Partagez
 

 Les survivants de l'enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yumi Esuki
Rang S
Rang S
Yumi Esuki
Messages : 4289

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Talents:

Les survivants de l'enfer Empty
MessageSujet: Les survivants de l'enfer   Les survivants de l'enfer EmptyVen 21 Oct - 18:27

Notes de lecture:
 

Une semaine s’était écoulée depuis notre retour à Suna. Résolue à ne pas laisser mon pays se faire happer par l’obscurantisme, j’avais organisé une réunion du conseil. Imposer la présence des dirigeants du pays. Il serait une ineptie de penser qu’il s’agissait d’un jeu d’enfants : bien qu’animés par un sens des responsabilités, les députés élus au suffrage universel se montraient parfois bien moins performants que les anciens représentants du conseil… Chacun vaquait à ses occupations, et ils se sentaient de moins en moins obligés de régir, surtout quand leur Kazekage s’éclipsait le temps d’un examen dans un pays étranger. Pourtant, cet événement avait été riche en conséquences, ce qui me laissait indubitablement du pain sur la planche. Portant une tenue sobre et légère couleur nacre, j’implorais mentalement au soleil de compatir à ma condition : dans le désert, le printemps n’était pas plus clément. Lever mon corps jusque là assis autour d’une table ronde me procura une intense bouffée de chaleur, mais l’heure n’était plus à la complainte. Les députés étaient arrivés.

Les survivants de l'enfer 11847410-50b3fa8

- Mes chers amis, nous avons beaucoup à faire. J’ai de nombreux sujets à aborder avec vous, et je commencerai bien entendu par celui qui fait l’urgence de cette entrevue : le culte de la Vie qui s’est révélé aux yeux du monde au pays de la Foudre constitue une menace pour la sécurité des villages ninjas. Clamant que la seule hiérarchie qui régit ce monde est celle entre Dieu et ses fidèles, ils menacent de supprimer notre autorité. Apparemment, ils sont la cause de la déroute qui a eu lieu ces dernières années à Kumo, et ils comptent bien imposer cette décadence au reste du monde. Nous nous devons de réagir. L’Hachidaime Soufuku Nitobe m’a d’ores et déjà demandé de ne pas envoyer de troupes pour les espionner, impliquant qu’il s’en chargerait lui-même. Néanmoins, ce conflit n’est pas seulement une course à l’information, et encore moins une guerre ouverte en face à face : cette secte a joué sur tous les fronts en promettant à nos propres shinobis un avenir meilleur. Il est de notre devoir de nous assurer de leur bien-être… et de leur fidélité. Le projet de zone touristique que j’avais abordé avec vous avant de voyager à Kaminari tombe à pic : je vous propose d’en profiter pour y créer une cellule de déradicalisation à laquelle chaque shinobi devra se rendre périodiquement. Un procédé simple nous permettant d’écarter tous les doutes.

- Une cellule de déradicalisation ? Qu’entendez-vous par là, Esuki-dono ? demanda curieusement le député Sud de Suna.

- Un espace de détente qui permettra aux shinobis de profiter périodiquement et gratuitement des avantages de la zone touristique. Sport, spa, baignade, gastronomie… et autres délices de la vie. A cela s’accompagnera un suivi psychologique soutenu afin que nous restions certains de leur fiabilité et de leurs compétences.

- Vous achetez vos troupes en leur faisant plaisir ? Je ne suis pas sûre que leur offrir davantage de débauche contre les arguments de ce culte, Kazekage. Vous ne ferez que conforter leur avis. répliqua la vieille députée Nord.

- J’ai entendu dire que vous satisfaisiez vos hommes à coups de fouet, ma Dame. Vous devez bien comprendre que le commun des mortels préfère la douceur, et il en sera de même pour mes shinobis.

Cette femme un poil plus âgée que moi connue pour être fidèle aux anciens préceptes de Shunsuke fronça les sourcils suite à cette pique. Le reste de la table ronde ne put se retenir d’en rire.

- Je suis du même avis qu’Esuki-dono. affirma le député Est. Dorloter nos guerriers leur permettra, entre autres, d’être plus efficaces en missions.  Et si ça peut les empêcher de se retourner contre nous…

- Je pense pareillement. rajouta le député Ouest qui siégeait à ma droite. Son accent prononcé et typique du désert sous-tendait qu’il était le plus Sunajin de tous dans cette pièce.

- Idem.

- J’ai donc le soutien de la majorité. Scribe, vous transmettrez l’ordre de construction aux architectes dans les plus brefs délais.

Le jeune homme en turban rouge assis en tailleur dans un coin de la plus haute pièce de la tour de direction acquiesça. Il notait scrupuleusement tous les échanges de cette réunion officielle, nous offrant en guise de fond sonore les crissements de sa plume sur son parchemin. J’attendis qu’il remonte la tête, signe qu’il était prêt pour la suite, avant de passer au prochain sujet.

- Le second ordre du jour concerne…

Le pincement de lèvres très sonore du député Ouest vint interrompre ma prise de parole. Sa peau mate et l’encre mauve qui dessinait des traits dans le prolongement de ses yeux lui donnaient un côté mystique. Dans la fleur de l’âge, il était pourtant issu d’une très vieille famille du village. Tout à fait le genre de famille à contester l’autorité d’une Kirijin devenue Kazekage. De tous les bras cassés que le peuple avait choisis, c’était de loin celui qui me terrifiait le plus. A vrai dire, mes sentiments à son égard ne relevaient pas tant de la peur. Il s’agissait davantage d’inconfort.

- Permettez-moi de vous couper. initia-t-il, sans la moindre marque de politesse. Mes hommes ont reçu des informations de la plus haute importance en provenance du pays de la Terre…

Je répliquai instinctivement, faisant mine d’être à l’aise.

- Tiens donc, Ashiro a enfin daigné répondre à mon message ? Cette vipère des roches ne m’a même pas adressé la parole pendant l’examen. Enfin, pas que je le sache…

On m’avait mise au courant de ses prouesses dans la salle des caméras. D’une certaine manière, il m’avait sauvé la vie… Je ne lui avais pourtant pas adressé le moindre compliment, trop perturbée par notre histoire commune. Je savais que je devais tourner la page, mais j’avais assez mal pris le fait qu’il ne vienne pas vers moi de son gré.

Comme si son inconscient se voyait fâché de voir le titre de serpent lui échapper, le député Ouest fit siffler sa langue tel un reptile. Visiblement, il n’avait pas non plus apprécié que je l’interrompe.


- Je reprends… Mes hommes m’ont rapporté que la nouvelle de la mort du Tsuchikage se répand comme une traînée de poudre au pays de la Terre et dans les contrées alentours. A en croire les rumeurs, ils auraient déjà trouvé son héritier.

Les survivants de l'enfer Images?q=tbn:ANd9GcSPi5BsHOhphVmhsN2gALloVjjdpw2i5lR5jTWzSYyM_czH_s4smRoBI8w

Je restai bouche bée un long instant. Les autres députés semblaient plutôt ravis de la mort de l’Iwajin, encore animés par d’anciennes rancoeurs. Mon ressenti fut bien plus complexe à décrire… D’une certaine manière, je me sentais soulagée. Libérée, délivrée d’un poids incommensurable qui pesait sur mes épaules depuis le jour où il m’avait prise sous son aile. Je n’avais plus rien à craindre de ce personnage démoniaque qui s’était mis en tête de me subtiliser mon corps. Plus rien, vraiment ? Cela paraissait à peine croyable. Qu’Ashiro puisse mourir dans de telles circonstances était même invraisemblable. Cela éveilla en moi deux hypothèses : soit il avait été renversé par un coup d’état, ce qui expliquait également l’arrivée au pouvoir si soudaine de son successeur, soit… Soit il avait trouvé un moyen de tromper la mort elle-même. Si Ashiro planifiait de vivre dans mon corps, pourquoi pas dans celui d’un autre ? Je devais continuer d’être méfiante dans mes relations à Iwa. Le seul remède à cette froideur aurait été de le tuer de mes propres mains.

- Kazekage-sama ? Vous allez bien ?

Ma bouche était encore grande ouverte. Si ce choc m’avait fait réfléchir, il ne devait pas pour autant atténuer mes relations avec le conseil. Que pensaient-ils de ma réaction ? Je n’étais déjà pas en odeur de sainteté avec certains, si en plus de cela ils se mettaient en tête que je compatissais avec leur ennemi d’hier… Je pris soin de reprendre mes esprits.

- Oui, tout va très bien. Je vous remercie de vous en soucier. Je vais m’assurer d’en apprendre plus sur cette affaire et de découvrir la ligne politique du nouveau Tsuchikage. Peut-être a-t-il l’intention de renouer avec Suna…

Cette seule allusion fit naître des grimaces sur les visages des députés, même chez les pro-Gaara. La guerre n’était pas une chose facile à faire oublier.

- Qu’importe, revenons à nos moutons… Il nous faut parler de nos tout nouveaux juunins. Si cet examen de malheur a apporté une menace sans précédent sur le monde shinobi, il aura au moins laissé briller un tant soit peu nos recrues. Ainsi, Dorumo Sabaku, Shinki Jishaku et Yagami Akoshana ont été promus à un rang qui leur permet d’acquérir de nouvelles responsabilités. A vrai dire, je porte beaucoup d’espoir dans ces jeunes talents et j’ai déjà prévu beaucoup de choses pour eux… J’aimerais que Dorumo devienne ambassadeur de Suna dans le reste du monde, que Yagami assume son instinct guerrier en prenant la tête d’une section de sécurité, et que Shinki…

Un raclement de gorge intentionnel m’interrompit. Cette fois, il provenait de la députée Nord.

- Shinki Jishaku, n’est-ce pas ?

Je fronçai les sourcils, un poil outragée par l’attitude de cette vipère, finissant cependant par opiner du chef en guise de confirmation.

- Les derniers rapports le concernant ne sont pas des plus élogieux…

- Vous voulez rire ? Shinki a contribué à notre alliance avec Konoha, il a réglé une enquête judiciaire, et il a même arrêté un dangereux criminel dans un village civil. Ce garçon est très compétent, en plus d’être consciencieux.

Un couinement sortit de la bouche de mon opposante. Était-ce un soupir ? Un bref rire de moquerie ? Nul ne saurait le dire.

Spoiler:
 

- Vous souvenez-vous de la décision du précédent conseil sur les rapports post-mission ? Chaque rapport de mission de rang A ou plus doit désormais être scrupuleusement vérifié afin de ne pas compromettre le village.

J’acquiesçai dubitativement, ne voyant que trop mal où elle voulait en venir.

- Un Anbu est retourné au village civil de Burakku afin de vérifier le rapport de ce Jishaku. Il y a fait la rencontre du commissaire Chôsa, tout juste promue. Lorsqu’elle a compris qu’il s’agissait d’une enquête interne, elle a partagé avec l’Anbu une lettre que le jeune Shinki lui aurait fait parvenir. Cet écrit faisait mention d’une certaine Kabocha Kirâ, la fille d’un défunt propriétaire d’usines. Or, cette dernière était tout bonnement absente du rapport du Jishaku. Il y aurait eu, conformément aux réponses de Chôsa et au contenu de la lettre, un quiproquo indiquant que cette Kabocha était le véritable assassin au sable noir. La suite de la mission aurait démenti cela, mais le commissaire n’a pu le confirmer : seuls Shinki et Kabocha étaient présents au moment de la mort de Koma, l’homme que votre protégé nous a présenté comme étant coupable. Épris de doutes au sujet du fond de cette histoire, l’Anbu a réalisé ses propres recherches afin de retrouver cette fille. Et après plusieurs mois, il y est parvenu : Kirâ-chan s’était réfugiée dans un pays voisin, dans l’espoir de fonder une nouvelle fonderie portant le nom de son père. Elle a été soumise à la question…

Les survivants de l'enfer A353cb363193d2562e4c7d6aa0d4fdf9

- Vous avez torturé une fillette !?

- Pour le bien de Suna, Kazekage-sama. Pour le bien de Suna. Il s’est avéré qu’elle était le véritable assassin au sable noir. Elle a éliminé les anciens partenaires de son père qui l’avaient eux-mêmes assassiné lorsqu’il commençait à acquérir le monopole du marché. Cette fille a été rapatriée à Suna en attente de son procès. Je crains fort que cette situation ne mette en péril ce Shinki Jishaku. Il a faussé ce rapport de mission et a laissé une dangereuse criminelle en liberté.

Chaque mot était un poignard. Shinki, de mèche avec une assassine ? Je ne pouvais pas y croire. Je refusais d’y croire. Cet adolescent pur et raisonnable… Je baissai les yeux sur la table en bois sur laquelle je m’accoudais, et un sentiment profond naquit en moi : la déception. J’avais tellement d’attentes venant de ce garçon que cette bavure me déchirait. Les mots qui sortirent ensuite de ma bouche me répugnaient, mais je n’avais pas le choix.

- Scribe, rédigez le mandat d’arrestation de Shinki Jishaku et ajoutez son nom aux dossiers prioritaires du tribunal. Je fais de ce procès ma priorité.

- Je suis désolé, Esuki-dono. Je comprends votre ressenti, mais la désillusion est impérative à votre poste. Le clan Jishaku risque d’être terriblement déçu de son comportement également… Je rendrai une petite visite à leur domaine en sortant d’ici.

Le député Sud, pro-Gaara de carrière, était un ami de la famille de Shinki. Il était le seul à pouvoir faire cette terrible annonce aux proches du garçon.

- Au sujet des deux autres… Dorumo et Yagami, c’est bien ça ? Leur attribuer de telles responsabilités me paraît être une idée judicieuse, ce sont des éléments brillants. Néanmoins… Je me permets d’apporter sur la table une discussion qui pourrait bien vous déboussoler, Kazekage-sama.

- Je… Je vous écoute, mon ami. balbutiai-je, encore choquée par le Dossier Shinki.

- À ce que j’ai compris des rapports sur l’examen chuunin et juunin, ce fameux culte de la Vie a déjà essayé de s’en prendre à vous… Vous savez, l’empoisonnement.

- Aucune enquête n’a été approfondie. Nous ne pouvons pas affirmer avec certitude que le culte en est coupable.

- Il en reste que l’incident a eu lieu dans le palais de ce Futae… Et d’après ses propres dires, le culte a l’intention de renverser les villages. Quel meilleur moyen pour semer la zizanie que de supprimer la dirigeante de Suna ?

- Effectivement, ils avaient un sérieux mobile. Poursuivez.

- Eh bien… Cela sera dur à entendre, Esuki-dono… Mais il est fort probable que ces déments tentent une nouvelle fois de vous assassiner.

Les derniers mots du député Est éveillèrent toute l’attention du jeune ex-Faucheur aux peintures mauves. Que prépares-tu, démon ?

- Je ne vais pas y aller par quatre chemins : vous devez impérativement penser à votre succession. Avez-vous une idée en tête ? Un shinobi qui aurait les épaules de reprendre vos projets et de les mener à bien ?

Comme prévu, cette question me troubla. Bien entendu, la mort était omniprésente dans la vie d’un ninja, ce n’était donc pas la première fois à laquelle j’y pensais. Mais ça devait être assurément la première fois qu’on me la présentait de manière aussi nette, comme une vieille amie à accueillir en ayant prévu son arrivée. Je fis la moue de manière dubitative avant de poursuivre :

- Non. Aucun shinobi de Suna ne correspond à mes attentes en matière de direction, à l’heure qu’il est.

- Il serait donc peut-être temps d’y remédier. Réfléchissez-y, et, pourquoi pas, formez quelques ninjas pour les préparer à une passation de pouvoir.

Le politicien me regardait d’un oeil intéressé. Le député Est était un civil, il n’avait donc aucun moyen de prétendre au poste de Kazekage. Néanmoins, son fils était un talentueux juunin qui savait manier le verbe. Un garçon borné, à mon humble avis. Il n’attendait qu’une chose : que je le choisisse comme héritier. Mais il en était hors de question.

- Je vous remercie d’avoir abordé cette problématique. Il est vrai qu’il s’agit d’une question urgente à régler aussi vite que possible. Néanmoins, ne comptez pas sur moi pour vous quitter aussi tôt : j’ai l’intention de régner sur Suna encore un long moment. A présent, je mets fin à cette réunion. Bonne journée.

Je me levai précipitamment et sortis de la pièce en poussant violemment la porte. Décidément, même les pro-Gaara étaient des requins, guettant la première opportunité pour foncer sur leur proie. Et leur proie, c’était moi. À qui faire confiance ? Naeko. Mon cousin m’attendait à la sortie de la salle de réunion, visiblement inquiet par mon irritation. Je lui caressai la joue pour le rassurer en soutenant que j’allais pour le mieux. Évidemment, c’était un mensonge. Entre ce maudit culte, la mystérieuse mort d’Ashiro, le procès de Shinki à venir et cette nouvelle responsabilité de me dégoter un successeur, je ne voyais vraiment pas comment cela pouvait aller. Mais me plaindre à Naeko en gémissant n’allait pas arranger les choses, il avait plus important à se soucier : nous venions d’apprendre les raisons de destruction de son village d’origine. Les enjeux politiques m’avaient empêchée de lui demander son ressenti sur toute cette histoire, et malheureusement, j’étais loin d’avoir réglé tous mes problèmes. Nous marchâmes jusqu’à notre chambre sans manquer de croiser les regards indiscrets du personnel de la tour. Ma relation avec Naeko était très souvent incomprise des autres, qui y voyaient bien plus qu’une union familiale. N’avaient-ils pas raison, au fond ? Raaaah, mes sentiments n’avaient vraiment pas leur place dans mon esprit en ce jour agité. J’ouvris la porte-fenêtre afin d’aller prendre l’air - oui, lorsque notre tête est sur le point d’exploser, la chaleur étouffante du cagnard est plutôt rafraîchissante. Une fois dehors, je me laissai submerger par un flot de chakra auquel je commençais peu à peu à m’habituer… Mes yeux devinrent aussi bleus que le ciel et de la glace commença à se former sur le balcon, jusqu’à prendre la forme de deux oisillons.

- Shimogan : Pijako…

- Shimogan : Pi-pi-pijako ! Que puis-je pour vous-vous-vous ?

Le perroquet de glace parlait presque d’une manière humoristique. Je lui avais accordé une véritable conscience… Alors que ses principes étaient il y a quelques jours encore très obscurs pour moi, le Shimogan se révélait chaque jour un peu plus comme un véritable cadeau de la nature. Un don que je maîtrisais instinctivement, sans chercher à le comprendre. Telle une «véritable Esuki».

- Tu t’appelleras Blue. Et toi… Black. Blue, j’aimerais que tu suives Soufuku Nitobe dans ses moindres déplacements. Je n’ai pas eu le temps de lui porter de l’attention, mais le décès de son ami a dû l’affecter… Son désir d’enquêter sur le culte en solo provient très sûrement d’une volonté de vengeance. Ses émotions personnelles ne doivent pas interférer avec sa mission. Surveille-le, et si tu venais à constater un problème, reviens me le rapporter. Quant à toi, Black, tu rendras visite à Iwa afin de leur apporter ce message : «La Kazekage Yumi Esuki vous transmet ses plus sincères condoléances. Elle se tarde de rencontrer le nouveau Tsuchikage et attend de ses nouvelles avec impatience».

Fidèles à leur maîtresse, Blue et Black s’envolèrent dans des directions opposées. C’était une bonne chose de faite… Les pouvoirs que j’avais acquis suite à notre visite du temple Esuki m’étaient plus utiles que prévu. Et en réalité, je n’en avais pas tout à fait terminé avec eux. Je composai quelques mudras avant de me mordre le pouce à m’en faire saigner. Je déposai ensuite une trace au sol et prononçai :

- Kuchiyose no jutsu…

Le pacte des pandas rentra alors en action. Un écran de fumée fit son apparition avant de laisser place à une forme dodue mais bien taillée. Un équilibre entre rondeurs et musculature parfaitement harmonisé par son pelage blanc et noir. Ce panda humanoïde portait une armure intégrale en cuir et en écailles et était surmonté d’un sugegasa gravé d'un symbole en forme de patte. Un personnage haut en couleur.

Les survivants de l'enfer Tumblr_static_tum...08gw_640-50b3f9e

- La rumeur était donc vraie… La lignée Esuki est de retour. Je me prénomme Taran Zhu, et je suis à la tête de l’ordre d’honneur des Pandashans, qui veille à la paix de la civilisation panda. Que puis-je pour vous, Esuki-chan ?

- Yumi. Vous pouvez m’appeler Yumi. C’est un privilège de pouvoir travailler avec vous, Taran Zhu. Je suis quant à moi Kazekage, neuvième du nom.

- Oh. J’ignorais que l’influence du clan était telle que vous pouviez prétendre à la régence d’un village si éloigné de vos terres…

- C’est une longue histoire, mon ami. Une très longue histoire. Et j’aurai le loisir de te la raconter dans les jours qui suivent car j’ai une mission particulière pour toi : un dénommé Yukimura va certainement arriver d’ici quelques temps au pays des pandas. C’est un ami, bien entendu, mais j’aimerais me tenir au courant de toutes ses actions. Ainsi, je vous invoquerai à partir de maintenant tous les soirs, quatre heures après le coucher du soleil. Nous apprendrons à faire connaissance, et vous me renseignerez sur Yukimura : vous commencerez par me prévenir de son arrivée, puis de ses fréquentations, et enfin de ses actes. Il est assurément en ce moment-même aux côtés d’un panda : vous interrogerez ce dernier, lorsque vous aurez l'occasion de le rencontrer, au sujet du voyage de mon ami. Bien entendu, tout cela doit rester entre nous… je compte sur votre discrétion.

- Les descendants d’Hiroshi sont mes amis. Vos désirs sont donc des ordres, Kazekage-sama. Me voyant froncer les sourcils, Taran Zhu se corrigea. Je veux dire… Yumi.

Il sourit pour sceller ce nouveau pacte d’amitié et je fis de même. La minute suivante, il disparut de la même manière qu’il était apparu. J’avais réglé en l’espace d’une heure un bon nombre de mes problèmes. Mais mon cerveau n'allait pas tenir très longtemps s'il continuait de fonctionner à ce rythme.

- Naeko, remonte-moi le moral. lui glissai-je à l’oreille après avoir refermé la baie vitrée et m’être blottie dans ses bras.

Après l’effort, le réconfort.
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 https://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Naeko Esuki
Rang A
Rang A
Naeko Esuki
Messages : 518

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Les survivants de l'enfer Empty
MessageSujet: Re: Les survivants de l'enfer   Les survivants de l'enfer EmptySam 29 Oct - 18:52

Seul, j'attendais ma cousine à côté de la salle dans laquelle le culte de la Vie était évoqué. Il était impossible pour moi de ne pas repenser à ce tournois qui m'avait apporté une réponse que je cherchais depuis quelques années. L'émergence de ce groupe me renvoyait dans mes souvenirs les plus lointains. Les paupières fermées ainsi que quelques secondes suffisaient pour m’immerger dans le passé. Mon esprit errait dans ce fantasme d'un village intacte encore dirigé par son Raikage qui jadis fut en avance sur son temps. C'est à travers cette vision que mon ambition d'autrefois qui était désormais enterré refis surface. Seul puis à plusieurs nous voulions lier chaque personne de ce monde et éviter tout conflit possible. Désormais chacun d'entre nous voyait les choses différemment et l'apparition de cette secte me poussait à me remettre en question. Quel était mon but ? Il était clair que mon affection envers Zatoïchi et mon amour envers Kumo me poussait à désirer l'anéantissement de cette nouvelle faction mais après ? Vivre avec ma famille était quelque chose de primordial sauf que mon cousin parcourait le monde et ma cousine s’enchaînait dans son rôle de dirigeant. Qu'en était il de moi ? Mon rôle dans toute cette histoire n'était que passif et toutes les offres qui venaient à moi me convenaient mais était-ce là ce que je voulais réellement ? Il y a des années j'avais eu l'occasion de saisir des opportunité tel que le rôle de dirigeant mais je ne l'avais pas fait.

-N'est-ce pas ironique ? Nos vies sont si différentes mais elles possèdent quelques similarités, deux êtres dont leur place au sein du monde est constamment perturbé par l’environnement, intervint la bête en moi qui semblait écouter mes pensées depuis un certain moment

Le bruit d'une porte qui venait de s'ouvrir brutalement me fit sursauter, la réunion était terminée. Tout comme moi, les événements avaient semé la confusion chez ma cousine qui portait tout un village sur ses épaules. Cette dernière me rassura en me caressant la joue, un geste simple et affectif que j'appréciais. Malheureusement ma moitié était un personnage d'ordre publique, chacune de ses actions se faisait remarquer et cet amour qu'on partageait n'était pas bien vu de partout. Cela ne m'importait peu mais pour elle il était impossible d'éviter tous ces regards. Bien sûr nous avions notre chambre qui nous permettait de relâcher toute la pression qu'on accumulait à longueur de journée. C'est entre ces quatre murs que nos secrets se trouvaient et c'est sur notre terrasse que Yumi prit une fois de plus une initiative. A l'aide de ses pupilles récemment éveillées elle fit apparaître deux oiseaux dont elle chargea d'une mission puis invoqua un panda pour que celui-ci surveille notre cousin vagabond. Lorsqu'elle eut finit elle s'approcha de moi pour trouver ce que tout les deux nous cherchions dans l'un et l'autre.

- Naeko, remonte-moi le moral.

Elle était là, dans mes bras. L'un contre l'autre nous n'avions besoin que de ça pour échapper à toute chose. Courageuse mais humaine, elle était comme moi et ne pouvais pas rester intact dans un monde en constant mouvement, après tout, qui le pouvait ?

-J'ai tellement de choses à te dire mais d'abord je dois t'avertir de quelque chose que j'ai vu lors du tournois. Avant ton empoisonnement je m'entraînais avec Yukimura puis on a essayé de te contacter avec tes cristaux de communication mais tu ne répondais pas alors dans la panique j'ai foncé à la salle audiovisuelle tout en portant notre cousin. Mes yeux ont vu chacune des manipulations pratiquées par les dirigeants pour te maintenir en vie et Ashiro a utilisé ses cristaux sur toi, dans ton corps. Désolé de ne pas t'en avoir averti avant mais tous ces événements s'enchaînent sans nous laisser le moindre répit, lui avouai-je en la serrant d'avantage dans mes bras.

Il était temps pour moi, mes passions se déchaînaient contre mon esprit et ma bouche ne semblait plus vouloir retenir mes interrogations. Mes mains caressaient le dos de ma cousine pour la réconforter mais sûrement pour la prévenir que la suite n'était peut être pas facile à entendre.

-Dis Yumi, aimes-tu ton peuple ? Lui demandai-je tout en restant contre elle.

Ma cousine possédait le don de voir le monde comme ci celui-ci se dressait à ses pieds. Un monde petit dont elle pouvait en avoir le contrôle facilement tant que d'autres personnes n'intervenaient pas. Cela lui permettait d'accomplir énormément de choses mais parfois j'en prenais peur. Peur que pendant quelques moments de réflexion ces hommes devenaient de simples pions.

-L'aimes tu autant que celui de Kiri ? Ajoutai-je instinctivement

Les sujets qui avaient pour habitude de s'emparer de moi commençait à quitter mon corps les uns après les autres et je n'éprouvais aucune satisfaction. Il me fallait des réponses et de la gêne m'envahissait depuis que j'avais commencer à sonder ma moitié.

-M'aimes-tu comme tu aimes ces deux peuples ?

Le poids que je portais en moi avait laissé place à un doute. Mon intention n’était en aucun cas de blesser la femme avec qui je partageais ma vie. C'était pour cette raison que j'avais choisi de le préciser afin de ne pas fausser son interprétation des questions.

-Excuse moi de te demander tout cela, je cherche ma place à cause de tout ce qu'il nous arrive et comprends moi ce n'est pas évident. Je ne veux en aucun cas te blesser, tu sais très bien à quel point je t'aime et tout ce que je ferai pour que tu reste en vie aussi longtemps qu'il le faudra. Je suis conscient de la pression que tu vis, le monde n'est pas si satisfaisant que ça et ta position de dirigeante doit parfois te pousser à bout. Sache que tu peux tout me dire, même si des choses perverses te hante je serais là pour que tu puisse t'évader de tes pires tourments car je t'aime.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t653-annales-de-naeko-esuki#4239 https://sns-rp.forumgratuit.org/t630-bingo-book-naeko-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4510-en-cours-naeko-esuki-lexile
 
Les survivants de l'enfer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chine: Amérique, va en enfer
» L'enfer, c'est le froid. [Alban]
» [UPTOBOX] Une journee en enfer [DVDRiP]Action
» Le Manoir de l’Enfer…
» L'enfer est-il exothermique ou endothermique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V2 :: RP :: Kaze no Kuni :: Sunagakure no Sato :: Bureau du Kazekage-
Sauter vers: