Le deal à ne pas rater :
Display Pokémon japonaise Terastal Festival Ex : où la ...
Voir le deal

Partagez
 

 Le jour où tout bascula

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suzaku Tamasaburo
Rang A
Rang A
Suzaku Tamasaburo
Messages : 231

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 1 A - 1 B - 1 C - 0 D
Talents:

Le jour où tout bascula Empty
MessageSujet: Le jour où tout bascula   Le jour où tout bascula EmptyJeu 24 Aoû - 1:29

Le jour où tout bascula
Le jour où tout bascula 32418677jt
« La glace est forte, elle me constitue, je serais fort»

Il y avait quelque chose d'anormal aujourd'hui, quelque chose qui me travaillait comme si tout ce que j'avais connu jusqu'à ce jour allait changer. Je ne pouvais pas l'expliquer, mais mon intuition me mettait en garde sur cette journée et on pouvait dire qu'elle avait souvent raison. Sans m'en préoccuper d'avantage, j'allais boire mon café et discuter avec les gens que j'avais l'habitude de voir. Néanmoins, j'étais très prudent sur l'ensemble des choses qui m'entourait. La moindre petite anomalie attirait mon attention et cela était remarqué par mes confrères shinobi. Certains pensaient que je psychotais, d'autre que je n'étais tout simplement pas encore réveillé, mais rien de tout ça n'était correct. Je le savais au plus profond de moi, comme si ce dénommé « Kappa » était agité. Ce serait lui qui me mettait ce malaise si désagréable ? Non, il n'avait pas pu gagner autant en puissance en si peu de temps, ce serait vraiment invraisemblable que cette chose tapie dans mon esprit puisse tant m'affecter. Jusque-là, je ne l'avais jamais senti, jusqu'à sa présentation, quelque peu théâtrale, il fallait bien lui rendre ça. Terminant mes petites affaires et emplette de mon armement, je commençais à rentrer chez moi en passant pour une des rares fois sur le sommet du mont Hokage. C'était rare que je m'y pointe, rare que je regarde le village de ce point de vue pourtant si magique. On pouvait tout y voir, presque jusqu'au frontière du pays en ayant un peu d'imagination.


-Profite de cette vue débile. Aujourd'hui, c'est ton dernier jour de liberté. Aujourd'hui, tu prends ma place. Aujourd'hui, c'est moi qui prends les rênes.




Je n'en revenais pas, ainsi donc c'était bien lui, Kappa, qui me donnait ce sentiment si déroutant. Sa phrase voulait tout dire, pas besoin d'être devin pour comprendre qu'en cette journée estivale, il voulait rompre ces liens et prendre sa liberté de force. Il me faudrait lutter pour garder ce psychopathe emprisonné dans mon esprit, je ne pouvais pas me permettre de le laisser s'évader. Lors de ma dernière rencontre avec lui, j'avais très bien senti que cet homme, ce second moi, était bien plus dangereux, un malade mental près à tout pour arriver à ses fins, où la mort d'autrui ne l'affectait pas, cela se lisait dans ses yeux. Un sadique qui prendrait plaisir à tuer. Il se pourrait même qu'il soit plus puissant que moi grâce à cette mentalité.

Le jour où tout bascula 19451270fg

Il était temps de faire progresser ma situation, c'était l'heure pour moi de dégager cet enfant de cœur qui avait les reines sur ce corps. Un corps qui a pourtant tant de possibilités d'exploit, tant de possibilités de meurtre et d'avancer vers un chemin de puissance, voir même gouverner. Je pouvais voir ce qu'il faisait. Prendre son temps, son café, tailler bout de gras avec la populace, alors qu'il y a temps de chose à faire, tant d'endroits à conquérir et si peu de temps pour tout accomplir. Ça y est... Il avait enfin terminé, acheté ses... Non, mes senbon, mes kunai, et tout un arsenal qui me serrait utile et rejoint les hauteurs du village. Pour lui, c'était la dernière fois qu'il verrait cette vue, j'avais désormais emmagasiné suffisant de puissance en ponctionnant dans le chakra du corps lors de son sommeil que l'heure était venue de me libérer de ces entraves.


-Profite de cette vue, débile. Aujourd'hui, c'est ton dernier jour de liberté. Aujourd'hui, tu prends ma place. Aujourd'hui, c'est moi qui prends les rênes.




Je savais qu'il sentait un changement en lui, sa façon de bouger, sa manière de parler, énormément de chose était totalement différente qu'à l'accoutumer. Par ma phrase qui devait résonner dans ses oreilles comme un nouvelle déclaration de guerre, je me doutais qu'il allait tout faire pour éviter ma libération. Peine perdue. J'étais déjà libre pour moi. Chaque jour, chaque nuit, depuis ma première apparition me rapprochait de ce jour. Suzaku était en train de se diriger vers l'arrière des têtes des défunts Hokage, plus loin, là ou il n'y avait pas âme qui vive. Un endroit ou la nature avait une parfaite maîtrise de la vie, endroit qui me rendait malade.

- Bon écoute moi bien toi. Tu resteras là ou tu es, tu as bien compris ? Jamais, ô grand jamais, tu ne te délivreras, le seul endroit possible où tu vivras sera là ou tu as, par miracle, réussi à m’emmener la dernière fois. Et ce, jusqu'à la fin de mes jours. Je me suis bien fais comprendre, ordure ?


Je souriais d'avance. Il ne connaissait pas l'étendue de ma puissance nouvellement acquise. Il allait tomber de haut, c'était une certitude. Je commençais à me concentrer, rassembler mes forces et sans prévenir, je le ramenais dans la zone spirituelle où j'avais élu domicile, son futur domicile qui plus est.

Le jour où tout bascula 50951863rf

Je me dirigeais loin du village, un endroit que je n'avais pas encore exploré malgré le temps où j'habitais dans ce hameau perdu dans la nature. Un endroit simplement magnifique, une petite rivière s'écoulant paisiblement, la nature avait tous ses droits, laissant place à des merveilles indescriptibles, un endroit qu'il était bon de préserver. Je profitais de ce moment, regardant et capturant chaque élément de ce décor dans mes souvenirs, comme si quelque chose en dépendait. Après quelques minutes, je m'adressais à Kappa.

- Bon écoute moi bien toi. Tu resteras là ou tu es, tu as bien compris ? Jamais, ô grand jamais, tu ne te délivreras, le seul endroit possible où tu vivras sera là ou tu as, par miracle, réussi à m’emmener la dernière fois. Et ce, jusqu'à la fin de mes jours. Je me suis bien fais comprendre, ordure ?


Avant même que je réalise quoique ce soit, je me retrouvais propulser dans ce monde créé de toute pièce au sein de mon subconscient. Le paysage était différent de la dernière fois. Plus de pénombres, plus de sol lisse, rien n'était comme ma première visite. À la place se trouvait, un espace ravagé, comme si la guerre avait éclaté. C'était peut-être ça qui me donnait ce malaise depuis le début de la journée ? De multiples crevasses, des geysers, des bâtiments qui ressemblaient étrangement à ceux de Konoha, mais en ruine, une rivière de sang coulait de part et d'autre du paysage que je pouvais distinguer sous mes yeux et au loin... Kappa, me fixant d'un regard aux yeux rouges comme les miens. Son regard était mon regard.


- On va bien voir si je ne me libère pas, Suzaku. Je déclare cette journée comme la mienne, la fin de ma pénitence au sein de ton esprit si tendre.




Sans même discuter d'avantage, je le voyais ce ruée vers moi, un regard machiavélique, l'envie de gagner ce faisant sentir à mille lieues à la ronde, il était déterminé à tout donner pour sa victoire. Le combat pour la possession de notre enveloppe charnelle avait débuté.

… Suite...
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t6516-le-phenix-suzaku-tomasaburo https://sns-rp.forumgratuit.org/f461-dossier-tamasaburo-suzaku https://sns-rp.forumgratuit.org/t6505-tamasaburo-suzaku
Suzaku Tamasaburo
Rang A
Rang A
Suzaku Tamasaburo
Messages : 231

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 1 A - 1 B - 1 C - 0 D
Talents:

Le jour où tout bascula Empty
MessageSujet: Re: Le jour où tout bascula   Le jour où tout bascula EmptyJeu 24 Aoû - 1:42

Un combat acharné
Le jour où tout bascula 32418677jt
« La glace est forte, elle me constitue, je serais fort»


Musique :
Spoiler:

Je me dirigeais vers lui, me saisissant d'un kunai, mais je remarquais que je n'étais pas armé de la même manière que dans le monde réel. Avant même que je comprenne, Kappa était déjà sur moi et me frappa d'un coup de pied retourné qui m'envoya dans le décor. Il avait une force considérable, je ne pensais pas que ce double pouvait être si puissant. La dernière fois, il avait à peine la force de me rapatrier dans son lieu de vie, alors que maintenant, il y arrivait parfaitement et pouvait même combattre. Un énorme changement que je devais prendre en compte impérativement si je ne voulais pas perdre ce combat décisif.
Le second moi arrivait à nouveau droit sur moi à une vitesse ahurissante, sa rage de vaincre lui faisait pousser des ailes. Je me dégageais de l'amas de ruines que j'avais percuté, et in-extremis, arrivais à faire une feinte latéral pour esquiver l'offensive du psychopathe. Ce dernier, dans son élan s'écrasa contre les décombres de la maison où je me trouvais quelques secondes avant. Il en créa un nuage de poussière et de cendre qui s'envola dans ce qui semblait être un ciel, mais violet. Rapidement, il me revenait dessus, un coup-de-poing, puis un autre, suivit d'un coup de tibia visant mes côtes que je contrais grâce à mes avant-bras et tapant avec la pointe de mon coude dans son tibia lancé à pleine vitesse. La réaction fut immédiate. Kappa se mis à grimacer de douleur, mais sa colère était encore plus impressionnante que jamais. Je le voyais se saisir d'une tige de fer pour m'asséner un violent coup au niveau de la tête. Si jamais il réussissait à atteindre son objectif, alors je prendrais de sérieux dommages et serais en sérieux désavantage. Je me baissais et d'une main, je prenais l'extrémité inverse de cette tige que je bloquais avec force. De mon autre main, je lui mis un uppercut dans le ventre et mon adversaire recula, lâchant son arme de fortune.

-Tu n'y arriveras pas, je t'ai dit que tu resterais ici. Abandonne de suite.


À vrai dire, je ne savais pas vraiment si je pouvais continuer à maintenir un combat assez long au corps-à-corps, ce n'était pas mon point fort, même si je me défendais plutôt bien jusqu'à maintenant. Je jetais la tige loin derrière moi afin qu'il n'y ai plus accès.

Le jour où tout bascula 19451270fg

Je me déplaçais à toute vitesse vers Suzaku, en arrivant très proche de lui, je remarquais qu'il était attentif à autre chose. Je le voyais chercher dans son dos quelque chose qui ne s'y trouvait pas. Effectivement, ici tout l'armement était inexistant, mais ça, il ne s'en était pas aperçu avant, ce qui me donnait une opportunité. Dans un coup de pied retourné, je l'envoyais paître dans les ruines derrière lui. Aussitôt atterri dans les décombres, je n'arrêtais pas mon assaut. Courant à vive allure pour lui mettre mon genou dans les côtes qu'il esquiva de justesse sur le côté. Avec mon élan, je m'écrasais dans les ruines d'une demeure que j'avais créées de toute pièce. De la fumée s'éleva en hauteur et je profitais de ce camouflage pour repartir aussitôt vers cet avorton. Une fois à sa hauteur, je lui envoyais deux coups de poings successifs suivit d'un coup de tibia qu'il contra et me blessa légèrement la jambe grâce à son coude qui la frappa. Grimaçant de cette douleur désagréable, je reprenais de plus belle. Il avait vraiment l'art de me mettre en rogne, je commençais même à perdre pied. Une barre de fer était proche de moi et d'un geste rapide, je m'en saisis pour lui envoyer dans la tête. Ce dernier esquiva et bloqua avant de me frapper dans le ventre. Lâchant mon arme, je reculais en crachotant légèrement. La colère montait et les mots qu'il prononça à ce moment-là ne faisaient qu'accentué cette sensation.

-Tu n'y arriveras pas, je t'ai dit que tu resterais ici. Abandonne de suite.


Abandonner ? Moi ? Il rêvait. Jamais, je ne laisserais tomber. Il était temps de passer aux choses sérieuses. Utiliser des attaques de proximité était bien, mais ce n'est pas comme ça que je gagnerais ce combat. Ce n'était pas la peine d'entrevoir des jutsu intermédiaire, ils allaient me fatiguer et consommer du chakra pour rien. Il me fallait quelque chose de plus expéditif, j'allais envoyer directement dans les grosses techniques, et pas des moindres.


- Ah ouai ? C'est ce que tu crois ? On va bien voir ça... Il est temps d'en finir.



Un sourire narquois aux lèvres, les yeux devenu assassin.

Formant cinq mudras et plaqua mes mains sur le torse. Je regardais mon double avec un regard rieur et un sourire sadique. Je savais pertinemment qu'il avait compris ce que j'employais.


- Goremi warudoaisu




A ces mots, un cocon de glace se forma autour de moi, me mettant en sécurité pour la suite des événements.
Spoiler:

Le jour où tout bascula 50951863rf

Aussitôt, mon adversaire me répondait très clairement qu'il n'avait pas l'intention d'abandonner et qu'il voulait terminer ce combat. Il montrait une assurance dans ses paroles qui était remarquable. Il devait s'être préparé à ce combat depuis longtemps, alors que moi, j'étais pris totalement au dépourvu. Il avait le visage rieur, d'un sourire que je connaissais bien et son regard me faisait comprendre qu'il irait jusqu'à la fin. Je ne savais pas quoi penser de ces dires, mais en le regardant, je comprenais vite ou cet ennemi interne voulait en venir. Il avait formé cinq mudras, mudras que je connaissais et qui était réellement dangereux. Si je le laissais faire, alors je devrais en faire autant, car, sinon, me défendre allait devenir très problématique et la victoire s'éloignerait de secondes en secondes. D'un bond dans les airs, j'arrivais à grande vitesse grâce à l'inertie, mais c'est arrivé à un mètre de Kappa que ce dernier plaqua ces mains sur lui, aussitôt un cocon de glace se matérialisa autour de lui et mon poing frappa la glace. J'étais mal, et je devais être très réactif si je voulais éviter qu'il prenne l'avantage.

Me reculant rapidement par un bond en l'air, je composais exactement les mêmes signes que lui et en plein vol, je plaquais mes mains sur mon torse pour créer ce même cocon. Grâce à ma réactivité, je n'avais que quelques secondes de retard et tout pouvait encore se jouer. Les deux cocons se formaient assez rapidement avant d'arriver à la forme final, une forme monstrueuse et géante.

Le jour où tout bascula 910814GantdeGlace

Les deux colosses de glace se faisaient face, l'un luttant pour la liberté de son créateur, l'autre pour garder emprisonné son ennemi, deux objectifs bien distincts et pour lesquelles, ils allaient se livrer une lutte sans merci.

Je commençais à positionner mon immense épée de glace dans une posture de garde afin de voir ce qu'allait faire celui qui se trouvait face à moi. Au bout d'un temps, l'autre golgoth ne bougeait pas. Il était temps d'envoyer les premiers coups. Dans un geste lent, je soulevais la lame bleu clair pour lui assener un lourd coup sur le haut du casque, mais je comprenais trop tard la stratégie adverse. Il attendait qu'une seule chose, que je lance l'offensive en premier. Mon épée était lancée et impossible de l'arrêter à cause de la vélocité et du poids, tandis que Kappa, leva simplement la sienne pour bloquer le coup. Les deux lames s'entrechoquaient dans un bruit spécifique de glace brisé, une violente bourrasque s'en dégagea pour souffler sur tout le terrain accidenté soulevant une quantité de cendre et de poussières ahurissante. Les deux mains de ma créature étaient sur le manche de l'arme pour donner plus de force à l'impact, chose qui avait donné un bon résultat. La lame de l'autre colosse avait été un peu ébréchée, mais je n'avais plus de défense et il l'avait remarqué. De sa main libre, il frappa de tout son poids, écartant ma lame par la même occasion sur le côté, pour toucher la tête de mon monstre. J'étais sonné, même si j'étais à l'abri dans une protection optimal de glace, les vibrations s'étaient faites ressentir. Je tombais de face tandis que Kappa m'envoyait un uppercut encore plus violent que le précédent coup.
Il me fallait impérativement l'éviter ou cette frappe allait me mettre en sérieux désavantage. Aussi vite que je le pouvais, je ramenais ma lame devant mon visage pendant ma chute et le poing gantelé de l'adversaire la frappa, la réduisant en miette tout en poursuivant sa course. L'impact des lames avait dû être d'une rare violence si bien que cela avait fragilisé mon arme sans que je ne m'en rende compte. Pour une erreur d’inattention, la seconde déjà, je voyais perdre ma meilleur offensive de contact. Heureusement, la course de l'attaque avait été déviée et avait atteint l'épaule au lieu du visage de mon monstre. Je lui saisissais le bras et c'est avec force que je le tirais vers le bas pour inverser les rôles. Lui, pour le faire tomber et moi pour me relever. Malheureusement, l'effet attendu n'était pas au rendez-vous. Certes, j'avais réussi à me relever, mais lui n'avait presque pas bouger. Maintenant, j'étais en mauvaise posture.
Spoiler:

Le jour où tout bascula 19451270fg

Je voyais mon homologue arriver pour me frapper, mais c'était déjà trop tard. Mon bouclier de glace qui composait mon cocon était constitué et intégral. À quelques centimètres de moi, son poing frappa contre la paroi gelée sans effet. Sa rapidité de réflexion était tout aussi remarquable que la mienne, peut-être parce que nous avions la même. Il repartait aussi vite qu'il était venu par les airs. Ce dernier avait composé les mêmes mudras que moi et forma la même protection. Ainsi donc, il voulait qu'on règle ça par la force du golem. Très bien, s'il voulait faire ainsi, je n'allais pas le contrarier. Un rire tonitruant et à glacé le sang sortie de ma bouche tandis que nos deux monstres prenaient vie.

Chacun de nous avait exactement la même créature, la même technique et ce serait au plus rusé des deux qui l'emporteraient. Je savais déjà comment le piéger, et pour cela, il me faudrait l'affaiblir. Nous nous regardions à travers nos montures, lui d'un regard colérique et penseur, le mien empli de haine et de folie. J'attendais de voir ce qu'il allait faire, pour une fois, je n'y allais pas tête baisser comme les fois où j'avais pris les commandes lors de certains combats à l'extérieur. Quelques minutes s'étaient écoulées sans que rien ne se passe. L'épée que mon golem tenait, était une très bonne force offensive, mais constituait un lourd fardeau lors de combat tel que celui-ci. En effet, elle était encombrante et privait une main pour rien. Je m’apprêtais même à la lâcher lorsque Suzaku la leva en l'air mettant toute sa force dedans. Mon sourire s'intensifiait, il venait de faire une grosse erreur. En un geste, je relevais ma lame gelée au-dessus de moi pour parer le coup. Les deux épées se percutèrent avec une violence inouïe, tellement forte que mon paysage créé de toute pièce avait pris une décharge de vent dû à l'impact. Malgré ça, le coup avait été bloqué et je remarquais une chose qui me libérerait bientôt d'un poids. Ma lame avait subi un impact qui l'avait fragilisé, effrité, à l'endroit ou l'autre avait frapper. Un second coup comme celui-là et elle éclaterait. Suzaku avait les deux mains en prise sur le manche, ce qui me donnait un champ d'opération pour lui assener un coup bien placé.

Je forçais sur les deux lames avec la mienne pour écarter ce qui me barrait la route et de la main libre de mon golgoth, je venais frapper la tempe du monstre adverse. C'était un très méchant coup. Sur un humain, la mort aurait pu survenir, mais sur de telle créature, le seul résultat est de sonner correctement l'adversaire planqué dedans. Je le voyais basculer vers moi, comme un homme mort. Il était temps d'en finir. Mon uppercut allait régler l'affaire de ce gêneur. Je lui envoyais donc, mais contre toute attente, mon homologue avait encore de la ressource. Il bloqua le coup en utilisant son bloc de glace tranchant, cette dernière éclatant en mille fragments en l'air et mon poing s'écrasa contre son épaule. Par un pirouette, il avait réussi à se relever, mais sans arme pour se défendre, j'avais presque gagné ma liberté.


- Abandonne ! Tu es fini, je te domine ! Tu es désarmé, toi-même du doit la sentir arriver, la défaite. Arrête-toi là et je serai peut-être clément pour ne pas te donner la mort. Mais, si tu continues, crois-moi sur parole que je te ferai souffrir, que je prendrais plaisir et que tu mourras très lentement. J'ai gagné imbécile. Rends-toi !




En criant avec rage.

Quoiqu'il adviendrait, j'allais le tuer. Qu'il rende ou non les armes, sa mort était annoncé dans mes intentions. Je ne voulais pas que ce gêneur tente une action pour reconquérir ce corps. Une fois que je l'aurais, je comptais bien le garder.

- Kappa... J'irais au bout, on ne m'a pas appris à abandonner. Tu devrais le savoir mieux que quiconque.


Ce blaireau... J'élançais ma lame contre lui, mais je n'avais pas prévu qu'une telle chose arrive. En effet, des pieux avançaient vers ma position. Un bref instant plus tard, je comprenais qu'il avait utilisé une des techniques du golem. C'était bien jouer de sa part, si bien que mon épée fût prise dans la glace et pour la ressortir, il me faudrait user d'une énorme force pour l'extraire. Je manquais de temps et je n'en n'avais pas besoin. Sans que je comprenne, je me retrouvais au sol, arrachant tout sur mon passage. Qu'est-ce qu'il pouvait bien s'être passé ? Je n'avais pas vu d'où provenait l'attaque. Mon colosse se relevant grâce à mes directives, j'observais mon adversaire, il cachait un tour de passe-passe. Ma rage était à son paroxysme, il était vraiment temps d'en finir. Riant à la manière d'un malade mental, je partais à l'assaut pour lui faire goûter la puissance de ma haine. Plusieurs coups se succédant, certains touchant, d'autres à côté, je me prenais aussi de violentes frappes que Suzaku me rendait. J'envoyais un crochet du coude droit, tandis que lui m'avait décroché un crochet du gauche. Les deux assauts percutèrent chacun leur objectif en même temps et la frappe des deux coups avaient une telle rareté de puissance que le sol en trembla. Je tombais sur le côté tandis que je voyais l'autre s'écraser à terre.

Mon colosse ne me servait plus à rien désormais, le restant se ferait à l'endurance et à qui sera le plus stratège.
Spoiler:

Le jour où tout bascula 50951863rf


- Abandonne ! Tu es fini, je te domine ! Tu es désarmé, toi-même du doit la sentir arriver, la défaite. Arrête-toi là et je serai peut-être clément pour ne pas te donner la mort. Mais, si tu continues, crois-moi sur parole que je te ferai souffrir, que je prendrais plaisir et que tu mourras très lentement. J'ai gagné imbécile. Rends-toi !




Il croyait vraiment me faire peur et me forcer à me rendre. Comme si j'allais croire un seul traître mot de ce qu'il pouvait dire. Son objectif était clair, me voir mourir.

- Kappa... J'irais au bout, on ne m'a pas appris à abandonner. Tu devrais le savoir mieux que quiconque.


Il balança avec ardeur sa lame, mais avait oublier que j'avais des ressources en tout point. Concentrant mon chakra, je lançais une des techniques exclusives de mon monstre.

-Hyōzan no buresu !

Spoiler:

Les deux mains pointées droit vers lui, mon adversaire venait de se faire piéger. Sa lame était bloquée dans la glace qui était survenue pour me permettre de me défendre. Nous étions désormais à armes égales. Profitant de son manque d'observation, je me déplaçais sur le côté et lui envoyais un coup de pied latéral pour l'envoyé au tapis. J'avais réussi un très joli tour pour l'atteindre sans me mettre en danger, mais la réaction serait immédiate, je m'en doutais. Il mordait la poussière sur quelques mètres et se relevait presque aussitôt. J'entendais venant de lui, un rire à faire froid dans le dos, il perdait totalement le contrôle et devenait complètement cinglé. Nous étions à la même hauteur et nous nous donnions des coups de tout genre, certains ratés, d'autres bloqués, mais un bon nombre touchaient leur objectif dans les deux camps, jusqu'à la dernière attaque qui nous fit tomber tout deux au sol. Je ne pouvais plus me concentrer sur ma création, je commençais à fatiguer et par les attaques réciproques de mon ennemi, j'avais cru sentir que lui aussi était au même point que moi. Je sortais de mon cocon, laissant échouer le reste de la carcasse vide du monstre de glace. L'autre était aussi sorti, ce qui voulait dire que nous allions en finir par les techniques classiques.

Je courais vers lui, tout comme Kappa qui se rapprochait de moi pour lancer un assaut final. Gauche, droite, tibia, coup de pied circulaire, tous les moyens étaient bons pour faire des dommages à l'autre. Seulement, je n'avais pas remarque un détail qui me porta préjudice. Profitant d'un angle mort, l'autre Suzaku, s'était emparé d'une autre tige de métal et me la planta dans l'épaule. Je voyais sa satisfaction dans son regard, il s'en délectait à un point insensé. C'est lorsque j'étais occupé à retirer la barre plantée dans mon corps que sa voix raisonna dans mes tympans.


- Makyo Hyosho !




Blessé, et en position de faiblesse, il me faudrait essayer quelque chose lorsque le dôme serait formé. Une nuance, cependant, m'interpella, les miroirs de glace devaient être blancs, mais là, ils étaient rouges. Sûrement parce que l'eau qu'il y avait sur le terrain, cette rivière de sang, était mélangée à de l'eau. Lui était entré dans l'une des plaques et je m'approchais d'une des autres. Si lui pouvait l'utiliser, moi aussi. Nous avions exactement tout en commun, sauf la mentalité et le physique qui différait un peu, alors pourquoi je ne pourrais pas utiliser ma propre technique. Au contact de la surface de glace, je m'apercevais que ma main s'enfonçait dedans. Je souriais, car j'allais pouvoir me battre à égalité, même si ma blessure ruisselait. Quelques minutes s'écoulaient, lui et moi, nous nous observions, on savait tout deux que cette joute serait la dernière.

Un regard, un sourire sadique de son côté ; un soufflement et un poing fermé presque à sang du mien, la dernière bataille allait se jouer. Sortant de mon miroir pour rejoindre celui d'en fasse, je le frappais au passage tout comme Kappa, je me pris un violent coup sur la hanche. Je comprenais vite que tout allait se jouer ainsi, par échange de miroir. Une première passe, une seconde puis une troisième, j'avais réussi à lui placer des attaques à des point stratégique, mais j'avais reçu des coups très gênant dans les cotes, au niveau des épaules ou des articulations qui me rendait moins efficace à chaque passage. S'en suivit une multitude d'échange toujours plus rapide, faisant vibrer les plaques de glace, faisant soulever la poussière et la cendre au sol, dans des bruits sourds à chaque coup porté à l'ennemi. C'est lors d'une passation que Kappa avait changé de direction au moment même ou j'étais sorti du mien. Je l'avais vu et ce dernier avait repris un élan sur mon flanc. Son genou m'avait percuté de plein fouet me déviant de ma course et me faisant raté le miroir que je tentais de rejoindre. C'est en m'écrasant au sol qu'une vive douleur me prit dans les entrailles, sûrement quelque chose de cassé. Je n'arrivais plus à me relever, même ramper était un effort considérable.


- Tu vois Suzaku? Je te l'ai dit que tu allais perdre. Maintenant, meurs sale ordure.




Sa main venait pour me toucher, je me doutais pourquoi, mais dans l'état actuel, j'étais dans l'incapacité la plus totale à me défendre, malgré la volonté qui m'animait. Alors qu'il me touchait, je sentais mon chakra s'en aller, c'était la fin pour moi, battu par mon propre esprit. Je rigolais nerveusement à cette idée et soudain la noirceur des ténèbres m'emporta.

Spoiler:

Le jour où tout bascula 19451270fg

Je courais vers lui, vers cet ennemi qui me sortait par les yeux, seul rempart devant ma liberté. À sa hauteur, je lui envoyé tous les coups que je pouvais pour atteindre la moindre petite parcelle de son corps que je pouvais atteindre. Frappant, contrant, je recevais de violente attaque physique, mais lui aussi. Dans un coup de pied retourné, je me saisis d'une autre tige de métal et profitant de l'inertie de mon mouvement précédant, la barre se planta dans son épaule, l'affaiblissant encore un peu plus. Là était ma chance.


- Makyo Hyosho !




La fameuse technique des Yuki. Un brouillard s'était levé et les miroirs qui constituait la particularité de ce jutsu unique se créa pour enfermer Suzaku en son sein. J'avais désormais pris un avantage certain sur mon homologue. Je pénétrais dans cette surface et me préparais à lancer la dernière offensive pour l'achever. Néanmoins, sa réaction m'étonnait, plutôt que tenter de fuir ou de se mettre en garde, l'opposant se rapprochait de mes miroirs comme si... La stupeur me prit pour la première fois depuis ce combat, il était entré dans mes miroirs. Comment cela était possible ? Je n'avais pas le temps de penser à cela. Je le regardais fixement, son sang ruisselant de sa blessure, l'attaque des miroirs serait la dernière. À son regard, je savais qu'il s'en doutait, que l'un comme l'autre, nous devions tout donner dans ce dôme tels des gladiateurs dans le Colisée. Quelques instants s'étaient passés, et l'assaut final était enclenché. Passant chacun de miroir en miroir, je prenais de multiples coups à chaque fois, ça en devenait douloureux, mais je n'avais pas le droit d'abandonner. Je devais tout faire pour réussir et avoir ma liberté. De nombreux échanges se faisaient, mais ma fourberie allait avoir le dessus. Suzaku était conventionnel, pas moi. Alors que je m'expulsais de la surface rouge, lui, commençait à peine sa poussée. Je décidais de changer de direction, reprenant appuie dans l'un des miroirs latéraux et reparti aussi vite. J'étais sur son coté et je lui portais mon genou dans le ventre, puis un second coup avec toute la force restante dans les cotes. Avec cette attaque, il n'avait pas réussi à se mettre à l'abri dans les miroirs et s'était écrasé au sol, plié en deux. J'avais réussi un coup de poker, un coup digne d'un grand-maître de la fourberie, si bien réalisé que j'avais mis mon adversaire au tapis. J'approchais lentement de lui, à bout de souffle.


- Tu vois Suzaku? Je te l'ai dit que tu allais perdre. Maintenant, meurs sale ordure.




Je le regardais essayer tant bien que mal de se sauver et de se débattre, mais peine perdue, ma main avait déjà toucher son corps et je sentais son chakra me redonner une nouvelle force. Je souriais de satisfaction, si bien que je n'avais pas les mots pour décrire l'émotion que je ressentais. Une force spéciale me submergeait, celle de reprendre le corps qui m'attendait. Ses yeux se fermaient peu à peu tandis que je me sentais partir. J'avais réussi.

La lumière du jour m'aveuglait et je remarquais qu'autour de moi se trouvait de nombreuses structures de glace qui s'était formée. Le combat que j'avais livré avait fait des ravages et peut-être même alerté les gardes et les shinobi de ce village. Je me déplaçais vers une plaque de glace au sol et je remarquais que c'était moi, mon apparence et pas celle de Suzaku, ma victoire était complète.


Spoiler:
… Suite...
Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t6516-le-phenix-suzaku-tomasaburo https://sns-rp.forumgratuit.org/f461-dossier-tamasaburo-suzaku https://sns-rp.forumgratuit.org/t6505-tamasaburo-suzaku
Suzaku Tamasaburo
Rang A
Rang A
Suzaku Tamasaburo
Messages : 231

Fiche shinobi
Grade:
Nombre de missions effectuées: 0 SS - 0 S - 1 A - 1 B - 1 C - 0 D
Talents:

Le jour où tout bascula Empty
MessageSujet: Re: Le jour où tout bascula   Le jour où tout bascula EmptyJeu 24 Aoû - 1:55

Les débuts de Kappa
Le jour où tout bascula 202010Suzanukeprezrp
«L'unique force est de donner la mort.»

Ça y est ! Je m'étais enfin emparé du corps de l'autre nigaud. Désormais, c'était moi qui avais les reines et le temps des bisous-bisous était terminer. Suzaku était mort, j'avais pris pleinement possession de ce corps et de sa puissance. En plus, j'avais eu un bonus. Je n'avais pas l'apparence de l'autre moi, mais bien de ma propre personne. Malheureusement, je n'avais pas le temps de m'extasier ou de me féliciter pour cette prouesse, car il était probable que des assaillants viennent à ma position. Dans un saut, je partais rapidement sur les têtes des Kage de ce village si insignifiant.

- Suzaku, c'est toi qui a fait tout ce remue-ménage ? Aller viens avec nous, on va en discuter. Quelque chose ne va pas ?

Comment m'avait-il appelé ? J'avais donc de la compagnie qui connaissait feu mon autre personnalité. Je me retournais et lançais à cet homme, un regard des plus noirs. Je savais que je n'avais pas le temps pour jouer avec lui. Il me fallait faire vite. Bientôt l'alerte allait être donnée et pour sortir de ce village, les choses allaient fortement ce compliqué.

- Hé ! Mais ? Tu n'es pas Suzaku ! Reste là, je t'arrête. Viens avec moi, ou je devrais sévir.

Décidément, il avait le sens de l'humour celui-là. M'approchant un peu plus du vide et du panorama qui surplombait le village, j'entendais du coin de l'oreille un sifflement très distinct. Je m'écartais et instinctivement, je me saisis au vol du kunai qui m'était destiné. Un tour sur moi-même et l'homme qui tentait de m'arrêter l'avait prit dans la jambe. Sautant dans le vide, je descendais sur les toits des maisons, essayant de ne pas me faire repérer. Un « un contre un » était largement faisable, mais si je me trouvais avec tout les shinobi de ce coin perdu face à moi, ce serait plus corsé. Un ninja me suivait et me lança un kunai pour me stopper. Je l'esquivais avec une facilité déconcertante, à croire que son niveau était inutile. C'est au détour d'une rue que je comprenais le processus de ces faibles personnes qui me suivait. L'alerte avait été donnée. Deux shinobi que j'avais déjà vu par les yeux de Suzaku me barrait la route.

-Écoute... Toi. On ne sait pas qui t'ai, mais une chose est sur, tu n'es pas Tamasaburo-san, même si t'as signature de chakra est la même. Qui es-tu ? Répond ou on va devoir employer la manière forte.
Je les observais et avant qu'il ne puisse ouvrir la bouche pour déblatérer des débilités, je prenais la parole.


- En effet, je ne suis pas Suzaku. Lui est moi et moi suis lui. Enfin... Il serait trop compliqué de vous expliquer, vous ne comprendriez pas avec vos minuscules cervelles. Quand vous dites « la manière forte », vous parlez de ce genre-là ? Kōzui no kōn  !




Un torrent d'eau s'était échappé de ma bouche pour foncer sur mes opposants, ces derniers s'écartant rapidement. J'en profitais pour fuir et disparaître. Dans la discrétion la plus totale, je me déplaçais vers la porte de sortie ou un seul garde se tenait présent. A priori, les hauts gradés n'avaient pas eu encore le temps de barricader la sortie. Silencieusement, je me rapprochais de lui et en arrivant dans son dos, je me saisis de sa tête avec mes deux mains et la frappai contre le petit bureau. L'opération le mit K.O instantanément et un petit rire s'échappa. Je me délectais de pouvoir enfin m'amuser avec les gens.


-Pardonnez-moi, je ne sais pas ce qui provoque mon émoi. AHAHA ! OUH ! C'est bon de se sentir vivant ! Aller les imbéciles, continuez de chercher, suis plus là. Je vous ai doublé.




Je me faisais rire tout seul, je trépignais de joie, les bras balançant dans tous les sens, j'étais, comme qui dirait, heureux. Il était grand temps de partir et de rechercher mes origines sur ce fameux clan. La forêt se tenait face à moi et je m'élançais afin de quitter ce village nommé Konoha.

Revenir en haut Aller en bas
https://sns-rp.forumgratuit.org/t6516-le-phenix-suzaku-tomasaburo https://sns-rp.forumgratuit.org/f461-dossier-tamasaburo-suzaku https://sns-rp.forumgratuit.org/t6505-tamasaburo-suzaku
Contenu sponsorisé



Le jour où tout bascula Empty
MessageSujet: Re: Le jour où tout bascula   Le jour où tout bascula Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le jour où tout bascula
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai no Rick Astley - Reincarnation :: Passé :: V2 :: RP :: Hi no Kuni :: Konohagakure no Sato :: Mont Hokage-
Sauter vers: