Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Il n’y a d'espoir qu'en soi-même

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 119

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 90 両

MessageSujet: Il n’y a d'espoir qu'en soi-même   Dim 27 Aoû - 21:22

Léthargique tandis qu’elle se noyait désormais dans ses draps et sa souffrance, une unique respiration se transformait en un calvaire ineffable et toute tentative de mouvement en supplice.  
Seule devant ses torts sur le terrain hostile de son inconscience, un trouble manifeste l’habitait et animait son corps et son âme d’un despotisme résolument assassin. L’éveil prenant alors une allure de dénouement si ardemment espéré qu’il en embrassait son opposé. La quiétude de son sommeil ne semblant pouvoir apaiser son état, le quitter devenait une résolution urgente. Pourtant, les évènements de la journée s’enchevêtraient au même rythme que l’équipe médicale, tournoyant autour et en Yura tels des éclairs, lumineux à en devenir aveuglants, ponctuels et acerbes et familièrement oppresseurs. Le culte, sa brève discussion avec le Tsuchikage avant de perdre connaissance, la technologie d’Iwa, la maladie toujours présente et sévissant à Konoha… Et plus attrayant encore : les bribes de conversation entendues durant ses rares moments de pseudo-éveil.

Ces pensées, jumelées à l’importance de ces dernières soulevaient avec ardeur les paupières de la jeune femme. Dans un premier temps, partiellement ankylosée et encore somnolente, seule sa vue paraissait fonctionnelle. Arpentant la salle du regard, elle semblait s’être retrouvée dans une chambre ordinairement classique. Rattachée à divers appareils et le corps en partie bandé, elle devinait à ces nombreux facteurs sa situation actuelle. L’horloge lui faisant face quant à elle lui permettait d’établir une approximation du temps écoulé et a fortiori perdu. Remerciant silencieusement le jutsu médical mis au point par sa consœur et usé avant l’ouverture des portes, son réveil aurait pu être beaucoup plus tardif et préjudiciable.
Se précipitant quelque peu afin de ne pas tarder davantage dans l’accomplissement de son devoir, il devenait impératif d’établir un échange avec Murasaki. La nature délicate des évènements pressait ses mouvements, qui bien que lents, demeuraient compendieux. S’accommodant au mieux des capacités réduites de son corps à l’aide de béquilles mises à sa disposition de manière à pouvoir fouiller brièvement  la salle afin dégoter de quoi écrire ainsi que quelques tubes à prélèvements, rien ne devait être abandonné au hasard. Tendant l’oreille de manière à surveiller les allées et venues devant sa porte, et une fois de nouveau affalée sur son matelas, les mots pouvaient déferler maladroitement sur le papier.

« Maître Hokage, ici Akeko. Je vous envoie Tori afin de vous faire part de ma situation au plus vite. La mission que vous m’aviez confiée avant mon départ s’est parfaitement déroulée, selon les échos que vous avez dû percevoir.
J’ai ensuite poursuivi mes recherches sur la maladie selon vos ordres. En suivant les rumeurs, j’ai atterri à Kusa, tout comme une foule de shinobis de différents villages.
Sur mon trajet j’ai récupéré trois ninjas de Konoha, genin ou chuunin. Un Hyûga, un Uchiha et le dernier, le seul m’étant familier : celui présent dans votre bâtiment le jour où j’ai reçu ma mission. Pardonnez ma précipitation, je n’ai demandé leurs noms en raison du caractère pressant des événements dans lesquels nous nous trouvions. Ils semblent tous malades, à des stades plus ou moins avancés. Leurs intentions paraissant louables, j’ai pris la responsabilité de les garder avec moi, jugeant d’une potentielle utilité.
Bref. La présence la plus significative prenait une forme alambiquée d’androgyne facilement reconnaissable. Il se proclame et se nomme « Dieu » et gère le fameux culte que nous connaissons bien, et prétend pouvoir nous sauver de la maladie. Il dément l’avoir orchestrée, mais j’en doute. Il nous demande de le rejoindre afin de supprimer le système militaire actuel qui lui déplaît.
Il a concrétisé ses dires en soignant le genin pourtant agonisant. Bien qu’incroyable, cela n’avait rien de divin. Il semble maîtriser du futon, du futton, de l’iroujutsu et le plus alarmant : un bijuu, vraisemblablement Gobi. De plus, il possède une forme d’immortalité semblable au culte de Jashin qui l’a maintenu en vie malgré une décapitation évidente.
Au vu de la situation, j’ai ordonné aux ninjas de Konoha de regagner le village. Ils sont certainement arrivés, ou n’en sont pas loin.
Une collaboration primitive est née de ce conflit, le Tsuchikage semble vouloir la développer. C’est un Uchiha et son village est orné d’une technologie bien plus poussée que celle estimée dans nos évaluations. J’ai cru entendre qu’ils sont sur la voie d’un remède, grâce au sang de notre ennemi. Je vous transmets un échantillon avec ce papier. Nous en rediscuterons au village, mais je pense les rejoindre une nouvelle fois afin d’approfondir nos informations.
Je vous communiquerai d’autres éléments plus sensibles à mon retour. »


Bouclant ses paroles par une ficelle, elle n’avait plus qu’à quitter les lieux. Se mouvoir était une épreuve, et rejoindre Konoha sans alourdir ses dettes envers Iwa, une torture. À cela s’ajoutait un bref argumentaire auprès des médecins afin de les convaincre – ou plutôt les persuader, de la laisser déguerpir. L’extérieur laborieusement atteint, la scène qu’elle redécouvrait embrassait ses attentes : le sang de l’énergumène plus tôt combattu recouvrait la roche et ne semblait pas encore avoir séché par endroits. Il suffisait à l’anbu de le collecter, siffler son pigeon – qui était en réalité un aigle, l’habiller solidement de ses nouveaux effets, pour in fine le laisser s’envoler direction Murasaki comme à l’accoutumée. Ce maigre processus terminé, la descendante du clan Hayashi pouvait finalement repenser ses activités et ses efforts. Contemplant l’envol de son compagnon tout en s’inquiétant futilement de la situation, tout restait à faire.


Résumé:
 

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8054-annales-de-yura-hayashi http://sns-rp.forumgratuit.org/t7363-bingo-book-yura-hayashi-en-cours#55577 http://sns-rp.forumgratuit.org/f519-dossier-yura-hayashi http://sns-rp.forumgratuit.org/t7269-yura-hayashi-en-cours
Messages : 726

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 1 A - 0 B - 2 C - 0 D
Monnaie: 60 両

MessageSujet: Re: Il n’y a d'espoir qu'en soi-même   Sam 2 Sep - 13:17



Le rideau s'abaissa sur la scène. Ainsi, l'acte de ce théâtre sanglant se terminait par la disparition de l'autoproclamé Dieu, échappé au cours d'une sortie aérienne, céleste et éthérée... Chacun des acteurs pouvaient à nouveau respirer, la menace s'était évaporée. Hélas, consumant une à une les vies du peuple de Yuukan, la maladie, elle, persistait et menaçait chacun des êtres de ce monde... Aucune minute n'était à perdre, la survie de l'humanité en dépendait et le Tsuchikage, bien que Shinki ait entendu des propos désagréables à son sujet, semblait avoir saisi l'importance de la situation en préconisant une alliance scientifique pour le bien commun. L'ombre de la roche accepta ainsi de prêter à chaque grande nation des aéronefs, permettant aux shinobis présents de regagner leurs terres natales avec diligence et ramener des savants de leur pays au vaisseau mère où se dérouleraient les recherches pour un remède. Ce moyen de transport était une véritable aubaine : Suna allait pouvoir être prévenu de la situation en rapidité... Cependant, Shinki ne comptait partir ainsi... En effet, les paroles de son ancien adversaire, Tsubaki Narahima, actuellement gravement blessé et entre les mains de son village, le poussait à rester pour en savoir un peu plus quant à l'histoire qu'il avait pu "rappeler" à la kirijin. Si Kiri s'en était bel et bien pris à la Kyûdaime Kazekage encore disparue, Dorumo devait être tenu au courant et dans les moindres détails...

Chaque sunajin prenait ainsi une route différente : Naeko et Yagami, informant Shinki de leur départ pour Kumo, semblaient motivés à enquêter sur le Culte de la Vie malgré leur état. Meinto, Ken'jin et Keinz furent quant à eux chargés par le Jishaku de récupérer Dan au pied de la montagne avant de partir à bord du zeppelin pour le village du désert, et ainsi prévenir le Jûdaime des récents événements survenus au lac. Le choix que ferait son cousin quant à la proposition du Tsuchikage ne laissait que trop peu d'espoir au jeune père : comment le fier Sabaku pourrait-il faire confiance à l'Uchiha ? Lui qui avait tenté de faire déserter certains sunajins lors de la précédente guerre civile ? À tort ou à raison, la fierté du dixième du nom coûterait assurément des vies au sein de la cité du sable...

Shinki était donc resté là, adossé seul à un arbre, essayant de lutter tant bien que mal pour ne pas sombrer sous le poids de la maladie qui l'incombait... Son état s'aggravait sans cesse : des jours, des heures, des minutes ? Combien de temps lui restait-il à vivre en ce bas monde ..? Il n'en savait rien... Sa notion du temps n'était déjà plus exacte. La fièvre obscurcissait ses idées si bien que lorsque le bruit d'un nouveau remède fuita de l'aéronef principal, l'éphèbe ne savait plus combien de temps s'était écoulé depuis la fin du combat... Tout ce que son esprit avait retenu des exclamations des iwajins étaient la mort du rouquin explosif ainsi que l'origine de ce précieux salut : le sang de Kami. Cette information était capitale pour le pays du vent, les priorités de l'ANBU le poussait donc à agir sans chercher d'avantages d'informations sur le décès de l'iwajin. Titubant pour se relever, Shinki commençait à guetter du regard là où le fameux androgyne s'était fait déchirer le cou d'une explosion fulgurante. Tout un tas d'hémoglobine s'y trouvait, hélas plus ou moins séché par le soleil. Il ne restait plus qu'à prélever le peu de liquide vermeil que le temps avait laissé intact derrière son passage. Mais comment ? C'est alors que l'ANBU crut apercevoir au milieu des flaques pourpres une étrange momie à la plastique féminine. En se rapprochant sur ses gardes, le jeune homme put alors identifier la belle sous ses bandages : il s'agissait de la konohajin s'étant battu à ses côtés contre Kami et qui semblait avoir tenu quelques mots avec Yagami durant la bataille. Une sublime déesse guerrière à la force inégalée qui pouvait sûrement se révéler être une alliée de taille ou un ennemi coriace... S'approchant de la demoiselle tout en restant sur ses gardes, le sunajin initia un premier dialogue en espérant que celle-ci se montre assez réceptive... Il était l'heure de faire valoir la précieuse diplomatie que le shinobi avait su acquérir lors de ses dernières années... Les prémices d'une alliance entre villages se dessinaient-elles pour Suna et Konoha ?

Enchanté, je me prénomme Shinki Jishaku, je suis un shinobi de Suna... - attendant que la jeune femme se présente à son tour, il reprit...
Le courage dont vous avez fait preuve lors de l'affrontement n'était pas un don mais un art ! Rares sont les shinobis qui auraient pu se soulever contre ce charlatan, et ce malgré la puissance incommensurable qu'il dégageait... D'après ce que j'ai pu voir et entendre : vous vous battez pour l'humanité et le bien commun, une qualité précieuse qui pourrait apporter la paix dans notre monde déjà souillé par la guerre et le sang... Votre volonté et votre force pourraient réaliser cette utopie que j'espère partager avec vous. - écoutant ce que la demoiselle pouvait avoir à dire sur ses intentions, Shinki continua en notifiant du regard le sang recouvrant les lieux.
Nous vous devons en tous cas une fière chandelle, c'est en effet grâce à vous qu'une telle quantité d'hémoglobines a pu être extraite du dit "Dieu". Un grand nombre de vies devraient pouvoir être épargnées grâce à vos actes, soyez-en fière. - louchant sur ce que tenait la konohajin au creux de sa main, l'ANBU continua...
Mon peuple serait préservé de nombreux décès si je pouvais leur faire parcourir un échantillon de ce sang, hélas il me manque un moyen d'en récupérer... Pourquoi ne pas avoir un marché ? Vous avez l'air bien mal en point, et Dieu sait qui vous pourriez croiser sur votre chemin... Le Yuukan est un monde dangereux, surtout par les temps qui courent... En échange de ce second tube à prélèvements qui semble de toute évidence ne pas vous servir, je pourrais vous escorter jusqu'à chez vous, qu'en dites-vous ? Un tel accord pourrait peut-être se solder par une bonne entente entre nos villages... Avoir un allié sur qui compté ne peut être que bénéfique après une telle démonstration du Culte et de leur gourou...

_ _ ___________________________________________ _ _

[samedi 25 février 2017 00] Dorumo Sabaku: Shinki est un élu envoyé par les dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5649-annales-de-shinki-jishaku http://sns-rp.forumgratuit.org/t4738-bingo-book-shinki#37558 http://sns-rp.forumgratuit.org/f355-dossier-shinki-jishaku http://sns-rp.forumgratuit.org/t4737-presentation-shinki
Messages : 119

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 90 両

MessageSujet: Re: Il n’y a d'espoir qu'en soi-même   Dim 3 Sep - 20:58

Consumée par un recueillement stérile du sinistre panorama désormais ancré dans la végétation de Kusa, Yura ne semblait plus.
Elle n’était plus.
Plus qu’un cadavre orné de bandages charognards et jouissant du mal-être manifeste qui la consommait. Des charognes se complaisant à la soumettre à un public implacable avec pour seule armure et unique défense le plus laid de ses accoutrements : sa faiblesse.
L’émancipation désirée par la jeune femme de cet état qui l’enracinait depuis les profondeurs horrifiques de son statut, demeurait sans suite. Un sentiment réducteur semblait mettre fin à ses réflexions à l’instant même où elles naissaient, découlant d’une suite d’impressions s’enchevêtrant elles-mêmes dans un tohu-bohu sensible et suffisamment déroutant pour décourager l’anbu de poursuivre.
Poursuivre quoi ?
Vidée de son énergie, de son chakra et plus considérable encore, de son humanité ; Kusa l’imprégnait désormais tout autant que Tanzaku pour n’en laisser qu’un message indistinctement sanglant : la mort frappait à chaque porte, de différentes façons, à différents endroits, à différents instants. Et Yura en avait perçu le son : la mort avait toqué à sa porte, sans s’y introduire. Simplement pour lui remémorer sa présence. Le revers de cet état divin qu’elle effleurait du bout des doigts grâce aux portes célestes la marquait par l’adrénaline et l’euphorie qu’il provoquait, et par la rechute qu’il introduisait.
Et pour quel but ?
La critique sociétale établie par l’être hypothétiquement divin — à en croire ses discours hâbleurs couplés à une aisance audacieuse, supposait dans un propos très simple que les maux à l’origine de l’affrontement séculaire que subissaient les shinobis, résultaient de ces derniers.
Notre hiérarchie.
Nous étions l’ennemi que nous combattions depuis le commencement, esclaves d’une boucle dont le soulagement devait nécessairement signifier notre fin. Ses paroles résonnaient indéniablement avec sens, et si leur instigateur par son autoportrait ne contredisait pas l’essence de ses allocutions, il aurait été possible de convaincre davantage de ninjas. Des ninjas comme Yura, dont le souvenir de l’enfance embrassait les ambitions du culte.

Happée de son introspection bien trop futile pour transparaitre d’un résultat, le responsable de cet éveil adoptait une figure familière. Aperçu durant le carnage ayant pris place quelques heures plus tôt, il se caractérisait par un talent singulier, révélateur de ses origines, ainsi que par un physique mûr et désirable. Faisant volte-face afin d’observer plus en détails son nouvel interlocuteur, la silhouette tremblante malgré ses béquilles, seules les pupilles brunes aux reflets écarlates de la descendante du clan Hayashi apparaissaient fixes et assurées. Un autre mensonge.  

« Enchanté, je me prénomme Shinki Jishaku, je suis un shinobi de Suna... »

Ses présomptions maintenant avérées, son nom avait auparavant déjà assemblé quelques échos au sein même du village de la feuille. Le clan Jishaku singulièrement illustre, il justifiait l’utilisation de son pouvoir face à la kirijin. Articulant laborieusement son nom et son prénom, le jeune shinobi patient attentif, poursuivit alors :

« Le courage dont vous avez fait preuve lors de l'affrontement n'était pas un don mais un art ! Rares sont les shinobis qui auraient pu se soulever contre ce charlatan, et ce malgré la puissance incommensurable qu'il dégageait... D'après ce que j'ai pu voir et entendre : vous vous battez pour l'humanité et le bien commun, une qualité précieuse qui pourrait apporter la paix dans notre monde déjà souillé par la guerre et le sang... Votre volonté et votre force pourraient réaliser cette utopie que j'espère partager avec vous. Nous vous devons en tous cas une fière chandelle, c'est en effet grâce à vous qu'une telle quantité d'hémoglobines a pu être extraite du dit "Dieu". Un grand nombre de vies devraient pouvoir être épargnées grâce à vos actes, soyez-en fière. »

Louchant alors sur le tube vide encore en la possession de la kunoichi, il finit par exprimer sa requête : « Mon peuple serait préservé de nombreux décès si je pouvais leur faire parcourir un échantillon de ce sang, hélas il me manque un moyen d'en récupérer... Pourquoi ne pas avoir un marché ? Vous avez l'air bien mal en point, et Dieu sait qui vous pourriez croiser sur votre chemin... Le Yuukan est un monde dangereux, surtout par les temps qui courent... En échange de ce second tube à prélèvements qui semble de toute évidence ne pas vous servir, je pourrais vous escorter jusqu'à chez vous, qu'en dites-vous ? Un tel accord pourrait peut-être se solder par une bonne entente entre nos villages... Avoir un allié sur qui compté ne peut être que bénéfique après une telle démonstration du Culte et de leur gourou... »

Esquissant un bref sourire face à autant de politesse, Yura semblait se tenir devant un reflet de bienséance. Lui laissant l’objet de ses convoitises dans un geste chancelant, Suna partageant de profonds liens d’amitié avec Konoha malgré quelques intempéries, un refus aurait été malavisé.

« Je vous remercie, mais je pense que vous me surestimez. Je me bats simplement pour mon village, et toute menace, potentielle ou réelle aurait été combattue de la même façon. » son ton de voix cruellement neutre, une machine semblait s’exprimer. Dénuée de toute émotion, le devoir avait vraisemblablement usurpé l’identité de la jeune femme. « Vous aussi avez contribué à ce maigre exploit. Sans vous, la débilité des kirijins aurait eu raison de nos frappes, et le garçon au bakuton n’aurait jamais touché notre cible. D’ailleurs je n’ai pas eu de nouvelles de son état… Et je pense que vous pouvez constater le mien. Je n’ai pas envie de profiter davantage d’Iwa, et cet échange me dédouane de toute redevance. Je préfère me reposer auprès des miens. »

La marche alliée dès lors entamée et accompagnée du soulagement personnifié en la présence du Jishaku, la quiétude liée au regain du village apaisait les attentes de Yura. Tout semblait se poursuivre dans des conditions beaucoup plus optimales que celles présagées au départ, n’en déplaise à la sentence que son âme s’imposait plus tôt.


________________


Le rythme digeste des conversations entamées entre les deux shinobis transformait le chemin en une balade facile à parcourir et a fortiori agréable à vivre. Le temps se délectait d’une perception suffisamment attrayante de lui-même pour n’en laisser qu’une douce sensation habituellement étrangère au quotidien de la jeune femme. Malgré la douleur, malgré les craintes. Et aucun obstacle n’osait se dresser contre eux — le karma semblant enfin faire son affaire et sa roue tournoyante leur accordant finalement un semblant de répit néanmoins tristement tardif.  
Un seul accroc était à noter. Un accroc dont l’effluve pestilentiel et nauséabond marquait la conclusion du charme ésotérique de leur déambulation : bien trop courte, bien trop brève.
L’origine de ce trouble — apparemment cadavérique, se détachait d’un ordinaire commun à tout combattant par les spécificités lui servant d’ornements : du simple bout de papier à une sorte de ceinture dont le cuir délicatement travaillé fanfaronnait de sa qualité par la ponctuation d’une améthyste, une aura singulière émergeait de cette image. D’apparence pourtant déjà éteint, le malheureux gigotait encore. Et dans un ultime effort, plantant ses iris en la kunoichi, lui fit cadeau de ses effets.
Récupérant péniblement l’artefact ainsi que le palimpseste dont l’état alambiquait le décryptage, des lettres se distinguaient toutefois parmi les taches de sang :


« Sur mes terres d’origine est caché mon trésor
Une montagne sublime de fer, de pierres et d’or
Désormais je culmine sur la plus haute griffe
Je code d’une plume maline mais je ne suis plus vif
Je m’apprête en ce jour à rejoindre les étoiles
Mais du haut de ma tour j’embrasse déjà leur toile
Je souhaite donc en retour laisser mon héritage
À celui qui comprend les délires d’un vieux sage. »


La brune, totalement absorbée par le corset et mémorisant rapidement le contenu du billet tandis que son compagnon de route soulageait ses besoins les plus primaires tout en traduisant la scène de son regard assouvi, ce dernier finit par la rejoindre afin de découvrir à son tour ces élucubrations écrites.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t8054-annales-de-yura-hayashi http://sns-rp.forumgratuit.org/t7363-bingo-book-yura-hayashi-en-cours#55577 http://sns-rp.forumgratuit.org/f519-dossier-yura-hayashi http://sns-rp.forumgratuit.org/t7269-yura-hayashi-en-cours
Messages : 726

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 1 A - 0 B - 2 C - 0 D
Monnaie: 60 両

MessageSujet: Re: Il n’y a d'espoir qu'en soi-même   Mer 13 Sep - 20:47


La discussion entre les deux shinobis suivait tranquillement son cours... Cet échange cordial, pouvant sembler anodin, scellait inconsciemment dans l'esprit du Jishaku un lien entre le village de la feuille et celui du sable. Une première entente, qui mènerait peut-être les deux factions à s'allier un jour ou l'autre contre l'ennemi commun : le Culte. La jeune femme de Konoha semblait sur la même longueur d'onde que son vis-à-vis ou du moins le laissait paraître. Ainsi, la kunoichi accepta sans rechigner de céder la clef de voûte du remède au sunajin qu'elle connaissait à peine. Yura Hayashi, salvatrice d'un grand nombre de vies pour la cité du désert, Shinki ne risquait pas d'oublier ce nom de sitôt...  

Puis, le dialogue dériva quant au sujet des deux autres grandes nations : Kiri et Iwa ; dont la demoiselle aux yeux écarlates semblait peu porter en estime. Peut-être était-ce pour Konoha une manière habile de se renseigner sur les relations inter-villages qu'entretenait Suna ? Le manieur de limaille n'aurait su dire, mais préférait tout de même rester honnête tout en pesant ses mots.

D'après les informations dont je dispose, le garçon au bakuton est mort, exécuté par les siens... Je ne saurais expliquer les raisons d'un tel acte de barbarisme de la part d'Iwa ; excepté peut-être la révélation de Kami sur le rouquin et sa précédente affiliation avec le Culte... Je vous mets toute fois en garde vis-à-vis du village de la roche. Leur Tsuchikage se serait déjà essayé à faire déserter certains de nos shinobis pour le rejoindre il y a de cela quelques années. Ce Kyrua Uchiha n'est pas une personne de confiance, je ne peux donc que vous encourager à vous reposer chez les vôtres à Konoha, il en va de votre sécurité.  

Ainsi, les deux alliés occasionnels empruntaient route commune pour rentrer à leur pays. Le trajet semblait s'annoncer plutôt long, heureusement pour Shinki, Yura s'annonçait de bonne compagnie et l'accalmie qui s'accordait au voyage ne rendait leur périple que plus agréable.  

________________


L'expédition plaisante, malgré la maladie qui rongeait le Jishaku, touchait bientôt à son terme... Shinki profitait ainsi d'une courte et dernière pause avant la séparation du duo pour soulager ses besoins les plus primaires un peu à l'écart du chemin principal. Une fois revenue auprès de son acolyte, sa vessie à présent pansée, le manieur de fer eut le plaisir de rencontrer le nouvel ami étrangement inerte que s'était faite la kunoichi de la feuille pendant son absence. Le fameux macchabée à l'odeur qui laissait à désirer, semblait avoir accordé dans un ultime soubresaut une ceinture ainsi qu'un parchemin à Yura. Curieux, le sunajin lut par-dessus l'épaule de sa camarade de voyage les mots gravés sur le papier avant de sonder les environs de son sixième sens en prévision de potentiels ennemis responsable de l'état du pauvre monsieur. Personne, nul danger. Le vieil homme s'était éteint seul et sans aide extérieure. Aucun chakra n'avait été descellé par Shinki, si on omettait du moins l'étrange artefact que tenait la Hayashi aux creux des mains, dégageant une énergie titanesque.  

Cet objet semble contenir une puissance inimaginable ! T'a-t-il informé quant à l'origine de cet outil ? En tous cas garde le. Il serait bien malhonnête de ma part de revendiquer cette ceinture alors que le défunt te l'ait offerte à toi.  

Comme prévu, c'est donc ici que nos chemins se séparent ; même si je dois avouer que j''aurais préféré un autre paysage qu'un mort pour nos aux revoir. Konoha ne devrait plus être loin et le temps presse pour mon peuple qui requiert un remède, tout comme moi d'ailleurs ! – termina-t-il dans une toux virulente. Yura Hayashi, ce fut un plaisir de te rencontrer et j'espère que de cette entente, nos villages pourront se rapprocher. À bientôt je l'espère et encore merci...


Après ces brefs adieux, l'éphèbe du désert tourna les talons, s'enfonçant progressivement dans les bois avant de totalement disparaître absorbé par l'obscurité des feuillages.

Suna attendait son remède et Shinki comptait bien l'apporter sans tarder ..!

_ _ ___________________________________________ _ _

[samedi 25 février 2017 00] Dorumo Sabaku: Shinki est un élu envoyé par les dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t5649-annales-de-shinki-jishaku http://sns-rp.forumgratuit.org/t4738-bingo-book-shinki#37558 http://sns-rp.forumgratuit.org/f355-dossier-shinki-jishaku http://sns-rp.forumgratuit.org/t4737-presentation-shinki
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il n’y a d'espoir qu'en soi-même   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il n’y a d'espoir qu'en soi-même
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Ministre Bellerive un menteur avéré, crée de faux espoir avec le pétrole
» Le bloc Espoir contre des representants de partis au CEP
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Lueur d'espoir!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Autres Pays :: Lac des Mystères-
Sauter vers: