Partagez
 

 Demokratía ( PV YUMI )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soufuku Nitobe
Rang S
Rang S
Soufuku Nitobe
Messages : 1949

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 1 D
Talents:

Demokratía ( PV YUMI ) Empty
MessageSujet: Demokratía ( PV YUMI )   Demokratía ( PV YUMI ) EmptyMar 3 Mai - 23:25

Demokratía
OST



Il se tenait face au cimetière de Tetsu n Kuni, aujourd'hui ni la pluie ni la neige ne tombait sur la terre battue de l'endroit réservé aux défunt. Assis, la cigarette fumante à la main, Il regardait sans dire un mot la dalle de marbre qui se tenait face à lui. Le temps lui avait semblé si long depuis la dernière fois qu'il avait osé visiter cet endroit. Un long sourire profond et nostalgique vint à se dessiner sur son visage... Sous sa frange il se ressassait le bon vieux temps. Elle avait été reine jadis, et lui roi aujourd'hui. Il toucha la pierre tombale comme pour lui dire au-revoir et se dirigea vers celle qui se trouvait à deux pas. Ici gisait son vieil amis ensemble ils avaient libéré ce pays si chers à leurs yeux... Mais aujourd'hui il n'était plus, étant rattraper par le temps et la dureté du destin qui n'était clément avec personne. Puis encore  quelques pas se dirigea vers celle où résidait sa mère emportée par le temps elle aussi, il espérait qu'elle soit fiers de lui, qu'elle veille sur lui et que avant  toute chose qu'elle puisse reposer en paix. Elle avait été une figure importante dans la vie de Soufuku, sa pugnacité, sa bonté était un exemple rare et il n'avait revus depuis dans les méandres de ce monde un être semblable à sa mère. Il quitta donc ce lieux de commémoration en repassant devant la tombe de celle qui avait pour prénom la brise qu'il sentait chaque matin, celle qui habituellement lui caressait la joue... Ici gisait son seul amour... Fuu... Il était temps à présent pour l'homme de repartir. Les affres administratives qui incombaient à sa tâches devaient être résolue et Suna quémandait encore une fois son aide.

C'est en prince qu'il revint dans son village, le grand, le puissant et fiers Nitobe Soufuku, l'enfant Pro Gaara celui qui avait osé ! Il avait retrouvé son vrais corps et c'est dans la peau du soleil levant qu'il avançait vers ses pairs du désert. Une délégation de quelque homme l'accompagnait, lui était placé dans un espèce de petit cabanon que ceux-ci portaient. L'intérieur était si étroit mais les fauteuils de velours bleus étaient paradoxalement confortable. Le soleil brûlant devait rendre la tâche à ses subalternes des plus difficiles. Ils firent quelques haltes pour pouvoir s’abreuver, Soufuku en profitait alors pour regardait un peu plus ce paysage vide qu'était le désert de Kaze no Kuni. Il avait dans ses yeux l'amertume du devoir, celui que prenaient les grands hommes de ce monde lorsqu'ils devaient faire des choix cruciaux. Le temps de ce voyage il se demanda comment allaient les personnes qu'il avait lâchement laissé en usant de son subterfuge bien secret pour pouvoir changer d'apparence. Ce n' était pas là une vulgaire imitation servant à endoctriner un pays ou autre... Mais bien le résultat des circonstances que pouvait offrir la vie. Comment se déroulait l'intégration de l'enfant sauvage qu'il avait trouvé lors de son escapade à Konoha ? Shinki arrivait-il à poursuivre son apprentissage ninja ? Quant aux Esuki n'étaient-ils pas inquiets et lasses de voir s’échapper sans relâche celui qui était censé être le chef de Kaze no Kuni.

Et le plus gros poids qui pesait là sur ses épaules : Avait-il fait le bon choix en aidant Kiri ? Visiblement le jeune chef de la brume auto proclamé Empereur avait besoin d'étudier l'aspect politique d'un dirigeants... Il avait là beaucoup de défaut, beaucoup à apprendre et Soufuku se voulait de l'aider, sans quoi il le savait celui-ci serait tôt ou tard rongé par ses ambitions démagogues... Il arriva finalement aux aguets du village qu'il chérissait tant. Les gardes lui demandèrent alors de décliner sa présentation. Il signa en tant qu'inviter de sa propre personne, inviter par le Kazekage en personne, disant tout bonnement qu'il était le chef du pays du fer et que si, il ne voulait pas mettre à mal les relations diplomatiques des deux pays il ferait mieux de le laisser passer. Soufuku fit désormais route seule laissant ses gardes se diriger et visiter Suna, il comprenait parfaitement leurs envies de voir a quoi pouvait ressembler le monde. Tant il l'avait éprouvé par le passé. Il se hâta donc à l’hôpital et trouva sans difficulté ( chose étrange ) la chambre qui contenait son autre lui. Il avança vers le corps maintenue en vie par un stock d'un dixième de chakra et par des machines branchées de toutes parts. La sensation de pouvoir s’observer était bizarre... C'est comme si il avait plongé à l'instant dans un grand miroir qui brisait la frontière entre le monde réel et l’irréel. Après avoir constaté que celui-ci était plus ou moins en sûreté pour le moment et après avoir récupéré son sabre qu'il se dirigea vers le bureau du Kazekage. Yumi devait y être du moins, il l'espérait. Il entra donc dans son bureau, et  s'assit dans son fauteuil, il pris un bout de papier et y griffonna quelque chose, pas une note comme il avait l'habitude de le faire non, il donna ici un courrier de la plus haute importance pour son amie. Elle entra par la suite. Et Soufuku ne lui laissa pas le temps de s'exclamer face à lui prenant la parole alors.

- Ne me reconnais tu pas ? Ce visage que tu avais jadis vue lors de l'examen Chuunin de ton village Yumi. Je suis Soufuku Nitobe, Kazekage, samouraï et ceci est mon vrais corps. Ne me demandes pas comment, nous avons tous nos petits secret. Je comprendrai si tu étais déçu ou autre. Je sais aussi que dernièrement j'ai mal agis envers vous mes camarades. J'ai tenter mainte fois de vous le dire, mais j'en ai eu le plus grand mal. Sous mes grands airs je suis tout de même un homme, lâche par moment. Si je suis venue sous cette forme aujourd'hui c'est pour te dire deux choses. La première est que je suis réellement...

Un flottement dans l'aire...

- L'Empereur du Pays Du Fer, qui possède deux chefs un militaire et un chef coutumier, formel qui est en place jusqu'à sa mort. Je suis ce derniers. Maintenant laisse moi m'allumer une cigarette et t'expliquer la seconde s'il te plaît.

Une fois chose faite.

- J'ai pus constater par moi même et à mes dépends que le peuple t'approuvait de plus en plus, et j'en suis ravie, même si au départ mon égaux s'en est retrouvé bouleversé je ne te le cache pas.... Et par ailleurs il y a une chose que j'aimerai faire, en rencontrant Aizen je me suis un peu comme qui dirait... Revue et j'aimerai le conseiller un petit peu. Je ne déserte pas Suna je vais agir en intermédiaire car si on aide pas ce jeune homme bientôt il sera complètement démunis face aux retours de ses actes. Tu te dis certainement que je vais devoir te laisser toi mon fidel bras droit gérer le village...

Un sourire.

- Vois tu je me souviens de ce jours où nous avons échanger pour la première fois à Kiri, Heiwa c'était ça, tu te souviens de nos chimères utopiques ? Et bien j'ai fais de Suna le contour de ce que devait être ce projet que tu as imaginée, et qui de plus légitime que toi pour en être à la tête ? Car oui mon amie des demains tu seras la premières Kazekage femme de Suna. Je vais de ce pas m'occuper de certaines choses, je laisserai mon corps dans cette endroit secret don seule toi en connais l'existence Yumi j'y apposerai un sceau et en cas de besoin tu pourras toujours m'invoquer. Sur ceux je te laisse ce papier je repasserai te voir avant ton discours d'investiture.

Il s'en alla alors après avoir écouté la réaction de sa comparse, lui qui fut Kazekage ne l'était plus. La lettre elle contenait.
Spoiler:
 

_________________
"Chaque chaton grandit pour devenir un chat. Ils paraissent inoffensifs au départ, petits, calmes, lapant leurs soucoupes de lait. Mais une fois que leurs griffes deviennent assez longues, ils vont jusqu'au sang. Parfois de la main qui les a nourri. Pour ceux d'entre-nous grimpant au sommet de la chaîne alimentaire, il ne peut y avoir de pitié, il y en a une, mais une seule règle : Chasser ou être chassé".
Franck Soufderwoord-Heiwa of cards- Yuukan- An 120.


Naemilia > All J'ai été forcé à le dire j'vous le jure !

"Pas si vite ! Puisque j'aime bien la gueule des Sunajins et qu'ils sont faibles, je donne 20 pts de plus à Suna no Kuni, et comme je suis accesoirement Kazekage je retire 10 pts aux autres villages." Soufbledore-Conseille du staff/Yuukan-An 120.
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t4530-bingo-book-de-soufuku-nitobe-hachidaime-kazekage https://sns-rp.forumgratuit.org/t4363-madaonitobe-soufuku-20-ans-plus-tard
Yumi Esuki
Rang S
Rang S
Yumi Esuki
Messages : 4289

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Talents:

Demokratía ( PV YUMI ) Empty
MessageSujet: Re: Demokratía ( PV YUMI )   Demokratía ( PV YUMI ) EmptyMer 4 Mai - 9:04



Soufuku était de retour. J’avais ouïe dire qu’il avait envoyé une missive à Yagami Akoshana, la chuunin dévergondée avec laquelle j’avais discuté, et qu’il l’avait rencontrée en plein désert. Suite à cela, il était tombé d’épuisement et avait été rapatrié à l’hôpital. Je lui avais rendu visite afin de m’assurer que tout allait bien, et à défaut pour lui venir en aide grâce à ma maîtrise du ninjutsu médical. Totalement inconscient, j’avais essayé de le faire revenir à la raison de plusieurs manières… mais aucune n’avait fonctionné. J’étais confrontée à une impasse : ce corps avait encore un pouls, ses fonctions vitales marchaient à merveille… et pourtant il était comme sans vie. Je n’avais encore jamais rencontré un tel cas jusqu’alors. L’élite du département médical était sur le coup, tentant de résoudre cette équation à laquelle je n’avais pu trouver réponse. Peu de temps après, j’appris que l’Empereur du pays du Fer en personne était en visite à Suna et qu’il se trouvait à la tour de direction… Je m’empressai de l’y rejoindre afin de l’accueillir en bonne et due forme.

Gravissant les marches de mon sanctuaire, mon esprit était hanté par Soufuku, ce vieil ami que je ne pouvais apparemment plus aider. Notre histoire commune remontait à très longtemps : nous n’étions que des enfants, pas plus âgés que Shinki ou Dorumo. Alors idéalistes et contre la violence, nous nous étions promis de parvenir à apporter la paix en ce monde. Vingt ans plus tard, nous nous étions recroisés sur les sentiers de ce grand monde afin d’accomplir notre destinée. Et c’est ainsi que naquit la démocratie du village du sable. Une secrétaire m’affirma que l’homme que je cherchais était rentré dans le bureau du Kage : visiblement, ce Shogun, que je n’avais encore jamais rencontré, était de nature impatiente. Lorsque je pénétrai à mon tour dans l’antre de mon ami Nitobe, j’eus un choc… J’avais vu de mes propres yeux Soufuku à l’hôpital, et pourtant il était droit devant moi, assis sur sa chaise, en train de griffonner sur un papier comme il le faisait toujours. Il n’avait pas le même visage, ce n’était pas l’homme que je côtoyais depuis quelques temps, mais il m’était pourtant familier.


- Ne me reconnais-tu pas ? Ce visage que tu avais jadis vu lors de l'examen chuunin de ton village Yumi. Je suis Soufuku Nitobe, Kazekage, samouraï et ceci est mon vrai corps. Ne me demande pas comment, nous avons tous nos petits secrets. Je comprendrais si tu étais déçue ou autre. Je sais aussi que dernièrement j'ai mal agi envers vous mes camarades. J'ai tenté maintes fois de vous le dire, mais j'en ai eu le plus grand mal. Sous mes grands airs je suis tout de même un homme, lâche par moments. Si je suis venu sous cette forme aujourd'hui c'est pour te dire deux choses. La première est que je suis réellement… L’Empereur du Pays Du Fer, qui possède deux chefs, un militaire et un chef coutumier, formel, qui est en place jusqu'à sa mort. Je suis ce dernier. Maintenant laisse-moi m'allumer une cigarette et t'expliquer la seconde s'il te plaît.

Je restai face à lui, bouche bée. Non seulement il disposait de plus d’un corps physique, mais en plus de cela il se trouvait être à la fois Kazekage et Shogun de son pays d’origine. Je ne savais comment réagir : devais-je être admirée de voir à quel point cet homme était polyvalent et toujours surprenant après tant d’années, ou devais-je me fâcher en apprenant que mon collaborateur m’avait caché des informations si précieuses ? Je profitai de la suite de son discours pour réfléchir à la réaction à laquelle j’allais me tenir.

- J’ai pu constater par moi-même et à mes dépens que le peuple t'approuvait de plus en plus, et j'en suis ravi, même si au départ mon ego s'en est retrouvé bouleversé, je ne te le cache pas.... Et par ailleurs il y a une chose que j'aimerais faire, en rencontrant Aizen je me suis un peu comme qui dirait... Revu et j'aimerais le conseiller un petit peu. Je ne déserte pas Suna je vais agir en intermédiaire car si on aide pas ce jeune homme bientôt il sera complètement démuni face aux retours de ses actes. Tu te dis certainement que je vais devoir te laisser toi mon fidèle bras droit gérer le village. Vois-tu je me souviens de ce jour où nous avons échangé pour la première fois à Kiri, Heiwa c'était ça, tu te souviens de nos chimères utopiques ? Eh bien j'ai fait de Suna le contour de ce que devait être ce projet que tu as imaginé, et qui de plus légitime que toi pour en être à la tête ? Car oui mon amie dès demain tu seras la première Kazekage femme de Suna. Je vais de ce pas m'occuper de certaines choses, je laisserai mon corps dans cet endroit secret dont seule toi connait l'existence Yumi, j’y apposerai un sceau et en cas de besoin tu pourras toujours m'invoquer. Sur ce je te laisse ce papier, je repasserai te voir avant ton discours d’investiture.

Alors qu’il venait de m’annoncer dans le plus grand des calmes sa passation de pouvoir, mon ami d’enfance s’était relevé de son bureau en marbre en affichant une confiance toute naturelle. Plus son moulin à paroles tournait, plus ma stupéfaction s’accroissait… Il me faisait réellement confiance au point de me confier tous ses pouvoirs ? D’un côté, l’ivresse de direction que j’avais ressentie en son absence reprit le dessus, me soufflant des mots agréables. Mais d’un autre, mes nouvelles responsabilités venaient de me clouer au sol, pétrifiée. J’étais au fond de moi terrifiée par la vie qui m’attendait : une migrante devenue Kage d’une patrie de laquelle elle ne connaissait presque rien il y a encore deux ans. J’entrepris de fermer ma bouche, restée grande ouverte après ses multiples révélations, et j’attrapai Soufuku par le bras, l’empêchant de quitter cette pièce. Je n’en avais certainement pas terminé avec lui.

- Alors comme ça… tu abandonnes Suna pour assister l’homme qui a failli me coûter la vie ? Je comprends ton point de vue : l’âme d’Aizen a besoin d’aide. Mais tu te fourvoies certainement sur la méthode à employer. Moi aussi j’ai essayé de le convaincre d’être plus raisonnable dans ses propos, à l’époque où nous nous faisions face dans les débats politiques nocturnes du village de la brume. Mais c’est un enfant borné. Et derrière son soi-disant projet de paix qu’il croit semblable à celui que nous avons nous-même établi, et dont tu as cité le nom, Heiwa… il dissimule une insatiable soif de conquête. Ça y est, le pays du Feu est tombé sous son joug. Mais quel est le suivant sur la liste ? Cet homme ne s’arrêtera jamais de son propre chef, à moins que quelqu’un d’autre ne l’arrête. J’espère que tu sais ce que tu fais, mon ami. Car tu navigues désormais en terre inconnue, et je ne suis pas certaine de pouvoir te soutenir dans ce choix.

Je repris mon souffle, prenant une longue inspiration pour m’efforcer de dissimuler la veine guerrière qui trônait sur mon front d’habitude si lisse. Je replaçai une mèche rebelle qui était tombée dans mon champ de vision avant d’ajouter :

- Je te remercie néanmoins pour l’attention que tu me portes. Je ferai de Suna la nation idéaliste à laquelle nous avons tous les deux pensé. Je chéris le village du sable autant que je chéris ma propre patrie, et je suis prête à l’assumer. Cependant, je tiens à tirer quelque chose au clair : j’ai toujours été transparente avec toi, tu connais tout de ma vie. De mes mésaventures avec l’Enfant Maudit à mes projets de paix en passant par mes diverses relations. Et aujourd’hui, j’apprends en l’espace de la même minute que tu te livres à une double vie, dirigeant deux pays en même temps, que tu as pour cela le pouvoir de posséder plusieurs corps, et surtout que tu as rencontré un de mes plus grands opposants sans me l’avouer. Que me caches-tu encore, Soufuku ? Je veux bien t’accorder un statut particulier d’ermite, et pas de déserteur, mais il va falloir que tu regagnes entièrement ma confiance pour cela. Je dispose d’une technique permettant de sonder l’âme d’autrui, et c’est actuellement le seul moyen que je vois pour m’assurer que nous n’avons plus de secrets l’un pour l’autre. Acceptes-tu de passer par cette étape que je juge indispensable à notre amitié ?

Mon regard dégageait une multitude de sentiments. Telle une véritable palette de couleurs, mes émotions volatiles apparaissaient un instant dans mes yeux vairons avant de laisser place à la suivante. L’admiration, la colère, la peur, l’amour. Ce bal d’automne régnait en mon for intérieur et ne prendrait fin que lorsque je serai parvenue à en jouer la dernière note : l’harmonie.
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 https://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Soufuku Nitobe
Rang S
Rang S
Soufuku Nitobe
Messages : 1949

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 1 D
Talents:

Demokratía ( PV YUMI ) Empty
MessageSujet: Re: Demokratía ( PV YUMI )   Demokratía ( PV YUMI ) EmptyMer 4 Mai - 15:04



Les réponses de Yumi étaient marquées par un sentiment d'amertumes et d'une incompréhension totale au vue de la situation. Soufuku lui même l'avouait il avait une fâcheuse tendance à porter confusion. Mais les yeux de la belle définissaient un sentiment tout autre celui de la joie, la joie d'avoir retrouvée là un vieil ami. Le samouraï acquiesça d'un signe de tête lorsqu'elle fit sa proposition. Elle allait donc tout bonnement sonder son esprit via une technique dont même lui ignorait l'existence et la possibilité. S'asseyant et posant son sabre au sol il ferma alors les yeux pour laisser celle qui deviendrai la nouvelle tête forte de Suna, le visage de la paix voir en son fort intérieur. Il était un peu mal à l'aise car personne dans ce monde n'avait pu pénétrer jusqu'ici dans ce qui constituait son jardin secret. Mais il se disait simplement que cette option apporterait plus de réponse à l’intéressée, que de vulgaire parole. Quelque peut angoissé l'homme qui avait atteins la quarantaine expira lourdement. Il n'avait conscience des effets de cette dite technique et redoutait plus que tout qu'elles aient une influences sur son corps déjà meurtris par bien des maléfices. Elle apposa ses deux mains sur ses tempes et ce fut le trous noir. L'obscurité la plus totale.

C'était une grande pièce, vide dans son ensemble, son fond en était obscur et intense un avatar de la jeune femme était présent, celui-ci devait sans doute définir son subconscient. Elle était de les méandres les plus pure du samouraï. Il fallait dire ici que la perception du subconscient changeait selon la personne qui était sondée ainsi certains laissaient paraître  une vaste étendue d'eau, tandis que d'autre laissaient entrevoir une petite prairie. Pour Soufuku cela était différend. Des flashs incandescent des moments qu'il avait pus vivre défilaient sans cesses. Ils étaient en lévitation et la jeune femme pouvait alors apercevoir le vécu du samouraï depuis sa naissance. Son enfance heureuse qu'il avait pu connaître lorsque sa famille était établie au pays du feu. Son insouciante envie de découvrir le monde. Et son arrivé à Suna, la découverte d'un village meurtris, son premier échange avec Sergerk, la rencontre de son amie Nami Yokka.

Ses premiers pas de Pro-Gaara, l'intervention de cet homme mystérieux qui lui apposa la marque qu'il porte aujourd'hui à l'épaule gauche et l'examen chuunin où il mit fin aux jours de celle qui était dénommée Udekane. Le sentiment de culpabilité qui l'avait par la suite rongé, cette taverne où était née Heiwa et sa mission à Konoha où il fit la rencontre d'Hanako Hyuga. S'en suivit alors sa quête personnel au Pays du Fer et la mort de son paternel assassiné par L'intendant Kariya. Sa rencontre avec Fuu son seul amour. La mort de Fuu et la haine indescriptible qu'il en ressentis, la victoire des quarante-sept ronnin et la reconnaissance des guerriers Bushis. Puis vint cette confrontation direct avec le Kazekage d'antan. Son passage en cellule et sa fuite, sa fuite ou il tua deux traîtres qui initialement étaient des Pro-Gaara.  Le sort de l'un d'entre eux qui lui infecta les poumons et lui causèrent alors ses crises de toux frénétiques dont-il a le secret. Puis sa fausse misa à mort et le passage de sa vie caché au yeux de tous la rencontre du jeune Empereur et l’apprentissage qu'il lui transmis. La mort de l'Empereur qui lui donna par la suite son corps et Soufuku qui en usa pour pouvoir intervenir et voir le monde cette promesse formulée par ses soins à ce derniers, '' L'emmener voir la mer... '' Le retour du samouraï a Suna et ses retrouvailles avec Yumi la joie que cela lui procuré de ne pas être indéfiniment seul... Leurs prises du pouvoir dans ce combat contre les forces opposées et la détermination de son regard quant à la charge qui lui incombait.  Et la rencontre avec Aizen...

Bizarrement ce passage était le plus marqué, Soufuku avait trouvé en Aizen un de ses semblables, un des hommes préoccupés par le sort du monde mais qui ne savait que faire de sa force et qui conquérait afin d'associer sous sa coupelle le maximum de personne pour les faire échanger dans la paix. Le soins d'accepter la proposition du Mizukage tout en ne mêlant pas Suna. Le combat contre Hachibi et les paroles qu'ils eurent avec le Daymios du Feu, l'assassinat du Daymios du Sable... Tout y était. Finalement Soufuku laissa transparaître se sentiment d'amitié qui naissait entre les deux dirigeant.  Et de l'ombre sortit alors un homme, l'air fatigué, l'air démunis, un vielle homme qui cherchait encore sa place, un homme qui le dos courbé était meurtris par ses choix et qui n'avait pas d'autres choix que de les acceptés. La honte qui dépeignait son visage...

- Yumi, je ne suis pas un homme bon comme tu pouvais le penser. Moi Soufuku Nitobe j'ai aussi à combattre mes vieux démons, je porte dans le sac qui se trouve sur mon dos le poids de mes péchés. Je comprendrai si tu m'en veuilles à jamais mais je dois intervenir avant que Aizen ne deviennent l'ennemie de Suna et pour répondre a tes questions je suis préparé à toutes éventualités. J'ai une annonce importante à te faire, je n'ai plus beaucoup de temps Yumi... J'aimerai apporter au monde son lot de consolation tant mérité...

'' Au printemps, lorsque le vent frappait les fleurs de cerisiers, les plus belles tombaient en dernieres des branches d'où elles étaient nées, pour cacher les plus fades... ''

_________________
"Chaque chaton grandit pour devenir un chat. Ils paraissent inoffensifs au départ, petits, calmes, lapant leurs soucoupes de lait. Mais une fois que leurs griffes deviennent assez longues, ils vont jusqu'au sang. Parfois de la main qui les a nourri. Pour ceux d'entre-nous grimpant au sommet de la chaîne alimentaire, il ne peut y avoir de pitié, il y en a une, mais une seule règle : Chasser ou être chassé".
Franck Soufderwoord-Heiwa of cards- Yuukan- An 120.


Naemilia > All J'ai été forcé à le dire j'vous le jure !

"Pas si vite ! Puisque j'aime bien la gueule des Sunajins et qu'ils sont faibles, je donne 20 pts de plus à Suna no Kuni, et comme je suis accesoirement Kazekage je retire 10 pts aux autres villages." Soufbledore-Conseille du staff/Yuukan-An 120.
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t4530-bingo-book-de-soufuku-nitobe-hachidaime-kazekage https://sns-rp.forumgratuit.org/t4363-madaonitobe-soufuku-20-ans-plus-tard
Yumi Esuki
Rang S
Rang S
Yumi Esuki
Messages : 4289

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Talents:

Demokratía ( PV YUMI ) Empty
MessageSujet: Re: Demokratía ( PV YUMI )   Demokratía ( PV YUMI ) EmptySam 7 Mai - 20:38

Visiblement attaché à notre relation, Soufuku avait vite accepté de me laisser m’immiscer dans sa mémoire. Je m’assis face à lui et posai mes mains sur son crâne après avoir murmuré «Shinteki Yomi no jutsu». Nous entrâmes alors dans une longue phase de méditation commune pendant laquelle je visionnai chacun de ses souvenirs, un à un. Étrangement, son enfance m’apparut en tout premier, comme s’il était lui-même nostalgique de ses origines, ou s’il éprouvait du remord d’avoir commis certains actes il y a fort longtemps. Certaines scènes me touchèrent, d’autres moins. Me revoir à la taverne de l'examen chuunin où nous nous étions rencontrés pour la première fois m'extirpa un sourire en coin. La vision d’un homme lui apposant un sceau me rappela vaguement quelqu’un, sans que je puisse déduire exactement d’où me provenait cette impression. La vie de mon ami samouraï avait été mouvementée, peut-être même plus que ma propre existence...

Ensuite, je revis toute notre reconquête du village du sable, des moments forts et pas toujours agréables. Du sang avait tristement coulé sans que nous puissions faire autrement… Enfin, j’arrivai vite à un morceau bien plus intrigant : la rencontre de Soufuku avec Aizen Samidare ainsi que… Tetsu ? Alors comme ça, mon disciple était devenu le bras droit du diable en personne. Plus surprenant encore, l’Hachidaime Kazekage participa à une entrevue avec le daimyô du feu qui aboutit à la nomination d’un nouvel Hokage : Atsui Shisei. Les différentes coupes et les liens entre les images me démontrèrent par A plus B égal C que ce nouveau personnage n’était autre que Tetsu Uchida, ni plus ni moins. J’ignorais comment il s’y était pris pour changer d’apparence de manière aussi rapide et durable, mais c’était désormais une évidence. Aizen avait donc placé un proche aux commandes du village conquis. Mais j’avais également une histoire en commun avec cet homme… J’aperçus alors une multitude de possibilités jusqu’alors inexploitées dans mon cerveau, quittant peu à peu l’intimité du Nitobe pour revenir à la réalité.


- Yumi, je ne suis pas un homme bon comme tu pouvais le penser. Moi Soufuku Nitobe j'ai aussi à combattre mes vieux démons, je porte dans le sac qui se trouve sur mon dos le poids de mes péchés. Je comprendrai si tu m'en veuilles à jamais mais je dois intervenir avant que Aizen ne devienne l'ennemi de Suna et pour répondre à tes questions je suis préparé à toute éventualité. J'ai une annonce importante à te faire, je n'ai plus beaucoup de temps Yumi... J'aimerais apporter au monde son lot de consolation tant mérité.

Posant mes coudes sur le bureau de marbre avec finesse et légèreté, je cachai mon menton derrière mes mains croisées en «V». Sa décision était discutable, mais pas dénuée de sens pour autant. Après tout, l’adage disait bien d’être proche de ses amis, et encore plus de ses ennemis. Mais à quoi faisait-il allusion quand il affirmait manquer de temps ? J’exposai une réponse définitive, en prenant soin de ne pas mentionner ce que j’avais découvert dans son esprit : il s’était ouvert à moi, mais il ne savait pas avec exactitude tout ce que j’avais vu.

- Je comprends Soufuku… je comprends. Tu vas donc tenter ta chance là où j’ai échoué, à savoir raisonner un garçon entaché de haine et de violence. Je t’y souhaite beaucoup de courage, et surtout je te demande de ne pas y trépasser. Accepter ta décision est une chose… mais devoir vivre avec ta mort sur la conscience en est une autre. Tu auras donc un statut spécifique au sein de Suna, et tu ne seras pas considéré comme un déserteur. C’est après tout la moindre des choses que je te dois… Je poursuivis sur un ton bien plus cristallin et bienveillant. Tu m’as tant donné, mon ami. Je n’oublierai ni tes actes ni tes paroles, je te le promets. Néanmoins, j’aimerais tirer quelque chose au clair : que sommes-nous censés annoncer au peuple de Suna ?
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 https://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Soufuku Nitobe
Rang S
Rang S
Soufuku Nitobe
Messages : 1949

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 1 D
Talents:

Demokratía ( PV YUMI ) Empty
MessageSujet: Re: Demokratía ( PV YUMI )   Demokratía ( PV YUMI ) EmptyMar 10 Mai - 23:26

Après avoir laisser son amie fouiller dans son esprit le samourai resta sans dire voix. Assis le regard vide il se sentait alors comme honteux, honteux d'avoir pus être aussi faible à certains moments de sa vie. Soufuku le savait depuis qu'il était né, il n'était pas comme les autres. On lui avait souvent parler du légendaire Battosaï, mais cette personne était tout juste un très bon bretteur. En prenant la tête des pros-gaara il avait pensé avoir trouvé sa destiné mais rien de tout ça. Finalement son âme vagabondait encore dans ce vaste monde...

Attacher au principe de la redemption et dans la quête d'une énième chance il écouta les dires de Yumi. Ils étaient légitimes et biens fondés en réfléchissant à sa réponse, il conclu qu'il lui dirait la vérité, que tout le monde devait savoir la vérité. Ici dans ce monde on ne vivait qu'une fois et quand bien même l'homme possédait un milliard de technique lui permettant de déjouer la mort, il ne pouvait revenir lorsqu'elle décidait de prendre son âme. C'est ainsi qu'en se levant de son fauteuil et après avoir allumé une cigarette, Soufuku pris à son tour la parole.

- Et bien je suis prêt à rester quelques temps ici, vois tu j'ai ramené avec moi une personne qui n'avait pas de famille je compte bien l'intégrer au force du village. Je voudrai aussi participer à l'amélioration de celui-ci avant de reprendre la route. Je suis finalement prêt à garder mon titre jusqu'au jour où tu te sentiras prêtes à prendre ma place...

Il fut soudainement interpellé par un vif souvenir.

- Ah oui Yumi ! Tant que j'y suis j'ai trouvé ça sur mon bureau, c'est une lettre en provenance de Kumo, le pays de la foudre organisera bientôt un tournois Juunin et Chuunin. Au bon souvenir de nos années passées je voulais demander ton avis pour savoir qui envoyer ?

Soufuku riait un peu, il espérait que sa petite remarque avait donner un peu de baume au cœur à une personne prise par les circonstances, mais il ne s'agissait la que du calme avant la tempête car le samouraï s'apprêtait à faire une énième révélation à celle qui deviendrai la première Femme Kazekage et le neuvième du nom.

- J'ai aussi autre chose à t'avouer Yumi, j'ai contracter un contrat il y plus de vingt ans. Il consistait à user d'une marque qui me donnait plus de pouvoir, j'en ai fais usage un bon nombre de fois... Et aujourd'hui je suis frappé d'un maléfice qui prend peu à peu le dessus sur mon corps. J'ai réussis avec tant bien que mal à tenir jusque là mais d'ici trois ans et si mes pronostiques sont bon... Je ne serais plus qu'un bon souvenir dans l'esprit de mes proches. Je vais y aller nous discuterons de cela plus tard.

Écoutant une dernière fois les paroles de la blonde aux yeux bleus le samouraï s'en alla rejoindre son peuple pour de derniers instants. Avant toute choses il devait veiller sur la sauvageonne qu'il avait adopté en rentrant de Konoha.

_________________
"Chaque chaton grandit pour devenir un chat. Ils paraissent inoffensifs au départ, petits, calmes, lapant leurs soucoupes de lait. Mais une fois que leurs griffes deviennent assez longues, ils vont jusqu'au sang. Parfois de la main qui les a nourri. Pour ceux d'entre-nous grimpant au sommet de la chaîne alimentaire, il ne peut y avoir de pitié, il y en a une, mais une seule règle : Chasser ou être chassé".
Franck Soufderwoord-Heiwa of cards- Yuukan- An 120.


Naemilia > All J'ai été forcé à le dire j'vous le jure !

"Pas si vite ! Puisque j'aime bien la gueule des Sunajins et qu'ils sont faibles, je donne 20 pts de plus à Suna no Kuni, et comme je suis accesoirement Kazekage je retire 10 pts aux autres villages." Soufbledore-Conseille du staff/Yuukan-An 120.
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t4530-bingo-book-de-soufuku-nitobe-hachidaime-kazekage https://sns-rp.forumgratuit.org/t4363-madaonitobe-soufuku-20-ans-plus-tard
Yumi Esuki
Rang S
Rang S
Yumi Esuki
Messages : 4289

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 0 A - 0 B - 1 C - 0 D
Talents:

Demokratía ( PV YUMI ) Empty
MessageSujet: Re: Demokratía ( PV YUMI )   Demokratía ( PV YUMI ) EmptyMer 11 Mai - 13:10

Lorsque j’appris que Soufuku avait intégré au village quelqu’un qui était livré à lui-même, je ne pus m’empêcher de repenser à Scarlett, cette petite fille de la forêt dont j’avais pris la responsabilité. Alors trop jeune pour me rendre compte de la signification de mes actes, j’avais fini par regretter et avais délaissé la petite. Un des mes premiers péchés sur la longue route de la noirceur qui me rongeait, encore aujoud'hui. Ce sentiment noir et obscur qui occultait ma vision du monde, directement hérité d’une haine envers le Godaime Tsuchikage et de regrets envers ma mère patrie. Cela ne faisait aucun doute : j’étais en ce jour bien différente d’autrefois. Ce changement était-il assez conséquent pour me permettre d’avoir les épaules nécessaires afin de diriger un village ? La situation de Suna était de moins en moins précaire et l’étau des richesses avec les autres grandes nations se resserrait au fur et à mesure que le temps s’écoulait. Pourtant, le peuple du sable était encore en conflit intérieur, et en m’offrant sa coiffe, Soufuku me confiait en même temps cette lourde tâche : unifier une bonne fois pour toutes le pays. Cette bombe était cependant à retardement : je devais me préoccuper d’autre chose avant d’endosser ce fardeau, et mon ami en était conscient.

- Je te remercie. J’aurai effectivement besoin d’un peu de temps… J’ai quelque chose d’important à faire, raison pour laquelle je vais m’absenter pendant quelques jours. Naeko et Yukimura viennent avec moi.

En prononçant son nom, je me rendis compte que Soufuku n’avait aucune espèce d’idée du retour de Yukimura… Quelle maladroite ! Je m’empressai de rectifier le tir.

- Effectivement, notre vie a un peu été chamboulée… Naeko semble avoir développé une pupille héréditaire dont j’ignorais l’existence. Il a réanimé Yukimura, cet homme froid et dangereux qui avait fait un massacre au dernier examen juunin, et dont j’étais certaine qu’il était de notre sang. Heureusement, il semble avoir perdu la mémoire… en plus d’être aveugle. J’aurais donc aimé me rendre au domaine de notre clan, dans l’archipel du pays de l’Eau, afin de tenter d’en apprendre davantage à propos de ce Dojutsu. C’est un pari risqué, mais les chances qu’Aizen nous détecte et nous intercepte avant que nous ne déguerpissions sont infimes. Cependant, si ça devait mal tourner, je préfèrerais que tu sois au courant.

Je me relevai pour lui arracher un cheveu avec poigne et délicatesse. Un fragment d’ADN suffisant. Composant quelques mudras, j’utilisai le Koori no dentatsu afin de créer deux cristaux de glace. J’en déposai un au creux d’une de ses mains. Afin d’en tester l’efficacité, je m’adressai à l’ex-Kazekage par télépathie.

«Garde-le précieusement : nous pourrons ainsi communiquer à distance.»

Lorsqu’il mentionna l’examen à venir qui se déroulerait à Kaminari no kuni, j’esquissai un sourire en pensant à toutes les recrues de haut niveau que nous avions réussi à dégotter. La prochaine génération promettait un avenir radieux pour Suna. Cette fois-ci à voix haute, je fis mes recommandations :

- Pour l’examen chuunin, je n’enverrais que le jeune Jishaku, Fûu de son premier nom. Il est le seul à pouvoir prétendre affronter ces terribles épreuves. commençai-je en baissant les yeux, repensant à mon propre tournoi : il avait été pour moi un baptême du sang. Néanmoins, je pense que nous avons davantage de recrues à proposer pour la catégorie Juunin. Je pense tout particulièrement à Shinki Jishaku, Dorumo Sabaku et Yagami Akoshana. Peut-être n’ont-ils pas encore acquis assez de trempe pour être promus, mais être confrontés à la réalité ne peut pas leur faire de mal. Dans la mesure où ils savent se défendre assez bien pour en ressortir vivants…

Nous nous levâmes tous deux, nous apprêtant chacun à rejoindre un sentier différent. Nos routes se recroiseraient, c’était certain. Mais d’ici là, nous devions nous dire adieu. Et Soufuku choisit des mots plus poignants que ceux que j’avais en tête : il me dévoila une dernière facette de son existence.

- J’ai aussi autre chose à t'avouer Yumi, j'ai contracté un contrat il y plus de vingt ans. Il consistait à user d'une marque qui me donnait plus de pouvoir, j'en ai fait usage un bon nombre de fois... Et aujourd'hui je suis frappé d'un maléfice qui prend peu à peu le dessus sur mon corps. J'ai réussi avec tant bien que mal à tenir jusque là mais d'ici trois ans et si mes pronostiques sont bons… Je ne serai plus qu'un bon souvenir dans l'esprit de mes proches. Je vais y aller nous discuterons de cela plus tard.

- Si tel est ton désir, j’essaierai de t’examiner à mon retour. Si je pouvais faire quelque chose pour te venir en aide, je ne m’en priverais pas… D’ici là, je te dis à bientôt, mon ami.

Laissant Soufuku passer la porte en premier, j’attendis quelques instants afin de m’assurer qu’il soit déjà loin. Lorsque ce fut le cas, je contournai le bureau de marbre qu’il avait fait construire à son retour et m’installai sur son fauteuil à roulettes, véritable trône moderne. Je tournai sur moi-même à 180°, faisant ainsi face à la baie vitrée qui donnait sur un grand balcon. Une impressionnante vue s’étendait devant moi.

«Suna… tu es à moi.»


RP terminé
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t2179-annales-de-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4481-bingo-book-de-yumi-esuki-v2 https://sns-rp.forumgratuit.org/f322-dossier-kazekage-yumi-esuki https://sns-rp.forumgratuit.org/t4477-yumi-esuki-l-aube-d-une-nouvelle-ere
Contenu sponsorisé



Demokratía ( PV YUMI ) Empty
MessageSujet: Re: Demokratía ( PV YUMI )   Demokratía ( PV YUMI ) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Demokratía ( PV YUMI )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yumi Matsu
» Men enfomasion ke demokrat pa vle black yo genyen
» Fan Club Keiko Danger
» CIBLE INACCESSIBLE ! MISSION IMPOSSIBLE ? [Yumi ESUKI, Kame no Kiri]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai No Shinobi - Réincarnation :: Passé :: V2 :: RP :: Kaze no Kuni :: Sunagakure no Sato :: Bureau du Kazekage-
Sauter vers: