Forum RPG dans l’univers de Naruto
 

Partagez | 
 

 Et la lumière fut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 10

MessageSujet: Et la lumière fut   Mer 6 Sep - 13:49

Après avoir tourné le dos aux deux jeunes Konohajins, Kami avait progressé jusqu’à la grande muraille qui entourait Kumo depuis désormais quelques mois. Personne n’avait osé suivre Sa majesté, octroyant un moment d’intimité au bienfaiteur du Yuukan. La suite des opérations était entre de bonnes mains, celles de ses plus fidèles disciples. Ce qu’il s’apprêtait à faire allait lui demander une certaine quantité d’énergie, ce qui lui imposerait un sacré temps de repos après coup. Il ne tarda pas à arriver au niveau des escaliers latéraux qui permettaient de gravir, uniquement de l’intérieur, l’imposant monument qui encerclait la cité des nuages. Il lui fallut quelques minutes pour parvenir au sommet, et seulement quelques instants de plus pour être rejoint par une majestueuse bête ailée, un aigle gigantesque monté par un homme aux allures de sans abri. Ging sauta de son invocation pour atterrir aux côtés de son Maître. Ils marchèrent ensemble sur quelques mètres afin d’accéder à un promontoire qui leur offrait une vue sensationnelle sur un panorama unique : un paysage vivant, mais un paysage mourant. Face à eux, des centaines d’hommes et de femmes atteints par la maladie ou simplement venus chercher la rédemption chez celui qu’ils considéraient comme le messie.

- Tu as fait du bon travail sur cette île, Ging l’Invocateur. Je ne t’en remercierai jamais assez.

- Kami-sama, Vot’ compliment m’suffit. Voulez-vous que j’passe à la suite ?

Le ton rustre et le minimalisme du second de Kami rendait leur échange étonnant en comparaison aux multiples courbettes imposées à Futae. Même s’il n’y avait vraisemblablement pas de hiérarchie dans le culte à part celle qui reliait les fidèles à leur Dieu, il semblait évident que l’être androgyne était plus soucieux de soumettre ceux qui étaient les plus susceptibles de tenter quoi que ce soit contre lui. Sa voix fluette chanta de nouveau.

- Je t’en prie. J’ai hâte d’accueillir nos nouveaux camarades.

Ging sortit un canif de la poche de sa veste et s’entailla assez profondément la main, rechignant à peine à souffler la moindre manifestation de douleur. Il laissa le sang couler sur la pierre froide qui composait ce promontoire, puis il joignit ses deux mains afin de composer une multitude de signes. Quelques instants plus tard, il fit une nouvelle fois part au monde de ses prouesses en matière de Kuchiyose : des dizaines de taupes humanoïdes apparurent sur la muraille, toutes équipées d’armes plus rocambolesques les unes que les autres. Lorsqu’il ne s’agissait pas d’une batte de baseball, c’était plutôt une hache de bûcheron ou un sécateur plus grand que la normale. L’Invocateur accola son index et son majeur droits, posa ses deux doigts sur son front, puis pointa l’assemblée de migrants du bout de ses ongles. Une seconde après ce geste significatif, les taupes ninjas glissaient déjà le long de la muraille, la descendant à toute vitesse. Satisfait, Kami s’amusa de ce spectacle et le laissa s’écouler pendant de longues minutes. Un temps qui fut suffisant pour les invocations d’encercler totalement les marcheurs de l’exode qui s’étendaient pourtant bien au-delà de l’horizon.

- Habitants du Yuukan, je suis à la fois heureux et fier de constater que vous êtes si nombreux à avoir répondu à mon appel. Sa voix portait naturellement, comme si elle était amplifiée par un appareil. Tout le monde pouvait entendre ses mots bienfaisants. Si vous écoutez la voix de Dieu aujourd’hui, c’est car vous avez compris que le système ninja ne permettait pas à la majorité de s’épanouir. Vous êtes bien trop longtemps restés sous le joug de ces élites indignes de vous, et je ne peux vous en blâmer : ils ont pris soin d’inventer les lois les plus absurdes qui soient pour vous effrayer et vous enfermer dans un cercle de peur. Mes frères, vous vous êtes vous-mêmes défaits de vos chaînes, et il m’appartient aujourd’hui de vous tendre la main.

Brandissant son bras comme s’il s’agissait d’une arme transcendant le raisonnement de l’humain lambda, Kami commença à s’illuminer, plus particulièrement son membre supérieur qui rayonnait de mille feux. Alors que la majorité de l’assemblée dessinait des «o» avec sa bouche, une partie des migrants restèrent de marbre ; il s’agissait probablement des habitués aux tours de passe-passe des shinobis. Même ces derniers se rendirent vite compte qu’il n’était pas question de ça : lorsque le bras purificateur de Kami s’éteignit, c’est toute la terre que les voyageurs foulaient qui s’alluma, de la muraille jusqu’aux limites dessinées par les taupes de Ging. On put même entendre quelques enfants ébahis qui s’amusaient à imaginer qu’ils marchaient sur le soleil. C’en était un. C’était bel et bien Dieu.

L’obscurité finit par regagner les terres du pays de la foudre, avec elle une goutte de sueur glissa sur le front de l’Élu qui s’empressa de l’essuyer avec le dos de sa main encore tiède. Il fallut quelques instants à certains pour réaliser l’ampleur du miracle qui venait de se produire : les citoyens du monde qui avaient fait le déplacement, civils comme shinobis, étaient désormais totalement guéris de leurs maux. L’extase gagna la foule, l’allégresse devenant aussitôt bien plus contagieuse que ne l’était le virus. Un homme qui pensait être au bout de sa vie eut même l’audace de crier à tue-tête «Kami, Kami, Kami !», une attention qui fut rapidement reprise par son entourage. Très vite, la foule se retrouva à scander le nom de Dieu à l’unisson. Ce témoignage de joie était si impressionnant que même les cultistes cachés au plus profond des galeries souterraines de Kumo pouvaient entendre le sol trembler et les voix chanter. Certains curieux étaient même montés sur la muraille afin d’observer le spectacle : très vite, tous les individus de passage au village caché des nuages apprendraient que Kami avait soigné la foule tout entière. Même si les rumeurs avaient tendance à déformer et à amplifier un propos, il était difficilement imaginable qu’on puisse rendre ce récit plus époustouflant qu’il ne l’avait vraiment été.


- Votre regain de forme m’enchante ! reprit-il d’une voix légèrement plus aiguë et éreintée qu’à l’accoutumée : l’état de fatigue de Kami n’était pas dissimulé. Vous êtes venus embrasser la lumière de la vérité, et je vous l’ai offerte. Nous allons dès maintenant procéder à l’ouverture de la herse. Je vous conjure de garder votre calme une fois à l’intérieur de l’enceinte : vous recevrez un examen médical de surface et des fidèles aguerris vous initieront à la philosophie de notre culte. Il y a bien des manières de contribuer au bienêtre de la cité… Vous serez donc répartis, selon nos besoins mais surtout selon vos envies, dans des groupes de compétences différents. Certains veilleront à ce que chacun puisse ici manger à sa faim, d’autres travailleront à l’expansion de la ville de Kumo afin de nous tenir prêts à accueillir toujours plus de fidèles, enfin d’autres, s’ils le désirent, pourront prendre les armes pour lutter à mes côtés contre l’oppression des villages ninjas. Ensemble, nous créerons un monde égalitaire. Ensemble, nous sommes capables du meilleur !

La fin de discours du patriarche fut accompagnée par l’ouverture des portes. Les ruines du quartier des habitations avaient été aménagées en ce jour de manière à devenir une usine de conversion : de multiples tentes en toile avaient été montées ; dans chacune d’entre elles un médecin, un précepteur et d’autres fidèles chargés de leur proposer un repas chaud attendaient les migrants. Après leur examen médical et leur initiation aux valeurs du culte, les nouveaux arrivants étaient directement répartis dans leur secteur d’activité. Tous les membres du culte déjà sur place avaient un rôle bien particulier à jouer dans cette étape décisive vers l’agrandissement du groupe… Alors que les voyageurs affluaient à l’intérieur de Kumo, Kami avait été raccompagné par Ging jusqu’à la salle de régence afin de s’y reposer. L’être mi-homme mi-femme s’allongea, fier de ses manigances. Au fur et à mesure que le peuple du Yuukan se convertissait, il sentait son pouvoir grandir, grandir, grandir… Avait-il seulement une limite ?

© Yumi Esuki

_ _ ___________________________________________ _ _

Les posts RP de ce compte sont à considérer comme des posts du Maître de Jeu (MdJ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 761

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 2 SS - 1 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 0 両

MessageSujet: Re: Et la lumière fut   Mer 6 Sep - 21:16

La haute muraille érigée autour de Kumo faisait de l'ombre sur les milliers de personnes réunies à l'extérieur. Le sol vibrait sous leurs pas. Une chaleur étouffante provenait de cette foule immense, qui n'était aidé en rien par le grand soleil qui régnait en maître tout en haut dans le ciel. Même à près d'un kilomètre de là, Tsuku pouvait les entendre parler, crier, pleurer, eux, les malades, les victimes du monde shinobi. Ils venaient en masse, chaque jour, grandissant les forces du culte et de Kumo. Ils voyaient tous, un à un, l'étendu des pouvoirs de Kami, qui était ni plus ni moins le chef du culte.

Quand Tsuku avait entendu parler de ce fameux culte, sa curiosité amusée avait prit le dessus sur le reste. Il s'était rapidement dirigé vers le continent de Kumo, vers l'ancien village qu'il avait lui-même détruit une vingtaine d'année auparavant alors qu'il était dans l'Akatsuki. Il avait vu de ses yeux l'absence de limite du culte. Celui-ci voulait détruire les villages et leur omnipotence. Tsuku les avait évidemment rejoint.

Tout en haut d'une haute tour, il regardait au loin la foule scander le nom de Kami. Il les voyaient gesticuler, pleurer, crier, se précipiter le plus près possible des remparts. Il avait un petit sourire sur le bord des lèvres quand Kami, son leader, apparût. Il regarda d'un oeil blasé, amusé, le spectacle qui se déroulait sous lui. Il vit en direct le miracle du chef incontesté du culte. De nouveaux membres étaient arrivés, de nouveaux fervents cultistes rejoignaient leur rang. Le pouvoir de Kami avait encore parlé.

Il se dirigea lentement vers le bas de la tour, sentant que cette vague de nouveau venu demanderait bientôt du travail de sa part.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t484-annales-de-tsuku-hakka#2858 http://sns-rp.forumgratuit.org/t5956-bingo-book-de-tsuku-hakka#46153http://sns-rp.forumgratuit.org/t7370-bingo-book-de-tsuku-hakka-2 http://sns-rp.forumgratuit.org/t5955-tsuku-hakka-le-retour-du-heros
Sho Akemi
Rang B
Rang B
avatar
Messages : 120

Fiche shinobi
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 1 B - 0 C - 0 D
Monnaie: 115 両

MessageSujet: Re: Et la lumière fut   Dim 17 Sep - 16:29

La marche fut longue et éprouvante, l'argenté avait peur. C'était la deuxième fois qu'il avait eu aussi peur de toute sa chienne de vie, traversant le Yuukan  de manière éprouvante en transportant sa mère au bord de la mort sur ses épaules, son état était critique. Ringo suait, et son front était aussi chaud que le braise.

« Allez, tu peux encore tenir un peu... Je vais bientôt de soigner. » Ringo était sur le dos de son fils, elle n'avait plus aucune force pour marcher seule et devait se servir de son enfant pour se déplacer, ce dernier serrait fort les bras de sa mère autour de son abdomen pour peut-être profiter des derniers moments, ou éviter de se manger le sol, surtout ça serait fatal pour elle.

Sho leva la tête constatant qu'une dizaine d'invocation venait de faire leurs apparitions sur la muraille et descendit pour encercler la foule qui lâchaient des hoquétement inquiets devant ce spectacle qui devait sûrement être étrange pour eux. Sho était cette fois juste un simple observateur. Regardant la chose de restant sur ses gardes. Il avait tout à perdre ici, et ce n'était pas encore le moment de le faire pour l'argenté.

''Dieu'' éleva la voix, libérant son discours fou aux oreilles de milliers de malade. « Sho, il faut partir... ça ne sert à rie... »

« La ferme, je vais te soigner maman. » Dit Sho de manière assez spéciale, avant que le sol ne commence à briller éblouissant Sho et sa mère qui se couvrait difficilement les yeux, jusqu'à suivre la lumière pour voir ou elle s'arrêtait, Sho grognait, mais il n'avait pas le choix. Il allait devoir rejoindre ce groupe de fou, un mal pour un bien comme beaucoup le dirait. Mais c'était beaucoup plus sérieux que ça. Il ne pouvait plus attendre ce fichu remède. La femme qu'il aimait le plus au monde risquait de mourir, plus question d'atteindre sans rien faire les bras croisés.

Il pénétra à l'intérieur avec beaucoup d'homme et femme dans l'espoir de trouver quelqu'un ou quelque chose pouvant soigner sa mère.

« Maintenant que nous sommes à l'intérieure, y'aurait pas quelqu'un pour s'occuper d'elle ? »
Éleva presque la voix Sho en balayent la zone du regard cherchant quelqu'un qui aurait des dispositions pour faire cela, mais Ringo haussa la voix « Sho... Je me sens mieux, je suis guérie. » Les yeux de l'argenté commençaient à se mouiller, Kami avait soigné sa mère. Et chose promise, chose faite. Sho était prêt à rejoindre le culte, de toute manière, il ne pourrait plus fuir.

_ _ ___________________________________________ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sns-rp.forumgratuit.org/t6804-bingo-book-de-sho-akemi
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et la lumière fut   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et la lumière fut
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obélisque de lumière
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» "Il y a pas de lumière sans clarté, pas de beauté sans bonté" - Sara Ebstein
» [Porteuse de lumière]Akari
» Lumière vacillante : seul face aux glaces !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Monde Shinobi :: Kaminari no Kuni :: Kumogakure no Sato-
Sauter vers: