Partagez
 

 Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] EmptyDim 12 Jan - 18:48



Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Kain10


Des jours et des jours s’étaient écoulés, sans que le monde n’entende encore une fois mon nom. Qu’en était-il advenu de notre cher Kimaera, avait-il réussit à survivre ? Depuis qu’il s’était enfui après évidemment avoir averti son Kage, juste avant le tournoi, qu’avait-il fait ? Voilà des questions qui tournaient dans la tête de certains m’ayant connu, surtout confrères de Kumo. Du moins, anciens confrères.


Je n’avais pas fuis, je n’avais pas déserté. J’avais seulement suivis ma voie, mon nindô. Et par cela, je devais passer par ce voyage personnel et aventure révélatrice. Cela faisait déjà longtemps que j’étais parti, longtemps que je m’étais coupé du monde. Aucun regret, mais des manques… Des shinobis de mon village, mon Kage, lui aussi. Mais ça, c’était avant. A présent, plus rien ne comptait pour moi,  part l’acquisition de mes nouvelles chimères. Un risque que je voulais éviter, mais dont je n’ai pu faire face. Pour pouvoir obtenir mes chimères « ultimes » disons, il me fallait prendre le large, et affronter mon destin. Mais que m’était-il arrivé, alors que tout se passait correctement dans ma vie, que tout allait bien dans le meilleur des monde ? Qu’est-ce que  fait que notre cher Kimaera, a complètement changé de comportement d’un coup, du moins aussi rapidement ? Tout peut s’expliquer, telle était la destiné du maître des chimères… Il lui fallait passer par la souffrance et la haine, pour pouvoir contrôler son but final, et devenir ce dont il avait passé toute une vie à être. Tout avait changé, au moment où il avait rencontré cette fameuse chimère lors d’une mission avec son ancienne partenaire Kurumi…


~ Flashback ~


Pas bien… Le tournis, je me retrouvais  l’hôpital de Kumo. Assise là, à mes côtés, elle veillait sur moi, alors que je me réveillai après quelques jours. J’avais fais un rêve étrange, et effrayant. J’étais seul, dans une forêt sombre, aux arbres violets, accompagnée de présences inquiétantes. Ces présences n’étaient pas humaines, et me chuchotaient constamment que si je voulais devenir celui à qui j’aspirais, il me fallait quitter mes habitudes, et trouver la véritable puissance… Ce rêve, avait l’air tellement réel, qu’à on réveil, je me souvenais avoir entendu encore ce chuchotement au moment même où j’ouvris les yeux. Dans ce fameux rêve, je me dirigeais dans le fin fond de cette forêt, sans savoir où j’allais et pourtant, mes pieds me guidaient. Une sensation étrange, comme si on contrôlait mon corps, sans que je n’en ai la moindre possibilité de faire quoi que ce soit. Je me trouvais seul, face à toutes mes chimères, mais complètement différentes. Elles avaient l’air plus « méchantes », comme contrôlées par une aura maléfique, un chakra à la fois plus puissant, et plus effrayant. Dans cette vision si je puis dire, je me voyais moi, avec une faux, m’attribuer un coup en plein cœur, en me disant de changer, ou de mourir. Je n’avais plus trop le choix, j’étais décidé. Mais le plus étrange, ce n’était pas cela, c’était bel et bien à mon réveil.


M’ayant juré allégeance, cette chimère faisait donc parti de moi. Et depuis que cela s’était produit, des « images » me sautaient parfois aux yeux, me donnant des nausées atroces. Pour tout vous dire, j’en ai souffert comme cela n’est pas permis. Je m’étais donc isolé, pour ne pas faire subir mes souffrances à mes proches… Pendant ce tournoi, je m’étais donc enfui, tout en avertissant mon Kage, qu’il était l’heure pour moi de suivre mon nindô. Première étape, je me dirigeais dans le pays de la neige, après avoir traversé la mer de Kiri. En réalité, une fois que tous les participants au tournoi eurent débarqué, j’avais directement pris un autre bateau pour le pays de la neige, Yuki. Là bas, j’étais sûr de ne trouver personne, et aucune trace de vie. Ainsi, je m’isolais, car j’avais le pressentiment d’être dangereux, et j’avais bien eu raison. Cette chimère, était au début bien trop puissante pour moi, je n’arrivais pas  la contrôler.


Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Alpha_10


La famille de chimère des ténèbres et enfers, était réellement entrain de me tuer. Cependant, je me devais d’aller jusqu’au bout, et de ne surtout jamais abandonner. Ma première étape, fut donc de trouver une grotte, où je pourrais me poser, afin d’en apprendre plus sur cette dernière. Ce n’est pas nouveau, je pouvais converser avec mes chimères mentalement, mais avec celle-ci, je n’y arrivais pas. Je sentais une puissance étonnante en moi, qui bouillonnait si puissamment que cela m’en causait presque des frissons. Je ne pouvais la contrôler, et elle ne me parlait que lorsqu’elle le voulait. Et lorsqu’elle s’adressait à moi, elle me disait toujours la même chose, d’arrêter de traîner, et d’accomplir mon destin, avant qu’elle ne me fasse mourir…



Kimaera, se trouvait dans une situation délicate. Se trouvant au milieu de nulle part, non pas mourant mais presque, sa chimère était entrain de le ronger de l’intérieur, de modifier son chakra tellement le sien était puissant. Il devait faire quelque chose et vite, sous peine d’une mort atroce, causé par ses propres chimères, par sa moitié… Qu’allait-il advenir de ce dernier ? Allait-il mourir, loin de tout le monde, dans l’ombre, oublié au final sans laisser de traces… ?


Je me devais de réagir, et je n’en avais pas énormément de temps. Cette chaleur intense, mon rongeait donc, me donnant l’impression de brûler de l’intérieur. Je ne me sentais pas bien du tout, mais j’avais finalement accepté le fait que je pouvais mourir. Marchant tant bien que mal, je me trouvais dans une grotte, en pleine montagne de Yuki. Il n’y avait rien, même pas un loup. Dans cette grotte, se trouvait une source chaude, où l’eau reflétait l’image de mon intérieur. Je fus choqué lorsque je vis ce qu’il se présentait devant moi, ce que j’étais devenu. Mes yeux avaient virés au violet noir, profond, ma masse musculaire prit aussi de l’ampleur, mon regard était devenu effrayant, je n’avais plus la force de parler.  Je me sentais bizarre, tout était entrain de changer. Ma peau était brulante, comme si j’avais une fièvre surpuissante. Certains de mes membres étaient paralysés, où je n’arrivais pas à les bouger correctement. Je sentais presque mon âme sortir de mon corps, je ne pouvais expliquer ce qu’il était entrain de se passer, mais je n’allais pas tarder à le savoir…


Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] 640px-10


- Kimaera, l’heure de ton évolution est arrivée. Tu ne seras plus le gentil serviable, le petit toutou que tu as été depuis toutes ces années. A présent, tu vas devenir ce à quoi tu es destiné à être, le maître incontesté des chimères. Tu vas comprendre, ce qu’est d’avoir la puissance ! Cependant, ton esprit résiste, TU résistes. Et si tu ne te laisse pas envahir de cette nouvelle puissance qui n’est rien d’autre que ta vraie personnalité, c’est la mort assurée. Laisse toi aller, ta souffrance n’aura d’égal que ta puissance !!


Sur ces mots, je me mis  pousser un énorme hurlement, avant de tomber au sol, presque bavant, je ne pouvais plus bouger, je ne pouvais pas faire le moindre mouvement. Une souffrance intenable, comme si mon corps brulait, comme si mon âme se fit envahir d’une noirceur extrême. Ma véritable personnalité, celle que j’avais tant fuis toutes ces années, faisait son apparition, cela dû à cette fameuse rencontre. J’avais énormément de mal à m’accepter les premiers jours, mais je me fis une raison, je n’avais de toute façon pas le choix. Et petit à petit, je me laissais aller, envahir de cette fameuse puissance qui noircissait le tableau.


Je n’avais plus de pitié, des envies de devenir encore plus fort, comme une soif de puissance qui était presque devenue une raison de vivre. Kishi avait changé, ainsi que toutes mes autres chimères. Toujours aussi loyales, elles étaient encore plus proches de moi, car en faisant cela, j’avais accepté totalement mes différences avec les autres. Je n’essayais plus de rentrer dans le moule et de rester discret, je m’étais accepté comme je l’étais vraiment. D’ailleurs, j’avais reçu une « modification » aussi étrange qu’impressionnante. On appelait cela le Senjutsu, la capacité de « fusionner » avec des choses et créatures vivantes. Et cela, je l’avais connu. Ceci expliquant pourquoi je ressemblais à ce que je suis aujourd’hui…



~ Fin du Flashback ~


Kimaera, fait alors face à une immense créature aussi puissance que magnifique, une sorte de dragon immense, chimère du destin et faucheur de vies. Il était semblable à sa chimère Bouryoku, mais en bien plus impressionnant. C’est d’ailleurs cette dernière, qui lui à donner accès au senjutsu, en modifiant par une symbiose, son chakra. Par cela, il lui attribua une « arme unique », une sublime lance aussi étrange que superbe, ainsi qu’une armure flamboyante, d’un violet et noir brillant, donnant presque l’impression qu’elle était vivante… Cependant, il était bien trop tôt pour qu’il puisse contrôler les capacités qui lui était attribuée par cet équipements, la symbiose n’était pas suffisamment forte… Après s’être accepté véritablement, il décida de suivre l’intuition d’une de ses chimères, lui disant alors de filer vers Suna, le pays du sable…


Me dirigeant vers Suna, j’avais la ferme intention de suivre l’avis de mes chimères qui, bien qu’elles fussent complètement sous mes ordres, me conseillaient très bien depuis que j’étais accepté totalement. Cette fameuse chimère, la nouvelle, se nommait Kasai, signifiant incendie, feu. En réalité, il fut nommé ainsi, plutôt sous forme de métaphore. Tel un puissant incendie, rien ne pouvait l’arrêter, elle était destructrice la preuve, elle faillit même de me tuer. Me dirigeant donc vers Suna, j’avais parcouru pas mal de kilomètres, en peu de temps. Je me sentais bien, puissant, mieux dans ma peau. Je traçais vers mon but un sourire aux lèvres, sourire en coin qui laissait paraître une espèce de sadisme dont je pouvais faire preuve.


Traversant pays par pays, je me trouvais au niveau des ruines se trouvant tout proche de Suna, dans le pays du vent. Ici, se trouvait un trône, abandonné, légèrement couvert de sable. Je m’y assis alors un moment, tout en levant les yeux au ciel. Me faisant craquer les os du cou, je me demandais pourquoi  mes chimères m’avaient menée jusqu’ici. Regardant tout autour de moi, je vis une silhouette non loin de moi, je me relevai donc. J’étais sûr, que cette personne était la raison de ma venue. Tranquillement, je me relevai, puis me dirigeais vers cette dernière…


« Qui es-tu, toi, envers qui mes propres chimères éprouvent un intérêt ? J’ai hâte de voir ce que tu peux m’apporter… »


Après un trajet long et pénible, Kimaera était enfin parvenu à l’endroit où ses chimères voulaient le mener. Un trône s’y trouvait, dans de superbes ruines, où il n’y avait pas un chat. Pas un chat ? Une silhouette vint à faire son apparition Etait-ce cette personne, qui allait changer le chemin de ce dernier ? Pourquoi ses chimères lui portait-il de l’intérêt, qui était-ce ? Vous n’alliez pas tarder à le découvrir…
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 55

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Re: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] EmptyMar 14 Jan - 15:56



J'étais rentré à Suna sans encombres, et rien ni personne n'avait alerté sur ma vraie personnalité les dirigeants du pays. Aucun ne s'était douté que le shinobi le plus banal au possible de Suna, de la branche affiliée des Shiimata ; nommé Usagi Shiimata ; avait été remplacé par son sosie, c'est-à-dire moi. J'avais pris son identité qui était aussi à demi mienne de par ma malédiction. C'est ainsi que je étais devenu Sunajien. Mes ''confrères'' et moi avions escorté les participants à l'aller pour le voyage vers Kiri, eh bien le retour fut aussi calme qu'à la première traversée. Je fus même tenté de tuer cette Hazuka, ma cible, mais je n'aurais eu aucun alibi et il me fallait absolument conserver cette chance qu'était mon infiltration au sein de Suna. Je n'eus alors aucune autre occasion de commettre mon méfait sans être repéré, et fus de retour au sein du village du sable.

J'espionnais Hazuka depuis un certain temps déjà, car il se trouvait que par le plus heureux des hasard elle soit la possesseuse du rouleau sacré des Shiimata, que je convoitais depuis qu'on m'ait appris son existence, et, surtout, son pouvoir. Cette déjantée ne savait pas quel pouvoir impressionnant elle tenait entre ses mains idiotes. Un pouvoir presque mystique, qui me fascinait. L'art de créer à partir de sable. Ce don étrange avait été confié aux Shiimata par un esprit bienveillant. C'était leur destin. Était-il si terrible que le mien ? J'en doutais. Leur destinée avait toujours été de s'entre-tuer pour posséder le seul et unique rouleau qui conférait la puissance. Toute la puissance des Shiimata. Et ces bougres n'avaient même pas eu la présence d'esprit de créer d'autant plus grand, d'autant plus imposant, d'autant plus puissant et destructeur. Ils n'avaient pas compris la portée de ce qu'ils tenaient entre les mains. Avec ça, j'allais pouvoir réaliser mes idéaux ; faire d'Iwa une nouvelle ère où la puissance féminine serait reine. Je ferai tout pour réussir. Tout, y compris suivre à mes risques et périls le chemin qui me menait jusqu'à un moyen de récupérer ce fameux rouleau. Et mes observations me concédèrent le fait que cette Hazuka connaissait pas mal de filons et de filières de par sa position de gérante de l'Akatsuna, filons dont je pourrai me servir. Mes investigations me menèrent tout bonnement jusqu'à la piste d'un déserteur qu'on nommait Kazehaya, ce déserteur aux marionnettes tristement célèbre. Il me fallait absolument le rencontrer. Je traînai alors un bout de temps à la taverne dont les propriétaires n'étaient autre que les Shiimata, et écoutai les conversations d'entre clients mal famés. Hazuka occupait seule la gestion et le service. Il n'était pas difficile de passer outre ses cris et gestes énervés, et de comprendre qu'en réalité elle n'était pas si idiote qu'elle n'en avait l'air. L'Akatsuna, connu pour son saké hors du commun et pour sa bière d'une fraîcheur extrême, n'était autre qu'une façade de bon commerçant. Se tramaient divers plans et contrebandes au sein même de l'établissement, passant même parfois par la gérante elle même. Sûrement qu'à un temps, le travail des employés avait dû être double. Servir, écouter, parler, recevoir. Telle était la logique de la maison. J'écoutai donc toutes les conversations avec une extrême attention, et au final, j'en conclus que je devais m'en aller pour un long voyage. Un long chemin vers les ruines de Rôran.

Je ne pris même pas la peine de préparer mon départ. C'était inutile. Même plus que grotesque. Le lendemain même, je bouclai mon logement, récupérai les affaires qui auraient pu trahir mon appartenance à l'Akatsuki, et partis pour une grande traversée du désert, prétextant le besoin d'une mission en extérieur. Les contrôles à l'entrée et la sortie de Suna étaient vraiment menés avec tout le soin nécessaire à l'éradication des déserteurs et des étrangers. Mais ils n'avaient pas prévu dans leurs plans qu'un membre de l'Akatsuki peu conventuel comme moi aurait eu le ''don'' de posséder l'apparence d'un des leurs. Quelle politique bizarre, me dis-je soudainement. Mais après tout, à mon départ d'Iwa, le pays venait tout juste de changer, et j'avais été prise de court. L'actuel tsuchikage Gin Inkan m'avait eue de peu et dépassée avant que je n'eus éradiqué la vermine masculine et politicienne d'Iwa. Le village du sable et nous, étions pareils. Enfin, ''nous''. Cet ancien ''nous'', qui était le mien, Iwa. Cette terre ne demandait qu'à être renversée une seconde fois. Et moi, Hebishita Kyousuke, ancienne Iwa-jienne, je le ferai. Les femmes auront un jour toute la reconnaissance qui aurait du leur être conviée depuis les temps les plus reculés.

Je passai donc le pas de Suna. Le désert, si loin, si chaud, si aride, n'attendait que moi. Je commençai à marcher d'un pas sur, le sable s'engouffrant dans mes sandales ouvertes offertes au vent. Je portais un sac à la main. Un sac de toile beige, assez imposant et encombrant, dont j'avais emprunté le contenant à mon assassiné. J'y avais mis tout ce dont j'avais besoin ; de l'eau, du pain, de la nourriture, de l'argent, des armes, une tunique, et enfin, ma cape aux couleurs de l'Akatsuki. C'en était déjà beaucoup. Mais c'était sans compter les affaires que je transportais sur moi, qui formaient la tenue basique d'un ninja Sunajien, c'est-à-dire, un uniforme de juunin et une toile qui ceignait ma tête. J'avais bien évidemment passé ma robe aubergine rabattue sur mes hanches, dont les pans formaient maintenant un pagne plutôt original, ainsi que mes armes habituelles. Mais surtout, j'étais blond. Malgré le tissus qui ornait ma tête et me reconvrait le front, on pouvait voir cette couleur. Une couleur au plus banal dans cet univers chaud et jaune/mordoré. C'était ainsi. J'étais un vrai Sunajien, d'apparence pure souche, bien qu'un peu clair de peau ; mais les Shiimata étaient comme ça. Mais tout cela allait finir. Toute cette comédie allait cesser. Hors de Suna, non, je ne suis plus Usagi Shiimata. Non. Je suis Hebishita Kyousuke, membre féminine de l'Akatsuki, déserteuse d'Iwa, meurtrière de dizaines d'innocents et politiciens d'ombre du village de la roche et du pays de la terre.

Le soleil tapait encore plus fort sur mes membres et sur le haut de ma tête, mais heureusement, je n'avais entamé ma transformation en moi même. J'étais bien plus résistant ainsi, il fallait se le dire ; même si dans ma forme première aucun ne résistait à la force de mes poings. Accaparé de mes formes de sportif et d'athlète, je marchais alors, toujours plus décidé, m'enfonçant dans le désert, allant au hasard, -ou presque-, dans cet enfer de poussière d'or. Je n'avais aucun sens de l'orientation, mais mes pas le portaient toujours là où je devais aller. Et c'est ainsi que j'arrivai au plus profond et au plus inconnu de tous du désert de Suna. Les ruines de Rôran n'existaient là que pour moi. Je m'arrêtai à quelques mètres de l'entrée ; ou plutôt de ce qui avait plus ou moins l'air d'être une entrée ; et observai les lieux. Ça n'était plus des ruines, mais une vraie hécatombe. Des miettes de sable et de pierres tombaient encore sur le sol poussiéreux, des blocs entiers étaient tombés, ravagés ; des anciens murs reposaient au sol, éclatés et brisés. C'en était devenu des ruines de ruines. Du moins que rien, pouvait-on penser. Mais non. C'en était tellement rien que c'en était parfait. Le plus extra des extras d'une chose déjà merveilleuse. Les humains ordinaires ne pouvaient comprendre. Ces ruines étaient pour moi le paradis.

Je bondis sur une colonne de pierre, qui s'effondra lorsque mon pied repartit vers une autre cible. Les morceaux s'effritèrent au passage de mon poids et retombèrent en tintant et rebondissant sur le sol tels des éclats sur une surface d'eau. J'atterris sur les grains de pierre dispersés, sur les blocs cassés et fissurés, sur les fins carreaux fendillés. Je marchai alors quelques instants, et entrai dans une salle. Enfin, elle était là. Ma destination finale. La salle du trône. Enfin, si l'on pouvait dire ça comme cela. Seul debout restait un siège accompagné de quelques marches d'escalier démolies à certains endroits comme il se devait. L'allure détruite et défigurée de la salle laissait croire qu'un combat épique avait eu lieu ici à moins de quelques semaines avant. Les murs et pans pierreux tombés à terre n'avaient pas encore eu temps de se faire recouvrir par le temps et par le sable ; la pièce entière contrastait avec le reste du temple. La bataille qui avait dû avoir lieu avait redonné une nouvelle jeunesse à cet univers ; l'aspect ravagé du lieu donnait une impression étrange. Comme si deux monstres mythologiques s'étaient affrontés là à quelques instants seulement du présent dans lequel j'étais plongé. Une sorte de rêve éveillé dans lequel je me tenais, et qui m'enhardissait au plus au point. J'approchai des marches avec lenteur ; celles-ci étaient assoupies dans la pénombre du lieu, et l'impression que j'en retirais m'empêchait d'avancer plus, comme si une bête allait sortir d'elles et se dévoiler, cachée par l'impression de nuit partielle qui y régnait. Une aura katon aurait été la bienvenue. Mais malheureusement, je n'étais pas de ceux qui maîtrisaient cela, et ma vue en pâtit. C'est ainsi que ma lente et patiente transformation commença.

J'en avais besoin pour rechercher ce que je devais trouver. Mais je ne voulais pas me presser, et rien ne servait de terminer le travail à la va-vite. J'avais besoin de temps. J'inspectai alors les environs et la salle, hésitai à monter les marches et m'assoir sur le trône, bien que l'envie me tentait, comme tout humain mortel que j'étais. Je ne voulais pas l'abîmer. Surtout pas. Une autre solution se présenta à moi. Mais avant que je ne puisse entamer mes recherches, un homme entra, et piétina de ses pieds la salle. Ma salle. Je contins une certaine renfrognation avec peine et difficulté ; presque avec désespoir ; laissant l'impassibilité recouvrir mon visage. Je ne bougeai pas. Je patientai et attendis qu'il eut fini sa démarche processionnaire, disparaissant dans l'ombre qui couvrait les quelques tâches de lumière. Mon visage impénétrable ainsi collé à ma personnalité, je daignai enfin faire un pas. M'avançant à la lumière, ou disons, avançant mon visage à la lumière, j'abordai le nouveau venu avec ma voix cristalline et forte :

- Vous n'êtes pas le premier, mon cher... et moi non plus. Je doute que vous ne soyez là par hasard. Que venez-vous faire ici ? Que cherchez-vous ?

Je me dressai devant lui fièrement, accosté de mon sabre bien en vue, cependant bien accroché à la taille. J'avais également replié mon sac à la ceinture, et attendais sa réponse. Peut être allais-je pouvoir me servir de lui, ou s'il ne m'était d'aucun recours... j'allais devoir utiliser la subtilité pour découvrir ses intentions. C'est ainsi que je commençai à le détailler, le fixant de mes yeux impassibles, et imposant un certain respect.


Spoiler:
 

_________________
Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Bannia17
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sns-rp.forumgratuit.org/t1508-hebishita-kyousuke-fille
Invité
Invité
avatar

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Re: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] EmptyMar 14 Jan - 17:36



Sentant cette fameuse présence, cette silhouette n’allait tarder à se montrer au grand jour. Avant même de la voir, je l’avais entendu. Question discretion, soit cette personne n’en avait rien à secouer, soit elle était maladroite. Mais en vue du chakra que je ressentais, elle n’avait sûrement pas besoin de se cacher, je sentais une grande force, une puissance intéressante. Mes chimères ne s’étaient donc pas trompées ? Pourquoi en douter, à présent que je m’étais accepté tel que je le suis vraiment, j’étais en symbiose pure et parfaite avec ces dernières. Cependant, j’avais aussi remarqué quelque chose : il y avait certaines chimères que je ne pouvais plus invoquer, notamment Kishi, qui de lui même m’eut dit, que ma puissance était bien trop intéressante et en voie de s’agrandir, que même lui n’arriverait plus à suivre. J’avais complètement changé, surtout au niveau mental. J’étais jadis, un gentil bonhomme, qui penchait vers la paix, tentant d’arranger tous les problèmes du monde, ou peut être pas, ceux de Kumo déjà. Sauf qu’à présent, ce n’était plus la même chose.


J’avais ce besoin perpétuel de puissance, pour pouvoir contrôler mes véritables chimères, celles qui m’étaient dues Et pour cela, il me fallait changer d’optique. Assis sur le trône, je vis donc cette fameuse personne se pointer devant moi. Une homme, au regard assez glacial, vêtu de cette célèbre cape de l’organisation de la lune rouge, Akatsuki. Dans cette dernière, se trouvaient des criminels de rang S, si puissants qu’ils en étaient capables de troubler la paix avec seulement une poignée de personnes, l’élite de ce monde ninja quelque part, l’égal des Kages. Prenant une grande respiration, j’avais ce petit sourire en coin de la bouche, lorsque je la vis se mettre donc au grand jour, mettant sn katana bien en évidence. Que tentait-elle de faire, m’impressionner ? Ou était-ce simplement un avertissement, peut être que je n’avais pas ma place sur ce trône, était-ce le sien ? Je n’en avais pour être franc, plus rien à secouer. Je n’avais plus aucune pitié, et ne comptais pas faire de cadeau. J’avais en effet un but, que je compris à la vue de cette dernière.


Mes chimères m’avaient mené ici, du fait qu’elles pensaient que seule une organisation comme celle-ci pouvait me faire avancer. Et le pire, c’est que j’en étais moi aussi persuadé. Où était passé ce côté humain, dont je faisais toujours preuve, cette loyauté envers un pays qui en quelques sortes m’avait prit sous son aile ? Disparue, comme tout le reste. Ce changement, n’était pas seulement temporaire. N’espérez pas me revoir un jour le « bisounours » dont j’ai toujours été, ma véritable nature est là. Je suis en réalité quelqu’un de froid, ne parlant que rarement, ne pensant qu’à une chose : le contrôle ultime des chimères. Je ne voulais rien prouver personne, à par à moi-même. Il était temps de prendre les choses en main, et c’est ici que tout allait commencer, avec cette rencontre, qui pourrait se montrer aussi formidable, que risquée…


- Bonjour, Akatsukien. Oui, je connais cette cape, j’ai déjà entendu parlé de vous. Ne nous cachons rien. Je suis Kimaera no Kami, ancien anbu de Kumo. Hélas, je n’ai pas trouvé là bas ce que je voulais, et d’après mes chimères, je me devais de vous rencontrer. Ah oui, peut être n’avez-vous jamais entendu parler de mon pouvoir héréditaire… Je suis le Dieu des chimères, du moins en phase de l’être. J’ai besoin de vous, comme vous pourriez avoir besoin de moi. Et pour cela, je vais te montrer, ce dont je suis capable. N’ai aucune crainte, je ne me retournerais pas contre toi. Mon but, est bel et bien de voir si vous, Akatsuki, pouvez m’apporter ce que je recherche.

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Throne10


Kimaera, avait changé du tout au tout. Il n’était plus que l’ombre de lui-même, s’assumant complètement. Ne portant plus de masque, il avait dévoilé au grand jour son véritable visage, le maître des chimères était bien plus cruel et dangereux que ce qu’il laissait paraître auparavant. Le voilà donc face à un membre de l’Akatsuki, ninja puissant et haut gradé. Qu’allait-il faire à présent, comment allait-il s’y prendre, pour tenter de rejoindre cette fameuse organisation ?


Armé de ma fameuse arme unique, lance donnée par ce fameux dragon noir, cette chimère aussi impressionnante que puissante, je me mis à la planter au sol, pour bien lui faire comprendre que mon but n’était pas de l’affronter. Le soleil était haut, il n’y avait pas une brise de vent. Prenant une grande respiration, je fis un salto arrière, pour arriver sur les murs en ruines se trouvant derrière le trône, et donnant une visibilité complète du désert l’entourant. Ce trône, était suffisamment éloigné de toute civilisation, pour que je puisse invoquer sans trop me faire remarquer. Réfléchissant quelques secondes, je me demandais à qui j’allais bien pouvoir avoir recours. Je ne comptais pas me compliquer la vie, et allais invoquer mon cher Bouryoku, la violence incarnée. Reculant, je ne voulais pas le blesser en ayant recours à ce monstre, étant donné que son arrivée était très souvent brutale.


Je reculais donc de quelques mètres, pour finalement me retrouver dans le sable, au milieu de ces anciens champs de bataille. Déjà qu’il ne restait pas grand-chose debout, Bouryoku allait sûrement terminer proprement le boulot. Je prenais mon temps avant de l’invoquer, je pris une grande respiration, levant la tête au ciel, prenant une grosse bouffée d’air. Qu’il était plaisant de sentir une puissance pareille parcourir son corps ! Car en même temps que moi, les chimères que je pouvais invoquer elles aussi avaient prit de la puissance. Et même si je ne pouvais plus invoquer Kishi, son esprit était toujours là, pour me guider. Je commençais réellement à connaître les talents d’un invoqueur, depuis ce jour où tout bascula…


- Très cher, je te présente Bouryoku. N’ai crainte, il ne te fera aucun mal, il est une partie de moi disons. J’espère, que cela pourra te convaincre à me faire rejoindre les rangs de ton organisation ! Bouryoku, allez vient !!

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Bahamu10


Rien ne se passait, du moins pour le moment. Dans un court instant, le ciel changeait petit à petit de couleur, jusqu’à ce qu’une sorte de trou noir se forma au dessus de nos tête. En forme de cercle, des nuages noirs couverts de foudre grondaient, comme s’il y avait un micro climat. Aucune pluie, mais nous pouvions sentir des vibrations allant jusqu'à sol, une ambiance pesante et lourde. Un sceau se forma au centre de ces nuages, qui fut alors brisé par la sortie de Bouryoku. Cet immense dragon noir, se tenant sur deux pattes tel un humain, était gigantesque, plus grand qu’avant même. Deux sublimes ailes au battement puissant, se dressant devant nous les bras croisé. Son regard se posai alors sur moi, et l’akatsukien vit sûrement le hochement de tête que la chimère me fit, en guise de respect et de salut, chose montrant le total contrôle, ou plutôt la totale symbiose, étant donné que cela restait tout de même un être vivant. Sortant ma lame du sol, j’accrochais ma lance dans le dos, à son emplacement habituel, et ne quittais pas du regard la personne qui se trouvait en face de moi. Je ne pouvais rien lui montrer de plus, je n’avais confiance en plus personne. Bien que j’avais envie ici, étant donné que je lui montrai sans hésitation ce dont je pouvais être capable.


Chose promise, chose due ! Kimaera, face au regard de son interlocuteur, invoqua Bouryoku, sa chimère de haine et de violence, ce monstre de puissance. Avec la ferme intention évidemment, de prendre contact avec le chef de cette organisation, pour y mettre un pied dedans. Ce qu’il ne savait pas, c’est que la personne qui se trouvait face à lui était en réalité était une femme, et plus puissante que ce qu’il pouvait penser… Il espérait cependant, de par ses différences, se faire accepter dans Akatsuki…
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 55

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Re: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] EmptyDim 19 Jan - 11:00


- Nijuu kokohi no jutsu

Je l'avais entendu arriver et n'avais pas bougé. Je ne savais pas, à cet instant, qui il était, mais avais réfléchi et établi un rapide plan pour ne pas que l'on découvre que j'étais ici. Si il était de Suna, j'aurais été bien bête à dire m'être perdu dans le désert, et avoir découvert par miracle les ruines de Rôran. S'il avait été d'un quelconque autre village, j'aurais dû combattre ou me dévoiler. Et s'il était de l'Akatsuki... eh bien il me fallait prouver que je l'étais aussi. Je préparai alors une technique de genjutsu, que je lançai sur moi-même, à l'intention de lui, et lui seul. Dans un premier temps, je plaçai par le biais du genjutsu, les vêtements que je portais en temps normal sous ma version blonde, et sans autorités Suniennes en vue. Un homme libre et vagabond, pantalon de lin, tunique aubergine et haut à revers bleu. J'avais aussi pensé à remplacer mon bandeau frontal par un au symbole d'Iwa, barré. Dans un second temps, je remplaçai tout ceci par mon chapeau et ma cape de l'Akatsuki. Je restait immobile et me demandais si il allait découvrir la supercherie avant que je n'ai décidé ce que j'allais faire de lui. Je me mis légèrement penché en avant, et fit atention à bien faire ressortir mon sabre... pour qu'il ne gâche pas toute ma duperie. Comment allait-il réagir à ma cape bicolore ? Je m'amusais à l'imaginer, puis pris la parole, à laquelle il me répondit :

- Bonjour, Akatsukien. Oui, je connais cette cape, j’ai déjà entendu parlé de vous. Ne nous cachons rien. Je suis Kimaera no Kami, ancien anbu de Kumo. Hélas, je n’ai pas trouvé là bas ce que je voulais, et d’après mes chimères, je me devais de vous rencontrer. Ah oui, peut être n’avez-vous jamais entendu parler de mon pouvoir héréditaire… Je suis le Dieu des chimères, du moins en phase de l’être. J’ai besoin de vous, comme vous pourriez avoir besoin de moi. Et pour cela, je vais te montrer, ce dont je suis capable. N’ai aucune crainte, je ne me retournerais pas contre toi. Mon but, est bel et bien de voir si vous, Akatsuki, pouvez m’apporter ce que je recherche.

Eh bien, il y allait directement ce petit. Je n'aurais cru ça d'un shinobi. Il n'avait pas cherché à savoir si j'étais réellement de l'Akatsuki, ou non, et avait abordé le sujet. Ainsi, Kimaera no Kami, apparemment déserteur de Kumo, cherchait à rencontrer l'organisation, pour quelque chose que nous possédions. Quelle idée de tout dire de la sorte... il jouait cartes sur table, cela semblait à fortiori fort prometteur. Mais qui aurait pût dire si je n'étais pas un shinobi ennemi à l'Akatsuki, et déguisé, masqué, comme pour appâter mes proies ? Je l'inspectai de mes yeux bleus. Peut-être le sentait-il ? Après tout... pourquoi pas. Mais l'Akatsuki n'était qu'un nom. Qu'une façade. Nous étions tous dispersés dans le monde... sûrement étions-nous l'organisation la plus éparpillée, et pourtant, de cet éparpillement, la plus forte. Il en avait, du toupet, le Chef, pour recruter toutes ces mines de pouvoir. Je ne savais pourquoi je disais ça, étant donné que moi aussi, avais choisi de les rejoindre. Enfin. Après quelques minutes de silence, je daignai lui répondre par quelques mots, quelques phrases détachées, assez lentement pour que mes paroles puissent s'encrer dans son esprit :

- Rejoindre l'Akatsuki... c'est intéressant. Kimaera no Kami. Penses-tu avoir assez de cran pour nous rejoindre ? Pour ma part, je n'ai jamais entendu parler de toi. Que cherches-tu réellement ? Es-tu sûr que nous possédons ce que tu souhaites acquérir ?

- Très cher, je te présente Bouryoku. N’ai crainte, il ne te fera aucun mal, il est une partie de moi disons. J’espère, que cela pourra te convaincre à me faire rejoindre les rangs de ton organisation ! Bouryoku, allez vient !!

Tandis que le ciel changeait, que l'atmosphère chaude et oppressante du désert laissait place à un décor menaçant, je restai debout, sans rien dire. Suna était mon domaine. Bien que ce nouvel arrivant ait sorti toutes ses cartes maîtresses, je n'avais usé que de tromperies. C'aurait été bête pour lui que je meure ainsi, puisque j'étais, vraisemblablement, son seul espoir de rentrer au sein de l'Akatsuki. Il ne pouvait donc rien m'arriver, et je ne me préoccupais guère d'assurer mes arrières. Alors que je regardais la scène de loin, un immense machin, -puisque je n'aurais sût poser un nom dessus-, arriva et s'imposa sur le sable et les ruines. Bon, et bien. Cette bête était relativement très grande, cela allait de soi. Mais jusqu'à quel point pouvait-elle imposer le respect et la crainte ? Je restai dubitatif pendant quelques instants, puis décidai de le tester et lui proposer un marché. Il n'avait d'autre choix que d'accepter s'il voulait survivre dans le désert. Je n'avais pas trouvé trace de celui que je cherchais ; ou du moins pas encore ; mais j'avais mis la main sur un spécimen rare. Peut-être que celui-ci valait mieux que tous les autres... Je marchai droit vers les ruines, parallèlement à lui, puis m'arrêtai à un bon endroit. J'annulai ma première illusion pour le déstabiliser, recouvrant alors mon uniforme bleu, et pivotai pour lui tourner le dos. Je ne savais si il avait dores et déjà compris que j'avais utilisé un genjutsu et/ou s'il avait déjà compris avant que je ne l'annule, mais je me trouvais en costume bleu, une carrure imposante mais fluide, dos à lui. J'étais attentif à chaque bruit, chaque mouvement du sable ou du vent. Je regardais les ruines. Puis, alors que rien n'avait bougé, je parlai :

- Très bien... je te propose quelque chose. Kimaera no Kami, écoute-moi bien. Si tu souhaites rencontrer l'Akatsuki, il va te falloir me retrouver dans un temps imparti. Je te donne 5 minutes. Ce sera largement suffisant. À toi de jouer.

Sur ces mots, je me retournai, le fixai du regard, et plongeai le terrain dans le noir absolu. «Kokuangyou no jutsu.» Je courus à travers les ruines, sautai par dessus les morceaux éparpillés, détallai au plus vite, silencieusement. Mais bien sûr, je n'avais pas laissé mon ''adversaire'' du jour sans obstacles. «Atsugai.» J'avais provoqué un cyclone derrière moi qui, progressivement, avait pris dans son cycle infernal des bouts de ruines, de sable, de choses en tout genre qui tournaient de plus en plus vite. Il leur fallait déjà passer cette gigantesque barrière de sable, sans perdre leur cap, et me chercher dans ce dédale sans lumière. De mon côté, tout allait bien. J'avais par la suite annulé mon premier genjutsu, et attendais, emplis de l'odeur du sable par les ruines, le sable que je côtoyais, et même mes vêtements. Allait-il trouver la souris ?

_________________
Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Bannia17
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sns-rp.forumgratuit.org/t1508-hebishita-kyousuke-fille
Invité
Invité
avatar

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Re: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] EmptyLun 20 Jan - 15:59



Que cherches-tu réellement ? Voici une très bonne question, à laquelle moi-même ne pouvais répondre si facilement. Ce que je recherchais, c’était l’accomplissement de moi-même, devenir un véritable chef du clan Kimaera, le dieu des chimères, ces puissances divines et antiques aux attaques redoutables… Ce que je voulais, c’était retrouver mon clan, et le réunir à nouveau, continuer à répandre notre notoriété d’antan, la puissance qui en faisait trembler certains bijuus. Et pour cela, j’avais besoin de puissance, besoin d’être accompagné par des personnes à ma hauteur. Et je ne connaissais pour le moment, que l’Akatsuki capable de me mener au sommet de ma puissance. Pour cela, j’étais évidemment prêt à rejoindre leur cause,  exécuter certaines tâches dont je n’aurais été capable de faire il y a des mois de cela. Et pour tout vous dire, plus je prenais de la puissance, plus mon comportement changeait. Non pas que j’étais le mal en personne, je n’y voyais plus que mes propres intérêts, quitte à aider une cause que je n’approuverais pas.


Cependant, même s’ils étaient vu comme la pire espèce, comme les plus dangereux shinobis de notre monde, l’Akatsuki avait des objectifs très respectable visant la « paix » dans le monde, en capturant les bijuus. De toute façon, tout ceci n’était pas vraiment le plus gros de mes problèmes. Pour le moment, il me fallait rejoindre l’Akatsuki et, à priori, je me devais de passer un test, proposé sans même poser la question par cette personne qui se trouvait face à moi. Avant de se mettre à courir rapidement, il se mit à lancer une sorte de jutsu plongeant l’endroit dans un noir profond, avant de déclencher une autre technique, qui avait l’air ravageuse. Je pouvais entendre un son sourd et puissant, comme un vent violent. Et je ne m’étais pas trompé. Bien que nous ne pouvions voir grand-chose dans cette obscurité, le son m’en dit énormément De plus, lorsque la vue et les autres sens n’étaient pas utiles, cela développait ceux qui restaient disponible, ici l’ouïe.


« Bouryoku, envoles-toi, vite, sinon nous allons être balayés. Passe par-dessus cette tornade, et nous allons nous concentrer pour le trouver. »


Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] _but_h10


Bouryoku, sur des puissants coups d’ailes, se mit à s’envoler pour passer par-dessus. Restant quelques minutes, le temps que cette fameuse bourrasque s’éloigne, je redescendis alors au milieu de ce dédale. Prenant une grande respiration, je me demandais comment j’allais pouvoir la repérer. Il y avait deux principales solutions qui se posaient devant moi. La première, agir grâce à mon ouïe, essayer d’entendre quoi que ce soit en étant très attentif. De plus, je me doutais bien qu’en tant que membre de l’Akatsuki, il me fallait devenir discret, et faire les choses dans l’ombre Cependant, comment prouver à quelqu’un l’étendue de mes capacités en agissant de la sorte ?


Il me fallait trouver une autre méthode, en restant tout de même « correct » envers ce dernier. Concentrant mon chakra, je tentais en premier lieu de me concentrer, afin d’essayer d’entendre quelconque son, mais en vain. Le son de cette bourrasque étant encore audible, cela rendait la chose très difficile. Autre méthode, plus directe mais aussi plus efficace, j’allais la mettre en œuvre dès à présent. Malaxant mon chakra, je fis un signe à ma chimère, qui s’apprêtait à lancer une technique. Avant tout, je prononçais quelques mots, pour éviter de blesser ce personnage, et de lui montrer que je ne faisais pas cela à but de lui vouloir du mal.


- Bien, je vois que nous jouons au chat et à la souris. Hélas, ce vent m’empêche d’utiliser au maximum mon ouïe, je vais donc changer de technique. Le chasseur est parfois prêt à tout pour attraper sa proie. Je te conseille de sortir de ton trou, je n’ai pas pour intention de te faire du mal où de te blesser. Bouryoku, Chikara Seijou !! Cher ami, sort rapidement d’ici !


Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Bahamu11


Sur ces mots, Bouryoku prit de la vitesse pour aller se réfugier dans les airs. Tout à coup, plus un son, comment cette personne allait réagir, sachant que je l’avais mis en garde, mais que rien ne se passait ? Bouryoku était entrain de concentrer son chakra, quasiment la totalité, pour ne pas dire tout. Aspirant toute forme de vie, même l’oxygène, il concentrait cette énorme énergie pure, pour soudainement la balancer au sol. Le trône étant cependant magnifique, j’avais moi-même dis à Bouryoku de frapper le sol, en lui disant d’utiliser un peu de cette énergie pour le protéger. Soudain, un immense rayon se mit à toucher le sol, causant une forte explosion, ainsi qu’une onde de choc impressionnante. De plus, ce rayon était très lumineux, mais je n'avais réussi à rien voir. Une fois cette attaque lancée, je dis à Bouryoku de rester dans les airs, tenir un petit moment la position pour voir s'il avait réagit. La bourrasque de vent n'était plus là, j'allais pouvoir jouer sur mon ouïe dès à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 55

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Re: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] EmptyDim 26 Jan - 10:49


Je courais encore au beau milieu des ruines après m'être arrêté quelques secondes à mi-chemin. Je m'étais simplement délesté d'un fumigène et l'avais abandonné là-bas, seul, sans défense. Pauvre petit fumigène. Ma cavale avait duré plus d'une minute, mais je n'étais pas essoufflé. Au contraire, j'avançais toujours vite dans mon parcours hasardeux, et ainsi, je me trouvais assez loin d'eux, perdu dans cet univers qui me cachait et me camouflait. J'étais comme une pierre au milieu de centaines et milliers de pierres chaudes et dures, comme une pièce de puzzle minuscule font le puzzle était la globalité des ruines de Rôran. Alors que je m'apprêtais à me stopper pour trouver une cachette, je remarquai que mon cyclone se trouvait derrière la gigantesque chimère portant le nom de Bouryoku. Ils avaient ainsi donc passé mon premier obstacle. Je m'accroupis alors à quelques pas de là où je m'étais arrêté et attendis, silencieux. J'étais dos à dos avec un des 5 pommiers qui formaient une sorte de pentagramme avec l'aide de leur tapis de sable. Conscient que ce ''Bouryoku'' possédait des ailes, je réfléchissais à des possibilités de sorties d'extrême urgence. Pourquoi donc ? Parce que je savais l'étendue de ce qu'offraient des ailes. Il me fallait à moi aussi plusieurs possibilités... d'échappatoire. Plusieurs s'offraient à moi. J'avais à ma droite un chemin de halage qui traçait sa route, plus ou moins en ligne droite, jusqu'à une multitude de pierres tombées en ruine. À ma gauche, j'avais un choix plus que large de sorties. 3 ou dt es s'étendaient, assez loin. L'une pouvait me permettre de m'enfuir au plus vite et au plus loin, traçant sa route en continuant derrière moi ; la deuxième était parsemée de pièces disposées, assez concluement pour empêcher un bruit de cavale d'atteindre les oreilles d'une quelque personne se trouvant dans les environs ; et la dernière avait tout d'un chemin où se frayer un passage afin de se camoufler. J'optai par défaut pour la première, préférant fuir que de me camoufler plus longtemps. Mes capacités physiques et surtout ma vitesse étaient bien supérieures à celles d'un humain ordinaire, ce qui en faisait me force pour les nombreuses cavales dont je me sortait toujours gagnant. Seulement, le dénommé Kimaera ne semblait pas vouloir m'en laisser le temps. Sa chimère semblait déjà prête à lancer une attaque...

- Bien, je vois que nous jouons au chat et à la souris. Hélas, ce vent m’empêche d’utiliser au maximum mon ouïe, je vais donc changer de technique. Le chasseur est parfois prêt à tout pour attraper sa proie. Je te conseille de sortir de ton trou, je n’ai pas pour intention de te faire du mal où de te blesser. Bouryoku, Chikara Seijou !! Cher ami, sort rapidement d’ici !

J'avais bien raison de me faire du soucis pour ma fuite. Devant moi, assez loin mais quand même bien trop proche pour lancer une telle technique, se dressait Bouryoku, muni de ses ailes, et son maître. Je veux dire par là qu'il volait... chose assez pratique pour raser des mètres et des mètres de circonférence. Je commençai alors à faire quelques pas de côté... et partis comme une flèche sur le chemin qui s'éloignait du duo. J'avais monté ma vitesse au maximum, et c'était à peine du mes pieds touchaient le sol. Mon sac faisait des bonds sur mes hanches, tirant où s'abaissant à chaque fois que je repartais dans les airs. Puis une énorme attaque m'arriva dessus. J'eus à peine le temps de plonger sur le sol et me terrer derrière un bloc de pierres. Le choc m'arracha un cri étouffé, et par instinct, j'activai la fin de ma transformation. Ainsi, je ne pus tenir mon genjutsu plus longtemps, ce qui redonna à Kimaera sa vue et toutes le couleurs qui allaient avec. Il lui faudrait un temps pour passer l'éblouissement du désert. Je regardait alors l'étendue du désastre autour de moi. Pire que les hématomes qui devaient sûrement s'étendre sur la totalité de mon corps, les hématomes qu'avait provoqué l'attaque m'ayant tout juste frôlée avaient mis en miettes la plupart des morceaux de ruines qui étaient encore debout. Et debout, il ne restait plus que le trône et le duo Bouryoku/Kimaera. J'espérais que sa vision, qui maintenant devait être revenue, lui permette de contempler les désastres que causait son attaque. Par la même occasion, j'espérais aussi qu'il remarque la fumée blanche qui se repensait, à 100 mètres de moi, presque au milieu de nous deux. Le fumigène s'était ouvert alors que la précédente attaque de Bouryoku frappait les ruines.

Plus de deux minutes s'étaient déjà écoulées. Je restai allongée derrière deux bouts de colonne, camouflée par la tenue de même couleur que le sable, qui, trop grande, m'allait maintenant ample. Je voyais dans mon champ de vision deux mèches roses qui se baladaient sur le sol, et grimaçai. Voilà. J'étais Hebishita Kyousuke.


_________________
Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Bannia17
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sns-rp.forumgratuit.org/t1508-hebishita-kyousuke-fille
Invité
Invité
avatar

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Re: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] EmptyMar 28 Jan - 18:55



Une fois l’attaque de Bouryoku lancé, je fus ébloui d’une clarté soudaine, me faisant fermer les yeux durant quelques secondes. Maligne, elle avait donc utilisé un genjutsu sur moi, plongeant les alentours dans le noir total. Je me rendis alors compte de la puissance de son attaque, j’en étais moi-même impressionné. Profitant du spectacle, ayant évolué de la sorte, je ne pourrais bientôt plus faire appel à lui, mais ce n’était pas un souci, ce qui m’attendait était bien plus intéressant. Me faisant craquer les os du cou, tout en ricanant sadiquement. Il était doué, très doué. De plus, le temps qu’il s’était écoulé entre la sortie de ce genjutsu et le fait que je ré-ouvre les yeux fut mince, il avait donc une rapidité impressionnante aussi. Mais il m’en fallait bien plus pour me décourager. Prenant ma lance, que je faisais tourner sur une main, je regardais attentivement sans bouger.


A présent au sol, il me fallait la retrouver, et vite. Aucun problème. Je ne pouvais pas être partout certes, mais j’avais quatre yeux. Ma chimère, et moi. Tandis que nous communiquions par la pensée, je fis partir Bouryoku cette fois-ci sans parler dans les airs, me repérant du fumigène qui avait explosé. Je décidai de couvrir la zone plus efficacement. Les airs, et le sol. Prenant un pas lent, je décidais aussi d’être discret. Plus de paroles, plus de bruit dans mes pas, je dis à Bouryoku de partir très haut, afin de dépasser les nuages. Il avait pour ainsi dire la vue d’un dragon, donc très perçante, ces nuages ne serviraient pas de voile, cela ne le gênait pas du tout. Nous voilà alors, couvrant tut le terrain que nous pouvions. Passant par devant le trône, je m’assied quelques secondes, fermant les yeux, pensif…


« Bien… Il me faut trouver cet énergumène de l’Akatsuki, et ainsi donc j’aurais peut être une chance de les rejoindre… Je vais donc utiliser de mon cerveau maintenant. Bouryoku dans les airs, aura une vue plongeante et me dira s’il voit quelque chose. Quand à moi, je vais de ce pas marcher un peu, et user de mon ouïe. »


Me relevant, je me tournais vers le fumigène, pour commencer une marche discrète au milieu de ces ruines, qui l’étaient encore plus après l’attaque de mon dragon. Cependant, même si mon interlocuteur ne le savait pas, Bouryoku ne pouvait à présent plus lancer de technique, étant donné qu’elle consomme la quasi-totalité de son chakra. Mais je ne comptais pas en avoir recours encore une fois. Cependant, j’avais plus d’un tour dans mon sac, et je comptais bien les utiliser. Bouryoku, scrutant des airs, ne voyait rien jusqu’à présent. Personnellement, voilà que je fis une centaine de pas après le fumigène, mais rien. Comment allais-je faire pour la retrouver ? Je comptais bien en profiter, de mes chimères, étant donné que c’était la dernière fois que je pouvais les utiliser.


Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Bahamu10


Prenant une grande respiration, je fis un mudra d’une main, rappelant Bouryoku. J’avais une autre idée, bien plus intéressante pour être sûr que cette fois, je la trouverai. Concentrant mon chakra, j’allais faire appel à une autre chimère, Nebula, la femme araignée. Son passée était dur, elle était une femme qui, il y fort longtemps quand elle était encore en vie, était considérée comme « sorcière », tellement ses poisons était puissante. Ayant une intelligence incroyable, elle finit par mélanger des gênes d’araignées avec son sang, pour devenir ce qu’elle est finalement aujourd’hui. Dernière utilisation de celle-ci, elle allait m’être d’une grande utilité. Je me mis à monter sur le plus haut des piliers restant, afin d’avoir une vue sur la totalité du terrain sur pas mal de mètres. Faisant quelques signe, je me mis à l’invoquer, puis à lui parler mentalement…


« Nebula, voit comment je vois la chose. Je sais que tu es rapide, et que la toile rigide est ta spécialité. Pour cela, tu vas devoir user de quasiment la totalité de ton chakra. Fait moi un dôme de chakra, et reste sur ta toile. Tu réduiras le cercle petit à petit, nous la trouverons. »


Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Mmh6_c10


Aussitôt, cette chimère fit rapidement éclater une énorme boule de toile qu’elle se mit à tisser très rapidement, formant le dôme en quelques minutes. Etape suivant, elle se mit à doubler et endurcir ce dôme, pour éviter toute sortie trop simple. Grimpant sur la toile, et se mit à commencer le dernier processus, usant de sa toile réduisant le diamètre de ce dôme. Calme et souriant, je marchais toujours en jouant avec ma lance, me demandant où est-ce qu’elle avait pu se cacher. Je me mis alors à grimper sur la toile, maintenu par des fils que m’avait spécialement tissé Nebula, pour que je puisse en gros circuler librement à l’intérieur de ce dernier, des genre de « passerelle » très fine. Elle avait utilisé pas mal de chakra déjà, sûrement la moitié rien qu’en tissant, mais en vue de la quantité de toile utilisé, c’était tout à fait normal. Fermant les yeux, je faisais confiance à mon ouïe, mais je n’entendais encore rien. Ré ouvrant les yeux, je me mis à lui parler alors…


- L’araignée, malgré sa petite taille en générale, est un des prédateurs les plus intelligents qui soit. Sa toile, est un véritable piège duquel il est très difficile de s’en sortir. Tu as sûrement du t’en rendre compte, ce dôme de toile t’empêchera de sortir. Un mouvement trop près, ou si jamais tu viens à la toucher, elle te repèrera aussitôt. Fait attention, je ne te veux aucun mal, et tu le sais. Cependant, Nebula est une chimère assez vacillante au niveau de son état d’esprit, son poison est surpuissant. Je ferais en sorte pour qu’elle ne te fasse rien, mais je n’ai pas toujours son contrôle. Alors, vas-tu sortir de ton trou ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 55

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Re: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] EmptyLun 3 Fév - 12:52



Je restai à terre, étalée sur mon lit de fortune que formaient les grains de sable qui m'entouraient de toutes parts. J'avais les yeux dans le vague, regardant les nuages défiler dans le ciel si vaste. Le tissu m'encerclant la tête partait en lambeaux, découvrant mes cheveux si fins et si roses qui ondulaient lestement sur mes épaules. Mon uniforme de Suna se détachait un peu plus à chaque respiration que je faisais, et je nageais dorénavant dedans. Seuls résistaient encore mon pantalon de lin et ma robe passée en pagne autour de mes hanches, intacts et inébranlables. Je soupirai. J'avais enfin retrouvé ma forme originelle. Après tant de temps passé à Suna... mon enveloppe se brisait en deux, ma couverture se dissipait. Mes yeux bleus s'étaient changés en un rouge perçant, mes cheveux blonds rosis, mon teint affiné, et ma taille rapetissée. Je n'étais plus en juunin de Suna, à présent.

Je lui laissai faire ce qu'il avait à faire. J'observai avec attention ses créatures s'agiter autour de lui, puis regardai le soin avec lequel l'araignée tissait la toile autour de l'espace gigantesque dans lequel nous nous trouvions. Le dôme ainsi délimité s'arrêtait à seulement quelques mètres de ma cachette. C'est ainsi que je me rendis compte que j'avais vraiment couru vite. Je me trouvais très loin de Kimaera, et de ce fait je gardais un avantage, mais les recherches de l'araignée s'effectuaient aux abords du dôme. C'est-à-dire, juste à côté de moi. Je jetai alors quelques coups d'oeil sur les côtés, et tentai une reconnaissance du terrain. Avec un peu de chance, j'allais pouvoir changer de place et gagner un peu de temps en courant vers un assemblement de colonne éclatées. Je ramenai mon sac vers moi et l'agrippai, me préparai à me lever et courir. Les 5 minutes devaient été largement dépassées. Je me fis cette dernière réflexion en calculant la distance à parcourir et le temps qu'il le fallait pour... d'un coup, je bondis hors de mon trou et sautai sur une large plaque de pierre. Puis je passai devant un enchevêtrement de ruines, et ressortis de l'autre côté en une section de seconde. Mon haut de juunin Sunien obligatoire faillît dégringoler de ma poitrine mais je le retins juste avant qu'il ne tombe, et continuai la course. J'étais consciente que Kimaera m'avait repéré, mais ne pouvais rien faire de plus. Je ne devais pas l'attaquer, ni m'enfuir ; je n'avais d'autre choix que courir en suivant un long arc de cercle, dans le but de ne pas lui faciliter la tâche et l'empêcher de m'attraper rien qu'en courant... je me savais experte en course et en endurance.

«Viens... et essaie de m'attraper, petit maître des chimères. On verra qui sèmera l'autre le mieux, entre nous deux...»

J'esquissai un demi-sourire amusé. Ces parties de cache-cache me paissaient beaucoup, me rappelaient les jours joyeux à Iwa... les jours où j'avais vécu enfant, avec les frères et soeurs. Ces moments de bonheur en famille, avant que n'arrive le malheur et ma malédiction... ainsi que le massacre sanglant qui avait eu lieu au pays de la roche. Aujourd'hui je retrouvais ces sensations heureuses, telles que les jeux de chat et de souris. À part me prendre à revers, il ne pourrait m'attraper... je souris. Aurait-il assez joué étant petit ?

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Mamoir10

Spoiler:
 

_________________
Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Bannia17
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sns-rp.forumgratuit.org/t1508-hebishita-kyousuke-fille
Invité
Invité
avatar

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Re: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] EmptyLun 3 Fév - 16:47



Bingo, ma technique avait fonctionnée. Il était enfin sorti de son trou, à présent, je devais me débrouiller pour l’attraper. En effet, je l’avais vu, mais il faisait preuve d’une vitesse et d’une endurance remarquable. Il se mit à courir en forme de cercle, tout en faisant le tour de mon dôme. Je le voyais courir certes, mais je ne disposais pas de sa vitesse, il me fallait à présent trouver quelque chose pour le ralentir. Par plaisir, j’eu invoqué Bouryoku et Nebula une dernière fois, je comptais à présent me servir de mes nouvelles techniques. Souriant, il était temps de lui montrer de quoi j’étais véritablement capable. Me mettant au centre de ce dôme, je ne faisais même pas attention à ce dernier, qui courrait. Concentrant mon chakra, j’allais lui montrer une de mes dernières technique, qui peut être l’inciterai à s’arrêter.


Elle consommait tout de même pas mal de chakra, mais il me fallait le faire, pour une simple raison, faire parti de cette organisation. Concentrant fortement mon chakra, cela allait être la première fois que je réalise cette technique. Il me fallait compter environ cinq minutes pour pouvoir la faire correctement. Fermant les yeux, je fis alors le vide dans ma tête. Je ne pensais plus à rien, faisant mentalement appel à mon fameux dragon, pour qu’il puisse me prêter sa force, pour que nous puissions fusionner. En effet, j’avais atteint ou presque, l’apothéose de mon clan, la fusion même avec mes chimères, à taille réelle. J’étais bien conscient, que cette technique allait me consommer du chakra, et surtout, détruire ce dôme, ce qui pourrait la faire fuir, ou presque.


Sous la forme que je compte avoir, j’allais être assez immense, la taille de mon véritable dragon des ténèbres. Cela pouvait être dangereux, mais étant donné que je maîtrisais mon art sans problème, il n’y en aura pas. Mes attaques pouvaient être dévastatrices, mais ce n’était pas le but de lui faire du mal. Il fallait que je lui prouve que mon art d’invocation allait bien plus loin que ce que je lui avais montré jusqu’à présent. Il allait comprendre maintenant, voir mon véritable visage. Concentrant mon chakra, le sable autour de moi commençait à s’envoler, lévitant autour de moi. Quelques morceaux de roche se mirent à léviter aussi, cela devait sûrement attirer l’attention de mon « adversaire ».


« Héhé… bien, voyons voir comment tu vas réagir face à mon Kanzen Yuugô, la forme parfaite de son invoqueur et de sa chimère. Kurayami, confère-moi ton apparence, ta puissance ! »


Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Alpha_10


Mon chakra donnait à présent une atmosphère lourde et pesante, sur un rayon de 5 mètres autour de moi, tout était entrain de léviter. Les yeux fermé, j’avais un sourire aux lèvres, sentant la puissance de mon dragon m’envahir, sensation agréable. Ma peau changeait de couleur petit à petit, prenant une couleur brillante, d’un violet pur et profond. Une aura brillante autour de moi, des espèces de feux follets violet commençaient à tournoyer autour de moi, qui me touchant, commençaient à me faire changer. Mon armure, petit à petit, prenait apparence et texture d’une véritable peau de dragon, armure encore plus solide que celle que j’avais. Je me sentais grandir, les toiles brûlaient, du moins se consumaient de par mon chakra. Une sorte de dôme violet vint à m’entourer, la fusion était entrain de se faire correctement, plus rien ne pouvait à présent m’empêcher d’entrer dans mon mode Kanzen.


Grandissant, je me sentais changer. Des ailes d’abord, je me sentais bien plus puissant, et avais à présent une immense taille, digne de celle de mon dragon. Hurlant d’un puissant cri, je me mis à cracher des flammes vers le ciel, le grondement de ma voix faisant trembler le sol par sa puissance. Je le regardais donc tourner, je me devais donc de l’arrêter. Je pouvais à présent voler, mais disposais malgré ma grande taille d’une vitesse accrue, et surtout d’une force effroyable. Je ne comptais pas lui faire de mal directement, mais il me fallait l’arrêter. Mettant quelques coups d’ailes puissants, je faisais même bouger des morceaux de roches.


Prenant un envol très rapide, je comptais utiliser une technique basique qui n’en était pas une, mais plutôt de la physique. Prenant un envol rapide donc, je me mis à foncer vers le sol, pour le frapper violemment, et causer une onde de choc, retournant tout ce qu’il y avait autour de moi. Des débris de rochers se mirent à partir dans tous les sens, et si elle ne changeait pas de trajectoire, elle risquait de s’en prendre. Reprenant mon envol, j’attendais de voir ce qu’elle allait faire, pour réagir en conséquence.


« Allez, réagit donc, je vais te montrer que personne ne peut m'échapper!!! »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 55

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 0 C - 0 D
Talents:

Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Re: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] EmptyDim 9 Fév - 14:32


Il m'avait obligée à me découvrir et sortie de ma cachette. En soi, c'était tout au plus banal... mais jusqu'alors jamais je n'avais été obligée de quitter un endroit qui me tenait à coeur, comme une cachette, ou comme une forteresse... telles des ruines antiques. Jamais, on ne m'avait laissée sortir en m'y obligeant. C'était moi qui en prenais la décision. Je restais toujours au même endroit, des fois des heures et des heures, jusqu'à ce qu'on me trouve, ou jusqu'à ce qu'on abandonne. Les autorités d'Iwa avaient, par ailleurs, répondu à cette ''consigne'' que j'avais fixée, et j'avais échappé à la mort. Depuis, plus personne ne me trouvait... j'étais recherchée, mise à prix, et tout ce qui s'ensuivait. Je n'aurais jamais imaginé que c'aurait été un shinobi seul qui serait venu me trouver... Tout le reste ne m'atteignait pas. J'avais une cachette très précieuse. Une cachette ultime : ma forme Sunienne.

Et c'était cette forme que j'avais été obligée de quitter ; cette forme qui entraînait mon désarrois. Je courais sur le sable chaud, mes chaussures s'enfonçant en lui telles des pelles venues creuser des trous et former des dunes. Je courais, mais je voyais Kimaera du coin de l'oeil. Je l'observais. Il avait la carrure d'un Akatsukien, c'était indéniable... la puissance accrue qu'il dégageait le prouvait. Il était assez puissant pour intégrer l'organisation. Seulement, savait-il faire la part des choses ? Pour espérer y entrer, il avait fait preuve d'une volonté sans pareille. Mais qu'aurait-il fait si le Chef de l'Aka avait décidé de lui envoyer un autre membre pour le combattre ? Qu'aurait-il bien pût faire ? Je n'avais utilisé que 3 techniques, basiques, pour me cacher et lui faire face. Sans doute, lui avait utilisé plus de chakra que moi. Que pourrait-il bien faire maintenant, si une nuée de shinobis de notre niveau nous arrivait ? Je n'étais pas là pour faire la garderie d'un shinobi, et encore moins pour rester au centre d'une bataille.

Je posai ma main sur le manche de mon sabre. Il fallait que je fasse quelque chose... lorsqu'on en aurait fini, je l'emmènerai dans une des planques de l'Akatsuki. Puis je le laisserai. Pas de temps à perdre. Quoique... je réfléchis. Qu'avais-je de si pressé à faire ? Rien, à part retrouver la trace d'un déserteur et manger un bout. Il était temps. Le soleil tapait fort, et sans rafraîchissement, nous ne pouvions pas tenir bien plus longtemps... je ramenai alors mon regard vers Kimaera, qui s'était transformé. Finalement, peut être qu'il n'y avait que moi qui avais faim... le petit avait laissé sa place à un gigantesque dragon. Quelle étrange forme... en plus d'accroire sa force, il pouvait maintenant voler... je pris conscience que je me trouvais dans une situation plus que dangereuse. Alors qu'il s'envolait et prenait de la vitesse, je dégainai mon sabre en produisant un son métallique en le frôlant contre son fourreau. Kimaera frappa le sol, et provoqua comme un séisme, qui se répandit dans ma direction... et qui arriva à ma portée. Je bondis alors en l'air avant que le sol ne soit qu'un amas de poussière de sable sans consistance. Des pierres m'arrivèrent alors telles des projectiles, et je dûs employer ma main qui tenait mon uniforme pour me protéger le visage, sans quoi les dégâts auraient été terribles. Je brandis au même moment ma lame, qui vint jouer le bouclier dans une vitesse surhumaine, et s'occupa de dévier la trajectoire des pierres qui me frôlaient. Mais je n'avais pas plus que deux bras, et ne pus tenir la cadence. Je retombai alors sur le sol, me tordant la cheville sur le rebord d'un morceau de colonne fracassée, puis dis deux pas en avant pour me ré-équilibrer. Mais je m'écroulai par terre, ma cheville ne portant plus rien... il avait gagné.

Mes vêtements débraillés ne recouvraient pas la totalité de mon corps, mais ce n'était ma principale préoccupation. Je fis une grimace de douleur et de rogne, puis regardai le ciel d'un air boudeur, légèrement hautain, les bras croisés. Puisque c'était ainsi... il n'avait qu'à s'excuser.

Mon sac était retombé à quelques centimètres de mois, et j'avais le visage encadré par mes cheveux en bataille. Mon pied n'avait plus rien ; je ne ressentais plus aucune douleur, mais je refusais de me lever, et restais allongée le dos au sol, à regarder le ciel, ma peau profitant de la chaleur et du soleil. Je soufflai alors que une mèche rebelle qui barrait mon visage, et tournai la tête vers Kimaera, mes yeux traduisant encore le boudage que je lui octroyais. Ça, c'était de sa faute.


_________________
Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Bannia17
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sns-rp.forumgratuit.org/t1508-hebishita-kyousuke-fille
Contenu sponsorisé



Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty
MessageSujet: Re: Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]   Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour du Dieu des chimères... [ PV Hebishita]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ansyen chimè lavalas resikle nan Ucadde ap simaye lanmo nan Plato Santral
» 3000 personnes manifestent pour le retour d'Aristide
» RETOUR DE JMB 11?
» Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible [...] ♦ Amy (L) & Lilieth
» [UPTOBOX] Le Retour des bidasses en folie [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V1 :: Kaze no Kuni :: Ruines de Rôran :: Salle du trône-
Sauter vers: