Partagez
 

 Les Entrainements d'un Shinobi model

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

Les Entrainements d'un Shinobi model Empty
MessageSujet: Les Entrainements d'un Shinobi model   Les Entrainements d'un Shinobi model EmptyMer 4 Sep - 13:28

La soif de savoir est chez certains aussi pesante que celle d’un chameau rassasié. Mais elle est aussi pour d’autre aussi insignifiante que l’oxygène qu’ils respirent. Rimy faisait partie fièrement de la seconde catégorie. C’est pour cette raison qu’il ne cessait d’étudier les parchemins de la bibliothèque d’Iwa. Etudiant  minutieusement chaque technique, chaque jutsu, chaque subtilité qui était a sa portée. Dans l’espoir de pouvoir un jour s’affirmer en tant qu’élite d’Iwa.

1er entrainement pratique, Doton, Assimilation de l’élément terre.

C’était assurément la première étape pour la maitrise de la technique Dochuu Eigyo, et ainsi utiliser le sol comme un moyen de camouflage. Mais pour pouvoir  user d’une telle technique, il fallait ne faire plus qu’un avec la terre. Pouvoir la contrôler par le simple contacte physique. Modifier la consistance de la matière autours de soi pour pouvoir se déplacer aisément sans étouffer. Chose qui n’était pas si aisé que l’on veuille le faire croire au pré-adolescent que regardent des animés a la télé.

Ayant déjà des bases avec le contrôle du Doton, Rimy décida de se mettre dans le bain en déplaçant une quantité raisonnable de terre autours de lui. Il posa alors la main sur le sol, et fit apparaitre quelques piliers de terre autours de lui. il eut le temps de ressentir la matière, le minerai, sa vibration et son contrecoup sous l’effet de la technique, mais pour l’instant, il n’a fait que déplacer latéralement des colonnes de terre. Il fallait faire plus complexe. Il mit alors sa seconde main sur le sol, et fit élargir les Piliers autour de lui, jusqu’à former une coquille uniforme, la vibration était différente a ce moment. Le fait de déplacer et de changer la consistance de la matière était bien plus difficile que de juste modifier sa forme.

Rimy était pensif, il ressentait l’élément, mais il avait l’impression d’être distant, de ne ressentir qu’une partie de ce qu’il contrôlait. Comment faire pour ressentir la coquille entière ? il était lié a elle par le biais du sol qui jouait le rôle de conducteur de chakra. Mais il ne permettait pas de ressentir l’intégralité de la structure. Il fallait donc être en contact directe avec le Doton.

Toujours à l’intérieur de la coquille, il fit apparaitre deux nouveaux piliers de terre de dessous ses pieds, passant par ses aisselles pour finir plantés sur la surface de la coquille (qui faisait a peu près 10 centimètres d’épaisseur) il posa alors ses mains sur les dits piliers. Il put alors ressentir une plus grande partie de la coquille. C’était magnifique, cette impression d’harmonie, d’uniformité, il sentait que son potentiel de contrôle était encore plus grand qu’auparavant, que la coquille si réticente n’était plus que de la pâte à modeler entre ses doigts d’artiste. Mais pour en avoir le cœur net. Il diffusa son chakra sur la surface de la coquille, il y fit pousser d’innombrables épines de terre, plus pointues que des kunais et plus menaçantes qu’un essaim de guêpes en colère.

Rimy n’était pas satisfait pour autant. Ce contrôle n’était entier. Il pouvait déplacer, concentrer, modeler le Doton, mais ça n’était pas suffisant. Il manquait quelque chose. La structure est figé, elle ne bouge pas, elle est morte. Il manquait quelque chose. Cette structure qu’il venait de créer avait un potentiel de combat indiscutable. Mais il ne pouvait pas mettre la main dessus.

Il fallait être plus en contact avec le Doton,  tenta alors une chose inédite, modeler le Doton autours de ses pieds. Il dégageait de légères décharges de chakra Doton de la plante de ses membres inférieurs, le sol répondait, il frémissait,  il devenait incertain, impossible de prédire sa réaction exacte.  C’est alors qu’il céda, au grand soulagement de Rimy, et devenait mou. Le corps de shinobi s’enfonçait lentement dans le sol, et au fur et à mesure qu’il entrait dans les entrailles de la terre, il ressentait de mieux en mieux la matière autours de lui, ses yeux étaient fermés mais il pouvait toujours voir, il voyait le sol autours de lui et la structure au-dessus de lui, il entendait la croissance des racines et les gigotements des vers de terre, il sentait le travail acharné des fourmis et toute la matière qui changeait sans cesse d’apparence. Il tenta alors de déplacer son bras, et la ou il s’attendait à rencontrer la résistance, il sentit au contraire de la facilité. Le sol se déformait au gré de ses mouvements, c’est comme si il nageait, la matière est présente partout autour de lui, mais elle ne lui fait en aucun cas office d’obstacle. C’est alors qu’il ressortit sa tête à la surface. La coquille était toujours là, il fallait maintenant tester le potentiel de l’assimilation du Doton.

En se concentrant, Le Shinobi aux yeux rouges put s’imager la forme entière, il ressentait chaque grain de terre, et avait l’impression que la structure faisait partie de lui-même. Il insuffla alors une quantité de chakra dans le sol, qui se distribua sur l’intégralité des épines de la coquille, c’est alors qu’elles se mirent à pousser ! Aussi rapides qu’un évadé de prison, elles s’éloignaient de la surface du Doton pour arriver 2 mètres plus loin. Transformé en d’innombrables lances Doton. L’effort était conséquent. Mais Rimy était un  Shinobi endurant. Il annula alors la technique toute entière. Et repris son souffle avant de passer a la suite.

...

Technique(s) apprise(s) : Doton, Dochuu Eigyo
Technique(s) en cours d’assimilation : Doton, Shinjuu Zanshu no Jutsu (pour pouvoir utiliser cette technique en combat, il faudra faire un paragraphe entier (+ de 6 lignes) expliquant avec précision comment la technique fut utilisé/maitrisée)
...

Une dernière gorgée de ce café corsé et l’Iwa-jin était prêt pour la suite. Désormais qu’il maitrisait un peu mieux l’élément terre, il fallait tenter de nouvelles utilisations. La première idée qui vint a son esprit est celle-ci
Rimy (pensant) : Le Doton est un élément caractérisé par sa résistance. Je peux donc essayer de créer un mur de Doton, et Tester sa solidité, si j’arrive à faire quelque chose d’assez solide, je pourrais contrer sans problème le ninjutsu.

Sur cette attrayante ambition, le shinobi hocha de la tête puis posa ses mains au sol une nouvelle fois. Il souleva alors du sol un mur de terre assez frêle, il ne dépassait pas les deux mètres. Et son épaisseur laissait fortement à désirer. Que pourraient faire 5 misérables centimètres face à un Katon bien placé ? la réponse intéressait peu Rimy, il persistait, se concentrant encore plus fort, il ressentait désormais tout le Doton a 6 mètres de lui. Il condensa alors autant de matière que possible dans son mur, lequel se voyait prendre du volume, mais il était difforme. Le contrôle de toute cette matière était assez difficile, la surface du mur devenait bosselée, des morceaux de terre retombaient au sol. La structure n’était plus homogène, ce qui signifiait qu’au lieu de devenir plus résistante. Le Juunin la rendit encore plus fragile.

Rimy (pensant) : c’est trop compliqué, maitriser toute cette quantité de matière rien qu’avec mes mains est bien trop difficile. Je vais devoir me modérer.

Bien dit, il n’y avait pas de honte à commencer au bas de l’échelle. Le shinobi s’assit alors en lotus. Il respirait lentement. Il cherchait à se détendre.

C’était nécessaire, pour pouvoir contrôler autant de chakra, il fallait pouvoir se concentrer et visualiser toute la matière visée, et il n’y a rien de mieux que la relaxation pour avoir les idées claires. A grand coups d’inspiration et d’expiration,  L’orphelin méditait. Il sentait la matière en dessous de lui, il se l’imaginait dans son esprit, il voyait toute la matière. Il cherchait à atteindre la même harmonie que lorsqu’il était entièrement en contact avec le sol. Il cherchait à ressentir les végétaux, les animaux, la matière. Mais l’image qui lui revenait était bien trop floue. Il n’était pas certain si ce qu’il voyait était une souris ou un oignon. Si cette boule était de la pierre ou un crâne humain. Si ce bruit de ruissèlement était celui d’une source d’eau ou des pieds d’un millier de fourmis.  Il fallait avoir un meilleur contacte, mais comment ?

Rimy n’eut qu’une seule réponse a sa question, il fallait trouver un conducteur de chakra. Le sol était trop incertain et complexe pour servir a cette fin. Il fallait trouver une chose précise, et présente en abondance dans le sol. Le futur sensei eut alors une idée.

Rimy (pensant) : et si j’entourais mes mains de Doton et que je les enfonçais légèrement dans le sol ? En développant des petits bâtonnets de Doton autours, j’aurais une connexion plus puissante avec la matière adjacente. Je vais essayer ça.

Joignant le geste à la parole, il entoura ses mains blanches d’un couche solide de Doton, semblable a des gants de boxe, il enfonça ses nouvelles mains dans le sol. Puis se concentrant, il développa une vingtaine de bâtonnets Doton depuis la surface des gants de terre.  Tandis qu’ils progressaient dans le sol, Rimy ressentait de mieux en mieux la matière sous ses pieds. Il avait l’impression de pouvoir soulever toute la terre, comme si une force nouvelle venait de naitre dans ses bras. Mais il était réaliste. Une telle prouesse n’était pas dans ses cordes. Il se contenta de déplacer autant de terre a la surface, créant un moule imaginaire dans son esprit, réussit à former un mur de 3 mètres de long devant lui, parfaitement coupé et lisse. Il faisait cette fois ci 20 bons centimètres d’épaisseur. Surement assez pour résister à des offensives avancées (Juunin)

Rimy (pensant) : c’est presque ça. Mais je vais m’en contenter pour le moment. Je n’ai presque plus de chakra. Je vais surement réessayer demain.

Il retira ses mains du sol, laissant le mur perdre peu a peu sa consistance, et la nature reprendre ce qui lui appartenait. Il reprenait la route du village, tout en sortant une petite gourde sa sacoche. Le liquide qu’elle contenait n’était surement pas du café. Mais il devait fortement plaire à Rimy puisqu’il prenait gorgée sur gorgée.

...

Technique(s) apprise(s) : Doton, Doroku Gaeshi
Technique(s) en cours d’assimilation : Doton, Doryuu Dango (nécessite un RP d’entrainement complémentaire)

...

Suite en cours d’écriture
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Les Entrainements d'un Shinobi model Empty
MessageSujet: Re: Les Entrainements d'un Shinobi model   Les Entrainements d'un Shinobi model EmptyVen 20 Sep - 10:38

2eme entrainement pratique : Fuuton, assimilation de l’élément Air

Un dimanche matin, moi et mon cousin, sur la trottinette-euh ... J’ai mis mes deux mains, entre les deux freins, et la cacahuète-euh …

une drôle d’air que chantait la nôtre ami,  même si le rythme n’est pas inédit, les paroles sont tout de même légèrement dérivés de la version originale. Mais cela importait peu à Rimy, elle lui semblait plus amusante ainsi, et si ça pouvait égayer son chemin vers le terrain d’entrainement, qui somme nous pour le juger ?

… un passant lui avait tout de même fait remarqué qu’on était jeudi …

C’était donc une belle matinée, ravissante de rayons de soleil, de brise légère et de ciel bleu. Avec une petite touche de chômage technique pour parfaire le tout, comme la cerise au sommet d’un gâteau. L’ensemble sonnait comme un mélodieux appel à l’entrainement. Ou du moins, il en était ainsi aux oreilles de Rimy. Au programme du jour : entrainement Fuuton !

C’était donc au tour de l’élément air d’être assimilé par le juunin. Un nouveau panel de Ninjutsu qui  pourrait complémenter sa maitrise du Doton. Mais par où commencer se demandait-il. Contrairement au sol, l’air n’est pas un élément palpable. Le contacte physique est difficile à établir avec. Voilà donc le point de départ, matérialiser le vent !

Rimy (pensant) : je vais essayer un truc simple, une boule d’air. Avec ça je pourrais tester quelques idées.

Un jeu d’enfant, Rimy rapprochait ses deux mains, et insuffla du chakra entre les deux, formant lentement mais surement une petite boule d’air qu’il fit grossir jusqu’à atteindre la taille d’une balle de tennis. Il la garda dans cet état, maintenu dans le creux de sa main gauche. La seconde étape était désormais de ressentir le Fuuton. Un court instant de concentration permit a Rimy de s’imager le chakra dans son esprit. Il était vif, assailli par les éléments extérieurs, légèrement instable. La boule, vue de l’extérieur, semblait uniforme et unie. Mais de l’intérieur, c’était un grand bazar, la pression, le mouvement incessant des différents micro-courants aériens. Les coups de vent extérieurs qui menacent l’harmonie de l’ensemble. Le chakra Fuuton n’était vraiment pas du genre à tenir en place.

Pourtant, se disait Rimy, les archives d’Iwa parlent bien d’épées de chakra, de mains de chakra, et de pleins d’autres choses. Comment les autres faisaient-ils ? Il doit bien y avoir un point d’appui pour maintenir l’équilibre, mais notre ami ne mettait pas le doigt dessus. Pourtant, et vous l’avez déjà remarqué, le secret du fuuton était sous ses yeux depuis le début. Il l’avait ressenti, aperçu, contrôlé. Mais il n’en était pas conscient. Je parle bien entendu de la « pression ».

Et dire que ça lui a pris 5 bonnes minutes pour le comprendre.

La simplissime logique de la manipulation du vent lui avait échappée, mais désormais, elle s’est si bien ancré dans sa mémoire que le flux d’idées qui passait par son esprit était comparable à une rivière

Rimy : Toutes ces possibilités ! Tant de choses que je dois essayer, mais par ou commencer ?

Question qui fut très brève dans son esprit. Sans vraiment réfléchir d’avantage, il recula sa main, puis tendit son bras du plus fort possible, ce qui donna lieu a une puissante rafale de vent, qui s’abbatit sur le mur du terrain d’entrainement, 4 mètres devant lui. Les yeux du juunin brillaient, ils scintillaient en admirant les fissures laissés par la rafale, l’on aurait cru avoir affaire à un coup de poing de l’ancien démon d’Iwa. Rimy venait de mettre la main sur une nouvelle technique, il le savait, mais ce qu’il venait de faire n’était pas assez précis. Ni assez puissant. Il fallait corriger le mouvement effectué, la quantité de chakra concentré dans la paume, la précision de la pression appliqué a la rafale, La vitesse de détente du bras.

De nature ordonnée, le shinobi commença par la détente du bras. Un mouvement en apparence simple, voir même superflu. Mais pour un débutant, c’est une nécessité passagère. C’est ainsi, sans relâche ni repos, que notre ami s’entrainait du mieux de son possible à accélérer le mouvement de ses bras. Une sorte d’entrainement au taijutsu en quelques sortes, démarré en face d’un mannequin de bois. Et terminé au rythme de la brise légère qui aérait l’aire d’entrainement. Au bout d’une bien courte heure. Rimy se sentait déjà plus léger, plus rapide et plus précis. Il avait réussi à cerner un parfait mouvement de projection, du moins, il croyait l’avoir fait.

Avec désormais assez de courage et de confiance en lui-même, il passa a la seconde étape, la projection, qui implique aussi bien le dosage de chakra, et le calcul de la trajectoire. C’est alors qu’il se mit en position, face à un de ces nombreux monolithes d’acier qui étaient juchés ca et la de l’aire d’entrainement, Prévus spécialement pour pouvoir y tester bon nombre de techniques. Il recula lentement une main ouverte, la ramenant à son bassin. Puis de sa forte concentration insuffla son chakra dans la paume de sa main. Et aussi soudainement que le permettaient les lois de la physique. Tendit son bras, paume en avant, en direction de cette imposante masse d’acier.

Magnifique, pensait-il. Une sorte de je ne sais quoi de chakra, aussi semblable à un poing qu’a un presse-agrume, parcourut les quelques mètres qui séparaient le lanceur de sa cible pour s’écraser lourdement sur cette dernière, avant de se disperser comme de la fumée. La « rafale » n’était pas plus grosse qu’une tête de bovin, mais elle était bien plus puissante que sa taille laissait croire. Rimy en était sûr, s’il continuait à s’entrainer sur la pression exercé sur le fuuton. Il arrivera à maitriser des techniques bien plus terrifiantes encore.

Désormais, il était question de répéter le mouvement, de le répéter sans cesse pour le rendre plus puissant. Cette technique sera sans doute d’une grande utilité à l’ avenir. C’est grâce à cette conviction que L’Iwa-jin trouva la force de continuer à s’entrainer, encore et encore, des heures durant. Pour enfin maitriser ce qui, un jour prochain, vas lui sauver la vie.

...

Technique(s) appris(s) : Kaze Kiri.
Technique(s) en cours d’assimilation : Daitoppa (peut être apprise au cours d’une mission), Kiatsu (nécessite un entrainement supplémentaire).

...

Suite en cours d'écriture
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Les Entrainements d'un Shinobi model Empty
MessageSujet: Re: Les Entrainements d'un Shinobi model   Les Entrainements d'un Shinobi model EmptyMar 4 Mar - 15:21

3éme entrainement pratique : Fuuton/Doton. Maitrise avancée des éléments Air et Terre.

La situation politique le suggérait, le Tsuchikage l’exigeait, Rimy Saghiri le souhaitait. Il était donc temps pour l’illusionniste d’Iwa de se soumettre à un nouvel entrainement pratique. Il était désormais question de techniques avancées, déjà répertoriées dans la bibliothèque d’Iwa. Le seul objectif de notre ami était donc de les maitriser.

Un petit regard autours de lui, personne. Pas étonnant vu qu’un quart des effectifs d’Iwa étaient à Mizu no Kuni à l’occasion du tournoi de Kiri. Cette situation était parfaite pour Rimy, il n’aimait pas être dérangé lors de ses entrainements.

Un autre regard au-dessus de lui, et voilà que le soleil le mitraille timidement de quelques maigres photons. Préférant jouer au pleutre avec la complicité de quelques nuages qui souhaitaient à tout prix s’assombrir. Une légère grimace déçue s’est alors dessinée sur le visage du Juunin, « ce n’est pas bon ça » s’est-il dit à mi-voix

Un dernier regard sur lui-même, et le voilà prêt à commencer l’entrainement. Immobile, concentré, voir même inquiétant, c’est ainsi que l’auraient décrit les témoins, si seulement il y’en avais. Au bout d’une courte minute, sa peau s’est mise a craqueler, et toute sa carcasse s’est brisée en mille morceaux, un Rimy très semblable à celui qui vient d’être émietté se tenait alors debout, haletant et affichant un visage rougeâtre :

Putain mais on étouffe la dedans !

Il avait tenté de faire le Kurogane Karada, mais la bêtise qui s’était abattue sur lui en cette après-midi grisâtre lui avait fait oublier l’intérêt de laisser des trous de respiration dans l’armure. Mais maintenant qu’il avait réalisé son erreur de débutant, il était temps de vérifier l’utilité de cette technique. Un simple clone de terre suffira à servir d’assistant pour ce nouvel essai. Il le positionna face à lui-même. Puis forma rapidement une nouvelle armure Doton, le clone recula alors de quelques pas, puis s’élança avec la fureur d’un rugbyman ivre sur Rimy. C’est à cet instant que toute l’utilité de la technique fut révélée. La pauvre réplique du shinobi s’écrasa tristement sur le bassin de ce dernier, qui n’avait pas été plus affecté par l’offensive qu’il ne l’aurait été par celle d’un chaton ronronnant.  « Cool » pensait-il, il voulut alors faire quelques pas sur le coté, mais cette maudite bêtise, mille fois traitée de « fille de coureuse de murailles » par Rimy, lui fit malignement oublier de laisser de l’espace aux articulations pour pouvoir se mouvoir. Cette cécité soudaine fit le bonheur de quelques pigeons en vadrouille, qui confondirent le bougre pour une statue neuve, et se firent une joie de fienter en chœur dessus. Je vous laisse imaginer l’enthousiasme de Rimy à l’idée de de subir un pareil bombardement.

Après s’être débarrassé de son armure désormais si riche en azote, le Juunin a la chevelure éclatante de blancheur pensait à la correction du dernier défaut de la technique, le poids qui ralentissait considérablement ses mouvements. Il trouva son bonheur dans une autre technique, faite explicitement pour accélérer les mouvements de l’utilisateur. Et comme la chance ne fait pas les choses à moitié, cette fameuse technique était d’affinité Fuuton, et donc à la portée de notre bon Rimy !

Le Fuuryoku no Jutsu … ça vas être difficile d’exécuter les deux en même temps, il serait plus sage que je me contente de maitriser chacune séparément.

Et il avait raison, il était très difficile de se concentrer sur deux techniques de manière simultanée, sans compter le risque de consommer « trop » de chakra et en subir de graves conséquences. C’est donc avec prudence que le juunin malaxait son chakra fuuton, le laissant lentement s’écouler dans ses muscles et ses articulations, et soupirant par la sensation de légèreté qui s’en suivit. Rimy souriait, cette sensation nouvelle et cette technique inédite signifiait pour lui tout un nouveau champ d’action. Les possibilités qu’offraient ces deux techniques étaient bien plus large que ce que l’on pourrais croire : se défendre, attaquer, esquiver et voir même surpasser les utilisateurs du Taijutsu. Il est évident que cette paire de jutsus sera d’une très grande utilité pour le juunin aux cheveux blancs.

Mais avant de rêvasser, il fallait appliquer ! et notre ami était impatient de se lancer dans la maitrise de ce jutsu. Il commençait donc par quelques sauts sur place pour s’échauffer, puis décida de s’attaquer à un rocher à une vingtaine de mètres. Mais le bond qu’il effectua pour s’en approcher fut plus puissant que ce qu’il avait prévu, et il finit par lamentablement s’écraser sur la surface rugueuse de la formation rocheuse.

Ah ouais, quand même ! Vas falloir que je m’habitue à ça …

et il eut donc l’idée idéale pour s’accommoder à sa nouvelle technique : rentrer au bercail ! Mais pas par le chemin des piétons non. Rimy préférais l’idée de sautiller de toit en toit en utilisant le Fuuryoku no Jutsu, et il ajouta du piment à son idée en prenant en main un Kunai qu’il comptait utiliser pour entailler les toits sur lesquels il passait. Voilà qui devrait suffire pour le familiariser à son nouveau Fuuton.

Allez, c’est parti !

À peine la dernière syllabe prononcée que le shinobi détala comme un lièvre, délaissant son ombre derrière lui et filant comme un mirage sur les sommets d’Iwa. Et à chaque nouveau bond qu’il faisait, il ajoutait un petit rire vainqueur. Joie produite par cette délicieuse sensation d’accomplissement et de progrès. C’était une énième journée fructueuse qui se termine pour le futur sensei. Mais il était loin d’arriver au bout du chemin. Son entrainement pour devenir l’arme idéale d’Iwa n’en était qu’a ses débuts, et la suite sera assurément plus corsée.

Techniques apprises :

Doton : Kurogane Karada

Fuuton : Fuuryoku no Jutsu

j'attend une validation par MP pour les ajouter à mon BB

Suite toujours en écriture What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Les Entrainements d'un Shinobi model Empty
MessageSujet: Re: Les Entrainements d'un Shinobi model   Les Entrainements d'un Shinobi model Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Entrainements d'un Shinobi model
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Entrainements d'un Shinobi model
» SHINOBI WAT AAH
» Conseil de Shinobi Hayabusa
» Naruto RPG :: Rise of Shinobi
» Modeliste : Titan Warhound

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V1 :: Tsuchi no kuni :: Iwagakure no Sato :: Terrain d'entrainement-
Sauter vers: