pour les guérir il fallait supprimer la source de leur mal. Je m'avançai donc vers le petit roquet , entrant dans son espace vital et le forçant à me porter un coup. Je le contrai et nous échangeâmes ainsi une dizaine de coups. Ou du moins il tenta de me porter une dizaine de coups que je parai, n'essayant jamais de l'attaquer, me contentant d'attendre la faille, lorsque je la vis enfin. Je mis mon sabre en opposition, créant ainsi une situation de lutte lame contre lame. Contenant sa poussée, je le fixai droit dans les yeux et lui dis :


- Tu as choisi la voie du mal et as entraîné de pauvres jeunes égarés avec toi. Tu es une mauvaise herbe qui n'a pas sa place dans le monde que je tente de créer. Ta mort est nécessaire pour que d'autres puissent vivre heureux et en paix. Repens toi de tes crimes dans ta prochaine vie.


Je dégainai de ma main gauche mon deuxième sabre et lui portai le coup fatal.

- Iaigiri -

Sa tête se détacha lentement de son cou, tranchée à la base de la nuque d'un trait parfaitement rectiligne, et roula sur le sol. Je me retournai lentement, fixant du regard ses trois compères qui s'étaient relevés, leur faisant comprendre que le même sort les attendait si ils ne déguerpissaient pas. Comme je m'y attendais, la mort de leur chef avait suffi à leur faire recouvrir leurs esprits et leur instinct de survie leur commanda de courir le plus vite possible en direction des jupes de leur mère. Avec un peu de chance je leur avais évité un destin de crimes et de sang et les avais aiguillés vers des activités plus ludiques telles que le labourage des champs ou l'élevage de moutons. Je rengainai mes deux sabres et retournai vers mon nouveau camarade tentant de masquer du mieux que je pouvais l'expression de tristesse qui envahissait peu à peu mon visage. Ôter la vie était quelque chose que je détestais, même lorsque cela était justifié et nécessaire. La vie était un miracle de la nature. Et nul n'avait de pouvoir de décision quant à qui méritait de vivre ou de mourir. Cependant, il arrivait que tuer une personne permettait d'épargner la vie de nombreux innocents. Dans ce cas, quelqu'un devait prendre ses responsabilités et éliminer la vermine pour permettre aux gens honnêtes de vivre en paix.
Une fois en face de mon interlocuteur je pris la parole :


- Désolé pour ce petit contretemps, j'ai tenté de faire aussi vite que possible. Sachez que je répugne à tuer mais que je ne reculerai devant rien pour apporter la paix dans ce monde. Telle est la raison pour laquelle j'ai rejoint l'Akatsuki. Mettre un terme à l'ère des villages Shinobis et instaurer une période de bonheur et d'harmonie dans le monde.
Maintenant je pense que nous avons perdu assez de temps ici et nous devrions nous mettre en route, nous pourrons discuter en marchant.

Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t3001-raito-tsukiyo-no-bingo-book-en-cours https://sns-rp.forumgratuit.org/t2966-l-enfant-de-la-lune
Tsuku Hakka
Rang A
Rang A
Tsuku Hakka
Messages : 826

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 2 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty
MessageSujet: Re: Une civilisation oubliée [Tsuku]   Une civilisation oubliée [Tsuku] EmptyMar 11 Fév - 4:36

Le majestueux dragon eût à peine disparut dans le haut du ciel que les présentations étaient déjà faites. Ce que Tsuku avait apprit à son homologue n'eût l'air de l'intriguer ou de l'impressionner outre mesure. Les avaient-ils vu auparavant? Il était membre de l'Akatsuki et avait probablement des qualités de ninjas hors pair. Celui-ci se tourna lentement vers l'endroit où allait probablement avoir lieu l'embuscade.

Se tournant à nouveau vers Tsuku, il ouvrit à nouveau la bouche et lui dit qu'il préférait s'en occuper. S'il lui dit tout simplement qu'il allait s'en sortir seul, il ajouta une petite pique auquel Tsuku ne répondit pas. Tsuku le fixa quelques secondes et un sourire à peine perceptible pouvait être aperçu sur son visage. Le regard de Raito se tourna à nouveau vers la lisière de la forêt et se mit à avancer vers celle-ci. Le jeune Hakka, derrière lui, le suivait sans dire un mot, les bras croisés.

Un homme sortit suivit de ses larbins. Celui qui était devant, probablement leur chef, avait un petit sourire niais et fier. Celui-ci prit la parole en premier. Tsuku, en retrait, vit que les hommes et Raito se parlaient mais n'entendait pas particulièrement ce qu'ils disaient. Il se passa ainsi quelques secondes jusqu'à ce que le chef cri « Crevez-le! »

Raito se tourna vers Tsuku et lui fit un signe de tête, comme pour lui rappeler qu'il allait s'en occuper lui-même. Celui-ci ne bougea pas, restant les bras croisés, assistant au petit spectacle qui se déroulait devant lui. En vérité, tout se passa très vite.

Les trois hommes qui suivaient leur chef avait attaqué au sabre Raito à l'unisson. Celui-ci sortit son propre sabre et arrêta tout les sabres d'un coup qui furent chacun projetés en arrière. Le chef cria à nouveau des insanités et les hommes se remirent à l'attaque mais se firent à nouveau arrêter par des coups et des contre-attaques précise et efficace.

L'accolyte de Tsuku fit alors quelques pas vers le chef et engagea le combat ainsi que la parole avec celui-ci. Il évitait ses coups et ne répliquait pas, et ce durant plusieurs secondes. Tsuku pensa qu'il devait sans doute attendre une parole ou un geste en particulier, et il n'attendit pas longtemps. Le chef dit une seule erreur, son sabre n'était pas descendu assez rapidement, et le temps qu'il comprenne son erreur, sa tête n'était plus sur ses épaules.

Au moment où la tête tombait au sol, Raito se retourna vers les trois hommes. Ceux-ci, entre Raito et Tsuku, avait une mine apeuré et affreuse. L'état de terreur sur leur visage était indescriptible. Alors qu'ils faisaient sans doute leurs dernières prières dans leur tête, Raito ouvrit la parole.

Après les avoir menacés, les trois hommes coururent en direction de Tsuku et passèrent à côté de celui-ci, qui, les laissant passer, ne dit pas un mot. Raito se rapprocha de Tsuku après avoir rengainé ses armes.

- Désolé pour ce petit contretemps, j'ai tenté de faire aussi vite que possible. Sachez que je répugne à tuer mais que je ne reculerai devant rien pour apporter la paix dans ce monde. Telle est la raison pour laquelle j'ai rejoint l'Akatsuki. Mettre un terme à l'ère des villages Shinobis et instaurer une période de bonheur et d'harmonie dans le monde.  Maintenant je pense que nous avons perdu assez de temps ici et nous devrions nous mettre en route, nous pourrons discuter en marchant.

Tsuku soupira et le fixa pendant quelques secondes. Alors, il plaça ses deux mains ensemble, formant un mudra:

- Raiton Shunshin no jutsu


En une seconde, il était disparut de devant Raito et apparût devant les trois hommes qui courraient dans l'autre direction. Lorsque ceux-ci virent l'homme de l'Akatsuki apparaître devant eux, ils blêmirent aussitôt et ouvrirent leur bouche de stupeur. La terreur était de retour dans leurs yeux. Essayant de balbutier quelques mots, l'un des hommes, suivit lentement par les deux autres, fit quelques pas vers l'arrière, ne sachant plus où aller.

Sans dire un mot, Tsuku sortit deux kunai de ses poches et re-fit une deuxième fois sa technique. En un éclair, il apparut derrière les trois hommes comme par magie. Deux de ceux-ci tombèrent au sol, mort et ensanglantés. Le troisième homme, toujours vivant, lança un énorme cri de terreur et courra de toute sa vitesse vers la direction opposée à Tsuku. Celui-ci se retourna lentement vers l'homme désespéré et apeuré.

Rangeant un des kunais dans sa poche, il prit le deuxième et le mit dans sa main gauche. Le projetant avec force et précision. Le kunai se planta dans la nuque du brigand, le tuant net, sans douleur.

Tsuku fixa le spectacle quelques secondes et se retourna à nouveau vers Raito. Il marcha lentement vers lui. Plus il se rapprochait, plus il voyait la colère et l'incompréhension dans le visage de son homologue. Rendu juste à côté de lui, celui-ci attendait sans doute des explications.

- Notre mission durera sans doute plusieurs heures. Ces hommes savaient vers où on s'en allait. Ils savaient à quoi on ressemble, ils savaient comment on est habillé. Il aurait suffit qu'ils aient parlés de nous aux mauvaises personnes et nous aurions pu avoir toute l'armée de Konoha sur le dos.

Tsuku s'essuya les mains sur ses manches et releva les yeux vers Raito

- Auquel cas, notre mission aurait été un échec, et même pis, ils auraient pu comprendre en quoi consistait notre présence ici. Celle-ci sert la paix mondiale. Je ne pouvais pas laisser ces trois hommes la risquer. Essai de ne pas être trop sentimental, et rappelles-toi pourquoi tu es ici.

Avant même d'attendre une réponse, Tsuku reprit la marche vers la destination.

_________________
Une civilisation oubliée [Tsuku] 232327asd
Ancien     Modérateur technique & Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t484-annales-de-tsuku-hakka#2858 https://sns-rp.forumgratuit.org/t5956-bingo-book-de-tsuku-hakka#46153https://sns-rp.forumgratuit.org/t7370-bingo-book-de-tsuku-hakka-2 https://sns-rp.forumgratuit.org/t5955-tsuku-hakka-le-retour-du-heros
Raito Tsukiyo

Raito Tsukiyo
Messages : 25

Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty
MessageSujet: Re: Une civilisation oubliée [Tsuku]   Une civilisation oubliée [Tsuku] EmptyMer 12 Fév - 1:53

Il soupira et plongea son regard dans le mien, silencieux. Au bout d'un court moment semblant paraître une éternité, il forma un mudra avec ses mains.

- Raiton Shunshin no jutsu

Il se volatilisa instantanément pour réapparaître devant les trois jeunes fuyards qui se figèrent d'un coup en le voyant. L'un d'entre eux recula lentement, rapidement imité par les deux autres. Ils semblaient paniqués et ne savaient que faire. Comme je m'en doutais, il s'agissait de pauvres hommes complètement perdus ne sachant pas réellement ce qu'ils faisaient, totalement inoffensifs. Malheureusement, je ne comprenais que trop bien les intentions de Tsuku. Ainsi il était de cette classe de personne que je détestais tant, tuant pour le plaisir, pour le sentiment de supériorité que procure le fait d'ôter la vie. Je commençai à douter  de ma place dans l'organisation. Je m'attendais en effet à tomber sur des individus de ce genre mais voir les agissements en direct de mon premier partenaire affecté pour ma première mission m'avait grandement refroidi. Je ne pouvais cautionner de tels actes et rester dans ce groupe sans rien faire me paraissait désormais compromis. Il était trop tard pour sauver ces trois pauvres types. Ils étaient trop loin et le mal était déjà fait. Je ne pus qu'assister impuissant à leur fin.

Mon partenaire prit un kunai dans chaque main et refit la technique qu'il avait déjà exécutée pour les rattraper. Il était très rapide, j'avais énormément de mal à le suivre des yeux. Pour ses trois victimes, cela devait être comme s'il se téléportait. L'instant d'avant il se trouvait devant eux, leur barrant la route et une fraction de seconde plus tard il se trouvait derrière eux, ou du moins derrière l'un d'entre eux et deux cadavres. Celui ci poussa un cri déchirant de désespoir et se mit à courir, tentant d'échapper à son inéluctable destin. Un acte vain face à son bourreau. Tsuku se retourna lentement et prit même le temps de ranger l'un des kunais dans sa poche avant de faire passer le second dans sa main gauche pour ensuite le lancer en direction du fuyard. L'arme se planta dans sa nuque, le tuant sur le coup. Une fois son carnage effectué, mon partenaire fixa son œuvre l'espace d'un instant et se retourna, marchant lentement vers moi.

Je fulminais. De quel droit se permettait-il de prendre la vie de fuyards désarmés, ne représentant plus aucune menace pour nous. D'autant plus que je leur avais laissé la vie sauve. Agir de la sorte était un manque total de respect envers moi et mes principes. Il ne leur avait laissé aucune chance, les tuant rapidement certes, mais tels des lapins fuyant leur prédateur. Il n'y avait aucune gloire à tuer, mais pour le faire ainsi, sans raison, sur des adversaires rendus inoffensifs et en fuite, il fallait être la dernière des pourritures. J'allais évidemment lui demander de m'expliquer cet acte de barbarie et son excuse avait intérêt de me convaincre sinon quoi il était fort probable que nous devions régler nos comptes. Finir la mission seul ne serait pas un problème.  Je ne fis rien pour masquer ma colère et mon incompréhension totale de son geste pour bien lui signifier que je désirais des explications. Et elles ne se firent pas attendre.


- Notre mission durera sans doute plusieurs heures. Ces hommes savaient vers où on s'en allait. Ils savaient à quoi on ressemble, ils savaient comment on est habillé. Il aurait suffit qu'ils aient parlés de nous aux mauvaises personnes et nous aurions pu avoir toute l'armée de Konoha sur le dos.


Il poursuivit après s'être essuyé les mains.

- Auquel cas, notre mission aurait été un échec, et même pis, ils auraient pu comprendre en quoi consistait notre présence ici. Celle-ci sert la paix mondiale. Je ne pouvais pas laisser ces trois hommes la risquer. Essaie de ne pas être trop sentimental, et rappelles-toi pourquoi tu es ici.

Avant même que je ne puisse répondre, il se remit en marche, s'enfonçant plus avant dans la forêt. J'étais un imbécile. Il avait totalement raison. Mes idéaux et mon sentimentalisme mettaient en danger la mission dont nous avions été investis. Je réfléchissais toujours comme un voyageur solitaire et non comme un membre d'une organisation redoutée de tous. Je ne pouvais me permettre de compromettre notre objectif final pour sauver deux ou trois vies. La paix ne s'obtiendrait qu'au prix d'énormes sacrifices et je devais dès maintenant me faire à cette idée. J'avais sacrément merdé. Heureusement que pour cette mission j'avais été binômé avec un membre certainement plus ancien et plus sage que moi. Je devais m'habituer à raisonner en tant que membre d'un groupe et faire passer les intérêts de celui-ci avant toute chose, en mettant de côté mes sentiments personnels.
Après quelques heures de trajets, je décidai de prendre la parole.


- Désolé pour tout à l'heure, c'est ma première mission en tant que membre de l'Akatsuki et je ne me rends pas encore compte de tout ce que faire partie d'une telle organisation implique. Je te remercie d'avoir pris les devants et n'hésite pas à me faire partager ton expérience.
Cela fait longtemps que tu as rejoint la cause ?


Alors que je posais ma question nous arrivâmes devant un amas de pierres s'étendant sur une petite dizaine de mètre. Un grand nombre de roches taillées, d'envergure variée et recouvertes en partie de végétation. Était-ce que nous étions venus chercher ? Un élan de motivation me regagna soudain et je me précipitai sur ce qui semblait être le reste d'une arcade, retirant avec mes mains la mousse qui en cachait la quasi totalité. Je pus lire au sommet de l'arrondi quelques lettres, en partie effacées à cause de l'érosion et les assauts du temps. "A..or Van...n". J'avais autrefois eu l'occasion de lire un ouvrage traitant vaguement du pays du ciel et le nom qu'ils donnaient à leur cité revint à moi d'un trait. Ancor Vantian. Il semblait que notre objectif se trouvait devant nous. Nous allions maintenant devoir fouiller minutieusement cet endroit à la recherche de ce que nous étions venus chercher. Je regardai de nouveau autour de moi. La tâche n'allait pas être aisée au vu de la végétation luxuriante environnante. Mais cela était d'autre part un gage de sûreté. Plus la végétation était dense, plus grand serait le nombre d'objets qui auraient pu échapper aux pillards ou explorateurs s'étant aventurés par ici. Je me retournai vers mon acolyte pour lui faire part de ma trouvaille.

- Ancor Vantian était le nom du temple du pays du ciel. Je pense que nous avons trouvé ce que nous cherchions. Tu as une idée pour fouiller avec la plus grande efficacité possible cet endroit ? Les vestiges semblent s'étaler sur un périmètre assez grand et la végétation ne sera pas pour nous aider...
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t3001-raito-tsukiyo-no-bingo-book-en-cours https://sns-rp.forumgratuit.org/t2966-l-enfant-de-la-lune
Tsuku Hakka
Rang A
Rang A
Tsuku Hakka
Messages : 826

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 2 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty
MessageSujet: Re: Une civilisation oubliée [Tsuku]   Une civilisation oubliée [Tsuku] EmptyMer 12 Fév - 4:12

De tous les actes qu'un homme puisse faire dans sa vie, tuer était probablement la plus horrible et la plus effroyable. Tuer détruit totalement l'esprit, la conscience et la naïveté d'un homme. C'était un acte presque impardonnable. Tuer était aussi l'une des tâches de chaque shinobis, qu'il le veuille ou non. Certains tuaient plus que d'autres, certains y prenaient plus plaisir que d'autres. Si Tsuku était l'un des plus grands meurtriers de masse de l'histoire shinobi, il n'avait eu que du dégoût pour cet acte. La mission de paix qu'il devait effectuer, il devait la réussir, il ne pouvait échouer. Il devait être ce gardien seul, haï de tous. Il n'était pas comprit par personne, si ce n'était le chef de l'organisation, mais il s'était fait à cette idée.

Après avoir tués les trois hommes sans les faire souffrir, il était resté quelques secondes sur place pour les regarder, les observer, leur adressant peut-être les derniers hommages qu'ils ne méritaient pas nécessairement. Passant ses yeux sur chacun d'eux, il imaginait leur femme, leurs enfants, leurs amis, qui ne les reverraient plus jamais, mais c'était un destin qu'ils avaient choisit en décidant d'attaquer le binôme. Chaque décision a une conséquence, chaque action a une réaction, c'est l'une des lois immuables de ce monde, cruel et sans pitié.

Il avait expliqué la raison de son geste à son nouveau coéquipier qui n'avait pas répondu. Peut-être avait-il comprit l'importance de ce qu'il faisait ici. Cette importance était prioritaire sur la vie de certaines personnes, ces personnes dans ce cas-ci. Peut-être prenait-il conscience pour la première fois de ce qu'impliquait sa présence dans cette organisation. Tout en marchant, Tsuku pensait. Il se disait que cet homme, encore naïf d'une certaine manière quant à ses actions futures, prenait pleinement conscience des atrocités qu'il allait devoir faire. Il devrait surtout garder sa tête sur ses épaules et toujours penser pour le mieux. Sauver le plus de gens, préserver le plus possible la paix, mais aussi la préparer. Préparer la paix implique d'être obligé de combattre ceux qui veulent faire la guerre. Malheureusement, ceux qui veulent faire la guerre, ils sont nombreux. Ce sont les plus grands villages. Ceux-là même qui contrôlent le monde. Une économie naît de la guerre, des ressources, du territoire. La guerre est l'outil principal d'un pays pour sa préservation. C'est ce cycle que Tsuku et l'organisation devait combattre.

Quelques heures passèrent sans un mot, chacun dans ses pensées. À un bon rythme, ils furent toutefois rapidement arrivés sur les lieux. Tout au long du trajet, Tsuku avait regardé partout autour de lui à la recherche de quelqu'un qui les suivaient, et n'avait vu aucun signe. Ils ne devaient pas être suivit. Si ces corps étaient retrouvés, il était possible qu'une chasse à l'homme ait lieu. Il valait mieux que Tsuku et Raito ne se fasse pas retrouver dans ce coin de pays.

Les ruines devant eux étaient désolantes. Un spectacle oublié, digne des vieilles pièces de théâtre, une gloire enterrée, perdue. Des centaines de petites racines et mauvaises herbes s'était infiltrés dans chaque recoin qu'il y avait devant les deux hommes. Un environnement qui avait été bougé de nombreuses fois, par des villages, par des ninjas, des passants ou des pillards. Le chef devait avoir ses raisons de les envoyer ici, il devait croire à quelque chose d'important, mais quoi? Il n'y avait rien ici qui ait de la valeur à ses yeux.

- Désolé pour tout à l'heure, c'est ma première mission en tant que membre de l'Akatsuki et je ne me rends pas encore compte de tout ce que faire partie d'une telle organisation implique. Je te remercie d'avoir pris les devants et n'hésite pas à me faire partager ton expérience. Cela fait longtemps que tu as rejoint la cause ?

Tsuku ne releva pas le commentaire, il était inutile de se mettre à discuter ici, si ce n'est que pour passer le temps. Toutefois, il souhaitait garder sa concentration sur la tâche qu'il avait à accomplir. Les deux hommes regardèrent les débris devant eux pendant quelques secondes. Il y avait plusieurs dizaines de mètres de débris à la ronde, et peut-être une centaine de mètres de débris plus cachés que les autres. Raito prit rapidement quelques pas, comme excité par la tâche qu'ils avaient à faire ici. Il s'agenouilla devant un objet et sembla le regarder de près. Il lisait. Il se releva et fit aussitôt part de sa découverte

- Ancor Vantian était le nom du temple du pays du ciel. Je pense que nous avons trouvé ce que nous cherchions. Tu as une idée pour fouiller avec la plus grande efficacité possible cet endroit ? Les vestiges semblent s'étaler sur un périmètre assez grand et la végétation ne sera pas pour nous aider...

Le jeune Hakka pensa pendant quelques secondes, regardant à nouveau de gauche à droite ce spectacle qu'il avait devant les yeux. Si les débris étaient tous bien l'un à côté de l'autre dans un cercle plus ou moins parfait, il y avait, un peu plus loin, un endroit où il n'y avait tout simplement rien.

- Tu vois, l'endroit là-bas?

Il leva une main et pointa l'endroit en particulier. Celui-ci semblait faire abstraction du reste, comme s'il avait été pillé il y a peu de temps, ou comme si l'endroit avait été mitéculeusement arrangé de la sorte.

- Je crois que quelqu'un a fait une modification du terrain à cet endroit, il n'y a plus rien. Je crois que quelque chose pourrait bien s'y cacher, ou au contraire n'y est plus. Nous devrions essayer de voir ce qui s'y trouve, ou s'y trouvait, ça pourrait être un début de piste pour nos recherches, puisque nous ne savons pas particulièrement ce que nous cherchons; mise à part un objet volant.

Il commença à faire quelques pas vers l'endroit en question puis se retourna à nouveau vers Raito

– Qu'en penses-tu?

_________________
Une civilisation oubliée [Tsuku] 232327asd
Ancien     Modérateur technique & Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t484-annales-de-tsuku-hakka#2858 https://sns-rp.forumgratuit.org/t5956-bingo-book-de-tsuku-hakka#46153https://sns-rp.forumgratuit.org/t7370-bingo-book-de-tsuku-hakka-2 https://sns-rp.forumgratuit.org/t5955-tsuku-hakka-le-retour-du-heros
Raito Tsukiyo

Raito Tsukiyo
Messages : 25

Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty
MessageSujet: Re: Une civilisation oubliée [Tsuku]   Une civilisation oubliée [Tsuku] EmptyDim 16 Fév - 0:53

Il ne répondit pas à ma question. Il n'était décidément pas bavard. Ma première réflexion ne lui avait déjà rien arraché de plus qu'un minuscule rictus, cette fois-ci il avait décidé de m'ignorer. Je décidai de ne pas relever et laisser tomber. Si il ne voulait pas développer nos rapports, tant pis, je me contenterai de remplir l'objectif pour lequel on m'avait envoyé ici, rien de plus. Après que je lui aie fait part de ma découverte, il jeta un regard circulaire sur les alentours, pensif.

- Tu vois, l'endroit là-bas?

Il pointait du doigt un endroit jurant étrangement avec le reste. Il était curieusement vide. Non seulement aucun débris ne s'y trouvait mais il avait également été épargné par la végétation. Cela pouvait dire plusieurs choses mais la plus probable était que quelque chose qui se trouvait ici avait été déplacé. Tsuku confirma mes doutes.

- Je crois que quelqu'un a fait une modification du terrain à cet endroit, il n'y a plus rien. Je crois que quelque chose pourrait bien s'y cacher, ou au contraire n'y est plus. Nous devrions essayer de voir ce qui s'y trouve, ou s'y trouvait, ça pourrait être un début de piste pour nos recherches, puisque nous ne savons pas particulièrement ce que nous cherchons; mise à part un objet volant.

Puis après avoir fait quelques pas, se retournant vers moi :

– Qu'en penses-tu?

J'étais du même avis que lui. Vu de près, le doute n'était plus permis. Cet endroit avait vraiment quelque chose d'étrange. Je m'accroupis, à la recherche d'éventuels indices sur ce qui aurait pu se trouver ici ou les contours d'une probable cachette. Ici pouvait tout aussi bien se cacher une trappe menant à un souterrain recelant les secrets de la cité perdue, une tombe ou tant d'autres choses encore. Je fus cependant rapidement fixé.

- Au vu de ces traces, il semble évident qu'un imposant objet se trouvait ici et a été déplacé. Nous avons de la chance, malgré l'ancienneté certaine de celles-ci, elles sont assez profondes pour nous fournir une piste utilisable qui nous permettra de remonter jusqu'au lieu où cet objet a été transporté.
Suis-moi.


Suivre une piste était une de mes spécialités. Formé à l'art de la chasse dès mon plus jeune âge par mon père puis mon grand-père, et pratiquant toujours la chasse à l'arc, cet exercice n'avait plus de secrets pour moi. Et si certains Shinobis parvenaient à camoufler habilement leurs traces, une personne encombrée d'un objet de l'ampleur de celui qui avait été déplacé ne pouvait être discrète sans utiliser de sceau, ce qui n'avait manifestement pas été le cas. Cela confortait d'ailleurs mon idée que ce n'était pas là l’œuvre de Konoha et que nous n'aurions pas trop de mal à récupérer ce bien des mains de son ravisseur. Comme je m'y attendais, la piste n'avait pas été bien difficile à suivre, malgré les quelques passages sur lesquels les accidents de terrain avaient quelque peu compromis les traces mais celles-ci reprenaient chaque au maximum à une centaine de mètres plus loin et nous parvînmes ainsi à rejoindre un endroit que je présumai comme celui où l'objet convoité était entreposé.  Il s'agissait d'une petite grotte, camouflée entre quelques gros arbres, ridicule de banalité. J'avais l'impression de me retrouver dans un livre d'aventures de bas étage, si bien que je redoublai de méfiance. Cela ne pouvait pas être aussi simple, il y avait forcément un piège. Je jetai un rapide coup d’œil à l'entrée, à la recherche de parchemins explosifs ou autres artifices de bienvenue attendant patiemment le moment de nous tuer. Rien à l'horizon. L'entrée de la cavité, éclairée par les rayons tamisés du soleil ne révélait rien d'extraordinaire, des murs de pierre irréguliers, un sol humide et graveleux, un grand vide. Malgré cela, j'avais l'étrange sensation d'être observé et que quelque chose ne tournait pas rond. Nous n'avions cependant pas le choix, si nous voulions accomplir notre mission, nous devions explorer cet endroit.

Je fabriquai une torche de fortune à l'aide de branchages et m'engouffrai à l'intérieur, suivi de près par mon partenaire. Lui aussi devait avoir la même impression que moi mais la curiosité était la plus forte. Nous progressâmes rapidement, l'endroit n'étant rien de plus qu'un étroit tunnel dont nous ne pouvions pas encore distinguer le bout. Nous pouvions cependant être certains d'être au bon endroit. Le plafond en pierre avait été renforcé par des poutres en bois et nous avions pu dénoter une démarcation dans le tunnel entre la partie naturelle et le début de la galerie qui avait été creusée par la main de l'homme. Ce travail avait dû prendre un certain nombre d'années. A partir de là nous passâmes également à côté de plusieurs salles qui avaient été aménagées pour être habitables et débouchâmes enfin dans une autre grotte naturelle, vaste salle au plafond voûté et infiniment haut. Au centre de celle-ci se trouvait une étrange machine. Je n'avais jamais vu de chose semblable. Après m'être assuré que nous étions bel et bien seuls, je m'approchai de cet étrange objet et l'observai attentivement. Comme nous avions pu nous en douter, il était d'un envergure assez imposante et d'une forme spéciale. Assez aplatie et effilée, faisant penser avec beaucoup d'imagination à un oiseau. Pour ma part le topo était assez clair, nous venions de mettre la main sur ce que nous étions venus chercher. L'un des appareils volants du pays du ciel. Notre mission touchait donc à sa fin, il ne nous restait plus qu'à récupérer cette machine et sortir au plus vite du pays du feu.


- Admirable n'est-ce pas ? Ceci n'est qu'une petite partie de la technologie dont nous disposions...

Je me retournai et me retrouvai face à un homme de grande taille et fort musclé, arborant un fier sourire et nous bloquant le passage. Sur son front, un bandeau métallique sur lequel était gravé un symbole que je n'aurais jamais pensé voir dans ma vie. Cet homme était un ninja du pays du ciel. Comment s'en était-il sorti ? Je l'ignorais. Toujours est-il qu'il se tenait devant nous, bien vivant. Il avait dû se cacher dans cette grotte depuis la défaite de son pays face à Konoha et avoir creusé lui même la galerie. Néanmoins, il constituait un nouveau paramètre qu'il nous faudrait prendre en compte. Si nous parvenions à le convaincre de nous suivre, il pourrait nous révéler nombre de secret sur sa civilisation et peut-être nous fournir des informations qui pourraient se révéler bien utiles pour la suite de nos plans. Mais cette option s'enfuit en même temps qu'il reprit la parole.


- Je ne peux vous laisser quitter cette grotte vivants, nos technologies doivent rester cachées au monde dans l'attente de la nouvelle ère de gloire du pays du ciel. Votre curiosité aura causé votre perte. Adieu.

Je soupirai. La solution pacifique était écartée et nous allions de nouveau avoir à nous battre. Avec de la chance, nous pourrions réussir à le capturer et le ramener avec nous. Le combat ne serait qu'un léger contretemps, mais les risques n'étaient pas nuls non plus. Nous ne savions rien de ses capacités et il n'était également pas exclu qu'il meure. Nous n'avions cependant pas le choix. Je me tournai vers mon partenaire :


- A ton tour... Essaie de ne pas le tuer celui-ci, il nous serait beaucoup plus utile vivant.

J'avais prononcé cette phrase avec un ton volontairement méprisant. Bien que j'aie reconnu mes torts et la nécessité absolue de ses actes, j'en voulais toujours à Tsuku d'avoir tué les trois brigands, et je n'avais pu m'empêcher de le lui montrer. Je reculai ensuite et m'adossai à la machine, observant avec attention mon partenaire. Je ne voulais pas perdre une miette de ce qui allait se produire.

Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t3001-raito-tsukiyo-no-bingo-book-en-cours https://sns-rp.forumgratuit.org/t2966-l-enfant-de-la-lune
Tsuku Hakka
Rang A
Rang A
Tsuku Hakka
Messages : 826

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 2 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty
MessageSujet: Re: Une civilisation oubliée [Tsuku]   Une civilisation oubliée [Tsuku] EmptyDim 16 Fév - 1:32

Le petit détail que j'avais remarqué plus tôt n'était pas du n'importe quoi. Si Raito ne l'avait pas dit d'abord, ce n'était pas nécessairement parce qu'il ne l'avait pas remarqué, mais peut-être parce qu'il était toujours occupé à tenter de cerner Tsuku, ou à penser aux brigands qu'il avait tué plus tôt. Quoi qu'il en soit, il avait vite répondu, prenant quelques pas et s'agenouillant devant la petite zone en question. Il affirma que quelque chose de gros s'y trouvait et avait été déplacé il y a quelques temps. Tsuku, silencieux, l'avait suivit sans dire un mot, ayant confiance en ce qu'il lui disait. Son coéquipier se releva aussitôt et se mit à suivre une piste qu'il avait flairé. Les deux hommes marchèrent ainsi, suivant une piste que Tsuku n'avait pas vraiment vu, au travers des débris.

Rapidement, ils eurent quittés la zone en question et arrivèrent à un endroit où des arbustes et détritus obstruait le chemin. Raito les prit et les tassa. Regardant partout autour de lui, Tsuku vérifia que personne ne les surveillaient ou ne les suivaient. Après un regard rapide, il ne vit rien. Après s'être retourné vers Raito, il vit que l'endroit était dégagé et cachait en fait l'entrée d'une grotte.

Les deux hommes firent quelques pas et entrèrent dans la noirceur. Des petits bruits de gouttes, tout au fond de la grotte, était probablement le seul repère qu'ils avaient. Raito fit une espèce de torche et ils eurent la vue. C'était une grotte naturelle, tout ce qu'il y a de plus normal. L'espace d'un instant, Tsuku croyait même se trouver dans l'une des caches de l'Akatsuki. Les deux hommes avancèrent rapidement, évitant par ci par là les débris pouvant leur causer des lésions, et marchèrent pendant quelques minutes. Rapidement, observant les alentours, ils aperçurent tout au fond une espèce de grande salle. Était-ce ce pourquoi ils étaient venus?

Raito se dépêcha et le binôme entrèrent dans la salle. Levant la tête, Tsuku put apercevoir que celle-ci faisait plus de dix mètres de haut, et était très large. Le seul problème, peut-être, était la noirceur, qui les empêchaient de bien voir. Raito, lui, ne sembla pas se soucier de ce problème et fit un petit son de surprise avant de se dépêcher d'aller vers une espèce de machine rappelant vaguement la forme d'un oiseau. Tsuku n'y connaissait pas grand chose.


Tsuku le regarda, sans rien dire. Il était plutôt satisfait d'être arrivé à leur objectif mutuel aussi rapidement, et que raito ait véritablement servit à quelque chose. Il semblait différent de certaines personnes avec qui Tsuku avait eu à travailler dans le passé.

- Admirable n'est-ce pas ? Ceci n'est qu'une petite partie de la technologie dont nous disposions...

Raito se retourna rapidemen. Même dans la noirceur, il parût blêmir. Il semblait surprit. Se retournant lentement à son tour, Tsuku vit un homme, plus grand et plus gros que lui, portant un bandeau qu'il ne connaissait pas. Celui-ci, d'un sourire niais, prit rapidement, sous un ton de menace, la parole

- Je ne peux vous laisser quitter cette grotte vivants, nos technologies doivent rester cachées au monde dans l'attente de la nouvelle ère de gloire du pays du ciel. Votre curiosité aura causé votre perte. Adieu.

Les deux hommes ne répondirent pas tout de suite. Qui cet homme pouvait-il bien être? Était-il assez idiot pour attaquer à un contre deux un binôme de l'Akatsuki? Tsuku, le plus proche de l'homme, le regarda d'un air noir, prêt à le tuer

- A ton tour... Essaie de ne pas le tuer celui-ci, il nous serait beaucoup plus utile vivant.

Il lui avait dit sous un ton méprisant, qui arracha un petit sourire à Tsuku. Il avait raison, il ne devait pas le tuer, mais le laisser en vie serait plus difficile que d'autre chose. Il ne devait pas être très fort en tant que ninja, mais il ne semblait pas être un menteur. Effectivement, ce n'était pas seulement des menaces en l'air, car seulement quelques secondes après avoir parlé, il s'élançait par derrière, faisant des mudras.

- Fuuton Mukakeka Raitaka!

Dans le noir, Tsuku ne voyait pas la technique, mais il connaissait le fuuton, et connaissait aussi sa faiblesse. Il devait réagir vite. Prenant lui-même un sceau par derrière pour éviter son attaque, il sortit plusieurs kunai de ses poches et les lança d'un coup en s'écriant

- Katon, Housenka Tsumabeni!

Un jet de feu sortit rapidement de la bouche de Tsuku et propulsa les kunai sur une longue distance. Ceux-ci, ayant prit feu, prirent un regain de vie en frappant le fuuton de l'adversaire. Éclairant la grotte de mille feu, certains kunai enflammés pénétrèrent dans la peau de l'homme qui s'écria aussitôt de douleur.

- Je .. Je ne peux pas abandonner!


Il avança à nouveau, prêt à faire des mudras, mais Tsuku ne lui en laissa pas le temps :

- Tenrô Kaken

Un boule de feu apparût dans la main de l'homme de l'Akatsuki. Après moins d'une seconde, ce feu se transforma en une longue épée qui pénétra rapidement dans les côtes de son ennemi. Celui-ci fût projeté sur le mur de la salle, et tomba au sol comme un sac de patates. D'où étaient Tsuku et Raito, l'on pouvait l'entendre avoir du mal à respirer, tout essoufflé. Le combat était déjà terminé. Qui pouvait bien être cet homme qui les avaient attaqués?

Partout dans la grotte, des restants de kunai, toujours enflammés, éclairaient de milles feux la longue salle caché.

_________________
Une civilisation oubliée [Tsuku] 232327asd
Ancien     Modérateur technique & Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t484-annales-de-tsuku-hakka#2858 https://sns-rp.forumgratuit.org/t5956-bingo-book-de-tsuku-hakka#46153https://sns-rp.forumgratuit.org/t7370-bingo-book-de-tsuku-hakka-2 https://sns-rp.forumgratuit.org/t5955-tsuku-hakka-le-retour-du-heros
Raito Tsukiyo

Raito Tsukiyo
Messages : 25

Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty
MessageSujet: Re: Une civilisation oubliée [Tsuku]   Une civilisation oubliée [Tsuku] EmptyLun 17 Fév - 1:38

Ma remarque fit sourire mon partenaire, mais il semblait qu'il était de mon avis. J'étais cependant conscient de la difficulté de la chose étant donné que nous ne savions encore rien des capacités réelles de notre adversaire. Très peu de personnes osaient affronter un duo de l'Akatsuki seules. Parmi elles, les shinobis trop sûrs de leur force, les ignorants et les cinglés. Celui que nous avions en face de nous devait faire partie de la seconde, ayant vécu trop d'années à l'écart de la civilisation, reclus dans un coin de sa grotte nauséabonde. Mais nous ne devions pas négliger la possibilité qu'il puisse faire partie de la première catégorie, et de ce fait devenir beaucoup plus menaçant. La tâche que j'avais laissée à Tsuku était assez difficile dans la mesure où nous devions garder cet homme en vie. Et à en juger par le regard noir qu'il lui lançait à l'instant présent, cela ne serait pas chose aisée. Notre ennemi s'élança.

- Fuuton Mukakeka Raitaka!

Je rigolai à l'énonciation de son jutsu. Quel qu'il fut, son appellation était pour le moins ridicule. Et la réaction de mon partenaire ne se fit pas attendre. Il sortit des kunais de ses poches et les lança sur son adversaire, enchaînant avec un jet de feu. Au contact du fuuton, ceux-ci prirent feu de plus belle, éclairant la grotte d'une lumière intense comme si une explosion venait de se produire. Je soupirai, on aurait de la chance si notre ami était encore en vie. Mais le cri de douleur qui s'ensuivit me réconforta. Si l'on souffre, c'est que l'on est encore en vie.


- Je .. Je ne peux pas abandonner!

Nous y étions. Cri de grâce stupide des hommes qui étaient persuadés d'être prêts à donner leur vie pour leurs convictions. Mais après une telle démonstration de sa totale infériorité, vouloir poursuivre le combat était une folie inutile. Se battre pour une cause était un acte louable. Mais se sacrifier comme ceci n'apportait rien. Le combat était terminé, il n'avait aucune chance face à quelqu'un comme Tsuku. Un trop gros gouffre les séparait tant au niveau physique que psychique. Il s'avança, tentant dans un ridicule baroud d'honneur mais fut stoppé net par mon partenaire. Traversé au niveau de la cage thoracique par une épée de flammes, il fut projeté contre le mur et tomba au sol, inanimé. Le combat n'avait duré que quelques secondes mais l'objectif était atteint. L'homme était à terre, respirant bruyamment avec moult difficultés mais en vie. Je fis un signe de tête à mon binôme et me dirigeai vers notre ennemi que je mis sur mon épaule tel un sac de patates.


- Je te laisse rapporter cet objet, on se retrouve au repaire. Cette mission avec toi fut un plaisir.

Et je quittai la grotte, laissant Tsuku avec la machine volante dans la salle éclairée de mille feux telle la voûte céleste. Cette association m'arracha un rire sournois.
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t3001-raito-tsukiyo-no-bingo-book-en-cours https://sns-rp.forumgratuit.org/t2966-l-enfant-de-la-lune
Contenu sponsorisé



Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty
MessageSujet: Re: Une civilisation oubliée [Tsuku]   Une civilisation oubliée [Tsuku] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une civilisation oubliée [Tsuku]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V1 :: Hi no Kuni :: Grandes forêts de Hi-
Sauter vers: