-78%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
23.95 € 110 €
Voir le deal

Partagez
 

 Chaos et espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yumi Esuki
Rang S
Rang S
Yumi Esuki
Messages : 4289

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Talents:

Chaos et espoir Empty
MessageSujet: Chaos et espoir   Chaos et espoir EmptyVen 13 Nov - 15:53

Il faisait nuit noire quand je me promenais dans les rues d’une ville des plus modernes. Écrans géants, buildings, moyens de transport d’une autre époque… Bien que cet endroit m’était inconnu, il me rappelait vaguement certains de mes souvenirs. Mais lesquels ? Impossible de me le rappeler. J’entrepris alors de marcher jusqu’à ce que je comprenne où je me trouvais. L’obscurité ambiante noircissait ma mémoire et mon ressenti, allant jusqu’à dévorer la lueur d’espoir qui me guidait encore jusque là. Cette vision d’horreur fut amplifiée par un cri d’animal, au lointain. Je reconnus celui-ci : il s’agissait d’un chat, une bête pas plus effrayante que d’autres a priori. Mais pourtant, son miaulement m’avait terrifiée, comme s’il s’agissait d’un dernier soupir. Rejoignant un grand axe plus éclairé que les précédents, je repris confiance en moi. Ce fut uniquement lorsque je croisai une jeune femme portant un bandeau frontal que je pus réaliser dans quelle ville je me situais : Iwagakure no sato. Étonnante vision. S’agissait-il du futur ? C’était assez irréaliste pour le penser. J’avais néanmoins la ferme impression que mon environnement était tout ce qu’il y avait de plus palpable. Je me surpris à me gratter le poignet avec vigueur, ce qui me permit de réaliser quelque chose d’exceptionnel : les bracelets que je portais en mémoire de ma soeur s’illuminaient vivement, allant presque jusqu’à m’aveugler totalement. J’entendis alors des cris tout autour de moi, desquels je compris vaguement le mot-clé «Intruse».

- Maudits bracelets ! Vous attirez l’attention sur moi ! hurlai-je en tentant de les arracher hors de mon avant-bras.

En vain. Ils étais désormais si serrés que même un maître en Taijutsu ne pourrait m’en extirper par la force. Prenant panique, je finis par relever la tête, affrontant le monde qui m’entourait. Alors que je me tenais prête à recevoir une escouade entière de shinobis, je tombai nez-à-nez avec un homme que je ne connaissais que trop bien. Arborant sa coiffe de Tsuchikage, Ashiro Ryuka me jetait un regard bien plus froid que la nuit. Tétanisée, je m’immobilisai. Celui-ci changea son bras en une arme tranchante faite de cristal et s’approcha de moi pour pouvoir me susurrer quelques menaces à l’oreille.


- Tu m’appartiens…

~


Ayant l’impression de me faire transpercer de part en part par la lame de l’homme qui fut autrefois mon sensei, je me réveillai en sursaut, étouffant un cri de panique. Le volume sonore avait malheureusement été assez élevé pour réveiller Naeko. Celui-ci me dévisageait depuis son propre lit, interrogé. Je sortis de mes draps avec labeur, comme si ceux-ci n’étaient que le prolongement de cette étouffante noirceur. Je rejoignis mon cousin dans son lit et me blottis contre lui, sanglotant à chaudes larmes. Il m’arrivait rarement d’avoir de tels moments de faiblesse, mais lorsque cela arrivait, j’avais besoin du réconfort de mon âme sœur.

Le lendemain matin, je parvins à sortir du lit sans le réveiller, une prouesse qu’il m’était rarement donné d’accomplir. Je me vêtis et sortis sans faire de bruit. Ashiro était sorti de ma vie depuis un moment, mais à présent que je m’impliquais en politique, il ne tarderait pas à y pénétrer de nouveau. Il était donc naturel de cauchemarder à son sujet, n'est-ce pas ? Tout en poursuivant mon auto-conviction, je me dirigeai vers un autre lieu macabre : la prison de Suna. Soufuku y avait enfermé la plupart des faucheurs et des autres dangereux criminels de l’ancien régime. Une fois rentrée dans le grand bâtiment à l’aspect décrépit, j’attestai de ma présence au secrétariat. Ma visite était loin d’être une surprise : un prisonnier était gravement atteint, mais par manque d’effectif, aucun médecin de l’hôpital n’avait pu faire le déplacement. C’était une habile manœuvre de ma part pour gagner même le respect de nos opposants politiques. Cependant, lorsque je traversai le couloir au milieu des cellules, je devinai que c’était loin d’être gagné…


- Catin de la brume !

- Retourne d’où tu viens, sale grognasse !

- Joli p’tit minois… Il a tapé dans le haut d’gamme le Nitobe !

Je gardai mon calme et ignorai les provocations des différents criminels. Leur avis m’importait peu. Après tout, ce n’était pas auprès d’eux que j’avais besoin de paraître clémente et respectueuse, mais bien auprès du peuple, à l’extérieur. Lorsque j’atteignis la cellule de l’homme en question, je le découvris adossé contre le mur, la bouche grande ouverte. Il grognait d’agonie. Consciente que je devais prendre mes précautions, je malaxai mon chakra pour opérer à distance :

- Kaiseki Ken’shin no jutsu.

Une sphère bleuâtre sortit de mes mains et flotta jusqu’au corps inerte du faucheur. Cette technique d’analyse médicale me permit de comprendre d’où venait ses maux : il s’agissait d’une lésion méniscale au niveau de son genou gauche. Certainement d’origine traumatique, sa douleur était telle qu’il avait du mal à communiquer. Le traitement serait aisé et rapide, si seulement j’avais la possibilité de m’approcher… mais je ne pouvais courir aucun risque. Naeko me reprocherait encore d’être sortie sans lui, autrement. Me pinçant la lèvre inférieure, j’actionnai mes méninges pour trouver une idée. Quelques instants plus tard, j’avais le concept d’une nouvelle technique en tête : pourquoi ne pas me servir d’un flux d’air issu de mon Fuuton pour véhiculer mon Shosen no jutsu, la technique régénératrice primaire d’Iroujutsu ? Je fis donc quelques essais dans le vide, propulsant d’abord un fin filet d’air de ma main, puis l’utilisant ensuite comme relais pour utiliser ma seconde technique. Ça avait l’air d’être possible. Au bout d’une demi-heure, je me décidai à agir.

- Yougo Sayokaze no jutsu…

La brise revitalisante qui s’écoulait de mes doigts tel un flux continu parvint jusqu’au genou du prisonnier, situé à plus de deux mètres de moi. Après une autre technique d’analyse, j’en conclus qu’il s’agissait d’un succès. Il ne tarderait pas à revenir à ses esprits… Je sortis de la prison avec satisfaction sans recevoir la moindre remarque déplaisante cette fois-ci. Peut-être avaient-ils compris que je n’étais pas là pour leur faire le moindre mal ? Je retournai dans ma chambre à toute allure, espérant que Naeko ne s’était pas encore réveillé. Il n’y avait qu’un seul moyen de m’assurer qu’Ashiro n’était pas une menace : le surpasser dans tous les domaines, et notamment en médecine.
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 https://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Yumi Esuki
Rang S
Rang S
Yumi Esuki
Messages : 4289

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Talents:

Chaos et espoir Empty
MessageSujet: Re: Chaos et espoir   Chaos et espoir EmptyJeu 24 Déc - 15:13

Ma popularité s’accroissait de jour en jour. Je gravissais les échelons de la société de Suna, me faisant peu à peu accepter par le peuple du pays du Vent. Mais ce n’était pas assez. Ce ne serait jamais assez. Une part de moi rechignait encore mes dernières décisions, me reprochant de ne pas être restée à Kiri pour y affronter la réalité, et ressouder un peuple meurtri. Cependant, mon autre facette désirait plus que tout devenir une mère pour Suna. Celle que je n’avais pu être pour les Kirijins. Dans ce but, je m’étais une fois de plus levée de bonne heure pour montrer ma détermination. J’avais marché dans les rues d’un village qui se reconstruisait peu à peu. Des sourires commençaient à germer de nouveau sur les visages, telles des fleurs épanouies. Les gens oubliaient peu à peu la guerre et les autres infamies qu’ils avaient subies. Ils faisaient table rase du passé pour remettre sur pieds leur nation. Et c’était une étape absolument nécessaire. Si nous avions l’intention d’étendre notre modèle politique au monde extérieur, Suna devait paraître unie.

Passant devant diverses boutiques, je parvins enfin à l’hôpital de Suna. Cet endroit, que je considérais déjà comme ma deuxième maison, paraissait bien délabré, presque en ruines. Soufuku et moi avions d’ores et déjà chargé des bâtisseurs de le requinquer et de le rendre plus moderne, tout en restant fidèle au style architectural du désert. Lorsqu’ils se seront occupés de l’hôpital, que nous avions placé comme priorité principale, ils passeront aux écoles, à l’académie ninja, aux boutiques, aux habitations. Ce coup de neuf ne devait épargner rien ni personne. Rien, sauf un bâtiment. Soufuku avait grandement insisté pour que la tour du Kazekage reste identique. Les habitants devaient bien comprendre que le fond du village n’avait pas changé. Le corps change, mais l’âme demeure. Une fois entrée dans les locaux du centre de soins, je constatai à mes dépens que les chambres étaient surchargées, et qu’il manquait cruellement de personnel.


« Je dois toucher un mot à Soufuku à propos des recrutements en hôpitaux… Le pays sort d’une crise, et une majorité de la population est inactive. Il faut qu’il retrouve son dynamisme d’antan. » pensai-je presque à voix haute.

Pourtant, je n’avais ironiquement jamais connu le Suna d’autrefois. Je devais me contenter d’une vague idée et des descriptions dépeintes dans les ouvrages de la bibliothèque. Mais si j’avais bien retenu une chose de mes lectures, c’était bien que le peuple du pays du Vent était le plus brave qui soit, toujours prêt à se relever. Cette volonté de fer était certainement due au fait que Suna avait les conditions météorologiques les plus rudes du monde shinobi. Il était plus facile de bâtir un empire en climat tempéré qu’en climat désertique, assurément.

Déterminée à aider les infirmiers, je pénétrai dans une chambre, où je découvris plusieurs blessés graves, ainsi qu’une aide soignante qui me salua chaleureusement. Quelle était la meilleure solution pour venir en aide à tous ces gens ? Bien sûr, je pouvais moi-même passer au peigne fin tout l’hôpital pour en soigner tous les blessés à coups de Shosen des plus efficaces. Mais cela serait beaucoup trop long. Une autre idée me traversa alors l’esprit.


- Convoquez tous les infirmiers dans leur salle de repos. J’ai quelque chose d’important à vous dire.

Affichant une mine épuisée, l’infirmière acquiesça et s’inclina lorsque je fis volte-face. Konoha avait peut-être sa volonté du feu, mais voilà ce que je j’appelais la volonté de fer de Suna. Même débordés, les infirmiers ne baissaient pas les bras. Lorsqu’ils furent tous réunis face à moi, quelques minutes plus tard, ils présentèrent tous un point commun : la fatigue.

- Mes amis, votre détermination est honorable. Non seulement vous exercez l’un des plus beaux métiers du monde, mais en plus de cela vous vous tuez à la tâche. Ne vous méprenez pas : je ne vous ai pas seulement réunis pour vous complimenter. Mais pour vous venir en aide.

Je plaçai ma main au centre de l’arc-de-cercle qu’ils avaient instinctivement formé autour de moi. Je leur fis signe de la toucher. Ceci fait, je déversai mon chakra tout entier au travers de mon membre afin de le communiquer à tous les infirmiers. Au bout d’une minute, je m’étais vidée de la majorité de mon énergie. Au contraire, les différents médecins qui m’entouraient semblaient avoir repris du poil de la bête.

- A défaut de faire votre travail à votre place, je vous offre mon énergie vitale, grâce à cette technique de Transfusion énergétique.

Technique que je venais d’ailleurs d’improviser. Alors qu’ils se remettaient au travail, je m’installai dans le fauteuil en piteux état qui leur servait de coin de repos. Fort heureusement, ma technique était plus réparatrice qu’une sieste sur cette épave…
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 https://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Yumi Esuki
Rang S
Rang S
Yumi Esuki
Messages : 4289

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Talents:

Chaos et espoir Empty
MessageSujet: Re: Chaos et espoir   Chaos et espoir EmptyVen 25 Déc - 16:06

Reprenant peu à peu mes esprits, je restai assise sur le divan de fortune placé au beau milieu de la salle de repos des hospitaliers, toujours dénuée de décorations. Un bel homme de la vingtaine portant un masque de chirurgie ne tarda pas à m’y rejoindre. Il était à mon goût, et assurément séduisant. Mais je n’avais pas la force d’initier la moindre relation intime. Ce n’avait pas l’air d’être le cas de l’infirmier en question.

- Merci beaucoup de nous avoir prêté main forte. Beaucoup décrient vos actions et vous jugent sans argument. Mais moi, je pense que vous êtes une excellente régente. Et sublime, qui plus est. Que demander de plus ?

Je ne pus m’empêcher de rire aux éclats. Bien que je trouvais la situation quelque peu gênante, il m’était fort agréable de voir mon ego ainsi flatté.

- Merci de votre soutien… laissai-je suspendre tout en essayant de lire le nom de l’intéressé sur son badge. Yoshida-san. Je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour faire de ce village et de cette nation des endroits meilleurs. D’ailleurs, je ne devrais pas m’éterniser ici, bien que votre compagnie soit fort agréable.

Me relevant, le jeune Yoshida m’imita à la hâte, s’approchant de moi pour me glisser un morceau de parchemin dans la main.

- Voici mes coordonnées. J’espère vous revoir tôt ou tard… votre Majesté.

- Oh, appelez-moi Yumi. conclus-je en sortant tout en lui faisant un clin d’oeil.

Après tout, le pouvoir ne pouvait m’empêcher de passer du bon temps. Je n’envisageais rien de très sérieux… encore moins après tout ce que j’avais vécu. Je quittai la pièce en prenant soin de me tenir droite et exemplaire. Une fois dans le couloir, je jetai un regard à droite comme à gauche, afin de vérifier que tout le monde était à son poste. Pourtant, un détail piqua ma curiosité : un homme que je n’avais encore jamais croisé, pourtant vêtu de l’uniforme de l’hôpital, s’immisça dans la chambre d’un patient. La chambre 101.

Peut-être étais-je en train de divaguer, mais j’avais bel et bien convoqué tout le personnel de l’hôpital. Pourquoi cet homme aurait fait exception ? Je me pressai jusqu’à l’accueil afin de vérifier le registre de la patientèle. Aligné au numéro 101 figurait un nom qui ne m’était pas inconnu : Koichi Asumo. Ce vieil homme était une grande figure de la résistance des pro-Gaara, lorsque les faucheurs faisaient encore loi ici-bas. Il avait été interné après avoir été grièvement blessé par… un coup de kunai dans l’abdomen. Pourquoi sa chambre n’était donc pas davantage surveillée !?

Je me précipitai vers la chambre 101 avant qu’il ne soit trop tard. Ce mauvais pressentiment que j’avais eu pouvait bien épargner la vie de cet innocent, si tant est que j’arrive à temps. Poussant la porte avec entrain, je vis l’inconnu approcher un kunai de la gorge de l’homme politique encore endormi.


- Halte !

Je dus réagir au quart de tour : l’assassin venait de se retourner vers moi et avait l’air de vouloir s’échapper par la grande fenêtre de l’autre côté de la chambre. Je n’étais pas sûre de pouvoir l’arrêter avant qu’il ne s’enfuie. Je devais trouver un moyen efficace de le retenir dans les parages. Le but n’était pas de le tuer, mais de le traîner en justice. Ainsi raisonnait la nouvelle République de Suna. Je malaxai à toute allure du chakra Irou dans mes paumes afin de dégager de dangereuses toxines. Suite à quoi je me jetai sur le criminel en fuite et m’empressai de toucher son bras découvert, le badigeonnant de poison. Comme j’avais pu le prévoir, il eut malgré cela le temps de sauter par la fenêtre. Je m’approchai du rebord pour le mettre en garde en criant.

- Vous avez été empoisonné. Vous allez vite en ressentir les premières séquelles et ne pourrez pas aller bien loin dans cet état. Rendez-vous, mécréant. Vous êtes en état d’arrestation.

Le voyant continuer à courir à vive allure, j’accomplis une pirouette acrobatique pour passer à travers la fenêtre et le poursuivre sans perdre de temps. Mais la course fut de courte durée : le criminel s’était écroulé au sol à quelques mètres devant moi, en plein milieu d’une allée commerciale. Je me rapprochai calmement pour ne pas affoler la population. Je maîtrisais pleinement la situation. Les toxines que j’avais incorporées à cet homme n’étaient pas mortelles, elles étaient même très éphémères. La garde de Suna ne tarda pas à venir m’aider.

- Prenez soin de ce malotru. Amenez-le en cellule de dégrisement. Il devra répondre de sa tentative d’assassinat devant les jurés.

Lorsque les gardiens de la paix et de l’ordre public sortirent de mon champ de vision, je décidai de rentrer auprès de Naeko. J’avais passé une dure journée et avais besoin d’un peu de réconfort. Une chose demeurait certaine : cet événement m’avait ouvert les yeux sur l’insécurité ambiante à Suna. Je devais en parler à Soufuku afin que nous envisagions de prendre des mesures drastiques.



RP terminé
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 https://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Contenu sponsorisé



Chaos et espoir Empty
MessageSujet: Re: Chaos et espoir   Chaos et espoir Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Chaos et espoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V2 :: RP :: Kaze no Kuni :: Sunagakure no Sato :: Ruelles obscures-
Sauter vers: