Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 218

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Sam 20 Oct - 22:29

La nuit avait été bien longue pour Kotori et Kazeigan. Après une journée riche en rebondissement et découvertes (bien plus pour certains que pour d'autre), les deux nukenins avaient passés la nuit dans une auberge pour, à la base, se reposer. Se fut le cas de la kunoishi, mais elle doutait que l'inverse soit vrai. Kazeigan n'était pas revenue de la nuit.

Au petit matin, elle s'habilla sans se presser et déjeuna, la journée allait surement être aussi longue que celle d'hier et leur nouvelle mission mettrait les nerfs de la jeune femme à dure épreuve. Trouver l'Akatsuki et empêcher le Kazekage d'attaquer Konoha. Le Hokage n'avait pas trouvé de meilleurs larbins pour effectuer cette tache, Kotori soupira. Elle sortit de l'auberge sans empressement, il était tôt, si tôt que l'hôtesse n'était pas encore levée. Kotori alla vers les écuries et sella Gamin, son petit coeur se sera à l'idée de l'emmener avec elle, elle n'en avait pas la moindre envie. Le cheval noir ressentant la peine de sa maitresse viens poser son menton sur l'épaule de la kunoishi, elle arrêta de le panser et pris sa tête entre ses bras.

Ils partirent et parcoururent Konoha d'une marche tranquille et matinal, arrivé à la grande porte du village, où le Hokage les attendait, Kotori mit pied-à-terre et le salua d'un signe de tête. Elle n'avait pas envie de parler, elle resta dans un silence religieux jusqu'au moment où Kazeigan les rejoints. Elle le salua chaleureusement avec un doux sourire digne de l'aurore. Ils allèrent se mettre en route quand une flèche brune arrive devant Kotori, le souffle cour et la sueur coulant sur son front. C'était le ninja message numéro 9856.

- Dame ... Kotori ... J'ai un message pour vous - articula t-il essoufflé.
- Que se passe t-il messager, on dirais que vous avez couru toute la nuit.
- C'est le cas jolie dame... tenez, votre lettre et votre colis. - articula t-il en lui tendant la lettre.

Les yeux emplie d'étonnement, la kunoishi pris la lettre entre ses fines mains strier de cicatrices. Elle lut rapidement la lettre, assimilant tous les mots, toutes les douceurs qui y été écrite et un sourire d'attendrissement se dessina sur le visage de l'ex-membre de l'Akatsuki. C'était Baa-chan qui lui répondait, lui disant de courir à travers le monde si l'envie lui venait, de danser autant qu'elle le voulait, mais de ne jamais les oublier et de toujours se souvenir de sa promesse. Elle lui signala également, qu'elle lui avait préparé une sacoche avec armes et quelques outils qui lui seraient utiles et que tous les enfants l'embrassaient. Un peu plus et Kotori aurait laissé couler quelques larmes de joie des perles noires qu'était ses pupilles.

Le messager lui donna une sacoche de couleur pourpre que Kotori s'empressa de fouiller. Des armes, des vivres, des bandages, un peu d'argent et surtout une arme toute neuve, une magnifique Kama auquel était attaché une chaine. La nukenin était en admiration devant ce cadeau, dire que Madara avait la même arme de son vivant, Baa-chan pensait vraiment à tout. Elle qui était triste en se levant, voilà qu'elle rayonnait de bonheur.

- Merci numéro 9856, j’aurai un autre service à vous demande - le ninja message, eut une mine blasé, lui qui voulais se reposé - veillez déposé ce cheval noir chez Baa-chan, avec toute ma reconnaissance.

Le messager tourna la tête vers l'étalon qui coucha les oreilles et fit mine de le mordre, le voyage s'annonçait ardu et pour la première fois de la mâtiné Kotori laissa filer d'entre ses lèvres un ricanement. Reprenant son sérieux, mais ne quittant pour rien au monde son sourire, elle se tourna vers le Hokage et lui dit:

- N'oubliez pas mon accès aux archives, je souhaite allez les visiter dès mon retour et prenez soin de Shikamaru Nara.

Après une dernière caresse à Gamin, elle fit volte face, saisit sa sacoche, la passa par dessous son épaule et lança un regard à Kazeigan, lui donnant le signal du départ. Elle ne se retourna pas, de peur de foncer vers le jeune cheval qui lui avait permit de faire une course envoutante la journée d'avant.

Les deux compagnons marchèrent longtemps et échangèrent parfois quelques mots. Kotori, décidé à marcher, dut à un moment se justifier auprès du jashinist." Rien ne sert de courir, il faut partir à point", tel était ses mots et elle savait qu'elle avait raison. Courir, utiliser du chakra et s'épuisait été la chose la plus stupide à faire dans une mission de recherche.

Si Kotori marchait l'esprit léger malgré le fait qu'elle avait faillit mourir des mains de son compagnon hier soir, elle ne pouvait en dire autant de son ami qui marchait l'esprit fermé, ne laissant filé aucunes émotions. La nukenin laissa fuir un long soupire, la journée était terriblement longue, ils avaient atteint les frontières boisée du pays et pour arranger le tout, une famille en larmes venaient de croiser leur chemin.

- Je vous en prit aidez nous - supplia une femme en se jetant aux pieds de Kotori.
- Que ce passe t-il ?
- Nous avons été attaquer par des brigands, ils ont tuer mon mari et ils nous poursuivent - Des cris se firent entendre non loin, la femme affolé se retourna les yeux emplie de peur, puis les redirigea vers la kunoishi - Je vous en prit.

D'une certaine manière, la femme avait eu de la chance de se jeter en pleure sur Kotori et non sur Kazeigan qui l'aurait surement tué sans somation, mais rien ne lui disais que Kotori était une ninja, rien ne disait non plus que la femme aux cheveux noirs savait se battre.

- Et si je ne sais pas me battre ? - essaya t-elle.
- Je ... Je suis bête, excusez moi... Mais comme vous venez tout droit de Konoha...
- Comment le savez vous ? - La coupa t-elle ?
- Je ... - Les bruits se rapprochèrent, la mère de famille parla alors plus vite - seul les ninjas les plus expérimenté prennent ce chemin pour quitter le pays, il est trop dangereux pour des petits paysans comme nous, mais mon mari a absolument voulu prendre un raccourcie.

Finalement, la journée allait peut-être, être moins longue. Une idée viens rapidement à la kunoishi qui releva la tête, baisser jusque là vers la femme qui la suppliait, pour se tourner vers Kazeigan. Elle avait une idée qui promettait d'être très instructive pour les deux nukenins qui pourraient faire une démonstration de leur talents et surtout utile, elle était sûre que Kazeigan se sentirait mieux après quelques sacrifices pour Jashin. Des étoiles filantes parcourait ses yeux tellement elle était heureuse d'avoir eu cette idée, elle rabaissa son doux regard vers la mère et dit, le tout ponctué d'un sourire:

- Nous allons nous occupé de ses brigands, partez tranquille.

Elle se dégagea des bras de la femme en larmes, mais dont la joie vient marquer son visage et à la place, se jeta sur le bras de Kazeigan tel une jeune fiancée possessive et l'entraîna avec elle sur le chemin dangereux. Une fois qu'elle fut trop loin pour que la mère de famille, ainsi que ses enfants, ne l'entendent elle lâcha joyeusement.

- Alors, que dis-tu de danser avec moi ?

C'était fou et insensé pour elle, la pacifiste, mais elle avait envie de se battre et surtout cas la suite de cette boucherie héroïque, que Kazeigan marche à ses côtés l'esprit plus léger.

_ _ ___________________________________________ _ _



Petite Kunoishi plein d'amour
Nombre de RP en cours 3/3
Petite colo de Kotori Smile par moi :6f0a:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t216-annale-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t255-fiche-bingo-book-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t184-kotori-namida
Messages : 181

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Mar 30 Oct - 21:31

Il était plus de trois heures du matin et un spectre aux longs cheveux blancs, au teint de plâtre et aux vêtements sombres venait de sortir d'une maison, les mains recouvertes de sang. Dans cette nuit noire éclairée de la lumière pure et blanche de la lune, tout n'était que blanc et noir excepté ce sang. Ce sang dont les mains blafardes du jeune homme était abondamment recouvertes gouttait sur le sol, brisant le silence morbide de la nuit. Il avançait lentement, n'était pas pressé. De maison en maison, de pièce en pièce, cela faisait deux heures qu'il déambulait et tuait tous ceux qu'il trouvait.

Un enfant dans son lit, un kunai enfoncé dans les côtes et un oeil arraché. Un homme qui se réveillait pour boire un verre de lait pendant la nuit, un coup de chaîne cloutée dans l'épaule et une victime éventrée. Une femme alertée par les bruits de meurtres, une tête qui roule par terre. Les victimes se succédaient les unes aux autres sans que le sang ne s'arrête jamais de couler. Le jashinist avait perdu toutes notion du temps. Avait il tué dix, vingt, cent personnes ? Combien de temps avait il passé à patauger dans ce liquide froid et visqueux, dans ce véritable bain purificateur ? Il ne saurait le dire.

Kazeigan ne prit réellement conscience du temps qui s'était écoulé que lorsqu'une boule de feu s'éleva peu à peu dans le ciel aux teintes pastel. Le ninja solitaire acheva la victime sur le corps de laquelle il était en train d'inscrire de la pointe de sa lame, le symbole de Jashin et se leva. Ses vêtements empestaient la sueur, la poussière, la pisse et le sang séché. Ils avaient macéré durant toute la nuit dans les marres de ce mélange immonde et embaumaient maintenant le jashinist d'une odeur qu'il ne connaissait que trop bien. La seule odeur en laquelle il pouvait se fier. L'odeur de la peur et de la souffrance.

C'est avec un sourire satisfait que Kazeigan quitta la maison Akimichi de laquelle il venait d’ôter toute forme de vie. Ainsi purgé de tous ses péchés, le jashinist pouvait retourner auprès de sa partenaire la conscience tranquille. L'homme aux longs cheveux blancs s'élança en direction de l'auberge qu'il avait quitté la veille lorsqu'il ressentit l'energie de Kotori se déplacer en direction de la grande porte de Konoha.


~Quelques heures plus tard~

Après avoir retrouvé sa partenaire aux bords du village de Konoha, Kazeigan avait adopté le rythme de marche de Kotori. Un rythme lent mais endurent. Exactement l'inverse de la vitesse à adopter selon lui ! Rien de tel pour partir en pique-nique mais pour ce qui était d'une course contre la montre pour retrouver une organisation qui était en perpetuel mouvement, c'était une toute autre affaire ! Il fallait être rapide et efficace ! C'était la seule méthode envisageable. Cependant, le jashinist ne connaissait pas la direction dans laquelle aller et ne pouvait pas se permettre de contredire la seule et unique personne qui pouvait le guider jusqu'à l'akatsuki. Il s'était donc contenté de serrer les dents et de demeurer silencieux, laissant les secondes s'égrainer une à une.


Soudain, brisant le silence qui s'était instauré depuis bien longtemps dans la forêt, une femme en larme surgit de nulle part et se jeta aux pieds de Kotori en l'implorant de venir l'aider. Ses habits étaient couverts de poussières et ses cheveux, trempés par les larmes, étaient collées à son visage, camouflant à peine sa pitoyable expression de desespoir sur son visage.

- Que ce passe t-il ?
- Nous avons été attaquer par des brigands, ils ont tuer mon mari et ils nous poursuivent - Des cris se firent entendre non loin, la femme affolé se retourna les yeux emplie de peur, puis les redirigea vers la kunoishi - Je vous en prit.

Pathétique. C'était le seul et unique mot qui venait à l'esprit de ce tueur pour décrire la proie qui s'était jeté aux pieds d'une inconnue. Dans ce monde, seuls ceux qui ne faisaient confiance à personne avaient une chance de survivre. Les autres ne méritaient qu'une mort remplie de souffrance. Un sentiment d'amertume en bouche devant cette pathétique petite créature qui frémissait par terre, Kazeigan sentit avec délectation la chaîne cloutée enroulée autour de son torse cliqueter à chacune de ses respirations, lui rappelant l'immensité de sa soif de sang. Cependant, il fallait se contenir : la femme en larmes venait d'évoquer un combat. Peut être y avait-il un moyen de tuer plus de personnes que prévu.

- Et si je ne sais pas me battre ? - essaya t-elle.
- Je ... Je suis bête, excusez moi... Mais comme vous venez tout droit de Konoha...
- Comment le savez vous ? - La coupa t-elle ?
- Je ... - Les bruits se rapprochèrent, la mère de famille parla alors plus vite - seul les ninjas les plus expérimenté prennent ce chemin pour quitter le pays, il est trop dangereux pour des petits paysans comme nous, mais mon mari a absolument voulu prendre un raccourcie.

Kazeigan arqua un sourcil. Si cette route n'était empruntée que par des ninja de haut niveau comme Kotori et lui, alors comment une famille telle que celle ci s'était retrouvée dans cette situation ? Il y avait anguille sous roche. Un frisson parcouru l'échine du jashinist. Si cette bonne femme avait tenté de les duper, alors il n'en tirerait que plus de plaisir lors de son sacrifice.

- Nous allons nous occupé de ses brigands, partez tranquille.

Kotori lâcha la jeune femme et vint se pendre au bras de son coéquipier en l’entraînant en direction de là d'où venait la femme.

- Alors, que dis-tu de danser avec moi ?

Kazeigan baissa les yeux vers sa partenaire et, esquissant pour la première fois depuis le début de leur périple un sourire, se laissa entraîner par la femme aux cheveux d'ébène de bon coeur tout en laissant ramper le long de son bras le serpent métallique qu'était sa chaîne cloutée.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t319-kazeigan-gutari#1704 http://sns-rp.forumgratuit.org/t318-bingo-fiche-de-kazeigan http://sns-rp.forumgratuit.org/t69-un-chasseur-kazeigan-gutari
Messages : 218

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Ven 2 Nov - 16:15

La forêt carillonnait au-dessus de leur tête et sous leurs pieds, la vie continuait malgré le danger et les morts qui jonchaient le chemin en terre battue. La femme avait raison, des bandits étaient bienvenue et avait bien assassiné son mari, mais étrangement ils ne l'avaient pas suivi et c'était contenté de retourner les poches du père de famille. Kotori avait lâché le bras de son ami en arrivant près du cadavre qu'elle examinait du regard. Elle aussi se doutait de quelque chose, elle trouvait qu'il y avait beaucoup trop de sang au sol et que le comportement des brigands était intriguant. La kunoishi soupira face à l'état du cadavre. Elle avait toujours aimé le travail bien fait, un trait qu'elle partageait surement avec Madara, mais ce genre de tueries elle les détestait. Pour la simple et bonne raison que le cadavre était toujours découpé en morceau de façon primitive, que la victime était tuée avec des lames mal affuté et qu'au final on se serait plus crue dans une mauvaise boucherie que devant un bon tueur.

- Je déteste le travail mal fait. - lâcha t-elle en reprenant sa route - ils n'ont même pas prit la peine de dissimuler le chemin qu'ils ont prit.

Elle boudait, c'était assez improbable de voir ce genre de scène tous les jours et il était aussi improbable de deviner en voyant Kotori à cet instant, qu'elle était pacifiste. Elle étira ses bras et on put entendre ses os craquer sans pour autant qu'elle ait mal. Après ses bras, elle bougea son cou et il subit le même sort que les bras de la nukenin, il craqua.

- Bon, je pense qu'un peu d’entrainement nous fera du bien. Nous connaissons les capacités de chacun, mais nous nous somme jamais battue ensemble et il serait grand temps de nous entrainer sur des petits brigands qui ne savent pas tuer correctement avant de se retrouver face à l'akatsuki.

On pouvait sentir au fond de sa gorge, cette haine envers ses hommes, pourtant elle n'arrivait pas à les détesté pour le fait d'avoir tué un innocent, elle n'arrivait plus. Était-ce la présence du jashinist qui influençait sur sa compassion ? Ou alors la mission qui consistait à retrouver les siens et faire face à son passé qui réveillait en elle ses pulsions meurtrières. L'arme que lui avait offerte Baa-chan, ce Kama neuf dont elle avait souvent rêvé enfant, était surement l'un des plus beaux cadeaux que la vieille femme est pue lui faire, mais cela voulait aussi dire qu'elle acceptait de voir la kunoishi tuer ? Kotori ne savait plus où donner de la tête, elle avait mis près de 20 ans à contrôler ses réflexes et brider son caractère et maintenant, on mettait entre ses mains une carte dont tous les chemins menaient à une tuerie. Elle soupira de lassitude en son fort intérieur, ne laissant pas voir à Kazeigan que la mission la fatiguait déjà. Ah, qu'est ce qu'elle lui manquait l'époque où son seul soucie c'était d'attendre une mission de Tobi.

Ils trouvèrent sans problème le repère des brigands, si encore celui-ci était un minimum caché. L'intelligence de ses hommes se situait relativement bas dans l'estime de Kotori qui simulait avec perfection un gentil sourire agréable à regarder. En les voyant approcher certains hommes haussèrent un sourcil, d'autre pouffèrent de rire et d'autre encore râlèrent. L'un d'entre eux, particulièrement grand et plus gros que musclés se leva et s'approcha des deux nukenins. Kazeigan était grand à côté de Kotori, même si celle-ci gagnait quelques centimètres avec ses talons, le jashinist faisait toujours une demie-tête de plus qu'elle. Pourtant, l'homme qui se trouvait devant eux faisait au moins deux têtes de plus que l'homme aux cheveux blancs, pour dire à quel point Kotori faisait petite à côté de lui.

- Qu'est-ce que vous faite ici ? - dit ce géant de sa voix grave
- J’aurai bien dit qu'on se baladait gentiment et qu'on à décidé de faire un petit détour vers ce qui est censé être votre repère, mais vu le travail immonde que vous avez osé faire avec vos lames rouillé, et aussi parce qu'il vaut qu'on s'entraine à se battre en duo mon compagnon et moi, je vous dirais plutôt qu'on est là pour faire roulez vos têtes.

Intriguer ou simplement fâché par les propos de la nukenin, la montagne qui se trouvait devant eux ne put que beuglé pour le malheur des pauvres oreille de Kotori. Elle tourna sa tête vers Kazeigan avec un sourire doux, qui pourant n'avait rien d'accueillant pour une fois.

- Tu permet ?

Alors que le géant malfaisant levait son énorme point pour écraser la petite kunoishi, celle-ci sera son poing droit, le chargea de chakra et pour la première fois depuis ce qui lui parue être une éternité, frappa violemment dans le ventre de ce monstre. On distingue la vrai douleur par l'adrénaline qu'elle libère, ainsi un enfant qui pleure aura toujours moins mal qu'un enfant qui ne fait que hurler et l'homme que Kotori venait de frapper ne pouvez que hurler sous la puissance du coup. S'il avait été plus petit, le coup de Kotori lui aurait prisé toutes les cotes, mais il avait l'avantage d'être grand. Le géant tomba à genoux et Kotori satisfaite et maintenant beaucoup plus détendue, souriait d'un sourire sincère. Elle porta sa main gauche à son poignet droit et fit quelques mouvements pour soulager son articulation engourdit.

- Aahh. Ça fait un bien fou !
- Elle ... Elle m'a brisé les cotes... - cria le géant.
- Ça va pas non ? Je sais encore donner un coup de poing quand même ... Je t'ai casser que trois cotes.

A ce moment, les bandits présents dans le repère se levèrent et prirent leurs armes, surement méfiant et en colère à la vu de leur camarade à terre.

- Bon, je te laisse t'amuser un peu. - Lacha Kotori souriante à son compagnon.

_ _ ___________________________________________ _ _



Petite Kunoishi plein d'amour
Nombre de RP en cours 3/3
Petite colo de Kotori Smile par moi :6f0a:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t216-annale-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t255-fiche-bingo-book-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t184-kotori-namida
Messages : 181

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Lun 5 Nov - 22:28

Le géant tomba à genoux et bascula lentement, très lentement, face contre terre. Lorsque son buste s'écrasa avec puissance sur le sol, un nuage de poussière s'éleva dans la grotte. C'était le signal de départ : avant même que les brigands n'aient dégainé leurs armes, le jashinist, tel un prédateur plongeant sur sa proie, avait foncé au travers du nuage opaque de poussière. Son esprit était entièrement vide, complètement tourné vers sa soif de sang qui décuplait ainsi ses sens. Il avait compté à peu près une vingtaine d'homme avant de s'élancer dans le champ de bataille. Quatre armés de sabres, un homme avait à son bras une hache et les autres, il n'avait pas eu le temps de les détailler plus que ça.

En un instant, la chaîne cloutée, animée de cette même soif de sang, transperça l'épaule d'un des hommes, lui déchira le torse et balafra un autre de ses compères, les laissant tous deux inconscient. Ce serpent métallique recouvert de sang virevoltait d'un homme à l'autre, tuant déjà sa cinquième victime. Lorsque la poussière fut complètement retombée, six hommes étaient désormais à terre, gisant dans leur propre sang. Les brigands qui avaient chacun dégainé leurs armes et s'étaient élancé en direction du couple de ninja sans village, s'étaient arrêtés, blêmes devant l'atrocité du spectacle qui leur faisait face. Kazeigan esquissa un sourire meurtrier, lécha le sang qui avait giclé le long de la commissure droite de ses lèvres et plongea son regard dans les yeux de sa prochaine cible avant de faire un grand geste du bras. Sa chaîne cloutée fouetta un objet métalique. Il avait frappé l'homme à la hache. Un homme plutôt robuste, la mâchoire carrée et les muscles saillants qui débordaient de son T-shirt. Bien plus petit que l'homme à qui Kotori avait brisé trois côtes, il semblait néanmoins suffisamment puissant pour constituer un amusement passager.

Le tueur baissa le regard sur sa nouvelle cible : l'homme à la mâchoire carrée avait, à l'aide de réflexes surhumains réussit à donner un coup de sa hache à la chaîne cloutée alors qu'elle était encore en vol si bien que cette dernière s'était d'abord enroulée tout autour du manche de son arme plus le long de son bras. Il tenait désormais fermement la chaîne métallique, un air de défis sur le visage. Ce challenge, aussi insignifiant soit il, Kazeigan allait le relever.

Le jashinist tira un coup sec sur la corde métallique qui coulissa un peu dans les mains de son adversaire. Les mailles cloutées de la chaîne s'enfonçaient dans son bras et lui labourraient lentement l’extrémité de son membre mais, vaillant comme un roc, il poursuivit son effort tant et si bien que le sang de Kazeigan à son tour tomba sur le sol. Les deux combattants, tiraient sans relâche depuis déjà quelques secondes et des gouttes de sueurs perlaient sur leur front alors que Kotori se battait comme une forcenée à cotée d'eux contre la petite quinzaine d'hommes restants.

S'en était trop : ce stupide duel avait assez duré. Il était là pour démontrer ses capacités, non ? Alors il les démontrerait ! Sa petite escapade de la veille au soir ne lui avait pas seulement permis d'assouvir sa soif de sang : il avait profité de cette petite promenade pour renouveler ses forces et acquérir de nouvelles facultés. Puisant dans la force du sang akimichi qui coulait désormais dans ses veines, Kazeigan laissa les muscles de son bras se gonfler de sang et tira un coup sec sur la chaîne cloutée.

L'homme qui souriait jusque là, ne put se retenir de lâcher un terrible hurlement qui fit frémir tous les combatants à l'exception du ninja aux longs cheveux blancs. Se tordant de douleur sur le sol, l'homme à la hache tentait tant bien que mal de cacher dans ses vêtements son avant bras qui venait, sous l'impact de la blessure, d'être déchiqueté puis sectionné.

Un combattant en moins. Finalement, il ne valait même pas la peine de l'achever. Il se viderait tout seul de son sang avant même d'avoir pu voir tous ses amis tomber à ses côtés. Le jashinist se replongea dans son combat : il était temps de passer aux choses sérieuses. Kazeigan s'élança dans les airs et fit voler tout autour de lui son arme de prédilection, à l'image d'un cyclone destructeur qui s'envolait vers cette masse de combattants.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t319-kazeigan-gutari#1704 http://sns-rp.forumgratuit.org/t318-bingo-fiche-de-kazeigan http://sns-rp.forumgratuit.org/t69-un-chasseur-kazeigan-gutari
Messages : 218

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Sam 10 Nov - 15:48

Comme un loup se lançant aux trousses d'un cerf malade, Kazeigan se lança sur un petit groupes d'homme se croyant assez fort pour le tuer. Si seulement ils savaient qu'ils n'avait aucune chance, que la chaine qui volait bien trop près de leur tête, ferais jaillir leur sang et exciterait d'avantage le jashinist. Kotori eut un petit pincement au coeur en pensant qu'il était condamné, alors même qu'elle venait de cassé trois cotes à un géant. Elle dut arrêter de s'apitoyer sur leur sort quand elle aperçue qu'elle était entouré d'homme armé jusqu'aux dents. Elle les regarda tour à tour, avec ses grands yeux de jais affichant une petite étincelle rieuse, alors que sont visage ne laissait paraitre que du désarroi et de la pitié.

- Je vous en pris, je suis pacifiste.
- Après se que tu as fait à notre pote, tu nous prendre pour des abruties ?!
- ... euh ... certes ... c'était pas très malin de ma part, mais ... oula !

Kotori dut se baisser rapidement pour esquiver un katana qui aura put la couper en deux. Par chance, ses réflexes intactes lui avait permit d'esquiver sans efforts et seuls quelques mèches de cheveux avaient été couper. Ses longs cheveux de jais dansais autour d'elle comme la traine d'une marier, dire que ceux de Madara était plus court, plus épais et que Kotori était capable de danser avec une tel chevelure digne de la princesse de raiponce, princesse aux cheveux si long qu'il faisait toute la hauteur de la tour dans laquelle elle était enfermer. Un autre fou essaya de frapper la kunoishi alors qu'elle était proche du sol, elle sauta et esquiva alors le coup de hache sans mal. Elle jeta un petit coup d’œil à Kazeigan, qui se battait, qui ne cachait pas ses capacités, alors après tout, si son compagnon donnait le meilleure de lui même pour faire une démonstration de ses capacités, pourquoi ne ferrait-elle pas de même ?

Elle mit ses principes de paix de coté et se laissa porter par cette musique entrainante qu'est la chanson du combat. Elle fit le vœu de n'utiliser que son taijutsu, mais pour un avatar de Madara Uchiwa, on ne pouvais s'attendre qu'a un taijutsu de rang S. Cinq perdirent conscience alors qu'elle commençait tout juste sa danse macabre. Un coup de coude, des coups de points puissant, des coups de pieds charger de chakra, Kotori n'en était pas à son premier combat, mais pour sur elle ne s'attendait pas à se sentir autant libre à se moment là. Le combat avait toujours était sa vie et Kazeigan ne pouvais pas savoir à quel points il était difficile pour Kotori de ne pas tuer ses hommes, la force qu'elle devait exercer contre ses membres et ses gestes pour ne pas faire craquer des cervicales. Cette danse macabre se transformait peu à peu en combat contre soit même.

Si elle restait plus longtemps à mettre ses hommes à terre sans mal, elle pourrait très bien les tuer, alors que six hommes était encore en train de se relever et que trois autre continuait à la harceler de leur armé rouiller, Kotori chargea ses jambes de chakra et fit un bon en arrière. Tout ce chakra qu'elle avait canaliser dans ses jambes la fit survoler le sol, cette sensation de lévitation la vie fibré, elle savait qu'au moment où elle retoucherait le sol, elle n'aurait cas prendre appuie sur une jambe et utiliser l'autre pour frapper, ou alors un Katon pourquoi pas ! Mais elle me prévue pas heurtée un torse musclé, d'être un peu aveugler par des mèches blanches et en clair, de pas voir que son coéquipier avait foncer vers elle. La chute fut assez dure, Kotori qui avait encore beaucoup d'élan entraina Kazeigan dans sa chute et il dérapèrent sur quelques mètre. Ils n'avait rien, mais leur chute pitoresque avait crée un nuage de poussières qui les faisait tousser et en pouvais entendre les rires des brigands tout près.

Kotori coucher sur le torse de son ami voulu s’excuse entre deux toux, mais un petit reflet attira sont regard et son corps se muta immédiatement en arme. Elle utilisa ses jambes, en prenant appuie sur son compagnon, pour paré le sabre qui avait manquer des blesser grièvement. L'homme, n'était qu'un jeune homme qui voulais surement s'ilustré en vengeant ses coéquipier mort, mais il n'était pas tomber sur les bonnes personnes à tuer, il voulu frapper Kotori, mais elle attrapa son poiner bien avant qu'il n'est put la frapper et elle répliqua de son autre mains en le frappant dans le nez, ce qui le fit réguler et lâcher son arme. Cette période de trouble, firent stopper les rire et permit à Kotori se rouler sur le coté, laissant la possibilité à Kazeigan de se relever, et saisir l'arme au sol.Ce jeune fou, le nez en sang, se révéla têtu et voulu frapper la kunoishi encore et encore, mais un coup reviens à une parade astucieuse, la poigne de la kunoishi était forte, bien trop forte pour une femme de son gabarie et le sabre plien de poussière se retrouva sous la gorge du jeune homme.

Les eux noir de la jeune femme le perforait d'un regard meurtrier, assassin, l'euphorie du combat l'avait mit dans tout ses états et seul les yeux implorant la pitié du jeune homme lui permit de reprendre ses idées peu à peu. Qu'est ce qu'elle avait fait ? Elle avait laisser tous ses principes à terre et elle était prêter à rompre la promesse qu'elle avait faite il y a longtemps. Elle aurait été capable de tuer ce pauvre homme. D'une oreille elle entendit les brigands arriver vers eux, arme en main.

- Désolé.

Kotori retira la lame de sous la gorge du jeune homme et le frappa avec le manche à la tête. Le jeune brigand tomba assommé.

_ _ ___________________________________________ _ _



Petite Kunoishi plein d'amour
Nombre de RP en cours 3/3
Petite colo de Kotori Smile par moi :6f0a:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t216-annale-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t255-fiche-bingo-book-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t184-kotori-namida
Messages : 34

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Sam 10 Nov - 16:27

* Il est temps d'y aller .. *

Accroupi sur la branche d'un arbre alentour, Kami observait la scène d'un œil attentif. Puis, en voyant la situation des deux personnes qui combattait face à la vingtaine de larves, sa curiosité fut piquée au vif.

Poussant sur les muscles de ses cuisses, il fit un bond formidable, survolant la dizaine de mètres qui les séparaient, lui et le champ de bataille. Puis il atterrit souplement, avec une grâce presque féline, et sans blessure, ses os étant d'une dureté hors de l'ordinaire. Il fixa un instant la kunoichi et son partenaire, s'accordant le temps de noter que la différence entre les couleurs de leurs cheveux ne précisait aucun lien de famille, puis il s'avança vers le soldat assommé, à terre. Il l’attrapa par le col de son vêtement, l'attirant vers lui à la recherche d'un signe d'appartenance à un village caché.

- Rien ..

Et , d'un coup sec du tranchant de sa main, il mit fin aux jours du brigand inconscient. Il se redressa, vérifiant que son pantalon n'était pas taché, sans se soucier de son torse nu . Puis, après avoir gratifié l'homme aux cheveux blancs d'un regard froid et dénué d'émotion. Puis il se tourna vers la kunoichi, et , sans adoucir son expression, lui adressa une phrase d'un ton froid, presque impératif.

- Ça ne sert a rien de laisser des survivants. Ce sont des témoins, donc de potentielles sources de problèmes.

Sentant la course d'un homme dans son dos, grâce à des sens plus ou moins aiguisés par presque une décennie d'errance, il ne se retourne cependant pas. Se contentant de tendre son bras , ses doigts rapprochés presque collés, il se contenta de prononcer un simple mot.

- Hessendan .

Ses phalanges jaillirent du bout de ses doigts, a une vitesse avoisinant celle du son, pour percuter le front du ninja , interrompant sa course , le faisant s'effondrer à terre, telle une marionnette désarticulée. Puis il ponctua cette action d'une simple phrase, destinée aux deux shinobis en face de lui :

- Ils viennent de quel village ? Et vous, par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t351-fiche-bingo-book-kami-kaguya http://sns-rp.forumgratuit.org/t343-kami-kaguya
Messages : 181

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Sam 10 Nov - 17:22

- Ils viennent de quel village ? Et vous, par la même occasion.

Pour qui il se prenait ce gosse ? Âgé de 13 ans tout au plus, ce gosse avait débarqué alors que Kotori et Kazeigan étaient à terre et avait terrassé en un rien de temps les brigands restants sans même prendre le temps de connaître les motivations profondes de chacun dans cette bataille. Le jashinist, droit comme un I, fixait l’adolescent dans les yeux, tel un prédateur qui fixe un rival afin d'évaluer ses capacités.

Sûr de lui et de ses chances face à un gamin identique aux centaines de gosses qu'il avait déjà éventrés, le jashinist avança dans sa direction sans le lâcher du regard. D'une voix tout aussi neutre et glaciale que celle du gamin, il répliqua :

-Ce serait plutôt à nous de poser ces questions, tu ne crois pas ? Pointant un doigt vers le ciel, il continua. Un gosse tombe du ciel en plein milieu de notre bataille et achève nos cibles et tout te semble normal ? Cette fois, le jashinist haussa vraiment le ton.Ces cibles étaient les NOTRES, ce sang, que tu as versé sur le sol était censé être versé par NOS lames et ces vies que tu as dérobées, c'étaient à NOUS qu'elle revenaient

Dans la vie d'un jashinist, rien n'était plus important que la souffrance. Cette nourriture des dieux à laquelle ils pouvaient goutter l'espace d'un instant était une notion sacrée avec laquelle aucun d'entre eux ne rigolait jamais. Quand il s'agissait de tuer un être quel qu'il soit, c'était du sérieux. Les yeux injectés de sang, la mâchoire crispée et les poings serrés jusqu'au blanchissement des phalanges, Kazeigan termina en lançant un pic à l'adresse de ce jeune prétentieux pernicieux :

-Peut être serait tu prêt à satisfaire notre soif de sang en faisant couler le tien !

Kazeigan soupira en sentant Kotori frémir derrière lui. Elle tenterait probablement d'épargner la vie de l'adolescent qui se tenait là. Dommage : les facultés du jeune garçon semblaient infiniment plus puissantes que celles du clan Akimishi et Kazeigan aurait adoré troquer celles qu'il possédait déjà contre ces pouvoirs étranges.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t319-kazeigan-gutari#1704 http://sns-rp.forumgratuit.org/t318-bingo-fiche-de-kazeigan http://sns-rp.forumgratuit.org/t69-un-chasseur-kazeigan-gutari
Messages : 218

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Ven 16 Nov - 21:44

Pourquoi les hommes mouraient-ils soudainement ? Pourquoi cet enfant apparu comme par magie dans ce bac à sable tâché de sang ? Pourquoi dit-il des mots aussi tranchants que des rasoirs qui vinrent blesser la Kunoishi ? Il avait raison cependant, les témoins n'apportaient généralement que des ennuis, mais Kotori ne pouvais pas, elle ne pouvait plus tuer aussi facilement que Kazeigan. Elle le regardait, le dévisageait d'un regard doux et pour noir de ténèbres et de mélancolie, d'une certaine tristesse que l'on voit chez les anciens guerriers fatiguer de leur vie, fatiguer de ne plus se battre aussi bien que dans leur jeunesse obliger d'arrêter leur danse macabre pour une raison qui leur échappait toujours. Toujours cette même question leur revenait cependant : " Pourquoi ne pas repartir ? " et la réponse leur sautait toujours aux yeux comme une sauterelle sur une fleur. Un paysage, une famille, un arbre ou encore une blessure, ses guerriers que le monde avait vu naitre n'avait plus la force de reprendre la route bien que leur envie fut forte. Cette envie habitait toujours Kotori depuis plus de vingt ans. Courir à travers le monde, se battre, tuer, se perfectionné, devenir meilleure, devenir Madara, mais elle avait des gens auxquels elle tenait, qui l'avaient aidé quand elle en avait besoin. Elle avait une dette envers eux.

Mais elle avait également une dette envers Kazeigan, le jashinist était un frère d'Hidan et il l'avait aidé lors de leur première rencontre. Bien qu'elle respectait de tout son coeur sa religion, qu'elle pouvait bien comprendre que se faire voler ses proies le mettait en colère, elle ne pouvait concevoir à quel point il était innocent, pour ne pas dire stupide. Elle frémit et vit dans les yeux du tueur qui ne lâchait pas le jeune nouveau des yeux, qu'il l'avait vu et se lassait déjà de la réaction prévisible de la Kunoishi qui sera de protéger ce petit tueur. Elle soupira et ses épaules remontées dut un stress se rabaissèrent. Elle pivota, vers cet enfant, vers cet inconnu au pouvoir étrange, au final elle le trouvait bien plus inconscient que Kazeigan a dévoiler ainsi ses pouvoir à deux nukenins et pourtant ils auraient dû ressentir leur force. Ils avaient tout d'eux fait une démonstration de leur puissance et celle-ci n'était pas des moindres, car Kazeigan devait se trouver dans la catégorie S de part sa religion qui le plaçait sur un plan à part et Kotori, malgré quelques diminutions dut à des années d'abstinence de combat, était au même niveau que lui. Elle n'arrivait pas à perdre la main, assommé ses hommes avaient pourtant été si difficile et maintenant ils étaient morst, en train de se décomposer.

- La moindre des politesse avant de demander quelques choses à quelqu'un est de se présenté. De plus ... Je ne pense pas que tu sois en mesure de nous donner des leçons, tu es visiblement un ninja aux vu des capacités que nous a montré et ... - à ta tenue ? aux marques qui sont sur ton visage qui pourrait éventuellement appartenir à un clan ? Elle pouvait argumenté longtemps, elle pouvais le rabaisser si cela lui chantait, mais elle allait alors envenimer les choses - Bref, tu as commis un sacrilège en tuant ses personnes à notre place, en particulier pour mon ami, mais si tu répond à certaines de mes questions je peux peu être argumenter en ta faveur.

Elle souriait, forcer évidemment, mais l'art du sourire était un art qu'elle avait appris et maitriser au fil des années, ce ne fut pas facile, mais elle avait réussi. Le contraste entre le jashinist et la pacifiste était évident, plus que leur idéologie opposé, leur cheveux et leur visage étaient en total opposition. Si Kazeigan était droit, furieux, belliqueux et que ses yeux bleu-acier furent entouré d'une longue chevelure blanche, Kotori elle paraissait aussi douce qu'une biche, ses traits harmonieux et parfait lui donnait un air de poupée de cire et pourtant toutes ses belles mesure était encadré d'une chevelure aussi noir que la nuit. Tragique ironie de voir la belle femme en deuil et le cruel chasseur en extase devant cette belle couleur rouge.

Elle souriait, mélancolique et heureuse à la fois, différences stupides,seulement un lien puissant qui se taillait au fil du temps entre les deux nukenins. Elle ferma les yeux un instant et quand elle les rouvrit, elle vit l'ombre d'un nouvel intrus, celui-ci plus discret et dangereux, plus doué et malin. Son sang ne fit qu'un tour et l'espace d'une seconde, la douce poupée deviens une marionnette mortel.

- Je me nomme Kotori Namida, du clan Namida. D'où viens-tu et qui es-tu ? Se seront mes seuls questions pour le moment ...

Elle parlait, mais son esprit était concentré ailleurs. Sur cette ombre qui c'était glissé avec subtiliser dans les ténèbres. Elle calculait, évaluait et recherchait le petit malin qui voulait se jouer d'elle. Entre cette ombre et le fantôme du passé, une bataille avait pris place, un jeu de cache-cache qui donna la chair de poule à Kotori, impatiente malgré elle de vouloir jouer à ce jeu. Elle tourna brusquement la tête sur sa gauche, vers une autre couverture de ténèbres. Elle venant d'entendre un bruit, à peine audible.

Spoiler:
 

_ _ ___________________________________________ _ _



Petite Kunoishi plein d'amour
Nombre de RP en cours 3/3
Petite colo de Kotori Smile par moi :6f0a:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t216-annale-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t255-fiche-bingo-book-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t184-kotori-namida
Messages : 34

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Sam 17 Nov - 21:18

- Ce serait plutôt à nous de poser ces questions, tu ne crois pas ?

Assommé par le discours extrêmement ennuyeux de l'homme qui lui faisait face, Kami choisit d'ignorer ses propos pour se concentrer sur la jeune femme. Pourquoi cette mélancolie, cette tristesse au fond de son regard ? Elle regardait Kami de façon étrange, et cela le troublait. Il commença a penser qu'elle connaissait un des ninjas qu'il avait éliminé , mais ça ne pouvait être possible. Le fil de ses pensées fut interrompu par la chute du monologue du shinobi. Quel étrange shinobi d'ailleurs. Il l'avait vu combattre, il avait vu comment, malgré son air faible et fragile accentué par la blancheur de ses traits et de sa chevelure, il était doué au combat. De même que la kunoishi mélancolique , d'ailleurs.

-Peut être serait tu prêt à satisfaire notre soif de sang en faisant couler le tien !


La phrase ramena Kami à la réalité de sa situation, a priori désastreuse. Seul face à deux ninjas d'un niveau extrêmement élevé, il avait révélé l'étendue de sa puissance, ou du moins une faible partie. Ils pouvaient désormais, au vu de ses prouesses, le considérer comme un ennemi. Et, Kami le savait, un ennemi était une proie. Le jeune garçon avait beau se considérer du côté des prédateurs, il ne ferait pas long feu face a Mélancolie et Fébrilité. Le vent faisant voleter ses cheveux portais les bruits, et il cru entendre des feuilles craquer. Cependant , sortir de cette situation lui semblait prioritaire. Quel idiot il faisait, le jeune héritier, le seul survivant.

Cependant, la kunoishi avait parlé, et, Kami n'avait pas bien saisi, mais peut être pour prendre sa défense. Elle souriait, peut être pas honnêtement, mais Kami devait trouver un échappatoire, quitte a retrouver ses problèmes plus tard. Le vent, les feuilles qui tournoyaient, et toujours cette intuition d'être épié, a travers la forêt. Là ! L'expression de Mélancolie avait changée. Peut-être que Kami ne se trompait pas, peut être que l'instinct aiguisé qu'il avait acquis .

- Je me nomme Kotori Namida, du clan Namida. D'où viens-tu et qui es-tu ? Se seront mes seuls questions pour le moment ...

Kotori Namida... du clan Namida ? Elle venait de se présenter, il devait faire de même. Distrait par la présence qu'il sentait, quelque part autour de lui , il ne put qu'émettre une réponse vague. Voilà, une réponse vague, elle s'en contentera. Et il veillerait a ne pas parler méchamment , des alliés provisoires ne pouvaient qu'être un atout majeur.

- Tai... hum, je suis Kami. Je viens de partout, je n'ai aucun foyer, donc j'erre. Enchanté, Kotori Namida .

Voilà, c'était bien ça. Son regard se tourna un instant vers Fébrilité. Lui il n'avait pas décliné son identité, ça sentait l'hostilité. Une hostilité qui suintait par tous les pores de sa peau, sans raison apparente a part le fait d'avoir éliminé les " cibles " du palot. Kami se rendit compte d'une chose. Quel genre de psychopathe était ce foutu palot ?! Il se met en rogne car il a été aidé.. peut être pas amicalement, mais quand même... Ses sourcils froncés, ses dents serrées , tout y était.. Presque comique , comme un enfant a qui on a ôté un jouet et qui tape du pied par terre, de rage.. La kunoishi semblant avoir une sorte de contrôle sur Fébrilité. Si elle voulait être son alliée d'un temps, il se plierait peut être a sa décision. Alors autant en profiter.

- Tu veut te battre ? C'est puéril, et idiot. On en sortirais blessé tous les deux, et Kotori Namida ici présente ne peut pas te trainer comme un boulet j'imagine, malgré toutes les prouesses dont elle est cap...


C'en était trop. Kami interrompit le flot de sa phrase.. c'est dommage d'ailleurs, il était bien parti là.. et tourna brusquement sa tête vers les fourrés sur sa droite. Il y avait quelqu'un , presque surement. Kami fixa Kotori la jeune femme dans les yeux. Elle. Elle l'avait vu, ce qui se cachait . En attente de réponse, Kami gratta sa joue puis posa son poing sur son coeur, en signe de simili-paix.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t351-fiche-bingo-book-kami-kaguya http://sns-rp.forumgratuit.org/t343-kami-kaguya
Messages : 181

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Dim 18 Nov - 9:33

Le regard bleu acier du jashinist était plongé dans celui du gamin. Il y lisait détermination, force et rage de vaincre. Il n'y décelait aucune pitié, aucune faiblesse. Seulement l'amertume caractéristique de la solitude qu'il avait lui même connue au cours de sa douloureuse enfance. Une enfance pendant laquelle il avait du torturer ses amis, une enfance pendant laquelle il avait du tous les tuer, les uns après les autres. Les tuer les uns après les autres dans une souffrance inimaginable. Un véritable bain de sang ! Mais de qui était il en train de parler ? Kazeigan secoua sa tête pour chasser ses idées et sa migraine qui commençait à lui tenailler l'esprit.

- La moindre des politesse avant de demander quelques choses à quelqu'un est de se présenté. Kazeigan arqua un sourcil : si il se fichait royalement de la politesse, l'identité du jeune homme l'intéressait fortement. Si il dévoilait ses origines, son clan, il dévoilait aussi une partie de ses pouvoirs. Le jashinist pourrait alors savoir de quelle façon il a tué ces deux hommes quasi-instantanément et saurait, quelles facultés il pourrait acquérir en le touchant. Enfin, et plus que tout, il saurait à quoi s'attendre de la part du jeune homme et saurait de quoi se méfier. De quoi se méfier pour ne pas se faire poignarder dans le dos comme il l'avais été de si nombreuses fois au temple de jashin. Là bas, tout n'était que trahison et souffrance en l'honneur de Jashin. Il fallait tuer en toutes circonstances. A qui et à quoi était il entrain de penser ?! Une nouvelle fois, Kazeigan secoua la tête pour se ressaisir. Son mal de tête êtait maintenant si puissant qu'il émit un grognement de douleur alors que sa partenaire était en train de parler. ... peu être argumenter en ta faveur.

Le jashinist avait perdu définitivement le fil de la conversation et ne cherchait même pas à le retrouver. Quelque chose de bien plus sérieux lui trottait dans l'esprit. Il avait cependant du mal à penser, du mal à réfléchir à ce qui, la seconde précédente, lui semblait si important. Il n'avait en tête que cette ivresse sourde qu'était la soif de sang. Encore perdu dans ses pensées, Kazeigan entendit à peine Kotori terminer sa phrase et le gamin lui répondre. Il lui sembla même un instant que le jeunot l'appelait. Quelque chose clochait : non seulement il n'arrivait plus à comprendre ce qu'il entendait voyait ou sentait à cause de l'épais brouillard dans lequel son esprit était plongé, mais en plus de cela, il n'arrivait à sentir aucun chakra à des kilomètres à la ronde. Pas même celui de Kotori ou du nouveau venu. Le jashinist comprit immédiatement de quoi il s'agissait.

Faisant preuve d'un effort surhumain, Kazeigan réussit à reprendre le contrôle de ses facultés et bascula en arrière in extremis : un kunai vola à pleine vitesse à l'endroit exact où se trouvait la tête du jashinist une seconde plus tôt, arrachant quelques mèches de cheveux blancs sur son passage.

Kazeigan s'effondra lourdement sur le sol poussiéreux. Il se releva péniblement et passa une main sur sa pommette. Lorsqu'il vu le bout de ses doigts recouverts d'un mince filet de sang, un frisson lui parcouru l'échine : cela faisait longtemps qu'il n'avait pas rencontré un adversaire suffisamment puissant pour le faire saigner. Il avait visiblement affaire à un utilisateur de genjutsu qui s'était acharné sur lui avant de tenter du lui porter le coup fatal, d'un lancer de kunai. Malheureusement pour lui, Kazeigan avait su sortir à temps de l'illusion et n'avait été qu'effleuré par le projectile qui s'était figé quelques mètres plus loin.

"Effleuré mais tout de même touché ! Ce ninja paiera pour son affront."

D'un signe de tête à Kotori, Kazeigan s'était mis d'accord avec elle : si ils étaient incertains concernant les intentions du gamin à leur égard, ce n'était pas le cas de l'utilisateur du genjutsu qui voulait visiblement les tuer. Son cas était donc le plus urgent. Le jashinist fit tourner rapidement sa chaîne cloutée, fixant le buisson d'où était partit le Kunai. Ils étaient trois. Il était seul.


_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t319-kazeigan-gutari#1704 http://sns-rp.forumgratuit.org/t318-bingo-fiche-de-kazeigan http://sns-rp.forumgratuit.org/t69-un-chasseur-kazeigan-gutari
Messages : 218

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Mer 21 Nov - 16:56

Une illusion. Un art secret, une formule magique, un mystère fabuleux, celui ou celle qui maitrisait l'art des illusions pouvait crée les plus belles choses au monde, mais aussi les plus horrible. Il ou elle, était maitre du pays qu'il décidait de crée et ce monde, cet univers dont tout les illusionnistes était maitres, Kotori ne le connaissait que trop bien. Mauvaise enfant, elle était devenue maitre, mais chaque jours elle pensait la même chose : « Qu'elle mauvaise experte », Madara la battait de loin, c'était lui le maitre, l'expert, le seigneur des illusions, l’empereur des genjutsu et tout les petits illusionnistes n'étaient que des insectes à coté de lui, de misérable insectes et Kotori n'était juste qu'une mente religieuse parmi ses chenilles et ses larves.

Cette petite mygale qui jouait la maligne, qui esquivait avec malice les imposantes griffes du chasseur aux cheveux blancs, avait même réussi faire couler son sang. Un élan de colère, envers cet animal pathétique, envahit la kunoishi. Elle était pacifiste, même si tout son être brûlait d'une flamme combattive hors norme, qu'elle couvrait d'un couvercle de verre, pour l'étouffer, la diminuer, mais elle était toujours là après tant d'années. Elle cherchait parmi les ombres, cette petite étincelle de vie, qui lui dirait où frapper. Mais elle ne devait pas frapper, elle était aimante, douce et compréhensive. Son vrai elle était tout sauf douce et aimante. Que faire ? Être-elle même ou celle qu'elle voulait être ?

Elle jeta un coup d'oeil à Kazeigan à terre et en un instant, les deux nukenins se comprirent. Si Kotori n'avait pas était toucher par le genjutsu, elle savait en reconnaitre un et si elle détestait tuer, Kazeigan et sa chaine clouté se ferai une joie de le faire pour elle. Cette chaine mortelle, fouettait l'air et avec elle toute la haine du jashinist. Comment faire ? Comment le trouver ? Comment l’abattre ? Kami ne bougeait plus, les fixant de ses yeux sans lueur, Kotori ne le regarda pas, elle était obnubiler par le petit joueur de flute qui l’attirait inexorablement vers la confrontation.

Elle ne vit pas la lueur, mais senti l’illusion. Le mal de tête croissant, l’annulation des sens, mais son chakra brouillé ne le resta pas très longtemps, joignant ses mains avec le peu de conscience qu’il lui restait, elle rompit l’illusion avec un seul et unique mot « Kai ! », rupture. En retrouvant conscience, elle put alors voir la lueur tend attendue, le kunai qui volait et qui fut arrêté par la main habile de la femme aux cheveux noir de jais. Elle ne se posa pas la question : « Est-ce que Kazeigan l’a vu ? », s’il était aussi fort qu’il lui avait dit, alors il devait le voir et resté conscient.

Elle chargea ses jambes en chakra et fonça vers cet inconnu, vers cette obscurité qui la dévora, l’adopta comme une mère louve qui accepta un être qui lui ressemblait par sa noirceur. Kotori ne le vie pas, elle ne voyait pas l’inconnue aux illusions dans cet obscurité. Il lança une illusion, encore et encore elle fut briser par la kunoishi. Il reculait quand elle approchait, il l’esquivait, l’évitait, peureux ou méfiant, l’un de ses deux traits de caractère put dire à Kotori que cet individu n’aimait pas le corps à corps et vivait bercer par les ombres. La nukenins jeta un coup d’œil à Kami, il n’avait pas bougé, visiblement pris dans une illusion dont il n’arrivait pas à sortir. Kotori se mordit les lèvres et se retourna vers l’obscurité. Elle inspira profondément, gonfla ses poumons d’autant d’air qu’ils le pouvaient tout en réalisant les signes de mains qui lui permettrait d’aider, de dévoiler, de tuer. Elle bloqua dans sa gorge, malaxa son chakra et en quelques secondes tout fut près. Il y avait trop d’ombres pour ses yeux, pour ceux de son ami, une trop belle cachette ne pouvait exister plus longtemps. Dans la tête de la kunoishi, le nom de la technique retentis : « Goukakyuu no Jutsu ». La boule de feu mortelle sorti de la bouche si douce et belle de la jeune femme, ses lèvres pulpeuse et rosé laissait filler le souffle du dragon qui détruit les ténèbres, dévoila un mur de pierre morceler par les mains humaines et un homme fuyard esquivant avec agilité la dangereuse boule de lumière qui s’approchait de lui. Voyez-le. Regardez-le. Ne quittait pas des yeux ce lâche utilisateur de rêves qui se cache derrière les cauchemars.

Quelques arbustes malchanceux qui poussaient dans les ombres qui les recouvraient de leur chair visqueuse, furent brulé. L’homme ne pouvait plus se cacher, il était dévoiler aux yeux des prédateurs dont la fureur était palpable à des centaines de mètres. Kotori fit volte-face et couru vers le jeune garçon qui attendait toujours qu’on le délivre. Arriver près de lui, elle put le détaillé avec d’avantage de précision. Ses yeux était souligner de cernes rouge et son front orner de deux taches de la même couleur, bien que masqué par ses cheveux châtain clair. Il n’était pas très grand, mais continuerait de grandir d’après la kunoishi. Elle posa sa fine main couverte de cicatrice sur son épaule et laissa glisser en lui son chakra, réveillant le sien perturbé par un horrible rêve. Ses yeux reprirent cette lueur de vie que Kotori se plaisait à admiré, elle lui sourit, rassurante.

- Tout va bien… - dit- elle d’une voix chaleureuse alors que le combat continuait devant eux.
Spoiler:
 

_ _ ___________________________________________ _ _



Petite Kunoishi plein d'amour
Nombre de RP en cours 3/3
Petite colo de Kotori Smile par moi :6f0a:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t216-annale-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t255-fiche-bingo-book-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t184-kotori-namida
Messages : 34

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Ven 23 Nov - 22:42

Kami regardait, d'un air sérieux. Il voulait savoir si elle avait entendu. Puis, comme par enchantement, elle et Fébrilité disparurent. Pourquoi ? Comment ? Le jeune homme n'eut pas le temps de se poser toutes ces questions. Sa vision se troubla, le ciel s'assombrit. Affaibli, il posa un genou à terre, en se tenant la tête, tandis qu'une brise glaciale lui parcourait l'échine, comme si le dieu de la mort en personne se tenait derrière lui, prêt à arracher son âme et à l'happer dans les profondeurs d'une morbide obscurité. Se levant difficilement, tremblant sur ses jambes, tous ses muscles antérieurs bandés pour tenir dans un équilibre précaire, une silhouette se dessina devant lui. Elle lui semblait lointaine mais proche, étrangère et familière a la foi... Hostile dans tous les cas. Kami ne distinguait pas les traits de son visage, seulement des yeux..sombres... Ou alors deux cercles rouges sang ? Encore des yeux.. C'était changeant. La silhouette bougea. La voyant lever son bras , Kami en déduit que ce serait pour une mauvaise action.. Il devait se libérer de cet état tétanique, coute que coute... Le bras se rapproche, une main décharnée, les quelques lambeaux restants en putréfaction. Elle se pose lentement , presque avec tendresse, et une phrase venue d'un autre monde parvint aux oreilles du jeune homme, en proie a une indescriptible terreur :

- Tout va bien...

En un battement de cils, la voix chaleureuse fit revenir Kami à la réalité. Calmant ses tremblements, il regarda ses mains, et, geste rare, ne dégagea pas la main de Mélancolie de son épaule. Mélancolie, ou plutôt Kotori Namida, venait de le sauver. Envahi par une vague de sentiments, entre machisme et reconnaissance, le jeune garçon préféra répondre par le silence, souvent d'or.
Que s'était-t-il passé ? Comment avait-il pu être ainsi dominé par une force extérieure, surement le bruit dans les fourrés, sans pouvoir réagir.. Qu'était-ce ? Prenant peu a peu conscience de son impolitesse, il se ressaisit cependant, faisant face avec une sincère expression de gratitude dans ses yeux gris.

- M...merci... Pourquoi vous m'avez aidé ?

Ayant difficilement balbutié cette phrase, Kami espéra une réponse qui se voulait non hostile... Celle ci ne se fit pas attendre, la jeune femme semblant a l'écoute de celui qu'elle venait de tirer des méandres d'un genjutsu puissant.

- Qu'elle genre de femme serait-je si je laissait un jeune homme tel que toi prisonnier d'une illusion ?

La réponse de la femme surprit le jeune homme. Ca semblait évident, cette femme et compagnon, peut être plus qu'un simple compagnon, avaient croisés la route de Kami, emprunt de colère, avait eu un différend avec ledit compagnon. Soit, s'il fallait un dialogue avec Kotori " Mélancolie " Namida, il y en aurait un. Parole de Kaguya.

- Je vous suis inconnu, Kotori Namida. Et j'ai eu une altercation avec votre...homme.

- Quelle importance, nous avons un ennemis en commun et je ne suis pas de nature aussi violente de mon coéquipier.... D'autre diraient même que je pacifiste...

Pacifiste. Soit, Kotori Namida, que Kami avait vu distribuer des coups de,pieds phénoménaux à une bande de brigands des forets donc l'état mental se situait entre inconscience et crétinerie, était une pacifiste. Soit. Mais qu'est-ce qu'une pacifiste foutait avec un taré pareil ?! Le duel mental que menait Kami lui fit presque oublier de répondre, mais une telle impolitesse envers un représentant de la gent féminine ne lui aurait pas été permis. Apres cette brève ballade aux limites de la non-galanterie, il réussit a articuler une réponse à haute et intelligible voix. Quel gentil garçon, il est bien brave.

- Soit, c'est une bonne chose que je n'ai pas à me battre avec vous.. Ce serait irrespectueux. Vous .. vous savez s'il vient de Kiri, cet utilisateur de genjutsu ?

- Aucune idée - dit la kunoishi en pouffant de rire, son humeur avait radicalement changé depuis qu'elle avait commencé à parler avec le jeune- sans bandeau c'est dur de déterminer d'où viens un ninja. 

Elle avait pouffé de rire, presque gloussé. Dieu du ciel, l'expression sur le visage de la jeune fille, adoucissant encore son expression. Dans un moment d'intense frivolité, Kami laissa flotter un mince sourire sur son visage froid.

- Alors dans ce cas, allons aider votre homme à capturer le ninja et à l'interroger !

- Certes, mais laissons le s'amuser un peu - elle lui fit un clin d'oeil -. Il a besoin de se détendre un peu.

Kami aurait bien tenté une note ironique, mais les circonstances ne s'y prêtaient pas. Etre drôle est une science, mais l'être au moment approprié est un art. Le jeune homme s'accorda donc un dialogue mental.

* Comment ces deux personnes peuvent-elles s'entendre ? Dame Namida et Fébrilité sont diamétralement opposés... Eeeeeenfin bref. *

En effet , il était pire que tendu, le compagnon de Dame Namida. Cela remit a jour les pensées de Kami, concernant leur situation. Ils n'étaient pas tirés d'affaire. Son sempiternel air neutre à nouveau gravé sur le visage, il reprit la conversation là où elle s'était arrêtée.

- Il a l'air d'être nerveux oui.. J'ai vu vos talents a l'oeuvre, vous êtes impressionnante, Dame Namida. Réellement.

- Pourtant j'essaye de retenir mes coups, dire que j'avais réussi à seulement les assommer. - elle émit un petit sourire et reprend - Tes techniques sont également très particulières tu sais, je ne me rappelle pas connaitre des ninjas pouvant faire de même. D'où viens-tu pour te battre ainsi ? 

ALERTE! ALERTE! Une sirène d'alarme enfouie au fond de l'esprit du jeune homme se mit en route. Elle voulait en savoir plus sur le gène. Sur le Kekkei Genkai. Il fallait être vigilant. Les persécutions perpétrées à l'égard des gens comme Kami, disposants d'un don a part, le jeune homme les avaient vécues. C'est avec une expression crispée , sur ses gardes, que, dans un souffle rauque, il répondit :

- C'est.. Mon clan...

Des images terrifiantes resurgirent dans l'esprit du garçon.

- Qu'est ce qui te crispe ainsi ? Je ne te veux aucun mal tu sais. 

Aucun mal. C'est vrai. Elle aurait pu l'éliminer a tout moment quand il était sous l'emprise de l'illusion, et même  maintenant,  si son compagnon intervenait, Kami n'était pas sur de s'en sortir. Vivant oui, mais indemne non. Avec un précaution toute calculée, il reprit :

- Un Kekkei Genkai.. appartenant a mon clan..dont je suis le seul et dernier représentant à ce jour.

Il l'avait fait. C'est, légèrement tendu , qu'il attendit une réponse...

- Un Kekkei Genkai dont tu dois être le dernier héritier ? - lui dit elle, un léger sourire mélancolique sur le visage - Je te plaint, la présence des tiens doit beaucoup te manquer mon pauvre ... Je ... Je te comprend, mais ne nous attardons pas sur les tristes jeux de la vie. KAZEIGAN !! Tu as finit de jouer avec lui ou tu veux de l'aide ? - finit-elle en criant, les mains entourant sa bouche pour faire porter sa voix plus loin.
 
Même pas de méfiance ? Quelle personne formidable... Ah apparemment le sociopathe notoire se nomme Kazeigan, et il s'amuse à traquer des gens , comme ça. Normal. De mieux en mieux. Cependant , l'intonation de Dame Kotori avait appâté la curiosité de Kami, et c'est, avec son expression la plus convaincante, qu'il demanda :

 - Tu me raconteras .. ?

Elle y semblait insensible cependant.

- Si toi aussi tu me racontes. - lui sourit-elle en rabaissant ses mains.

La bougresse ! Elle savait s'y prendre. En prenant soin de ne pas être entendu par le fou furieux, c'est une histoire connue sur le bout des doigts qui s'écoula d'un fil de la bouche du jeune orateur :

- Je m'appelle Kami.. Kami Kaguya. Mon clan s'est éteint il y a une trentaine d'année d'après les écrits que j'ai retrouvé... lors d'une attaque de leur part contre Kiri... un génocide a été perpétré par les ninjas de Kiri .

Rien a faire, ce moment avait toujours le même effet sur le Kaguya. Une haine attisée par des années de solitude ressurgit du fond du coeur du jeune homme, haine qu'il réprima en serrant ses poings si forts que ses phalanges en blanchirent..

- Notre .. enfin mon Kekkei Genkai me permet de contrôler le taux de Calcium dans mon sang et donc de ...

Il passe sa main droite sur son épaule gauche et, en quelque secondes, en retira son humérus, formant une sorte de lame d'os.

- Faire ce genre de choses. Ma mère m'a laissé seul , à l'abandon dans une forêt à cause de ça. J'ai personne, à cause de ça. Et surtout.. je suis seul, à cause de Kiri.. je...

La haine était revenue, et il ne pouvait pas la réprimer. C'est cependant l'émotion , ayant formée une boule de la gorge du jeune homme, qui le fit taire. Il n'était ceci dit pas au bout de ses surprises, Dame Namida en connaissant plus que Kami ne l'aurait pensé sur son clan. Une amie versée dans l'étude de clans , peut être ? 

- Kaguya ... Kaguya ...- murmura t-elle, quand elle se souvint de ce nom, elle frappa doucement du poing dans la paume de sa main - bien sur. Je connais ton clan, je l'ai lu également, je ne pensais pas qu'il restait un survivant. J'avouerai que Kiri n'est pas le pays le plus doux du monde, mais les temps changent avec les gens et il y a bien plus dangereux que les Kaguya aujourd'hui. L'idiotie des humains n'a d'égal que leur peur, ta mère à eu peur, pour elle, pour toi. Je ne vais pas faire un long discourt sur le fond de ma pensé car cela ne servira à rien, n'est ce pas ? - elle lui fit un sourire plus chaleureux, avant de reprendre, l'index sur ses douce lèvre - Ne t'inquiète pas, Kami, je garderai ce secret en moi. - elle baissa la main - Je possède moi aussi un Kekkei Genkai, quand un membre de mon clan est entrainé enfant à ressembler à une personne quelconque et bien elle devient le parfait avatar de cette personne. Les membres de mon clan sont tous morts eux aussi et je suis leur dernière représentante. J'ai grandit avec des amis, qui ont très vite former ma famille, mais ils sont tous mort à présent... te raconter mon histoire serait trop long et demande un silence que nous avons pas. Je te raconterai mon histoire plus tard, si tu le désir, pour le moment je doit aller aider mon ami.

Kami était stupéfait. La gentillesse de la femme lui fit monter les larmes aux yeux. ARGH ! Personne n'avait , en tout cas il l'espéra, et il essuya ses yeux du revers de son poignet. La réflexion suivante n'ayant pas lieu d'être, il s'élança avec sureté et sveltesse à la suite de Kotori. Il aiderait aussi Kazeigan, même si ça ne lui plaisait pas des masses.  






_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t351-fiche-bingo-book-kami-kaguya http://sns-rp.forumgratuit.org/t343-kami-kaguya
Messages : 181

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Sam 1 Déc - 9:58

La chaîne cloutée tournait, tournait et continuait de tourner toujours plus rapidement. L'air sifflant entraînait sur son passage une mèche de cheveux blanche dans la spirale métallique que formait l'arme du jashinist. Jouer au chat et à la souris était décidément grisant, qui plus est lorsqu'on est le chat ! Satisfait de pouvoir exercer une fois de plus son passe temps préféré, excité à l'idée de faire couler encore une fois le sang, assoiffé à l'idée même d'entendre sa victime hurler sous les souffrances qu'il s'apprétait à lui infliger, Kazeigan avança droit vers le buisson duquel avait été envoyé le Kunai qui lui avait entaillé la joue.

Son pas était lent, mesuré, calculé au centimètre près afin de pouvoir réagir à la moindre tentative de fuite. Il avait déjà marché deux pas et rien ne s'était passé. Deux pas supplémentaire. Toujours rien. Plus que trois pas et il verrait l'autre côté du buisson. Deux pas. Un craquement de branche retentit derrière lui. A huit heures, une silhouette perchée en haut d'un arbre venait juste de sauter de son perchoir et d'entrer dans une course folle en direction opposé du champ de bataille.

Ni une ni deux, Kazeigan stoppa instantanément les rotations de sa chaîne cloutée et sauta dans une branche voisine à la recherche de sa mystérieuse cible. Alors qu'il sautait d'arbre en arbre à une vitesse folle, le chasseur faisait tourner son cerveau à cent à l'heure. Il essayait tant bien que mal de découvrir pourquoi il ressentait depuis peu cet étrange sentiment d'avoir loupé un élément important. La situation lui semblait irréelle sans pour autant qu'il sache en quoi elle était illogique.

L'énergie de sa cible semblait disparaître, s'évaporer à mesure qu'ils s'éloignaient du champ de bataille. C'était comme si plus Kazeigan avançait rapidement, plus son écart avec sa cible augmentait rapidement. C'en était trop. Le jeune homme stoppa sa course folle tout comme il avait stoppé quelques secondes plus tôt sa chaîne cloutée. Il venait de comprendre ce qui lui semblait étrange : la silhouette ne s'était pas manifestée lorsqu'il s'était approchée d'elle mais lorsqu'il s'était approché du buisson ! A quoi cela rimerait il de griller sa couverture alors qu'un ennemie ne vous suspecte même pas ? A tous les coups, la silhouette qu'il avait aperçu était encore une prouesse de cette illusioniste qui ne cherchait qu'à éloigner le jashinist pour pouvoir se délester d'un opposant l'espace de quelques minutes. Le chasseur fit volte face et fonça en direction du fameux buisson.

Avant même de laisser le temps à sa cible de comprendre qu'il était revenu, Kazeigan lança d'un geste sûr la pointe de sa chaîne cloutée en direction du buisson. Le projectile se déplaçait si rapidement qu'il brisa même les branches de la cachette sans même ralentir. Le son d'un déchirement de tissus musculaire. Le son d'un sang qui s'écoulait sur le sol par giclées. Le son d'une plainte sourde. Écoutés successivement, ces trois sons étaient de loin la mélodie préférée du jashinist.

Le chasseur tira sur sa chaîne cloutée pour vérifier que sa cible était bel et bien prisonnière des lames orientées de manière à rentrer dans sa chair au moindre de ses mouvements, à la manière d'un harpon. Il était pris au piège. Satisfait, Kazeigan avança afin de pouvoir savourer la vision d'un homme qui gigote lamentablement dans son propre sang. Il avait les cheveux ternes, était épais comme un clou et ne semblait ni grand, ni petit. Un homme quelconque qui incarnait à la perfection le rat qu'il s'évertuait visiblement de jouer en toute circonstance.

-Dommage, c'était bien tenté le coup de l'illusion mais ça n'a pas fonctionné. J'ai appris à faire confiance à mes instincts de chasseur plutôt qu'à mes sens. Si il y a une chose que je déteste c'est bel et bien qu'on essaye de me duper. Tu vas donc amèrement regretter ta petite technique minable.

D'un mouvement de la main, Kazeigan envoya un kunai se fixer sur la paumes des mains de sa victime, lui arrachant un hurlement de douleur au moment où ses os furent sectionnés sous le choc. Les mains fixées sur le sol par les projectiles, le brigand était totalement immobilisé et ne pourrait pas interférer sur les mouvements du jashinist. Ce dernier se pencha sur sa cible et avança lentement le couteau de sacrifice qu'il venait de décrocher de sa ceinture vers la figure terrorisée de sa cible. Avant qu'il n'ait eut le temps de comprendre les intentions de son tortionnaire, le brigand se vu balafré d'un coup de couteau. L'entaille était relativement profonde et serpentait son visage du coté droit de son front jusqu'à sa joue gauche en passant par son oeil droit. Reflexe immédiat, l'ilusioniste tenta de couvrir l'entaille de ses mains, remuant immédiatement la lame dans ses deux mains. Jamais il n'avait connu pire douleur.

-Et si je t'élargissait un peu se sourire ?

L'homme aux cheveux blancs avança la lame de son couteau en direction de la commissure droite des lèvres du martyr et commença à entailler la peau de sa victime. Il stoppa net son mouvement lorsqu'il s’aperçut que sa coéquipière l'avait rejoint. Elle et le jeune garçon aux pouvoirs étranges semblaient vouloir poser des question à l’illusionniste. Le jashinist se releva à contre coeur et arracha sa chaine cloutée de la plaie de sa victime, lui arrachant une nouvelle fois un hurlement de douleur.

Kazeigan fixa des yeux Kotori et le jeune garçon à tour de rôle. Il semblait vouloir questionner l'utilisateur de genjutsu. Elle semblait vouloir le laisser faire et lui faire confiance comme elle faisait confiance à Kazeigan. C'était elle la chef de cette expédition puisqu'elle était la seule à connaître les emplacements des précédents repères. Si telle était sa volonté, alors il s'y plierait. Tant pis pour la cible : elle resterait en vie quelques minutes supplémentaires.

Spoiler:
 

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t319-kazeigan-gutari#1704 http://sns-rp.forumgratuit.org/t318-bingo-fiche-de-kazeigan http://sns-rp.forumgratuit.org/t69-un-chasseur-kazeigan-gutari
Messages : 218

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Sam 1 Déc - 20:10

Il souffrait. Il avait réellement mal, même trop mal. Pas de doute à ce sujet, Kazeigan était un vrai jashinist et le plaisir que lui procurait la douleur de ses victimes marquait son visage d'un bonheur sans faille. Une part de la kunoishi comprenait ce sentiment de supériorité et de bonheur de voir périr sous ses mains un ninja insolent qui s'était cru plus fort que soit, l'autre par souffrait avec le pauvre homme étendue au sol. Une fois que Kazeigan lut aperçue à ses coter, il se releva et lui laissa sa place. Kotori pensa fortement que ce geste était forcé et elle remercia intérieurement son ami de faire ses efforts pour elle. Elle laissa alors ses jambes plier sous son poids et se laissa tomber à genoux, ses longs cheveux de jais surpris par ce mouvement brusque, restèrent comme en lévitation quelques secondes avant de rejoindre leur propriétaire et de toucher le sol à leurs tours, en encadrant la belle kunoishi, tel un voile de deuil.

Les yeux doux et de noir de Kotori croisèrent les yeux bruns, emplie de peur, de illusionniste. Cette femme aux apparences si douce l'avait délogé de sa cachette d'ombre, ses lèvres roses avait craché le feu du dragon et ses mains fines et couvertes de cicatrices approchaient maintenant son visage. Il tremblait comme une feuille, le fou aux cheveux blanc ne l'avait pas achevé uniquement parce qu'il avait vu sa compagne et si lui était capable de telle torture, qu'est-ce-que la femme pourrait lui faire ? Il essaya de bouger pour se relever et fuir, mais les lames qui perforaient ses mains et le clouait au sol l'empêchèrent de bouger et lui firent encore plus mal. La plaid crée par la chaine du jashinist laissait couler un flot de sang que personne ne pourrait arrêter. Son oeil droit avait été crevé dans le jeu du monstre blanc et le sang qui marquait son visage commençait à brouiller la vue de son oeil gauche. Il avait peur, c'était donc comme cela qu'il allait mourir ?

Il s'attendait à tout sauf à un geste aussi doux, à une voix aussi calme, un toucher aussi apparaissant. Kotori avait saisi un mouchoir blanc dans son sac et t'apportait doucement le front, le nez et tout le visage de l'illusionniste. Lui qui avait fermé les yeux pour ne pas voir la mort arriver, il ne put que les rouvrir tellement il était surpris. Qui était cette femme ? Il l'avait vu battre tous ses idiots de bandit, il l'avait vu mettre un géant à terre et pourtant, maintenant qu'il était aux portes de la mort, voilà qu'elle s'agenouillait à ses côtés et épongeait le sang qui coulait de son visage. C'était juste irréelle, cela ne pouvait être vrai. Et pourtant, cela l'était.

Le martyr voulu bouger, dire quelque chose à cette femme idiote qui voulait du fond de son coeur pensait ses plaids au lieu de l'achever, mais un seul son sorti de sa bouche interrompit toutes les réflexions de cet homme.

- Chuuuut... Ne bouge pas, je ne te veux aucun mal.

A peine eut-elle dit "chut" qu'il arrêta toute suite le mouvement qu'il s'appétait à esquisser et tous les muscles de son corps se détendirent. Ses oreilles étaient tournés vers les mots de la kunoishi, ses yeux tourner vers les siens et sa bouche était close de peur de ne pas entendre ce qu'elle allait lui dire.

- Nous voulons te poser quelques questions, tu peux y répondre ?

Il ne pouvait plus dire un mot, sa gorge se révélait enfaîte trop sèche pour qu'il ne dise le moindre mot, pourtant il mourait d'envie de lui parler, à elle, à cette belle femme, ce doux ange, cette illusion qui lui faisait penser à la grande faucheuse. Et si c'était elle au final ? Si cette femme était réellement la Mort ? Ô qu'il aurait souhaité la voir plutôt. Il esquissa d'un léger mouvement de tête, il voulait savoir ce qu'elle allait lui dire, quel questions voulait-elle lui poser. Et si c'était sur sa vie ? Sur ses choix ? Le mourant se força à se rappeler tout ce qu'il put, pour elle, pour la Mort.

Kotori lui sourit, même à l'agonie cet homme, leurs ennemis, acceptait de leur parler. Elle tourna la tête vers le jeune Kami et d'un léger mouvement de tête l'incita à poser sa question, cette fameuse question qui lui brulait les lèvres.

- Es-tu de Kiri ?

L'homme fronça les sourcils, pourquoi c'était ce môme qui parlait et non la belle ? Pourquoi ?! Il le haïssait désormais, il voulu lui lancer une illusion, la pire qu'il soit et qu'il souffre, encore et toujours, qu'il souffre d'avoir parlé à la place de la Mort. La merveilleuse main de la kunoishi viens le ramener à la raison, il haïssait, mais son coeur agonissant voulait battre pour cette femme vêtu de noir. C'est avec une douceur sans égale qu'elle répéta les mots du jeune Kaguya.

- Es-tu de Kiri ?

Alors, déployant toutes ses forces, l'homme fit tout son possible pour tourner la tête, puis il essaya de la tourner de l'autre côté, mais il avait mal aux cervical et son visage avait pris une teinte blanche blafarde, il ne le voyait pas, mais Kotori savait pertinemment que le sang lui manquait et voulait en finir au plus vite. Elle décela sa négation quand sa tête revient à son emplacement d'origine et qu'il voulu la balancer de l'autre côté, alors elle l'arrêta avec une caresse sur sa joie gauche. Ses yeux bruns retrouvèrent les siens, aussi noir que la nuit. Qu'elle était belle pensa-t-il, il était heureux de voir une femme si douce s'occuper de lui alors qu'il était agonisant. Il avait hâte de reprendre des forces, de la remercier comme il se devait, de lui parler, de la caresser, de l'épouser. Il rêvait déjà à mille et une chose que cette femme pourrait lui offrir. Une vie. Une famille. Une protection. Un bonheur sans limite.

Cet homme ne leur servirait plus à rien. Il ferma les yeux pour se reposer et se laisser bercer par la douce odeur de la kunoishi, mais il ne vit pas que celle-ci c'était tourné vers son camarade et ami, qu'il nommait "le monstre aux cheveux blanc". Kotori lui fit un sourire triste et hocha la tête, elle retira la main de la joue de l'illusionniste qui rouvrit les yeux contrarier et ce qu'il vit le fit basculer dans affrontait. La belle et douce mort le regardait, avec une pointe de regret dans les yeux, mais elle ne fit rien pour empêcher son compagnon aux cheveux blanc le tuer. Il souffrit encore, il perdit encore plus de sang, et il la regardait, et elle ne fit rien. Elle détourna même le regard vers son jeune camarade aux marques rouges et elle lui souriait. Il mourut, avec haine et regret, il mourut en sacrifice.

Kotori détourna les yeux, elle avait assez vu de mort pour la journée et si Kazeigan voulait jouer encore un peu au boucher alors elle se passerait bien de regarder. Son visage s'illumina pour Kami, il avait eu sa réponse, cet homme ne venait pas de Kiri, mais d'autres questions brulaient les lèvres de Kotori. Ce petit était adorable, celons elle et il est vrai que les goûts de Kotori étaient parfois discutable, mais il était visiblement seul, alors : "Pourquoi ne viendrait-il pas avec nous ? "

Elle sentie le jashinist en mouvement derrière elle, alors qu'elle avait ouvert la bouche pour poser sa question à Kami, elle leva la tête pour voir le visage blanc de son compagnon de voyage, des lors elle prononça sur un ton mielleux:

- Kaz' ... Eigan... - Elle aurait rit de sa bêtise et elle pensa que sa capacité à ignoré les horreurs qui l'entourait était plus grande jour après jours.

_ _ ___________________________________________ _ _



Petite Kunoishi plein d'amour
Nombre de RP en cours 3/3
Petite colo de Kotori Smile par moi :6f0a:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t216-annale-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t255-fiche-bingo-book-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t184-kotori-namida
Messages : 34

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Dim 2 Déc - 10:09

Kami suivit Kotori , tout en se laissant un peu distancer pour qu'elle puisse retrouver son compagnon, et surtout pour pouvoir penser dans son coin. A priori ce Kazeigan ne l'aimait guère.. Il disait que Kami avait volé ses proies, mais des proies... Ce n'est pas un terme qui s'applique a des humains, mais plutôt a des animaux.... En y repensant il est vrai qu'il avait un air de bête sauvage, Kazeigan avec ses yeux déterminés, et cet espèce de sourire ilsadique... Après tout il était peut-être un prédateur. Qu'il en soit ou non, il en avait après Kami, et même si Dame Namida avait l'air de bien l'aimer, il risquait de se battre a tout moment. Il faudrait rester sur ses gardes.

En arrivant à la suite de Dame Namida, il prit le temps d'analyser la scène. Kazeigan tenait le fuyard dans un espèce de fouet métallique, avec des lames acérées et luisantes qui pointaient vers l'intérieur, c'est à dire droit vers le corps de l'illusionniste. Kami prit d'ailleurs le temps de l'observer lui aussi. Il était somme toute assez quelconque, mais son visage lui faisait penser à un rat... Ou une fouine.. Enfin ce genre d'animaux qui restent dans l'ombre, cachés, fourbes et sournois. Il était complètement piégé, il semblait exténué et par dessus tout, il s'approchait de la mort. Toutefois il ne semblait pas s'en inquiéter outre-mesure, et son regard était rivé sur Dame Namida qui , apparemment, était en train de soigner le mourant. Elle se redressa, puis prononça cette simple phrase :

- Nous voulons te poser quelques questions, tu peux y répondre ? 

Kami la regarda, en train de parler a cet homme, puis se retourner vers lui même pour lui adresser un signe de tête. Il en déduisit qu'il pouvait parler. Il croisa le regard de Kazeigan, qui semblait toujours aussi haineux...et il le soutint, sans peur, et tout en s'avançant, jusqu'à être arrivé au niveau du pauvre illusionniste en fin de vie. Il toisa celui ci d'un regard noir, et vit au fond de ses yeux que le prisonnier ne lui voulait que du mal. Ce qui le motiva a le saisir par le col, et , en renforçant son regard, lui posa calmement une question, avec son habituel ton tranchant et glacial.

- Es-tu de Kiri ?


L'homme sembla un instant décontenancé par cette question, puis il vrilla son regard dans celui de Kami, une profonde expression de haine gravée sur me visage. Il semblait ne pas vouloir répondre, ce qui énerva passablement Kami. Cependant, la voix de Dame Kotori qui retentit derrière lui le motiva a ne pas saisir l'arme de Kazeigan et de la serrer pour mettre un terme aux jours du pauvre hère. Il se recula, et la laissa parler. Pour la laisser parler, tout en soutenant avec aisance le regard du piégé. Elle se contenta juste de répéter la question, ce qui permit à Kami de comprendre que ce n'était pas la question de Kami qui perturbait l'homme, mais le fait que ce soit lui qui la pose. 

Avec beaucoup de peines, l'homme réussit a bouger la tête, et c'est seulement après quelques secondes que Kami comprit que c'était une réponse négative. Il rangea discrètement le senbon qu'il avait sorti, en cas d'acquiescement, et se retint de lui dire qu'a l'évidence il ne servait plus a rien. Mais ça aurait été inutile de toute façon, il semblait absorbé par le visage de la kunoichi, ce qui était compréhensible. Tout en pensant qu'il devrait peut être le tuer lui même car il l'avait énervé , il sentit un regard se poser sur lui. Il leva la tête et plongea dans les yeux de Kotori, qui le regardait avec une expression qu'il n'arrivait pas a déchiffrer. Il fit un léger sourire. Puis elle se retourna vers son homme, et dit lentement :

- Kaz' ... Eigan...

Il lui semblait qu'elle essayait d'attendrir son compagnon, et guetta la réaction de celui ci. Finalement il le laisserait tuer le prisonnier, il ne voulait pas a nouveau s'attirer les foudres de Kazeigan. Par question de principe, et surtout de respect envers sa sauveuse. Ne sachant pas quoi faire, il sortit un livre dont la couverture était en cuir, avec des kanjis rouge sang sur le devant, habilement dissimulé dans les plis de son pantalon, l'ouvrit, et commença une lecture qui s'avérait passionnante, avec un air concentré.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t351-fiche-bingo-book-kami-kaguya http://sns-rp.forumgratuit.org/t343-kami-kaguya
Messages : 181

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Dim 2 Déc - 16:26

Kazeigan sectionna l'artère subclaviaire de sa victime. Immédiatement, un flot de sang s'écoula de la plaie scellant à jamais le sort du pauvre bougre étendu par terre. Immédiatement, le visage crispé par la soif de sang du jashinist reprit son éternelle expression de lassitude. Il n'y avait plus d'âme à faire souffrir dans ce corps étendu par terre. Le tueur aux cheveux blancs se releva, épousseta son manteau salis par la poussière du sol et marcha en direction de Kotori et de son nouvel ami, laissant l'utilisateur d'illusions se vider lentement de son sang.

Kotori était plantée face à lui, attendant visiblement depuis quelques minutes qu'il veuille bien sortir de sa transe meurtrière pour pouvoir lui parler. D'un air qui se voulait attendrissant, la konoïchi implora son partenaire aux cheveux blancs :

- Kaz' ... Eigan...

Le tueur jeta un coup d'oeil au garçon qui était quelques mêtres plus loin en train de lire sagement son bouquin. Avait elle en tête ce qu'il pensait qu'elle avait en tête ? Ce morveux serait incapable de survivre ne serait ce que quelques secondes face à un membre de l'akatsuki et Kotori projetait de l'emmener avec eux jusqu'aux repère de ces tueurs sanguinaires ?! Déjà qu'il avait par moment du mal à se retenir de tuer sa coéquipière, le jashinist n'était sûrement pas en mesure de faire la nounou à plein temps ! Kazeigan serra la chaîne cloutée qu'il tenait dans sa main si fort que l'acier s'enfonça dans sa main jusqu'à l'entailler sérieusement.

Cependant, la douleur, la délicieuse douleur que lui procurait sa main ensanglantée le sortit de son état de folie furieuse. Après tout, Kotori était la chef de cette expédition puisqu'elle était la seule à connaître le parcours à suivre pour atteindre l'un des repères de l'akatsuki. Si elle estimait que le binôme avait besoin de l'aide du jeune garçon, alors Kazeigan serait contraint de lui faire confiance. Et puis ... si ce gamin les suivait jusqu'au repère de la plus dangereuse organisation criminelle de tous les temps, il y décéderait probablement et le problème serait alors réglé de lui même ! Le regard las, il répliqua simplement :

-Qu'il reste si tu y tiens.

[désolé c'est super court :/]

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t319-kazeigan-gutari#1704 http://sns-rp.forumgratuit.org/t318-bingo-fiche-de-kazeigan http://sns-rp.forumgratuit.org/t69-un-chasseur-kazeigan-gutari
Messages : 218

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Dim 2 Déc - 18:27

-Qu'il reste si tu y tiens.

Plus que satisfaite de la réponse de son compagnon qui l'avait comprise sans qu'elle eut besoin de prononcer un mot, elle rabaissa la tête vers Kami qui laissait un livre. Son regard fut couvert d'étoiles en éruption à la vue de l'ouvrage, elle qui adorait lire, elle qui avait pour plus grand trésor une bibliothèque de connaissance, voir cet enfant avec un livre arborant une couverture extrêmement belle dans les mains, le rendait alors plus attrayant et plus intéressant seconde après seconde. Plus pétillante que jamais, c'est avec joie et enthousiasme que Kotori demanda à Kami:

- Dit moi Kami, cela ne te dirai pas de marcher avec nous ?

Une de ses longues mèches viens tombe entre ses deux yeux, pas trois secondes s'écoulèrent avant que Kotori ne la replace derrière son oreille. Elle n'espérait qu'une chose, qu'il dise oui et s'il disait non elle avait encore un million d'argument pour qu'il dise oui. Elle devait lui raconter son histoire. Elle n'appréciait beaucoup. Elle le trouvait attendrissant et elle mourant d'envie de lui piquer son livre pour le lire. Et puis-se-que Kazeigan avait dit "oui", pourquoi ne pas en profiter et l'emmener avec eux. Elle était aussi fébrile que Kazeigan quelques instants plutôt. Elle avait du mal à se retenir de sauter sur place, à prendre le jeune Kaguya dans ses bras et de danser et danser encore tellement elle était heureuse.

Toutes les horreurs de la journée étaient plus. C'est comme si elles n'avaient pas existé, comme si toute la journée n'avait été qu'un rêve. Pourtant, tout était réel. Les morts jonchant le sol, l'odeur du sang qui se rependait tout autour d'eux, la poussière qui couvrait leur vêtement. Comment pouvait-elle ignorait tout ce qui l'entourait ? Kotori se posait encore la question, surement les restes de son enfance passer à s'entrainer pour égaler Madara, surement ses années de tueries qu'elle avait elle-même provoquer. Dire qu'elle aurait pu tuer tous les hommes sans le montre mal si elle l'avait réellement voulu...

[ C'est court et c'est moche désolé T_T]


_ _ ___________________________________________ _ _



Petite Kunoishi plein d'amour
Nombre de RP en cours 3/3
Petite colo de Kotori Smile par moi :6f0a:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t216-annale-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t255-fiche-bingo-book-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t184-kotori-namida
Messages : 34

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Dim 2 Déc - 21:08

-Qu'il reste si tu y tiens.

Kami, se fichant royalement de ce que pouvait dire le tarré, ne leva pas les yeux de son livre. Ce qui se passait dans l'ouvrage qu'il avait trouvé une semaine auparavant était bien plus intéressant. Il voyageait et avait trouvé un espèce de repaire, une planque, dans les fins fonds d'une chaine de montagne. Cependant l'atmosphère lugubre qui y régnait avait vite encouragé le garçon à ne pas y séjourner, et il s'était contenté de prendre un livre qui était posé sur une table basse. Pendant une heure après son départ il avait eu la sensation d'être épié, mais cette impression avait fini par se dissoudre. Le livre en lui même proposait a son propriétaire un titre plus qu'explicite, gravé en lettres d'or sur la quatrième de couverture : " Kinjutsu et Fuinjutsu ". Il semblait donc regrouper un nombre quasiment incalculable de sceaux, de mudras spéciaux et de techniques interdites dont le nom laissait penser qu'elles étaient extrêmement dangereuses. C'était un livre dont le contenu était assez malsain, mais Kami ne s'en inquiétait pas outre mesure. Après tout il renfermait certainement une mine de choses plus qu'intéressantes, comme par exemple l'exécution de mudras à une seule main. Finissant le paragraphe qu'il avait entamé - il traitait justement des signes à une main -, il leva les yeux juste a temps pour voir le regard de Kotori-sama se poser sur lui. Elle avait l'air toute joyeuse , pleine de joie de vivre, et heureuse. Kami maudit intérieurement la personne qui eut l'idée de faire rencontrer cette personne avec un tel psychopathe que ce Kazeigan.

- Dis moi Kami, cela ne te dirais pas de marcher avec nous ?

Cette simple phrase, d'apparence commune, désarçonna complètement Kami. Co.. Comment pouvait il avoir une chance pareille ? Bon évidemment il y avait le revers de la médaille, le pauvre névrosé que Dame Kotori se trimballait.. Non, qu'elle subissait. Comme on subit une infection, un virus, un parasite. Mais là n'était pas la question. Marcher avec eux... Ça ressemblait a une proposition pour les accompagner sur du long terme, ce qui ne déplaisait pas a Kami. Au contraire, le jeune garçon, sous le coup d'une poussée d'adrénaline provoquée par cette demande, faillit lâcher son livre. N'hésitant pas une seule seconde, car voyager avec des gens, et encore plus  Kotori Namida, ça valait bien tous les malades mentaux du monde. Mais il fallait mesurer ses propos, ne pas paraitre trop joyeux, ni trop morne, pour ne pas fausser leurs impressions. Il se contenta donc d'un sourire assez grand, venu naturellement, et d'un ton somme toute assez jovial .

- Ah ! Volontiers, c'est très gentil de votre part , Dame Kotori !

*Fais un effort Kami. Un tout petit effort*

- Merci a vous aussi ... Kazeigan-san..
.

Voyant l'intérêt que Kotori-Sama portait à son livre, il se promit de lui montrer quand elle le voudrait. Puis , brièvement, il repensa à tout ce que ces compagnons pouvaient incarner : la fin de la solitude, du soutien... Tout ce dont il rêvait, ou presque. Mais il ne fallait pas perdre de vue son objectif premier. C'est donc en rangeant son livre, et en mettant son masque d'impassibilité [<- Métaphore Inside] qu'il vint se ranger aux côtés de ses nouveaux compagnons. La poussière qui flottait a ras de terre , le soleil de plomb, les corps jonchant le terrain donnèrent une allure folle à Kami quand il s'avança parmi ceux qu'il pouvait désormais appeler " les siens " . Il fit une dernière chose qui lui sembla nécessaire : il se tourna vers Kazeigan et dit :

- Je suis Kami. 

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t351-fiche-bingo-book-kami-kaguya http://sns-rp.forumgratuit.org/t343-kami-kaguya
Messages : 181

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Mar 4 Déc - 21:14

- Merci a vous aussi ... Kazeigan-san...

Le ton de la voix de l'adolescent était hésitant, incertain. Comme si il n'arrivait pas à cerner la personnalité de ce géant aux cheveux blancs qui se tenait devant lui, comme si il ne savait pas encore si il devait le considérer comme un ami ou comme un ennemi. Ce n'était pas plus mal. Que ce petit croit qu'il était en insécurité permanente ne le rendrait pas paranoïaque mais lucide. Après avoir rangé son livre, le jeune garçon rejoignit le duo avant d'ajouter, un peu tard, une phrase de présentation :

- Je suis Kami.

Kazeigan dévisagea Kami un instant et, entamant la marche dans la direction vers laquelle ils avançaient avant leur mésaventure, répliqua tout aussi simplement :

- Et moi, Kazeigan.

C'était amplement suffisant pour le moment. Il n'avait pas besoin d'en savoir plus tout comme Kami avait jugé que Kazeigan n'aurait pas besoin de connaître plus que son prénom. Si il avait été contraint par la situation de révéler ses capacités, son histoire à sa partenaire car la mission le necessitait, le jashinist voyait encore Kami comme un simple enfant dont l'espérance de vie était plus que limitée et ne lui dévoilerait rien de ses capacités.

Tout comme pendant la première partie du voyage, Kazeigan avança à coté de Kotori, aussi silencieux que la mort elle même. Si Kami ou Kotori décidaient de parler, c'était leur problème. Kazeigan, quant à lui estimait que son énergie méritait plus que d'être dépensée en bavardage inutiles.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t319-kazeigan-gutari#1704 http://sns-rp.forumgratuit.org/t318-bingo-fiche-de-kazeigan http://sns-rp.forumgratuit.org/t69-un-chasseur-kazeigan-gutari
Messages : 218

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   Ven 7 Déc - 11:11

Elle ne pouvait perdre son sourire, trop heureuse pour avoir d'autre symptôme de bonheur. Kami et Kazeigan semblait apparemment bien s'entendre, ou dut moins ils s'étaient acceptés. Satisfaite des efforts de ses deux camarades, elle reprit là route avec d'un côté le jashinist et de l'autre le jeune garçon qui les avait rejoint.

Leur but: attendre le pays du fer dans les plus brefs délai. Là-bas se trouvait un repère de l'Akatsuki méconnu car pris dans les glaces du pays des samouraïs, la dernière fois que Kotori y avait mit les pieds elle ne devait pas avoir plus de 12 ans et elle se souvenait encore du froid mordant de l'hiver. Marchant sur les chemins sinueux et précaire de la forêt, elle avait entamée une petite conversation avec Kami, lui murmurant qu'elle lui raconterait son histoire dans un coin plus tranquille car les arbres, tout comme les murs, avaient des oreilles et pouvaient se montrer bavards. Kazeigan, lui, resta aussi silencieux qu'une pierre tombale. Kotori lui jeta un coup d'oeil et lui sourit, le voyage venait à peine de commencer et voilà que leur petit groupe venait de se renforcer d'un nouvel allié.

Un dicton, ou une expression que sait-je, dit : Jamais deux sans trois. Qu'elle ironie !
- pensa la douce kunoishi.

Un bruit de chariot se fit soudain entendre, ils étaient arrivés à la sorti de la forêt. Le prétendue chariot se montra bientôt, remplit de foin, conduit par un vieux fermier et tiré par un bon cheval de trait. Kotori lui fait quelques signes de mains et il s'arrêta près deux avec un énorme sourire aux lèvres. C'est bien pour cette raison que la kunoishi aimait les gens habitant le pays du feu, pour leur sourire, leur joie de vivre et leur gentillesse.

- Bonjour belle demoiselle !
- Bonjour à vous brave fermier, où allez-vous charger ainsi ?
- Voir mon cousin germain dans le besoin sur les terres d'Iwa.
- Pouvez-vous nous déposer tout trois aux frontières du pays du fer, nous ne vous gênerons pas.
- Ma foi vous êtes biens aimable et je ne voit aucuns problème. Montez.
- Merci bien !

Parlez comme elle le faisait plaisait beaucoup, en particulier aux personnes âgées qui avait l'impression de retrouver leur vingt ans. Kotori, suivit de ses deux coéquipiers, qu'elle chérissait déjà de tout son être, montèrent à l'arrière du chariot et le fermier reprit sa route. Bientôt, ils auraient très froid...

[Post de Fin de Rp, sauf si l'un de vous veux rajouter une remarque.]

_ _ ___________________________________________ _ _



Petite Kunoishi plein d'amour
Nombre de RP en cours 3/3
Petite colo de Kotori Smile par moi :6f0a:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t216-annale-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t255-fiche-bingo-book-de-kotori-namida http://sns-rp.forumgratuit.org/t184-kotori-namida
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]
» Un, deux, trois, nous irons au bois... [version #1]
» un deux trois nous irons aux bois quatre cinq six ....
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» [ a trasher ] Prom'nons nous dans le bois...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: Monde Shinobi il y a 20 ans :: Hi no Kuni :: Grandes forêts de Hi-
Sauter vers: